Archives de catégorie : Non classé

Le Moyen Âge des émotions : conférence à la Médiathèque de Poitiers (24 mai à 18h30)

Conférences du Moyen Âge

Localisation : Médiathèque François-Mitterrand
Catégorie : Conférences
Adresse : Médiathèque François-Mitterrand 4 rue de l’Université
Conditions : Tél. 05 49 52 31 51 Fax 05 49 52 31 60 mediatheque@mairie-poitiers.fr

  • – Le 24/05/2016

Mardi 24 mai

Découverte

Conférences du Moyen Âge

Le Moyen Âge : que d’émotions !

Par Damien Boquet, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille.

Que peut-on savoir de la vie émotionnelle des femmes et des hommes du Moyen Âge ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices de la place des émotions dans la vie intime et sociale. L’émotion au Moyen Âge irrigue la société, dans une diversité d’interprétations et une vitalité qui impressionnent.

Médiathèque François-Mitterrand, salle Jean-Richard-Bloch, à 18h30. 

Compte rendu de lecture de « Sensible Moyen Âge » dans « Le Monde »

Source : Le Monde

par Etienne Anheim

 

Sensible Moyen Age. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, de Damien Boquet et Piroska Nagy, Seuil, « L’Univers historique », 480 p., 25 €.

En 1919, dans L’Automne du Moyen Age (Payot, 2002), l’historien néerlandais ­Johan Huizinga (1872-1945) soulignait «la facilité d’émotions» des médiévaux, hommes et femmes. Quelques années plus tard, le sociologue allemand Norbert Elias (1897-1990) proposait l’idée de «procès de civilisation» pour décrire l’évolution par laquelle ­l’Occident de l’époque moderne aurait ensuite rationalisé cette émotivité. Au cœur de cet entre-deux-guerres qui pouvait pourtant faire douter d’une Europe maîtresse d’elle-même, les émotions devenaient un trait marquant de la société médiévale, considérée comme un miroir ­inversé du XXe  siècle. Malgré les incitations de Lucien Febvre (1878-1956) puis l’histoire des mentalités, cette attention aux émotions du passé n’a vraiment repris vigueur qu’à la fin du siècle dernier, sous l’influence de l’historiographie américaine. L’histoire des émotions est alors devenue un champ d’études international, au croisement entre les études culturelles et les sciences cognitives.

Sensible Moyen Age, qui présente le résultat de dix années de recherches, en constitue un jalon essentiel. Il propose une interprétation globale de la place des émotions et des affects dans les sociétés médiévales, mais aussi une double prise de position méthodologique. Face au sentiment que le Moyen Age serait, de manière cohérente, une société de l’émotion exacerbée, radicalement différente de la nôtre, Piroska Nagy et Damien Boquet dépeignent des formes sociales et intellectuelles de l’émotion en perpétuelle transformation, entre le IIIesiècle et la Renaissance. Et contre l’idée inverse que les émotions pourraient être identiques à travers le temps et l’espace, car purement déterminées par des mécanismes biologiques, ils montrent qu’elles sont d’abord le fruit de constructions historiques, dont ils décrivent deux étapes majeures.

Le propre de l’homme

La fin de l’Antiquité est le moment de la christianisation des émotions, qui rompt avec les traditions antiques marquées par le stoïcisme et l’épicurisme. L’œuvre de saint Augustin, comme les ­premières expériences monastiques, lie le souci du corps et celui de l’âme. Ainsi que Michel ­Foucault (1926-1984) l’avait déjà suggéré, le christianisme stimule et contraint à la fois les émotions, qui constituent un puissant ­ciment de la communauté. Jusqu’au XIIesiècle, elles restent ­toutefois une marque non de la création mais du péché originel – une manifestation de la faiblesse humaine.

C’est alors que survient, avec les écoles et les universités, le tournant naturaliste. Les émotions, désormais tenues pour le propre de l’homme et valorisées, deviennent un objet de connaissance rationnelle. Dans le même temps, elles pénètrent au plus profond de la grammaire sociale et politique de l’Occident, participant pleinement à son économie générale. La dévotion de la fin du Moyen Age est placée sous l’égide de l’affectivité ; le pouvoir, de son exercice par le roi à sa contestation par la foule, sollicite sans trêve les émotions au sein des rapports de force. Elles ne sont donc pas une force aveugle que la raison moderne aurait fini par maîtriser.

Si les sociétés médiévales sont des mécaniques désirantes nourries par le modèle du Christ incarné, elles sont aussi des espaces de réflexion critique sur cette nouvelle puissance sociale des affects. Plutôt que d’opposer Moyen Age et modernité, ce livre permet de reconnaître la continuité dialectique à l’œuvre dans des sociétés européennes qui valorisent les émotions, en même temps qu’elles les disciplinent par un système de normes explicites. Il offre surtout d’en repérer l’inscription dans notre temps  : une subjectivité instable, un tissu social et institutionnel traversé par des passions, une conception naturaliste des affects, autant de figures médiévales qui n’ont cessé de travailler les sociétés et les savoirs modernes, de la psychanalyse à la science politique en passant par la biologie.

