Tous les articles par Piroska Nagy

Colloque : La nostalgie dans tous ses états – Nancy, 30 novembre – 1e décembre 2017

La nostalgie dans tous ses etats : appel à communication

« La nostalgie est, elle aussi [comme Ulysse],
rusée et polytrope, aux milles tours. » (B. Cassin)
Bien que le mot lui-même soit assez tardif (1688), il semble bien que le sentiment nostalgique ait déjà imprégné sociétés et cultures depuis l’Antiquité. Ainsi la nostalgie, « virtualité anthropologique
fondamentale » (J. Starobinski), est-elle une attitude humaine abondamment exploitée par la littérature avant d’être qualifiée par un nom savant, passé ensuite dans la langue commune.
La nostalgie dans tous ses états
Colloque international
30 novembre, 1er et 2 décembre 2017
Université de Lorraine – Nancy
LIS (EA 7305)
Littératures, Imaginaire Sociétés 2
Origine de la nostalgie entre médecine et littérature
La diachronie nostalgique fait apparaître deux moments, deux orientations liées à deux champs
sémantiques. D’une part, quelques grands textes épiques qui, en fondant une poétique de la nostalgie
dont se nourrissent très vite la mémoire littéraire et la tradition intellectuelle occidentales, délimitent et
organisent un usage littéraire et connotatif de la nostalgie. D’autre part, avec la naissance du mot par le
médecin mulhousien Johannes Hofer (1688), le sentiment nostalgique devient une attitude pathologique, une maladie de l’imagination naissant d’un « dérèglement de l’imagination » (Hofer) —
la douleur dont souffraient les soldats suisses lorsqu’ils avaient « perdu la douceur de leur patrie […]
depuis longtemps dénommée Heimweh dans leur langue » (Hofer), et que les Français appelaient le
« mal du pays » — et étudiée de façon descriptive.
La tradition médicale a entretenu un temps cette démarche descriptive fondée sur la recherche des
causes morales d’un mal physique — à l’origine d’une abondante biographie — avant que la
psychiatrie ne s’en empare pour décrire, après 1945, les conditions des réfugiés et des exilés.
La tradition artistique, une fois que l’état affectif a été nommé, s’est enrichie de certaines
correspondances, superpositions que la phénoménologie médicale avait suggérées. Aussi le mot
nouveau devient-il concept réévaluant les contours définitoires et drainant avec lui tout ce qui était
resté diffus dans un « surcroît de définition » (Starobinski) et entre dans le champ des sentiments pour
devenir un terme de la littérature et de moins en moins un terme scientifique. L’accélération de sa
diffusion littéraire, nous le savons, eut lieu à l’époque romantique. Soumise au traitement des poètes et
des écrivains, « la nostalgie s’ouvre dans un éventail de sentiments […] se contamine avec toutes les
formes d’une sensibilité qui connaît l’abandon à la rêverie et la blanche torpeur du spleen, elle devient
en somme le rivage sensible, dentelé et irrésolu de la mémoire » (A. Prete).
Une affection de l’ailleurs et du jadis
La nostalgie est étymologiquement et littérairement évoquée comme une émotion du retour, de la
remontée vers les origines.
Kant — dans son Anthropologie du point de vue pragmatique (1798) — fut parmi les premiers à
souligner que le désir nostalgique ne veut pas retourner à un lieu mais à un temps où il y a de la place
pour la reconstruction d’un passé personnel. Le « mal du pays », la « douleur du retour » s’imposent
comme le regret du pays perdu se combinant avec l’idée d’un retour possible vers ce pays et donc
aussi d’un retour dans le temps. Associant patrie, retour, avenir, l’arc temporel se dialectise entre le
passé-éden, la complainte du présent et le chant de l’avenir.
La dimension spatiale s’enrichit d’une dimension temporelle : la nostalgie est donc une maladie de
l’espace et du temps qui concerne le jadis et l’ailleurs. Il y aurait la nostalgie du temps, d’un temps
révolu, irréversible, qui plus jamais ne sera celui qui a été vécu, et celle du lieu qui serait a priori un
mal plus curable, une nostalgie plus guérissable dès lors que le retour est un horizon (V. Jankélévitch).
On passe alors d’une pathologie objective (mal du pays – affection du corps) à une métaphore qui
densifie et alourdit le présent du regret de ce qu’il n’est pas, ce qu’il n’est plus ou ce qu’il ne sera
jamais.
Ainsi trois dimensions temporelles alimentent-elles la nostalgie : le regret du passé, l’insatisfaction du
présent, et le désespoir de l’avenir. La nostalgie se situe à la croisée entre passé et futur, entre regret du
pays et du temps perdus et désespoir d’être dans un autre pays et un autre temps (P. Dandrey). C’est en
cela et pour cela que la nostalgie est décentrement, spatial et temporel.
Nostalgie, imagination et mémoire
Dans la représentation nostalgique de la vie antérieure, la conscience imageante prend toute sa place et
se projette vers le lieu et surtout le moment du passé pour se les présentifier dans une déformation
rétrospective du présent disparu qui participe amplement de la souffrance nostalgique.
L’imagination créatrice est fille de la mémoire ; aussi parler de la nostalgie est-ce parler de mémoire,
de temps et de narration (C. Mirabelli).
3
