La fabrique de la morale au Moyen Âge

Source : PUR

Laurent Guitton (avec une préface de Silvana Vecchio), La fabrique de la morale au Moyen Âge. Vices, normes et identités (Bretagne, XIIe-XVe siècles), Rennes, PUR, 2022.

Des Français orgueilleux, des femmes luxurieuses, des gens du peuple ivrognes et paresseux, des courtisans cupides et envieux, des souverains sodomites : telles sont, entre autres, les figures récurrentes d’une véritable fabrique de la morale à l’œuvre en Bretagne entre les XIIe et XVe siècles.

En faisant de ce duché un laboratoire d’observation privilégié, ce livre reconstruit les modalités par lesquelles l’Église et l’État mettent en place les normes morales essentielles à la définition et à la consolidation d’un ordre politique et social. En s’appuyant sur le concept de péché et en l’adaptant aux différents contextes, ces institutions forgent des identités d’exclusion à partir de la religion, de la nationalité, du statut social, du genre ou de l’âge, qu’elles médiatisent dans l’espace public par une pluralité de discours. La fabrique de la morale devient ainsi une arme de culpabilisation des sujets bretons, mais aussi un instrument de stigmatisation d’une altérité menaçante, visant à justifier l’obéissance aux pouvoirs établis.

Fondé sur des concepts transdisciplinaires et des sources variées (productions juridiques, œuvres de pastorale, textes littéraires, sculptures), cet ouvrage est destiné aussi bien aux historiens et chercheurs en sciences sociales qu’à tout public soucieux de saisir les ressorts de la domination idéologique au Moyen Âge

Émotions révolutionnaires (1789-1816), appel à contributions

 

Source : Société des études robespierristes

Emotions révolutionnaires (1789-1816) / Revolutionary Emotions (1789-1816)

Appel à contributions / Call for Proposals

Numéro spécial des Annales Historique de la Révolution Française

Éditrices : Karine Rance, Denise Davidson, Valérie Sottocasa

 

 

« La Sensibilité et l’Histoire : sujet neuf » écrivait Lucien Febvre en 1941[1], neuf ans après la publication du livre de Georges Lefebvre sur la Grande Peur (1932). De nouveau, vingt ans après l’édition anglaise originale de l’ouvrage de William Reddy (la Traversée des sentiments)[2], les historiennes et les historiens s’interrogent sur le poids des émotions dans l’histoire. Certes les progrès des neurosciences ont permis des avancées, mais la difficulté d’accès aux sensibilités du passé reste la même. Comment accéder à une expérience émotionnelle qui est médiatisée si ce n’est instrumentalisée par l’individu qui la ressent et qui la partage ? Comment désintriquer émotion et raison dans le choix individuel, sans retomber dans le cliché des foules populaires mues par les émotions et d’une élite guidée par la raison ? Comment historiciser les affects et les inscrire dans un régime émotionnel spécifique ?

Les affects sont au cœur de la Révolution française. Enthousiasme, haine, passion, désir de vengeance, peur, colère, autant de sentiments qui sont à la fois les moteurs de l’action révolutionnaire (individuelle ou collective) et les produits de celle-ci. Les émotions des foules révolutionnaires ou contre-révolutionnaires telles qu’elles sont perçues par les députés sont un levier central des débats aux assemblées nationales et donc des orientations politiques. Mais en retour la désignation des rebelles sous le terme de « brigands » a pour fonction de susciter des émotions – peur, rejet, dégoût – justifiant une politique répressive sévère. Massacres et répressions, fêtes et mobilisations suscitent ainsi des émotions structurantes pour la vie politique qui participent de l’engagement politique et de la radicalisation, du basculement dans la violence et de la « conversion existentielle »[3].

Quelles sources mobiliser ? Il faut en passer souvent par le truchement des voies administratives, médicales, judiciaires, policières ou pétitionnaires. Comment les interpréter ? On sait par exemple que l’expression de la peur était, au moment de la Terreur, potentiellement interprétée comme le signe d’une culpabilité puisque le citoyen vertueux ne devait pas connaître l’effroi[4] (Biard/Linton/Tackett). En fonction des périodes et du genre des acteurs, quels registres émotionnels sont jugés légitimes dans la sphère publique et dans la sphère privée ou au contraire disqualifiant pour celui ou celle qui les expriment ? Les élites produisent souvent des ego-documents, mais si l’on se place du point de vue des acteurs populaires, il faut constater que les sources sont rares et indirectes. La sensibilité de chaque acteur est révélée, mais souvent distordue, lorsqu’il entre dans l’histoire par son engagement, lorsqu’il compose une foule, lorsqu’il devient un « protagoniste » des événements (Haïm Burstin). Interroger la place des émotions, c’est aussi s’interroger sur ce qui décide les acteurs à rompre avec le confort d’une situation familière pour s’engager dans l’action, prendre les armes, risquer sa vie, tuer des voisins, des élus…Où se situe le point de rupture, le seuil du supportable et l’intolérable ? Comment s’articulent les expériences émotionnelles individuelles et collectives ? Comment les émotions médiatisent l’expérience révolutionnaire ?

