Tous les articles par Damien Boquet

Un capitalisme émotionnel est-il possible ?

La crise financière a remis sur le devant de la scène l’une des bêtes noires des économistes : l’émotion, traditionnellement annonciatrice de perturbation de la « loi des marchés » et ferment d’irrationalité dans un monde où le risque est mis en équations.

Depuis plusieurs années, la « neuroéconomie », comme son nom l’indique branche des neurosciences, traque, non plus sous la lentille du microscope mais au travers de l’imagerie du cerveau, les motivations émotionnelles des décisions financières.

Il y a quelques jours, Constance Le Bihan pour Mediapart a interrogé le neurophysiologiste Alain Berthoz pour qui, justement, l’un des enjeux de cette neuroscience de l’émotion est de « refonder une nouvelle théorie complète du comportement économique », un projet que le professeur au collège de France conçoit en convergence avec les sciences humaines.

A lire: « Alain Berthoz dissèque les cerveaux pour percer l’irrationalité de la finance » (interview par Constance Le Bihan, Mediapart, 19 avril 2009)

Le marketing des émotions

Le Sensolier est une association réunissant des chercheurs et des acteurs du monde industriel qui se penchent sur la « sensorialité » à fin d’enquête sur les ressentis des consommateurs.

Symptôme de l’intégration des sciences de l’émotion désormais dans le champ, ô combien légitimant, de l’expertise, le Sensolier lance un appel à contribution sur Calenda pour une journée thématique intitulée : « Émotions, sentiments, humeurs… du rôle de l’affectif dans la sensorialité ? » (15 octobre 2009)

Extrait de l’argumentaire:

« L’objectif de la journée est de rassembler, et donc confronter, des points de vue diversifiés sur cette question : approches théoriques ou méthodologiques, résultats d’études, afin d’enrichir les réflexions et les pratiques de chacun. Nous souhaitons questionner ces concepts (émotions, sentiments, humeurs, plaisir…) dans les différents champs scientifiques où ils sont travaillés, leurs définitions, les relations qu’ils entretiennent et leurs conséquences dans les études sensorielles.

Dans l’esprit du Sensolier, valorisant l’échange pluridisciplinaire, cette journée pourra associer physiologistes, cliniciens, anthropologues, sociologues, psychologues, linguistes… et praticiens ou chercheurs en évaluation sensorielle et études consommateurs et marketing autour du thème. »

Demain, l’histoire des émotions aux portes de l’expertise marketing? Qui l’eut cru?

Workshop ‘Emotions in Translation: Lost or Found?’

The NCCR Language & Culture research focus team are pleased to
announce an interdisciplinary workshop ‘Emotions in Translation: Lost or
Found?’

The workshop will include:

– A round-table discussion with the workshop presenters, the invited translation and interpretation professionals from the United Nations Office in Geneva and the School of Translation and Interpretation at the University of Geneva.

– 7 workshop presentations researchers from sociolinguistics, psycholinguistics, semantics, anthropology, classical languages research,  and literary criticism.

Date:  May, 6, 2009
Place: CISA (7 rue des battoirs, 3e étage, Genève) conference room
Time: 9:00-17:00.

Programme, résumés des interventions : cliquer ici

Les émotions pénitentielles

Dans le cadre du Pôle de Recherche National en Sciences Affectives et de l’atelier de
recherche « Myths and Rites as Cultural Expression of Emotion », Damien Boquet, du programme EMMA, donnera une conférence sur le thème :

« Les émotions pénitentielles à la fin du Moyen Âge. Efficacité et performance » (Vendredi 24 Avril 2009, 9h15-12h, UniBastions, B111, Genève).

Annonce du séminaire : cliquer ici.

