Tous les articles par Damien Boquet

SEXUALITÉ « DÉVIANTE », SEXUALITÉ VIOLENTE AU MOYEN ÂGE

Sexualité « déviante », sexualité violente au Moyen Âge

Mercredi 10 novembre 2021 de 9h30 à 12h00

Salle PAF, MMSH – Aix-en-Provence

Organisée par le groupe
Façons d’être : corps, émotions, récits de soi –
TELEMMe (AMU-CNRS)

Gustave Courbet, Autoportrait, vers 1840,
The Metropolitan Museum, Domaine public.

 

Cette séance, centrée sur l’actualité éditoriale, aborde la question de la sexualité « déviante » ou violente au Moyen Âge dans deux contextes bien différents qui mettent à l’index la figure du « sodomite » : celui de la dénonciation des pratiques « contre nature » dans l’Église au XIe siècle et celui de la répression du crime pédophile par la justice pénale à Bologne à la fin du Moyen Âge

Programme

Introduction Damien Boquet (AMU – TELEMMe)

Église et sexualité au XIe siècle. Le Livre de Gomorrhe de Pierre Damien – Jean-François Cottier (Université de Paris)

Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédocriminalité à Bologne (XIVe-XVe siècle) – Didier Lett (Université de Paris)

Fluidités de genre au Moyen âge

Séances Médiévales d’Aix-Marseille

Aix-en-Provence

MMSH – vendredi 5 novembre 2021

salle 101 (Temime)

14h-17h

 

Sébastien Douchet (AMU, CIELAM)

Initier les jeunes chercheurs aux questions de genre dans les littératures «anciennes» : un retour d’expérience

Clovis Maillet (ESAD’Angers)

Les genres fluides au Moyen Âge

 

Séance animée par Damien Boquet (AMU, TELEMMe)

Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles

Source : éditions Vues de l’esprit

Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles, précédé de Thomas de Cantimpré, Vie de Christine l’Admirable — éditée et traduite du latin en collaboration avec Armelle Le Huërou, Vues de l’esprit, 2021.

 

Avant la persécution des sorcières, il a existé au Moyen Âge un mouvement par lequel des femmes ont revendiqué d’organiser elles-mêmes leur vie religieuse, hors de la tutelle du clergé masculin. Christine l’Admirable, active dans les années 1180-1220, est une pionnière parmi ces « saintes femmes » du diocèse de Liège. Revenue d’entre les morts, elle accomplit des prodiges stupéfiants et accompagne les mourants dans leur dernier voyage. Prédicatrice itinérante et mendiante, elle terrorise les bourgeois et réprimande les nobles, quand elle n’est pas ravie dans des danses et des chants extatiques. Le récit de sa vie se lit comme un roman d’aventures spirituelles. Il invite irrésistiblement à la comparaison avec différentes expériences, chamaniques ou autres. Ce n’est pas sans raison que Nick Cave a fait une chanson de cette femme libre et indomptable.

Table des matières

Présentation — 9
Traduction de la Vie de Christine l’Admirable de Thomas de Cantimpré — 15
I. Le travail de la mémoire — 41
II. Circonstances — 61
III. Au fil du texte — 83
IV. Un tissu de merveilles — 107
V. L’anomalie Christine — 131
Conclusion – Pour une pragmatique de l’extase — 145
Principes d’édition du texte — 149
Édition de la Vita Christinae Mirabilis, suivie de l’abréviation d’Henri Bate de Malines — 153
Notes — 181
Remerciements — 203

Colloque international “Honte et vertu dans l’Antiquité” / “Shame and virtue in Antiquity”

Source : TDMAM – Centre Paul-Albert Février

8, 9 et 10 novembre 2021, Aix-en-Provence
Salle de colloque 2, Bâtiment multimédia T1, Campus Schuman, 29 Av. Robert Schuman, 13100 Aix-en-Provence.