Ce sont là quelques-unes des pistes que nous souhaiterions explorer dans ce numéro des Annales historiques de la Révolution française. Les propositions d’articles (sous forme d’un résumé d’une vingtaine de lignes) sont à envoyer avant le 30 octobre 2022. Les articles seront à envoyer pour le 31 mars 2023.

Merci d’envoyer vos propositions à karine.rance@uca.fr ; ddavidson2@gsu.edu ; valerie.sottocasa@wanadoo.fr

 

Revolutionary Emotions (1789-1816)

In 1941, nine years after the publication of Georges Lefebvre’s, The Great Fear of 1789, Lucien Febvre described “feeling and history” as a “new subject.”[5] Today, twenty years after the publication of William Reddy’s The Navigation of Feeling,[6] historians continue to debate the role of emotions in history. Progress in neuroscience has led to many methodological innovations, but the difficulty of accessing feelings from the past remains. How can we analyze an emotional experience that is publicized, if not instrumentalized, by the person who feels and shares it? How can we separate emotion and reason in people’s choices without falling into the cliché of the masses who are driven by emotions versus elites guided by reason? How can we historicize emotions and situate them in specific emotional regimes?

Emotions are at the heart of the French Revolution. Sentiments such as enthusiasm, hate, passion, the desire for vengeance, fear, and anger were at once motors of revolutionary action and responses to it. The emotions of revolutionary or counterrevolutionary crowds as they were perceived by deputies were central to legislative debates and thus also to the formation of political alignments. But designating rebels as “brigands” also functioned as a means to incite emotions—fear, rejection, disgust—justifying severe political repression. Massacres and repression, festivals and mobilization, elicited emotions that in turn shaped political life and encouraged political engagement and radicalization, from the turn toward violence to “existential conversions.”[7]

What sources should be mobilized? It is often necessary to rely upon official documents, be they administrative, medical, judicial, police records, or requests from petitioners. But how to interpret them? We know for example that the during “the Terror” expressions of fear could be interpreted as a sign of guilt because virtuous citizens should not feel frightened.[8] Varying by period and by gender and other distinctions, what emotional registers were judged legitimate in the public and the private spheres and which appeared unacceptable? While elites often produce life-writings, sources that provide access to more popular points of view are rare and indirect. In such sources, people’s emotions may be revealed, but they are often distorted by the actors’ entry into history through political engagement, when people form a crowd, or become protagonists in events. To interrogate the role of emotions is also to interrogate what makes people decide to leave their comfort zones to engage in actions, take up arms, risk their lives, or kill their neighbors or elected officials. Where is the point of rupture, the threshold between what is bearable and what is intolerable? How are individual and collective emotional experiences articulated? How do emotions shape revolutionary experiences?

These are some of the paths that we hope to explore in this special issue of the Annales historiques de la Révolution française. Proposals for articles (in the form of a summary of about twenty lines) must be submitted before 30 October 2022. The selected articles will be due by 31 March 2023.

Please submit your proposals to karine.rance@uca.fr ; ddavidson2@gsu.edu ; valerie.sottocasa@wanadoo.fr

 

[1] Annales d’histoire sociale, t. 3, janvier-juin 1941, p. 5-20.

[2] Reddy, William. La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850). Dijon, 2019 (éd. originale angl. 2001).

[3] Ludivine Bantigny, Deborah Cohen, Boris Gobille, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, n°7/2020 : la chair du politique.

[4] Linton, Marisa. Choosing Terror : Virtue, Friendship, and Authenticity in the French Revolution. Oxford, 2013. Tackett, Timothy. Anatomie de la Terreur. Paris, 2018 (éd. originale angl. 2015). Michel Biard, La liberté ou la mort, 2015.

[5] Annales d’histoire sociale, t. 3, janvier-juin 1941, p. 5-20.

[6] William Reddy, The Navigation of Feeling: A Framework for the History of Emotions (Cambridge, 2001).

[7] Ludivine Bantigny, Deborah Cohen, Boris Gobille, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, n°7/2020 : la chair du politique.

[8] Marisa Linton, Choosing Terror: Virtue, Friendship, and Authenticity in the French Revolution (Oxford, 2013); Timothy Tackett, The Coming of the Terror in the French Revolution (Cambridge, MA, 2015); Michel Biard, La liberté ou la mort. Mourir en député, 1792-1795 (Paris, 2015).

Compte rendu de “L’Eglise et la chair”

paru dans : Revue de l’histoire des religions, 2022/3 (Tome 239), pages 526 à 529

 

 

Michèle Fournié, Daniel Le Blévec et Julien Théry (dir.), L’Église et la chair (XIIe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, n°52, Toulouse, Privat, 2019, 599 p.

