Tous les articles par Damien Boquet

Vient de paraître : R. Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle

Source : Fabula

Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle, Editions La Baconnière, 2017

 

Dans les récits du XIXème siècle, on a peur de la nature et du surnaturel, mais aussi de la guerre, du peuple, du criminel, de soi-même… Passion du récit, présente dans les divers genres romanesques ainsi que dans les contes et nouvelles, la peur émerge sur fond de Terreur, de conflits militaires et politiques, de transformations sociales et artistiques profondes. Elle se dresse également sur un arrière-plan scientifique en partie renouvelé.

Quelles formes prend-elle selon les personnages mis en scène ? Quelle représentation de l’espace induit-elle ? Comment nourrit-elle la composition et la matière dramatique du récit ? Quel regard les écrivains portent-ils et nous amènent-ils à porter sur ceux qui l’éprouvent ?

L’ouvrage s’interroge sur la fécondité de la peur pour la fiction narrative, y compris dans le détail de son style ; il déplace donc l’intérêt de l’action à la passion. Il met de plus en perspective sa configuration littéraire en mobilisant les représentations non littéraires de ce temps ou du nôtre. Ce faisant, il cherche comment fiction et diction contribuent à modeler la pensée de la peur, autrement nommée crainte, angoisse, panique collective.

 

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée des lettres classiques, maître de conférences, Régine Borderie enseigne la littérature française du XIXème siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Principaux ouvrages : Balzac, peintre de corps. La Comédie humaine ou le sens des détails (Paris, SEDES, 2002) et « Bizarre », « Bizarrerie », de Constant à Proust (Grenoble, ELLUG, 2011).

Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution (vient de paraître)

Sources : Belin

Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution, Paris, Belin, 2017.

Depuis 1981, la peine de mort est abolie en France ; la dernière exécution a eu lieu en 1977. En outre, depuis 1939, les exécutions n’étaient plus publiques et se déroulaient dans l’enceinte des prisons devant quelques témoins. Il nous est donc difficile d’imaginer aujourd’hui ce que ces exécutions ont été. Au mieux, l’image que l’on en a renvoie aux exécutions parisiennes du début du XXe siècle et de leur rituel bien rodé, que les journaux rappellent inlassablement : le réveil, la toilette, le verre de rhum, les quelques pas dans la lumière de l’aube.
L’objectif de ce livre est d’abord d’effacer cette distance ; de replacer l’exécution à hauteur d’homme, dans le flot tumultueux du temps vécu, des sensations du corps ; de donner à sentir sa violence, de lui restituer, en somme, sa dimension sensible. Ce livre est en second lieu une tentative pour replacer le condamné au centre du récit et lui restituer une place d’acteur à part entière dans le déroulement de son châtiment.
Il s’agit enfin de comprendre comment les dispositifs qui ont rendu l’exécution possible pour des hommes ordinaires a fonctionné, puis évolué. Peut-être faut-il penser que c’est le caractère insupportable de la mise en oeuvre de l’exécution, autant que son spectacle, qui a conduit à la réformer, puis à l’abolir.

Compte rendu de « Sensible Moyen Âge »

Source : Questions de communication, 31 (2017)

Natalia Núñez Bargueño, « Piroska NAGY, Damien BOQUET, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval », Questions de communication, 31 | 2017, 526-527.

L’ensemble des sciences sociales manifeste un intérêt croissant pour l’étude des émotions. Cet intérêt fait écho à la recherche conduite au sein des sciences cognitives depuis une vingtaine d’années, notamment sur le rôle des émotions dans la prise de décisions. En démontrant que les émotions sont bien au cœur des processus cognitifs, ces études ont problématisé l’opposition émotion/raison. C’est le vaste domaine des émotions dans l’histoire que Piroska Nagy et Damien Boquet, historiens déjà connus pour leurs excellents travaux au sein du programme de recherche « Les Émotions au Moyen Âge » étudient dans Sensible Moyen Âge. Pour illustrer leur thèse principale, « l’émotion est au cœur de l’anthropologie du Moyen Âge occidental » (p. 17), ils proposent une captivante histoire culturelle de l’affectivité médiévale et essaient de démontrer que les émotions ont, elles aussi, toute une historicité. L’ouvrage montre que, loin d’être figées, les émotions du Moyen Âge varient selon les groupes sociaux – la colère est un affect des puissants, la honte des femmes et des jeunes gens –, l’espace et le temps. Cette enquête présente aussi une version alternative au grand récit – théorisé par le sociologue Norbert Elias (La Civilisation des mœurs, Paris, Agora, 2002) – sur le « processus de civilisation des mœurs », une lecture téléologique selon laquelle le Moyen Âge, caractérisé par une émotivité débridée, serait une époque « infantile », marquée par un excès affectif qui sera progressivement maîtrisé, voir discipliné, dans l’époque moderne.

