Archives de catégorie : séminaires

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui

Source : Fabula

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui

Séminaire

 

Présentation

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?

Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Mots-clés : affect, passion, imagination, sensation, sentiment, pitié, compassion, sympathie, sensibilité, émotion, empathie, politique, morale, homme, anthropologie, expérience, passivité, activité, action, égoïsme, intérêt, utile, amour propre, amour de soi ; sensibility, feeling, moral sense, emotion, sympathy, empathy, compassion ; Gefühl, Sensibilität, Sinnlichkeit, Leiblichkeit, Mitleid ; affectus, passio, sensus, animi motus, mens emota.

 

Lieu :
 Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

14 octobre 2014, 1ère séance (bâtiment T, salle 237)

Pierre Crétois (Université Paris Ouest, Sophiapol/Université François Rabelais de Tours) : Le statut des passions politiques chez Rousseau.

Présentation :

Les passions ont un statut politique problématique chez Rousseau. La pitié qui s’adresse à un autre soi-même est pré-politique. Quant au politique, il se constitue par une rupture avec cette passion sociale rivale qu’est l’amour-propre. Pourtant,  le rapport vertical de chacun à la volonté générale constitue une nouvelle affectivité que l’on pourrait qualifier de politique et qui ne se rapporte pas de façon première à autrui : l’amour d’un transcendance auto-instituée dans l’immanence se formulant, par exemple, dans la forme d’un amour de la patrie et d’institutions comme la religion civile.

 

Charles Ramond (Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis): Le « sentiment d’injustice » dans la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith.

Présentation :

Le « sentiment d’injustice » (ou, comme le nomme Rousseau dans l’Émile, le « sentiment de l’injustice ») est l’emblème des « sentiments moraux », et attesterait même, pour certains philosophes (jusqu’à Rawls et son sense of justice) d’un « sens moral » donné à tous. Or, de façon très surprenante, le « sentiment d’injustice » se révèle presque totalement absent de la Théorie des sentiments moraux. L’exposé consistera d’abord à mettre ce fait en évidence, puis à en rechercher la signification, dans une réinterprétation du sens général de l’ouvrage d’Adam Smith et dans une interrogation plus large sur le domaine de validité des « sentiments moraux ».

adresse

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, salle T237

Pouvoir de l’imagination et action à distance au Moyen Âge : lectures d’Avicenne en Occident

Source : Groupe d’Anthropologie Scolastique (EHESS)

Béatrice Delaurenti, maître de conférences à l’EHESS

1er et 3e vendredis du mois de 13 h à 15 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2013 au 6 juin 2014. Séance supplémentaire le 28 mars (même heure, même salle). Pas de séance le 2 mai. La séance du 4 avril est reportée au 11 avril (salle 4, même adresse)

Le séminaire poursuit l’analyse des réflexions philosophiques et médicales de l’époque médiévale sur l’action à distance, en s’attachant au thème du pouvoir de l’imagination sur le corps d’autrui. Cette question est étroitement liée, dans l’optique médiévale, au traité De Anima d’Avicenne, traduit en latin dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Avicenne soutient que l’homme peut agir sur les choses extérieures en vertu du pouvoir de son âme, par la force de son regard. Cette célèbre interprétation de la fascination a circulé en Occident, riche en suggestions pour ceux qui cherchaient à penser les phénomènes d’influence dans un cadre dominé par l’aristotélisme chrétien. Nous étudierons la réception de la doctrine d’Avicenne sur l’action à distance à partir d’écrits philosophiques et médicaux rédigés dans le monde latin entre la fin du XIIe siècle et la fin du XVe siècle. L’enquête permettra de préciser jusqu’à quel point la théorie avicennienne du pouvoir de l’âme est connectée avec la thématique spécifique du pouvoir de l’imagination, et quels en sont les enjeux pour la scolastique chrétienne.

L’action à distance au Moyen Âge : « compassio », empathie, sympathie et imagination.

