Émotions et démocratie

Émotions et démocratie
 «Les moments où « l’Histoire sort de ses gonds » (Michelet)
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789


(Jacques-Louis David : 1791-1792 /Musée national du Château de Versailles)
Le rôle politique des émotions et leurs effets d’ébranlement dans la culture démocratique nous intéresseront tout au long du cycle conjoint de cette année académique 2018-19. Nous scruterons les moments décisifs quand les autorités en place prennent peur et qu’elles transforment cet effroi en le projetant vers leurs ennemis, intérieurs ou extérieurs. Ce qui implique tout autant le passage par les représentations que leur transcription en termes d’actions politiques, de revendications populaires, de luttes de groupes.
On se demandera comment ces phénomènes qui traversent l’Histoire et qui accompagnent les révolutions, de l’Antiquité à la Modernité, relèvent également des combats d’opinion, des rivalités de l’imaginaire, et aussi de leurs déclinaisons concrètes dans des émotions et autres passions, qu’elles soient canalisées par des rites, du décorum, des discours, des manifestations, des massacres, des exécutions ou des fêtes collectives de l’unité rêvée.
 Automne 2018 Jeudi 27 septembre : Jean-Claude Simard (Cegep de Rimouski), Typologie de la vie affective, émotions et politique. Avocat du diable : Luc Faucher (Philosophie-UQAM). Jeudi 11 octobre : Alexis Richard (Institut Grammata), Les émotions chez Démosthène : Le serment sur les morts dans le Discours sur la Couronne. Avocat du diable : Vanessa Molina (Institut Grammata). Jeudi 8 novembre : Ida Giugnatico (U de Calabre-UQAM), La circularité de l’expérience esthétique et extatique chez Simone Weil. Avocat du diable : Marie-Josée Lavallée (U. de Montréal).
Jeudi 6 décembre : Pascal Bastien (Histoire, UQAM), Les émeutes Réveillon, 27-28 avril 1789. Avocat du diable : Geneviève Lafrance (Études littéraires, UQAM)

Le genre des émotions

Source : Clio

Couverture Clio 47

Les émotions sont souvent considérées comme un puissant marqueur de genre, jouant un rôle central dans les délimitations culturelles et sociales du masculin et du féminin, les hommes étant considérés comme plus rationnels et maîtrisant mieux leurs émotions que les femmes. Ce stéréotype mérite d’être dépassé en le confrontant à des représentations et à des pratiques bien plus complexes, en refusant d’opposer raison et émotion, en dénaturalisant les émotions et en déconstruisant les stéréotypes de genre. Nous menant de l’Antiquité gréco-romaine au Soudan contemporain en passant par le Moyen Âge, la Révolution française ou la Grande Guerre, ce numéro de Clio se propose donc de revisiter l’articulation entre émotion et différence des sexes en historicisant ces concepts, en identifiant socialement les acteurs, en étant très attentif au contexte documentaire, en prenant en compte l’ensemble des émotions et en interrogeant simultanément le masculin et le féminin. Il permet finalement d’observer ce que le genre fait aux émotions et ce que les émotions font au genre.

Damien Boquet et Didier Lett Les émotions à l’épreuve du genre [Texte intégral]

Dossier

Regards complémentaires

Documents

Varia

Clio a lu « Le genre des émotions »

Boiardo innamorato. Passione e fantasia in versi

Source : Unimore

Modena e Scandiano ricordano il Boiardo venerdì 12 e sabato 13 ottobre

Il Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, in collaborazione con il Centro Studi Matteo Maria Boiardo di Scandiano (RE), promuove due giornate di studio su Matteo Maria Boiardo, il famoso letterato italiano del Quattrocento, dal titolo “ Boiardo Innamorato. Passione e fantasia in versi ”. I lavori inizieranno venerdì 12 ottobre, alle ore 10.00, presso l’Aula Magna del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali (Largo Sant’Eufemia, 19) a Modena e proseguiranno sabato 13 ottobre, alle ore 11.00, presso la Rocca dei Boiardo (Viale della Rocca) a Scandiano (RE).

