Les pouvoirs de l’art

L’Agence Nationale de la Recherche (ANR), dans le cadre d’un appel à projets thématique intitulé “Émotion(s), Cognition, Comportement”, a retenu le projet “Les Pouvoirs de l’art. Expérience esthétique, émotions, savoirs, comportements” (2011-2014) porté par Alexandre Gefen, Carole Talon-Hugon, Sandra Laugier et Martine Boyer-Weimann. EMMA en sera partie prenante.

Résumé

L’apport des « sciences de l’affect », la sortie des arts du moment formaliste, les théories de la réception invitent à repenser le rôle des émotions dans le processus de création artistique et d’appréhension de l’œuvre. Plus loin, les recherches actuelles sur les émotions issues de la philosophie analytique, des sciences cognitives, des théories de la réception notamment, permettent de penser l’œuvre de réflexion et d’action spécifique à la littérature et à l’art, en tant qu’ils sont capables d’accéder à la complexité de l’expérience humaine et d’offrir une médiation et une humanisation des connaissances abstraites et des valeurs morales.

Cette entreprise ambitionne ainsi de faciliter l’appropriation des résultats récents offerts par les sciences de l’affect grâce à la redécouverte d’un patrimoine textuel d’analyse fourni par la littérature et la philosophie autant que grâce à l’exploration de perspectives novatrices dans l’analyse des émotions esthétiques et dont le point commun est d’intégrer cognition et affects : les préoccupations théoriques des chercheurs issus de la littérature ou des arts plastiques sur des notions comme la colère, la honte, l’attention, l’empathie, les larmes, etc. rejoignent l’intérêt de leurs collègues philosophes cherchant à rendre aux arts toute leur effectivité cognitive et comportementale. Plus largement, un tel travail interdisciplinaire s’adresse à tous les domaines des sciences humaines qui se posent la question des émotions esthétiques et de leurs effets psychologiques et sociaux.

D’un point de vue concret, ce projet se donne trois visées principales :

a) l’organisation et la publication d’un ensemble coordonné d’actions de recherche portant sur les rapports entre art, savoirs et comportement. Celles-ci sont organisées à la fois par l’exploration de notions clés comme l’empathie, la censure, la tonalité, ou la catharsis et un travail sur des champs historiques (le tournant XVII-XVIIIe siècles) ou artistiques (la fiction littéraire, le cinéma) que les théories modernes des émotions esthétiques peuvent contribuer à reconfigurer ;

b) la production d’un ouvrage de synthèse, Pouvoirs de l’art, aux éditions Armand Colin, visant à proposer un bilan des grandes perspectives synthétiques et un vocabulaire spécifique d’analyse des émotions esthétiques ;

c) la mise en ligne d’une base bibliographique et documentaire numérique sur les émotions artistiques comportant un ensemble de textes de référence et la version numérique d’une partie des travaux réalisés durant le projet.

Revêtant une dimension internationale (implication des chercheurs sciences du Centre national suisse sur les Sciences affectives, du Humanities Center de l’université Johns Hopkins, et organisation de trois colloques à l’international notamment), ces entreprises, nécessairement collectives, s’appuieront sur un important travail préparatoire entamé depuis plusieurs années par les équipes impliquées. Elles seront dirigés par deux philosophes (Carole Talon-Hugon, porteuse du projet, université de Nice ; Sandra Laugier, université Paris 1) et deux littéraires (Alexandre Gefen, université de Bordeaux 3 ; Martine Boyer-Weimann, université de Lyon 2). Ce travail des directeurs scientifiques s’appuiera sur un comité scientifique constitué de spécialistes français et étrangers internationalement reconnus des liens de l’art et des affects, relayé par un réseau plus vaste de 36 chercheurs fortement impliqués.

 



Citer ce billet
Damien Boquet (2011, 24 août). Les pouvoirs de l’art. Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7i1