Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault

6835-1718-CouvertureVient de paraître

D. Boquet, B. Dufal, P. Labey (éd.), Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault, Paris, CNRS éditions, 2013 (25 euros)

Disponible sur le site de CNRS éditions.

4ème de couverture:

« À lire Foucault on se persuade aisément que l’histoire est encore très jeune. »

Cette réflexion de Jacques Léonard doit être prise au sérieux. Cinquante ans après la parution de l’Histoire de la folie et alors que s’achève la publication des cours au Collège de France, le dialogue des historiens avec Michel Foucault se poursuit.

Les textes réunis dans ce volume, abordant des périodes historiques différentes, mettent en avant des expériences individuelles au contact d’un Foucault désacralisé. Ils questionnent aussi bien des chantiers ouverts par Foucault (folie et déraison, enfermement psychiatrique et carcéral, pastorale, sexualité), des outils conceptuels (pratiques discursives, biopolitique, gouvernementalité, techniques de soi, régimes de vérité, objectivation du sujet), que des propositions historiographiques et épistémologiques (archéologie et généalogie, césure et continuité).

Dans cette mise à l’épreuve, le passé devient un lieu de problématisation du présent, et l’histoire, une voie qui singularise l’actualité.

 

 

Présentation du livre

 

Ce volume Une histoire au présent.  Les historiens et Michel Foucault, qui rassemble les contributions de dix-huit auteurs, historiens de tous horizons (des sociétés, de l’art, de la philosophie), entend montrer la fécondité de la pensée foucaldienne dans la pratique de l’histoire aujourd’hui en France. Alors que les relations entre Michel Foucault et les historiens n’ont pas toujours été simples, notre objectif dans ce livre est de dépasser les questions portant sur la qualité historiographique des écrits de M. Foucault, pour donner à voir des parcours singuliers d’historiens, ou des expériences de recherche plus circonscrites, qui ont puisé chez M. Foucault des idées, des intuitions, des outils de toute nature pour forger leur propre pensée critique. Tordant le cou à une idée reçue qui voudrait que les historiens sont dans une position de défiance, voire de pinaillage érudit, face aux grandes enjambées historiques de Foucault, nous montrons au contraire que de nombreux historiens de formations très différentes, sans toujours revendiquer l’héritage foucaldien, font un usage critique de son œuvre.

Ce livre n’est donc pas un livre sur Foucault mais un livre avec Foucault. Il ne s’agit pas non plus de délimiter des courants de pensée ou une méthode spécifique qui définirait le bon usage historiographique de la pensée de Foucault qui se distingue de toute façon par sa discontinuité. Néanmoins, derrière la singularité des expériences, l’unité de l’ouvrage tient dans la nature du regard sur le travail historique et sur l’implication d’une pensée critique dans le présent. Là serait d’une certaine façon la fidélité à Foucault, dans cette volonté commune de « mettre le travail historique à l’épreuve d’une transformation des cadres conceptuels et théoriques ». Ce faisant, nous souhaitons donner à voir comment le passé devient un lieu de questionnement des problématisations du présent, non pas dans l’illusion que les leçons de l’histoire répondraient aux interrogations du présent, encore moins dans l’idée qu’une permanence des structures permettrait d’établir un dialogue immédiat mais parce que l’histoire singularise l’actualité. Le travail historique tel que le pratiquait Foucault relève d’un exercice philosophique qui, éprouvant le regard contemporain, lui donne les moyens de son propre affranchissement afin de penser autrement. C’est cette leçon qu’ont retenu les contributeurs de ce volume, dans un rapport avec l’œuvre de Foucault renouvelé ces dernières décennies par la publication des Dits et écrits et des cours au collège de France.