E. Anheim, dans Le Monde, 25 décembre 2015

Colin Jones, The Smile Revolution In Eighteenth Century Paris

256 pages | 48 black & white halftones | 234x156mm
978-0-19-871581-8 | Hardback | 25 September 2014
Also available as: eBook
Price:  £22.99
Un beau livre, qui décrit la nouveauté du sourire à pleins dents à la fin du XVIIIe siècle à Paris :
  • How western civilization first discovered the smile – and learned to stop frowning at the art of smiling
  • The story of a ‘smile revolution’ on the eve of political revolution in eighteenth century Paris – undoing centuries of western disdain for the practice
  • Shows how the Reign of Terror soon wiped the smile off people’s faces – until the re-emergence of the smile in the twentieth century
  • Ranges from the history of art, literature, and culture, to science, medicine, and dentistry to reveal the true story of an expression at the heart of western civilization

You could be forgiven for thinking that the smile has no history; it has always been the same. However, just as different cultures in our own day have different rules about smiling, so did different societies in the past. In fact, amazing as it might seem, it was only in late eighteenth century France that western civilization discovered the art of the smile. In the ‘Old Regime of Teeth’ which prevailed in western Europe until then, smiling was quite literally frowned upon. Individuals were fatalistic about tooth loss, and their open mouths would often have been visually repulsive. Rules of conduct dating back to Antiquity disapproved of the opening of the mouth to express feelings in most social situations. Open and unrestrained smiling was associated with the impolite lower orders.

In late eighteenth-century Paris, however, these age-old conventions changed, reflecting broader transformations in the way people expressed their feelings. This allowed the emergence of the modern smile par excellence: the open-mouthed smile which, while highlighting physical beauty and expressing individual identity, revealed white teeth. It was a transformation linked to changing patterns of politeness, new ideals of sensibility, shifts in styles of self-presentation – and, not least, the emergence of scientific dentistry. These changes seemed to usher in a revolution, a revolution in smiling. Yet if the French revolutionaries initially went about their business with a smile on their faces, the Reign of Terror soon wiped it off. Only in the twentieth century would the white-tooth smile re-emerge as an accepted model of self-presentation.

In this entertaining, absorbing, and highly original work of cultural history, Colin Jones ranges from the history of art, literature, and culture to the history of science, medicine, and dentistry, to tell a unique and untold story about a facial expression at the heart of western civilization.Readership: All those interested in the cultural, artistic, scientific, and medical history of western civilization – and the history of revolutionary France in particular

Thomas Aquinas on the Passions

9780521187596cvr_D copySource : Cambridge University Press

Thomas Aquinas on the Passions
A Study of Summa Theologiae, 1a2ae 22–48, Robert Miner, Cambridge University Press, 2011

Présentation de l’éditeur:

The Summa Theologiae is Thomas Aquinas’ undisputed masterwork, and it includes his thoughts on the elemental forces in human life. Feelings such as love, hatred, pleasure, pain, hope and despair were described by Aquinas as ‘passions’, representing the different ways in which happiness could be affected. But what causes the passions? What impact do they have on the person who suffers them? Can they be shaped and reshaped in order to better promote human flourishing? The aim of this book is to provide a better understanding of Aquinas’ account of the passions. It identifies the Aristotelian influences that lie at the heart of the Summa Theologiae, and it enters into a dialogue with contemporary thinking about the nature of emotion. The study argues that Aquinas’ work is still important today, and shows why for Aquinas both the understanding and attainment of happiness requires prolonged reflection on the passions.

Civilizing Emotions Concepts in Nineteenth Century Asia and Europe (vient de paraître)

 

Cover

Source : Oxford university press

Civilizing Emotions. Concepts in Nineteenth Century Asia and Europe

Margrit Pernau, Helge Jordheim, Orit Bashkin, Christian Bailey, Oleg Benesch, Jan Ifversen, Mana Kia, Rochona Majumdar, Angelika C. Messner, Myoung-kyu Park, Emmanuelle Saada, Mohinder Singh, and Einar Wigen

Emotions In History

368 pages | 234x156mm

978-0-19-874553-2 | Hardback | 27 August 2015

Présentation de l’éditeur:

At the beginning of the twenty-first century, the vocabulary of civility and civilization is very much at the forefront of political debate. Most of these debates proceed as if the meaning of these words were self-evident. This is where Civilizing Emotions intervenes, tracing the history of the concepts of civility and civilization and thus adding a level of self-reflexivity to the present debates. Unlike previous histories, Civilizing Emotions takes a global perspective, highlighting the roles of civility and civilization in the creation of a new and hierarchized global order in the era of high imperialism and its entanglements with the developments in a number of well-chosen European and Asian countries.

Emotions were at the core of the practices linked to the creation of a new global order in the nineteenth century. Civilizing Emotions explores why and how emotions were an asset in civilizing peoples and societies – their control and management, but also their creation and their ascription to different societies and social groups. The study is a contribution to the history of emotions, to global history, and to the history of concepts, three rapidly developing and innovative research areas which are here being brought together for the first time.

« Cultures sensibles » : une équipe et un projet de recherches à l’université de Liège

Une équipe de recherches dont je viens d’apprendre l’existence, basée à l’université de Liège, se consacre aux « cultures sensibles« .

Une publication à venir retient tout particulièrement l’attention :

Michel Delville, Andrew Norris et Viktoria von Hoffmann (éd.), Disgust. Histoire, langage, politique et esthétique d’une émotion plurielle, Presses Universitaires de Liège (« Cultures sensibles », vol.3), à paraître (2015).