De la contagion, Béatrice DELAURENTI, Thomas LE ROUX (dir.)

Épidémies, mouvements de foule, frénésie de la valse, possessions démoniaques, modes vestimentaires… De la diffusion du Covid-19 sur l’ensemble de la planète à la pollution généralisée des espaces naturels,
du mouvement MeToo aux rumeurs qui se propagent comme un feu de poudre sur les réseaux sociaux, des attaques de hackers aux bâillements qui se transmettent irrépressiblement d’un individu à un autre, la contagion, loin d’être uniquement un concept médical, est un processus omniprésent dans le monde d’aujourd’hui, aussi bien à l’échelle des nations qu’à celle des événements les plus infimes de notre vie
quotidienne.  Dépassant l’actualité à partir de cas précis allant de l’Antiquité à l’époque contemporaine (lutte contre la variole au XVIIIe siècle, assimilation de l’antisémitisme à une maladie contagieuse, propagation des innovations chez les enlumineurs et sculpteurs du Moyen Âge ou inquiétante contamination de la planète par la diffusion de particules radioactives…), des chercheurs venus de tous les horizons tracent les contours de ce phénomène multiforme – clé de compréhension des temps à venir.

Bien que cet ouvrage, paru chez le Vendémiaire, ne porte pas directement sur les émotions, il les touche tangentiellement de façons multiples. Oeuvre collective d’historiens du CRH de l’EHESS, elle est organisée comme un dictionnaire, en ordre alphabétique. La table des matières peut être consultée ici:

Un manuel universitaire consacré à l’histoire des émotions

Source : Macmillan

Katie Barclay, The History of Emotions. A Student Guide to Methods and Sources, Macmillan, 2020.

This student guide introduces the key concepts, theories and approaches to the history of emotions while teaching readers how to apply these ideas to historical source material. Covering the main emotions approaches and providing a range of global case studies and historical sources with which to apply learning, this textbook provides a ‘how to’ guide for those new to the field and for those learning how historians apply methods to source material. 
Written in clear and accessible language, each chapter is accompanied by further reading, while surveying many of the main areas of current research and providing ideas for personal research projects and further learning. This methodological guide is ideal for students taking modules on the History of Emotions, or for students on general Historical Skills modules. 

Actualités de l’histoire des émotions chez Cambridge University press

Source : Cambridge University Press

Andrew Mellas, Liturgy and the Emotions in Byzantium. Compunction and Hymnody, Cambridge, UP, 2020.

This book explores the liturgical experience of emotions in Byzantium through the hymns of Romanos the Melodist, Andrew of Crete and Kassia. It reimagines the performance of their hymns during Great Lent and Holy Week in Constantinople. In doing so, it understands compunction as a liturgical emotion, intertwined with paradisal nostalgia, a desire for repentance and a wellspring of tears. For the faithful, liturgical emotions were embodied experiences that were enacted through sacred song and mystagogy. The three hymnographers chosen for this study span a period of nearly four centuries and had an important connection to Constantinople, which forms the topographical and liturgical nexus of the study. Their work also covers three distinct genres of hymnography: kontakion, kanon and sticheron idiomelon. Through these lenses of period, place and genre this study examines the affective performativity hymns and the Byzantine experience of compunction.

 

Clare Monagle, Scholastic Affect. Maternity and the History of Emotions, Cambridge UP, 2020.

Scholastic theologians made the Virgin Mary increasingly perfect over the Middle Ages in Europe. Mary became stainless, offering an impossible but ideologically useful vision of womanhood. This work offers an implicit theory of the utility and feelings of women in a Christian salvationary economy. The Virgin was put to use as a shaming technology, one that silenced and effaced women’s affective lives. The shame still stands to this day, although in secularised mutated forms. This Element deploys the intellectual history of medieval thought to map the moves made in codifying Mary’s perfection. It then uses contemporary gender and affect theory to consider the implications of Mary’s perfection within modernity, mapping the emotional regimes of the medieval past upon the present.

 

Robert Phiddian, Satire and the Public Emotions, Cambridge UP, 2020.

The dream of political satire – to fearlessly speak truth to power – is not matched by its actual effects. This study explores the role of satirical communication in licensing public expression of harsh emotions defined in neuroscience as the CAD (contempt, anger, disgust) triad. The mobilisation of these emotions is a fundamental distinction between satirical and comic laughter. Phiddian pursues this argument particularly through an account of Jonathan Swift and his contemporaries. They played a crucial role in the early eighteenth century to make space in the public sphere for intemperate dissent, an essential condition of free political expression.