Nostalgie et exil, souffrance et bonheur
Le travail de construction mémorielle fantasmée se heurte irrémédiablement et irrévocablement à la
marque du temps : il y a une souffrance inconsolable de prendre conscience que le paradis, l’éden
reconstruits par le souvenir recèlent en eux la promesse de leur évolution, de s’apercevoir que, comme
tout a changé, le pays n’est pas aussi beau qu’on l’imaginait dans sa mémoire et que la tristesse de la
perte était inutile. Au centre de la nostalgie point l’idée métaphysique que le retour ne préservera pas
du fait que, même dans les lieux qui sont les lieux du passé et figés par la mémoire, le temps a
continué d’exister.
Le nostalgique est un étranger, un exilé, « [il] est en même temps ici et là-bas, ni ici ni là-bas, présent
et absent, deux fois présent et deux fois absent » (V. Jankélévitch), distrait au monde, « envoûté par
l’alibi du passé », dans une espèce d’ubiquité construite, absente et présente.
Se pose donc la question de l’état du retour qui est une confrontation avec l’espace et l’écoulement du
temps : comment retourner là-bas après avoir été ici ? Comment vivre ici après avoir été là-bas ? Si les
exilés qui retournent dans leur pays souvent le perdent deux fois, pour certains — exilés politiques,
particulièrement — l’exil est libérateur.
Nostalgie héroïque/ les héros nostalgiques
La tradition littéraire a consacré Ulysse comme le héros du nostos et l’Odyssée comme « l’épopée
fondatrice de la nostalgie » (M. Kundera). Chez Ulysse, se concentrent à la fois le regret d’Ithaque,
l’insatisfaction de ne pas pouvoir y revenir et le désespoir de ne jamais y parvenir. Mais le retour n’est
pas sans mal ; c’est pourquoi Jankélévitch considère que Ulysse a certes eu la nostalgie d’Ithaque mais
aussi peut-être la nostalgie de la nostalgie une fois revenu à Ithaque, la nostalgie du voyage, de
l’aventure, de « l’exploration passionnée de l’inconnu » (M. Kundera). Et Barbara Cassin, repérant
« les deux faces » de la nostalgie, celle de l’« enracinement » et celle de « l’errance », reconnait en
Ulysse « l’aventurier, le nomade, citoyen du monde jusqu’en ses confins, chez lui partout et nulle
part ». Que reste-t-il de la nostalgie une fois que l’on a retrouvé l’endroit dont on avait la nostalgie ?
Par ailleurs, le mythe d’Orphée et celui d’Aristophane dans le Banquet renvoyant tous deux à la
séparation, à la déchirure et à une souffrance ontologique (surtout pour le mythe d’Aristophane) ne
seraient-ils pas par excellence le mythe de la nostalgie ?
Axes de recherche
Il importera tout d’abord de mieux cerner l’ontologie nostalgique qui ne trouve de réalité et
d’existence linguistique qu’avec la construction néologique de Johannes Hofer (1688).
Cette question philosophique — savoir si l’on peut dire qu’un sentiment existe dans sa nuance tant
qu’il n’est pas nommé — permettra, d’une part, de préciser les proximités et les différences entre le
nostos, et d’autres notions et d’autres sentiments auxquels il est associé.
D’autre part, il sera opportun de s’attacher à préciser les liens thématiques et conceptuels qui associent
la nostalgie à la mélancolie, à l’exil, à la déchirure et au décentrement, au voyage et à la migration.
Enfin, il restera à prendre en considération les modalités de la rhétorique et de l’esthétique
nostalgiques qui témoignent du passage de la pathologie objective à la métaphore de celle-ci.
Liens thématiques
Nostalgie, déchirure, douleur, exil, imagination, langue, mémoire, mélancolie, origine, original,
ostalgie, retour, trace, vestige(s).
4
Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les
objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, musique,
philosophie, phénomènes sociaux, médicaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques.
Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être
clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.
Responsables scientifiques : Estelle Zunino et Patrizia Gasparini
Équipe de Recherche : LIS (EA 7305) — Littératures, Imaginaire, Sociétés
Modalités de soumission des propositions de communication :
Date limite de réception des propositions : 30/04/2017
Notification d’acceptation aux auteurs après examen par le comité scientifique : 31/05/2017
Fiche d’inscription : voir le formulaire à la page 5
Format des propositions :
· 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la
communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle,
adresse électronique et téléphone)
· Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12,
interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les
conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être
mentionnés.
Langue du colloque : français. Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de
questions. Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation.
Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse. Les propositions de communication
seront adressées à : colloque.nostalgie.nancy.2017@gmail.com
Frais d’inscription pour les intervenants : 20 €. Les versements seront à effectuer sur place.
Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.
Les déjeuners seront offerts aux intervenants.