Colloque co-organisé par le Centre Gilles Gaston Granger et le laboratoire TDMAM, Aix-Marseille Université, CNRS.
Pass sanitaire requis

Contact :
Anne Balansard / anne.balansard@univ-amu.fr
Isabelle Koch / isabelle.koch@univ-amu.fr


PROGRAMME
**********************************************************
LUNDI 8 NOVEMBRE | APRÈS-MIDI
>>> SESSION PLÉNIÈRE


13h30 | Accueil, vérification des pass sanitaires

14h | Allocutions d’ouverture

14h30 | Charlotte Murgier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L’aidôs, entre courage et tempérance, chez Platon

15h15 | Discussion

15h30 | Olivier Renaut (Université Paris Ouest Nanterre)
Honte au regard de la convention, honte au regard de la vérité : Aristote, Rhét. II 4-6

16h15 | Discussion

16h30 | Pause café

17h | Marta Jimenez (Emory University, Atlanta)
Shame as the Proto-Virtue of the Learner in Aristotle’s Ethics

17h45 | Discussion



**********************************************************


MARDI 9 NOVEMBRE | MATIN
>>> SESSION PLÉNIÈRE


9h | Accueil, vérification des pass sanitaires

9h15 | Christopher Gill (University of Exeter, GB)
Shame and Virtue – how does Stoicism fit in ?

10h | Discussion

10h15 | Pause café

10h30 | Antje Junghanß (Technische Universität Dresden, Deutschland)
“…adeo illi ex alto suffusus est rubor ” (epist. 11. 1) : la honte chez Sénèque

11h15 | Discussion

11h30 | Carlos Lévy (Université Paris 4 Paris-Sorbonne)
Immanence et transcendance chez Philon d’Alexandrie : le problème de la honte

12h15 | Discussion

12h30 | Déjeuner



**********************************************************



MARDI 9 NOVEMBRE | APRÈS-MIDI
>>> 2 SESSIONS PARALLÈLES



Salles 1 et 2 du bâtiment T1


14h15 | Accueil, vérification des pass sanitaires


>>>>>Salle de colloque 1


14h30 | Rodrigo Illarraga (University of Buenos Aires & CONICET, Argentina)
Xenophon’s Psychology of Shamelessness and Shame

14h55 | Bernhard Kaiser (Technische Universität Dresden, Deutschland)
The function of shame in Plato’s Gorgias

15h20 | Discussion

15h45 | Pause-café

16h | Julia Pfefferkorn (Universität Tübingen/ Universität Mainz, Deutschland)
Shame, moderation, and moral education in Plato’s Laws

16h25 | Giulio Di Basilio (Irish Research Council, Trinity College Dublin, GB)
Aristotle on Shame and Natural Virtue in the Eudemian Ethics

16h50-17h15 | Discussion

**************


>>>>>Salle de colloque 2


14h30 | Julien Decker (Université de Rouen, laboratoire SPH, Bordeaux)
Ἀναίδεια et ἀναισχυντία dans le Cynisme antique : la vertu naît-elle de l’absence de honte ?

14h55 | Tomohiko Kondo (Hokkaido University, Japan)
Why Do We Have Sex in Secret ? Sexual Shame in Later Stoics

15h20 | Discussion

15h45 | Pause-café

16h | Francesca Scrofani (professeure certifiée, Aix-en-Provence)
Mauvaise honte et entraînement à la vertu dans le Περὶ δυσωπίας de Plutarque

16h25 | Joachim Haddad (Aix-Marseille Université)
Devant qui avoir honte ? La place de la honte chez saint Augustin

16h50-17h15 | Discussion


**********************************************************


MERCREDI 10 NOVEMBRE | MATINÉE
>>>SESSION PLÉNIÈRE


9h15 | Accueil, vérification des pass sanitaires

9h30 | Alexandrine Schniewind (Université de Lausane, CH)
Vertu et honte dans les Ennéades de Plotin

10h15 | Discussion

10h30 | Louis-André Dorion (Université de Montréal, Canada)
Faire honte au péché : l’elenchos chez Clément d’Alexandrie

11h15 | Discussion

11h30 | Pause café

12h | Jérôme Lagouanère (Université Paul-Valéry – Montpellier 3)
“Non sit honestior philosophia Gentium, quam nostra Christiana” (c. Iul. , IV, 14, 71). Quand Augustin discute avec Cicéron des notions de pudor et de concupiscentia au livre IV du Contra Iulianum

12h45 | Discussion

13h | Conclusions et clôture du colloque

Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy

Source : OUP

Lidia Luisa Zanetti Domingues, Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy. Siena, 1260-1330, Oxford University Press, 2021.

In medieval Italy the practice of revenge as criminal justice was still popular amongst members of all social classes, yet crime also was increasingly perceived as a public matter that needed to be dealt with by the government rather than private citizens. Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy sheds light on this contradiction through an in-depth comparison of lay and religious sources produced in Siena between 1260 and 1330 on criminal justice, conflict, and violence.

Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy: argues that religious people were an effective pressure group with regards to criminal justice, thanks both to the literary works they produced and their direct intervention in political affairs, and that their contributions have not received the attention they deserve. It shows that the dichotomy between theories and practices of ‘private’ and of ‘public’ justice should be substituted by a framework in which three models, or discourses, of criminal justice are recognised as present in medieval Italian communes, with the addition of a specifically religious discourse based on penitential spirituality. Although the models of criminal justice were competing, they also influenced each other.

Introduction
1:Competing Models for Approaching Violence and Conflict and their Points of Contact
2:Emotions, Virtues and Vices in the Sienese Reflection on Violence and its Remedies
3:Models of Emotionality in Action in Religious and Lay Sources on Criminal Justice
4:Defining the Complex Relationship between Mercy, Justice and Revenge
5:Communal Legislation and the Pursuit of Divine Justice
6:The Development of Criminal Justice in Siena and the Influence of Religious Ideas
Conclusion

Regret. A Study in Ancient Moral Psychology

Source : OUP

James Warren, Regret. A Study in Ancient Moral Psychology, Oxford University Press, 2021.

This book provides a study of regret (metameleia) in the moral psychology of Plato, Aristotle, and the Stoics. It was important for all these philosophers to insist that regret is a characteristic of neither fully virtuous nor wholly irredeemable characters. Rather, they took regret to be something that affects people who retrospectively feel pain at realising an earlier mistaken action. Regret sets out in full the accounts of the nature of this emotion found in the works of these philosophers, viewing them in the context of their respective accounts of virtuous and non-virtuous agents, ethical progress, the role of knowledge in producing good actions, and compares it with modern philosophical notions of ‘agent regret’.

Introduction: Why Regret?
1:Virtue, Metameleia, Regret, and Remorse
2:Plato on Regret, Akrasia, and the Tyrannical Soul
3:Aristotle on Regret and Counter-Voluntary Actions
4:Aristotle on Regret and Akrasia
5:Metameleia and Ignorance
6:Stoic Regret
7:Gellius and Gallus on the Limits of Regret
8:Epilogue

 

Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages

Source : OUP

Rita Copeland, Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages, Oxford University Press, 2021.

 

Rhetoric is an engine of social discourse and the art charged with generating and swaying emotion. The history of rhetoric provides a continuous structure by which we can measure how emotions were understood, articulated, and mobilized under various historical circumstances and social contracts. This book is about how rhetoric in the West, from Late Antiquity to the later Middle Ages, represented the role of emotion in shaping persuasions. It is the first book-length study of medieval rhetoric and the emotions, coloring that rhetorical history between about 600 CE and the cusp of early modernity. Rhetoric in the Middle Ages, as in other periods, constituted the gateway training for anyone engaged in emotionally persuasive writing. Medieval rhetorical thought on emotion has multiple strands of influence and sedimentations of practice. The earliest and most persistent tradition treated emotional persuasion as a property of surface stylistic effect, which can be seen in the medieval rhetorics of poetry and prose, and in literary production. But the impact of Aristotelian rhetoric, which reached the Latin West in the thirteenth century, gave emotional persuasion a core role in reasoning, incorporating it into the key device of proof, the enthymeme. In Aristotle, medieval teachers and writers found a new rhetorical language to explain the social and psychological factors that affect an audience. With Aristotelian rhetoric, the emotions became political. The impact of Aristotle’s rhetorical approach to emotions was to be felt in medieval political treatises, in poetry, and in preaching.

Introduction
1:Before the Middle Ages: Emotion from Invention to Style
2:Christian and Literary Rhetorics of the Early Middle Ages: Emotion as the Property of Style
3:Emotion in the Rhetorical Arts and Literary Culture c. 1070-c.1400
4:Aristotle’s Rhetoric in the Latin West: The Fortunes of the Path?
5:De regimine principum: Emotion, Persuasion, and Political Thought
6:Political Poetics and the Aristotelian Turn: Dante, Chaucer, and Hoccleve
7:Preaching, Emotion, and the Aristotelian Turn
Epilogue: Mixed Rhetorics

Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ?

Source : Classiques Garnier

R. Schnell, Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ? Le paradoxe amoureux et l’amour courtois, Paris, Classiques Garnier, 2021.

Résumé: Quelles conséquences la (première) union sexuelle a-t-elle sur la relation amoureuse ? Selon une thèse répandue, les troubadours auraient aspiré à l’union sexuelle, mais choisi d’y renoncer. Cette étude apporte un regard nouveau sur le phénomène littéraire de l’amour courtois.