Sensible Moyen Âge est divisé en neuf chapitres, organisés de façon thématique et chronologique. Avec ce choix du récit historique non strictement linéaire Piroska Nagy et Damien Boquet soulignent l’existence de certains mouvements, comme celui concernant l’amitié masculine, qui progressent à travers toute la période médiévale (p. 349). En conséquence, les neuf chapitres peuvent être regroupées en trois parties. La première, comprenant les trois premiers chapitres (pp. 21-50 ; pp. 51-74 ; pp. 75-102), propose une esquisse sur les origines chrétiennes – dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge – de ce que les auteurs n’hésitent pas à qualifier de « révolution affective » (p. 24). C’est dans la confrontation créative entre sources païennes de la théologie chrétienne et contenu des textes sacrés du christianisme, dans la rencontre entre la conception de l’« apatheia divine » appartenant à l’Antiquité et le portrait de la divinité sensible selon l’Ancien et le Nouveau Testament – d’un Père et d’un Fils capables de faire preuve de miséricorde mais aussi d’avoir des accès de colère – que de nouveaux contours anthropologiques et religieux seront définis. Les Pères de l’Église entreprirent un projet de légitimation de l’émotivité divine qui, dans le long terme, « aboutit à une remise en cause radicale de la nature perturbatrice de la passion » et, en conséquence, acheva l’élaboration d’un nouveau modèle d’affectivité fortement lié à l’anthropologie de l’Incarnation-Passion, un modèle dont l’influence peut être observée tout au long du Moyen Âge (pp. 22-26).

Les trois chapitres suivants (pp. 103-150 ; pp. 151-186 ; pp.187-224) abordent la réception et la propagation de ce nouveau paradigme d’affectivité chrétienne dans les milieux de la haute société féodale française. Entre le ixe et le xiie siècle, la nouvelle conception du salut fondée sur l’importance radicale des affects émerge du microcosme monastique qui l’a vu naître, pour partir à la conquête de la société laïque. Ce faisant, le modèle « rencontre d’autres logiques sociales et discursives », notamment « celle de la pensée scientifique de l’homme, mais aussi celles de la culture aristocratique » (p. 149). Enfin, les trois derniers chapitres (pp. 225-256 ; pp. 257-302 ; pp. 303-346) traitent de différents aspects concernant la façon dont les émotions irriguent les relations sociales à la fin du Moyen Âge. Les chapitres vii et ix intitulés respectivement « Politiques des émotions princières » et « Émotion commune », soulignent les différences dans le jugement des émotions dans les cours princières et des émotions du peuple. L’un des chapitres les plus captivants est le huitième, dont le titre est « La conquête mystique de l’émotion » : la dévotion mystique engage « un nouveau mode de communication du sacré », une piété affective d’une ferveur insolite, dans laquelle « l’émotion incarnée occupe le devant de la scène » (p. 268).