Tears, Sighs and Laughter. Expressions of Emotions in the Middle Ages

Tears, Sighs and Laughter

Expressions of Emotions in the Middle Ages

By Per Förnegård (red.), Erika Kihlman (red.), Mia Åkestam (red.), Gunnel Engwall (red.)

Konferenser, 92
ISBN: 9789174024470
Soft cover: 330 pages
Published: 2017
Language: eng

SEK 235

In the 1990s a new interest for research on emotions and affectivity in the humanities and the social sciences began to develop. This movement, later referred to as “the affective turn”, has been a most productive and vigorous field of research in the past decades as it opens up for new interpretations of historical source materials and enables studies of the relationship between states of mind and materiality. In addition, it prompts questions of, for example, gender, power and religiosity, thus being conducive to a fuller understanding of historical events, places and persons.

This anthology is the result of a Marcus Wallenberg symposium held at The Royal Swedish Academy of Letters, History and Antiquities, focused on interpretations of emotions as expressed in medieval art and literature. The contributing scholars represent a wide variety of disciplines as can be seen in the range of topics and materials in the articles. Emotional expressions within the religious as well as the secular spheres are analyzed, drawing on hagiographical and biblical texts, monastic writings and sermons, early modern novels and comic tales, crusader stories, historical chronicles and even runes.

The Authors: Roger Andersson, Alexander Andrée, Martha Bayless, Kim Bergqvist, Tomas Ekenberg, Olle Ferm, Carin Franzén, Claes Gejrot, Wojtek Jezierski, Magnus Källström, Sofia Lodén, Piroska Nagy, Corinne Péneau, Claire L. Sahlin, Jean-Claude Schmitt, Wim Verbaal, Kurt Villads Jensen, Elisabeth Wåghäll Nivre & Mia Åkestam.

 

 

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA 26th-28th June 2017 SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA

26th-28th June 2017
SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »
pour le programme, cliquez ici
Autrement dit, l’historien.ne de l’émotion a l’embarras du choix: les mêmes jours, trois colloques internationaux se tiennent autour des émotions en Europe : Umea, York, Lleida !

Powerful Emotions / Emotions & Power c. 400-1850

L’Université de York (GB) et l’ARC Centre of Excellence for the History of Emotions organise un colloque sur ce sujet les 28-29 juin 2017 à York.

capture-decran-2017-02-03-a-08-59-20

‘Emotional control is the real site of the exercise of power’ (William Reddy, 1997)

Scholars across the humanities and social sciences are increasingly turning their attention to the affective dimension of power, and the way in which emotions are implicit in the exercise of power in all its forms. The language of power has long been used to calibrate the impact of emotions – feelings ‘shake’ and ‘grip’ us; we read of and recall moments when passions convulsed communities and animated violent actions. Strategic displays of emotion have regularly been used for the exercise and negotiation of power.

This conference will draw on a broad range of disciplinary and cross-disciplinary expertise to address the relationships between two fundamental concepts in social and historical inquiry: power and emotion. How are historical forms of cultural, social, religious, political and soft power linked with the expression, performance and control of emotions? How has power been negotiated and resisted through expressions of emotions? How have emotional cultures sustained or been produced by particular structures of power? How have understandings and expressions of emotion played out within cross-cultural encounters and conflicts? What has been the relationship between intimate, personal feeling and its public, collective manifestations?

