« Histoire des émotions collectives » : Le compte à rebours est lancé !

Pieter Brugel, La danse de la mariée, v. 1566, Detroit Institute of Arts

Chères amies et chers amis de l’histoire des émotions,

Vous qui suivez de longue date les aventures d’EMMA, nous avons le plaisir de vous annoncer que notre prochain « bébé » est fin prêt à être confié à l’éditeur, pour une parution prévue d’ici quelques mois. Ce livre collectif sera le premier livre d’historiens et d’historiennes entièrement consacré aux émotions collectives. Il est le fruit de 4 années de rencontres, de débats et de maturation, vécus alternativement dans le tumulte joyeux des colloques transatlantiques, à Aix-en-Provence et à Montréal, et dans la solitude monacale des confinements imposés par la crise sanitaire.

En avant première, nous vous en dévoilons la table des matières. Dans les bras d’EMMA, laissez-vous emporter par la foule…

Histoire des émotions collectives. Épistémologie, émergences, expériences

  

 Damien Boquet – Piroska Nagy – Lidia Zanetti Domingues (dir.),

avec la collaboration de Jean-Félix Aubé-Pronce

 

Table des matières

 

  1. Histoire intellectuelle de la notion d’émotion collective depuis le XIXe siècle
  • Piroska Nagy (UQAM, Telemme), Histoire des émotions collectives : éléments pour la trajectoire d’un phénomène et d’un concept
  • Damien Boquet (AMU, Telemme), Un désir de foule. Du collectif de l’émotion à l’émotion collective dans la psychologie scientifique (XIXe-début XXe s.)
  • Jean-Jacques Courtine, La voix du peuple. Les émotions, le langage et la foule à l’aube de l’ère des masses
  1. Fabrique de la foule émue
  • Sylvain Forichon (Univ. Bordeaux Montaigne), L’émotivité des foules lors des spectacles dans le monde romain : analyse d’un topos dans la littérature ancienne
  • Piroska Nagy, L’événement comme émotion : le mouvement flagellant de 1260
  • Gábor Klaniczay (CEU), Les moments du miracle comme émotions historiques autour des sanctuaires (Hongrie, XIIIe-XVe s.)
  • Vincent Challet (Univ. Montpellier III), De quo…fuerunt dolentes et turbati : de la voix des dominés au discours des dominants à la fin du Moyen Âge 
  • Sarah Brazil (Univ. de Genève), Cultivating Emotions in the Audiences of Early English Drama
  • Giulia Morosini (Univ. de Vérone), From Fearful to Brave: the Shaping of Collective Emotions through Bodily Practices by the Italian Renaissance Condottieri
  1. La foule animée par l’émotion
  • Nathan Murray (Univ. Laval), Les tumultes de la multitude: cris, images et mouvements de la foule émue chez Cicéron
  • Anne-Gaëlle Weber (UQAM), La colère de la foule au service de la construction de l’altérité entre chrétiens et païens : l’exemple de l’hagiographie missionnaire carolingienne
  • Lidia Zanetti Domingues (Univ. Londres – UQAM) Foules émues aux pieds de l’échafaud dans les chroniques italiennes des XIIIe et XIVe siècles
  • Nicolas Vidoni (AMU, Telemme), L’émotion collective au défi de la foule. Les débuts de la Révolution à Montpellier
  • Sophie Wahnich (EHESS), Les émotions collectives comme émotions souveraines et sacrées pendant la Révolution française
  • Ludivine Bantigny (Univ. Rouen), « Gilets jaunes, colère noire »: Affects politiques d’un mouvement historique

 

Viols d’enfants au Moyen Âge

Source : PUF
 
 

Résumé

À Bologne, dans les registres de la justice pénale, entre 1343 et 1474, quatre-vingt-onze hommes sont accusés d’avoir abusé sexuellement de plus de cent trente enfants, garçons et filles. Ce livre analyse ces cas de pédocriminalité dans une optique de genre. Il dresse une sociologie des victimes puis des inculpés en s’attardant sur les sodomites, catégorie de pédocriminels en voie d’affirmation, s’intéresse ensuite à l’acte lui-même en intégrant l’extrême violence qui prend place avant le viol lui-même et les lourdes conséquences qui en découlent sur la victime, ses proches, la communauté, la morale, voire l’ensemble de la chrétienté, et enfin étudie  les peines infligées aux coupables, de la difficile dénonciation du criminel à l’énonciation et à l’application de la sentence. En proposant une réflexion d’ensemble sur crimes, genre et châtiments, ce livre explore un sujet jamais traité auparavant par les médiévistes : le crime pédophile.

