Tous les articles par Damien Boquet

Viols d’enfants au Moyen Âge

Source : PUF
 
 

Résumé

À Bologne, dans les registres de la justice pénale, entre 1343 et 1474, quatre-vingt-onze hommes sont accusés d’avoir abusé sexuellement de plus de cent trente enfants, garçons et filles. Ce livre analyse ces cas de pédocriminalité dans une optique de genre. Il dresse une sociologie des victimes puis des inculpés en s’attardant sur les sodomites, catégorie de pédocriminels en voie d’affirmation, s’intéresse ensuite à l’acte lui-même en intégrant l’extrême violence qui prend place avant le viol lui-même et les lourdes conséquences qui en découlent sur la victime, ses proches, la communauté, la morale, voire l’ensemble de la chrétienté, et enfin étudie  les peines infligées aux coupables, de la difficile dénonciation du criminel à l’énonciation et à l’application de la sentence. En proposant une réflexion d’ensemble sur crimes, genre et châtiments, ce livre explore un sujet jamais traité auparavant par les médiévistes : le crime pédophile.

Sommaire:

Avant-Propos  – Introduction

Partie I : Victimes et inculpés

Chapitre 1 : Les victimes : des filles « honnêtes » et des garçons « dont il vaut mieux taire le nom »

Chapitre 2 : Les inculpés : des sodomites étrangers et des violeurs de filles de Bologne

Chapitre 3 : L’affirmation d’une identité sodomite 

 

Partie II : Violer un enfant

Chapitre IV : Les violences avant le viol 

Chapitre V : Le viol des enfants

Chapitre VI : Des victimes anéanties, des familles, la commune et Dieu bafoués

 

Partie III : De la dénonciation au châtiment

Chapitre VII : Les voies de la dénonciation

Chapitre VIII : Les sodomites brûlés et les violeurs de filles décapités

Chapitre IX : Du bannissement à la grâce 

Conclusion – Annexes -Sources et Bibliographie

 

 
 

Archéologies des transidentités : mondes médiévaux (Colloque, 24-26 novembre 2021)

Source : Philomel

24-26 novembre 2021

Colloque international co-organisé par Sophie Albert (Sorbonne Université, EA4349)
et Clovis Maillet (ESAD Angers/EHESS)

Lieu : Sorbonne Université, Paris

 

Partenariat entre Sorbonne Université (Philomel et mission Egalité), la MSH Ange Guépin (projet
TRANS) avec le soutien du laboratoire TEMOS (UMR CNRS 9016) et l’ESAD TALM avec le
soutien du Ministère de la Culture (DGCA) et la fondation Khôra-Institut de France

 

Argumentaire

 