Emotion and Devotion

Miri Rubin, Emotion and Devotion. The Meaning of Mary in Medieval Religious Cultures, The Natalie Zemon Davis Annual Lecture Series, vol. 2., 2009. 116 pages

Emotion and Devotion rassemble en trois chapitres une série de conférences prononcées par Miri Rubin (Queen Mary, Université de Londres) à Central European University de Budapest. Les études portent sur la dévotion mariale : en écho au titre du recueil, signalons le troisième chapitre intitulé « Emotions and Selves » qui s’intéresse à l’éducation sentimentale en matière de dévotion forgée au contact de la figure mariale. La parution est annoncée pour début mars 2009.

Sommaire:

Preface ; Chapter 1. The Global « Middle Ages » ; Chapter 2. Mary, and Others ; Chapter 3. Emotions and Selves ; Index

2009
116 pages, includes color photos
130×200 mm (5.1″ x 7.9″)
ISSN 1996-1197 (The Natalie Zemon Davis Annual Lecture Series)
ISBN paperback $16.95 / €12.95 / £8.95

Cultural History of Emotions in Premodernity

Carl Michael Bellman in tears. Painting by Pehr Hilleström 1790, National Museum of Fine Arts, Stockholm

Nous poursuivons notre présentation des différents programmes de recherches sur l’histoire des émotions avec le programme CHEP (Cultural History of Emotions in Premodernity). Animé par une équipe de chercheurs de l’université d’Umeå dans le nord de la Suède, CHEP a tenu son colloque fondateur en octobre 2008 : Piroska Nagy, qui y participait pour EMMA, en a fait le compte rendu dans ce carnet (voir aussi le texte de sa conférence d’ouverture). Comme son nom l’indique, CHEP se donne pour ambition de couvrir un très large champ de recherche, à la fois par sa profondeur chronologique (jusqu’au XIXe siècle) et par sa perspective comparatiste, tout en se positionnant dans la mouvance des cultural studies. A terme, le programme espère devenir une plate-forme de discussions (d’où la possibilité pour les chercheurs de l’émotion de s’inscrire à un forum) et de collaboration entre projets. Pour l’heure, un deuxième colloque est annoncé pour 2010.

Damien Boquet

EMMA au « Marathon des savoirs »

Le collectif « Rêvons l’université », créé  pour lutter contre les conceptions utilitaristes de la recherche et du savoir que le gouvernement tente d’imposer dans l’université française, organise du mercredi 11 au vendredi 13 février un « Marathon des savoirs » à Marseille (Université de Provence, site Saint-Charles), deux jours de conférences non-stop de 8 à 22 heures, accompagnées de films et de débats.

Ces conférences, animées par des chercheurs et des enseignants-chercheurs, sont ouvertes à tous et ont pour objectif de faire partager quelques moments de la vie du monde de la recherche, en dehors de toute contrainte : voir programme.

L’émotion telle une oeuvre d’art

Le Style des gestes. Corporéité et kinésie dans le récit littéraire
Guillemette Bolens avec une préface d’Alain Berthoz
XIV et 156 p., ill. couleur, 16.7 x 24 cm, 2008
Série Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé
ISBN 978-2-9700536-7-5
ISSN 1424-5388
24.20 euros

BON DE COMMANDE

Sartre disait de l’émotion qu’elle était une « transformation du monde ». Guillemette Bolens prolonge la visée : l’émotion perçue est comparable à une œuvre d’art, au sens où elle est, comme le corps, un « nœud de significations vivantes » (Merleau-Ponty), nécessairement imprévisible et mouvante parce qu’elle n’est jamais un simple signal – le masque corporel et verbal d’une irréductible intimité – mais bien un événement intersubjectif, un lieu flottant de la communication. L’émotion est un monde possible.

