Tous les articles par Damien Boquet

Cultivons les émotions

« Histoire culturelle des émotions avant les temps modernes »

(colloque d’Umeå, 23-26 octobre 2008)

Du 23 au 26 octobre 2008, l’université suédoise d’Umeå organise un important colloque intitulé « Cultural History of Emotions in Premodernity » / « Histoire culturelle des émotions avant les temps modernes » (par « Premodernity », il faut entendre en l’occurrence « jusqu’au XIXe siècle »). Vaste programme pour un colloque qui a l’appétit d’un congrès et annonce pas moins de 49 communications, dont 6 en séances plénières et 12 ateliers thématiques de 3 ou 4 interventions chacun.

EMMA y sera représentée par Piroska Nagy qui prononcera en clôture de la première journée une conférence : « Historians and Emotions : New Theories and New Questions ».

Le titre du colloque est (volontairement ?) ambivalent : l’objet est-il l’émotion comme fait acculturé (la construction culturelle de l’émotion) ou l’émotion dans le champ culturel ? À la lecture des résumés, l’enjeu de l’acculturation du fait émotionnel apparaît moins présent -voir alors tout particulièrement les communications de J. Liliequist, K. Kanerva ou A. Nilsson – que la question de l’usage culturel des émotions dans son sens le plus large (arts, littérature, vie religieuse, etc.).

Après le congrès de Leeds de 2006 qui était consacré aux « gestes et émotions au Moyen Âge » (avec plusieurs centaines de communications qui se réclamaient de ce thème), l’ampleur de ce colloque confirme que l’émotion est actuellement en train d’imposer sa légitimité historiographique. En l’espace d’une dizaine d’années, l’histoire des émotions est ainsi passée de l’intuition à l’institution, pour reprendre le titre d’un célèbre livre de Théophile Desbonnets sur le mouvement franciscain. Cela signifie aussi que nous sommes à un tournant. À considérer la forte visibilité qu’il faut souhaiter au colloque d’Umeå – et dans le fait même qu’il se tienne – on pourrait penser la partie gagnée, les « études affectives » définitivement étiquetées sur les rayons des librairies et des bibliothèques. En réalité, on en est encore loin, particulièrement dans les milieux historiens (qui marquent un indéniable retard par rapport aux littéraires ou à l’histoire de l’art dans ce domaine). Qui envisagerait aujourd’hui d’organiser un colloque avec pour sujet un thème aussi vaste que « Histoire culturelle des femmes, de l’Antiquité à nos jours » ou « Histoire culturelle des genres » ? Il y a vingt ou trente ans, peut-être, mais aujourd’hui, on n’en est plus à réfléchir sur la validité même d’une histoire des femmes ou du genre… Pour l’émotion, si ! De plus, c’est une double conquête que nous devons mener de front : d’une part, en donnant toute leur place aux émotions dans les sciences historiques (et dans la façon d’écrire l’histoire) mais aussi en réfléchissant à l’historicité même des faits émotionnels. Non seulement les émotions font l’histoire mais elles ont une histoire.

Cependant, après avoir fondé, il faut bâtir. Au-delà d’une validation nécessaire de l’objet, il convient désormais de construire pan par pan cette histoire des émotions, mais aussi de réfléchir conjointement à la façon de l’articuler aux autres champs (social, culturel, intellectuel) de l’histoire. Dans le moment que nous vivons, celui de l’émancipation, le risque est donc double : soit de faire du sur place en se contentant d’agiter la bannière d’une histoire des émotions sans réel projet historiographique ; soit de chercher à tout prix à faire sa place en revendiquant une spécificité bien à soi, qui méritera la précieuse extension « studies » : après les gender studies, après les cultural studies, devons-nous espérer commuer l’histoire des émotions en emotional studies ?

En tout cas, par son ambitieux programme, le colloque d’Umeå semble s’être donné les moyens d’aborder ces différents enjeux. Pour la période médiévale, les arts et lettres ont la part belle mais aussi l’Europe septentrionale : à tout seigneur tout honneur.

Programme pour le Moyen Âge (voir le programme complet et les résumés:

▪ Piroska Nagy : Historians and Emotions: New Theories and New Questions

▪ Barbara H. Rosenwein : Theory and Its Limits: The Emotions of Thomas Aquinas and His Disciples

▪ Jonas Carlquist : The Use of Emotions in St Bridget’s and St Catherine’s Revelations

▪ Maureen Flynn : Head or Heart? Medieval Controversy over the Seat of the Soul

▪ Ann-Catrine Eriksson : Gestures and Expressions: The Annunciation in Medieval Sculpture from Gotland

▪ Carolyne Larrington : Brynhildr’s Laughter, Guðrún’s Weeping: Performance, Performatives and Emotion in Old Norse Heroic Poetry

▪ Ira Westergård : Adoring the Invisible: Saint Elisabeth in Altarpieces of the Visitation

▪ Frank Brandsma : Arthurian Emotions and Audience Competence

▪ Kirsi Kanerva Ógæfa : (misfortune) as an Emotion in Thirteenth- Century Iceland