 

L’ÉMOTION EST CE QUI NOUS RELIE

Source : L’Harmattan

Emmanuel Petit, L’Émotion est ce qui nous relie. Essai sur la société des émotions, Paris, L’Harmattan, 2021.

L’émotion est souvent perçue comme irrationnelle, éruptive et inefficace. L’intensité de la peur, de la tristesse et du désarroi propulsée par la crise sanitaire, économique et environnementale que traverse le monde aujourd’hui a renforcé ce sentiment. Partenaire (et non adversaire) de la raison, l’émotion est pourtant un outil de construction essentiel d’une société plus harmonieuse et apaisée. On ne le comprend toutefois que si l’on prend en compte que l’émotion est un révélateur de notre relation au monde autant qu’un co-constructeur de cette relation : l’émotion est ce qui nous relie à autrui et à notre environnement. Réhabiliter l’image souvent négative que l’on a de l’émotion implique ainsi de mieux saisir son rôle dans l’histoire humaine, dans la pratique même de la recherche ou encore au sein de l’économie de marché.

Emmanuel Petit est professeur en sciences économiques à l’Université de Bordeaux.

Emotion in Old Norse Literature

Source : Cambridge University Press

Une publication qui avait échappé à notre vigilance. Mieux vaut tard que jamais…

Sif Rikhardsdottir, Emotion in Old Norse Literature. Translations, Voices, Contexts, Boydell & Brewer, 2017.
 
 
 

Book description

 

Authors throughout history have relied on the emotional make-up of their readers and audiences to make sense of the behaviours and actions of fictive characters. But how can a narrative voice contained in a text evoke feelings that are ultimately never real or actual, but a figment of a text, a fictive reality created out of words? How does one reconcile interiority – a presumed modern conceptualisation – with medieval emotionality? The volume seeks to address these questions. It positions itself within the larger context of the history of emotion, offering a novel approach to the study of literary representations of emotionality and its staging through voice, performativity and narrative manipulation, probing how emotions are encoded in texts. The author argues that the deceptively laconic portrayal of emotion in the Icelandic sagas and other literature reveals an “emotive script” that favours reticence over expressivity and exposes a narrative convention of emotional subterfuge through narrative silences and the masking of emotion. Focusing on the ambivalent borders between prose and poetic language, she suggests that poetic vocalisation may provide a literary space within which emotive interiority can be expressed. The volume considers a wide range of Old Norse materials – from translated romances through Eddic poetry and Íslendingasögur (sagas of Icelanders) to indigenous romance.

Sif Rikhardsdottir is Professor of Comparative Literature at the University of Iceland and Vice-Chair of the Institute of Research in Literature and Visual Arts.

Le rire des femmes

Source : PUF

Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Faire rire est une prérogative des hommes. Subversif et incontrôlable, le rire a longtemps été interdit aux femmes. Au nom de la bienséance, de la beauté et de la discrétion, il convenait d’opposer rire et féminité. 

Sabine Melchior-Bonnet s’attache à décrypter les raisons historiques de cet interdit et montre comment les femmes se sont peu à peu emparées du pouvoir de faire rire. 

Récit d’une conquête et analyse d’un tabou, ce livre part des règles de savoir-vivre dans l’Antiquité jusqu’aux one-women-show de nos jours, qui s’autorisent à être drôles, jolies, bêtes ou méchantes. Au risque, peut-être, de banaliser ce qui avait longtemps été défendu.

“Histoire des émotions collectives” : Le compte à rebours est lancé !

Pieter Brugel, La danse de la mariée, v. 1566, Detroit Institute of Arts

Chères amies et chers amis de l’histoire des émotions,

Vous qui suivez de longue date les aventures d’EMMA, nous avons le plaisir de vous annoncer que notre prochain “bébé” est fin prêt à être confié à l’éditeur, pour une parution prévue d’ici quelques mois. Ce livre collectif sera le premier livre d’historiens et d’historiennes entièrement consacré aux émotions collectives. Il est le fruit de 4 années de rencontres, de débats et de maturation, vécus alternativement dans le tumulte joyeux des colloques transatlantiques, à Aix-en-Provence et à Montréal, et dans la solitude monacale des confinements imposés par la crise sanitaire.