 

L’histoire de la sexualité « paraît encore bien jeune », affirme J. Rossiaud en ouverture de ce volume, avant de regretter la faible représentation de l’histoire médiévale en France dans l’enseignement et la recherche du genre ou des sexualités. Voilà déjà une première raison de se réjouir de cette publication riche de dix-huit contributions. Si le thème commun est « l’Église et la chair », c’est bien de sexualité qu’il est essentiellement question, au risque de laisser quelque peu dans l’ombre la complexité d’une notion qui déborde largement le périmètre du corporel. Il reste que le champ à couvrir demeure immense dans le contexte de l’offensive grégorienne qui ne fut pas sans rencontrer des résistances dans le Midi de la France. Adultère, sexualité des enfants, sodomie hétérosexuelle, homosexualité, rejet hérétique du mariage, inceste adelphique, mariage consanguin, union cléricale, viol, cliché de la nonne dévoyée, « drôleries » iconographiques, telles sont les déclinaisons ecclésiales de la chair qui sont abordées ici, confirmant la remarque de J. H. Arnold que l’histoire des rapports de l’Église à la sexualité est souvent une histoire de la répression. Mais l’un des traits communs aux contributions est précisément de ne pas tomber dans cette facilité, en portant notamment une attention particulière aux écarts entre la norme et la pratique. Comme le rappelle C. Levelleux-Teixera, le projet de l’Église grégorienne est celui d’une « domestication de la chair » (238). Contrôle de la sexualité ou contrôle social, se demande J. H. Arnold ? Les deux se confondent assurément, et se rencontrent dans la discipline des clercs et des prélats dont J. Théry souligne qu’elle trouve dans la procédure inquisitoire mise en place dans la première moitié du XIIIe siècle un outil adapté au projet pontifical de centralisation. Pour les laïcs, c’est la question du mariage qui est au centre de l’effort de l’Église pour encadrer et moraliser la chair. Ainsi, quatre des cinq articles de la section « Discipliner la chair en milieu laïque » éclairent sous différents angles cet enjeu. Sur le plan de la norme juridique, C. Levelleux-Teixera mène une exploration très fine sur le mariage des enfants dans un corpus de canonistes méridionaux, en montrant que la capacité du « corps copulant » (238) sert de critère principal pour en délimiter la validité. Elle constate alors que les seuils d’âge ne répondent pas à des critères moraux mais à la définition d’une « capacité croissante » (242) permettant de réaliser l’union matrimoniale : capacité de discernement à partir de 7 ans ; capacité de procréation à l’âge de 12 ans pour les filles et 14 ans pour les garçons. Ainsi, les fiançailles deviennent possibles à partir de 7 ans tout en étant réversibles avant la puberté. Il n’y a donc pas d’automaticité entre fiançailles et union matrimoniale. Un point remarquable concerne les fiançailles qui ne créent pas d’affinité, contrairement au mariage, tant qu’il n’y a pas « mélange des semences » (246), ce qui conduit le canoniste Guillaume de Montlauzun à affirmer que « le baiser ou le crime de sodomie ne crée pas l’affinité » (246) chez les fiancés. Ce n’est donc pas la sexualité en elle-même qui produit des effets juridiques mais une temporalité spécifique, notamment celle supposée de la maturité sexuelle permettant la « copule charnelle » (247).

Un des aspects les plus captivants de ce volume concerne la conformité ou non entre la production de la norme ecclésiale et les pratiques sociales, sachant que la partition n’est pas si simple à établir. Ainsi, les canonistes prennent déjà en compte le réel dans le droit, en créant des exceptions qui autorisent des fiançailles avant l’âge de 7 ans (pour le bien de la paix) ou en subordonnant l’âge juridique de la puberté à un examen physique, ou encore en reconnaissant que la cohabitation des fiancés constitue une présomption de consentement. L’écart entre la norme et la pratique peut être radical, au risque de conduire au contresens si l’on ne tient pas ensemble ces deux champs, comme le montre M. Armstrong-Partida à propos des unions cléricales en Catalogne au XIVe siècle. Si l’on s’en tient à la législation conciliaire, l’on pourrait penser que l’imposition du célibat des prêtres est une affaire entendue depuis la fin du XIIe siècle. Déjà la réitération de l’interdiction pour les prêtres de contracter un mariage dans la législation synodale catalane et ibérique jusqu’à la fin du Moyen Âge laisse penser que la réalité était toute autre. Dans les faits, les « unions cléricales proliféraient » (427) encore au XIVe siècle, comme le confirment les visites épiscopales. Les amendes infligées aux prêtres mariés n’y changent rien. La figure du clerc ou du prêtre époux et père de famille domine dans ces régions où les évêques s’attaquent mollement à cette réalité ou ont bien du mal à faire respecter la législation conciliaire. Cela signifie qu’on est loin des clichés opposés du prêtre lubrique ou du prêtre moine dans son sacerdoce. Ces hommes d’Église contractent des unions stables, considérées comme des mariages par les paroissiens, transmettent leurs biens et leur office à leurs fils sans que le pouvoir séculier n’y voie rien à redire. La réalité vécue dans les villages catalans n’est donc pas seulement celle du mariage clérical mais de « familles cléricales » (430) parfaitement intégrées. Pour les prêtres aussi, l’amour conjugal est un moyen d’éviter l’incontinence. Sur le versant des sexualités déviantes, J. Théry propose une édition critique et la traduction de la première sentence ecclésiastique connue prononcée en 1280 pour « crime contre nature » par l’évêque d’Albi contre Guilhem Fumet, chanoine de Saint-Salvi. L’étude de la sentence elle-même est reportée dans un article à venir mais le lecteur comblera sa frustration en lisant l’éclairante synthèse de J. Théry sur la lente mise en place de la répression contre les sodomites à partir de la fin du XIIIe siècle, en décalage de plus d’un siècle sur les législations civiles ou canoniques : seulement quatre condamnations par les justices laïques antérieures à 1300 viennent compléter la condamnation ecclésiastique de Guilhem Fumet. Une maigre moisson qui indique que, même s’il convient de prendre en considération les lacunes documentaires (notamment l’absence de sources issues des visites épiscopales dans le Midi avant les années 1340), la lutte contre le crime sodomite a longtemps relevé « plus de l’idéologie fonctionnelle aux pouvoirs en voie de centralisation que de quelque nécessité sociale vécue par le plus grand nombre » (306). Deux autres études de cas, menées par F. Collard et R. Chevalier, confrontent la théorie des interdits de consanguinité avec les pratiques des milieux aristocratiques méridionaux, ces derniers n’hésitant pas à incorporer l’inceste dans leurs stratégies matrimoniales. Le cas le plus spectaculaire concerne Jean V, comte d’Armagnac, et ses tribulations dans les années 1450 pour faire reconnaître la validité de son mariage avec… sa sœur, qu’il appelait affectueusement « la mya costa » (353) : une dispense obtenue sur la base d’un faux des mains de Calixte III, une première excommunication par Nicolas V, bientôt levée puis réaffirmée par Pie II. L’affaire parvient jusqu’au Parlement de Paris et conduit à une brève incarcération de Jean V avant qu’il n’obtienne le pardon de Louis XI en octobre 1461. Tout aussi énormes que soient le crime et le scandale, ils n’empêchent donc pas le comportement hyperendogamique des milieux aristocratiques, poussé ici à son comble. Jean V périra en 1473 des conséquences de ses insoumissions politiques, non de ses amours incestueuses.

