Archives de catégorie : Non classé

Les émotions byzantines en visite à Paris !

Dans le cadre du séminaire de Paolo Odorico, M. Martin Hinterberger, Professeur à l’Université de Chypre, tiendra quatre séminaires portant sur Les émotions à Byzance. Les séminaires ont lieu au 105, Boulevard Raspail, en salle 3
les lundis 26 janvier, 2, 16 et 23 février, de 11.00 à 13.00 h.

Martin Hinterberger travaille sur les émotions byzantines depuis plusieurs années; il est l’auteur de nombreux articles (cf. sa page Academia ) et d’un ouvrage sur l’envie byzantine, en allemand.

 

Une thèse de doctorat sur le don des larmes au XIIIe siècle dans l’hagiographie: Kimberley-Joy Knight

Kimberley-Joy Knight, désormais post-doctoral fellow à l’Université de Sydney, dans le cadre du CHE, Centre of Excellence for the History of Emotions, a soutenu en 2014, en Histoire, sa thèse de doctorat à l’Université de Saint-Andrews (Écosse), sur le don des larmes dans l’hagiographie du XIIIe siècle dont voici le résumé:

Blessed are those who weep: Gratia lacrymarum in thirteenth-century hagiographies

Hagiographies and canonisation processes from the thirteenth century are frequently saturated with descriptions of tears. The tears of holy men and women were both the means to, and apex of, spiritual perfection. Using hagiographical sources from the new Mendicant Orders emerging in Italy, France and the Low Countries, but drawing on other important examples when appropriate, this thesis demonstrates the complexity and importance of tears in thirteenth-century religious life. It makes significant contributions to understanding the construction of sainthood and the history of emotions during this critical period. Case studies of the beguine Marie d’Oignies (d.1213), and the founder of the preaching friars Dominic of Caleruega (d.1221), developed in chapters one and two allow for the meaning of tears to be explored fully and contextualised within the broader themes of devotional piety, gender, medicine and physiology, and the cult of saints. The hypotheses raised in these case studies are tested in chapter three using an extensive sample of vitae to demonstrate the importance of tears. In order to navigate the sea of tears, the study offers a bipartite conceptual framework that takes into account both a charismatic experience of tears (often known as gratia lacrymarum) and a progressive, transformative journey through tears. Building on Piroska Nagy’s seminal work Le Don des Larmes, this thesis presents a comprehensive analysis of tears in thirteenth-century hagiographies. It argues that they were not devalued in light of other forms of bodily piety nor did they become mere virtues in light of their proliferation; on the contrary, tears were highly valued and saturated religious life, traversing boundaries of what was to be imitated and admired.

 

 

Deux articles affectifs dans Hortulus

Hortulus, la revue en ligne des étudiants-médiévistes (The Online Graduate Journal of Medieval Studies), vient de consacrer dans son nouveau numéro deux articles à l’affectivité et aux émotions :

Marital Affection and Expectations in a 14th-Century Parisian Court–by Kristi DiClemente

et

Gifting Emotions: Gregory the Great and His Gift-giving to Aristocratic Females—By Paul A. Brazinski

Bonne lecture !

 

Lukarde d’Oberweimar à Sydney, le 18 novembre…

… ou la fin des aventures d’EMMA en Australie  !

Voici l’événement:

A Woman of Passion, or the Powerful Emotions of Lukardis of Oberweimar (d.1309)

bannerDate: Tuesday November 18,
Time:12-2pm
Venue: Rogers Room, Woolley Building,The University of Sydney All welcome

Abstract: According to her vita, Lukardis of Oberweimar began her career as a young Cistercian nun suffering from various ailments. Her passions make her a stigmatized holy woman, who undergoes a spiritual pregnancy and visible stigmata, and eventually shares her charisma with the sisters of her convent of Oberweimar. In this paper I propose reading her life as a text in which the transformative power of emotions is central, both in her own life and in that of the convent. Her transformation is an emotional transformation, happening through the bodily performance of passions, a word which merits comment; her sanctity and emotional sharing transform the convent into an emotional community which, most probably, does not last.
Exploring the power of emotions as represented in the vita offers an opportunity to reflect, first, on the importance of emotions in late-medieval anthropology, and secondly on the problems a (medievalist) historian meets while working on emotions in history.

