Archives de catégorie : Actualité d’EMMA

« Les Cafés de l’histoire » avec Piroska Nagy (Librairie Payot, Genève)

CIMG0764[4] CIMG0765[3]Mercredi 27 avril à 12h chez Payot Rive Gauche (Genève)

Piroska Nagy, professeure d’histoire du Moyen Âge, sera l’invitée des Cafés de l’Histoire organisés par Payot Libraire et la Maison de l’histoire pour son ouvrage « Sensible Moyen Âge » co-écrit avec Damien Boquet. Entrée libre. Débat animé par Guillemette Bolens, professeure de littérature à l’université de Genève.

L’émergence des sciences médiévales des émotions aux XI-XIIIe siècles, ou EMMA à Genève

EMMA sera l’hôte du Séminaire des Archives Jean Piaget à Genève, mardi prochain le 26 avril, à 18h15, salle R040 à UniMail, à Genève.

Genève Piaget

L’émergence des sciences médiévales des émotions aux 11e-13e siècles: une histoire intellectuelle

Résumé de la conférence

Alors que d’après le récit, devenu habituel, du développement de la pensée occidentale à propos de l’émotion, le concept se cristallise parallèlement à la sécularisation de la société et de la pensée européenne et il est étroitement lié à la naissance de la discipline psychologique, on va tenter de montrer ici qu’une psychologie systématique de l’affectivité, dans laquelle émotion et raison sont étroitement liées, avait émergé bien plus tôt, dans le cadre de la pensée chrétienne occidentale. En effet l’anthropologie chrétienne – ie, la conception de l’être humain – est entièrement reformulée dans le contexte du renouveau culturel et intellectuel des XI-XIIIe siècles, à la fois dans le monde monastique et les milieux ‘scolastiques’. Au haut Moyen Âge les émotions étaient comprises dans la perspective morale dualiste des vices et des vertus; à partir du XIIe siècle, les émotions, positives ou négatives, attirent une attention croissante et commencent à faire partie de l’image plus complexe de la nature humaine. Alors même que la perspective chrétienne demeure le cadre d’une littérature en forte croissance, orientée vers la psychologie, les émotions sont décrites en rapport avec les puissances de l’âme et leurs dimensions sensorielles et corporelles, en même temps qu’avec leurs fonctions cognitive, rationnelle et volitive, considérées de manière intégrée. C’est cette psychologie médiévale des émotions que nous souhaitons ici présenter.

Compte rendu de lecture de « Sensible Moyen Âge » dans « Le Monde »

Source : Le Monde

par Etienne Anheim

 

Sensible Moyen Age. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, de Damien Boquet et Piroska Nagy, Seuil, « L’Univers historique », 480 p., 25 €.

En 1919, dans L’Automne du Moyen Age (Payot, 2002), l’historien néerlandais ­Johan Huizinga (1872-1945) soulignait «la facilité d’émotions» des médiévaux, hommes et femmes. Quelques années plus tard, le sociologue allemand Norbert Elias (1897-1990) proposait l’idée de «procès de civilisation» pour décrire l’évolution par laquelle ­l’Occident de l’époque moderne aurait ensuite rationalisé cette émotivité. Au cœur de cet entre-deux-guerres qui pouvait pourtant faire douter d’une Europe maîtresse d’elle-même, les émotions devenaient un trait marquant de la société médiévale, considérée comme un miroir ­inversé du XXe  siècle. Malgré les incitations de Lucien Febvre (1878-1956) puis l’histoire des mentalités, cette attention aux émotions du passé n’a vraiment repris vigueur qu’à la fin du siècle dernier, sous l’influence de l’historiographie américaine. L’histoire des émotions est alors devenue un champ d’études international, au croisement entre les études culturelles et les sciences cognitives.

Sensible Moyen Age, qui présente le résultat de dix années de recherches, en constitue un jalon essentiel. Il propose une interprétation globale de la place des émotions et des affects dans les sociétés médiévales, mais aussi une double prise de position méthodologique. Face au sentiment que le Moyen Age serait, de manière cohérente, une société de l’émotion exacerbée, radicalement différente de la nôtre, Piroska Nagy et Damien Boquet dépeignent des formes sociales et intellectuelles de l’émotion en perpétuelle transformation, entre le IIIesiècle et la Renaissance. Et contre l’idée inverse que les émotions pourraient être identiques à travers le temps et l’espace, car purement déterminées par des mécanismes biologiques, ils montrent qu’elles sont d’abord le fruit de constructions historiques, dont ils décrivent deux étapes majeures.