Il titolo del convegno “Boiardo innamorato” è un gioco di parole che ricorda non soltanto il poema più conosciuto del poeta nativo di Scandiano (Orlando innamorato), ma allude anche alla dimensione fantastica e meravigliosa delle passioni amorose.  L’iniziativa si inserisce nel progetto di ricerca “Narrare le passioni in Europa”, coordinato dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, ricercatrice di Unimore, e vuole essere un’occasione per riflettere sulla funzione sociale della lettura dei classici italiani nella nostra contemporaneità.

Il programma dei lavori prevede il saluto di apertura del prof. Lorenzo Bertucelli, prossimo Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, cui seguirà la prima sessione di attività introdotta e presieduta dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, che spiegherà le ragioni del convegno. Interverrà il libraio antiquario Fabrizio Govi, che presenterà per la prima volta al pubblico la pregiatissima edizione a stampa di Nicolò Zoppino del 1521 (Libri tre de Orlando inamorato del Conte de Scandiano Mattheo Maria Boiardo) con la prosecuzione di Nicolò Degli Agostini ( Incomincia il quarto libro de lo innamoramento de Orlando). Seguiranno gli interventi di Maria Cristina Cabani (Università di Pisa) su Scene d’amore nell’ Inamoramento; Alessio Decaria (Università di Siena) su «Non è nel mondo magior passïone». Appunti sulla gelosia nell’ Inamoramento de Orlando; Tiziano Zanato (Università di Venezia) su Antonia, o del pensier fole; Sara Belotti (Università di Modena e Reggio Emilia) su Raccontare il territorio attraverso le mappe. La cartografia ai tempi del Boiardo. La seconda sessione, che avrà inizio alle ore 14.00, sarà presieduta dalla prof.ssa Cristina Montagnani dell’Università di Ferrara. Seguiranno le comunicazioni di Elisa Curti (Università di Venezia) su Boiardo furioso: rabbia e ira nell’ Inamoramento de Orlando; Giuseppe Ledda (Università di Bologna) su Boiardo e il bestiario delle passioni; Tina Matarrese (Università di Ferrara) su «Non è in somma amor, se non insania»: dall’ira furiosa alla pazzia; Andrea Severi (Università di Bologna) su «Deliberarno la lor passïone / cantando l’uno a l’altro far palese»: la bucolica “fervida e passionata” di Matteo Maria Boiardo.

Chiuderà i lavori di questa prima giornata il concerto del Collegium “In Armonia Salus”: danze e musiche amorose tra il XV e il XVI (Clara Fanticini, violino; Michele Gaddi, clavicembalo; Francesco Gibellini, cornetto; Flavio Spotti, percussioni).

La seconda giornata di studi si terrà sabato 13 ottobre a Scandiano (RE), presso la Rocca dei Boiardo, avrà inizio alle ore 11.00, con i saluti del Sindaco di Scandiano, Alessio Mammi, e dell’Assessore ai Saperi, Alberto Pighini. In questa sessione conclusiva, presieduta dalla professoressa Tina Matarrese dell’Università di Ferrara, si inseriscono gli interventi di Davide Dalmas (Università di Torino) su Le passioni raccontate; Cristina Montagnani (Università di Ferrara) su La magia del potere: Boiardo e le politiche estensi.

Le due giornate di Modena e di Scandiano, rivolte a studiosi e appassionati del Boiardo, agli studenti universitari e delle scuole superiori, sono riconosciute come aggiornamento scientifico degli insegnanti di letteratura italiana.

Stories of Psychology – The History of Emotions

Source : eventbrite

Description

The annual Stories of Psychology public event on aspects of the history of psychology takes its theme this year as ‘The History of Emotions’.

The event is aimed at a general audience so will be of interest not only to psychologists and historians but also to anyone with an interest in emotions.

