Archives de catégorie : Non classé

« Sensible Moyen Âge » lauréat 2016 du prix Augustin Thierry de l’Académie Française

51WeZLtpkJL._SX317_BO1,204,203,200_C’est avec un immense plaisir que nous avons appris que  Sensible Moyen Âge avait été récompensé par l’Académie Française (prix Augustin Thierry). Merci aux membres du jury qui ont pris le soin de nous lire et à l’Académie de mettre ainsi en valeur l’histoire des « façons de sentir » qui possède des racines profondes dans l’historiographie médiévale francophone.

 

CFP « Fear ». 21st Annual Graduate Student Conference (Los Angeles)

Source : Fabula

CALL FOR PAPERS

21st Annual Graduate Student Conference

Department of French & Francophone Studies

University of California, Los Angeles

20-21 October 2016

http://uclaffsconference2016.weebly.com/

Keynote Speaker: Tracy Sharpley-Whiting, Vanderbilt University

                                                        FEAR

Discourses of fear dominate our contemporary moment. In this so-called “Age of Terrorism,” fear knows no borders, spreads quickly, and provokes the fearful to react in unpredictable ways. Politicians lash out and make shows of strength; citizens march en masse while immigrant families take flight; journalists proclaim “même pas peur!” while young people turn to newer forms of media to express their disillusionment and reshape pervasive stereotypes. At the same time, the causes—or perceived causes—of fear can be as varied as these reactions. Though opinion polls might define fear in terms of “terrorism,” “immigration,” or “globalization,” these kinds of categories often obfuscate and conflate more than they clarify.

Using fear as a framework of analysis, we propose to explore how it permeates the discourses of literature, art, and history, in its overt and covert forms. In literature, for example, we tend to associate French medieval epics with the fear of losing territory and influence. How might fears regarding religious conversion undergird these stories? Turning to the sixteenth and seventeenth centuries, humanists of these epochs were motivated by an anxious desire to claim themselves as the inheritors of ancient Greek and Roman cultures. Could we argue that this ambition reflects an unstated fear of not measuring up to these models? France in the late-eighteenth and nineteenth centuries was rocked by revolutions. How might material fears such as hunger have intertwined with ideological fears of persecution and repression to inspire social, political, and cultural change?

In the face of repressive regimes from Indochina to Vichy France, from Haiti to Cameroon, dissidents could face severe, or even lethal, punishment. How does the fear of denunciation give rise to coded writings that criticize and subvert the status quo?

In and beyond these contexts, how does fear cloud reason or induce clarity? Can it also have positive, not simply negative, effects? When is fear “natural” and when is it not? Who plays a role in shaping these perceptions? How and by whom is it incited and manipulated, diverted and channeled, coped with, suppressed and overcome? To what end?

For the 21st Annual Graduate Student Conference of the UCLA Department of French and Francophone Studies, we seek to explore the reverberations of fear in French and Francophone literatures, languages, arts, cultures, and histories across time periods and disciplines. We understand fear to include empirical and conceptual engagements with the notions of terror, horror, panic, and phobia. We are interested in how these may be connected to creative endeavor, literary and artistic movements, political and economic gain, and aesthetic and cultural transformations. Our aim is to address concerns of importance to scholars in literature, history, film and media studies, art history, sociology, anthropology, gender studies, and philosophy.

Possible topics may include but are not limited to:

In what cases does fear underlie opinions, decisions, and reactions?

How is fear instrumentalized and exploited?

How does fear work covertly, surreptitiously, or secretly? How can it be disguised? In what ways does the need for aesthetic and social ideals of “purity” and “order” reflect underlying fears?

What causes fear to be politicized or depoliticized?

How does fear legitimate or justify? Unify or divide?

In what ways is fear an affective experience?

How does fear blend with other emotions and states, such as love, desire, obsession, and fascination?

When is fear unacknowledged or even suppressed?

In what ways does fear create confusion, incite hysteria, and/or suspend reason?

How does fear cause paralysis? Or can it provoke action?

How does fear limit expression? Conversely, how can it engender creative response?

When does fear lead to protection and security for some and an amplification of fear for others?

Please send an abstract (300 words or fewer) in English or French, along with your paper title, affiliation, contact information, and biography (75 words) to uclafrenchgradconf2016@gmail.com. Presentations should be no longer than 20 minutes in length.

Our deadline for submissions is July 15, 2016.