Nous connaissons une trentaine de textes hagiographiques de l’Antiquité tardive au XVe siècle évoquant des saint·es ayant passé partie ou totalité de leur vie sous une apparence et une identité qui n’était pas congruente avec leur genre assigné à la naissance. Les sources judiciaires révèlent plusieurs cas de personnages ayant passé une partie de leur vie sous une identité masculine, et une autre féminine. Dans les textes en ancien français, ces fluctuations de genre se disent dans une plasticité du genre (grammatical) qui n’a pas d’équivalent en français moderne. Est-ce à dire que le monde médiéval était ouvert à ce que nous appelons aujourd’hui transidentités ? Est-ce jouer des anachronismes que d’importer des concepts issus de la théorie et de l’activisme contemporain pour envisager les fluidités de genre à l’époque médiévale ?
Ce projet de colloque s’inscrit dans une vision critique et historicisée des questions et des régimes de genre. Depuis les années 1990 et l’émergence de la théorie queer, sous l’impulsion de Teresa de Lauretis, des penseur·ses et des activistes se sont tourné·es vers l’histoire, et ont remis en cause de la binarité de genre exclusive dans les siècles passés (Leslie Feinberg). Mais alors que les études queer, les études trans et l’histoire du mouvement LGBTQI+ se développent, il semble nécessaire de mobiliser davantage les sources anciennes. Sam Bourcier proposait déjà en 1999 de passer au prisme queer le terme utilisé par les historien·nes de « travestissement », issu d’une terminologie pénale et psychiatrique, et de lui substituer l’expression « pratiques transgenres ». Son article fut publié au sein du numéro Femmes travesties : un mauvais genre de la revue Clio, dirigé par Christine Bard et Nicole Pellegrin, en même temps qu’un article de Frédérique Villemur sur les « saintes travesties ». Ce numéro a marqué les études francophones sur la question : nous souhaiterions lui faire écho vingt ans plus tard.
Le titre du colloque, « Archéologies des transidentités », invite à resituer le genre ou les genres (on préfèrera le pluriel, si l’on considère que le terme au singulier renvoie à un binarisme qu’il s’agit précisément de contester ou de remettre en cause) au sein d’un spectre plus large de critères définissant la personne : ordre ou classe sociale, confession, règne humain, animal, végétal. Dans une perspective inspirée par l’approche intersectionnelle, on interrogera les formes de fluidité qui remettent en question non seulement les frontières des genres, mais aussi leurs rapports avec ces autres critères. En effet, il est rare que la question du genre se pose indépendamment d’autres variables et que les transitions de genre ne s’accompagnent pas d’autres modes de dépassements.
Dans les conceptualisations modernes du genre, la distinction sexe/genre dépend de la différence nature/culture. Or à l’époque médiévale, les concepts de « nature » et de « naturel » sont polysémiques, et non superposables avec leurs équivalents actuels. La différence entre nature et culture (plutôt exprimée par le terme « norreture ») n’a pas le même sens qu’à partir des XVIIe-XVIIIe siècle, période de la « naturalisation » du monde (Donna Haraway, Bruno Latour et Philippe Descola). On pourrait défendre qu’il n’y a que du genre au Moyen âge, et pas un sexe biologique d’un côté et un genre social de l’autre.
Corollairement, avant le XVIe siècle, la plupart des langues vernaculaires ne font pas l’objet de codifications grammaticales ; la littérature ne relève pas des classifications génériques que l’époque moderne s’attachera à définir ; sauf circonstances particulières, l’image n’est pas régulée par les autorités ecclésiastiques. De ce fait, on observe une grande labilité dans l’expression et la représentation des genres.
Enfin, dans la pensée chrétienne, la répartition du masculin et du féminin n’est pas nécessairement soumise aux caractéristiques que l’on assigne aujourd’hui à chaque sexe. En effet, l’appréhension morale du sujet infléchit la pensée du genre : le masculin et le féminin sont hiérarchisés d’un point de vue axiologique, ce qui est masculin étant considéré comme plus parfait que ce qui est féminin ; mais tout individu peut performer des qualités de genre diverses. En outre, des concepts comme l’engendrement ou l’allaitement, envisagés en termes spirituels, peuvent se déplacer entre le masculin et le féminin, mais aussi entre l’humanité et l’animalité ou le terrestre et le divin.
Ce colloque vise à faire dialoguer des recherches sur des champs de la médiévistique qui ne communiquent pas suffisamment. Les pistes et hypothèses présentées dans cet appel pourront être confrontées à l’étude de textes mystiques, hagiographiques, médicaux, judiciaires, littéraires… des mondes judaïques, chrétiens et islamiques. L’examen de formulations de la transidentité dans d’autres aires culturelles sera le bienvenu. Priorité sera donnée à des dossiers inédits ainsi qu’à des approches interdisciplinaires, croisant littérature médiévale, linguistique, philosophie, histoire et histoire de l’art. Il s’agira d’échanger, de partager et de discuter sur des questions du passé qui invitent à repenser les enjeux du présent.

 

Programme provisoire

 

Comité scientifique :


Pauline Boivineau (UCO Angers)
Didier Lett (Université de Paris)
Hyacinthe Ravet (Sorbonne Université)
Jean-Claude Schmitt (EHESS)
Anne Tomiche (Sorbonne Université)
Jean-René Valette (Sorbonne Université)
Maaike van der Lugt (Université Versailles-Saint-Quentin)
Sylvain Villaret (Le Mans Université)

Comité d’organisation :

Sophie Albert & Clovis Maillet
Lee Rozada (Museum d’histoire naturelle)
Hannah Johnson (Sorbonne Université)
Sarah Mariez (Sorbonne Université)
Sarah Waroquet (Sorbonne Université)

 

Mercredi 24 Novembre

 

Salle des Actes – Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e

14h

Allocutions d’ouverture par Hyacinthe Ravet (Mission Egalité – lutte contre les discriminations de Sorbonne Université), Anne Tomiche et Frédéric Regard (groupe PHILOMEL de Sorbonne Université), Sylvain Villaret (Le Mans Université)

14h30

Introduction au colloque par Sophie Albert et Clovis Maillet

Conférence introductive de Maud-Yeuse Thomas (Observatoire des Transidentités), « Qu’est-ce qu’un corps ? »

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.