Speakers include:

  • Dr. Paul Sullivan (Bradford University)
  • Prof. Fraser Watts (University of Lincoln)
  • Dr. Sally Holloway (Oxford Brookes University)
  • Dr. Sarah Chaney (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)
  • Dr. Richard Firth-Godbehere (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)
  • Dr. Tiffany Watt-Smith (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)
  • Prof. Thomas Dixon (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)

Following the speakers there will also be a panel discussion

The registration fee includes welcome refreshments and a light buffet lunch.

Event webpage: www.bps.org.uk/stories

Call for papers: Atmospheres of Shared Emotion

Social Ontology and Philosophy of Social Sciences

Research Group at the Department of Philosophy – University of Wien

Call for papers: Atmospheres of Shared Emotion

Workshop 25 – 26 April 2019

Over the last twenty years or so, the concept of atmosphere has flourished within phenomenological research. Inspired by the works of Hermann Schmitz, Gernot Böhme, and Tonino Griffero, the concept of atmosphere has played an influential role in contributing to debates in phenomenological psychopathology, philosophy of mind, and aesthetics. Despite this surge of interest, the role that atmospheres play in contributing to cases of shared emotions remains neglected. This oversight is all the more surprising given the potentially powerful explanatory role atmosphere can play in helping clarify the complex structure of shared emotion. The aim of this workshop is to explore the intersection between shared emotion and atmospheres by bringing together leading and emerging scholars in the field. Possible topics include:

  • Defining and conceptualizing atmospheres.
  • The methodology of studying atmospheres.
  • The relation between atmosphere, mood, and aura.
  • The role atmospheres play in the politics of emotion.
  • The spatial and embodied aspects of atmospheres.
  • The function of contagious emotions in atmospheres.
  • The relation between atmospheres and the “staging” of shared emotions.


Confirmed invited speakers:

  • Tonino Griffero (University of Rome)
  • Gernot Böhme (Technical University of Darmstadt)
  • Andreas Philippopoulos-Mihalopoulos (University of Westminster)
  • Joel Kruger (University of Exeter)
  • Thomas Szanto ( University of Jyväskylä)
  • Jan Slaby (Freie Universität Berlin)
  • Ingrid Vendrell Ferran (Friedrich-Schiller-University Jena)

Abstracts of 300 words should be sent by November 1st, 2018 to dylan.trigg@univie.ac.at. Notification of acceptance will be given by December 1st, 2018.

Organised by Dylan Trigg and Hans Bernhard Schmid as part of the FWF project “A Phenomenological Investigation Into Shared Anxiety” (M2300). Department of Philosophy, University of Vienna.

Contact: dylan.trigg@univie.ac.at

Le genre des émotions

Séminaire de présentation du dernier numéro de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire (47, 2018) consacré au Genre des émotions, le mercredi 10 octobre à la MMSH d’Aix-en-Provence, 10h-12h, salle Paul-Albert Février. Cette présentation sera suivie d’une communication d’Emmanuel Bain (AMU, CNRS TELEMMe) : « Le féminin, le voile et la honte dans le discours ecclésiastique (XIIe-XIIIe siècle) ».

Affection in ancient Greece and Rome

Source : IEA Paris

Table ronde autour de l’ouvrage de David Konstan (résident 2016-2017 de l’IEA de Paris), In the Orbit of Love. Affection in Ancient Greece and Rome (Oxford University Press, 2018), en présence de l’auteur et avec la participation de Pia Campeggiani (résidente 2018-2019 de l’IEA de Paris)  et Olivier Renaut (Université Paris Nanterre).

