Conférence : L’expression des émotions au Moyen Âge (Cité des Sciences, mardi 25 avril à 19h)

Mardi 25 avril 2017 à 19h, Cité des Sciences et de l’Industrie

Les émotions des femmes et des hommes au Moyen Âge, vécues et exprimées de façon intense, possédaient leur rationalité propre, entre usages sociaux quotidiens et manifestations extraordinaires. Pour soulager leur chagrin, les parents éprouvés par la perte d’un enfant s’adonnaient à la pratique du répit.

Avec Damien Boquet, historien, maître de conférences à l’université d’Aix- Marseille ; Valérie Delattre, archéo-anthropologue, Inrap.

Early Modern Emotions : An Introduction, ed. Susan Broomhall

Early Modern Emotions is a student-friendly introduction to the concepts, approaches and sources used to study emotions in early modern Europe, and to the perspectives that analysis of the history of emotions can offer early modern studies more broadly.

The volume is divided into four sections that guide students through the key processes and practices employed in current research on the history of emotions. The first explains how key terms and concepts in the study of emotions relate to early modern Europe, while the second focuses on the unique ways in which emotions were conceptualized at the time. The third section introduces a range of sources and methodologies that are used to analyse early modern emotions. The final section includes a wide-ranging selection of thematic topics covering war, religion, family, politics, art, music, literature and the non-human world to show how analysis of emotions may offer new perspectives on the early modern period more broadly.

Each section offers bite-sized, accessible commentaries providing students new to the history of emotions with the tools to begin their own investigations. Each entry is supported by annotated further reading recommendations pointing students to the latest research in that area and at the end of the book is a general bibliography, which provides a comprehensive list of current scholarship.

This bookis the perfect starting point for any student wishing to study emotions in early modern Europe.

Mapping the Emotional Cityscape : Call for Papers

Mapping the Emotional Cityscape CfP

SYMPOSIUM
The ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, Europe 1100 – 1800 presents:
CALL FOR PAPERS
Date: Monday 18 September 2017
Venue: TBA at The University of Adelaide
Enquiries: Jade Riddle, email: jade.riddle@adelaide.edu.au
Since Henri Lefebvre suggested that space is socially
constructed and constituted, cities have been
reclassified from static ‘maps’ for human activities to
performed spaces that draw together human
behaviour, meaning, discourse, and material
conditions in their production. Cities are not simply a
background for movement, but a function of cultural
and emotional practice. That cities are named, given
boundaries and called home – and in turn that cities
name, define and give identity to their inhabitants –
has equally implicated emotion in their production, as
a recent turn to emotional geographies and urban
emotions reminds us. This symposium seeks to
contribute to this burgeoning scholarship through
exploring the productive relationships between
emotions and cityscapes across time and space.
We are particularly interested in the relationship
between urban geographies, architectures, buildings,
and materialities and emotion. How are neighbourhood
boundaries produced through and with emotion? How
do emotional communities form and define themselves
through urban space? How does architecture and the
physical environment inform social relationships and
behaviours and vice versa? And how do the emotional
imaginings of urban environments impact on their
histories, identities and communities? Moreover, what
are the implications of such emotional productions of
the cityscape for relationships of power, identity and
more within them?
We seek proposals for 20 minute papers, or panels of
three papers, from any disciplines dealing with the city
and emotion. Interdisciplinary perspectives and ECR/
PhD students are particularly welcome. Papers may
wish to explore, but are not limited to:
• Defining and locating emotional boundaries within the
city
• Producing urban emotions in/through city texts, maps
and art
• Performing the emotional ‘other’ in urban spaces
• Emotions and street life
• Emotional investment in urban space
• Emotion and urban ideologies
• Emotional urban communities
• Mapping emotions on urban space
Convened by Dr Katie Barclay and Jade Riddle, The
University of Adelaide.
We aim to submit a proposal for an edited collection
from proceedings.
Deadlines
• Call for papers: Thursday 1 June 2017
• Notification of acceptance: Thursday 15 June 2017
• Long abstracts for circulation: Friday 1 September 2017
Abstracts of no more than 300 words, and a short bio, should
be emailed to Jade Riddle, jade.riddle@adelaide.edu.au.
Mapping the Emotional Cityscape:
Spaces , Performances and Emotion in Urban Life
Arundel House, London ,1646.
Wenceslaus Hollar
British Museum, Wiki Commons

 