15h30


Session 1 – Le sujet en question

Blake Gutt (University of Michigan) et Alicia Spencer Hall (Institute of Advanced Studies), « Trans and genderqueer saints : holy subjects, medieval and modern »
Sarah Waroquet (Sorbonne Université), « L’orgasme comme expérience de transidentité dans Erec et Enide et Floire et Blanchefleur »

17h30-21h

Atelier d’écriture créative, animé par Sophie Albert, Maud-Yeuse Thomas, Clovis Maillet
Sur réservation

 

Jeudi 25 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 2 – Hagiographies byzantines

Georges Sideris (Sorbonne Université – INSPE), « La Vie de Matrôna de Pergé et le monde des eunuques à Byzance : pour une reconsidération épistémologique historique Queer »
Nathalie Delierneux (UMR Orient et Méditerranée), « Le travestissement féminin au Xe siècle, quelques remarques sur les réécritures de Syméon Metaphraste »

Héctor González Palacios (Université de Málaga/EHESS), « “Saintes travesties” byzantines et “vierges jurées” albanaises : une étude comparative sur les changements de genre au
Méditerranée Orientale »

11h

Pause

11h15

Session 3 – Voir et reconnaître 1

Robert Mills (University College London), « Recognising Wilgefortis »
Diane Château Alaberdina (Sorbonne Université), « La femme guerrière dans l’archéologie et l’iconographie Viking »

14h30

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


15h

Session 4 – Genre et parenté


Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), « Erémitisme et sainteté : un réservoir d’identités mouvantes dans les continuations du Roman des Sept Sages de Rome »
Virginie Picot (Université Littoral Côte d’Opale), « Le lys en virginité : la transfiguration de Galaad dans la Queste del Saint Graal (XIIIe siècle) »

Sophie Albert (Sorbonne Université), « Dire la parenté divine par les frontières du genre. Le Roman de saint Fanuel (fin du XIIIe siècle) »

17h

Pause

18h

Performance de l’atelier théâtre coordonné par Emanuele Arioli à partir des Miracles de Nostre Dame par personnages (XIVe siècle)

 

Vendredi 26 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 5 – Mondes islamisés

Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), « Culture visuelle et indétermination du genre du XIIe au XVIe siècle dans les mondes islamisés d’Orient ».

Nina Soleymani (Université de Grenoble-Alpes), « Travestissement et représentation des transidentités dans l’épopée byzantine et persane : la Digénide et le Livre des Rois de Ferdowsi »

10h30

Pause

10h45

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


Session 6 – Voir et reconnaître 2

Emanuele Arioli (Université de Valenciennes), « Transgenres par miracles : les Miracles de Nostre Dame par personnages du ms. BnF, fr. 819-820 (XIVe siècle) »
Jessy Simonini (Université de Nantes, Laboratoire L’Amo), « Venise, 1354 : le procès à Rolandin.e ou le récit d’un corps »

14h

Session 7 – Voix et voies poétiques

Frédérique Le Nan (Université d’Angers), « Voix singulières, voix plurielles et porosité
identitaire dans un fragment attribué à Na Tibors en Occitanie médiévale, XIIIe s. »
Hannah Johnson (Sorbonne Université), « Dieu est (dame) amor : la transidentité de Dieu dans la mystique de Hadewijch von Antwerp »

Fabienne Pomel (Université Rennes 2), « Les jeux et brouillages de genre dans les textes
allégoriques des XIIIe-XVe siècles »

 

Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion

Source: Le comptoir des presses d’universités

Patrizia Gasparini et Estelle Zunino (dir.), Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion, PUN – éditions universitaires de Lorraine, 2021.

Ce volume a pour objectif premier non seulement de s’intéresser à l’histoire, longue, mouvementée et très évolutive de la nostalgie, qui, depuis quelques années, semble ressurgir et s’afficher avec une intensité remarquable, mais aussi d’intégrer, à sa manière, le champ épistémologique, vaste et novateur, de l’étude historique des émotions, informée par la philosophie cognitiviste et l’anthropologie affective, en apportant une réflexion de nature plus littéraire.

D’affection individuelle commune, partagée et éprouvée, décrite depuis l’Antiquité, mais non précisément nommée, la nostalgie est devenue, au XVIIe siècle, une maladie, dé-pathologisée ensuite pour s’esthétiser dans une expression qui s’est privatisée en même temps qu’elle s’est publicisée, et a fini par intégrer pleinement la sphère sociale dans tous ses aspects, constituant un prisme à partir duquel les sociétés postmodernes et leurs citoyens évaluent et vivent non seulement le rapport au passé mais aussi la projection dans le futur, ainsi que la construction de celui-ci.

En entrant ainsi en résonance avec les débats épistémologiques et herméneutiques actuels qui ont fixé et imposé les émotions en tant que dispositions cognitives et composantes centrales de la vie sociale, l’ouvrage propose d’embrasser au mieux la perméabilité et la plasticité de l’ontologie nostalgique, de la repérer dans ses multiples aspects – des appropriations nostalgiques d’un ailleurs temporel et spatial à ses déclinaisons créatives et positives –, et d’appréhender son historicité et les normes changeantes de son expression en traçant de nouveaux contours – lexicographiques, esthétiques et herméneutiques.