La concurrence des pouvoirs laïques et ecclésiastiques, et de leurs juridictions respectives, en matière de discipline de la chair représente un autre enjeu qui traverse tout le volume. Ainsi, à propos de la peine de course infligée aux amants adultères, prévue par plusieurs statuts communaux du Midi, il apparaît pour J. H. Arnold que les objectifs des pouvoirs urbains se distinguent des pénitences ecclésiastiques : il s’agit en l’occurrence d’infliger une humiliation intense mais brève, rapidement refermée afin de ne pas perturber durablement les relations sociales. Quant à la législation anti-sodomites, elle fait preuve d’une moindre sévérité du côté de l’Église que dans les normes séculières mais on observe surtout une convergence des termes – par la référence au châtiment de Sodome (Genèse 18, 20-21) – dans lesquels le crime est condamné. De même, dans son étude de la procédure de légitimation des bâtards de Raymond-Roger de Comminges et Jeanne d’Espagne, R. Chevalier constate une appropriation dans les lettres de rémission de la rhétorique pontificale. Les affaires de la chair constituent assurément un bon poste d’observation pour étudier la concurrence des dispositifs souverains, royal et pontifical, à la fin du Moyen Âge.

Ce volume, dont il est impossible de rendre compte ici de toute la richesse – on lira avec délice les analyses d’A. Trivellone des images du manuscrit des Coutumes de Toulouse, BnF lat. 9187, et ses hypothèses sophistiquées pour les articuler avec le texte – se concentre comme le veut la collection sur le Midi de la France, avec une extension vers la Catalogne ibérique. D’où la question, inévitable, que pose déjà J. Rossiaud en introduction : quelle originalité méridionale dans les rapports de l’Église à la chair ? Au-delà des constats déjà anciens, telle la résistance de certains lignages aristocratiques aux principes de la réforme grégorienne, ou l’épineuse question hérétique, les auteurs et autrices avancent avec prudence. Si la question est plus d’une fois posée, la réponse est laissée en suspens, le plus souvent en raison du manque d’études approfondies qui permettent une véritable comparaison régionale. En attendant donc que l’histoire de la sexualité à l’époque médiévale en France gagne en maturité, on fera nôtre la conclusion de J.-L. Biget : dans ces domaines du corps, de la sexualité et de la foi, « l’Occitanie ne manifeste apparemment aucune originalité spécifique ; elle s’inscrit dans un processus général, commun à la chrétienté latine » (536).

Damien Boquet

Histoire des sensibilités (vient de paraître)

Source : PUF

A. Corbin et H. Mazurel (dir.), Histoire des sensibilités, Paris, PUF, 2022.

 

Résumé

Imaginée par Lucien Febvre, l’histoire des sensibilités est longtemps restée le fait de quelques pionniers. Écrire l’histoire de la vie sensible et affective des individus et des sociétés d’autrefois est un projet aussi séduisant que difficile. Mais se refuser à cette exploration, c’est mutiler l’histoire elle-même. C’est pourquoi ce territoire d’enquête a fini par acquérir sa pleine légitimité, au point d’embrasser un large spectre allant de l’étude historique des sens et des émotions à celle des sentiments et des passions. Outre qu’elle réinterroge les relations du corps et de l’esprit, comme le partage nature-culture, cette histoire à fleur de peau autorise de riches déplacements dans l’articulation concrète des histoires singulières et des expériences collectives. À travers des exemples historiques, de l’Antiquité à nos jours, les auteurs donnent à voir tout ce que l’étude des façons de sentir et de ressentir d’hier et d’aujourd’hui peut apporter à l’intelligence des sociétés.