Le livre de Guillemette Bolens, spécialiste de littérature anglaise médiévale et professeur à l’université de Genève, rassemble une série d’études consacrées à la perception motrice dans le récit littéraire (voir sommaire), ce qu’elle appelle le « style kinésique » au sens où toute manière de penser le corps et son expressivité induit une façon de construire la narration elle-même : « une narration serait ainsi en partie la résultante du type de corporéité qu’elle véhicule » (p. 17). Merleau-Ponty et Lévinas offrent le socle d’une pensée qui navigue avec une égale aisance du côté de la philosophie, de l’histoire culturelle ou des neurosciences : « le style kinésique articule tous les paramètres de l’expressif chez l’humain, interdisant de réduire le geste à son organicité telle qu’elle pourrait être déclinée dans une représentation fixe et définitive, soit à la traduction d’une idée contenue à l’intérieur de l’esprit » (p. 15). L’historien des émotions reconnaîtra d’emblée qu’il n’est pas ici à la périphérie de son objet d’études mais au cœur même car dès qu’on aborde la question de l’expression des émotions, on est de plain-pied avec les implications de la corporéité en matière de communication et de cognition. De même que le corps en mouvement n’est pas seulement le prolongement physique, spatial, d’une pensée immatérielle, mais aussi l’agent d’un savoir corporel, de même l’acte de communication, rappelle Guillemette Bolens, implique constamment des projections mentales d’images somatosensorielles, un flux de simulations de gestes et d’expressions qui servent à interpréter la situation vécue et à évaluer les possibles. La même exigence s’impose quand on considère le versant émotionnel de la communication « parce que l’expression d’une émotion est un événement intersubjectif et non un objet circonscrit » (p. 30). Guillemette Bolens ouvre la voie aux explorations sur les expressions médiévales des émotions en puisant par exemple dans les derniers travaux de Scherer et Ellgring[1]. Elle met en garde contre des schémas d’analyse trop simplistes fondés sur les dichotomies littéral / symbolique ou physique / mental. On pourrait ajouter qu’il convient de bien marquer les champs : celui du discours des médiévaux sur les affects où l’articulation intus / foris s’impose comme le schéma herméneutique dominant et les nouveaux outils exploratoires proposés à l’historien par les sciences de l’émotion. Ici, il apparaît que les théories des émotions discrètes où des émotions de base (colère, peur, joie etc.) produiraient des expressions faciales prototypiques ne peuvent rendre compte de la complexité des actes de communication dans leur environnement culturel. Bref, une expression corporelle associée à une émotion (tel le sourire) est bien plus que la traduction d’un contenu mental – quand bien même le sourire pourrait être rattaché à un affect prédéfini, ce qui n’est pas le cas – mais cette expressivité kinésique est « une manifestation faciale flottante qui lie inextricablement le mental et le corporel, la personne et autrui […]. Car la réalité physiologique des muscles zygomatiques est perpétuellement hantée par la face de l’autre. » (p. 31). G. Bolens se réfère ici au sourire flottant du docteur Cottard dans Un amour de Swann, mais on pense inévitablement à la rémanence inquiétante du sourire du chat de Chester : un sourire sans visage, même sans coulisses (le mental) d’où serait actionnée la machinerie (les muscles zygomatiques), un sourire-paysage, une expression sans sujet, dès lors hanté par la face de l’autre. La question de l’expression corporelle des émotions oblige à renoncer aux nomenclatures, à tout dispositif statique, pour entrer dans le champ complexe de l’interaction où l’émotion se définit comme « un processus qui engendre de l’activité cognitive, de l’expression motrice, une excitation physiologique, des tendances à l’action, et des états sensibles subjectifs. » (Scherer et Ellgring, cité p. 30)

En somme, une expression corporelle de l’émotion manifeste une situation scénarisée qui repose sur des modèles culturels acquis et actualisés dans un acte singulier de communication. Il n’est pas étonnant dès lors de trouver les médiévistes spécialistes de la narratologie à la pointe de l’exploration de ce champ de recherche. Lorsque de surcroît l’enquête porte sur les récits de la corporéité, sur le style des gestes, on s’y plonge avec délectation, sourire de contentement aux lèvres, et à l’esprit « [le] visage d’autrui comme condition fondamentale du sens » (p. 16).

