L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions »

Résultat de recherche d'images pour "lhomme devant la mort ariès"

Vendredi 23 juin, dans le cadre du colloque « Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours » (Université de Paris-Est Créteil, 22-23 juin 2017), je présenterai une communication sur le thème : L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions » : Philippe Ariès et l’histoire des attitudes devant la mort.

En voici le résumé :

« L’histoire des émotions » qui se développe rapidement depuis une décennie revendique souvent la nouveauté historiographique de son objet et l’originalité de ses méthodes, en rupture avec les conceptions irrationnelles des émotions. Néanmoins, il convient aujourd’hui de rappeler que « l’histoire des émotions », qui n’est pas un champ unifié, s’inscrit dans plusieurs traditions historiographiques, en particulier, pour ce qui concerne le programme EMMA que j’anime depuis une dizaine d’années avec Piroska Nagy, dans une histoire culturelle des sensibilités engagée dès les années 1930 par les premiers historiens des Annales. En ce sens, l’histoire des attitudes devant la mort a constitué, à partir des années 1960-1970, un chantier expérimental de première importance pour une histoire des émotions et des sensibilités. Les livres de Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort (1975) puis L’Homme devant la mort (1977) ont été une étape majeure dans l’émergence d’un champ historiographique en devenir, et ont positionné plus largement l’histoire de la mort, du deuil et des pratiques funéraires aux avant-postes. Alors que depuis quelques années, l’histoire de la mort et du deuil a pleinement (ré)intégré la question de l’émotion dans ses questionnements (A. Carol, G. Cuchet, E. Fureix, C. Lansing, R. Marcoux, B. H. Rosenwein, etc), je voudrais reprendre la lecture de L’Homme devant la mort dans le cadre d’une réflexion sur la généalogie de « l’histoire des émotions », afin de mesurer la singularité des propositions de Philippe Ariès et la complexité des ramifications historiographiques. Pour cela, je souhaite proposer une réflexion en trois moments :

1) Je m’intéresserai tout d’abord au rôle du vocabulaire et des catégories des affects dans la démarche d’« histoire psychologique » que défend Ariès, à partir des 4 termes qu’il utilise le plus fréquemment et qui constituent sous sa plume les principaux opérateurs des transformations psychiques face à la mort : émotion, sentiment, sensibilité et mentalité. Chez Ariès, c’est bien sous l’angle psychologique que les émotions sont considérées, tout comme le psychisme lui-même, quand il s’agit des attitudes de l’homme face à la mort, est façonné en priorité par l’affect.

2) Dans un second temps, je reprendrai le célèbre schéma des 5 grandes phases des attitudes devant la mort (la mort apprivoisée, la mort de soi, la mort longue et proche, la mort de toi, la mort inversée) en questionnant l’existence d’un régime émotionnel propre à chacune de ces phases, en lien également avec les deux grands moments de « changement de coutumes funéraires » qu’Ariès identifie (aux XII-XIIIe s. et au XIXe s.). Cette partie sera l’occasion de revenir sur les principes de « rupture », de « tournant » ou de « transition » en matière d’histoire psychologique des attitudes devant la mort où il apparaît que les émotions sont à la fois un facteur de changement et un symptôme des transformations en cours.

3) Enfin, j’engagerai une comparaison, toujours sous l’angle des rapports entre histoire des émotions et histoire de l’homme devant la mort, entre les thèses d’Ariès et celles de Norbert Elias, à partir notamment de son opuscule La Solitude des mourants (1982). En effet, l’histoire psychologique a souvent été associée à la théorie du processus de civilisation d’Elias, qui représente aujourd’hui encore, malgré une analyse critique, un modèle historiographique influent dans le champ de l’histoire des sensibilités. Sans aller sur le terrain de l’évaluation de ces thèses – auxquelles je n’adhère pas –, je voudrais montrer dans quelle mesure l’approche d’Ariès, au delà de toute influence directe, recoupe pour une part la théorie du processus de civilisation. Mais, il me semble important aussi de souligner les divergences, voire les incompatibilités, entre ces deux modèles de « psychohistoire affective ».

Revenir sur le rôle pionnier des historiens de la mort dans l’histoire des émotions et des phénomènes affectifs permet ainsi de mieux mesurer, en les contextualisant, la complexité de ce champ et l’originalité de ses propositions actuelles.