Le propre de l’homme

La fin de l’Antiquité est le moment de la christianisation des émotions, qui rompt avec les traditions antiques marquées par le stoïcisme et l’épicurisme. L’œuvre de saint Augustin, comme les ­premières expériences monastiques, lie le souci du corps et celui de l’âme. Ainsi que Michel ­Foucault (1926-1984) l’avait déjà suggéré, le christianisme stimule et contraint à la fois les émotions, qui constituent un puissant ­ciment de la communauté. Jusqu’au XIIesiècle, elles restent ­toutefois une marque non de la création mais du péché originel – une manifestation de la faiblesse humaine.

C’est alors que survient, avec les écoles et les universités, le tournant naturaliste. Les émotions, désormais tenues pour le propre de l’homme et valorisées, deviennent un objet de connaissance rationnelle. Dans le même temps, elles pénètrent au plus profond de la grammaire sociale et politique de l’Occident, participant pleinement à son économie générale. La dévotion de la fin du Moyen Age est placée sous l’égide de l’affectivité ; le pouvoir, de son exercice par le roi à sa contestation par la foule, sollicite sans trêve les émotions au sein des rapports de force. Elles ne sont donc pas une force aveugle que la raison moderne aurait fini par maîtriser.

Si les sociétés médiévales sont des mécaniques désirantes nourries par le modèle du Christ incarné, elles sont aussi des espaces de réflexion critique sur cette nouvelle puissance sociale des affects. Plutôt que d’opposer Moyen Age et modernité, ce livre permet de reconnaître la continuité dialectique à l’œuvre dans des sociétés européennes qui valorisent les émotions, en même temps qu’elles les disciplinent par un système de normes explicites. Il offre surtout d’en repérer l’inscription dans notre temps  : une subjectivité instable, un tissu social et institutionnel traversé par des passions, une conception naturaliste des affects, autant de figures médiévales qui n’ont cessé de travailler les sociétés et les savoirs modernes, de la psychanalyse à la science politique en passant par la biologie.

E. Anheim, dans Le Monde, 25 décembre 2015

Histoire des émotions (Journée d’études)

Source : Université d’Aix-Marseille, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, TELEMME UMR 7303

Le mercredi 25 novembre 2015 – salle Paul-Albert Février, 9H30-17H30

Journée d’études : Histoire des émotions

en collaboration avec l’Europe Institute, School of Cultures, Languages & Linguistics, University of Auckland

L’histoire des émotions suscite des recherches et des publications de plus en plus nombreuses. Cette journée est l’occasion de faire le point sur quelques-uns de ces travaux, à l’occasion de la parution par Damien Boquet et Piroska Nagy de Sensible Moyen-Age, de celle à venir de L’Histoire des émotions dirigée par Jean-Jacques Courtine pour le tome 3, et du séjour de recherches à l’IMERA de Claudia Wassmann, spécialiste de ces questions dans le domaine de l’histoire de la médecine.

Programme :

9 h 30 -12 h Régis Bertrand, Telemme (AMU CNRS)
Présidence
Anne Carol, Telemme (AMU CNRS)
Introduction

 

Damien Boquet, Telemme (AMU CNRS)
Présentation de « Sensible Moyen Âge »

 

Claudia Wassman , Fondation IMéRA
Sentir son corps au XIXe siècle : la physiologie des émotions

 

Bruno Nassim Aboudrar, Université Paris III-EA 7343 Lira
Art moderne : l’antinomie des émotions ?

 

14 h – 17 h 30 Bruno Bertherat, Université d’Avignon-Centre N. Elias
Présidence

 

Jean-Jacques Courtine, Université d’Auckland
L’âge de l’anxiété. Comment faire l’histoire d’une émotion sans objet ?