L’une des particularités de ce livre foisonnant est de traiter l’émotion dans sa dimension culturelle et relationnelle, c’est-à-dire de considérer l’ensemble des façons de vivre et d’user de l’affect en société. En ce sens, Sensible Moyen Âge octroie une grande attention à la perspective de genre. Entre autres aspects, les auteurs considèrent la manière dont la culture des groupes hégémoniques s’appuie sur l’émotion pour fonder des rapports homme/homme et homme/femme ainsi que la façon dont ces rapports sont assumés – activement – par des groupes subalternes. Par exemple, les auteurs traitent : des particularités de l’homoaffectivité dans la solidarité amicale, l’amicitia, une relation circonscrite dans les liens monacaux et féodo-vassaliques (p. 171) ; de la dévotion au Christ incarnée, laquelle, en mobilisant les affects, et en particulier celui de l’amour maternel, effectue une féminisation de la déité (p. 138) ; des pleurs et de la colère publique des rois – et parfois des reines – qui gouvernent ; de la mystique affective et corporelle pratiquée par les femmes, résultant « à la fois d’une assignation et d’une appropriation » du rôle qui leur est assigné par la société de l’époque (p. 289). Comme le montrent ces exemples, un aspect remarquable de l’étude est de souligner le rôle social des affects. En conséquence, l’ouvrage aborde la manière dont, en créant ou en réaffirmant l’identité émotionnelle du groupe, les affects contribuent au projet d’ordonner la société (p. 306), car l’émotion peut servir de langage politique sur lequel un régime peut s’appuyer pour créer une identité en résistance ou en opposition à un autre régime (ibid.). C’est ainsi que Piroska Nagy et Damien Boquet démontrent non seulement que les affects sont au cœur du lien social, mais également que les émotions agissent dans l’histoire.

Une autre question très intéressante qui apparaît dès le début de l’ouvrage, est celle du lexique. Piroska Nagy et Damien Boquet invitent à se méfier d’une histoire des émotions qui serait exclusivement armée des concepts médiévaux, car nous éprouverions de grandes difficultés à trouver une notion médiévale analogue à celle de l’émotion moderne. C’est pourquoi, l’ouvrage illustre le fait qu’il existe une pluralité de vocabulaires, et que, souvent, un groupe de termes peut former une partie d’une imbrication sémantique particulière, comme les termes affectio, amicitia, dilectio et caritas. Le travail de l’historien concerne donc l’inscription du vocabulaire et de la rhétorique des émotions dans des scénarios discursifs, ainsi que leur mise en relation avec les caractéristiques du groupe auquel ils sont associés. À ce sujet, même si la plupart des sources se trouvent « encodées » dans des catégories chrétiennes – a priori en latin – et en dépit du fait que les auteurs aient opté pour l’analyse de l’espace francophone, leur étude pourrait s’enrichir d’une comparaison de la palette du vocabulaire émotionnel entre le français et d’autre langues vernaculaires voisines. De plus, on trouve une difficulté d’ordre méthodologique, car leur œuvre se nourrit de plusieurs concepts des études émotionnelles anglo-saxonnes, comme celui de communauté émotionnelle développé par Barbara H. Rosenwein (« Émotions en politique. Perspectives de médiéviste », Hypothèses, 1, 5, 2001, pp. 315-324), ou celui d’émotif de William M. Reddy (« Against Constructionism: The Historical Ethnography of Emotions », Current Anthropology, 38, 1997, pp. 327-351), sans pourtant élucider en profondeur leur choix entre la multiplicité des modèles disponibles. Toutefois, le livre est déjà imposant et il aurait été difficile de le prolonger sans l’alourdir. Cela explique peut-être le fait que certaines parties peuvent paraître trop courtes (à l’instar de l’analyse des images, qui ne sont convoquées qu’à titre d’exemples).

What is the History of Emotions?

Source : Polity

Un événement se prépare dans le petit monde de l’histoire des émotions : le nouveau livre de Barbara H. Rosenwein (écrit avec Riccardo Cristiani) est annoncé pour le mois de novembre !

What is the History of Emotions?

Polity, 2017

What Is the History of Emotions? offers an accessible path through the thicket of approaches, debates, and past and current trends in the history of emotions. Although historians have always talked about how people felt in the past, it is only in the last two decades that they have found systematic and well-grounded ways to treat the topic.

Rosenwein and Cristiani begin with the science of emotion, explaining what contemporary psychologists and neuropsychologists think emotions are. They continue with the major early, foundational approaches to the history of emotions, and they treat in depth new work that emphasizes the role of the body and its gestures. Along the way, they discuss how ideas about emotions and their history have been incorporated into modern literature and technology, from children’s books to videogames.

Students, teachers, and anyone else interested in emotions and how to think about them historically will find this book to be an indispensable and fascinating guide not only to the past but to what may lie ahead.

Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français

Sources : Fabula et éd. Honoré Champion

J. Härmä et E. Suomela-Härmä (dir.), Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français

Aimer, haïr, menacer, flatter… en moyen français. Juhani Härmä et Elina Suomela-Härmä, éd., Honoré Champion, collection « Bibliothèque du XVe siècle », 2017. EAN13 : 9782745336064.