24450Source : Groupe d’Anthropologie Scolastique (EHESS)

Béatrice Delaurenti, maître de conférences à l’EHESS

1er et 3e vendredis du mois de 13h à 15h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 23 novembre 2012 au 7 juin 2013. La 1re séance se déroulera exceptionnellement le 23 novembre, la séance du 15 mars est reportée au 22 mars.

Le séminaire poursuit l’étude des réflexions philosophiques et médicales de l’époque médiévales sur l’action à distance. Il est organisé autour de deux axes thématiques ; le premier porte sur la notion médiévale de compassio. Le terme désigne l’imitation involontaire du comportement d’autrui, il ouvre sur les concepts modernes de compassion, de sympathie et d’empathie. L’année dernière, nous avons suivi au XIVe siècle l’éclosion d’une réflexion sur la compassio à partir d’une série de commentaires aux Problèmes d’Aristote. Cette année, nous étudierons les prémisses de ce débat au XIIIe siècle, notamment dans certaines questions de l’École de Salerne.

Sur le pouvoir de l’imagination, second axe du séminaire, la réflexion médiévale est étroitement liée au traité De Anima d’Avicenne et à sa réception en Occident. Avicenne soutient que l’homme peut exercer une action sur les choses extérieures en vertus du pouvoir de l’âme, en particulier par l’imagination. Ce texte célèbre a circulé en Occident, riche en suggestions pour ceux qui cherchent à penser les phénomènes d’influence dans un cadre dominé par l’aristotélisme chrétien. Nous étudierons la réception de la doctrine d’Avicenne sur l’imagination en analysant les commentaires au De Anima, diffusés dans le monde latin à partir du XIIIe siècle.

Contacts : beatrice.delaurenti [à] yahoo.fr

Le régime des passions par Raphaël Enthoven au Théâtre de l’Odéon

Source : France Culture

Samedi 25 janvier à 15h à l’Odéon =-Théâtre de l’Europe
Le Régime des Passions
En partenariat avec l’Odéon-Théâtre de l’Europe.

Rencontres philosophiques préparées et animées par Raphaël Enthoven, assisté de Julien Tricard.

Épicure
le plaisir

avec Jean Salem, textes lus par Julie-Marie Parmentier et Georges Claisse

« Jamais il n’est trop tôt ou trop tard pour travailler à la santé de l’âme. »

C’est de ne pas méditer sur les causes de leur malheur que toi, l’homme, tu peux souffrir. Tes extravagances provoquent chez toi les plus grandes douleurs. La peur de la mort place l’angoisse et le malheur à l’intérieur même de ta vie. Comment guérir les maux de ton l’âme? Le plaisir épicurien est tout le contraire d’un libre débordement des passions. Il est le résultat d’un exercice de mesure par lequel tu décideras quoi t’autoriser, et quoi t’interdire. Vivre bien est un art qu’il te faut pratiquer pour comprendre ce que ta vie a d’impérissable. Alors seulement, « tu vivras comme un dieu parmi les hommes » (Lettre à Ménécée).

Informations pratiques
Grande salle, le samedi à 15h.
Plein tarif 10€, Tarif réduit 6€
Renseignement les.bibliotheques@theatre-odeon.fr

Raphaël Enthoven poursuit le cycle de rencontres philosophiques qu’il anime à l’Odéon depuis plusieurs années.

 

Peut-on reprocher au philosophe d’être un homme ? De connaître le bien et de l’approuver, tout en suivant le mal ? D’avoir, sur le papier, remède à tout et, en pratique, mal au monde entier ? Autant reprocher à l’esprit d’avoir un corps. Si toute philosophie est un peu la confession du philosophe (dans la mesure où le système qu’il se donne sert également de paravent à ses passions), alors évoquer le «régime des passions», c’est en venir à la racine des idées.