Sommaire

Présentation

• Hervé Mazurel, « L’histoire du sensible : un territoire-limite ? » (accessible en ligne ici)

 

Explorations historiques

• Sarah Rey, « Le pouvoir des larmes. Pleurer dans l’Antiquité romaine »

• Damien Boquet, « Faut-il civiliser les barbares ? Penser et vivre les émotions au Moyen Âge »

• Anouchka Vasak, « « Les baromètres de l’âme ». Météores et sensibilités des Lumières au romantisme » 

• Clémentine Vidal-Naquet, « Écrire l’intime : le lien sentimental dans les correspondances conjugales de la Grande Guerre »

 

Perspectives

• Entretien avec Alain Corbin : « Nos sens n’échappent pas à l’histoire »

• Thomas Dodman, Quentin Deluermoz, Hervé Mazurel : « Les émotions en débat. Neurosciences affectives et sciences sociales de l’émotion »

Histoire des émotions collectives (vient de paraître)

Le dernier né (ou la dernière née car son genre est fluide) d’EMMA vient de naître et paraître, tous ses sens éveillés au monde et aux autres. Bonne lecture !

 

Damien Boquet, Piroska Nagy et Lidia Zanetti Domingues (dir.), Histoire des émotions collectives. Épistémologie, émergences, expériences, Paris, Classiques Garnier, 2022. 425 pages. ISBN : 978-2-406-13100-7. 28 euros.

 

Qui n’a jamais vécu cette sensation, exaltante souvent, effrayante parfois, d’être emporté par la foule, comme absorbé dans le « tous ensemble ! » scandé d’une seule voix ? Telles sont les émotions collectives, concrètes et impalpables, sensibles et fuyantes. Des spectacles romains aux « gilets jaunes », une équipe d’historiennes et d’historiens a entrepris d’enquêter sur cette étrange expérience. Comment la notion a-t-elle été pensée par les sciences humaines et sociales depuis le xixe siècle ? Comment les émotions collectives sont-elles forgées par les discours dans l’histoire ? Comment agissent-elles sur le cours des événements ? Ces grandes questions guident les quinze études réunies dans ce volume d’histoire collective.

Sommaire

PREMIÈRE PARTIE

HISTOIRE INTELLECTUELLE
DE LA NOTION DÉMOTION COLLECTIVE
DEPUIS LE XIXe SIÈCLE

 
Nagy (Piroska), “Histoire des émotions collectives. Éléments pour la trajectoire d’un phénomène et d’un concept”, p. 9-64
 
Boquet (Damien), “Un désir de foule. Du collectif de l’émotion à l’émotion collective dans la psychologie scientifique (xixe – début xxe siècle)”, p. 65-89
 
Courtine (Jean-Jacques), “La voix du peuple. Les émotions, le langage et la foule à l’aube de l’ère des masses”, p. 91-105
 
 

DEUXIÈME PARTIE

FABRIQUE DE LA FOULE ÉMUE

 
Forichon (Sylvain), “Étude de quelques cas d’émotions de foule lors des spectacles de l’Antiquité romaine”, p. 109-131

Nagy (Piroska), “Événement et émotion collective. Le cas des Flagellants à Pérouse (1260)”, p. 133-162
 
Klaniczay (Gábor), “Le moment du miracle. Émotions collectives dans deux collections de miracles d’Europe centrale : sainte Élisabeth et sainte Marguerite de Hongrie”, p. 163-185
 
Challet (Vincent), “De quo… fuerunt dolentes & turbati.
De l’émotion comme dé-légitimation du politique”, p. 187-210
 
Brazil (Sarah), “Collective Emotions and the Audience in Early English Drama”, p. 211-236
 
Morosini (Giulia), “From Fearful to Brave. The Shaping of Collective Emotions through Bodily Practices by the Italian Renaissance Condottieri”, p. 237-258
 
 

TROISIÈME PARTIE

LA FOULE ANIMÉE PAR LÉMOTION

Murray (Nathan), “Les tumultes de la multitude. Versatilité et verticalité de l’émotion populaire chez Cicéron”, p. 261-284
 
Weber (Anne-Gaëlle), “La colère de la foule au service de la construction de l’altérité. L’exemple de l’hagiographie missionnaire carolingienne”, p. 285-306
 
Zanetti Domingues (Lidia Luisa), “Foules émues au pied de l’échafaud dans l’Italie communale des xiiie et xive siècles”, p. 307-326
 
Vidoni (Nicolas), “L’émotion collective au défi de la foule
Les débuts de la Révolution à Montpellier”, p. 327-352
 
Wahnich (Sophie), “Les émotions collectives comme émotions sacrées et souveraines pendant la Révolution française 1789-1794”, p. 353-382
 