280 pages — 45 EUR.

Présentation de l’éditeur:

Si les sentiments qui animent les hommes sont éternels, leurs manifestations par des paroles ou des actes varient selon les époques et les civilisations comme en attestent les dix-neuf contributions littéraires, linguistiques et philologiques qui sont contenues dans ce volume et qui couvrent la période allant de 1350 environ jusqu’au début du XVIe siècle. Cette période – qui est celle du Moyen français – représente un objet d’études particulièrement intéressant car elle marque la transition entre le monde médiéval et les Temps modernes. Comme on peut le constater, les différents genres (poésie et prose, textes dramatiques et édifiants, récits de pèlerinage…) disposent chacun de ressources linguistiques propres pour exprimer les sentiments amoureux et la passion, ainsi que la haine, le dégoût, les injures et les menaces.

Ce volume est destiné à la fois à un public de spécialistes du Moyen français mais également à toutes les personnes intéressées par la culture et la littérature médiévales en général.

Table des matières

 

Le Prix des sentiments

source : éd. La Découverte

Le prix des sentiments - Arlie Russell HOCHSCHILD

Arlie Russell HOCHSCHILD, Le Prix des sentiments. Au cœoeur du travail émotionnel, Paris, La Découverte, 2017.

Présentation de l’éditeur:

Célèbre pour avoir ouvert la voie à la sociologie des émotions, Arlie R. Hochschild développe dans ce livre la notion de « travail émotionnel ». Selon l’auteure, en effet, les émotions ne surgissent pas en nous en s’emparant de notre « moi », mais sont le fruit d’un travail que nous effectuons, la plupart du temps sans en avoir conscience, dans le but d’accorder ce que nous ressentons avec les « règles de sentiments » en vigueur dans notre environnement social.
Ce que montre par ailleurs l’auteure, c’est comment, au cours des dernières décennies, dans le cadre d’une économie postfordiste où prédominent les emplois de service, et donc les relations avec un « public », ce travail émotionnel a été « capturé » par les entreprises et orienté vers des fi ns marchandes. Dans ce processus, ce sont en particulier les femmes, éduquées pour devenir des êtres sociaux émotionnels, qui sont en première ligne et en subissent de plein fouet les implications : lorsque les émotions sont dictées par l’entreprise, elles deviennent progressivement étrangères à l’individu et perturbent sa capacité à vivre en société.
Plus que jamais d’actualité, cet ouvrage exceptionnel s’inscrit ainsi dans une double perspective critique : critique féministe du rôle émotionnel imposé aux femmes, aussi bien dans le cadre privé qu’au travail, d’une part, et critique des structures du capitalisme contemporain et de leurs effets délétères sur les individus, d’autre part.

La concurrence des sentiments

https://editions-metailie.com/wp-content/uploads/2017/03/Concurrence-des-sentiments-HD.jpg

Source : éditions Métailié

Julien BERNARD, La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, Paris, Métailié, 2017.

Présentation de l’éditeur:

La surprise, le coup de foudre amoureux, le chagrin, la peur, la colère, la joie, la compassion, nous faisons tous en tout lieu et à tout âge l’expérience d’émotions plus ou moins intenses qui nous marqueront pour la vie. Julien Bernard, toujours attentif aux frontières de l’humain, s’intéresse à ces “points de frottement” qui souvent nous dominent jusqu’à nous paralyser, quand ils ne nous mettent pas en action.

C’est par elles que nous nous inscrivons affectivement dans le monde naturel et social, par elles que nous nous positionnons face aux autres et que nous développons notre rapport au monde.

Ressentir des sentiments implique l’hétérogénéité des réalités subjectives et quantitatives qui nous entourent, d’où la difficulté méthodologique que rencontre le sociologue pour les saisir et les étudier. L’enjeu consiste à analyser en amont les déterminismes qui en seraient à la base et, en aval, la dynamique irrésistible que leur expression introduit.

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.

 

 

L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions »

Résultat de recherche d'images pour "lhomme devant la mort ariès"

Vendredi 23 juin, dans le cadre du colloque « Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours » (Université de Paris-Est Créteil, 22-23 juin 2017), je présenterai une communication sur le thème : L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions » : Philippe Ariès et l’histoire des attitudes devant la mort.