Sommaire:

Avant-Propos  – Introduction

Partie I : Victimes et inculpés

Chapitre 1 : Les victimes : des filles « honnêtes » et des garçons « dont il vaut mieux taire le nom »

Chapitre 2 : Les inculpés : des sodomites étrangers et des violeurs de filles de Bologne

Chapitre 3 : L’affirmation d’une identité sodomite 

 

Partie II : Violer un enfant

Chapitre IV : Les violences avant le viol 

Chapitre V : Le viol des enfants

Chapitre VI : Des victimes anéanties, des familles, la commune et Dieu bafoués

 

Partie III : De la dénonciation au châtiment

Chapitre VII : Les voies de la dénonciation

Chapitre VIII : Les sodomites brûlés et les violeurs de filles décapités

Chapitre IX : Du bannissement à la grâce 

Conclusion – Annexes -Sources et Bibliographie

 

 
 

Émotions, affects et institutions.Dialogue entre historiens et psychologues

Sous la direction de J. Martin et B. Prot. Octares éditions.
Disponible en version électronique gratuite
en décembre 2021 https://www.octares.com/

Plusieurs chapitres de cet ouvrage reviennent sur la manière dont les fondateurs, historiens et psychologues, mais aussi philosophes et sociologues ont abordé cette question difficile et rapidement polémique.
La vie en société est alors considérée à travers les liens que tissent les individus et les groupes entre eux, les affections et les aversions qu’ils éprouvent en eux et à l’égard d’autrui pouvant produire un renversement saisissant de l’enthousiasme en violence lorsque les personnes s’engagent dans l’invention d’institutions qui renouvellent les liens sociaux comme dans le cas de la Révolution française. Le travail mettant à l’épreuve aujourd’hui, de manière particulièrement intense, les liens tissés entre les femmes et les hommes dans les organisations et les rapports entre la vie au travail et dans les autres domaines de vie, plusieurs textes s’intéressent précisément à ces transformations d’un point de vue historique à partir de l’activité de professionnels.

Les auteurs :
Antoine Bonnemain, maître de conférences,
laboratoire ACTÉ, université Clermont Auvergne.
Yves Clot, professeur émérite en psychologie du
travail, CRTD, CNAM, Paris.
Caroline Fayolle, maîtresse de conférences à
l’Université de Montpellier, laboratoire LIRDEF,
université Paul Valéry, Montpellier III.
Jérôme Martin, chercheur associé au CRTD,
CNAM, Paris.
Régis Ouvrier-Bonnaz, coordinateur du
GRESHTO, CRTD, CNAM, Paris.
Bernard Prot, maître de conférences, CRTD,
CNAM, Paris.
Marco Saraceno, maître de conférences,
laboratoire PSMS, université Reims Champagne-
Ardennes.
Jean-Luc Tomás, maître de conférences, CRTD,
CNAM, Paris.
Sophie Wahnich, directrice de Recherche au
CNRS, laboratoire IIAC, EHESS, Paris.

Cet ouvrage est issu d’un séminaire organisé de
2017 à 2019 par Le Groupe de recherche et d’étude
sur l’histoire du travail et de l’orientation
(GRESHTO), groupe transversal aux différentes
équipes du Centre de recherche sur le travail et le
développement du Conservatoire national des arts et
métiers (CRTD – CNAM).

Hervé Mazurel ,

L’inconscient ou l’oubli de l’histoire
Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective

pour l’acheter, cliquez ici !

Et si l’inconscient lui-même n’échappait pas à l’histoire ? En le situant au-delà du social, au-delà de l’histoire, Freud a laissé la psychanalyse prisonnière d’un postulat encombrant. Il a fait comme si la structure de la personnalité qu’il observait chez ses patients viennois à la fin du XIXe siècle touchait à l’homme éternel et non aux représentants d’une époque, d’une culture, d’un univers social particuliers.
Nourri d’histoire des sensibilités, de sociologie psychologique et d’anthropologie critique, ce livre voudrait montrer en quoi notre vie psychique profonde est tout imprimée d’histoire. Pour s’en convaincre, il n’est qu’à scruter, sur la longue durée, les lentes transformations du refoulement pulsionnel et du contrôle des émotions. Elles sont étroitement corrélées aux révolutions silencieuses de nos moeurs, aux altérations souterraines de notre vie affective, aux déplacements discrets des désirs et des interdits, des seuils de pudeur et des frontières de l’intime. De là il faut conclure à l’existence de troubles d’époque et de névroses de classe. Et puis songer aussi au perpétuel renouvellement des fantasmes à partir desquels se meuvent les êtres intérieurs, aux variations du symbolisme des rêves, calquées sur les évolutions de l’imaginaire social et non sur des archétypes universels, ou encore aux mutations sourdes des complexes psycho-affectifs (dont l’OEdipe) au gré des métamorphoses de la famille, de la parenté et des rapports de genre.
Cet ouvrage invite ainsi la psychanalyse et toutes les sciences psychologiques à considérer qu’il a sans doute fallu des siècles d’histoire pour façonner les inconscients qui sont les nôtres. Une chose paraît d’ailleurs certaine : à trop séparer la psyché du social-historique, nous avons longtemps ignoré jusqu’à quel point notre vie affective et psychique demeure, dans ses strates les plus enfouies et obscures, pétrie de social et d’histoire.