Dernières parutions dans la collection « History of Emotions » (Oxford University Press)

Source : Oxford University Press

Frank Biess, German Angst. Fear and Democracy in the Federal Republic of Germany, OUP, 2020

German Angst analyses the relationship between fear and democracy in postwar West Germany. While fear and anxiety have historically been associated with authoritarian regimes, Frank Biess demonstrates the ambivalent role of these emotions in a democratizing society: in West Germany, fear and anxiety both undermined democracy and stabilized it. By taking seriously postwar Germans’ uncertainties about the future, this study challenges dominant linear and teleological narratives of postwar West German ‘success’, highlighting the prospective function of memories of war, National Socialism, and the Holocaust. Postwar Germans projected fears and anxieties that they derived from memories of a catastrophic past into the future.

Based on case studies from the 1940s to the present, German Angst provides a new interpretive synthesis of the Federal Republic. It tells the history of the Federal Republic as a series of cyclical crises in which specific fears and anxieties emerged, served a variety of political functions, and then again abated. Drawing on recent interdisciplinary insights generated by the field of emotion studies, Biess’s study transcends the dichotomy of ‘reason’ and ’emotion’. Fear and anxiety were not exclusively irrational and dysfunctional, but served important roles in postwar democracy. These emotions sensitized postwar Germans to the dangers of an authoritarian transformation, and they also served as emotional engines of new social movements, including the environmental and peace movements. German Angst also provides an original analysis of the emotional basis of right-wing populism in Germany today, and it explores the possibilities of a democratic politics of emotion.

 

Mark Seymour, Emotional Arenas. Life, Love, and Death in 1870s Italy, OUP, 2020.

Based on the records of a murder trial that transfixed all of Italy in the late 1870s, this study makes use of a dramatic court case to develop a new paradigm for the history of emotions – the ’emotional arena’. Set in the decade following Italian unification, the context was one of notable cultural variety. An as-yet unexplored aspect of this was that the experience and expression of emotions were as variable as the regions making up the new nation. Through a close examination of the spaces in which daily lives, loves, and deaths unfolded – from marital homes to places of socializing and entertainment, to a Roman court room – Mark Seymour explores the way social ‘arenas’ are crucial to the historical development of emotional cultural rules.

The narrative is driven by the failed marriage of a decorated but allegedly impotent Risorgimento soldier, his wife’s scandalous affair with a virile circus artiste (who had a string of previous lovers), and the illicit new couple’s murder of the hapless husband. Hundreds of witnesses – from local professionals to servants and even circus clowns – interviewed across the length and breadth of the peninsula, left their personal views on marriage, sexuality, and infidelity. These provide an extraordinary series of peepholes into little-known areas of the new nation’s social fabric. A careful yet imaginative reading of the prosecution records, as well as contemporary newspaper coverage, allows reconstruction of the highly emotional experiences of all those touched by this extraordinary story. The result is a classic Italian micro-history with relevance for today’s emotionally volatile times.

 

Anna Toropova, Feeling Revolution. Cinema, Genre, and the Politics of Affect under Stalin, OUP, 2020.

Stalin-era cinema was designed to promote emotional and affective education. The filmmakers of the period were called to help forge the emotions and affects that befitted the New Soviet Person – ranging from happiness and victorious laughter, to hatred for enemies. Feeling Revolution shows how the Soviet film industry’s efforts to find an emotionally resonant language that could speak to a mass audience came to centre on the development of a distinctively ‘Soviet’ cinema. Its case studies of specific film genres, including production films, comedies, thrillers, and melodramas, explore how the genre rules established by Western and prerevolutionary Russian cinema were reoriented to new emotional settings.

‘Sovietising’ audience emotions did not prove to be an easy feat. The tensions, frustrations, and missteps of this process are outlined in Feeling Revolution, with reference to a wide variety of primary sources, including the artistic council discussions of the Mosfil’m and Lenfil’m studios and the Ministry of Cinematography. Bringing the limitations of the Stalinist ideological project to light, Anna Toropova reveals cinema’s capacity to contest the very emotional norms that it was entrusted with crafting.

 

Monique Scheer, Enthusiasm. Emotional Practices of Conviction in Modern Germany, OUP, 2020.