Bantigny (Ludivine), “« Gilet jaune colère noire ». Affects politiques d’un mouvement historique”, p. 383-403
 
 
Index des noms de personnes, p. 405-410
 
Index des noms de lieux, p. 411-413
 
Résumés, p. 415-421
 
Table des matières, p. 423-425

 

Thinking About Tears

Source : OUP

M. Menin, Thinking About Tears. Crying and Weeping in Long-Eighteenth-Century France, Oxford University Press, 2022.

A crucial period for the birth of the modern subject, France’s ‘long eighteenth century’ (approximately 1650-1820) was an era marked by the formulation of a new aesthetic and ethical code revolving around the intensification of emotions and the hyperbolic use of weeping. Precisely because tears are not a simple biological fact but rather hang suspended between natural immediacy, on one side, and cultural artifice, on the other, the analysis of crying came to represent an exemplary testing ground for investigations into the enigmatic relations binding the realm of physiology to that of psychology. Thinking About Tears explores how the link between tears and sensibility in France’s long eighteenth century helps shed light on the process through which the European emotional lexicon has been built: from viewing tears as governed by the sphere of ‘passions’ and ‘feelings’, thinkers began to view crying as first a matter of sensibility and then of sensiblerie (a pathological excess of sensibility), thereby presupposing an intimate connection with the category of ‘sentiments’. For this reason, this volume examines not only or even primarily the actual emotion of crying, but also the attempt to think about and explain this feeling. Drawing on a wide range of early modern philosophical, medical, religious, and literary texts-including moral treatises on the passions, medical textbooks, letters, life-writings, novels, and stage-plays-Thinking About Tears reveals another side to a period that has too often been saddled with the cursory label of ‘the age of reason’.

Introduction: Thinking about Tears
Part One: The Passion of Tears
1:From Heaven to Earth: Horizontal and Vertical Tears
2:From the Man without Passions to the Crying Hero
3:Tears and Humours
4:The Tears of the Soul
Part Two: The Weeping Century: The Rise of Sensibility
5:Physical and Moral Tears
6:The ‘homme sensible’
7:The Pedagogy of Tears
8:The Tears of the Revolution
Part Three: Rivers of Tears and Drought: From Sensibility to ‘sensiblerie’
9:Sentimental Onanism and the De-moralization of Crying
10:Pathological Tears
11:The Strategy of Crying
Conclusion

Feeling Political

Source : Open Access

U. Frevert, K. M. Pahl et al., Feeling Political. Emotions and Institutions since 1789, Palgrave Macmillan, 2022.

disponible en accès libre

Historicizing both emotions and politics, this open access book argues that the historical work of emotion is most clearly understood in terms of the dynamics of institutionalization. This is shown in twelve case studies that focus on decisive moments in European and US history from 1800 until today. Each case study clarifies how emotions were central to people’s political engagement and its effects. The sources range from parliamentary buildings and social movements, to images and speeches of presidents, from fascist cemeteries to the International Criminal Court. Both the timeframe and the geographical focus have been chosen to highlight the increasingly participatory character of nineteenth- and twentieth-century politics, which is inconceivable without the work of emotions.

Grief, Gender, and Identity in the Middle Ages

Source : Brill

Lee Templeton (ed.), Grief, Gender, and Identity in the Middle Ages. Knowing Sorrow, Brill, 2022

This edited collection examines the ways in which medieval grief is both troubled and troubling––troubled in its representation, troubling to categories such as gender, identity, hierarchy, theology, and history, among others. Investigating various instantiations of grief—sorrow, sadness, and mourning; weeping and lamentation; spiritual and theological disorientation and confusion; keening and the drinking of blood; and grief-madness—through a number of theoretical lenses, including feminist, gender, and queer theories, as well as philosophical, sociological, and historical approaches to emotion, the collected essays move beyond simply describing how men and women grieve in the Middle Ages and begin interrogating the ways grief intersects with and shapes gender identity.
Contributors are Kim Bergqvist, Jim Casey, Danielle Marie Cudmore, Marjorie Housley, Erin. I. Mann, Inna Matyushina, Drew Maxwell, Kristen Mills, Jeffery G. Stoyanoff, Lee Templeton, and Kisha G. Tracy.

Poétiques de l’amour

Source : Passés/Composés

Joël Blanchard, Poétiques de l’amour. Sexualité, genre, pouvoir, XIe-XVe siècle, Paris, Passés/Composés, 2022.

 

Depuis les premiers écrits chrétiens jusqu’aux expressions les plus abouties de l’amour dit courtois au XVe siècle, Joël Blanchard interroge l’histoire du discours amoureux, ses formes de pensée et d’écriture qui se sont forgées depuis un millénaire. Avec force d’exemples, l’auteur retrace les débats, théologiques et rhétoriques, les controverses, morales et philosophiques, convoque les acteurs, troubadours, clercs, chevaliers et dames, et révèle que si la fin’amor est d’abord l’affirmation de l’amour le plus délicat et passionné, elle s’avère bientôt être l’expression d’une tradition misogyne. Les échos de ces temps où la voix des femmes peine à se faire entendre parviennent jusqu’à nous. Sexualités, virginité, chasteté et désir, ou encore conjugalité, mariage et célibat sont autant de sujets qui animent l’espace public, et montrent que l’expression de l’amour est avant tout une question de pouvoir.