En voici le résumé :

« L’histoire des émotions » qui se développe rapidement depuis une décennie revendique souvent la nouveauté historiographique de son objet et l’originalité de ses méthodes, en rupture avec les conceptions irrationnelles des émotions. Néanmoins, il convient aujourd’hui de rappeler que « l’histoire des émotions », qui n’est pas un champ unifié, s’inscrit dans plusieurs traditions historiographiques, en particulier, pour ce qui concerne le programme EMMA que j’anime depuis une dizaine d’années avec Piroska Nagy, dans une histoire culturelle des sensibilités engagée dès les années 1930 par les premiers historiens des Annales. En ce sens, l’histoire des attitudes devant la mort a constitué, à partir des années 1960-1970, un chantier expérimental de première importance pour une histoire des émotions et des sensibilités. Les livres de Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort (1975) puis L’Homme devant la mort (1977) ont été une étape majeure dans l’émergence d’un champ historiographique en devenir, et ont positionné plus largement l’histoire de la mort, du deuil et des pratiques funéraires aux avant-postes. Alors que depuis quelques années, l’histoire de la mort et du deuil a pleinement (ré)intégré la question de l’émotion dans ses questionnements (A. Carol, G. Cuchet, E. Fureix, C. Lansing, R. Marcoux, B. H. Rosenwein, etc), je voudrais reprendre la lecture de L’Homme devant la mort dans le cadre d’une réflexion sur la généalogie de « l’histoire des émotions », afin de mesurer la singularité des propositions de Philippe Ariès et la complexité des ramifications historiographiques. Pour cela, je souhaite proposer une réflexion en trois moments :

1) Je m’intéresserai tout d’abord au rôle du vocabulaire et des catégories des affects dans la démarche d’« histoire psychologique » que défend Ariès, à partir des 4 termes qu’il utilise le plus fréquemment et qui constituent sous sa plume les principaux opérateurs des transformations psychiques face à la mort : émotion, sentiment, sensibilité et mentalité. Chez Ariès, c’est bien sous l’angle psychologique que les émotions sont considérées, tout comme le psychisme lui-même, quand il s’agit des attitudes de l’homme face à la mort, est façonné en priorité par l’affect.

2) Dans un second temps, je reprendrai le célèbre schéma des 5 grandes phases des attitudes devant la mort (la mort apprivoisée, la mort de soi, la mort longue et proche, la mort de toi, la mort inversée) en questionnant l’existence d’un régime émotionnel propre à chacune de ces phases, en lien également avec les deux grands moments de « changement de coutumes funéraires » qu’Ariès identifie (aux XII-XIIIe s. et au XIXe s.). Cette partie sera l’occasion de revenir sur les principes de « rupture », de « tournant » ou de « transition » en matière d’histoire psychologique des attitudes devant la mort où il apparaît que les émotions sont à la fois un facteur de changement et un symptôme des transformations en cours.

3) Enfin, j’engagerai une comparaison, toujours sous l’angle des rapports entre histoire des émotions et histoire de l’homme devant la mort, entre les thèses d’Ariès et celles de Norbert Elias, à partir notamment de son opuscule La Solitude des mourants (1982). En effet, l’histoire psychologique a souvent été associée à la théorie du processus de civilisation d’Elias, qui représente aujourd’hui encore, malgré une analyse critique, un modèle historiographique influent dans le champ de l’histoire des sensibilités. Sans aller sur le terrain de l’évaluation de ces thèses – auxquelles je n’adhère pas –, je voudrais montrer dans quelle mesure l’approche d’Ariès, au delà de toute influence directe, recoupe pour une part la théorie du processus de civilisation. Mais, il me semble important aussi de souligner les divergences, voire les incompatibilités, entre ces deux modèles de « psychohistoire affective ».

Revenir sur le rôle pionnier des historiens de la mort dans l’histoire des émotions et des phénomènes affectifs permet ainsi de mieux mesurer, en les contextualisant, la complexité de ce champ et l’originalité de ses propositions actuelles.