Enthusiasm seeks to contribute to a culturally and historically nuanced understanding of how emotions secure and ratify the truth of convictions. More than just pure affective intensity, enthusiasm is about something: a certainty, clarity, or truth. Neither as clearly negative as fanaticism nor as general as passion, enthusiasm specifically entails belief. For this reason, the book takes its starting point in religion, the social arena in which the concept was first debated and to which the term still gestures. Empirically based in modern German Protestantism, where religious emotion is intensely cultivated but also subject to vigorous scrutiny, it combines historical and ethnographic methods to show how enthusiasm has been negotiated and honed as a practice in Protestant denominations ranging from liberal to charismatic. The nexus of religion and emotion and how it relates to central concepts of modernity such as rationality, knowledge, interiority, and sincerity are key to understanding why moderns are so ambivalent about enthusiasm. Grounded in practice theory, Enthusiasm assumes that emotions are not an affective state we ‘have’ but mind-body activations we ‘do’, having learned to perform them in culturally specific ways. When understood as an emotional practice, enthusiasm has different styles, inflected by historical traditions, social milieus, and knowledge (even ideologies) about emotions and how they work. Enthusiasm also provides insight into how this feeling works in secular humanism as well as in politics, and why it is so contested as a practice in any context.

 

Yaara Benger Alaluf, The Emotional Economy of Holidaymaking. Health, Pleasure, and Class in Britain, 1870-1918, 0UP, 2021.

It is often taken for granted that holiday resorts sell intangible commodities such as freedom, enjoyment, pleasure, and relaxation. But how did the desire for a ‘happy holiday’ emerge, how was ‘the right to rest’ legitimized, and how are emotions produced by commercial enterprises? To answer these questions, The Emotional Economy of Holidaymaking explores the rise of popular holidaymaking in late-nineteenth-century Britain, which is generally considered to be the birthplace of mass tourism. Drawing on a wide range of texts, including medical literature, parliamentary debates, advertisements, travel guides, popular stories, and personal accounts, the book unravels the role emotions played in British spa and seaside holiday cultures.

Introducing the concept of an ’emotional economy’, Yaara Benger Alaluf traces the overlapping impact that psychological and economic thought had on moral ideals and performative practices of work and leisure. Through a vivid account of changing attitudes toward health, pleasure, social class, and gender in late-Victorian and Edwardian Britain, she explains why the democratization of holidaymaking went hand in hand with its emotionalization.

Combining the history of emotions with the sociology of commodification, the book offers an innovative approach to the study of the leisure and entertainment industries and a better understanding of how medicalized conceptions of emotions influenced people’s dispositions, desires, consumption habits, and civil rights. Looking ahead to the central place of tourism in twenty-first century societies and its relation to stress and burnout, The Emotional Economy of Holidaymaking calls on future research of past and present leisure cultures to take emotions seriously and to rethink notions of rationality, authenticity, and agency.

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle revue consacrée à l’histoire des émotions

source : archivi delle emozioni

Archivi delle emozioni. Ricerche sulle componenti emotive nella litteratura, nell’arte, nella cultura materiale

Scopo e ambito della rivista

Il titolo ‘Archivi delle emozioni’ vuole esprimere la dimensione storica della componente affettiva della vita umana, che in questa rivista si intende esaminare nelle sue espressioni artistiche, letterarie e culturali in senso lato, in tutte le epoche, dalla più remota antichità al presente.

Il titolo della rivista sottintende, al contempo, un’idea aperta, cioè in continuo aggiornamento e non statica, di ‘archivio’: da una parte, infatti, le emozioni si trovano ‘archiviate’ nelle espressioni artistiche e negli oggetti, come fossili del percorso umano, delle modalità cognitive dell’uomo, delle sue pratiche sociali. Ma dall’altra, le emozioni sono anche ri-vissute e ri-provate ogni volta che si entra in rapporto con i prodotti dell’arte e della cultura materiale e si comunica e si interagisce con essi. Questa rivista si interessa a tutti gli aspetti e a tutti i significati della interazione emotiva tra arte, letteratura, oggetti della cultura materiale e archeologica, e chi si è trovato o si trova coinvolto nelle loro atmosfere emotive, compresi gli stessi studiosi.

Si intende dunque da una parte ricostruire le emozioni e i loro contesti attraverso le analisi delle loro rappresentazioni artistiche, verbali e non verbali; ma ci si interroga anche sui meccanismi fisiologici delle reazioni emotive che sono sollecitate dall’arte, dalla letteratura, dal linguaggio, da ogni prodotto della cultura umana. Alla base delle nostre ricerche c’è dunque l’acquisizione, propria del XX sec., che l’ermeneutica non può più considerarsi scissa dalla vita e dalle scienze della vita, né la conoscenza, anche di noi stessi, essere considerata come scissa dal corpo e dai suoi modi di sentire.

Les émotions collectives. En quête d’un «objet» impossible – Raisons pratiques 29

Dirigé par Laurence Kaufmann et Louis Quéré, ce volume paraitra dans trois semaines.