 

Version papier : 25 €
Version numérique : 15,99 €

 

Archéologies des transidentités : mondes médiévaux (Colloque, 24-26 novembre 2021)

Source : Philomel

24-26 novembre 2021

Colloque international co-organisé par Sophie Albert (Sorbonne Université, EA4349)
et Clovis Maillet (ESAD Angers/EHESS)

Lieu : Sorbonne Université, Paris

 

Partenariat entre Sorbonne Université (Philomel et mission Egalité), la MSH Ange Guépin (projet
TRANS) avec le soutien du laboratoire TEMOS (UMR CNRS 9016) et l’ESAD TALM avec le
soutien du Ministère de la Culture (DGCA) et la fondation Khôra-Institut de France

 

Argumentaire

 

Nous connaissons une trentaine de textes hagiographiques de l’Antiquité tardive au XVe siècle évoquant des saint·es ayant passé partie ou totalité de leur vie sous une apparence et une identité qui n’était pas congruente avec leur genre assigné à la naissance. Les sources judiciaires révèlent plusieurs cas de personnages ayant passé une partie de leur vie sous une identité masculine, et une autre féminine. Dans les textes en ancien français, ces fluctuations de genre se disent dans une plasticité du genre (grammatical) qui n’a pas d’équivalent en français moderne. Est-ce à dire que le monde médiéval était ouvert à ce que nous appelons aujourd’hui transidentités ? Est-ce jouer des anachronismes que d’importer des concepts issus de la théorie et de l’activisme contemporain pour envisager les fluidités de genre à l’époque médiévale ?
Ce projet de colloque s’inscrit dans une vision critique et historicisée des questions et des régimes de genre. Depuis les années 1990 et l’émergence de la théorie queer, sous l’impulsion de Teresa de Lauretis, des penseur·ses et des activistes se sont tourné·es vers l’histoire, et ont remis en cause de la binarité de genre exclusive dans les siècles passés (Leslie Feinberg). Mais alors que les études queer, les études trans et l’histoire du mouvement LGBTQI+ se développent, il semble nécessaire de mobiliser davantage les sources anciennes. Sam Bourcier proposait déjà en 1999 de passer au prisme queer le terme utilisé par les historien·nes de « travestissement », issu d’une terminologie pénale et psychiatrique, et de lui substituer l’expression « pratiques transgenres ». Son article fut publié au sein du numéro Femmes travesties : un mauvais genre de la revue Clio, dirigé par Christine Bard et Nicole Pellegrin, en même temps qu’un article de Frédérique Villemur sur les « saintes travesties ». Ce numéro a marqué les études francophones sur la question : nous souhaiterions lui faire écho vingt ans plus tard.
Le titre du colloque, « Archéologies des transidentités », invite à resituer le genre ou les genres (on préfèrera le pluriel, si l’on considère que le terme au singulier renvoie à un binarisme qu’il s’agit précisément de contester ou de remettre en cause) au sein d’un spectre plus large de critères définissant la personne : ordre ou classe sociale, confession, règne humain, animal, végétal. Dans une perspective inspirée par l’approche intersectionnelle, on interrogera les formes de fluidité qui remettent en question non seulement les frontières des genres, mais aussi leurs rapports avec ces autres critères. En effet, il est rare que la question du genre se pose indépendamment d’autres variables et que les transitions de genre ne s’accompagnent pas d’autres modes de dépassements.
Dans les conceptualisations modernes du genre, la distinction sexe/genre dépend de la différence nature/culture. Or à l’époque médiévale, les concepts de « nature » et de « naturel » sont polysémiques, et non superposables avec leurs équivalents actuels. La différence entre nature et culture (plutôt exprimée par le terme « norreture ») n’a pas le même sens qu’à partir des XVIIe-XVIIIe siècle, période de la « naturalisation » du monde (Donna Haraway, Bruno Latour et Philippe Descola). On pourrait défendre qu’il n’y a que du genre au Moyen âge, et pas un sexe biologique d’un côté et un genre social de l’autre.
Corollairement, avant le XVIe siècle, la plupart des langues vernaculaires ne font pas l’objet de codifications grammaticales ; la littérature ne relève pas des classifications génériques que l’époque moderne s’attachera à définir ; sauf circonstances particulières, l’image n’est pas régulée par les autorités ecclésiastiques. De ce fait, on observe une grande labilité dans l’expression et la représentation des genres.
Enfin, dans la pensée chrétienne, la répartition du masculin et du féminin n’est pas nécessairement soumise aux caractéristiques que l’on assigne aujourd’hui à chaque sexe. En effet, l’appréhension morale du sujet infléchit la pensée du genre : le masculin et le féminin sont hiérarchisés d’un point de vue axiologique, ce qui est masculin étant considéré comme plus parfait que ce qui est féminin ; mais tout individu peut performer des qualités de genre diverses. En outre, des concepts comme l’engendrement ou l’allaitement, envisagés en termes spirituels, peuvent se déplacer entre le masculin et le féminin, mais aussi entre l’humanité et l’animalité ou le terrestre et le divin.
Ce colloque vise à faire dialoguer des recherches sur des champs de la médiévistique qui ne communiquent pas suffisamment. Les pistes et hypothèses présentées dans cet appel pourront être confrontées à l’étude de textes mystiques, hagiographiques, médicaux, judiciaires, littéraires… des mondes judaïques, chrétiens et islamiques. L’examen de formulations de la transidentité dans d’autres aires culturelles sera le bienvenu. Priorité sera donnée à des dossiers inédits ainsi qu’à des approches interdisciplinaires, croisant littérature médiévale, linguistique, philosophie, histoire et histoire de l’art. Il s’agira d’échanger, de partager et de discuter sur des questions du passé qui invitent à repenser les enjeux du présent.