Offre de poste : Professeur-e assistant-e en études littéraires et émotions (Univ de Genève)

Source : Université de Genève

Professeur-e assistant-e en études littéraires et émotions

Entité organisationnelle
Faculté des lettres
Section / Division
Services communs de la faculté des lettres
Fonction
Professeur-e assistant-e avec prétitularisation conditionnelle
Code fonction
PA
Classe maximum
24
Corps
Personnel enseignant
Taux d’activité
100 %
Délai d’inscription
01-10-2016
Référence
1930
Pièce(s) jointe(s)

Description du poste

Le-la professeur-e assistant-e en études littéraires et émotions est nommé-e pour une période de 3 ans; la nomination est renouvelable une fois pour une période de 3 ans au maximum. Le-la professeur-e assistant-e rémunéré-e par des fonds provenant du budget de l’Etat est nommé-e avec prétitularisation conditionnelle. Il-elle est soumis-e à deux évaluations au cours de son mandat en vue de son éventuelle titularisation à la fonction de professeur-e associé-e ou de professeur-e ordinaire.

Ses domaines de recherche et d’enseignement doivent porter sur les relations entre la littérature et les émotions. Une expertise dans le domaine de l’image, fixe ou animée, pourrait être considérée comme un atout.

Ses activités s’inscriront dans le cadre d’un des départements littéraires de la Faculté (départements de langue et littérature françaises, allemandes, anglaises, romanes, méditerranéennes, slaves, orientales ou est-asiatiques) et/ou dans le programme de littérature comparée.

Sa maîtrise orale et écrite de la langue française, ou son souhait de l’apprendre rapidement, est importante, une grande partie des enseignements et des recherches, au sein de l’Université de Genève, s’effectuant dans cette langue. La maîtrise de l’anglais, dans le cadre des séminaires avancés et des projets de recherche, est indispensable.

Titre et compétences exigés

Doctorat ès lettres ou titre jugé équivalent dans le domaine des études littéraires.

Entrée en fonction

1er septembre 2017 ou date à convenir

Contact

nadege.berdoz@unige.ch

Informations complémentaires

La candidature et les documents doivent parvenir, exclusivement en ligne, en cliquant sur le bouton ci-dessous « Postuler/Apply now ».


L’Université de Genève offre des conditions d’engagement motivantes dans un cadre de travail stimulant. En nous rejoignant, vous aurez l’occasion de mettre en valeur vos compétences ainsi que votre personnalité et contribuer activement au rayonnement d’une Institution fondée en 1559.

Dans une perspective de parité, l’Université encourage les candidatures du sexe sous-représenté.

Vient de paraître : Histoire intellectuelle des émotions, de l’Antiquité à nos jours

Antonello da Messina, Portrait d'un jeune homme, huile sur bois, v. 1470 Legs Benjamin Altman, 1913 Metropolitan Museum of Art www.metmuseum.org
Antonello da Messina, Portrait d’un jeune homme, huile sur bois, v. 1470
Legs Benjamin Altman, 1913
Metropolitan Museum of Art
www.metmuseum.org

D. Boquet et P. Nagy (dir.), Histoire intellectuelle des émotions, de l’Antiquité à nos jours, L’Atelier du Centre de recherches historiques, 16 (2016)

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution en ligne, en texte intégral et libre d’accès, du tout dernier volume de notre programme EMMA intitulé : Histoire intellectuelle des émotions, de l’Antiquité à nos jours, sous la direction de Damien Boquet et Piroska Nagy.

Le recueil, composé de 14 articles, est paru dans la collection de L’Atelier du Centre de recherches historiques, la revue électronique du CRH, numéro 16, juin 2016.

Présentation et sommaire :

Ce recueil présente des textes issus de la cinquième rencontre du projet EMMA, EMotions au Moyen Âge. Projet interdisciplinaire, EMMA a toujours voulu discuter de l’histoire des émotions avec les non-historiens, les non-médiévistes, les spécialistes d’autres aires culturelles. Notre volume contient ainsi des travaux d’historiens de l’Occident et de la Chine, mais aussi de psychologues, de philosophes et d’un littéraire. Face à un domaine aussi complexe que l’histoire des émotions, la multiplicité des points de vue et des démarches est fondamentale. Entreprendre une « histoire intellectuelle des émotions », c’est avant tout une invitation à questionner nos outils théoriques et nos façons de penser l’émotion, en les faisant dialoguer avec celles des époques et des sociétés de notre enquête.