SOMMAIRE

Introduction

TOME I : LES FORMES DE LA NOSTALGIE

Aux « sources » de la nostalgie

Natascia TONELLI – Avant le mot. « L’andar che mi sgradìa » entre médecine et littérature

Véronique MONTÉMONT – L’autobiographie, fabrique à nostalgie ?

Maddalena BONELLI – « Nostalgie » dans la philosophie grecque : regard sur une étude étymologique

Catriona Seth FBA – Nostalgie et « signe mémoratif ». Autour du Ranz des vaches

Olivier MOSER – La mémoire de l’inachevé : étude sur la réception du nostos d’Ulysse dans la phénoménologie de Vladimir Jankélévitch

À la recherche d’une esthétique nostalgique

Jacopo MASI – L’ellipse de la nostalgie : une étude sur la structure du sentiment nostalgique

Alessandro MARIGNANI – L’hypotypose, langue de la nostalgie

Elena PAROLI – La nostalgie matérielle. La valeur épistémologique de l’absence dans les Delocazioni de Claudio Parmiggiani

Damien de CARNÉ – Le regard vers l’arrière : un schème nostalgique du Conte du Graal et de ses successeurs

Matthieu FREYHEIT – Gros sur le cœur, ou la nostalgie du dinosaure

Les « temps » de la nostalgie

Alberto RUSSO – La raison de la nostalgie. Pasolini témoin de la Grande accélération

Emmanuelle FANTIN – La marchandisation de la nostalgie. Quelques réflexions théoriques autour de l’absence, du capitalisme et de l’utopie du passé 

Stefano ADAMO – Repenser à une époque pas si belle que ça. À propos d’une tendance de la littérature italienne d’aujourd’hui

Evagrina DÎRTU – Nostalgie et résistance à la nostalgie dans la fictionnalisation du communisme

TOME II : LES COULEURS DE LA NOSTALGIE

Le jadis et l’ailleurs de la nostalgie

1. Présent/passé : une affaire de regard(s)

Marina GAGLIANO – Rhétorique de la nostalgie : laudatio temporis acti et satire des temps présents dans Il Libro delle Rime de Franco Sacchetti

Laurent BAGGIONI – Les humanistes contre la nostalgie : tourner le passé vers le présent dans les dialogues du premier Quattrocento

Stefano SIMIZ – Nostalgie et réformes religieuses au tournant des xvie et xviie siècles. Les écrits affrontés des Troyens Pithou (réformé) et Desguerrois (catholique)

2. Un imaginaire nostalgique

 Floriana CALITTI – Nostalgies d’écrivains : construction de l’exil

Matteo PALUMBO – Nostalgie des mythes : Foscolo, Leopardi et le monde perdu

Konrad HARRER – La nostalgie du voyageur face à l’ethos du néo-stoïcisme : le poète baroque Paul Fleming en route vers la Perse

Daniela VITAGLIANO – La physiologie de la nostalgie dans les Dialogues avec Leucò de Cesare Pavese

Elsa CHAARANI LESOURD – O membranza sì cara e fatal ! Nostalgie et mémoire dans les opéras de Verdi

Blanche EL GAMMAL – Une nostalgie d’enfants gâtés ? Les voyageurs de l’Orient-Express

Nostalgies subjectives

1. Les mondes phantasmés : subjectivité et temporalité

Anne STRASSER – Simone de Beauvoir, Annie Ernaux : l’autobiographe ou la nostalgie de l’avenir 

Yannick HOFFERT – Ionesco, un théâtre de la conscience nostalgique

Eleonora CONTI, Germano PALLINI – Les voix de la Nostalgie chez Antonio Tabucchi

Julien DAILLÈRE – La nostalgie du camp de concentration comme acte de résistance

2. Nostalgie et exil : une catharsis possible ?

Aude PRÉTA DE BEAUFORT – Claude Vigée : l’exil et le retour

Laurence DENOOZ – Nostalgie du passé, nostalgie du futur. Ma?mud Darwiš, le nostalgique de Soi

Reynald LAHANQUE – Il n’y a pas d’exil heureux ? Une lecture croisée du récit de Maya Ombasic, Mostarghia (2017) et du film d’Andreï Tarkovski, Nostalghia (1983)

Laura TOPPAN – La nostalgie du pays et de la languechez les poètes italophones du xxie siècle. Deux exemples : Hasan Atiya al-Nassar et Božidar Stanišic

Re-construction de la mémoire

1. Post-mémoire et postmodernité

Henri DESBOIS – William Gibson et l’anticipation nostalgique

Giorgia BONGIORNO – L’effet Zeigarnik ou comment le roman italien contemporain se mesure à la nostalgie : le cas exemplaire de Michele Mari

Chiara RUFFINENGO – Fragments d’objets, instants, une double flèche.  Sur les traces des nostalgies dans l’écriture de  Daniele Del Giudice

Sara BÉDARD-GOULET – Déconstruire la nostalgie contemporaine avec Jean Echenoz

2. La nostalgie en témoignages

Jérôme SEGAL – Judaïté et nostalgie : un couple antinomique ?