Curie Virag, Emotions in Early Chinese Philosophy, Oxford University Press

Cover for The Emotions in Early Chinese Philosophy

The Emotions in Early Chinese Philosophy by Curie Virág

  • First book-length study of conception of emotions in early Chinese philosophical tradition
  • Challenges existing approaches to the study of Chinese thought
  • Explores larger implications of thinking about emotions
  • Points to alternative ways of thinking about emotions, cognition, self, and ethics that are relevant to contemporary discussions of these topics.
  • Provides an accessible account of early Chinese thought that does not exoticize it or present it as a timeless fountain of wisdom

In China, the debate over the moral status of emotions began around the fourth century BCE, when early philosophers first began to invoke psychological categories such as the mind (xin), human nature (xing), and emotions (qing) to explain the sources of ethical authority and the foundations of knowledge about the world. Although some thinkers during this period proposed that human emotions and desires were temporary physiological disturbances in the mind caused by the impact of things in the world, this was not the account that would eventually gain currency. The consensus among those thinkers who would come to be recognized as the foundational figures of the Confucian and Daoist philosophical traditions was that the emotions represented the underlying, dispositional constitution of a person, and that they embodied the patterned workings of the cosmos itself.

Curie Virág sets out to explain why the emotions were such a central preoccupation among early thinkers, situating the entire debate within developments in conceptions of the self, the cosmos, and the political order. She shows that the mainstream account of emotions as patterned reality emerged as part of a major conceptual shift towards the recognition of natural reality as intelligible, orderly, and coherent. The mainstream account of emotions helped to summon the very idea of the human being as a universal category and to establish the cognitive and practical agency of human beings. This book, the first intensive study of the subject, traces the genealogy of these early Chinese philosophical conceptions and examines their crucial role in the formation of ethical, political and cultural values in China.

Table of Contents:

Preface
Introduction
1. Emotions and the Integrated Self in the Analects of Confucius
2. Reasons to Care: Redefining the Human Community in Mozi
3. Cosmic Desire and Human Agency in the Daodejing
4. Human Nature and the Pattern of Moral Life in Mencius
5. The Multiple Valences of Emotions in the Zhuangzi
6. The Composite Self and the Fulfillment of Human Nature in Xunzi
Conclusion
Bibliography
Index

Devenez membre de la Society for the History of Emotions !

Cette nouvelle société savante, lancée par l’ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, a pour but de fédérer la recherche autoure des émotions et surtout de produire une revue savante, dont le premier numéro paraîtra cet été 2017 :

The subscription campaign to join the Society for the History of Emotions (SHE) has now been officially launched. All details are found here: http://www.historyofemotions.org.au/society/about-the-society/

SHE’s aims to:

  • Produce a journal called Emotions: History, Culture, Society in two issues each year;
  • Organise conferences and similar events to further knowledge of the history of emotions;
  • Establish the history of emotions as a widely-used framework for understanding past societies and cultures;
  • Understand the changing meanings and consequences of emotional concepts, expressions and regulation over time and space.

La politique à l’épreuve des émotions

Que sont et que font les émotions en politique ? Ce livre ouvre à nouveau le débat et en propose les illustrations, les limites, les orientations disciplinaires. Volontairement courtes, les vingt-deux contributions s’emparent de la banalisation des émotions en politique et en étudient les propriétés, en cernent les mécanismes à l’épreuve de plusieurs disciplines, parmi lesquelles, dans le creuset qu’est la science politique, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la musicologie, l’histoire de l’art.

Avec le soutien du CEPEL et du Pacte des universités de Montpellier et de Grenoble.

2017

Alain Faure et Emmanuel Négrier (dir.)

filet

Domaine : Sciences humaines et sociales | Politique

Collection : Res Publica

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 304 p.

ISBN : 978-2-7535-5251-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 22,00 €

Les émotions au prisme du politique

  • Émotion et politique de l’événement
  • Politiser la cause

La politique au risque des émotions

  • Reconsidérer la politique
  • Ressource manifeste, variable limitée

Carrefour disciplinaire

Facing Up to the History of Emotions – Postmedieval: a Journal of Medieval Cultural Studies, 8/1

Postmedieval: a journal of medieval cultural studies

Volume 8, Issue 1, February 2017

Facing Up to the History of Emotions

ISSN: 2040-5960 (Print) 2040-5979 (Online)

 

La langue des émotions – XVIe-XVIIIe siècles

La Langue des émotions – XVIe-XVIIIe siècle

 


S’inscrivant dans le prolongement des recherches fécondes sur l’histoire des émotions, ce livre s’interroge sur les tentatives de rénovation de la langue littéraire de la Renaissance à l’âge des Lumières à partir du critère de l’émotion, sur le double plan des spéculations théoriques et des réalisations pratiques.
Table des matières
A continuation of productive investigations into the history of emotions, this book examines attempts to rehabilitate Renaissance literary language during the Enlightenment using the criterion of emotion, both in the realm of theoretical speculation and practical implementation.
Table of contents