Présentation-discussion de « La Contagion des émotions » (B. Delaurenti)

AfficheDelaurentigroupebaillantWEBLundi 6 juin de 15h-18h

Présentation

Bâiller fait bâiller, pleurer fait pleurer, apercevoir une personne qui mange fait saliver : le livre de Béatrice Delaurenti, La contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale, Paris, « Classique Garnier », 2016, s’intéresse à la façon dont les expressions corporelles et psychologiques se conjuguent au Moyen Âge, à partir de l’analyse de la notion de compassion, propre à cette période, qui désigne les effets de contamination des mouvements émotionnels. A travers la trajectoire d’un mot et de ce qu’il révèle de cette société, l’enquête éclaire alors la culture savante des derniers siècles du Moyen Âge, attentive à intégrer l’être humain dans un univers qui le dépasse et l’englobe.

La séance, animée par Fanny Cosandey, comprendra une présentation de l’auteur et les interventions d’Alain Boureau (CRH-EHESS),  Gérard Jorland (CRH-CNRS) et Nicolas Weill-Parot (CRHEC, Paris-Est Créteil Val de Marne).

Lieu

EHESS
Salle Jean-Pierre Vernant
190, avenue de France
75013 Paris

Le Moyen Âge des émotions : conférence à la Médiathèque de Poitiers (24 mai à 18h30)

Conférences du Moyen Âge

Localisation : Médiathèque François-Mitterrand
Catégorie : Conférences
Adresse : Médiathèque François-Mitterrand 4 rue de l’Université
Conditions : Tél. 05 49 52 31 51 Fax 05 49 52 31 60 mediatheque@mairie-poitiers.fr

  • – Le 24/05/2016

Mardi 24 mai

Découverte

Conférences du Moyen Âge

Le Moyen Âge : que d’émotions !

Par Damien Boquet, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille.

Que peut-on savoir de la vie émotionnelle des femmes et des hommes du Moyen Âge ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices de la place des émotions dans la vie intime et sociale. L’émotion au Moyen Âge irrigue la société, dans une diversité d’interprétations et une vitalité qui impressionnent.

Médiathèque François-Mitterrand, salle Jean-Richard-Bloch, à 18h30. 

Compte rendu de lecture de « Sensible Moyen Âge » dans « Le Monde »

Source : Le Monde

par Etienne Anheim

 

Sensible Moyen Age. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, de Damien Boquet et Piroska Nagy, Seuil, « L’Univers historique », 480 p., 25 €.

En 1919, dans L’Automne du Moyen Age (Payot, 2002), l’historien néerlandais ­Johan Huizinga (1872-1945) soulignait «la facilité d’émotions» des médiévaux, hommes et femmes. Quelques années plus tard, le sociologue allemand Norbert Elias (1897-1990) proposait l’idée de «procès de civilisation» pour décrire l’évolution par laquelle ­l’Occident de l’époque moderne aurait ensuite rationalisé cette émotivité. Au cœur de cet entre-deux-guerres qui pouvait pourtant faire douter d’une Europe maîtresse d’elle-même, les émotions devenaient un trait marquant de la société médiévale, considérée comme un miroir ­inversé du XXe  siècle. Malgré les incitations de Lucien Febvre (1878-1956) puis l’histoire des mentalités, cette attention aux émotions du passé n’a vraiment repris vigueur qu’à la fin du siècle dernier, sous l’influence de l’historiographie américaine. L’histoire des émotions est alors devenue un champ d’études international, au croisement entre les études culturelles et les sciences cognitives.

Sensible Moyen Age, qui présente le résultat de dix années de recherches, en constitue un jalon essentiel. Il propose une interprétation globale de la place des émotions et des affects dans les sociétés médiévales, mais aussi une double prise de position méthodologique. Face au sentiment que le Moyen Age serait, de manière cohérente, une société de l’émotion exacerbée, radicalement différente de la nôtre, Piroska Nagy et Damien Boquet dépeignent des formes sociales et intellectuelles de l’émotion en perpétuelle transformation, entre le IIIesiècle et la Renaissance. Et contre l’idée inverse que les émotions pourraient être identiques à travers le temps et l’espace, car purement déterminées par des mécanismes biologiques, ils montrent qu’elles sont d’abord le fruit de constructions historiques, dont ils décrivent deux étapes majeures.