Oreste SACCHELLI – Sidérurgie m’était contée

Emotions and Mediaeval Monasticism

Pakistan Journal of Historical Studies, vol. 5/1-2 (2020)

 

Emotions and Mediaeval Monasticism

 

Articles

 

Barbara H. Rosenwein and Ricardo Cristiani, “Emotions and Mediaeval Monasticism: Introduction”

 

Albrecht Diem, “Regulating Passions: Emotional Discipline in Early Mediaeval Monastic Rules”

 

Lauren Mancia, “Tools for Monastic Emotion: Confessio and Conversio in Augustine, John of Fécamp and The cloisters Cross”

 

Christina Lutter, “Emotional Patterns and Spiritual Practice in Twelfth-Century Reform communities: Admont and the Hirsau Reform”

 

Damien Boquet, “The Nun, the Monk, and the Lay Brother: Emotional Anthropology and Affective Community in the Hagiography of Goswin of Bossut (1230s)”

Contextes littéraires, émotions judiciaires

Source : Classiques Garnier

Christine Baron, Contextes littéraires, émotions judiciaires, Paris, Classiques Garnier, 2020, 298 p.

Résumé : Au centre du processus judiciaire, les émotions. La littérature, en représentant et en cultivant celles-ci, développerait empathie et pratique compréhensive du jugement. C’est à partir de la nature même du droit, verbe et non émotions brutes, que cette thèse du mouvement « Droit et littérature » est débattue.

Las emociones en la historia (vient de paraître)

LAS EMOCIONES EN LA HISTORIA

Source : unebook

ouvrage disponible en accès libre

Las emociones se hallan en la base del ser humano en sus afectos y en sus ambiciones políticas, en sus decisiones económicas, en sus opciones religiosas y culturales. Las emociones constituyen uno de los elementos sociopolíticos de atracción/reacción fundamentales para la construcción del ser humano en comunidad. ¿En toda comunidad, en todo tiempo? ¿Funcionan las emociones de manera similar en diferentes períodos históricos, en diferentes culturas y sociedades? A partir del trabajo de investigación de un grupo de profesores y jóvenes investigadoras e investigadores de la Facultad de Ciencias de la Educación y Humanidades (Campus de Cuenca) de la Universidad de Castila-La Mancha, se persigue dar a conocer lo que las emociones han representado en la historia, enfatizando la explicación accesible a todos y, con ello, una perspectiva divulgativa fundamental para iniciar al gran público en estos estudios y animarlo a profundizar en ellos.

Les spectateurs des jeux du cirque à Rome

Source : Ausonius éditions

Les spectateurs des jeux du cirque à Rome (Ier s. a.C. au VIe s. p.C.) : passion, émotions et manifestations
Sylvain Forichon
Collection Scripta antiqua (133)
Bordeaux, 2021 – 370 p.   25 €

La passion des Romains de l’Antiquité pour les jeux du cirque, en particulier pour les courses de chars, semble n’être, à première vue, qu’un poncif propre à la littérature ancienne. Néanmoins, ce phénomène est confirmé par de nombreux objets et vestiges archéologiques. Après une présentation des sources dont nous disposons sur les spectateurs des cirques romains, cette étude essaye de comprendre leurs réactions dans les gradins en s’appuyant notamment sur des recherches récentes en psychologie des émotions et en sociologie du sport. Enfin, la dernière partie de ce livre est consacrée à l’empereur et elle met en évidence les nombreux intérêts, mais aussi les dangers, que représentaient ces divertissements de masse pour le pouvoir impérial.

Émotions et gestion des épidémies dans les villes-centre de l’Europe moderne et contemporaine (Écosse, France, Espagne, 1500-1900)

Source : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Appel à communication pour une journée d’étude en novembre 2021.