 

Programme provisoire

 

Comité scientifique :


Pauline Boivineau (UCO Angers)
Didier Lett (Université de Paris)
Hyacinthe Ravet (Sorbonne Université)
Jean-Claude Schmitt (EHESS)
Anne Tomiche (Sorbonne Université)
Jean-René Valette (Sorbonne Université)
Maaike van der Lugt (Université Versailles-Saint-Quentin)
Sylvain Villaret (Le Mans Université)

Comité d’organisation :

Sophie Albert & Clovis Maillet
Lee Rozada (Museum d’histoire naturelle)
Hannah Johnson (Sorbonne Université)
Sarah Mariez (Sorbonne Université)
Sarah Waroquet (Sorbonne Université)

 

Mercredi 24 Novembre

 

Salle des Actes – Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e

14h

Allocutions d’ouverture par Hyacinthe Ravet (Mission Egalité – lutte contre les discriminations de Sorbonne Université), Anne Tomiche et Frédéric Regard (groupe PHILOMEL de Sorbonne Université), Sylvain Villaret (Le Mans Université)

14h30

Introduction au colloque par Sophie Albert et Clovis Maillet

Conférence introductive de Maud-Yeuse Thomas (Observatoire des Transidentités), « Qu’est-ce qu’un corps ? »

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.

15h30


Session 1 – Le sujet en question

Blake Gutt (University of Michigan) et Alicia Spencer Hall (Institute of Advanced Studies), « Trans and genderqueer saints : holy subjects, medieval and modern »
Sarah Waroquet (Sorbonne Université), « L’orgasme comme expérience de transidentité dans Erec et Enide et Floire et Blanchefleur »

17h30-21h

Atelier d’écriture créative, animé par Sophie Albert, Maud-Yeuse Thomas, Clovis Maillet
Sur réservation

 

Jeudi 25 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 2 – Hagiographies byzantines

Georges Sideris (Sorbonne Université – INSPE), « La Vie de Matrôna de Pergé et le monde des eunuques à Byzance : pour une reconsidération épistémologique historique Queer »
Nathalie Delierneux (UMR Orient et Méditerranée), « Le travestissement féminin au Xe siècle, quelques remarques sur les réécritures de Syméon Metaphraste »

Héctor González Palacios (Université de Málaga/EHESS), « “Saintes travesties” byzantines et “vierges jurées” albanaises : une étude comparative sur les changements de genre au
Méditerranée Orientale »

11h

Pause

11h15

Session 3 – Voir et reconnaître 1

Robert Mills (University College London), « Recognising Wilgefortis »
Diane Château Alaberdina (Sorbonne Université), « La femme guerrière dans l’archéologie et l’iconographie Viking »

14h30

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


15h

Session 4 – Genre et parenté


Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), « Erémitisme et sainteté : un réservoir d’identités mouvantes dans les continuations du Roman des Sept Sages de Rome »
Virginie Picot (Université Littoral Côte d’Opale), « Le lys en virginité : la transfiguration de Galaad dans la Queste del Saint Graal (XIIIe siècle) »

Sophie Albert (Sorbonne Université), « Dire la parenté divine par les frontières du genre. Le Roman de saint Fanuel (fin du XIIIe siècle) »

17h

Pause

18h

Performance de l’atelier théâtre coordonné par Emanuele Arioli à partir des Miracles de Nostre Dame par personnages (XIVe siècle)

 

Vendredi 26 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 5 – Mondes islamisés

Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), « Culture visuelle et indétermination du genre du XIIe au XVIe siècle dans les mondes islamisés d’Orient ».

