Le pouvoir des liens faibles

LE POUVOIR DES LIENS FAIBLES (2015-2016)

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.

Alexandre GEFEN (CNRS-Paris 4 Sorbonne) / Sandra LAUGIER (Paris 1 Sorbonne)

index

 

 

 

JEUDI DE 18H00 À 20H00

 

3 décembre : Camille LAURENS

L’écrivain et ses lecteurs

21 janvier : Dominique CARDON

L’attachement en réseau

 

18 février : Rémi BEAU

La question environnementale

 

24 mars : François BON

Du monde comme lien faible (injonctions autonomes de l’écriture)

 

14 avril : Hugo CLÉMOT

L’attachement aux personnages de séries télévisées

 

19 mai : Veena DAS

Violence of the everyday and against the everyday

 

9 juin : Joelle ZASK

Les relations face-à-face

 

30 juin : Alexandre GEFEN et Sandra LAUGIER

Conclusion

 

 

Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque Georges Ascoli,

Escalier C, 2e étage, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (Entrée par le 17, rue de la Sorbonne).

Séances ouvertes à tous sans réservation

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.