 

Anne Carol, Telemme (AMU CNRS)
Débâcles corporelles. Hontes, dégoûts et pitiés face à la maladie et la mort.

 

Michel Peraldi, CNRS, Iris
Des murs et des larmes. Emotions et mouvements migratoires contemporains.

Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval (parution le 15 octobre)

51WeZLtpkJL._SX317_BO1,204,203,200_à paraître le 15 octobre prochain

Damien Boquet et Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015 (coll. L’Univers Historique), 480 p. + XII p. illustrations

 

Présentation de l’éditeur:

Que peut-on savoir de la vie affective au Moyen Age ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature profane et spirituelle, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices sur la place des émotions dans la vie sociale. De la colère d’un puissant à l’indignation du petit peuple, de la honte démonstrative d’une sainte à la crainte de la honte d’un grand, de l’amitié entre moines à  l’imitation souffrante du Christ, de l’enthousiasme d’un groupe de croisés à la peur d’une ville entière face à la guerre ou à la peste qui approche, les exemples sont multiples. L’émotion n’est pas l’expression d’une confusion des esprits ni d’un chaos des règles sociales. Tous ces éclats de joie et de douleur, signes d’une humanité entière, produisent du sens qui ne se comprend que dans son contexte. Tout au long du millénaire médiéval, un modèle chrétien d’affectivité, élaboré à petite échelle dans les laboratoires monastiques, se construit, se répand, pénètre la société, tout en interagissant avec d’autres modèles, déjà présents ou en voie de construction parallèle, comme celui de la culture de cour. D’où qu’on la regarde, on constate que l’émotion au Moyen Age irrigue les relations sociales, dans une diversité d’interprétations et une vitalité culturelle qui impressionnent.

 

Sommaire

Introduction

Chapitre 1. La christianisation des affects (IIIe-Ve siècle)

Théologie des émotions

     Un Dieu sensible

     
Quand la colère de Dieu prouve son existence

     Dieu est amour

     
La passion incarnée

Anthropologie des émotions

     Les passions chrétiennes


     Saint Augustin, père de l’affectivité médiévale

     La faute et le châtiment


    Un nouveau régime d’humanité

 

Chapitre 2. La cité du désir : le laboratoire monastique (Ve-VIIIe siècle)

Le désert : des soucis du corps au souci de l’âme

    Les mauvaises pensées d’Évagre le Pontique

    Cassien : de la charité à l’amitié vertueuse au fondement de la communauté

La conversion affective du monachisme occidental

     Des normes monastiques pour convertir l’affect

     Grégoire le Grand ou l’émotion sacrificielle

 

Chapitre 3. Des émotions pour une société chrétienne : Francie, Ve-Xe siècle

Le très haut Moyen Âge, une époque déchirée ?

      Le lien des émotions

     Amicitia / inimicitia

     Et les femmes dans tout cela ?

La promotion des émotions célestes

     Diffusion de la sensibilité chrétienne

     Nouveaux gestes de la dévotion laïque

     Enseignement moral

Le projet de société carolingienne : l’unité dans l’amour

 

Chapitre 4. L’apogée de l’affect monastique (XIe- XIIe siècle)

Aux origines du renouveau affectif

     Un érémitisme compassionnel


     Le privilège de l’amour : l’affection fraternelle d’une élite ascétique

     La réforme affective du monachisme et de l’Église


     L’amitié comme pratique de conversion chez Anselme de Cantorbéry

Extension du domaine de l’amour

     La charité passionnée comme nature spirituelle


     Ordonner les émotions


     Piétés sensibles


     Le monde comme horizon : amitié spirituelle et charité fraternelle au XIIe siècle

 

Chapitre 5. Éthique et esthétique des émotions aristocratiques à l’âge féodal (XIe-XIIIe siècle)


L’ordre affectif de la féodalité

     Une société du spectacle

     Les révolutions de l’amour

Le couple amoureux et son double

     La naturalisation de l’amour

     L’impossible innamoramento des amants de même sexe

Émotions littéraires et valeurs aristocratiques

     Émotions épiques

     Regard sur l’autre, regard de l’autre : la jalousie et la honte

 

Chapitre 6. La nature émotive de l’homme (XIe- XIIIe siècle)