Présentation de l’ouvrage

This book is about love in the classical world – not erotic passion but the kind of love that binds together intimate members of a family and very close friends, but which may also be extended to include a wider range of individuals for whom we care deeply. The book begins with a discussion of friendship, focusing particularly on the Greek notion that in friendship the identities of two friends all but merge into one. The book then turns to the question of loyalty, and why loyalty seems not to have achieved the status of a virtue in classical thought. The next chapter considers love in relation to generosity, favors, and gratitude. There follows a discussion of grief, which is a symptom of the loss of a loved one. The final chapter treats love as the basis of civic solidarity. In each case, love is at the basis of the relations under examination. In this, the book departs from the more usual analysis of these affective ties in terms of reciprocity, which in one way or another involves an expectation of return. Seen this way, such relationships seem to have a selfish or at least self-centered dimension, as distinct from truly other-regarding attitudes. While it is true that the ancient sources sometimes describe these relations, including friendship, as forms of mutual obligation, there is also a counter strand that emphasizes genuine altruism, and it is this aspect that the book seeks to bring out. A close look at how love drew into its orbit the various relations examined in this book may shed light on some central features not only of ancient habits of thought but also, it is to be hoped, our own.

LA STRATÉGIE DE L’ÉMOTION

Anne-Cécile Robert

La stratégie de l’émotion

 

Collection : Lettres libres

176 pages

Parution en Amérique du Nord : 24 septembre 2018

Parution en Europe : 20 septembre 2018

Les émotions dévorent l’espace social et politique au détriment des autres modes de connaissance du monde, notamment la raison. Certes, comme le disait Hegel, «rien de grand ne se fait sans passion», mais l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir.

À la «stratégie du choc» qui, comme l’a montré Naomi Klein, permet au capitalisme d’utiliser les catastrophes pour croître, Anne-Cécile Robert ajoute le contrôle social par l’émotion, dont elle analyse les manifestations les plus délétères : narcissisme compassionnel des réseaux sociaux, discours politiques réduits à des prêches, omniprésence médiatique des faits divers, mise en scène des marches blanches, etc. Une réflexion salutaire sur l’abrutissante extension du domaine de la larme et un plaidoyer civique pour un retour à la raison.

Table des matières

  1. Avant-propos9
  2. Introduction11
  3. 1. EXTENSION DU DOMAINE DE LA LARME23
  4. Marches blanches26
  5. Psychologie de secours32
  6. Sensitivity readers36
  7. Devoir de mémoire40
  8. 2. DES MÉDIAS ULTRA-SENSIBLES47
  9. Invasion des faits divers50
  10. Contrôle social54
  11. Mécanique de l’empathie64
  12. 3. QUAND LA VICTIME SUPPLANTE LE HÉROS69
  13. Le Panthéon revisité71
  14. La justice déboussolée79
  15. Surenchère victimaire88
  16. 4. LES RESPONSABLES POLITIQUES ET LA MISE EN SCÈNE DE L’IMPUISSANCE93
  17. Des discours conçus comme des prêches97
  18. Fatalisme105
  19. Lutte des classes ou défense des minorités109
  20. Communication narrative115
  21. 5. CHIMÈRE DE L’AUTHENTICITÉ121
  22. «Il est authentique»123
  23. Engouement pour l’humanitaire127
  24. Philanthrocapitalisme134
  25. Figure de l’opprimé137
  26. 6. ÉMOTION CONTRE RAISON141
  27. Déclassement de la raison144
  28. Impossible dialogue civique153
  29. Un défi politique158
  30. Conclusion161

Moyen Âge en émoi (appel à contributions)

Source : RMBLF.be

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale
4-5 mars 2019

Loin d’être un sujet d’enquête des seuls médiévistes contemporains, la composante émotionnelle était déjà au cœur des préoccupations de l’homme médiéval. Que l’on considère le domaine de la théologie, celui de la littérature religieuse ou profane, les sources relatant la vie politique ou encore la production artistique, l’implication des émotions n’est étrangère à aucun de ces secteurs de la médiévistique.

Depuis une vingtaine d’années, l’intérêt porté à ce champ d’études a également suscité une littérature conséquente pour la période médiévale. Rappelons la parution de plusieurs ouvrages d’importance en 2015, du fait notamment de Barbara Rosenwein ou encore de Damien Boquet et de Piroska Nagy.