Image: Christ on the Cross, Schnütgen Museum, Cologne. Devotional image attributed to a female monastic designer, Germany in the 14th century. Discovered and published by J. Hamburger, in Nuns as Artists: The Visual Culture of a Medieval Convent Berkeley: University of California Press, 1997

 

Emotions at Work in Historical Past: Workshop, University of Melbourne, 13 Nov. 2014

La suite des aventures d’EMMA aux antipodes  !

Après deux conférences, sur Angèle de Foligno à Yarra Theological Union et sur les incorporations émotives à Greccio à l’Université de Melbourne, ce workshop,  organisée par l’ARC Centre of Excellence for the History of Emotions réunit chercheurs et étudiants de l’émotion autour de la grande question de la manière dont l’émotion participe au « travail » de l’Histoire.

Date: Thursday 13 November, 2014
Time: 9:30am-4.00pm
Venue: University House, Upper East Dining Room, The University of Melbourne

Schedule

9.30–11.00am Piroska Nagy: Medieval Emotions and Historical Change: the cases of Angela of Foligno and Lukardis of Oberweimar

This lecture will reflect on emotions in medieval texts by considering three major questions. It will address how emotions are related to changes in historiography in recent decades. By exploring several medieval cultural constellations it will argue that emotions, and not only their representation, change through time.  It will then use the example of two female mystics who died in 1309, Angela of Foligno and Lukardis of Oberweimar, to show how embodied emotions in the later Middle Ages had a transformative power with respect to the self and community.

 

11.00am: Morning Tea

11.30am–1.00pm
Hannah Kilpatrick: Emotional contagion and strong leadership in the chanson de geste: Henry II as epic prince

Aleksondra Hultquist: Genre: The Emotional Practice of Amatory Fiction

Charles Zika: Exploring Emotional Community in Witches’ Dances of the Seventeenth Century

1.00–1.45pm: Lunch

1.45–3.15pm
Bronwyn Reddan: Emotions as Practice: Scripts, maps and landscapes

Fincina Hopgood: The Empathy ‘Revolution’: an overview of current research on the emotion of empathy

Grace Moore: On (ab)using Brian Massumi

3.15–3.35pm: Afternoon tea

3.35–4.00pm: Concluding Discussion

Histoire de l’amitié à la « Fabrique de l’histoire » : textes lus

Plusieurs auditeurs m’ont demandé les références des textes lus lors de l’émission de la « Fabrique de l’histoire » consacrée à l’amitié médiévale le 22 octobre dernier sur France Culture.

Les voici ci-dessous :

— L’amitié dans la Bible

 

« Une parole agréable multiplie les amis, / une langue affable attire maintes réponses aimables. / Que soient nombreuses tes relations, / mais pour les conseillers prends-en un entre mille. / Si tu veux te faire un ami, commence par l’éprouver et ne te hâte pas de te confier à lui. / Car tel lie amitié comme ça lui chante, qui ne restera pas fidèle au jour de ton épreuve. / Tel est l’ami qui se change en ennemi / et qui va dévoiler votre querelle pour ta confusion. / Tel est l’ami et s’assied à ta table, / qui ne restera pas fidèle au jour de l’épreuve. / Dans ta prospérité il sera un autre toi-même, / parlant librement à tes serviteurs, / mais dans ton abaissement il se retournera contre toi / et évitera ton regard. / Eloigne-toi de tes ennemis / et garde-toi de tes amis. / Un ami fidèle est un baume de vie, / le trouveront ceux qui craignent le Seigneur. / Qui craint le Seigneur se fait de vrais amis, / car tel on est, tel est l’ami qu’on a. » (L’Ecclésiastique, 6, 5-17)

 

 

— Poème à un ami absent : Alcuin (v. 730-804)

 

 

Mon tendre amour pleure un ami absent,

Qu’une vaste étendue de terre dérobe à ma vue.