Literary and artistic works as well as objects of diverse kinds are often said to produce or to have elicited powerful emotions. Yet how has this varied across time, space, cultures and gender? What visual, verbal and gestural rhetorics have been considered to act most potently upon the emotions in different periods? How have these conventions related to ideas of the inexpressibility of powerful or traumatic emotional experience, its resistance to aesthetic articulation? What are the implications of this for the recoverability of past emotional experience? And how does the study of the power of feeling relate to more traditionally social conceptions of hierarchy, society, and power? What new understandings of the workings of power do we gain through the perspective of a history of emotions?

This interdisciplinary conference is jointly organized by the Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions and the Centres for Medieval Studies, Renaissance and Early Modern Studies and Eighteenth Century Studies at the University of York. It invites papers that address the above issues from disciplines including, but not restricted to: history, religion, literature, art, music, politics, archaeology, philosophy and anthropology.

Papers and panels might focus on the following questions and themes:

  • Emotion and political and social action: How have emotions been used by various political, religious and other groups to reinforce or to undermine social and political hierarchies? What role did gender play in these processes?
  • Dynasty, rule and emotional display.
  • The affective dimensions of war, protest, revolution and nation building
  • Diplomacy and the negotiation of cross-cultural emotions
  • Religious change, power and emotions
  • How has the relationship between emotions / passions and power been understood and theorized across time?
  • The micro-politics of intimate relationships and gendered power
  • The role of ritual, object and liturgy in managing, intensifying, or disciplining political, religious or other emotions
  • What techniques and venues have been used to construct and amplify collective emotions? Papers might consider mass meetings, crowds, congregations, theatres, assemblies and clubs.

The organisers welcome proposals for individual 20-minute papers, for panels (which may adopt a more innovative format, including round-tables, a larger number of short presentations), or for postgraduate poster presentations.

Proposals should be sent to Pam Bond, Administrative Officer at the Centre for the History of Emotions, University of Western Australia. Email: emotions@uwa.edu.au by Friday 27 January 2017.

 

Decolonizing Theories of Emotions

Voici un numéro de la revue  indienne Samyukta, A Journal of Gender and Culture fort intéressant, paru cet été, pour celles et ceux qui souhaitent élargir leurs façons de penser l’émotion en allant voir ce qu’en pensent Indiens et indianistes, spécialistes de la culture

Le site est un peu instable, il faut cliquer 2 fois pour accéder au contenu…

Contents

Guest editorial by Sneja Gunew

Is there an Indian Way of Reading Emotions? Trs Sharma

Decolonizing Empathy: Thinking Affect Transnationally Carolyn Pedwell

Body-sense and the Somatic Markers: Emotions in Consciousness Sangeetha Menon

Flows of Feeling Vilashini Cooppan

What does Sanskrit Aesthetics Offer the Contemporary Novel? Nikhil Govind

Revolutionary Joy / Infectious Feeling Dina Al-Kassim

The Violence of Caste and Sexuality : P. Sivakami Kiran Keshavamurthy

The Scene of Humiliation V. Sanil

Extinction Affect and the Case of the Polar Bear Margery Fee

Expressing Body, Experience of Emotion B. Hariharan

Sahrudaya – A Resonant Heart J. Sreenivasha Murthy

Aesthetic Sensibility – An Indian Perspective V. S. Sharma

Presencing Emotions and Absenting Bodies ? A Glance Back Priya V.

 

 

Conférence : Between the Lines: Discerning Affect and Emotion in Pre-Modern Texts, Columbia University, NY, 29-30 September 2016

PROGRAM:

All conference events will take place in the Columbia University Faculty House Seminar Room 1 with the exception of Thursday night’s dinner, which will take place in the Faculty House dining room.  Any changes to the venue will be posted in the entry foyer of the Faculty House. For directions to Faculty House, see: http://facultyhouse.columbia.edu/files/facultyhouse/web/Faculty_House_Directions.pdf

THURSDAY, September 29th 2016:

Arrival, 3:00-3:15pm

Coffee and tea provided

Welcome, 3:15-3:30pm

Session #1: Teaching and Learning Emotion, 3:30-5:00pm

Irina Dumitrescu, Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, moderator

“Embarrassment: Losing Face in Rhetorical School Texts of the Central Middle Ages”

Monika Otter, Dartmouth College

Swiðe swete to belcettan: Affective Eruptions in the Old English Boethius”

Jennifer A. Lorden, University of California, Berkeley

“Medieval Stupor”