Damien Boquet


[1] K.R. Scherer et H. Ellgring, « Are Facial Expressions of Emotion Produced by Catagorical Affect Programs or Dynamically Driven by Appraisal », Emotion 7.1 (2007), p. 113-130.

Centre for the History of the Emotions

Le « Centre pour l’histoire des émotions » (Queen Mary, Université de Londres) est dirigé par Thomas Dixon, historien de la philosophie, bien connu des historiens de l’émotion grâce à son livre important sur l’émergence de la catégorie d’émotion à l’époque moderne : From Passions to Emotions. The Creation of a Secular Psychological Category (Cambridge UP, 2003).

Le Centre compte une vingtaine de membres et se présente comme le premier programme de recherche au Royaume Uni dévolu exclusivement à l’histoire des émotions. Il convient désormais de lui adjoindre le programme mis en chantier à l’université d’Oxford consacré aux émotions dans le monde grec ancien.

La particularité du Centre for the History of the Emotions par rapport à d’autres programmes tel EMMA est de mettre l’accent surtout sur les théories de l’émotion ainsi que sur l’histoire de la médecine et des sciences. On peut consulter le programme des conférences pour l’année 2009 sur leur site. Pour le Moyen Âge, on retiendra déjà la conférence de Barbara Rosenwein (Loyola University, Chicago), l’un des chefs de file de l’histoire médiévale des émotions et collaboratrice des plus actives d’EMMA, le 5 octobre 2009, intitulée « Towards a New History of Western Emotions ».

Il suffit de consulter la rubrique « liens » du carnet d’EMMA pour constater que désormais le champ de l’histoire de l’émotion dispose de programmes bien implantés et actifs dans plusieurs pays européens : Allemagne, France, Suède, Suisse, Italie ou Grande-Bretagne. Des contacts et des échanges existent entre ces programmes qui confirment une fois de plus que l’histoire des émotions n’est en rien cloisonnée par des écoles nationales mais les collaborations directes sont encore rares. La plupart de ces programmes sont jeunes mais la prochaine étape dans l’organisation de la recherche en histoire des émotions devra sans doute être leur mise en réseau.

Thumos : un groupe de recherche sur les émotions, les valeurs et les normes

Le projet « Thumos » réunit une équipe de philosophes conduite par Kevin Mulligan, en cheville avec le Pôle de recherche suisse en sciences affectives, qui étudie l’émotion sous l’angle de la philosophy of mind, en particulier en plaçant au centre de la compréhension des affects la question de l’intentionnalité. On peut trouver une présentation du programme et de ses activités sur son site et les grandes orientations scientifiques sur le Wiki de l’université de Genève.

Parmi les premières productions, il faut signaler un ouvrage de synthèse paru au printemps 2008 chez Vrin, Qu’est-ce qu’une émotion? par Julien Deonna et Fabrice Teroni. Le premier a participé récemment à l’émission de la Radio Suisse Romande « Les temps qui courent » (podcast de l’émission).

On peut également espérer beaucoup de la préparation d’un ouvrage collectif qui s’intitule provisoirement In Defense of Shame: a Philosophical Study, dont on peut déjà consulter le synopsis, ainsi que le plan d’édition.

Pour les historiens, cette approche de l’émotion comme « phénomène intentionnel », c’est-à-dire pour le dire a minima comme porteur intrinsèquement d’une visée, est sans doute un élément d’importance, dans la mesure notamment où elle permet de dépasser les fausses césures entre émotions « authentiques » (celles qui relèveraient exclusivement d’une spontanéité réactive) et les émotions « scénarisées » ou ritualisées, que l’historien rencontre si souvent dans ses sources, narratives ou normatives. En tout cas, voici un outil qui devrait s’avérer utile pour venir à bout de certaines adhérences.

D. Boquet

Source : Benoît Beyer de Ryke

Fixer l’expression des émotions (séminaire de l’IRIST)

La question de l’expression corporelle des émotions sera le prochain chantier du programme EMMA en 2009, nous y reviendrons bientôt. Pour l’heure, signalons autour de cette thématique le séminaire de l’Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie (IRIST – Université Louis Pasteur de Strasbourg).

