La logique des émotions

Je n’ai pas encore eu l’occasion de consulter le volume mais la revue polonaise (et francophone) Organon vient de publier un numéro consacré à « La logique des émotions » (n°36, 2007). Le numéro est daté de 2007 mais la parution a été annoncée fin septembre 2008.

La période médiévale ne paraît pas spécialement à l’honneur dans ce dossier qui néanmoins offre des angles d’approche assez ouverts (musicologie, ethnologie) autour de l’axe philosophique.

Table des matières (avec deux articles en ligne) : « La logique des émotions »

Le numéro est déposé dans les librairies parisiennes Vrin et Compagnie. Prix: 10 euros.

Ouverture du carnet d’EMMA

vierge folle, cathédrale de Magdebourg
vierges sages, cathédrale de Magdebourg

Comment faire l’histoire des émotions ? Si Lucien Febvre appelait déjà dans les années 1930 à « reconstituer la vie affective d’autrefois », son appel n’a guère suscité de vocations pendant des décennies. Depuis peu, l’intérêt des historiens s’éveille, en écho à l’élan des sciences voisines, désireuses de penser l’émotion voire de la regarder elle-même comme une forme de pensée. La psychologie cognitive, la philosophie analytique, les neurosciences tout aussi bien que l’anthropologie ont mis au jour le tissage serré qui unit indéfectiblement les émotions et la raison, ainsi que la production culturelle de la partie visible des affects.

Ce changement de perception, bien visible dans nos sociétés, bouscule désormais jusqu’au regard sur le passé. Longtemps, on a considéré qu’au Moyen Âge, cette « enfance de l’Europe », les émotions des individus et des peuples étaient elles-mêmes infantiles, mal maîtrisées et pulsionnelles, jusqu’à ce que la maturité d’une rationalisation croissante apporte les manières plus policées des temps modernes. Aujourd’hui, nous savons que les émotions sont culturellement produites, qu’elles sont à l’œuvre dans les processus de décisions rationnelles : c’est toute la trame de leur intégration dans l’histoire qui est donc à reprendre. A partir du moment où nous admettons que toute culture, voire toute société a ses codes propres qui définissent les valeurs et normes attachées à l’expression de l’émotion en général et de telle ou telle émotion en particulier, le paradigme de Norbert Elias d’un « processus de civilisation » perd sa pertinence et l’évolution affective depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge devient à son tour un sujet historique majeur. A posteriori, il apparaît bien que si l’appel de Lucien Febvre est resté sans réelle réponse pendant un demi-siècle, c’est bien à cause d’un ensemble d’a priori culturels que seules les recherches récentes ont ébranlé. Sur ce nouveau chantier, il est d’autant plus logique que la médiévistique soit aux avant-postes qu’il y a des caricatures grossières à rectifier concernant les émotions médiévales.

vierges folles
vierges folles

Le programme EMMA « Pour une anthropologie historique des émotions au Moyen Âge », engagé depuis 2006, fait le pari d’une histoire des émotions médiévales qui se construise dans un dialogue avec les sciences humaines de l’émotion, ne serait-ce que pour permettre à l’historien de mesurer la part de ses propres projections culturelles. Dans un champ historiographique en construction, la spécificité de notre projet consiste à ajouter à la perspective historique et sociale des émotions une perspective anthropologique. Notre intérêt spécifique est précisément de croiser l’histoire sociale et avec l’histoire culturelle de la construction de l’individu, homme et femme, dans un contexte historique donné. Ponctué par de grandes rencontres ouvertes à l’internationale et à tous les champs de la médiévistique concernés (littérature, philosophie, histoire, histoire de l’art), le programme chemine depuis la compréhension des outils intellectuels de cette histoire vers une appréhension ouverte des pratiques sociales.

Nous avons choisi d’ouvrir ce carnet de recherche à la fois pour diffuser les grandes lignes de nos résultats scientifiques (voir les rubriques du menu), en attendant ou en complément des publications, et bien entendu pour faire part de l’actualité de nos travaux en cours.

Damien Boquet et Piroska Nagy

EMMA