Titre La Langue des émotions – XVIe-XVIIIe siècle
Directeur d’ouvrage Ferrer (Véronique), Ramond (Catherine)
Collection Rencontres
N° dans la collection 287
Série Le Siècle classique
N° dans la série 6
ISBN 978-2-406-06249-3
EAN 9782406062493
Lieu d’édition Paris
Date de parution 22/03/2017
Format 15 x 22 x 2,3 cm
Nombre de pages 416 pages
Support Broché
Nombre de volumes 1 volume(s)
Poids 570 g

Prix unitaire: 49.00 € TTC

 

Le retour de la vergogne – dans Libération ! et dans le regard sur le débat politique…

Le retour de la vergogne
Par Sylvain Venayre, Historien Libération, 14 mars 2017 à 17:06
Le cadavre exquis des agitateurs

Au Moyen Age, la vergogne était une forme de «honte honorable» : l’historien Sylvain L’historien Sylvain Venayre reprend la plume laissée mercredi dernier par l’écrivaine Leïla Slimani. Semaine après semaine, un membre de l’équipe des «agitateurs» réunis par «Libération» pour suivre la présidentielle poursuivra ce texte à plusieurs mains.

«Un homme qu’on ne peut pas persuader est un homme qui fait peur.» On pourrait aussi bien dire le contraire – après tout, je ne suis pas sûr d’être très en confiance avec quelqu’un qu’on peut aisément persuader. Cependant, je suis d’accord avec Leïla Slimani. Ces jours-ci, il semble évident d’ouvrir à nouveau les livres de Camus, comme pour s’y retrancher derrière des positions sûres, éprouvées, reprendre des forces comme dans un bastion d’humanisme avant de repartir à l’offensive. Les temps sont troublés. On assure que l’extrême droite sera au second tour de l’élection présidentielle, quoi qu’il advienne. Le candidat de droite, qui devait rassurer, inquiète. La gauche s’organise pour ne pas être présente au second tour. Le centre est plutôt un trou, un maelström dans lequel s’engloutissent les navires en perdition des alentours. Joue-t-on à se faire peur ? Ou a-t-on vraiment peur ?

Les émotions commandent nos engagements bien plus qu’on ne se l’avoue. La peur est dans la campagne : la peur de ceux qu’inquiètent l’état des rapports de force politiques et la perspective d’une victoire, sinon de l’extrême droite, du moins de son idéologie ; la peur aussi par laquelle on nomme tant d’émotions qui ne sont pourtant pas exactement de la peur, mais plutôt de la haine – sérieusement, qui veut croire, au prétexte de l’étymologie, que la xénophobie n’est que la peur de l’étranger ? que l’islamophobie n’est que la peur de l’islam ?

Cette campagne électorale s’annonçait trop tranquille. Le président sortant devait défendre son bilan, sans doute face à son prédécesseur qui, avec une obstination extraordinaire, entendait être son principal contradicteur. Mais rien ne s’est passé comme prévu – sauf l’extrême droite. A commenter l’actualité politique de ces derniers mois, on s’est retrouvés comme des spectateurs de Games of Thrones en train de se demander quels personnages allaient disparaître au prochain épisode, et de quelle façon cruelle. Le feuilleton est d’ailleurs passionnant. Les audiences des émissions politiques télévisées en témoignent.

Il est passionnant par les émotions qu’il suscite – la peur et la haine, bien sûr, mais pas seulement. La liesse aussi : celle de ces militants dont les champions triomphent. Mais cette liesse est étrange, jamais très spontanée, et ne s’accompagnant d’aucun espoir évident. Rien ne suggère qu’au lendemain du second tour de l’élection présidentielle, quel que soit le vainqueur, des foules chantantes se retrouveront pour rêver ensemble à une grande amélioration de la société. S’il y a de l’enthousiasme, celui-ci se mêle de tant de colère et d’inquiétude qu’il est difficile à analyser. La joie que l’on éprouve à sortir les sortants est comme un indice : c’est une joie mauvaise.

Il faudrait analyser ces émotions, mesurer leur effet cathartique, ne pas nécessairement les opposer aux projets politiques tels que les programmes s’efforcent de les rationaliser. Peut-être s’apercevrait-on alors qu’elles en disent plus long sur la société actuelle que bien des sondages d’opinion. Dans un beau livre récent, Sensible Moyen Age, Damien Boquet et Piroska Nagy ont mis en évidence l’historicité des émotions médiévales, soulignant notamment l’importance d’une émotion aujourd’hui disparue : la vergogne. On la connaît aujourd’hui comme une forme de honte ou, plus exactement, d’absence de honte puisque la langue française ne l’a pratiquement conservée que dans l’expression «sans vergogne». (Ce sont les bacheliers de Brassens, par exemple, qui pour offrir aux filles des fleurs se firent, «sans vergogne», un peu voleurs).