Les différentes contributions, qui ensemble forment un exercice critique collectif, cherchent donc à témoigner d’expériences intellectuelles autour et avec l’œuvre de Michel Foucault. Reprenant le questionnement de Paul Veyne sur les enjeux d’une histoire écrite avec Foucault, nous voulons recentrer la problématique sur la pratique historique et l’étude documentaire. Elles sont ici envisagées sous quatre angles. Dans le premier, les textes considèrent l’apport de Michel Foucault à l’élaboration de nouveaux thèmes de recherche comme le corps, la sexualité, les anormaux (fous, déviants, criminels), qui ont été au cœur de sa réflexion, construisant la société civile comme interface. L’étude de ces objets, à la charnière entre pratique et discours, permet de mettre en avant leurs enjeux politiques et sociaux ainsi que leur fonction dans la construction des sociétés disciplinaires. Dans un second temps, ce sont les pratiques discursives, la matière première du travail historique, qui sont questionnées selon la méthode de Foucault qui consiste à appréhender différents systèmes de discours comme formant une même pratique, produisant ses objets et ses normes. Quels sont les apports de cette méthode d’analyse des pratiques discursives pour l’étude de la théologie ou de la littérature, discours habituellement cloisonnés dans des champs bien spécifiques ? La question du « gouvernement des autres » constitue le troisième axe, portant sur l’utilisation, par les historiens, des outils conceptuels élaborés par Michel Foucault. Celui-ci, en mettant en avant l’articulation entre savoir et pouvoir, notamment à travers le concept de gouvernementalité, a construit des appareils intellectuels qui permettent d’analyser le politique et ses théories autrement que selon le mode quasi-tautologique de la philosophie politique traditionnelle. Comment les historiens reçoivent-ils et utilisent-ils ces concepts qui déplacent les problématiques et amènent au plus près des pratiques et des représentations qui forment des dispositifs politiques ? Enfin, la dernière section du livre revient sur les enjeux multiformes du présent de l’historien et du philosophe car, quelle que soit la distance exigée par ces deux pratiques intellectuelles, distance critique, distance analytique, elle ne saurait occulter que tout part d’une mise en problème de l’étrange singularité du moment présent.

 

Table des matières

Introduction

Michel Foucault à l’épreuve

Damien Boquet, Blaise Dufal, Pauline Labey ……………………………………… 9

 

Politiques des corps

Des sociétés d’avant la sexualité, des sociétés d’avant la norme : étudier l’Antiquité après Foucault

Sandra Boehringer …………………………………………………………………………. 17

 

Puissance de mort et puissance de vie du père romain sur son fils : lecture croisée de Michel Foucault et de Yan Thomas

Julien Dubouloz …………………………………………………………………………….. 41

 

L’amitié comme problème au Moyen Âge

Damien Boquet ……………………………………………………………………………… 59

 

Discours et pratique autour du malade au Moyen Âge. Réflexions sur l’usage d’un vocabulaire foucaldien

Pauline Labey ……………………………………………………………………………….. 83

 

Écrire l’histoire des prisons médiévales avec Michel Foucault

Julie Claustre ………………………………………………………………………………… 99

 

Pratiques du discours

Que veut dire faire une histoire des problématisations ?

Philippe Chevallier ………………………………………………………………………. 121

 

Michel Foucault et l’étude du contexte médiéval des œuvres littéraires : un discours de la méthode ?

Marie-Pascale Halary……………………………………………………………………. 137

 

Le sujet sans le kantisme.
Destruction et analyse philosophique des théories du « moi » chez Michel Foucault

Olivier Boulnois ……………………………………………………………………………155

 

La pratique des discours de vérité : droit et psychiatrie au XIXe siècle

Laurence Guignard ………………………………………………………………………..183

 

 Le gouvernement des autres

 

Le christianisme dans l’optique de la gouvernementalité : l’invention de l’obéissance

Michel Senellart…………………………………………………………………………….205

 

La lutte des races comme savoir archéologique pour l’aujourd’hui

Sophie Wahnich…………………………………………………………………………….225

 

Esthétique de l’existence et gouvernement des autres : la Révolution française (1789-1796) au prisme du cours de 1984

Déborah Cohen……………………………………………………………………………..243

 

Potestas dicitur multipliciter. Le pouvoir et la nature

Emanuele Coccia …………………………………………………………………………..261

 

Histoire au présent

 

Foucault et l’iconologie : le malentendu

Thomas Golsenne ………………………………………………………………………….283

 

Les raisons du malentendu. Histoire de la folie à l’âge classique : histoire et/ou psychologie

Jean-François Bert …………………………………………………………………………301

 

L’histoire de la philosophie saisie par son dehors

Luca Paltrinieri ……………………………………………………………………………..317

 

Histoire et expérience. Foucault et l’ontologie historique de nous-mêmes

Kim Sang Ong-Van-Cung ………………………………………………………………333

 

Les deux corps de l’intellectuel : une archéologie des clercs

Blaise Dufal………………………………………………………………………………….353

 


Une réflexion au sujet de « Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault »

Les commentaires sont fermés.