Thomas Prendergast, College of Wooster

Coffee Break, 5:00-5:15pm

Keynote Lecture: « Making Up People Between the Lines, » 5:15-7:00pm

Fiona Somerset, University of Connecticut

Stephanie Trigg, University of Melbourne, introduction

FRIDAY, September 30th 2016

Arrival/Breakfast, 8:15-8:45am

Welcome, 8:45-9:00am

Session #2: Empathy and Compassion, 9:00-10:30am

Patricia Dailey, Columbia University, moderator

Car je n’ay plus sens ne memoire: Feeling Other People’s Demons in Medieval French Theater”

Andreea Marculescu, University of California, Irvine

“Emotional Contagion in the Middle Ages”

Beatrice Delaurenti, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale

“Griselda’s Swoon: Historicizing Medieval Affect Alongside Emotion”

Glenn Burger, Queens College and CUNY Graduate Center

Coffee Break, 10:30-10:45am

Session #3: Images and Objects, 10:45am-12:15pm

Lauren Mancia, Brooklyn College, City University of New York, moderator

“Performing Emotion in the Sculpted Deposition”

Julia Perratore, The Metropolitan Museum of Art

“Tears for Abraham? The Sacrifice of Isaac in Anglo-Saxon Imagination”

Shu-han Luo, Yale University

“Feeling in the Margins in Fifteenth-Century Prayer Books”

Sara M. Weisweaver, University of Illinois at Urbana-Champaign

Lunch, 12:15-1:30pm

Session #4: Affections in Community, 1:30-3:00pm

Piroska Nagy, Université du Québec à Montréal, moderator

“Private Emotions and Public Display: Normative Court Community in Castile-Leon, c. 1250-1350”

Kim Bergqvist, Stockholm University

“Can Emotions Make Law?: Collective Trauma, Apostasy and Legal Responsiveness in Fifteenth Century Austrian Jewry”

Tamar Menashe, Columbia University

“Jealousy (ghayra) in Pre-Modern Islamic Constructions of Masculinity”

Marion H. Katz, New York University

Break, 3:00-3:15pm

Session #5: Affective Genres, 3:15-4:45pm

Stephanie Trigg, University of Melbourne, moderator

“The Abstemious Affect of the Couplet Genre in Early Modern South Asian Devotional Poetry”

Manpreet Kaur, Columbia University

“Negative Interiority: Unruly Feelings in Premodern Korean Fiction”

Ksenia Chizhova, Princeton University

“Moving the Soul: Exegesis and Medieval Psychology in Simone Fidati’s De Gestis Domini Salvatoris »

Xavier Biron-Ouellet, Université du Québec à Montréal

Closing Discussion, 4:45-5:30pm

Jesus Rodriguez Velasco, Columbia University

 

Des émotions immorales, inconfortables et laides ?

The Danish historical journal temp is planning a special issue:

Uncomfortable, immoral, and ugly feelings
In recent decades the discipline of history has witnessed a tremendous increase the interest in emotions. Among other things, scholars have examined how cultures of emotions have emerged and changed. They have also looked at how historical actors have adopted and adapted the emotional repertoires that were socially acceptable in various historical contexts. In this temp issue we wish to explore a new and different strand within this field, that is, the affective moments and experiences that break with prevailing emotional norms. Through a focused attention on emotional disruptions as historical indicators of cultural shifts, we seek to shed light on the negative, morally reprehensible, uncomfortable or pathological feelings – as well as the titillating dangerous feelings.
Focusing on emotional practices deemed ignoble, raw, bad or ugly, essays will examine the historically variable relationship between morality, power, and affective practices. What role has feelings such as greed, envy, thirst for revenge, shame, apathy, or misplaced desire played in different contexts? How have historical actors handled unpleasant emotions? In what ways have negative feelings been used as a means of social regulation or contestation? When are feelings deemed inappropriate and how does that affect the social contexts within which they are practiced? How do “good” emotions turn “bad”?

We welcome contributions in English or Danish exploring any historical period and context.
Deadlines Deadline for Abstracts (min. ½ page): September 15th 2016
Article Deadline: September 15th 2017
Author Seminar: April 2017 (Deadline for Papers: One month before Author Seminar)
Please send contributions and possible questions to: temphist@hum.au.dk The special issue is edited by an editorial group chaired by Karen Vallgårda and Nils Arne Sørensen.

L’émergence des sciences médiévales des émotions aux XI-XIIIe siècles, ou EMMA à Genève

EMMA sera l’hôte du Séminaire des Archives Jean Piaget à Genève, mardi prochain le 26 avril, à 18h15, salle R040 à UniMail, à Genève.