Nina Soleymani (Université de Grenoble-Alpes), « Travestissement et représentation des transidentités dans l’épopée byzantine et persane : la Digénide et le Livre des Rois de Ferdowsi »

10h30

Pause

10h45

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


Session 6 – Voir et reconnaître 2

Emanuele Arioli (Université de Valenciennes), « Transgenres par miracles : les Miracles de Nostre Dame par personnages du ms. BnF, fr. 819-820 (XIVe siècle) »
Jessy Simonini (Université de Nantes, Laboratoire L’Amo), « Venise, 1354 : le procès à Rolandin.e ou le récit d’un corps »

14h

Session 7 – Voix et voies poétiques

Frédérique Le Nan (Université d’Angers), « Voix singulières, voix plurielles et porosité
identitaire dans un fragment attribué à Na Tibors en Occitanie médiévale, XIIIe s. »
Hannah Johnson (Sorbonne Université), « Dieu est (dame) amor : la transidentité de Dieu dans la mystique de Hadewijch von Antwerp »

Fabienne Pomel (Université Rennes 2), « Les jeux et brouillages de genre dans les textes
allégoriques des XIIIe-XVe siècles »

 

Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion

Source: Le comptoir des presses d’universités

Patrizia Gasparini et Estelle Zunino (dir.), Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion, PUN – éditions universitaires de Lorraine, 2021.

Ce volume a pour objectif premier non seulement de s’intéresser à l’histoire, longue, mouvementée et très évolutive de la nostalgie, qui, depuis quelques années, semble ressurgir et s’afficher avec une intensité remarquable, mais aussi d’intégrer, à sa manière, le champ épistémologique, vaste et novateur, de l’étude historique des émotions, informée par la philosophie cognitiviste et l’anthropologie affective, en apportant une réflexion de nature plus littéraire.

D’affection individuelle commune, partagée et éprouvée, décrite depuis l’Antiquité, mais non précisément nommée, la nostalgie est devenue, au XVIIe siècle, une maladie, dé-pathologisée ensuite pour s’esthétiser dans une expression qui s’est privatisée en même temps qu’elle s’est publicisée, et a fini par intégrer pleinement la sphère sociale dans tous ses aspects, constituant un prisme à partir duquel les sociétés postmodernes et leurs citoyens évaluent et vivent non seulement le rapport au passé mais aussi la projection dans le futur, ainsi que la construction de celui-ci.

En entrant ainsi en résonance avec les débats épistémologiques et herméneutiques actuels qui ont fixé et imposé les émotions en tant que dispositions cognitives et composantes centrales de la vie sociale, l’ouvrage propose d’embrasser au mieux la perméabilité et la plasticité de l’ontologie nostalgique, de la repérer dans ses multiples aspects – des appropriations nostalgiques d’un ailleurs temporel et spatial à ses déclinaisons créatives et positives –, et d’appréhender son historicité et les normes changeantes de son expression en traçant de nouveaux contours – lexicographiques, esthétiques et herméneutiques.

SOMMAIRE

Introduction

TOME I : LES FORMES DE LA NOSTALGIE

Aux « sources » de la nostalgie

Natascia TONELLI – Avant le mot. « L’andar che mi sgradìa » entre médecine et littérature

Véronique MONTÉMONT – L’autobiographie, fabrique à nostalgie ?

Maddalena BONELLI – « Nostalgie » dans la philosophie grecque : regard sur une étude étymologique

Catriona Seth FBA – Nostalgie et « signe mémoratif ». Autour du Ranz des vaches

Olivier MOSER – La mémoire de l’inachevé : étude sur la réception du nostos d’Ulysse dans la phénoménologie de Vladimir Jankélévitch

À la recherche d’une esthétique nostalgique

Jacopo MASI – L’ellipse de la nostalgie : une étude sur la structure du sentiment nostalgique

Alessandro MARIGNANI – L’hypotypose, langue de la nostalgie

Elena PAROLI – La nostalgie matérielle. La valeur épistémologique de l’absence dans les Delocazioni de Claudio Parmiggiani

Damien de CARNÉ – Le regard vers l’arrière : un schème nostalgique du Conte du Graal et de ses successeurs

Matthieu FREYHEIT – Gros sur le cœur, ou la nostalgie du dinosaure

Les « temps » de la nostalgie

Alberto RUSSO – La raison de la nostalgie. Pasolini témoin de la Grande accélération

Emmanuelle FANTIN – La marchandisation de la nostalgie. Quelques réflexions théoriques autour de l’absence, du capitalisme et de l’utopie du passé 

Stefano ADAMO – Repenser à une époque pas si belle que ça. À propos d’une tendance de la littérature italienne d’aujourd’hui

Evagrina DÎRTU – Nostalgie et résistance à la nostalgie dans la fictionnalisation du communisme

TOME II : LES COULEURS DE LA NOSTALGIE

Le jadis et l’ailleurs de la nostalgie

1. Présent/passé : une affaire de regard(s)

Marina GAGLIANO – Rhétorique de la nostalgie : laudatio temporis acti et satire des temps présents dans Il Libro delle Rime de Franco Sacchetti

Laurent BAGGIONI – Les humanistes contre la nostalgie : tourner le passé vers le présent dans les dialogues du premier Quattrocento