 

La pandémie Covid-19 actuelle et la crise sanitaire qui en découle ne sont en rien une nouveauté au regard de l’histoire. Le monde a connu maintes épidémies (pestes, choléra…) qui ont décimé les populations. À chaque fois, il a fallu prendre en charge les victimes, gérer les problèmes d’inhumation et reconstruire physiquement et moralement la Cité. À chaque fois, l’émotion des populations citadines et de leurs édiles a été grande face aux pertes humaines et à la souffrance. Toute épidémie comporte néanmoins un caractère inédit, notamment dans sa gestion par les gouvernements nationaux et locaux ainsi que dans la manière dont la population fait face au fléau.
L’évolution de la médecine à travers les siècles a contribué, avec des succès divers, à mieux comprendre les risques et à expérimenter des remèdes adaptés, aussi les individus et les communautés ont-ils été obligés d’aborder la question de l’amélioration des conditions d’hygiène et de salubrité au sein des foyers mais également des villes et villages. Par intermittence, l’Église et l’État ont été à la fois des moteurs et des freins dans l’évolution de ces expériences de « santé publique ». Pour autant, malgré le degré d’émotion des populations et la forte mobilisation des instances de pouvoir et de savoir, ces progrès n’ont pas toujours été possibles immédiatement ou, s’ils l’ont été, c’est surtout une minorité privilégiée qui en aurait été bénéficiaire. Entre peur, déni, frustration ou morgue, la palette des émotions observables face à une épidémie majeure est vaste. Elle interroge autant les représentations du Mal en matière de santé qu’elle révèle, souvent en négatif, les contradictions sociales : la mortalité, la morbidité et l’accès aux soins en sont le reflet. La crise est un moment de vérité, et elle concerne régulièrement les rapports sociaux, ceci à toutes les échelles.
Afin de mieux comprendre ces évolutions et leurs influences ainsi que la connaissance du corps, de la médecine et les politiques de préventions mises en place depuis par les sociétés, ce projet propose d’aborder les thèmes de la santé et de sa gestion par les politiques des différents états et villes européennes du XVe siècle jusqu’au siècle des Lumières à travers les émotions nées des crises sanitaires et leur impact sur la gestion de l’hygiène des villes d’influence, en Europe, entre 1480 et 1790. Cette période charnière, à partir de la Renaissance et des bouleversements religieux de la Réforme, a permis l’émergence de nouveaux regards sur le corps et sa santé, stimulant par là-même les progrès de la science et de la médecine en faveur des citadins : mais, hommes et femmes, enfants et vieillards, riches et pauvres, firent-ils l’objet d’une attention égale ?
Ce projet souhaite consacrer une étude originale à l’histoire de la santé grâce à des regards croisés sur son évolution en France, en Écosse et en Espagne, entre autres, en ciblant des villes de taille et de statut équivalents telles que Versailles, Paris, Marseille, Édimbourg, Glasgow, Madrid et Séville, qui ont connu un développement démographique et économique fulgurant durant cette période. L’Écosse et les innovations impulsées par ses écoles de médecine de renommée mondiale servira de point de départ à notre approche comparative. Les métamorphoses sociales de ces villes ont obligé les gouvernements locaux à s’adapter, dans l’urgence tout d’abord, pour garantir la sécurité, la prospérité et l’hygiène communes. Ce fut pour elles l’occasion d’investir et d’innover pour réduire, quand cela était possible, l’impact des épidémies et y opposer une nouvelle perception de la ville : une cité contrôlée, saine et propice au négoce. Bien entendu, cette « communication » officielle autour de l’image d’un organisme urbain à l’abri des grandes pestilences joue sur tous les terrains à la fois : il s’agit régulièrement de rassurer pour mieux soigner et pour mieux contrôler.
Cette journée d’études transdisciplinaire et internationale s’attachera à mettre en évidence l’évolution de la perception de la santé publique, celle des puissants et celle des faibles, ainsi que sa « gouvernance » par les autorités locales et nationales.

 

Trois axes seront privilégiés :

 

  1. les émotions face à l’épidémie (peur.s, violence.s, mobilités, formes de mobilisation, désocialisations)
  2. les émotions en tant qu’instruments et/ou arguments du pouvoir édilitaire (prévention, justification, encadrement)
  3. les émotions dans la construction d’une mémoire plurielle des épidémies (dire/écrire le Mal, lieux de mémoire, fictions).

 

De multiples questions émergeront :

 

  • Comment étaient organisées les quarantaines ?
  • Les mesures prises, sur le court ou le moyen terme, ont-elles participé à l’accroissement des tensions au sein des populations ?
  • Le cas échéant, ces phénomènes étaient-ils volontaires, voire instrumentalisés ?
  • Quelle était la teneur des débats médicaux ?
  • Existait-il des résistances (en vertu de traditions, d’intérêts privés ou d’un certain déni) de la part de ces gouvernements et/ou des populations ?
  • Quel degré d’irrationalité peut-on observer dans les archives, les textes et les images ? Tout autant de questions que nous nous posons encore aujourd’hui dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 avril 2021 sous forme d’un abstract de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte biographie aux adresses suivantes :
sabrina.juillet-garzon@sorbonne-paris-nord.fr 
sarah.pelletier@univ-paris13.fr
stanis.perez@mshparisnord.fr

 

Les actes de cette journée d’études feront l’objet d’une publication.

