Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français

Sources : Fabula et éd. Honoré Champion

J. Härmä et E. Suomela-Härmä (dir.), Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français

Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français. Juhani Härmä et Elina Suomela-Härmä, éd., Honoré Champion, collection « Bibliothèque du XVe siècle », 2017. EAN13 : 9782745336064.

280 pages — 45 EUR.

Présentation de l’éditeur:

Si les sentiments qui animent les hommes sont éternels, leurs manifestations par des paroles ou des actes varient selon les époques et les civilisations comme en attestent les dix-neuf contributions littéraires, linguistiques et philologiques qui sont contenues dans ce volume et qui couvrent la période allant de 1350 environ jusqu’au début du XVIe siècle. Cette période – qui est celle du Moyen français – représente un objet d’études particulièrement intéressant car elle marque la transition entre le monde médiéval et les Temps modernes. Comme on peut le constater, les différents genres (poésie et prose, textes dramatiques et édifiants, récits de pèlerinage…) disposent chacun de ressources linguistiques propres pour exprimer les sentiments amoureux et la passion, ainsi que la haine, le dégoût, les injures et les menaces.

Ce volume est destiné à la fois à un public de spécialistes du Moyen français mais également à toutes les personnes intéressées par la culture et la littérature médiévales en général.

Table des matières

 

Le Prix des sentiments

source : éd. La Découverte

Le prix des sentiments - Arlie Russell HOCHSCHILD

Arlie Russell HOCHSCHILD, Le Prix des sentiments. Au cœoeur du travail émotionnel, Paris, La Découverte, 2017.

Présentation de l’éditeur:

Célèbre pour avoir ouvert la voie à la sociologie des émotions, Arlie R. Hochschild développe dans ce livre la notion de « travail émotionnel ». Selon l’auteure, en effet, les émotions ne surgissent pas en nous en s’emparant de notre « moi », mais sont le fruit d’un travail que nous effectuons, la plupart du temps sans en avoir conscience, dans le but d’accorder ce que nous ressentons avec les « règles de sentiments » en vigueur dans notre environnement social.
Ce que montre par ailleurs l’auteure, c’est comment, au cours des dernières décennies, dans le cadre d’une économie postfordiste où prédominent les emplois de service, et donc les relations avec un « public », ce travail émotionnel a été « capturé » par les entreprises et orienté vers des fi ns marchandes. Dans ce processus, ce sont en particulier les femmes, éduquées pour devenir des êtres sociaux émotionnels, qui sont en première ligne et en subissent de plein fouet les implications : lorsque les émotions sont dictées par l’entreprise, elles deviennent progressivement étrangères à l’individu et perturbent sa capacité à vivre en société.
Plus que jamais d’actualité, cet ouvrage exceptionnel s’inscrit ainsi dans une double perspective critique : critique féministe du rôle émotionnel imposé aux femmes, aussi bien dans le cadre privé qu’au travail, d’une part, et critique des structures du capitalisme contemporain et de leurs effets délétères sur les individus, d’autre part.

La concurrence des sentiments

https://editions-metailie.com/wp-content/uploads/2017/03/Concurrence-des-sentiments-HD.jpg

Source : éditions Métailié

Julien BERNARD, La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, Paris, Métailié, 2017.

Présentation de l’éditeur:

La surprise, le coup de foudre amoureux, le chagrin, la peur, la colère, la joie, la compassion, nous faisons tous en tout lieu et à tout âge l’expérience d’émotions plus ou moins intenses qui nous marqueront pour la vie. Julien Bernard, toujours attentif aux frontières de l’humain, s’intéresse à ces “points de frottement” qui souvent nous dominent jusqu’à nous paralyser, quand ils ne nous mettent pas en action.

C’est par elles que nous nous inscrivons affectivement dans le monde naturel et social, par elles que nous nous positionnons face aux autres et que nous développons notre rapport au monde.

Ressentir des sentiments implique l’hétérogénéité des réalités subjectives et quantitatives qui nous entourent, d’où la difficulté méthodologique que rencontre le sociologue pour les saisir et les étudier. L’enjeu consiste à analyser en amont les déterminismes qui en seraient à la base et, en aval, la dynamique irrésistible que leur expression introduit.

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.