La plupart des recherches en sciences sociales reconnaissent à présent que les émotions, loin d’être des impulsions irrationnelles ou des réactions instinctives indésirables, sont au contraire des médiations cognitives et des appuis pratiques dont aucune action ne saurait se passer. Formidablement heuristique, cette réhabilitation des émotions s’est vue toutefois reprocher son absence d’intérêt pour les sentiments diffus, les ambiances en sourdine et la résonance parfois indisciplinée des corps. Or, ce sont précisément ces échappées affectives que l’on retrouve de façon particulièrement vive dans les émotions collectives. Ces dernières, sans corps propre, semblent disparaître ou s’évaporer dès que l’on s’en approche de trop près. Comment alors saisir et iden-tifier avec certitude les émotions souvent « liquides » ou « gazeuses » qui sous-tendent et animent les conduites publiques ? Et comment les mettre en mots analytiques ?À ces problèmes épistémologiques et méthodologiques s’ajoute un problème ontologique : si l’émotion exige par définition un point d’ancrage corporel, et donc singulier, comment peut-elle devenir collective et impersonnelle ? Pendant longtemps, une des manières de résoudre cette question a consisté à associer les émotions collectives aux moments d’effervescence et de rassemblement qui leur confèrent une réalité tangible, aussi observable qu’incontestable. Mais il y a des modalités moins visibles de « partager » les émotions, y compris à distance, notamment par l’intermédiaire des médias ou des réseaux sociaux, qui infléchissent tout autant les comportements.C’est dire si les émotions collectives ravivent certaines questions fondamentales des sciences sociales, notamment celles concernant les liens entre l’expérience individuelle et l’appartenance collective, l’évé-nement éphémère et les sensibilités au long cours, la co-présence des corps et les liens à distance, l’imprévisibilité et l’intensité du ressenti

Table des matières

Du partage de l’intelligible au partage du sensible

Mikko Salmela, Les émotions peuvent-elles être collectives ?

Anita Konzelmann-Ziv, La sémantique de l’émotion partagée

Gérôme Truc, Tous concernés ? La dimension collective des émotions en situation d’attentats

Marika Moisseeff et Michael Houseman, L’orchestration rituelle du partage des émotions et ses ressorts interactionnels

Jean-Louis Genard, Une sociologie des émotions « modo aesthetico » ?

Politiques émotionnelles et émotions politiques

Laurence Kaufmann, Ces émotions auxquelles nous sommes attachés. Vers une phénoménologie politique de l’espace public

Piroska Nagy,  Mobilisation populaire et émotions collectives : le moment patarin à Milan  (1056-1075)

Christophe Traïni, Les émotions collectives dans les mouvements sociaux.  La mobilisation des soutiens et des adversaires de la protection animale

Eva Illouz, Foules, groupes, climats. Une typologie des émotions collectives

Ambiances affectives et espaces publics

Joan Stavo-Debauge, L’expression publique des embarras de la parole religieuse. De bavardages prosélytes en inhibition de la critique, l’invention d’une inédite « méthode de fixation des croyances »

Mathieu Berger, Locked together screaming. Une assemblée municipale américaine enfermée dans l’offense

Soutenance de thèse : Anne-Gaëlle Weber, « Les émotions en mission. La fabrique d’une identité affective chrétienne au miroir de l’hagiographie missionnaire carolingienne »

Nous avons le plaisir de vous convier à la soutenance virtuelle de thèse, à l’UQAM,  d’Anne-Gaëlle Weber,  « Les émotions en mission. La fabrique d’une identité affective chrétienne au miroir de l’hagiographie missionnaire carolingienne »,
menée sous la direction de   Piroska Nagy (UQÀM – GRHS) et de Geneviève Bührer-Thierry (Paris I-Panthéon Sorbonne – LAMOP)
 le 29 octobre prochain à 9h30 (heure du Québec),
 
devant un jury composé de
Geneviève Bührer-Thierry (Paris I-Panthéon Sorbonne)
Alban Gautier (Université de Caen – Normandie)
Barbara Rosenwein (Loyola university Chicago)
Richard M. Pollard (UQÀM)
Piroska Nagy (UQÀM)
 
Le lien Zoom pour la soutenance :
ID de réunion : 894 9158 7466
Vous aurez besoin d’un code secret pour y accéder –> SVP confirmez votre participation en écrivant à Piroska pour l’obtenir !
 
Au plaisir de vous y voir nombreux ! 