Rare est la fidélité parmi les hommes qui en fait des amis chers.

Dans le tumulte des occupations, lui seul est présent à mon cœur.

Supérieur à l’argent, plus précieux que l’or rougeoyant,

Il brille avec plus d’éclat que tous les trésors,

Lui que toute ma force d’âme désire et cherche

A posséder, à garder, à aimer et à honorer.

Tu es celui-là, uni (conjunctus) à moi dans un grand amour,

Tu es la paix de mon esprit, un doux amour pour moi.

Que Dieu veille sur toi pour toute l’éternité,

Puisses-tu te souvenir d’Albinus en tout temps et en tout lieu. Adieu.

(…)

Porte donc avec toi ces modestes vers, mon frère, mon ami,

Garde pour toujours, je te le demande, le souvenir de moi comme de ton ami,

Lorsque tu iras à travers les champs, les collines, les forêts et les rivières,

Puisse le Christ veiller toujours sur ton chemin.

Puisses-tu être privilégié dans les prières des saints toujours et sans fin,

Maintenant et à jamais, doux ami, adieu.

 

Alcuin, Carmen 55, MGH Poet. Lat. Aevi Carol. I, p. 266-267. Trad. D. Boquet

 

 

— Ami et Amile, chanson de geste (XIIe s.)

 

( Le comte Ami ) n’avait pas encore parcouru une demi-lieue qu’un pré s’offrit à ses regards, un pré couvert de fleur comme aux plus beaux jours ; et au milieu de celui-ci, il vit le comte Amile, debout. Il ne l’avait jamais vu, mais les descriptions qu’on lui en avait faites et les bonnes armes dont il était équipé lui permirent de le reconnaître parfaitement.  Pressant son cheval de ses éperons dorés, Ami se dirigea rapidement vers Amile qui, l’ayant à son tour reconnu au premier regard, s’avança vers lui. Ils se jettent dans les bras l’un de l’autre, s’embrassent avec une telle fougue, se serrent avec une telle tendresse qu’ils sont bien près de s’étouffer l’un l’autre.

 

Ami et Amile. Chanson de geste, publié par P.F. Dembowski, Paris, Champion, 1987, p. 6-7 ; trad. Joël Blanchard et Michel Quereuil, Paris, Champion, 1985, p. 20.

 

 

— Aelred de Rievaulx (moine cistercien), 1110-1167

 

« Vous vous étonnez que je pleure ? Étonnez-vous plutôt que je vive. Qui, en effet, ne s’étonnerait qu’Aelred vive sans Simon, à moins d’ignorer combien il fut doux de vivre ensemble, combien il eût été doux de retourner ensemble à la patrie ? Supportez donc patiemment mes larmes, mon gémissement, le rugissement de mon cœur. […] Où t’en es-tu allé, ô modèle de ma vie, harmonisation de mes habitudes de vie ? Où t’en es-tu allé ? Où es-tu parti ? Que vais-je faire ? Vers qui vais-je me tourner ? Qui vais-je suivre ? Comment as-tu été arraché à mes embrassements, soustrait à mes baisers, dérobé à mes regards ? Car je t’étreignais, frère bien-aimé, non de corps mais de cœur. Je t’embrassais non par contact des lèvres mais par un affect de l’âme. »

 

Aelred de Rievaulx, Le Miroir de la charité, traduction par Charles Dumont et Gaëtane de Briey, Abbaye de Bellefontaine (Vie monastique, n°27), 1992, I, 98, pp. 107 et 113-114.