Les angles d’approche des émotions sont aussi variés que les études fournies à leur propos. La lexicographie permet d’aborder l’émotion médiévale de manière tout à fait pertinente: la variété terminologique convoquée par les auctoritates antiques et chrétiennes est représentative de la difficulté toute actuelle à définir ce concept. Toujours dans une perspective définitoire, la question de l’orientation morale de l’émotion constitue un passage obligé pour l’appréhender, aussi bien à sa naissance – la notion d’intention la présidant s’avère en ce sens essentielle – que dans ses manifestations – qu’elles soient corporelles ou verbales. Sous l’influence des philosophes de l’Antiquité ou des Pères de l’Église s’élabore en effet un véritable code de savoir-vivre émotionnel dicté par un important souci de gestion de soi, indispensable à la valorisation de l’affect. À cette réflexion se superpose d’emblée celle qu’induit la perception des mouvements de l’âme, directement associée à leurs signes visibles, seule voie d’accès possible à l’intériorité.

En outre, l’étude des manifestations conduit à considérer les multiples enjeux de la maîtrise des émotions, la frontière entre contrôle de soi et performance en soi s’avérant parfois bien mince. Le Moyen Âge fut en ce sens riche en rituels et mises en scène émotionnels, particulièrement dans des contextes politiques ou religieux. La prédication constitue à elle seule un champ d’analyse propice à la dynamique performative. Dans les textes, cette volonté s’exprime à travers différentes stratégies discursives mobilisées, qui visent à exacerber ou au contraire à atténuer la sensibilité du public. L’image religieuse revêt également une importance particulière puisqu’elle se doit de toucher le fidèle, suscitant notamment en lui de la componction. La dimension affective de la piété médiévale amène donc à considérer l’image de dévotion en tant que déclencheur d’émotion. Enfin, les procédures judiciaires constituent une piste de réflexion intéressante pour saisir les stratégies permettant de moduler la vérité. Dans la continuité, l’émotion orientée offre également une ouverture contemporaine vers son recours dans le discours scientifique actuel, en ce qu’elle peut servir de levier au débat.

Le caractère immatériel de l’émotion constitue un défi pour les médiévistes : cette rencontre propose aux jeunes chercheurs venus de différents horizons disciplinaires de le relever, en explorant les outils et les ressources de ce champ de la recherche en pleine efflorescence.

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2018 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.

Vient de paraître : Christine Orobitg, Le Sang en Espagne

Source : PUP

Christine Orobitg, Le sang en Espagne. Trésor de vie, vecteur de l’être Ve-XVIIIe siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2018.

Le sang fascine. Encore aujourd’hui, il renferme une charge d’émotion et de mystère, qui trouve ses racines dans les anciens systèmes de représentation, de la fin du Moyen Age au XVIIIe siècle. L’ancienne médecine inscrit le sang dans le système des quatre humeurs et en fait un véritable «trésor de vie». Elle l’associe aux «esprits» -qui constituent l’interface entre l’âme et le corps-, au cœur, aux émotions. Le sang est également relié aux questions de genre et d’identité sexuelle. Le sang féminin ne vaut pas le sang masculin. Le sang menstruel, objet d’une véritable mythologie, est associé la souillure, au déchet et au poison. Mais le sang est aussi à la base d’un aliment aussi essentiel que symbolique, le lait, évoqué dans les discours dédiés à l’allaitement et au choix des nourrices. Le sang ne relève pas uniquement du domaine sanitaire : sa représentation convoque des notions-clés comme l’articulation entre le corps et l’âme, la définition et la transmission de l’identité. Il intervient dans la construction d’un véritable « déterminisme hématologique » -dans lequel les caractéristiques physiques et morales se transmettent par le sang-, dans des pratiques d’exclusion, mais aussi dans des discours de tolérance et de la solidarité. Cette rapide évocation des perceptions et des enjeux du sang révèle la densité et la complexité des représentations qui y sont associées. C’est cet héritage ancien, mais jamais oublié, que cet ouvrage se propose d’explorer.