Rob Boddice – Mark Smith, Emotion, Sense, Experience, Cambridge, 2020

Voici le dernier petit opus de Rob Boddice, co-écrit avec Mark Smith,
un historien des sens bien connu, où les deux auteurs lancent un véritable manifeste pour l’étude de l’expérience, qui doit inclure à la fois les émotions, les sens et les expériences cognitives, pour en finir avec les études compartimentées de ces trois domaines, autant de composantes de l’expérience humaine au quotidien.

Emotion, Sense, Experience calls on historians of emotions and the senses to come together in serious and sustained dialogue. The Element outlines the deep if largely unacknowledged genealogy of historical writing insisting on a braided history of emotions and the senses; explains why recent historical treatments have sometimes profitably but nonetheless unhelpfully segregated the emotions from the senses; and makes a compelling case for the heuristic and interpretive dividends of bringing emotions and sensory history into conversation. Ultimately, we envisage a new way of understanding historical lived experience generally, as a mutable product of a situated world-brain-body dynamic. Such a project necessarily points us towards new interdisciplinary engagement and collaboration, especially with social neuroscience. Unpicking some commonly held assumptions about affective and sensory experience, we re-imagine the human being as both biocultural and historical, reclaiming the analysis of human experience from biology and psychology and seeking new collaborative efforts.

 

Séminaire de recherche en ligne : pour une histoire de l’EXPérience. Le laboratoire médiéval

Le domaine de l’expérience couvre tout ce qui touche au vécu humain, au singulier comme au collectif, au-delà et en deçà des grands champs d’analyse traditionnels du monde social. L’émotion et les sens, l’apprentissage et la mémoire, les représentations et le corps offrent de multiples angles pour approcher les manières dont les gens éprouvent leur existence en société. Autant de questions labourées par les historien.ne.s du dernier demi-siècle, pour qui l’interrogation de l’expérience sensible a permis de s’intéresser aux pratiques et aux vécus par leurs traces les plus variées. Du côté de l’épistémologie de l’histoire, après Michel de Certeau, Joan W. Scott a souligné que l’expérience, tant celle des acteurs historiques que celle des historien.ne.s, est socialement et culturellement située, construite et jamais donnée d’emblée : elle devient dès lors à la fois objet d’histoire et outil de l’enquête historique. Une telle remise en question implique nécessairement l’approche des traces du passé, leur contexte de production et leur matérialité même. L’exploitation des documents-sources fut ainsi remplacée par une soigneuse analyse de leurs conditions et processus de production, d’usage et de transmission. Dans ce contexte, réfléchir sur les possibilités, tant épistémologiques que pragmatiques, d’une histoire de l’expérience devient urgent: que signifie, et comment peut-on faire l’histoire de l’expérience?

Approchant ces questions du point de vue des médiévistes, ce séminaire propose de croiser deux démarches :

1) aborder la question épistémologique débattue en faisant dialoguer nos approches et expérimentations avec celles d’autres mondes, et d’autres sciences sociales;

2) réfléchir aux usages médiévaux des termes désignant l’expérience et, à partir d’études de cas, proposer des analyses historiques concrètes de questions et de matériaux, autour de divers angles d’approche possibles de l’expérience au Moyen Âge (11-14e s.).

L’imbrication du questionnement épistémologique et de l’analyse historique contextualisée permettra de réfléchir sur les articulations des diverses facettes de l’activité humaine, en prenant en compte l’agentivité individuelle et collective des acteurs, les parcours comme les relations socio-culturelles dans lesquelles ils se meuvent, enfin les tensions et dynamiques qui traversent chaque configuration.

Le séminaire se tiendra un vendredi par mois sur Zoom (9h30h-12h30h  à Montréal — 15h30-18h30 en Europe).

Après la lecture et la discussion de quelques textes théoriques, nous proposons des séances doubles (2x1h30) pour discuter de travaux en cours, de sources, ou de lectures proposées par les participant.e.s.

L’adresse Zoom pour se joindre au séminaire : https://uqam.zoom.us/j/3945224840  (sans mot de passe).

 PROGRAMME

25 septembre – Séance introductive : 

Piroska Nagy (UQAM) : Histoire de l’expérience, expérience de l’Histoire, pourquoi ce séminaire?  

Xavier Biron-Ouellet (Univ. Ca’Foscari, Venise) : Experientia et experimentum : le laboratoire médiéval

 

9 octobre

Rob Boddice (HEX, University of Tampere) : Emotion, Sense, Experience – présentation du livre ;

Discussion de Walter Benjamin, “Expérience et pauvreté », disponible en ligne.