 

 

 

—Lettre d’Anselme de Cantorbéry (†1109) au moine Gondulphe

 

« Lorsque je me dispose à t’écrire, ô âme très chère à mon âme, lorsque je me dispose à t’écrire, j’hésite sur la meilleure façon de commencer ce que j’ai à te dire. En effet, tout ce que je ressens à ton sujet est doux et agréable à mon cœur : tout ce que je désire pour toi est ce que mon esprit peut concevoir de mieux. En effet, je t’ai vu tel que je t’ai aimé, comme tu le sais ; j’entends que tu es tel que je t’ai désiré, comme Dieu le sait. Par suite, où que tu ailles, mon amour t’accompagne, et où que je demeure, mon désir t’embrasse.

Et toi tu me demandes par tes courriers, tu m’exhortes par tes lettres, tu me pousses par tes cadeaux à me souvenir de toi ? ‘Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens plus de toi’ (Ps 136, 6), si je ne place pas ‘Gondulphe’ parmi les premiers ‘de mes amis’. (…) En effet, comment pourrais-je t’oublier ? Celui dont mon cœur garde l’empreinte comme la cire celle d’un sceau, comment pourrait-il être effacé de mon souvenir ? Pourquoi dès lors te plains-tu avec tant de tristesse, comme je l’apprends, que jamais tu ne reçois de lettres de ma part, et cherches-tu avec un désir si vif à en recevoir souvent, alors que tu possèdes toujours avec toi la claire connaissance que tu as de moi. Toi sans que tu dises un mot, je sais que tu m’aimes ; et moi sans que je prononce une parole, tu sais que je t’aime (Jn 21, 16). »

 

Anselme de Cantorbéry, « Epître 4 », traduction J.-F. Cottier « Saint Anselme et la conversion des émotions. L’épisode de la mort d’Osberne », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, p. 292-293.

 

 

 

 

Penser les affects, des scolastiques aux neurosciences

Source : ENS Lyon

TR Affects2Table ronde
Dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance »
le 26 novembre 2014
18-20 h

Lieu(x) :

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes Amphithéâtre Descartes

Table ronde organisée dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance », organisé par Carlos Heusch (ENS de Lyon, UMR 5648 – CIHAM), avec la collaboration de Jimena Gamba (U. Salamanca), Mélanie Juste (ENS de Lyon – CIHAM) et Irene Salvo García (CNRS – CIHAM).Pour beaucoup, au Moyen Âge, l’amour était une question « scientifique ». Qu’en est-il aujourd’hui ? Que dit la science au sujet des affects ? C’est ainsi qu’est née l’idée de réunir autour d’une table des neuroscientifiques dont les recherches concernent l’activité cérébrale liée aux affects (émotions, regard, plaisir, amour…) et des médiévistes fins connaisseurs des écrits théoriques médiévaux sur ces mêmes questions.

Le but de la rencontre n’est pas tant celui d’une mise en regard de la « fable scientifique » médiévale avec la « vérité scientifique » de l’ère de l’électrode, mais celui, certes intellectuellement plus risqué, de la recherche de convergences dans la démarche intellectuelle, dans les conceptions de l’homme que sous-tendent les questions que les chercheurs d’avant et ceux d’aujourd’hui se posent dès lors qu’ils se mettent à « penser » les affects. Au-delà des déterminations épistémologiques de chaque période historique, que nous apprend sur l’être humain le questionnement sur la façon dont son corps et son esprit réagissent face au monde qui l’entoure ?

Table ronde modérée par Carlos Heusch, avec la participation de :

  • Nathalie George, neuroscientifique (CNRS, UPR640 Cogimage)
  • Stéphanie Dubal, neuroscientifique (CNRS, USR3246 Centre Émotion)
  • Damien Boquet, médiéviste (U. d’Aix-Marseille, UMR TELEMME)
  • et Jesús Rodríguez Velasco, médiéviste (Columbia U., New York).