L’intellectuelle et la pénitente : corps et émotions de femmes à la fin du Moyen Âge

Séminaire « Histoire du corps », Aix-en-Provence, MMSH, salle Témime, mercredi 11 décembre 2013, 9h30-12h00

Résumé :
Laurent Smagghe (Université Paris IV) :
Dissimulation, masques et expressivité du corps d’émotion féminin dans l’œuvre de Christine de Pisan (v. 1365-1430
Figure marquante du monde des lettres à la charnière des XIVe et Xve siècle, proche des cercles du pouvoir sur lesquels elle porte un regard affuté, Christine de Pisan aborde dans plusieurs de ces textes le rôle actif incombant aux princesses dans la réforme politique et morale du royaume. Pour l’exercer, il leur faut un usage éclairé de leur corps et de leur geste, placés au service d’une expressivité efficace et publicisée de leurs émotions, celles-ci ne se laissant pourtant pas réduire aux stéréotypes d’une supposée émotivité féminine.
Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille) :
Corps, esprit et régimes des émotions dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle
Les psychologies occidentales contemporaines ont une approche objective et unifiée de la vie émotionnelle. Au Moyen Âge, la psychologie chrétienne repose sur des bases foncièrement différentes qui mettent en relation deux régimes émotionnels : les émotions charnelles et les émotions spirituelles. A partir d’un corpus hagiographique, je voudrais explorer les implications de cette « matrice analogique » (A. Guerreau-Jalabert) dans une perspective d’anthropologie médiévale de la vie affective.

 

Musique et Affects : L’expressivité en question

Source: Pouvoirs de l’art

La Société française d’esthétique,

le CRRLPM et

le programme ANR Les pouvoirs de l’art. L’expérience esthétique : émotions, savoirs, comportements,

vous invitent à une après-midi d’étude sur

 

 

Musique et Affects

L’expressivité en question

 

 

samedi 8 juin 2013

 

de 15h à 17h30,

 ENS Ulm (salle de conférences, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

 

Conférences de

 

Jerrold LEVINSON

(Université de Maryland, US)

 

La spécificité expressivité du jazz

 

 et

 

Clément ROSSET

(Université de Nice)

 

A propos de l’Inexpressif musical

 

 

Les conférences et discussions seront suivies d’un cocktail à la salle club de l’ENS, à partir de 17h30

Économie politique des sentiments

Source : baobab :Base de données des enseignements et séminaires de l’EHESS

Pour la seconde année consécutive, l’atelier les Économies Politiques des Sentiments, réunira en 2013 à l’EHESS des chercheuses et chercheurs travaillant autour des sentiments et de leur étude en sciences sociales.

http://enseignements-2012.ehess.fr/2012/ue/329/

L’atelier se tiendra du 13 février 2013 au 12 juin 2013, les 2e et 4e mercredis du mois, de 17 h à 19 h, à la Salle des Artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris.
Organisateurs :

Voici le programme des séances à venir :

13 février: Care et sentiments

Patricia Paperman (LabTop, Paris 8)

27 février: Transformations socio-politiques de l’amour

Béatrice Sommier (fBS-Campus de Brest Bretagne, ICI-UBO): « Du franquisme aux années 2000 en Andalousie : quels modèles pour aimer et quelles réalités ? »

Jean-Michel Butel (CEJ, Inalco) : « Élaboration de la cérémonie de mariage au Japon. Idéal amoureux, société urbaine et industrialisation ».

13 mars: L’empathie au travail

Elodie Janicaud (IRIS, Ehess) :  « Du contrôle des émotions à l’expression des sentiments chez les surveillants de prison : une impossible empathie ? ».

Thibaut Menoux (CSE, Ehess) : « Empathie et disponibilité émotionnelle sur le lieu de travail: les concierges d’hôtel ».

27 mars: Affect et pornographie

Florian Voros (IRIS, Ehess) : « ‘‘Hommes entre eux.’’ Usages de la pornographie et désir homosocial. »

Béatrice Damian-Gaillard (CRAPE, Rennes I), Mathieu Trachman (IRIS, Ehess) : « Contraintes du genre et mobilisation du désir dans deux enquêtes sur la pornographie ».