 

30 octobre

Lauren Mancia (Brooklyn College, CUNY) : The Experience of Monastic Meditation in the Eleventh and Twelfth Centuries

Piroska Nagy (UQAM) : L’expérience mystique médiévale existe-t-elle? Autour d’un débat.

 

20 novembre

Sari Katajala-Peltomaa (Université de Tampere – HEX Academy of Finland Centre of Excellence in the History of Experiences) : From « lived reality » to cultural script: punishment miracles as experience

John Drendel (UQAM) : L’expérience « hors-champs » des paysans du Languedoc

 

11 décembre

Michele Lodone (Université Ca’ Foscari de Venise) : Apocalyptic Preaching and Collective Emotion in Renaissance Florence

Eliott Boulate (UQAM) : De l’expérience à l’expertise : Héthoum de Korykos, un Arménien au secours de la Chrétienté

 

 

Cher-e-s lectrices, lecteurs,

tant les collègues que les étudiant.e.s des cycles supérieurs (ou pas) sont bienvenu.e.s pour présenter leurs travaux, lectures, réflexions et participer aux discussions !

 

Sainte vergogne (vient de paraître)

D. Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Table des matières : ici

 

 

 

 

« Mon père disait que lorsque les temps changent – lui faisait allusion à la Première Guerre mondiale –, en plus du langage, changent les sensations, les sentiments, etc., et il avait raison… »

Goliarda Sapienza, Rendez-vous à Positano, traduction N. Castagné, Paris, Le Tripode, 2017, p. 205.

 

Peut-on imaginer meilleure façon d’éprouver la nouvelle « histoire des émotions », ses propositions et ses méthodes, qu’en questionnant une émotion aujourd’hui éteinte, une émotion historique au sens fort du terme, la vergogne ? Tel est le projet à l’origine de cette étude, qui se veut une contribution à une anthropologie historique de la honte au Moyen Âge, partant du constat que si la honte est à juste titre évoquée dès qu’il est question d’honneur, de réputation, de peine ou de pénitence, elle est rarement historicisée pour elle-même. Or, pour la raison même que les émotions ne sont pas des invariants d’une supposée nature humaine, leur histoire ne peut qu’être enracinée dans des contextes spécifiques – culturels, sociaux, discursifs –, lesquels n’en déterminent pas seulement les usages mais aussi les conceptions. Dès lors, l’objectif de cette étude est de montrer que l’altérité historique de la honte permet d’éclairer sous un nouveau jour la « condition émotionnelle » des saintes femmes au XIIIe siècle ainsi que les modalités de leurs relations avec les clercs.

Contact : damien.boquet@gmail.com

 

Barbara H. Rosenwein, Anger. The Conflicted History of an Emotion

Voici le dernier livre de Barbara Rosenwein, à peine sorti : un livre plus grand public, une histoire de la colère à travers temps et espaces. Un petit livre agréable à emporter avec soi dans son hamac ou à la plage… (ce que nous ferons).
 
 
Yale University Press, 2020
Format: Hardcover
Price: $26.00
 
Tracing the story of anger from the Buddha to Twitter, Rosenwein provides a much-needed account of our changing and contradictory understandings of this emotion

All of us think we know when we are angry, and we are sure we can recognize anger in others as well. But this is only superficially true. We see anger through lenses colored by what we know, experience, and learn.

Barbara H. Rosenwein traces our many conflicting ideas about and expressions of anger, taking the story from the Buddha to our own time, from anger’s complete rejection to its warm reception. Rosenwein explores how anger has been characterized by gender and race, why it has been tied to violence and how that is often a false connection, how it has figured among the seven deadly sins and yet is considered a virtue, and how its interpretation, once largely the preserve of philosophers and theologians, has been gradually handed over to scientists—with very mixed results. Rosenwein shows that the history of anger can help us grapple with it today.
 
Barbara H. Rosenwein is professor emerita at Loyola University Chicago. She is the author of numerous books, including Anger’s Past: The Social Uses of an Emotion in the Middle Ages and Generations of Feeling: A History of Emotions, 6001700.
 
et un avant-goût de la table des matières :
 

Lauren Mancia, Emotional monasticism

Lauren Mancia, Emotional monasticism: Affective piety in the eleventh-century monastery of John of Fécamp, Manchester, Manchester University Press, 2019, pp. xx, 268.

