Le corps des émotions au Moyen Âge (Rencontre EMMA4, Aix-en-Provence, 23-24 avril 2010)

Luca Signorelli, La résurection de la chair (détail), cathédrale  d'Orvieto, v.1500

Depuis son lancement en 2005, le programme de recherche EMMA (« Pour une anthropologie historique des émotions au Moyen Âge ») s’est donné pour objectif de construire une histoire des émotions au Moyen Âge en dialogue avec les sciences humaines et sociales. Après avoir traité la question des enjeux historiographiques d’une histoire des émotions (2006), le programme EMMA s’est intéressé à la subjectivité émotionnelle (2007) puis à l’usage public de l’émotion dans les rapports de gouvernement (2008).

Dans le prolongement de ces travaux, EMMA lance un nouveau chantier qui porte sur la communication émotionnelle au Moyen Âge, dont le premier volet sera consacré à l’expression corporelle des émotions. Les émotions sont incontestablement des faits culturels et sociaux : il n’existe aucune société humaine sans émotions, de même qu’il n’y a aucune expérience émotionnelle qui soit asociale. C’est là un fort consensus vers lequel convergent les diverses sciences humaines de l’émotion aujourd’hui : au-delà de la question de savoir s’il existe des émotions universelles et transculturelles, des manifestations physiques automatiques exprimant des émotions spontanées, l’évidence de l’interaction sociale s’est imposée. Il n’est pas de ressenti émotionnel, a fortiori d’expression sociale de l’émotion, qui ne soit en interaction immédiate avec un interlocuteur (individuel ou collectif) ou bien, à tout le moins, avec les règles culturelles (display rules) qui concernent la façon d’afficher ses émotions.

Sur cette base, les modalités de la communication émotionnelle et du partage social des émotions sont multiples. Dans tous les cas, la place du corps est déterminante, selon une double dynamique : l’expression corporelle se manifeste comme le reflet, plus ou moins fidèle, de l’émotion intérieure tout en étant simultanément un message adressé à autrui. Dans la communication émotionnelle, le corps est ainsi à la fois émetteur et récepteur. C’est pourquoi notre projet abordera l’expression corporelle des émotions au Moyen Âge dans sa dimension fondamentalement intersubjective.

PROGRAMME

IVe rencontre EMMA

23-24 avril 2010

Aix-en-Provence

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Salle G. Duby

*

Vendredi 23 avril

14H00-18H00

– Ouverture par Damien Boquet (UMR TELEMME – IUF) et Piroska Nagy (UQÀM)

– « L’expression de l’émotion ou le reflet de l’activité relationnelle » (Anna Tcherkassof, Université de Grenoble)

– « Le corps en émoi : « corpographie » des émotions au Haut Moyen Âge » (Nira Pancer, Université de Haïfa)

– « Vultus velatus ou la figuration positive de la tristesse dans l’iconographie de la fin du Moyen Âge » (Robert Marcoux, Université Laval, Québec)

– « Leper Beggars in Late Antiquity: embodying emotions » (Dionysios Stathakopoulos, King’s College, Londres)

Samedi 24 avril

9H15-12H30

– « Le corps de l’affect scolastique. L’exemple de Jean de la Rochelle » (Piroska Nagy, UQÀM, Montréal)

– « Évaluation émotionnelle d’un crime d’honneur au couvent gilbertin de Watton (v.1165) » (Damien Boquet, UMR TELEMME / IUF)

– « Toucher et être touché : l’emploi des gestes dans les batailles judiciaires et le façonnement des émotions dans la résolution des conflits » (Klaus Oschema, Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg / Universität Bern)

– table-ronde animée par Ingrid Kasten (Freie Universität, Berlin)

Bibliographie choisie:

L’expression corporelle des émotions

– Charles Darwin, The Expression of Emotions in Man and Animals, 1872.

– J.A. Deonna et F. Teroni, Qu’est-ce qu’une émotion ?, Paris, Vrin, 2008.

– E. Kosofsky Sedgwick, Touching Feeling. Affect, Pedagogy, Performativity, Durham et Londres, Duke UP, 2003.

– C. Plantin, M. Doury et V. Traverso (éd.), Les Émotions dans les interactions, Lyon, PUL, 2000.