▪ Christina Lutter : Preachers, Saints, and Sinners. Emotional Repertoires in High Medieval Religious Role Models

▪ Kerstin Pfeiffer : Once Seen, Never Forgotten: The Affective Dimensions of Medieval Crucifixion Plays

▪ Caroline Boucher : Playing with Emotions in Fourteenth-Century France. The Chess of Love and the Medieval Representation

▪ Ilse van der Velden : A Study of Emotions in the Practice of Disputatio

▪ Curie Virag : Music and Emotional Expression in Medieval China

▪ Auður G. Magnúsdóttir : Real Love, Unbreakable Friendship: Expressions and Understandings of Love in Laxdæla Saga

▪ Anu Korhonen : Beauty, Masculinity and Love between Men: An Elizabethan Rewrites a Medieval Affair

▪ Carin Franzén : Courtly Love as a Feminine Strategy

▪ Francesca Braida : Body and Spirit Emotions of Dreams and Visions in the Middle Ages. The Social Use of Emotions in the Christian World

▪ Maureen Flynn : Nocturnal Pollution and the Medieval Misinterpretation of Women’s Dreams

La logique des émotions

Je n’ai pas encore eu l’occasion de consulter le volume mais la revue polonaise (et francophone) Organon vient de publier un numéro consacré à « La logique des émotions » (n°36, 2007). Le numéro est daté de 2007 mais la parution a été annoncée fin septembre 2008.

La période médiévale ne paraît pas spécialement à l’honneur dans ce dossier qui néanmoins offre des angles d’approche assez ouverts (musicologie, ethnologie) autour de l’axe philosophique.

Table des matières (avec deux articles en ligne) : « La logique des émotions »

Le numéro est déposé dans les librairies parisiennes Vrin et Compagnie. Prix: 10 euros.

Ouverture du carnet d’EMMA

vierge folle, cathédrale de Magdebourg
vierges sages, cathédrale de Magdebourg

Comment faire l’histoire des émotions ? Si Lucien Febvre appelait déjà dans les années 1930 à « reconstituer la vie affective d’autrefois », son appel n’a guère suscité de vocations pendant des décennies. Depuis peu, l’intérêt des historiens s’éveille, en écho à l’élan des sciences voisines, désireuses de penser l’émotion voire de la regarder elle-même comme une forme de pensée. La psychologie cognitive, la philosophie analytique, les neurosciences tout aussi bien que l’anthropologie ont mis au jour le tissage serré qui unit indéfectiblement les émotions et la raison, ainsi que la production culturelle de la partie visible des affects.

Ce changement de perception, bien visible dans nos sociétés, bouscule désormais jusqu’au regard sur le passé. Longtemps, on a considéré qu’au Moyen Âge, cette « enfance de l’Europe », les émotions des individus et des peuples étaient elles-mêmes infantiles, mal maîtrisées et pulsionnelles, jusqu’à ce que la maturité d’une rationalisation croissante apporte les manières plus policées des temps modernes. Aujourd’hui, nous savons que les émotions sont culturellement produites, qu’elles sont à l’œuvre dans les processus de décisions rationnelles : c’est toute la trame de leur intégration dans l’histoire qui est donc à reprendre. A partir du moment où nous admettons que toute culture, voire toute société a ses codes propres qui définissent les valeurs et normes attachées à l’expression de l’émotion en général et de telle ou telle émotion en particulier, le paradigme de Norbert Elias d’un « processus de civilisation » perd sa pertinence et l’évolution affective depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge devient à son tour un sujet historique majeur. A posteriori, il apparaît bien que si l’appel de Lucien Febvre est resté sans réelle réponse pendant un demi-siècle, c’est bien à cause d’un ensemble d’a priori culturels que seules les recherches récentes ont ébranlé. Sur ce nouveau chantier, il est d’autant plus logique que la médiévistique soit aux avant-postes qu’il y a des caricatures grossières à rectifier concernant les émotions médiévales.

vierges folles
vierges folles

Le programme EMMA « Pour une anthropologie historique des émotions au Moyen Âge », engagé depuis 2006, fait le pari d’une histoire des émotions médiévales qui se construise dans un dialogue avec les sciences humaines de l’émotion, ne serait-ce que pour permettre à l’historien de mesurer la part de ses propres projections culturelles. Dans un champ historiographique en construction, la spécificité de notre projet consiste à ajouter à la perspective historique et sociale des émotions une perspective anthropologique. Notre intérêt spécifique est précisément de croiser l’histoire sociale et avec l’histoire culturelle de la construction de l’individu, homme et femme, dans un contexte historique donné. Ponctué par de grandes rencontres ouvertes à l’internationale et à tous les champs de la médiévistique concernés (littérature, philosophie, histoire, histoire de l’art), le programme chemine depuis la compréhension des outils intellectuels de cette histoire vers une appréhension ouverte des pratiques sociales.

Nous avons choisi d’ouvrir ce carnet de recherche à la fois pour diffuser les grandes lignes de nos résultats scientifiques (voir les rubriques du menu), en attendant ou en complément des publications, et bien entendu pour faire part de l’actualité de nos travaux en cours.

Damien Boquet et Piroska Nagy

EMMA