13 janvier 2009 : Histoire de l’art et histoire des sciences

Martial Guédron (Université Marc Bloch, Strasbourg) : L’expression des émotions avant l’ère de l’instantané

Stéphanie Dupouy (ENS/Centre Cavaillès) : L’observation scientifique de l’expression à l’âge de la photographie

Salle de la Table Ronde
Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace (MISHA)
5, allée du Général Rouvillois
67083 Strasbourg

HORAIRE
De 14h30 à 17h30

Source : Anne Carol

Histoire de l’indignation en politique

Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale, XIXe-XXe siècles Nouveau monde éditions • Collection « Histoire culturelle » (CHCSC) • 2008 • ISBN : 978-2-84736-305-0 • 254 pages • 49 €.

Cet ouvrage collectif consacré à l’indignation appréhendée comme une émotion politique est l’aboutissement d’une recherche qui a pris naissance lors d’une journée d’études sur le sujet qui s’est tenue en mai 2006 à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Nous espérons en proposer un compte-rendu de lecture dans les prochaines semaines dans les colonnes du « Carnet d’EMMA ».

Ci-dessous la présentation de l’éditeur:

L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale, XIXe-XXe siècles est le titre de l’ouvrage qui vient de paraître, sous la direction de Anne-Claude Ambroise-rendu et Christian Delporte, dans la collection « Histoire culturelle » du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, chez Nouveau monde éditions.

Réaction de colère, bouffée de révolte, cri lancé contre l’injustice, expression brutale ou sourde du mépris et parfois de la haine, l’indignation est une émotion qui relève de la conscience morale mais aussi du sentiment politique. Mais elle est bien davantage encore car, en participant à l’exercice du jugement et de la raison, elle contribue également à fonder les identités collectives en termes moraux et politiques. C’est pourquoi l’indignation, actrice essentielle, ces deux derniers siècles, de multiples débats – littéraires ou médicaux, juridiques ou sociaux, politiques ou médiatiques -, fournit l’une des clés qui permettent de mieux comprendre comment les sociétés démocratiques se sont bâties jusqu’à nos jours. L’histoire de l’indignation est à construire : le lecteur en trouvera ici les premiers contours.

Anne-Claude Ambroise-rendu est maître de conférences en histoire à l’Université de Paris-Nanterre et membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.

Table des matières

L’indignation, un sentiment au prisme de l’histoire

(Anne-Claude Ambroise-Rendu, Christian Delporte)

INDIGNATION, NORMES ET TRANSGRESSIONS MORALES

  • Eugène de Mirecourt pamphlétaire et biographe : De l’indignation comme fonds de commerce.

(Lise Dumasy)

  • « La peur des « torrents de papier ». L’indignation catholique au temps de la naissance de la culture médiatique naissante.

(Loïc Artiaga)

  • D’Albert Bataille à Géo London, la chronique judiciaire et l’indignation, 1880-1939 (Frédéric Chauvaud)
  • Les premières campagnes contre les bagnes d’enfants

(Jean-Jacques Yvorel)

  • Le spectacle des hystériques de la fin du XIXe siècle : quelle indignation ?

(Nicole Edelman)

INDIGNATION ET POLITIQUE : PENSEES, ACTIONS, COMPORTEMENTS

  • Karl Marx à Paris : octobre 1843 – février 1844. Humanité et Indignation

(David Munnich)

  • Le socialisme des indignés. Contribution à l’histoire des émotions politiques. (Christophe Prochasson)
  • L’indignation de Léon Werth : une voix singulière dans le témoignage combattant de la Grande Guerre ?

(Nicolas Beaupré)

  • L’indignation à la télévision française

(Isabelle Veyrat-Masson)

  • Pour ne pas en finir avec l’indignation

(Anne-Claude Ambroise-Rendu, Christian Delporte)

Source: Anne Carol