10 avril: L’émotion en contexte

Simeng Wang (CMH, Ens) : « L’expression émotionnelle et ses contextes sociaux: Réflexions à partir de l’exemple de migrants d’origine chinoise pris en charge en psychiatrie à Paris ».

Pauline Delage (IRIS, Ehess) : « « Ce n’est pas toi la victime, tu ne peux pas l’aider si tu pleures » : les émotions comme catalyseurs de professionnalisme dans les centres pour femmes victimes de violences conjugales ».

24 avril: « Espoir de ma vie » : amour impossible et amour vrai en Egypte

Aymon Kreil (CEIFR, Ehess ; Université de Neuchâtel)

Samuli Schielke (Zentrum Moderner Orient, Berlin)

22 mai: Affects et sida

Fanny Chabrol (IRIS, Ehess)

Gabriel Girard (IRIS, Ehess)

12 juin: Marchés matrimoniaux

Mélanie Gourarier (LAS, Ehess) : « Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes. L’hétérosexualité au prisme des sociabilités masculines »

Florence Levy (CECMC, Ehess) : « « Cherche toi un mari et c’est tout ! », l’imbrication des stratégies migratoires et matrimoniales dans l’espace transnational des migrantes de Chine du Nord à Paris ».

Séminaire de Master « Emotions et histoire » (Aix, MMSH, 19 déc. 2012)

Source : organisateurs du séminaire

Première séance du séminaire « Emotions et histoire » animée par Kais Naouali, étudiant de master II, au département d’histoire et DEMO et Pierluigi Lanfranchi, maître de conférence à Aix-Marseille Université, qui aura lieu mercredi 19 décembre à la MMSH (salle B279, 17h-19h).

L’ambition de ce séminaire est de réfléchir à la question de l’émotion à travers la pluralité des sciences humaines et sociales. Le point de départ pour notre réflexion sera la discussion du livre de R.MacMullen, Les émotions dans l’histoire (2004), en particulier des deux premiers chapitres, dans lesquels l’auteur montre que l’étude des émotions et affects en histoire est possible, voire nécessaire. Étant persuadés que l’approche de l’histoire des émotions ne peut qu’être interdisciplinaire, nous avons proposé à des étudiants, des doctorants et des chercheurs de différentes disciplines (histoire, littérature, philosophie, psychologie, sciences de gestion, histoire des religions, etc.) de proposer leur lecture du livre de MacMullen, leur remarques, leur critiques.

La deuxième partie de cette première rencontre sera consacrée à la discussion d’un « case study »: Kais Naouali nous présentera ses recherches sur l’histoire des émotions dans les sociétés musulmanes médiévales, à partir de l’exemple de la chronique d’ibn Ivâs (1500-1517).

——-

PS : je me permets de renvoyer au CR que j’avais fait du livre de R. MacMullen dans Bryn Mawr Classical Review en 2004.

Pour une présentation de l’intervention de Kais Naouali, voir « Émotions et histoire dans les sociétés musulmanes »

La science historique de Marc Bloch. Lectures philosophiques, lecture historienne

Source :UMR  TELEMME

Atelier : La Recherche et la Cité : « La science historique de Marc Bloch. Lectures philosophiques, lecture historienne » Autour du livre de Florence Hulak, philosophe

Le mercredi 12 décembre 2012 – Aix-en-Provence, MMSH, salle Paul-Albert Février, 10h-12h

Organisation : Déborah Cohen | Thomas Glesener

Annonce
Florence Hulak a lu Marc Bloch en philosophe, elle y souligne notamment les différences avec Lucien Febvre et la reconnaissance par Bloch des limites de toute structuration symbolique, au profit d’une science historique profondément consciente de son rapport aux temps présents. Damien Boquet, historien médiéviste, a lu Florence Hulak et se prête au jeu d’un regard historien sur un travail philosophique.
Programme
Organisé par Déborah Cohen et Thomas Glesener, AMU Telemme
Florence Hulak, IEA – Paris
« Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch », Hermann, Paris, 2012
Damien Boquet, AMU Telemme
Discutant