Rob Boddice, The History of Emotions (à paraître)

 

Il est encore un peu tôt pour en faire l’annonce – la parution est prévue pour janvier 2018 – mais rien n’est plus agréable que d’aiguiser patiemment sa curiosité:

Rob Boddice, The History of Emotions, Manchester University Press, 2018

Présentation de l’éditeur:

This book introduces students and professional historians to the main areas of concern in the history of emotions. It discusses how the emotions intersect with other lines of historical research relating to power, practice, society and morality. Addressing criticism from within and without the discipline of history, the book offers a rigorous defence of this new approach, demonstrating its potential centrality to historiographical practice, as well as the importance of this kind of historical work for our general understanding of the human brain and the meaning of human experience.

Sommaire

Introduction
1 Historians and emotions
2 Words and concepts
3 Communities, regimes and styles
4 Power, politics and violence
5 Practice and expression
6 Experience, senses and the brain
7 Spaces, places and objects
8 Morality
Conclusion

 

Performance de la littérature en Asie du Sud: Théories et usages des émotions

Source: Projet DELI

8 et 9 juin 2017 – Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle

4 rue des Irlandais – 75005 Paris

JEUDI 8 JUIN – salle du conseil
9h30 Ouverture et introduction
9h45 HÉLÈNE BOUVIER (CNRS/THALIM)
Le maniement des émotions dans le théâtre à Madura (Indonésie), à
partir d’une anthropologie de terrain
10h10 VIRGINIE JOHAN (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Performance des rasa dans le Kūṭiyāṭṭam au Kerala : concepts émiques,
travail quotidien et analyse filmique d’un coup de foudre mythique.
Pause café
11h15 IRAN FARKHONDEH (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
La tristesse et la colère contenue de Rādhā, un extrait du Gītāgovinda
de Jayadeva chorégraphié par Vidhya Subramanian
11h40 JULIE ROCTON (Aix-Marseille Université)
Interpréter deux strophes sanskrites : des traités techniques à leur usage
dans le bharatanāṭyam
Déjeuner
14h HEIDI PAUWELS (University of Washington)
The power-politics of lust and revenge in an Old Hindi performance at
the Tomara court of Gwalior
14h25 EVA DE CLERCQ (Ghent University)
Praising the patron: expressions of emotions in Raïdhū’s praśasti-s
14h50 SANDER HENS (Ghent University)
Deluded by lust: challenging the experience of sexual and martial pleasure in the performance of Rajput poetry in Tomara Gwalior
Pause café
16h FRANÇOISE NALINI DELVOYE (EPHE)
Poésie lyrique en performance dans les assemblées poétiques et musicales soufies : l’exemple du sanctuaire de Nizamuddin à New Delhi
16h25 INGRID LE GARGASSON (CREM) et SUDHANSHU SHARMA
Chant et émotion : Le concept de rasa chez les musiciens hindoustanis contemporains
Discussion et clôture de la journée
VENDREDI 9 JUIN – salle Claude Simon
9h45 STÉPHANIE TAWA-LAMA REWAL (CEIAS) et LAETITIA ZECCHINI (CNRS/THALIM)
Analyser les émotions dans les mobilisations en Asie du Sud: retour sur le programme EMOPOLIS
10h10 CLÉMENT POUTOT (Université de Caen)
Pluralisation de l’expérience émotionnelle : théorisations et usages du « Théâtre de l’opprimé » en Inde.
Pause café
11h15 AMANDINE WATTELIER-BRICOUT (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Expression d’amour et de lait maternels : le stéréotype de la lactation spontanée dans le Skandapurāṇa
11h40 SOLÈNE GAYATHRI DE BRÉBISSON (Université Grenoble Alpes)
Réalisme émotionnel et représentations de la mère dans les productions bollywoodiennes : un réalisme genré ?
Déjeuner
14h CÉDRIC FERRIER (AOROC)
Paysage et émotion dans le Meghadhūta de Kālidāsa : une lecture
géographique
14h25 SYLVAIN BROCQUET (Aix-Marseille Université)
Usage littéraire des émotions dans la littérature sanskrite : dialogue entre théorie et pratique dans le Daśakumāracarita.
14h50 ARMELLE CHOQUART (Danseuse et chorégraphe)
Poéticité du langage gestuel dans la pratique contemporaine du
bharatanāṭyam.
Discussion et clôture