Ouverture : la controverse sur les mouvements premiers de la sensibilité

Des accidents de l’âme et du cœur : la science médicale des émotions

     Une mécanique des affects

     Émotions et régimes de santé

     Remèdes à la mélancolie

L’anthropologie monastique au XIIe siècle : les défis d’une psychologie spiritualiste

     L’affect comme puissance de l’âme

     Pour le meilleur et pour le pire : l’union affective de l’âme et du corps

Vers une science universitaire des passions de l’âme au XIIIe siècle

      Les émotions et la personne humaine au début du XIIIe siècle, entre psychologie et morale

      Jean de la Rochelle, le tournant de l’anthropologie scolastique


     Thomas d’Aquin, une science psychologique des passions

 

Chapitre 7. Politiques des émotions princières (XIIe-XVe siècle)

L’émotion souveraine

     Du corps politique au corps princier, et retour

     Le prince au miroir de ses émotions

Sensible royauté : portrait émotionnel de saint Louis

Gouverner par les émotions

     Ira regis

     La colère comme verdict : le meurtre de Thomas Becket

     Faire et avoir honte

Négocier les émotions

     Souveraineté et transformation des affects politiques : l’exemple de l’amitié

     L’émotion comme événement politique


     « Pleurer, c’est gouverner »

 

Chapitre 8. La conquête mystique de l’émotion (XIIIe-XIVe siècle)

L’enracinement culturel de la « mystique affective »

     Le renouveau grégorien de la théologie et l’anthropologie des pratiques religieuses

     La ferveur religieuse, une émotion collective

     François d’Assise et la révolution de l’émotion incarnée

L’expérience des pieuses femmes

     Vision, imagination et incorporation : modes d’union à la souffrance du Christ

     L’émotif sacramentel ou la navigation émotionnelle efficace des mystiques

L’incarnation émotive du sacré : genres et société

Épilogue : la devotio moderna, une piété affective adoucie

 

Chapitre 9. L’émotion commune (XIIIe-XVe siècle)

Partage public des émotions performatives

     Émotion et violence : les mouvements du peuple

     Régler des conflits par le partage émotionnel

Émotions et identités sociales

     Quand les émotions disent les communautés

     Exclure par les émotions : fabriquer la haine

La pastorale des émotions

     Théorie scolastique de l’éducation émotive

     La rhétorique de l’émotion : faire rire, faire honte

      La scénarisation de la persuasion émotive

Conclusion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les émotions médiévales, actualité éditoriale en avant-première

Le mercredi 20 mai, le séminaire « Corps » de l’UMR Telemme (Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme, salle Témime, 9h30-12h00) s’intéresse aux émotions médiévales, et plus particulièrement aux projets éditoriaux en cours :

Didier Lett (Université de Paris VII) présentera le chapitre qu’il a écrit, consacré aux émotions familiales au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), à paraître dans le volume I de l’Histoire des émotions, dirigé par G. Vigarello.

Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille) présentera le livre qu’il a co-écrit avec Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, à paraître aux éditions du Seuil cet automne.

Présentation du séminaire : cliquer ici

Rire, pleurer, haïr au Moyen Âge (« L’Histoire », mars 2015)

409Le numéro de mars du magazine L’Histoire consacre un dossier aux émotions médiévales. Bonne lecture !

Il y a un an mourait le grand médiéviste Jacques Le Goff. Ce dossier lui rend hommage, à travers un thème qu’il a été parmi les premiers à explorer en s’intéressant au rire : l’histoire des émotions.
A partir de sept émotions (la colère, les larmes, l’amour, la peur, la fureur, la honte, le rire), découvrez un univers de sentiments exacerbés. Mais également très codifiés et rationnels.
Par Jacques Berlioz, Damien Boquet, Patrick Boucheron, Boris Bove, Régine Le Jan, Jean-Marie Moeglin, Laurence Moulinier-Brogi, Piroska Nagy, Laurent Smagghe.

En complément, vous pouvez écouter Piroska Nagy dans la Fabrique de l’Histoire, invitée par Emmanuel Laurentin, une émission autour de Jacques Le Goff et l’histoire des émotions, passée sur les ondes le 27 février pour promouvoir le numéro.