La Recherche et la Cité : Rencontre avec… Jacques Dalarun

vendredi 30 novembre 2012, 18h00
Aix-en-Provence
Institut de Management Public et de Gouvernance Territoriale,
Amphithéâtre Zyromski
(ouvert à tous)
Poursuivant une réflexion entamée dès 1999 sur la base des sources franciscaines, Jacques Dalarun s’interroge dans son dernier ouvrage – Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma éditeur, 2012 – sur les modes innovants de gouvernement inventés au Moyen Âge au sein des communautés religieuses. Ce faisant, le médiéviste nourrit sa réflexion des apports de la philosophie et de l’anthropologie, et trouve par là un écho sensible dans le débat actuel sur l’exercice de la démocratie contemporaine.
Trois lecteurs se prêtent au jeu de l’échange avec l’auteur et apportent, chacun, un regard spécifique sur cet essai afin de susciter le débat.
Programme
Laure Verdon, AMU Telemme
Présentation
Sylvain Piron, EHESS
Le médiéviste et les sources franciscaines
Matteo Magnani, LabexMed Telemme
Gouverner et servir la communauté
Damien Boquet, AMU Telemme
Jacques Dalarun, Michel Foucault et le droit d’aubaine
Discussion avec Jacques Dalarun

Sociologie et affects

Source : EHESS
Première année : Love, etc.
Séminaire coorganisé par Sébastien Roux, chargé de recherche au CNRS, Manuela Salcedo, doctorante à l’EHESS et Jean-Baptiste Pettier, doctorant à l’EHESS.
Ce séminaire entend interroger le « tournant affectif » (affective turn) que les sciences sociales auraient opéré depuis le milieu des années 1990, et la place renouvelée qu’occupent les émotions et les sentiments dans la compréhension du social. Pour sa première année, le séminaire se concentrera principalement sur l’amour et articulera différentes approches : une lecture critique, inspirée des théories féministes et queer, visant à penser les rapports de pouvoir qui le traversent et le constituent ; une lecture compréhensive centrée sur les réflexions actuelles autour de la morale et de l’intime, qui vise à penser ce que le sentiment produit chez les sujets ; une lecture politique, davantage préoccupée de l’amour comme ressource et justification pour l’action, notamment humanitaire ; enfin, une approche sensible de l’amour comme expérience vécue, susceptible d’aider à renouveler certaines questions épistémologiques. Les affects faisant l’objet d’une interrogation particulièrement dynamique en sciences sociales, notamment dans l’espace anglo-saxon, une participation active des étudiant-e-s est attendue (lectures critiques de textes, présentation de travaux en cours, etc.).
HORAIRE : Vendredi de 9 h à 11 h, du 26 octobre 2012 au 25 janvier 2013
LIEU : EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris
DATES : 26 octobre (salle 1) ; 2 novembre (salle 1) ; 9 novembre (salle 1) ; 16 novembre (salle 1) ; 23 novembre (salle 1) ; 30 novembre (salle 6) ; 7 décembre (amphithéâtre François-Furet) : 14 décembre (salle 6) ; 21 décembre (salle 1) ; 11 janvier (salle 6) ; 18 janvier (salle 1) ; 25 janvier (salle 1)
>
PROGRAMME D’ENSEIGNEMENT
>
>
  • Séance 1 – 26 octobre 2012 – Introduction (1)

    Salle 1
    Introduction à la sociologie des affects et de l’amour. Histoire et éléments bibliographiques
  • Séance 2 – 2 novembre 2012 – Introduction (2)

    Salle 1
    Introduction à la sociologie des affects et de l’amour. Enjeux politiques et sociaux
  • Séance 3 – 9 novembre 2012 – Le vol de l’amour

    Salle 1
    Lecture collective :
    GOODY Jack, « L’amour volé : Les émotions comme prérogative européenne », in Le vol de l’histoire, Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, éditions Gallimard, Paris, 2010 [2006], pp.386-413.
    Ouvrage à présenter :
    ABU-LUGHOD Lila, Veiled Sentiments: Honor and Sentiments in a Bedouin Society, Berkeley, University of California Press, 1999 [1986].
  • Séance 4 – 16 novembre 2012 – Un nouvel amour du capitalisme ?