Le propre de l’homme

La fin de l’Antiquité est le moment de la christianisation des émotions, qui rompt avec les traditions antiques marquées par le stoïcisme et l’épicurisme. L’œuvre de saint Augustin, comme les ­premières expériences monastiques, lie le souci du corps et celui de l’âme. Ainsi que Michel ­Foucault (1926-1984) l’avait déjà suggéré, le christianisme stimule et contraint à la fois les émotions, qui constituent un puissant ­ciment de la communauté. Jusqu’au XIIesiècle, elles restent ­toutefois une marque non de la création mais du péché originel – une manifestation de la faiblesse humaine.

C’est alors que survient, avec les écoles et les universités, le tournant naturaliste. Les émotions, désormais tenues pour le propre de l’homme et valorisées, deviennent un objet de connaissance rationnelle. Dans le même temps, elles pénètrent au plus profond de la grammaire sociale et politique de l’Occident, participant pleinement à son économie générale. La dévotion de la fin du Moyen Age est placée sous l’égide de l’affectivité ; le pouvoir, de son exercice par le roi à sa contestation par la foule, sollicite sans trêve les émotions au sein des rapports de force. Elles ne sont donc pas une force aveugle que la raison moderne aurait fini par maîtriser.

Si les sociétés médiévales sont des mécaniques désirantes nourries par le modèle du Christ incarné, elles sont aussi des espaces de réflexion critique sur cette nouvelle puissance sociale des affects. Plutôt que d’opposer Moyen Age et modernité, ce livre permet de reconnaître la continuité dialectique à l’œuvre dans des sociétés européennes qui valorisent les émotions, en même temps qu’elles les disciplinent par un système de normes explicites. Il offre surtout d’en repérer l’inscription dans notre temps  : une subjectivité instable, un tissu social et institutionnel traversé par des passions, une conception naturaliste des affects, autant de figures médiévales qui n’ont cessé de travailler les sociétés et les savoirs modernes, de la psychanalyse à la science politique en passant par la biologie.

E. Anheim, dans Le Monde, 25 décembre 2015

Colin Jones, The Smile Revolution In Eighteenth Century Paris

256 pages | 48 black & white halftones | 234x156mm
978-0-19-871581-8 | Hardback | 25 September 2014
Also available as: eBook
Price:  £22.99
Un beau livre, qui décrit la nouveauté du sourire à pleins dents à la fin du XVIIIe siècle à Paris :
  • How western civilization first discovered the smile – and learned to stop frowning at the art of smiling
  • The story of a ‘smile revolution’ on the eve of political revolution in eighteenth century Paris – undoing centuries of western disdain for the practice
  • Shows how the Reign of Terror soon wiped the smile off people’s faces – until the re-emergence of the smile in the twentieth century
  • Ranges from the history of art, literature, and culture, to science, medicine, and dentistry to reveal the true story of an expression at the heart of western civilization

You could be forgiven for thinking that the smile has no history; it has always been the same. However, just as different cultures in our own day have different rules about smiling, so did different societies in the past. In fact, amazing as it might seem, it was only in late eighteenth century France that western civilization discovered the art of the smile. In the ‘Old Regime of Teeth’ which prevailed in western Europe until then, smiling was quite literally frowned upon. Individuals were fatalistic about tooth loss, and their open mouths would often have been visually repulsive. Rules of conduct dating back to Antiquity disapproved of the opening of the mouth to express feelings in most social situations. Open and unrestrained smiling was associated with the impolite lower orders.

In late eighteenth-century Paris, however, these age-old conventions changed, reflecting broader transformations in the way people expressed their feelings. This allowed the emergence of the modern smile par excellence: the open-mouthed smile which, while highlighting physical beauty and expressing individual identity, revealed white teeth. It was a transformation linked to changing patterns of politeness, new ideals of sensibility, shifts in styles of self-presentation – and, not least, the emergence of scientific dentistry. These changes seemed to usher in a revolution, a revolution in smiling. Yet if the French revolutionaries initially went about their business with a smile on their faces, the Reign of Terror soon wiped it off. Only in the twentieth century would the white-tooth smile re-emerge as an accepted model of self-presentation.

In this entertaining, absorbing, and highly original work of cultural history, Colin Jones ranges from the history of art, literature, and culture to the history of science, medicine, and dentistry, to tell a unique and untold story about a facial expression at the heart of western civilization.Readership: All those interested in the cultural, artistic, scientific, and medical history of western civilization – and the history of revolutionary France in particular