par Jonathan Di Gregorio, Université du Québec à Montréal

Depuis deux décennies, nous observons un essor important de la recherche sur l’histoire des émotions. Cette nouvelle branche de la discipline historique se développe rapidement avec la publication de nombreux ouvrages, l’apparition de plusieurs revues spécialisées ainsi que la création de centres de recherche entièrement consacrés à l’histoire des émotions. Cependant, si certains chercheurs demeurent toujours sceptiques à ce jour devant la pertinence de faire l’histoire des émotions, la monographie de Lauren Mancia offre un exemple parfait non seulement de la raison pour laquelle nous devons faire l’histoire des émotions, mais aussi de la manière dont elle peut être faite. Dans son ouvrage intitulé Emotional monasticism : Affective piety in the eleventh-century monastery of John of Fécamp, l’historienne s’intéresse au rôle de la dévotion affective au XIe siècle à partir d’une étude de cas :  la Confessio theologica de Jean de Fécamp, un traité où les émotions occupent une place centrale. L’étude de Mancia ne se limite pas à l’œuvre de Jean, elle contextualise le texte en analysant sa tradition manuscrite, sa circulation, ainsi que la bibliothèque du monastère de Fécamp. Jean de Fécamp n’était pas seulement un auteur important du XIe siècle, mais aussi une figure majeure du monachisme et de son mouvement réformateur de cette période. En réalisant une des premières analyses approfondies sur cette œuvre depuis plus d’un demi-siècle, Mancia veut mettre en lumière l’importance des émotions dans la dévotion affective lors de la réforme monastique du XIe siècle, permettant ainsi une meilleure compréhension de la relation affective entre les moines bénédictins et Dieu. En faisant une étude systématique de ce texte, l’auteure propose de combler plusieurs lacunes de l’historiographie médiévale. Tout d’abord, l’analyse détaillée de cette œuvre dans le contexte dévotionnel du XIe siècle permet de mieux comprendre l’apport de Jean de Fécamp au mouvement de réforme monastique (un sujet déjà touché par Piroska Nagy, dans Le Don des larmes au Moyen Âge), ainsi que sa volonté de transformer le paysage émotionnel des moines de son abbaye. Au-delà du contexte de la réforme, Mancia veut mettre en lumière l’importance des émotions dans la relation affective avec Dieu au sein de la tradition bénédictine et, par le fait même, étudier les premières manifestations de piété affective afin de mieux saisir l’origine de ce mouvement de dévotion qui est généralement supposé prendre son envol dans les derniers siècles du Moyen Âge.

L’étude des œuvres de Jean de Fécamp permet de mieux comprendre la culture dévotionnelle dans les monastères du Moyen Âge et l’effet de la réforme monastique sur l’intériorité, rejetant par là même l’idée que la dévotion monastique serait un phénomène essentiellement routinisé et communautaire. Dans son étude de la dévotion affective exprimée par la pratique de la souffrance spirituelle et des pleurs, Mancia démontre que l’œuvre de Jean de Fécamp s’inscrit dans un mouvement de piété affective déjà bien présent au XIe siècle alors que les historien.nes situent traditionnellement l’origine de cette pratique au XIIe siècle. La Confessio theologica de Jean, dont l’auteur a rédigé trois versions différentes de son vivant, offre donc une occasion unique pour mieux comprendre la dimension affective de la dévotion monastique à son époque. Pour son analyse, l’historienne définit ce qu’elle considère comme de la dévotion affective chez Jean : un programme d’ouverture émotionnelle dans la prière, centré sur la conscience de la culpabilité du péché. Un choix notable, Lauren Mancia a décidé de ne pas se servir des théories ou concepts modernes de l’histoire des émotions. D’un côté, à ses yeux, la théorie des « émotifs » de William Reddy est trop réductrice par son insistance sur le performatif pour étudier la dévotion monastique. De l’autre, elle rejette les théories qui font une distinction importante entre l’affect, plus cognitif, et l’émotion, dans la mesure où les sentiments (affectus) dans la pratique de Jean de Fécamp doivent être étudiés comme un phénomène à la fois cognitif et émotionnel. L’objectif de Mancia est en effet d’étudier l’œuvre de Jean à partir de ses écrits pour saisir la manière dont l’abbé de Fécamp a compris l’affectivité plutôt qu’à travers le filtre des théories modernes sur les affects. 