ISBN 978-2-3793-3251-7
Parution 20/04/2022
Pagination 336 pages
Format 14 x 20
Prix 22 €

Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance

Source : Classiques Garnier

Audrey Gilles, Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2022.

 

 

 

 

Table des matières

Note sur la transcription des textes     9

Introduction    11

PREMIÈRE PARTIE

PLAISIR FÉMININ ET ESPACE CONJUGAL

La volupté féminine dans le mariage    39

La volupté féminine et la génération de lhomme    39

Perspectives médicales : voix masculines    39

Perspectives littéraires : voix féminines    54

« Jouïssance par mariage ».
Une revendication féminine ?    63

Quels discours féminins pour le plaisir de lépouse ?    63

Lépouse non honorée par son mari    81

Vers une redéfinition de lhonneur ?    96

La volupté féminine en dehors du mariage   113

Plaisirs féminins de ladultère   113

Plaisirs adultères dans LHeptaméron :
ruses féminines, ruses du texte   114

Hélisenne de Crenne
et la voix donnée au plaisir féminin adultère   152

Plaisirs déviants.

Homosexualité et godemichés   179

624

Normaliser la déviance :
entre condamnation et perplexité   180

Normaliser la déviance ? Une poétique de lécart   188

DEUXIÈME PARTIE

PLAISIR FÉMININ ET ESPACE SOCIAL

Plaisirs damour   209

1540-1550. Lhéritage courtois
à la lumière néoplatonicienne   212

Plaisir dêtre servie   213

Jouir du plaisir de lamant   237

1550-1599. Relectures sensuelles du schéma
courtois par le pétrarquisme   255

Linvitation érotique : une poétique du hic et nunc   257

Variétés de la volupté : renouveler la poésie amoureuse   285

Plaisirs de Cour   301

Plaisirs du corps   301

Plaisirs de la coquetterie   301

Plaisirs de la danse   330

Les dames de Cour de Papillon de Lasphrise   349

Plaisirs de la parole, plaisirs de léchange   365

Corps, paroles et silences dans les Nouvelles Récréations   368

Rieuses et conteuses dans LHeptaméron   380

Du plaisir de léchange
au plaisir de savoir chez Taillemont   394

625

TROISIÈME PARTIE

PLAISIR FÉMININ ET ESPACE DE SOI

La voluptas

Plaisirs de laccomplissement hors de soi   409

Plaisirs de la maternité.

Injonctions, ambiguïtés, silences   409

De la femme entière à la mère entière :
les voix masculines du plaisir maternel
comme garant de laccomplissement de soi   410

Le plaisir maternel dans LHeptaméron :
aveuglements et substitutions   429

Figures de lectrices voluptueuses.

Réflexion didactique et représentation fantasmatique   444

Lire cest jouir : quel plaisir du savoir ?   446

Lire cest jouir : une érotique du texte offert   455

Voluptas ou gaudium ?
Les ambivalences poétiques de Tyard   464

Le gaudium

Plaisirs de la connaissance de soi   473

Plaisirs de létude, « honneste passetemps »
et « plaisir sage »   473

Louise Labé : émulation, transgression, provocation    473

Les dames Des Roches :
émulation, transmission, conciliation   477

Plaisirs mystiques.

Connaissance de soi par la connaissance de Dieu   498

Marguerite de Navarre : la joie et le je   498

Gabrielle de Coignard :
les angoisses qui procèdent de la joie divine   523

La volupté-joie du saisissement de soi.

Plaisir de la « saillie »   537

626

Plaisir et bonheur chez Louise Labé
et Pernette Du Guillet : pour une érotique nouvelle   539

Hélisenne de Crenne ou le plaisir du roman imaginaire   563

Conclusion   585

Bibliographie   595

Index nominum   619

The Routledge Companion to Literature and Emotion

Source : Routledge

Patrick Colm Hogan, Bradley J. Irish, Lalita Pandit Hogan (ed.), The Routledge Companion to Literature and Emotion, Routledge, 2022

 

 

Book Description

 

The Routledge Companion to Literature and Emotion shows how the “affective turn” in the humanities applies to literary studies. Deftly combining the scientific elements with the literary, the book provides a theoretical and topical introduction to reading literature and emotion.

Looking at a variety of formats, including novels, drama, film, graphic fiction, and lyric poetry, the book also includes focus on specific authors such as Shakespeare, Chaucer, Jane Austen, Virginia Woolf, and Viet Thanh Nguyen. The volume introduces the theoretical groundwork, covering such categories as affect theory, affective neuroscience, cognitive science, evolution, and history of emotions. It examines the range of emotions that play a special role in literature, including happiness, fear, aesthetic delight, empathy, and sympathy, as well as aspects of literature (style, narrative voice, and others) that bear on emotional response. Finally, it explores ethical and political concerns that are often intertwined with emotional response, including racism, colonialism, disability, ecology, gender, sexuality, and trauma.