APPEL A COMMUNICATION – COLLOQUE PHILOSOPHIE ET ÉCONOMIE DES ÉMOTIONS

Source : Centre Gilles Gaston Granger

Colloque – Philosophie et économie des émotions

En partenariat avec l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique
Centre Gille Gaston Granger, Aix-Marseille Université, CNRS

Aix-en-Provence 23-25 septembre 2021

L’histoire de la philosophie est traversée par une opposition longtemps restée structurante entre le corps et l’esprit, les passions et la raison. La terminologie a changé – on parle aujourd’hui d’émotions plutôt que de passions et de rationalité plutôt que de raison – et bien que les grandes lignes de cette fracture historique restent encore apparentes, de nombreuses recherches se sont développées sur leurs interactions respectives. L’influence des émotions sur la délibération a, bien sûr, toujours été connue, mais elle a longtemps été considérée comme strictement négative. Les travaux du neuroscientifique Antonio Damasio ont démontré que tel n’était pas nécessairement le cas. Il a, par ailleurs, été montré que les émotions pouvaient également jouer un rôle positif non négligeable en amont de la délibération, dans la recherche et le traitement des informations par exemple, ou en aval de celle-ci, dans la mise à exécution de l’action.

L’idée selon laquelle les émotions joueraient un rôle important dans la rationalité de nos actions a naturellement interpellé les économistes, ou au moins, une partie d’entre eux. A l’instar de la philosophie, la (re)découverte de ce potentiel cognitif a suscité à la fois une vague de nouvelles recherches théoriques ou empiriques ainsi qu’une de nombreuses réinterprétations d’auteurs classiques. Les économistes ayant, par ailleurs, élargi leur expertise scientifique aux délibérations extra-prudentielles, notamment l’action morale, on a pu assister ces dernières décennies au développement concomitant de deux perspectives de recherche portant sur le même objet : l’interaction entre émotion et cognition.
L’objet de ce colloque est de réunir ces deux perspectives et de faire dialoguer philosophes et économistes sur le rôle des émotions dans la collecte d’information (grâce à la curiosité ou au courage, par exemple), dans l’évaluation des états du monde (rôle de l’empathie), dans la motivation (on peut notamment penser au rôle joué par le regret et la honte dans le respect des règles ou des engagements pris envers soi-même) et la prise de décision prudentielle et non-prudentielle. Mais au-delà la prise de décision elle-même, ce colloque sera également l’occasion de s’interroger sur ce que les émotions nous apprennent de la nature même de l’action prudentielle (on peut penser au rôle joué par la peur ou par le dégoût, par exemple) ou de l’action morale (pensons, par exemple, au rôle joué par les émotions dans le développement de l’éthique animale ou du rôle qu’elles seront peut-être appelées à jouer dans l’éthique environnementale). Toutes les approches sont bienvenues : l’histoire de la pensée (économique et/ou philosophique), les études de cas, les études expérimentales, les études théoriques, les travaux multidisciplinaires etc.

Les propositions de communications doivent être déposées avec un résumé de 1000 mots environ avant le 15 mars 2021 sur le site du colloque : https://gide2021.sciencesconf.org/
Notification du comité scientifique : 15 avril 2021.
Date-limite d’inscription et de dépôt des communications :15 septembre 2021.
Vous serez notifié de la décision du comité scientifique le 15 avril 2021.
Pour tout contact et renseignements : christophe.salvat@univ-amu.fr

Comité d’Organisation :
Christophe Salvat (CNRS, AMU)
Michel Le Du (AMU)
Sylvie Rivot (Présidente de l’Association Gide, Université de Haute-Alsace)
Pierre Léger (doctorant, AMU)
Izem Lanterno, (doctorant, AMU)

Comité scientifique :
Laurie Bréban, Université Paris 1
Laura Candiotto, Université de Munich, Allemagne
Cyril Hédoin, Université de Reims
Alexandra Hyard, Université de Lille
Herrade Igersheim, Université de Strasbourg
Laurent Jaffro, Université Paris 1
Franck Jovanovic, Université Téluq, Québec
Pierre Livet, Université Aix-Marseille
Harro Maas, Université de Lausanne, Suisse
Sébastien Motta, Université Aix-Marseille
Isabelle Pariente-Butterlin, Université Aix-Marseille
Emmanuel Picavet, Université Paris 1
David Romand, Université Aix-Marseille
Yann Schmitt, Université Paris 1
Céline Spector, Université Montaigne, Bordeaux
Miriam Teschl, EHESS Université Aix-Marseille