Le premier chapitre analyse le modèle de dévotion affective de Jean de Fécamp et la façon dont il se sert des différents exemples d’émotions bibliques : ceux du Christ (la souffrance), de Marie-Madeleine (les pleurs) et d’Hannah (la piété). L’auteure accorde une attention particulière à bien circonscrire la terminologie affective de Jean et à saisir en détail la manière dont il développe l’expérience affective dans son œuvre en présentant l’argument principal de la Confessio theologica : pour accéder au divin, le croyant doit réformer non seulement ses actions dévotionnelles, mais aussi ses émotions. Le deuxième chapitre se concentre sur les sources de Jean de Fécamp et sur les influences d’auteurs plus anciens : elles font ressortir la nouveauté de son œuvre, et nous permettent de mieux comprendre ses intentions. L’auteure ne s’intéresse pas seulement à la bibliothèque de Fécamp et à l’utilisation des textes patristiques par Jean, mais aussi à son parcours personnel et aux influences de Ravenne, de Cluny et de son maître qu’il avait suivi à Fécamp, Guillaume de Volpiano. Le chapitre 3 analyse la présence des idées de Jean de Fécamp sur la dévotion affective dans les pratiques et dans la culture religieuse de son monastère, voire du monachisme bénédictin. Mancia s’intéresse notamment à la manière dont les idées de la Confessio theologica se sont transmises aux sermons, aux pratiques liturgiques, aux lettres et aux images présents au monastère de Fécamp. Ainsi, l’historienne démontre que l’œuvre de Jean n’est pas particulière, ni exceptionnelle pour son époque, mais s’inscrit dans l’effort de réforme spirituelle, et par là même, affective qu’il impose dans l’ensemble de son monastère. Le quatrième chapitre s’interroge sur le contexte plus large de la réforme émotionnelle de Jean, qui s’inscrit dans l’action réformatrice présente dans l’ensemble de l’Église occidentale de son époque, ainsi qu’à la manière dont ses idées à la fois ont influencé et ont été influencées par le monde laïc. Non seulement Jean de Fécamp fut un réformateur actif dans son monastère, mais en tant qu’abbé et prêtre de son abbaye, il était régulièrement en contact avec le monde séculier où il prêcha aussi ses idées sur la dévotion affective afin de pouvoir assurer leur salut. En s’intéressant à la question du monachisme, les troisième et quatrième chapitres permettent aussi de jeter un regard nouveau sur les impacts de la réforme dans les monastères et sur leur supposée volonté de se couper du monde laïc. Le dernier chapitre se tourne vers la réception de l’œuvre et des idées de Jean, en étudiant d’abord son entourage direct : ses étudiants et l’ensemble du monastère de Fécamp, puis deux auteurs contemporains plus jeunes, Anselme de Bec et Guibert de Nogent, avant de se tourner vers la reprise et la transformation des idées de Jean par les cisterciens. L’historienne montre ici que l’œuvre de Jean de Fécamp fut bien un produit de son époque et qu’elle eut une influence importante dans le contexte monastique normand du XIe siècle; d’autre part, elle soutient que le modèle de piété dévotionnelle présenté par l’auteur fut rapidement désuet, particulièrement dans son utilisation de l’idée de caritas définie comme un amour si brûlant et si excessif pour le Christ qu’il s’accomplit à travers la souffrance à l’image de la Passion. Ce modèle ne convenait plus aux normes mises en place plus tard par les cisterciens puis les franciscains, plus près de l’idée moderne de la charité.

            La lecture de cette monographie, écrite d’une manière élégante, est extrêmement agréable et très enrichissante. Lauren Mancia présente son sujet et son argument de façon limpide, rendant cet ouvrage accessible même pour les lecteurs du grand public intéressés par le monachisme ou la dévotion médiévale. Cependant, l’analyse approfondie de l’œuvre Confessio theologica de Jean de Fécamp dont tout chercheur peut s’inspirer, s’adresse avant tout aux historien.nes médiévistes ou spécialistes des émotions. Mancia nous offre un exemple parfait de l’apport et de la nécessité de faire l’histoire des émotions puisqu’en cherchant à mieux comprendre les émotions passées, non seulement les historien.nes accèdent à de nouvelles connaissances, mais elles peuvent aussi remettre en question les idées acceptées par la discipline comme le fait cette étude concernant la dévotion affective dans le monachisme. Malheureusement, l’on se doit de critiquer un choix éditorial particulièrement agaçant, probablement hors du contrôle de l’auteure : le placement des notes en fin de chapitre plutôt qu’en bas de page, généralement peu justifiable, est dans ce cas nuisible à la lecture, tout d’abord parce qu’elle ne rend pas justice à la bibliographie très complète et variée dont s’est servie l’auteure (61 pages de bibliographie), mais également parce qu’elle rend difficile l’accès aux extraits de sources en latin (qui sont au moins parfois traduites dans le texte principal), particulièrement dans les nombreuses références à la Confessio theologica. Heureusement, ce choix éditorial ne diminue aucunement les mérites du travail de recherche exemplaire réalisé pas Lauren Mancia, ni la qualité de la rédaction de cette œuvre qui est un plaisir à lire du début à la fin.

 

       

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search