This is a crucial guide to the ways in which new, interdisciplinary understandings of emotion and affect—in fields from neuroscience to social theory—are changing the study of literature and of the ways those new understandings are impacted by work on literature also.

 

Table of Contents

 

Introduction. Literary Feelings: Understanding Emotions

Patrick Colm Hogan and Bradley J. Irish

 

Part 1

Theoretical Perspectives

 

1. Affective Neuroscience: The Symbiosis of Scientific and Literary Knowledge

Laura Otis

2. Affect Theory

Wendy J. Truran

3. Cognitive Linguistics: A Perspective on Emotion in Literature

Zoltán Kövecses

4. Cognitive Science: Literary Emotions from Appraisal to Embodiment

Marco Caracciolo

5. Embodiment: Embodied Simulation and Emotional Engagement with Literary Characters

Hannah Chapelle Wojciehowski and Vittorio Gallese

6. Empirical Approaches to Studying Emotion in Literature: The Case of Gender

Chantelle Ivanski, Marta M. Maslej, and Raymond A. Mar

7. Evolution: How Evolved Emotions Work in Literary Meaning

Joseph Carroll

8. The History of Emotions and Literature

Andrew Lynch

9. Philosophy, Literature, and Emotion

Noël Carroll

 

Part 2

Emotions of Literature

 

10. Aesthetic Emotions

Sibylle Baumbach

11. Paradoxes of Literary Emotion: Simulation and The Zhào Orphan

Patrick Colm Hogan

12. Sympathy and Empathy

Derek Matravers

13. Tragedy and Comedy: Emotional Tears and Trust in King Lear and Cymbeline

Lalita Pandit Hogan

 

Part 3

Literature and Emotion in the World

 

14. Colonialism and Postcolonialism

Suzanne Keen

15. Disability, “Enslavement,” and Slavery: Affective Historicism and

Fletcher and Masssinger’s A Very Woman

David Houston Wood

16. Ecology and Emotion: Feeling Narrative Environments

Alexa Weik von Mossner

17. Morals: The Ethical Gangster

Blakey Vermeule

18. Gender, Emotion, Literature: “No Woman’s Heart” in Shakespeare’s Twelfth Night

Cora Fox

19. Race and Ethnicity

Christopher González

20. Sexuality

Tiffany Diana Ball

21. Trauma and Its Future: Re-Visiting Aesthetic Form Debates

E. Ann Kaplan

 

Part 4

Elements of Literary Structure and Experience

 

22. Authors: Cognitive Patterns and Individual Creativity

Cristóbal Pagán Cánovas

23. Character and Emotion in Fiction

Keith Oatley

24. Language, Style, and Texture

Peter Stockwell

25. Narrative and Plot: Unreliable Feelings and the Risks of Surprise

Vera Tobin

26. Readers

Richard J. Gerrig

27. Social Reception

Bradley J. Irish

28. Stories: Particular Causes and Universal Genres

Patrick Colm Hogan

 

Part 5

Modes of Literature

 

29. Drama: Feeling Out Loud in Shakespearean Apostrophe and the History of Emotions

Gail Kern Paster

30. Film: The Affective Specificity of Audiovisual Media

Jens Eder

31. Graphic Fiction: BIPOC Teen Comics

Frederick Luis Aldama

32. Lyric

John Brenkman

33. Prose Fiction

Bartosz Stopel

 

Part 6

Literary Examples

 

34. Geoffrey Chaucer

Stephanie Downes

35. William Shakespeare: Anxieties About Trust in The Tempest

Lalita Pandit Hogan

36. Jane Austen and the Emotion of Love

Keith Oatley

37. Virginia Woolf’s Development of a Sociology of Emotion

in the Composition of The Years (1937)

Emily Ridge

38. Helon Habila: Structural Helplessness and the Quest for Hope in Oil on Water

Donald R. Wehrs

39. Viet Thanh Nguyen: Navigating Anger and Empathy in The Sympathizer

Sue J. Kim

La fabrique des emotions

Source : PUF

Louis Quéré, La Fabrique des émotions, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Nos émotions gouvernent au côté de la raison notre manière de percevoir le monde qui nous entoure, de nous y situer et d’agir. Si la modernité les localise dans l’intériorité psychologique du sujet, les recherches récentes, participant aussi bien des neurosciences que des sciences humaines et sociales, tendent à voir dans les émotions le moteur de nos actions, les orientant vers l’environnement qui les conditionne comme elles le modifient. Cet ouvrage se propose d’explorer les avancées de la science des émotions, faisant la part belle au pragmatisme, sans négliger les approches phénoménologiques. À rebours des thèses de la neurobiologie risquant de les réduire à leur substrat biologique, l’auteur s’intéresse aux dimensions socioculturelle et expressive des émotions défendues par Dewey et Wittgenstein. Le phénomène des émotions collectives est également abordé sous un angle sociologique et anthropologique à partir des travaux de Durkheim et Mauss, pour faire valoir le rôle du groupe dans la genèse d’émotions parfois destructrices, mais aussi créatrices. L’analyse de ce phénomène est cruciale pour comprendre les événements politiques et les passions sociales qu’ils soulèvent, de même que les pratiques rituelles et artistiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search