Stefano SIMIZ – Nostalgie et réformes religieuses au tournant des xvie et xviie siècles. Les écrits affrontés des Troyens Pithou (réformé) et Desguerrois (catholique)

2. Un imaginaire nostalgique

 Floriana CALITTI – Nostalgies d’écrivains : construction de l’exil

Matteo PALUMBO – Nostalgie des mythes : Foscolo, Leopardi et le monde perdu

Konrad HARRER – La nostalgie du voyageur face à l’ethos du néo-stoïcisme : le poète baroque Paul Fleming en route vers la Perse

Daniela VITAGLIANO – La physiologie de la nostalgie dans les Dialogues avec Leucò de Cesare Pavese

Elsa CHAARANI LESOURD – O membranza sì cara e fatal ! Nostalgie et mémoire dans les opéras de Verdi

Blanche EL GAMMAL – Une nostalgie d’enfants gâtés ? Les voyageurs de l’Orient-Express

Nostalgies subjectives

1. Les mondes phantasmés : subjectivité et temporalité

Anne STRASSER – Simone de Beauvoir, Annie Ernaux : l’autobiographe ou la nostalgie de l’avenir 

Yannick HOFFERT – Ionesco, un théâtre de la conscience nostalgique

Eleonora CONTI, Germano PALLINI – Les voix de la Nostalgie chez Antonio Tabucchi

Julien DAILLÈRE – La nostalgie du camp de concentration comme acte de résistance

2. Nostalgie et exil : une catharsis possible ?

Aude PRÉTA DE BEAUFORT – Claude Vigée : l’exil et le retour

Laurence DENOOZ – Nostalgie du passé, nostalgie du futur. Ma?mud Darwiš, le nostalgique de Soi

Reynald LAHANQUE – Il n’y a pas d’exil heureux ? Une lecture croisée du récit de Maya Ombasic, Mostarghia (2017) et du film d’Andreï Tarkovski, Nostalghia (1983)

Laura TOPPAN – La nostalgie du pays et de la languechez les poètes italophones du xxie siècle. Deux exemples : Hasan Atiya al-Nassar et Božidar Stanišic

Re-construction de la mémoire

1. Post-mémoire et postmodernité

Henri DESBOIS – William Gibson et l’anticipation nostalgique

Giorgia BONGIORNO – L’effet Zeigarnik ou comment le roman italien contemporain se mesure à la nostalgie : le cas exemplaire de Michele Mari

Chiara RUFFINENGO – Fragments d’objets, instants, une double flèche.  Sur les traces des nostalgies dans l’écriture de  Daniele Del Giudice

Sara BÉDARD-GOULET – Déconstruire la nostalgie contemporaine avec Jean Echenoz

2. La nostalgie en témoignages

Jérôme SEGAL – Judaïté et nostalgie : un couple antinomique ?

Oreste SACCHELLI – Sidérurgie m’était contée

Eric H. Reiter, Wounded Feelings: Litigating Emotions in Quebec, 1870–1950

Book Details

 is the first legal history of emotions in Canada. Through detailed histories of how people litigated emotional injuries like dishonour, humiliation, grief, and betrayal before the Quebec civil courts from 1870 to 1950, Eric H. Reiter explores the confrontation between people’s lived experience of emotion and the legal categories and terminology of lawyers, judges, and courts. Drawing on archival case files, newspapers, and contemporary legal writings, he examines how individuals narrated their claims of injured feelings and how the courts assessed those claims using legal rules, social norms, and the judges’ own feelings to validate certain emotional injuries and reject others.

The cases reveal both contemporary views of emotion as well as the family, gender, class, linguistic, and racial dynamics that shaped those understandings and their adjudication. Examples include a family’s grief over their infant son’s death due to a physician’s prescription error, a wealthy woman’s mortification at being harassed by a conductor aboard a train, and a Black man’s indignation at being denied seats at a Montreal cinema. The book also traces an important legal change in how moral injury was conceptualized in Quebec civil law over the period as it came to be linked to the developing idea of personality rights. By 1950 the subjective richness of stories of wounded feelings was increasingly put into the language of violated rights, a development with implications for both social understandings of emotion and how individuals presented their emotional injuries in court.