Genève Piaget

L’émergence des sciences médiévales des émotions aux 11e-13e siècles: une histoire intellectuelle

Résumé de la conférence

Alors que d’après le récit, devenu habituel, du développement de la pensée occidentale à propos de l’émotion, le concept se cristallise parallèlement à la sécularisation de la société et de la pensée européenne et il est étroitement lié à la naissance de la discipline psychologique, on va tenter de montrer ici qu’une psychologie systématique de l’affectivité, dans laquelle émotion et raison sont étroitement liées, avait émergé bien plus tôt, dans le cadre de la pensée chrétienne occidentale. En effet l’anthropologie chrétienne – ie, la conception de l’être humain – est entièrement reformulée dans le contexte du renouveau culturel et intellectuel des XI-XIIIe siècles, à la fois dans le monde monastique et les milieux ‘scolastiques’. Au haut Moyen Âge les émotions étaient comprises dans la perspective morale dualiste des vices et des vertus; à partir du XIIe siècle, les émotions, positives ou négatives, attirent une attention croissante et commencent à faire partie de l’image plus complexe de la nature humaine. Alors même que la perspective chrétienne demeure le cadre d’une littérature en forte croissance, orientée vers la psychologie, les émotions sont décrites en rapport avec les puissances de l’âme et leurs dimensions sensorielles et corporelles, en même temps qu’avec leurs fonctions cognitive, rationnelle et volitive, considérées de manière intégrée. C’est cette psychologie médiévale des émotions que nous souhaitons ici présenter.

Appel à communication : Discerning Affect and Emotion in Pre-Modern Texts — New York, 3 septembre 2016

Call for Papers

 Between the Lines:

Discerning Affect and Emotion in Pre-Modern Texts

 Co-Sponsored by The Columbia University Seminar on Affect Studies

& the Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions (CHE)

 Columbia University Faculty House

Friday, September 30, 2016

Keynote speaker:

Fiona Somerset, Professor, Department of English, University of Connecticut

 This conference addresses multiple challenges in the study of affect and emotion in the pre-modern period.  To what extent can we assume commensurability between contemporary definitions and understandings of affect or emotion and earlier, pre-modern iterations? Can we historicize affect? How do we? One strategy is to read across the surface in pre-modern works, looking for the explicit naming of emotional states (for example, “anger” or “joy”) and the gestures and expressions associated with those states; but another might be to read between the lines and find less discursively obvious articulations of affect or emotion. How, for example, do we discern or quantify affect in a culture that might value understatement and reserve? How do we read the absence, or indeed, the extremes of emotional expression or affect in texts? How do cultural texts (artistic, literary, religious etc.) contribute to the history of emotions? And how do we account for emotional change across time?

Papers for this conference should address these themes in pre-modern texts (pre-1500) from around the world.  “Texts” can be constructed loosely, as written, oral, aural, visual, literary, political, administrative, religious, etc.

Possible ideas include, but are not limited to:

  • evaluating the representations of emotions in the past via word study
  • understanding normative associations of emotions with genders, or with specific types figures (heroes, demons, etc.) and genres.
  • exploring how to discern emotional experience that is not categorized, or categorizable
  • recognizing mixed emotions
  • exploring the role of gestures, facial expressions, movements in art and literature
  • interpreting the absence of emotional expression or affect altogether
  • reading the filiation of certain emotions with the presence of faith/obedience, or with practices of conversion and devotion and the cultivation of community
  • tracing unstated, unnamed emotions
  • making associations between emotions and visual culture
  • aligning the modern or contemporary interest in emotions and affects with the pre-modern
  • interrogating the relation between emotions and conceptions of private and public life in the pre-modern
  • reading emotions in cross-cultural encounters
  • pedagogy and pre-modern affect

 

Submission deadline for abstracts: May 1, 2016. Abstracts of 300 words accompanied by a brief biographical paragraph should be submitted to conference organizers Patricia Dailey and Lauren Mancia (Columbia University Seminar on Affect Studies) and Stephanie Trigg (University of Melbourne/ARC CHE): premodern.affect@gmail.com. Papers should be up to 20 minutes in length.

Subventions for travel or lodging will be available to graduate students giving papers. To apply for a subvention, write an additional paragraph explaining how this paper and conference fit into your larger program of graduate study, what funds you already have access to, and what approximate costs you will have in traveling to and staying near Columbia for the conference. Submit this paragraph along with your abstract and biographical paragraph by May 1, 2016.