    Salle 1
    Invitation : Eva Illouz, à l’occasion de la parution en français de son ouvrage Pourquoi l’amour fait mal : l’expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Le Seuil, 2012 [éd. originale : Why Love Hurts, Cambridge, Polity Press, 2012.]
  • Séance 5 – 23 novembre 2012 – Savoir/Pouvoir érotique

    Salle 1
    Lecture collective :
    FOUCAULT Michel, « Usage des plaisirs et techniques de soi », in Le Débat, n°27, 1983, pp. 46-72.
     Ouvrage à présenter :
    STOLER Ann, Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2010 [2002].
  • Séance 6 – 30 novembre 2012 – Inégalités, domination et sentiments

    Salle 1
    Lecture collective :
    HOCHSCHILD Arlie Russel, « Le nouvel or du monde », suivi de BACHMANN Laurence, « Entretien avec Arlie Russel Hochschild » in Nouvelles Questions Féministes, 23 (3), 2004, pp. 59-74 et 75-78.
    Ouvrage à présenter :
    CLARKE Averil Yvette, Inequalities of Love: College Educated Black Women and the Barriers to Romance and Family, Durham, Duke University Press, 2011.
  • Séance 7 – 7 décembre 2012 – Contrainte, intentionnalité, agency

    Amphithéatre François Furet
     Lecture collective :
    ORTNER Sherry, « Power and Projects: Reflections on Agency », in Anthropology and Social Theory: Culture, Power, and the Acting Subject, Durham, Duke University Press, 2006, pp. 129-153.
    Ouvrage à présenter :
    WARDLOW Holly, Wayward Women: Sexuality and Agency in a New Guinea Society, Berkeley, University of California Press, 2006
  • Séance 8 – 14 décembre 2012 – Amour et libéralisme

    Salle 6
    Lecture collective :
    FEHER Michel, « S’apprécier, ou les aspirations du capital humain », in Raisons Politiques, n°28, 2007, pp. 11-31
    Ouvrage à présenter :
    POVINELLI Elizabeth, The Empire of Love: Towards a Theory of Intimacy, Genealogy, and Carnality, Durham, Duke University Press, 2006.
  • Séance 9 – 21 décembre 2012 – Caring for… work?

    Salle 1
    Lecture colletive :
    PAPERMAN Patricia, « Pour un monde sans pitié », in Revue du Mauss, 2008, n°32,, pp. 267-283.
    Ouvrage à presenter :
    BROWN Tamara Mose, Raising Brooklyn: Nannies, Childcare, and Caribbeans Creating Communities, New York, New York University Press, 2011.
  • Séance 10 – 11 janvier 2013 – L’amour comme modernité politique

    Salle 6
    Lecture collective :
    ENGELS Friedrich, « La famille » (extrait sur « l’amour sexuel individuel), in L’origine de la famille, de la propriété privée, et de l’État, Éditions Sociales, Paris, 1971 [1884], pp. 74-80.
    Ouvrage à présenter :
    KENDALL Laurel, Getting Married in Korea: Of Gender, Morality, and Modernity, Berkeley, University of California Press, 1996.
  • Séance 11 – vendredi 18 janvier 2012 – Écritures sensibles

    Salle 1
    Lecture collective :
    MOLINIER Pascale, « Le sexuel dans le soin gériatrique. Une « difficulté dans la réalité » », in Genre, sexualité et société, n°6, 2011.
    Ouvrage à présenter :
    KOSOFSKY Sedgwick, A Dialogue on Love, Boston, Beacon Press, 1999.
  • Séance 12 – vendredi 25 janvier 2012 – Conclusion

    Salle 1
     Bilan et perspectives futures.