Illustrations
Foreword
Acknowledgments
Introduction

1. Feelings and the Law in Nineteenth-Century Quebec
2. Shame, Mortification, Disgrace, Dishonour
3. Family Dishonour
4. Bodily Intrusion
5. Betrayal
6. Grief and Mourning
7. Indignation, Anger, Fear
8. Conclusion: From Wounded Feelings to Violated Rights

Abbreviations
Case Citations
Notes
Bibliography
Index

Emotions and Mediaeval Monasticism

Pakistan Journal of Historical Studies, vol. 5/1-2 (2020)

 

Emotions and Mediaeval Monasticism

 

Articles

 

Barbara H. Rosenwein and Ricardo Cristiani, “Emotions and Mediaeval Monasticism: Introduction”

 

Albrecht Diem, “Regulating Passions: Emotional Discipline in Early Mediaeval Monastic Rules”

 

Lauren Mancia, “Tools for Monastic Emotion: Confessio and Conversio in Augustine, John of Fécamp and The cloisters Cross”

 

Christina Lutter, “Emotional Patterns and Spiritual Practice in Twelfth-Century Reform communities: Admont and the Hirsau Reform”

 

Damien Boquet, “The Nun, the Monk, and the Lay Brother: Emotional Anthropology and Affective Community in the Hagiography of Goswin of Bossut (1230s) »

CHIARA FRUGONI, Paure medievali. Epidemie, prodigi, fine del tempo,

paru à Bologne, Il Mulino, 2020, 400 pages pour 40 euros, le livre peut être acquis ici !

Un passato sorprendentemente vicino, nel momento in cui con sgomento ci troviamo ad affrontare realtà che si ritenevano scongiurate da secoli, come le pandemie causate da virus, o assistiamo alle ricorrenti catastrofi ecologiche, o valutiamo i rischi – spesso portati dall’aggressiva mano dell’uomo – che minacciano il pianeta. Il Medioevo ci parla oggi con voce forte, attraverso le tante paure che assillavano donne, uomini, bambini: paura della fine, della miseria, della fame, delle malattie, della lebbra e della peste in particolare, fino alla paura del diverso, dello straniero, degli ebrei, dei musulmani, dei mongoli. Un libro di lugubri sciagure che si susseguono, dunque? No. Un libro che pone domande, addita problemi, cerca risposte. Non siamo più in quel Medioevo, ma gli esseri umani sono ancora gli stessi, nascono, amano, crescono, sperano, si spaventano. Oltre ad alcune curiosità – una data di nascita sbagliata per Cristo, le reazioni suscitate dall’arrivo dell’anno Mille – scopriremo quale evento all’improvviso fece degli ebrei i nemici della porta accanto; che legame esiste fra la nascita del purgatorio e la circolazione di temi macabri nelle chiese, come si contrastò il dilagare delle carestie. Alcuni testimoni privilegiati renderanno palpabili anche a noi i drammi delle loro epoche, mentre uno smagliante corredo di immagini accompagnerà il racconto rendendolo vivo ed emozionante.

Per ricevere una copia autografata del libro, inserire il codice EXLIBRIS nel campo « NOTE » dell’ordine online

:: Il booktrailer ::

Chiara Frugoni ha insegnato Storia medievale nelle Università di Pisa, Roma e Parigi. Tra i suoi numerosi libri segnaliamo, per il Mulino, «Vivere nel Medioevo. Donne, uomini e soprattutto bambini» (2017), «Uomini e animali nel Medioevo. Storie fantastiche e feroci» (2018) e «Paradiso vista Inferno. Buon Governo e Tirannide nel Medioevo di Ambrogio Lorenzetti» (2019). I suoi saggi sono tradotti nelle principali lingue europee, oltre che in giapponese e in coreano.

Table des matières:

Prologo
I. La paura della fine del mondo
Lontano da quando.
Un mondo che fa paura.
Il millennio dimenticato e recuperato.
Mille e non più mille.
Altre attese millenaristiche.
La paura della morte improvvisa.
Un rimedio assai più efficace.
Satana e i castighi infernali: il Giudizio universale di Conques.
La nascita del purgatorio e le sue conseguenze.
Dalla paura del Giudizio alla paura della morte.
L’affacciarsi del macabro nei testi e nelle immagini.
Una conseguenza inaspettata del trionfo del purgatorio: il trionfo del macabro.
II. La paura della fame e della miseria
Mangerai il pane con il sudore della tua fronte.
Vivere da contadini, una condizione assai dura.
La grande carestia raccontata da Rodolfo il Glabro.
Studenti in salamoia: un miracolo di san Nicola.
Placare la fame. Miti di compensazione.
Quando il cibo è sempre un miraggio.
Se manca il pane: miracoli e istituti caritatevoli.
La sorte dei poveri, soprattutto dei bambini.
Firenze 1329, fame, violenza e disperazione.
III. La paura del diverso
L’intolleranza di fronte agli stranieri.
Gli ebrei, la scoperta dei nemici della porta accanto.
Il peso delle crociate sulla condizione di vita degli ebrei.
Parola di papa: l’abbigliamento degli ebrei.
Leggende antiebraiche.
Il mutare di una figura allegorica, la Synagoga.
Tutto cambia: la frattura delle crociate.
I musulmani, «gli spregiatissimi agareni», parola di papa.
Maometto, i suoi seguaci e il demonio.
Neri come il demonio.
Neri buoni.
Francesco e i musulmani, un esempio dissonante.
I nemici invasori, il pericolo mongolo.
IV. La paura delle malattie, in particolare la lebbra
Medici e malattie.
Le cure delle donne.
I lebbrosi, una società di esclusi.
Il fuoco di sant’Antonio.
I lebbrosi, pietà e misericordia.
Lazzaro, Cristo, Francesco e la lebbra.
V. La paura delle epidemie, la peste
Il viaggio della peste nel racconto di un notaio piacentino.
La peste nel racconto di Giovanni Villani.
San Sebastiano, un santo per la peste.
La peste, tra panico, disperazione e cinismo.
Note
Indice dei nomi