Au Moyen Age, c’était très différent. Alors, la vergogne était non seulement la honte qui suivait une action moralement condamnable, mais aussi la honte d’avant la honte, une forme de pudeur qui, pour des raisons tenant au sentiment de l’honneur, anticipait l’humiliation. Une honte honorable en quelque sorte, dont les clercs espéraient bien qu’elle pourrait préserver de la faute.

Ceux qui connaissent cette histoire n’ont pu qu’y songer au fur et à mesure que se développait l’affaire – ou les affaires – Fillon. Mélange de honte, de pudeur et d’honneur, la vergogne n’aurait-elle pas pu modifier le comportement du candidat de la droite, si prompt à se dire chrétien ? On pourrait lui poser la question. Nul n’étant plus capable aujourd’hui de ressentir la vergogne médiévale, ce serait un moyen dépassionné de poser la question de l’usage des émotions. Car, en politique, les émotions ne devraient pas être seulement le moyen d’un bon feuilleton. Elles devraient être au cœur de l’analyse. Intégrons les émotions dans le débat.

La semaine prochaine : l’économiste Alexandre Delaigue.

Sylvain Venayre Historien

Exposition : A World of Emotions Ancient Greece, 700 BC – 200 AD

Onassis Cultural Center New York, 9 March – 24 June 2017

Bringing to vivid life the emotions of the people of ancient Greece, and prompting questions about how we express, control, manipulate, or simulate feelings in our own society, the Onassis Cultural Center New York presents the path-breaking exhibition A World of Emotions: Ancient Greece, 700 BC – 200 AD.

On view exclusively at the Onassis Cultural Center New York, the exhibition brings together more than 130 masterpieces from some of the finest museums in the world including the Acropolis Museum, the National Archaeological Museum Athens, the Louvre, the British Museum, the Vatican Museums, among many others, to explore the ideas and attitudes of people in classical antiquity toward emotion and the ways in which the emotions were depicted, revealing how some are strikingly familiar to us and some shockingly alien. Although ancient Greece is often said to have been flooded with the light of reason, A World of Emotions lays bare the far different reality addressed in the Iliad, whose very first word is menis: wrath.

Developed by a team of distinguished guest curators over the course of more than four years, the exhibition features vase paintings, sculptures (ranging from life-size statues from the Acropolis to relief carvings from cemeteries), theatrical masks, amulets, coins, and votive offerings, among other artifacts from the early 7th century BC (the traditional date of the Iliad) to the late 2nd century AD (the beginning of the end of pagan antiquity). Many will be on view in the United States for the first time, and some will be seen for the first time outside Greece. Together, these objects provide a timely opportunity to think about the role of feelings in our own personal, social, and political lives, while helping to advance the relatively new field of the history of emotions.

Exhibition Playlist Curated by Carnegie Hall

In partnership with the Onassis Cultural Center New York, Carnegie Hall has created A World of Emotions playlist.

Listen on Spotify – full description here.

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle (Amiens)

Du 9 mars 2017 au 11 mars 2017
Pôle Universitaire Cathédrale, Salle de réunion 313, 10 placette Lafleur, Amiens

Colloque international

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle

Amiens, 9-11 mars 2017

Le siècle des Lumières apparaît à bien des égards comme celui de la vue. Le colloque «L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle» propose d’apporter un éclairage différent sur cette période. Comme celle sur la vue, la réflexion sur l’audition s’inscrit dans l’exploration systématique de la perception humaine à laquelle se livrent différentes disciplines telles que la médecine, la philosophie et la théorie des arts, alors que s’opère le tourant anthropologique, qui place l’homme dans ses dimensions physique et psychique, au centre des préoccupations. Dans le cas particulier de l’ouïe, l’étude de la perception rencontre celle du langage. Le colloque permettra de confronter différentes approches de l’expérience auditive développées en Europe au XVIIIe siècle.