Anatomie de la colère (vient de paraître)

Source : Classiques Garnier

Bruno Méniel, Anatomie de la colère Une passion à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Ce livre étudie les représentations de la colère que donne à la Renaissance le discours des savants et des écrivains. L’enquête permet de mieux comprendre l’imaginaire scientifique, les catégories mentales, les mythes, les valeurs de l’époque, et bien sûr l’éthique des genres littéraires.

 

Table des matières

Lapproche anatomique   7

PREMIÈRE PARTIE

SAVOIRS

Le cercle des savoirs   15

Expliquer la colère

Le discours médical   17

Le galénisme   17

La physiognomonie   26

Analyser la colère

Le legs des philosophies antiques   39

Marsile Ficin et Platon   40

Lefèvre dÉtaples, Ange Politien et Aristote   42

Francesco Patrizi, Paul Manuce et Cicéron   47

Juste Lipse, Jean Benedicti et Sénèque   50

Les lecteurs de Plutarque   53

Maîtriser la colère

Le discours moral de lhumanisme   63

Lhomme au miroir   63

Pontano : lamabilité et lesprit contre la colère   65

Érasme : la cigogne et lhippopotame   67

Jean-Louis Vivès : colère et mépris   80

580

Sublimer la colère

Le discours théologique    85

Lhéritage des Pères et de la scolastique    86

Basile de Césarée    86

Lactance et la valeur des passions    89

Augustin et Vivès : passion et péché    95

Thomas dAquin et Cajetan : passion et péché    99

Tolet et Benedicti : les sommes de péchés   105

La promotion du zèle   109

Les passions remarquables des Protestants   114

Calvin : le Décalogue et les colères extraordinaires   114

Melanchthon : les émotions héroïques   120

Condamner la colère

Le discours juridique   125

La colère du criminel   125

La vengeance et la loi   130

La colère du juge   137

Légitimer la colère

Le discours politique   145

Les traités sur la tyrannie   145

Miroirs du Prince et Institutions du Prince   150

Dire la colère

Le discours rhétorique   161

Colère et éloquence   161

La faveur du style véhément   167

Le sublime de léloquence sacrée   173

Un objet sans lieu   183

581

DEUXIÈME PARTIE

TYPES ET CAS

TYPES

la taxinomie des appartenances   189

Le masculin et le féminin   191

La diversité des conditions   199

Colères royales   200

Endurances courtisanes   215

Tumultes populaires   231

La mosaïque des vocations   243

La bigarrure des peuples   257

CAS

La casuistique de lhistoire et du mythe   269

Deux colères bibliques   273

Le zèle de Moïse   273

La rage de Saül   282

Courroux homériques   297

Le silence dAjax   297

La fureur dAchille et celle dHécube   303

Passions de femmes   311

Lire de Junon   311

Le dépit de Didon   315

582

Un cas historique

Alexandre le Grand   329

Une colère évangélique

Le zèle du Christ   341

Une passion multiple et ambivalente   349

TROISIÈME PARTIE

GENRES LITTÉRAIRES
ET ATTITUDES ENONCIATIVES

Léthique des genres littéraires   353

Lépopée   357

Lire épique : un envers de lhéroïsme ?   357

Lhéroïque et le romanesque.

Roland, Renaud, Clymène   369

Récit long, récit bref   383

La fiction longue. Le Gargantua de Rabelais   383

La facétie : Bonaventure Des Périers   393

Les histoires tragiques   403

La dignité de la colère
chez Pierre Boaistuau   403

Le tragique augustinien de la colère
chez François de Belleforest   411

La colère sur les planches   419

Lexaspération de la farce   419

Les fureurs de la tragédie humaniste   425

La poésie religieuse   445

La colère du poète et lire de Dieu dans Les Tragiques   445

Lemportement contre Dieu du poète doux-coulant   452

583

Les textes de la circonstance historique   461

Les Discours de Ronsard, entre éthique et rhétorique   462

La Saint-Barthélemy de Pibrac   477

Lire royale dans la poésie de Malherbe   484

Lindignation satirique   493

Lindignation satirique dans la théorie poétique   493

Lindignation discrète de Mathurin Régnier   499

Lécriture de lexpérience personnelle   505

Le dépit de Monluc   505

Montaigne : la dispute et la conférence   514

Le lieu de la « littérature »   525

Bibliographie   531

Index nominum   565