Rob Boddice, The History of Emotions (à paraître)

 

Il est encore un peu tôt pour en faire l’annonce – la parution est prévue pour janvier 2018 – mais rien n’est plus agréable que d’aiguiser patiemment sa curiosité:

Rob Boddice, The History of Emotions, Manchester University Press, 2018

Présentation de l’éditeur:

This book introduces students and professional historians to the main areas of concern in the history of emotions. It discusses how the emotions intersect with other lines of historical research relating to power, practice, society and morality. Addressing criticism from within and without the discipline of history, the book offers a rigorous defence of this new approach, demonstrating its potential centrality to historiographical practice, as well as the importance of this kind of historical work for our general understanding of the human brain and the meaning of human experience.

Sommaire

Introduction
1 Historians and emotions
2 Words and concepts
3 Communities, regimes and styles
4 Power, politics and violence
5 Practice and expression
6 Experience, senses and the brain
7 Spaces, places and objects
8 Morality
Conclusion

 

Nostalgia in the Later Middle Ages – Oxford, 21-22 June 2017

Voici un beau petit colloque sur la nostalgie à la fin du Moyen Âge !

Et vous pouvez télécharger le poster ici : nostalgia poster

ainsi que le programme : nostalgia programme

Wednesday 21stof June
9:00-9:30 Welcome and introduction with Hannah Skoda and Fabrizio Titone
9:30-11:00 Approaches to Nostalgia
•Monika Palmberger (University of Vienna), Nostalgia and Anthropology: Past and Future at Stake
•Tim Wildschut(University of Southampton), The Psychology of Nostalgia
•Tobias Becker (German Historical Institute), Nostalgia Gets a Name: a Genealogy of the Nostalgia Discourse since the 1970s
11:00-11:30 Coffee
11:30-13:00 Historiography, Memory and the Semantics of Change
•Matthew Kempshall(University of Oxford), Writing Nostalgia in the Middle Ages
•José Ramón Diaz de Durana(Universidad del País Vásco), The Role of the Past in Late Medieval Hidalgo,Historiography and Memory
13:00-14:00 Lunch
14:00-15:30 Social Consciousness
•Elisabeth Gruber (UniversitätSalzburg), Memory and Nostalgia in Late Medieval Vienna
•Jan Geert Van Gelder(University of Oxford),Good Times, Bad Times: Opinions on the « Corruption of Time » in pre-Modern Arabic Literature
•John Sabapathy(UCL), Nostalgia and the Franciscans in the Early Fourteenth Century
15:30-16:00 Coffee
16:00-17:30 Protests and Social Change
•Vincent Challet(UniversitéPaul Valéry),Popular Politics and the Sense of Nostalgia at the End of the Middle Ages
•Hannah Skoda (University of Oxford), Petitioners and Protestors, and the Evocation of the ‘good old days’
•Sam Cohn (Glasgow University),Nostalgia and Popular Revolt in the Late Middle Ages

Thursday 22ndof June
9:00-10:30 Changing Dynasties and Political Legitimization
•Malcolm Vale (University of Oxford), Past Glories and Present Discontents: Political Nostalgia in Fifteenth-century England
•Larissa Tracy (Longwood University), Creating Literary Heroes: Nostalgia, National Identity and the Idea of Justice
•Len Scales (Durham University), 1250: The Fall of the Roman Empire?
10:30-13:00 Free time
13:00-14:00 Lunch
14:00-15:30 Nostalgia and Emotion
•Fabrizio Titone(Universidad del País Vasco),A Past that Never Sets: Expressions of Nostalgia in Sicily from the Twelfth to the Sixteenth Centuries
•Naama Cohen-Hanegbi(Tel Aviv University), Melancholic Memory in Late Medieval Medicine
•PiroskaNagy (Université du Québec à Montréal), as discussant
15:30-16:30 Closing discussion with coffee

 

Programme provisoire du colloque Powerful Emotions / Emotions and Power 400-1850, York, 28-29 Juin

The Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions and the University of York an international collaborative conference on the theme of Powerful Emotions / Emotions and Power c.400-1850, to be held in the Humanities Research Centre at York from 28 to 29 June 2017.

The plenary speakers will be Professor Rita Copeland (University of Pennsylvania) and Professor David Lemmings (University of Adelaide)

Voici le programme provisoire de la conférence: Draft_Programme_v3[1]

Et pour le plus important, si le colloque vous intéresse, n’oubliez pas de vous enregistrer ici !