Paolo Broggio, Governare per l’Odio. Pace e giustizia criminale nell’Italia moderna (secoli XVI-XVII)

Rome, Viella, 2021, à commander ici

Le paci private sono tra i fenomeni più salienti ma meno appariscenti legati al funzionamento della giustizia d’Antico Regime.

Solitamente considerate incompatibili con la modernità giudiziaria, le paci sono l’espressione di una radicata cultura della negoziazione e della transazione che ha sempre guardato con sfiducia al contenzioso giudiziario quale strumento efficace di risoluzione dei conflitti. Da un punto di vista ideale, tale cultura ha convissuto senza particolari difficoltà con il suo esatto speculare, incarnato dalla figura del sovrano come giudice implacabile che, per garantire l’ordine e la concordia sociale, agisce oscillando tra il ricorso a castighi esemplari e l’elargizione della grazia.

La realtà delle paci non è tuttavia così benevola e rassicurante come la narrazione prevalente di taglio religioso ha suggerito. Gli strumenti giuridici e le pratiche sociali collegate alle paci, infatti, possiedono inquietanti contiguità con le forme della coercizione istituzionale e con le stesse pratiche della vendetta.

  • Introduzione
  • 1. Vendetta, giustizia, pace: definizioni e contestualizzazioni
    • 1. Sguardi settecenteschi sulla modernità giudiziaria
    • 2. Forme del conflitto e della sua ricomposizione nell’Italia moderna
    • 3. I limiti della disciplina tra produzione legislativa, pensiero politico-giuridico e pratiche di negoziazione
    • 4. La pace e la vendetta come strumenti e come pratiche
    • 5. La pace e la vendetta come concetti e artifici retorici
    • 6. Amicizia e inimicizia
  • 2. Governare la violenza e il conflitto nello Stato della Chiesa
    • 1. Non solo repressione: un sistema giudiziario “condizionale” di prevenzione della violenza
    • 2. Prevenzione del crimine e potestas oeconomica: imporre fideiussioni «ad mala futura vitanda»
    • 3. La diade sicurtà di non offendere – pace come fulcro del sistema
    • 4. Contumacia, esilio, bando
    • 5. Pace, parentela, comunità
    • 6. L’efficacia del sistema e le sue insidie
  • 3. Giustizia negoziale e rapporti centro-periferia
    • 1. Violenza vendicatoria e lesa maestà: lo scontro per il controllo delle pratiche di pacificazione
    • 2. Né Marca, né Romagna: l’“eccezione” di Bologna
    • 3. Un tribunale civile-ecclesiastico per la pace: la Congregazione della Concordia di Bologna
    • 4. Finanze di pace: lo spettro delle multe e delle confische
    • 5. Legati e governatori alle prese con i giusdicenti locali
  • 4. Una cultura europea del contenimento sociale attraverso la conciliazione
    • 1. Biconfessionalità, pace sociale e giustizia arbitrale: la monarchia di Francia
    • 2. Tutela dell’onore e “vendetta cristiana”: una cultura ispanica della composizione
    • 3. King’s peace e strumenti giuridici di prevenzione del crimine: il caso inglese
  • 5. La pace dei cristiani
    • 1. Cultura cristiana e giustizia secolare tra repressione e riconciliazione
    • 2. La litigiosità giudiziaria come male da curare
    • 3. Confessione e teologia morale
    • 4. Predicare la pace per via di accordo
  • Conclusioni
  • Indice dei nomi

Paolo Broggio

Paolo Broggio insegna Storia moderna presso l’Università degli Studi Roma Tre. Tra i suoi libri: Evangelizzare il mondo. Le missioni della Compagnia di Gesù tra Europa e America (Roma 2004) e La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagnola tra Cinque e Seicento (Firenze 2009). Per i nostri tipi ha curato, con M.P. Paoli, Stringere la pace. Teorie e pratiche della conciliazione nell’Europa moderna (secoli XV-XVIII) (2012).

Contextes littéraires, émotions judiciaires

Source : Classiques Garnier

Christine Baron, Contextes littéraires, émotions judiciaires, Paris, Classiques Garnier, 2020, 298 p.

Résumé : Au centre du processus judiciaire, les émotions. La littérature, en représentant et en cultivant celles-ci, développerait empathie et pratique compréhensive du jugement. C’est à partir de la nature même du droit, verbe et non émotions brutes, que cette thèse du mouvement « Droit et littérature » est débattue.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search