En avant première, nous vous en dévoilons la table des matières. Dans les bras d’EMMA, laissez-vous emporter par la foule…

Histoire des émotions collectives. Épistémologie, émergences, expériences

  

 Damien Boquet – Piroska Nagy – Lidia Zanetti Domingues (dir.),

avec la collaboration de Jean-Félix Aubé-Pronce

 

Table des matières

 

  1. Histoire intellectuelle de la notion d’émotion collective depuis le XIXe siècle
  • Piroska Nagy (UQAM, Telemme), Histoire des émotions collectives : éléments pour la trajectoire d’un phénomène et d’un concept
  • Damien Boquet (AMU, Telemme), Un désir de foule. Du collectif de l’émotion à l’émotion collective dans la psychologie scientifique (XIXe-début XXe s.)
  • Jean-Jacques Courtine, La voix du peuple. Les émotions, le langage et la foule à l’aube de l’ère des masses
  1. Fabrique de la foule émue
  • Sylvain Forichon (Univ. Bordeaux Montaigne), L’émotivité des foules lors des spectacles dans le monde romain : analyse d’un topos dans la littérature ancienne
  • Piroska Nagy, L’événement comme émotion : le mouvement flagellant de 1260
  • Gábor Klaniczay (CEU), Les moments du miracle comme émotions historiques autour des sanctuaires (Hongrie, XIIIe-XVe s.)
  • Vincent Challet (Univ. Montpellier III), De quo…fuerunt dolentes et turbati : de la voix des dominés au discours des dominants à la fin du Moyen Âge 
  • Sarah Brazil (Univ. de Genève), Cultivating Emotions in the Audiences of Early English Drama
  • Giulia Morosini (Univ. de Vérone), From Fearful to Brave: the Shaping of Collective Emotions through Bodily Practices by the Italian Renaissance Condottieri
  1. La foule animée par l’émotion
  • Nathan Murray (Univ. Laval), Les tumultes de la multitude: cris, images et mouvements de la foule émue chez Cicéron
  • Anne-Gaëlle Weber (UQAM), La colère de la foule au service de la construction de l’altérité entre chrétiens et païens : l’exemple de l’hagiographie missionnaire carolingienne
  • Lidia Zanetti Domingues (Univ. Londres – UQAM) Foules émues aux pieds de l’échafaud dans les chroniques italiennes des XIIIe et XIVe siècles
  • Nicolas Vidoni (AMU, Telemme), L’émotion collective au défi de la foule. Les débuts de la Révolution à Montpellier
  • Sophie Wahnich (EHESS), Les émotions collectives comme émotions souveraines et sacrées pendant la Révolution française
  • Ludivine Bantigny (Univ. Rouen), « Gilets jaunes, colère noire »: Affects politiques d’un mouvement historique

 

Viols d’enfants au Moyen Âge

Source : PUF
 
 

Résumé

À Bologne, dans les registres de la justice pénale, entre 1343 et 1474, quatre-vingt-onze hommes sont accusés d’avoir abusé sexuellement de plus de cent trente enfants, garçons et filles. Ce livre analyse ces cas de pédocriminalité dans une optique de genre. Il dresse une sociologie des victimes puis des inculpés en s’attardant sur les sodomites, catégorie de pédocriminels en voie d’affirmation, s’intéresse ensuite à l’acte lui-même en intégrant l’extrême violence qui prend place avant le viol lui-même et les lourdes conséquences qui en découlent sur la victime, ses proches, la communauté, la morale, voire l’ensemble de la chrétienté, et enfin étudie  les peines infligées aux coupables, de la difficile dénonciation du criminel à l’énonciation et à l’application de la sentence. En proposant une réflexion d’ensemble sur crimes, genre et châtiments, ce livre explore un sujet jamais traité auparavant par les médiévistes : le crime pédophile.

Sommaire:

Avant-Propos  – Introduction

Partie I : Victimes et inculpés

Chapitre 1 : Les victimes : des filles « honnêtes » et des garçons « dont il vaut mieux taire le nom »

Chapitre 2 : Les inculpés : des sodomites étrangers et des violeurs de filles de Bologne

Chapitre 3 : L’affirmation d’une identité sodomite 

 

Partie II : Violer un enfant

Chapitre IV : Les violences avant le viol 

Chapitre V : Le viol des enfants

Chapitre VI : Des victimes anéanties, des familles, la commune et Dieu bafoués

 

Partie III : De la dénonciation au châtiment

Chapitre VII : Les voies de la dénonciation

Chapitre VIII : Les sodomites brûlés et les violeurs de filles décapités

Chapitre IX : Du bannissement à la grâce 

Conclusion – Annexes -Sources et Bibliographie