Programme

Jeudi 9 mars

9h15 : Accueil des participants et ouverture du colloque

Session 1 – Théoriciens français et allemands jusqu’à Diderot. Modératrice : Marie-Françoise Montaubin

10h : Camille Guyon-Lecoq (CERCLL – Amiens) : Le « Maître de musique intérieur » : ouïe et connaissance de l’Ordre, ou les limites du rationalisme du Père André dans l’Essai sur le Beau

10h30 : Boris Previšić (Projet « Accord et polyphonie : paradigmes musicaux dans la littérature et la culture » financé par le Fonds National Suisse de la recherche scientifique – Lucerne) : Du goût à l’ouïe: La discussion sur la métaphoricité des sens chez König, Gottsched et Bodmer

Discussion

11h30 : Sylviane Albertan-Coppola (CERCLL – Amiens) : L’ouïe dans Le Neveu de Rameau

12h : Nadège Langbour (CÉRÉdI – Rouen) : Les synesthésies diderotiennes : l’étrange discours sur l’ouïe dans la critique picturale de Diderot

Discussion

13h : Déjeuner

Session 2 – Théorie et fiction. Modératrice : Catherine Grall

14h30 : Philippe Robichaud (UQTR / Paris-Sorbonne) : Le Neveu de Boerhaave

15h00 : Laure Spaltenstein (Projet « Accord et polyphonie » – Lucerne) : Du modèle épistémologique à l’expérience esthétique: La musique dans les Träume de Johann Gottlob Krüger

Discussion

16h : Emmanuelle Sempère (CELAR – Strasbourg) : Expérience auditive et scène imaginaire : le rôle de l’ouïe dans les effets de présence pour les romanciers et penseurs du 18e siècle

16h30 : Hélène Cussac (PLH-ELH – Toulouse) : L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du 18e siècle

Discussion

18h30 : Concert-lecture au Logis du Roi (organisation : Camille Guyon-Lecoq, en partenariat avec le Service des Affaires Culturelles de l’UPJV)

Vendredi 10 mars 2017

Session 3 – La surdité : handicap ou expérience ? Modératrice : Sylviane Albertan-Coppola

9h30 : Marion Chottin (IHRIM – Lyon) : Ce que la surdité donne à penser. L’histoire du sourd de Chartres et l’empirisme des Lumières

10h : Yuji Sakakura (Université Waseda – Tokyo) : Le sens philosophique du discours sur l’éducabilité des «sourds-muets» au siècle des Lumières en France

Discussion

11h : Sabine Arnaud (Centre Alexandre-Koyré – Paris) : Écrire avec la bouche, entendre avec les yeux. Vicariance et transmutation au 18e siècle français

11h30 : Yann Cantin (LSG – Paris 8) : Pierre Desloges, le regard sourd du 18e siècle, une analyse de ses écrits (1779-1780)

12h : Charline Lambert (doctorante Université catholique de Louvain) : L’expérience de la surdité : faire naître une sensibilité dans le sens de l’ouïe

Discussion

13h : Déjeuner

Session 4 – Autour de J. G. Herder. Modératrice : Herta-Luise Ott

14h30 : Lina Vidauskytė (Université technologique de Kaunas / Lituanie) : Verba volant, scripta manent: Immanuel Kant and Johann Gottfried Herder

15h : Tanvi Solanki (post-doctorante Cornell University – Ithaca / New York) : « Der Ton soll ewig bleiben! » : Enculturating the Congregation in 18th Century Germany

Discussion

16h30 : Alexandre Chèvremont (IHRIM – Lyon) : Entendre la langue : l’otocentrisme de Herder et l’unité de l’homme

17h00 : Clémence Couturier-Heinrich (CERCLL – Amiens) : Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder

Discussion

 

Samedi 11 mars 2017

Session 5 – Esthétique et linguistique allemandes autour de 1800. Modérateur : Ludolf Pelizaeus

9h30 : Sylvie Le Moël (CAECE – UPEC) : « Une jouissance revigorante qui pénètre toutes nos fibres ». Les enjeux esthétiques de la valorisation de l’ouïe chez W. Heinse

10h : Friederike Spitzl-Dupic (LRL – Université Clermont Auvergne) : L’importance de l’ouïe pour la grammaticographie allemande (2e moitié du 18e siècle – début du 19e siècle)

Discussion

Session 6 – Horizons lointains : entendre l’altérité. Modérateur : Ludolf Pelizaeus

11h : Constance Naji (Montpellier) : L’oreille sauvage : les remarques sur l’ouïe dans les relations de voyage des 17e et 18e siècles

11h30 : Erik Stout (étudiant en master – Université de Montréal) : Transmission des concerts polynésiens lors du deuxième voyage de Cook

Discussion et clôture du colloque

 

Ce colloque est est rendu possible grâce à la participation de l’Université de Picardie Jules-Verne, du CERCLL, d’Amiens Métropole et de la Société française d’études du dix-huitième siècle (SFEDS).

adresse

Pôle Universitaire Cathédrale, Salle de réunion 313, 10 placette Lafleur, Amiens