– W.M. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge UP, 2001.

– B. Rimé, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, 2005.

– J.A. Russell et J.-M. Fernandez-Dols (éd.), The Psychology of Facial Expression, Cambridge UP, 1997.

– K. Scherer et H. Ellring, « Are Facial Expressions of Emotion Produced by Categorical Affect Programs or Dynamically Driven by Appraisal », Emotion 7.1, p. 113-130.

– Anna Tcherkassof, Les Émotions et leurs expressions, Grenoble, PUG, 2008.

– A. Tcherkassof et Alii, « Facial Expressions of Emotions : A Methodological Contribution to the Study of Spontaneous and Dynamic Emotional Faces », European Journal of Social Psychology, 37 (2007), p. 1325-1345.

Les émotions au Moyen Âge

– G. Althoff, « Empörung, Tränen, Zerknirschung. ‘Emotionen’ in der öffentlichen Kommunikation des Mittelalters », Frühmittelalterliche Studien, 30 (1996), p. 60-79.

– G. Althoff, « Tränen und Freude. Was interessiert Mittelalter-Historiker an Emotionen ? », Frühmittelalterliche Studien, 40 (2006), p. 1-11. [trad. franç. « Du rire et des larmes. Pourquoi les émotions intéressent-elles les médiévistes ? », Écrire l’histoire, 2 (2008), p. 27-39.

– D. Boquet et P. Nagy (éd.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009.

– M. Garrison, « The Study of Emotions in Early Medieval History : Some Starting Points », Early Medieval Europe, 10/2 (2001), p. 243-250.

– C. Jaeger et I. Kasten (éd.), Codierungen von Emotionen im Mittelalter – Emotions and Sensibilities int the Middle Ages, Berlin/NY, Walter de Gruyter, 2003.

– P. Nagy (dir.), Émotions médiévales, numéro thématique de la revue Critique, 716/717 (2007).

– L. Perfetti (éd.), The Representation of Women’s Emotions in Medieval and Early Modern Culture, University Press of Florida, 2005.

– B.H. Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, 107/3 (2002), p. 821-845.

– B.H. Rosenwein, Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca/Londres, Cornell UP, 2006.

– R. Schnell, « Historische Emotionsforschung. Eine mediävistische Standortbestimmung », Frühmittelalterliche Studien, 38 (2004), p. 173-276.

L’expression corporelle des émotions au Moyen Âge

– G. Althoff, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, 2003.

– G. Bolens, Le Style des gestes. Corporéité et kinésie dans le récit littéraire, Lausanne, Editions BHMS, 2008.

– D. Boquet (dir.), Histoire de la vergogne, numéro thématique de la revue Rives nord-méditerranéenne, 31 (2008).

– Y. Carré, Le Baiser sur la bouche au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’Or, 1990.

– E. Crouzet-Pavan et J. Verger (dir.), La Dérision au Moyen Âge, Paris, PUPS, 2007.

– Klaus van Eickels, Vom inszenierten Konsens zum systematisierten Konflikt. Die englisch-französischen Beziehungen und ihre Wahrnehmung an der Wende vom Hoch- zum Spätmittelalter (Mittelalter-Forschungen 10), Stuttgart, 2002.

– Klaus van Eickels, « ‘Homagium’ and ‘Amicitia’. Rituals of Peace and Their Significance in the Anglo-French Negotiations of the Twelfth Century, Francia 24.1 (1997), p. 133-140.

– S. Jaeger, Ennobling Love. In Search of a Lost Sensibility, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1999.

– J.-M. Moeglin, « ‘Performative Turn’, ‘Communication politique’ et rituels au Moyen Âge. A propos de deux ouvrages récents », Le Moyen Âge, 113/2 (2007), p. 393-406.

– P. Nagy, Le Don des larmes au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 2000.

– N. Pancer, Sans peur et sans vergogne, Paris, Albin Michel, 2001.

– B.H. Rosenwein (éd.), Angers’s Past : The Social Uses of an Emotion in the Middle Ages, Cornell UP, 1998.

– J.-C. Schmitt, La Raison des gestes au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1990.

– D.L. Smail, « Emotions and Somatic Gestures in Medieval Narratives. The Case of Raoul de Cambrai », Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik, 138 (2005), p. 34-48.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *