Vient de paraître: Francis Dupuis-Déri, Lacrymos

Lacrymos comme bombe lacrymo, gaz lacrymogène…

http://www.ecosociete.org/t136.php

« J’avais vu tant d’activistes verser des larmes dans les nuages de gaz lacrymogène, que les policiers lançaient sans retenue contre les contestataires du néolibéralisme et du capitalisme… Mais il y a aussi toutes ces larmes dont la source se cache dans l’expérience sensible, dans une vision du monde qui se heurte à un monde sans vision », écrit Francis Dupuis-Déri, professeur de sciences politiques à l’UQAM http://www.er.uqam.ca/nobel/politis/article.php3?id_article=177, analyste des mouvements radicaux anticapitalistes et militant lui-même. Ce sont ces larmes politiques, les larmes de la colère, de l’injustice, dont nous rend compte l’enquête qu’il propose dans ce petit livre, où l’auteur propose à des dizaines de militants de ce bord-ci et de l’autre de l’Atlantique, de réfléchir sur leurs larmes. Le livre témoigne, de la sorte, du fait que pour les anarchistes – ces hommes et femmes mobilisés par révolte contre un ordre du monde qui ne se laisse changer par une  parole de raison tranquille – « la politique et la raison de l’engagement sont pensées en lien avec les émotions ».

À la lecture de ces témoignages souvent émouvants qui dévoilent à quel point la pensée politique se nourrit autant d’émotion que de raison, on ressent le même élan de vie que dans l’engagement pour une histoire sensible de l’historienne Sophie Wahnich, qui écrit dans son dernier livre : « Pour rompre avec cette politique de la pitié qui fonde une histoire neutralisée, il faudrait savoir si, après la faillite des grands récits, des valeurs politiques sont à nouveau mobilisables pour transmettre une histoire critique qui serait sensible en tant qu’elle serait justement porteuse de ces valeurs.  Réclamer une histoire sensible, ce serait alors renouer avec Rabelais et affirmer : science historique sans conscience n’est que ruine de l’âme !  » (voir notre billet  : http://emma.hypotheses.org/724 )


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *