Les genres littéraires, les genres cinématographiques et leurs émotions

Source: ANR “Les pouvoirs de l’art”

Colloque à l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle

Organisé par Mathilde Bernard dans le cadre du projet ANR « Les pouvoirs de l’art »

12 et 13 septembre 2014.

 

Réputées rétives aux codifications et aux systèmes, les émotions esthétiques sont les grandes absentes des multiples systèmes de classement générique inventés par la théorie littéraire. Pourtant, si « la littérature est faite de genres » (Antoine Compagnon), elle est également faite de contenus émotifs qui sont au cœur de l’expérience esthétique : si le terme de « tragédie » fait référence à une forme codifiée, sans doute évoque-t-il plus directement le tragique et les émotions qui lui sont associées, la crainte et la pitié.

L’émotion n’est donc pas une catégorie totalement hétérogène aux logiques historiques, formelles ou encore énonciatives des classements génériques. Comment peut-on l’y articuler ? Comment penser l’inscription des émotions dans les genres et la manière dont les répertoires affectifs participent des grilles génériques ? L’hybridité et les transgressions génériques présumées caractéristiques de la modernité sont-elles créatrices d’émotions nouvelles, mélangées, alternées, ou purement esthétiques ?

Ces réflexions sont traversées par la question du bon goût, et de l’universalité du rapport à l’art et même de l’éthique. Existe-t-il, selon les époques, des œuvres de « mauvais genre », faisant naître des émotions, des sentiments, des sensations que l’on pourrait qualifier de « déplacées » ? Pourquoi les déplacements génériques (une comédie édifiée sur un sujet habituellement traité dans les tragédies) peuvent-ils nous troubler ? Telles sont quelques une des questions principales de ce colloque. Les communications, qui donneront lieu à des actes publiés chez Hermann, porteront aussi bien sur les œuvres littéraires que les productions cinématographiques ou sur les adaptations des œuvres littéraires au cinéma. Elles pourront se présenter sous forme synchronique ou diachronique, s’attacher à l’étude d’une ou de plusieurs œuvres, émaner de littéraires comme de philosophes, d’historiens, de théoriciens du cinéma…

 

Les propositions de communication sont attendues avant le 1er septembre 2013 à l’adresse mbernard4@yahoo.fr

 

Comité scientifique :

Martine Boyer-Weinmann

Alexandre Gefen

Sandra Laugier

Carole Talon-Hugon