EMMA en Australie, premier pas : Perth

Pendant que Damien se promène sur les ondes parisiennes, Piroska est (je suis!) aux antipodes, pour visiter le Centre d’Excellence pour l’Histoire des Émotions, en y donnant une série de conférences et séminaires, dont la première eut lieu ce soir,   à l’Université de Western Australia, avec un titre et résumé légèrement « électoraliste », comme dirait Rafael Mandressi, il s’y est agi essentiellement de s’interroger sur le pouvoir des émotions vécues collectivement, créant un événement, un « corps émotionnel » — dans la continuité de ce qui a pu se discuter au colloque Emotional Bodies à Genève. Est-ce qu’une communauté émotionnelle, telle que l’a définie Barbara Rosenwein, peut être éphémère?

La prochaine, mercredi à 11h, présentera les idées de notre livre à venir, avec Damien…

Histoire de l’amitié au Moyen Âge (« La Fabrique de l’histoire »)

Aujourd’hui, je suis intervenu avec Bénédicte Sère pour parler de l’amitié au Moyen Âge à « La Fabrique de l’histoire », émission animée par Emmanuel Laurentin et Perrine Kervran sur France culture. A écouter en podcast.

Un grand merci à l’équipe de La Fabrique, tout particulièrement à E. Laurentin qui a eu la délicatesse de mettre à l’honneur « l’histoire des émotions ».

L’Unique change de scène. Écritures spirituelles et discours amoureux (XIIe-XVIIe siècle)

Affiche colloque Cracovie (9-10 oct.14)

Le colloque « L’Unique change de scène ». Écritures spirituelles et discours amoureux (XIIe-XVIIe siècle) est organisé par les Universités de Cracovie, de Bordeaux Montaigne et de Paris Ouest Nanterre. Il se tiendra à Cracovie les 9 et 10 octobre. Voici le programme   : Programme colloque Cracovie (9-10 oct.14)

 

Conférence de Jacques Berlioz, « L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ? »

Conférence – Jacques Berlioz, « L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ? »

Posted: 28 Sep 2014 01:00 AM PDT

L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?

Conférence donnée par Jacques Berlioz, historien (GAHOM-CRH), dans le cadre de l’exposition « L’amour au Moyen Âge » (Tour Jean sans Peur). Réservation conseillée : tjsp@wanadoo.fr

Date : le mercredi 1er octobre 2014 à 19h
Contact : Tour Jean sans Peur (tjsp@wanadoo.fr)

War: An Emotional History

Source: British Academy for Humanities and Social Sciences

War: An Emotional History

Thursday 10 & Friday 11 July 2014, 9.30am–5pm
The British Academy, 10-11 Carlton House Terrace, London SW1Y 5AH

Please click here for a copy of the current conference programme.

Convenors:
Dr Claudia Siebrecht, University of Sussex; Dr Claire Langhamer, University of Sussex; Dr Lucy Noakes, University of Brighton

Love, grief, hate and fear are among the emotions most immediately associated with the rhetoric, experience and memory of war. War is often lived through and remembered as a time of heightened emotional intensity during which patriotic fervour, the break-up of families, encounters with the enemy, loss of life, and extraordinary levels of violence engender a range of complex emotional responses.

This two-day conference seeks to explore the degree to which war impacted upon the emotional world of those who lived through times of conflict, and to consider how individuals in a range of different national contexts have responded to war from the medieval to the modern period.

 

Le colloque Manipulus Florum commence demain et sera diffusé en ligne!

Le colloque dont nous avons déjà fait la pub il y a quelques semaines peut être suivi en ligne, y compris pour poser des questions, commentaires, etc.

Voici la page pour le programme, les résumés, et l’inscription pour le suivre en ligne :

http://web.wlu.ca/history/cnighman/page16.html

EMMA y sera présente avec une communication de Xavier BIRON-OUELLET (Université du Québec à Montréal): « Entre affectus, passio et perturbatio, quels mots pour exprimer l’émotion médiévale? L’exemple du Manipulus Florum », et d’autres communications touchent à l’affectivité dans le corpus : aux termes d’amor / caritas, à la notion de patience…