Archives de catégorie : Colloques

L’amitié. Lien social et politique en France et en Allemagne

source : Calenda

Université d’été de l’Institut historique allemand de Paris (3-6 juillet 2011), organisée en collaboration avec le Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne), l’École doctorale II de l’Université Paris-Sorbonne, le Graduiertenkolleg 1288 « amis, protecteurs, fidèles » (Fribourg-en-Brisgau) et le Centre Norbert Elias (EHESS).

LUNDI 4 JUILLET

9h-9h10  Présentation par Bertrand Haan et Christian Kühner

1re session : l’amitié dans les lettres et la littérature médiévales

présidée par Klaus van Eickels, Professeur à l’Otto-Friedrich-Universität Bamberg

9h10-9h40 Micol Long (Scuola normale superiore di Pisa), Le réseau d’amitié entre centres monastiques au xiie siècle à travers le recueil de lettres de Pierre le Vénérable de Cluny

9h40-10h10  Vanessa Obry (Université Paris-III), Amitiés de femmes, ordre social et ordre narratif dans les romans français en vers du xiiie siècle

10h10-10h50 Commentaire et discussion

2e session : amitiés marchandes et princières au moyen âge

présidée par Bénédicte Sère, maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre, et Stéphane Péquignot, maître de conférences à l’École pratique des Hautes-Études

11h20-11h50 Laure-Hélène Gouffran (Université de Provence), « Yau vos regracii vostra amor ». Amitiés marchandes à Marseille à la fin du xive siècle

11h50-12h20 Manuel Guay (Université Paris-Sorbonne – Paris-IV), De l’amitié diplomatique à l’amitié formelle : princes et princesses en France au xve siècle

12h20-13h00 Commentaire et discussion

3e session : l’idéal et la pratique

présidée par Bertrand Haan, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne – Paris IV

14h15-14h45 Judith Sribnai (Université Paris-Sorbonne et Université de Montréal), « Cette céleste maladie » : amitié, sympathie des corps et vengeance sociale chez Cyrano de Bergerac

14h45-15h15 Marjorie Dennequin (Université Pierre-Mendès-France – Grenoble 2 et Université Jean Moulin – Lyon 3), D’amitié, d’amour et d’affection. Les dévotes grenobloises entre elles (xviie siècle)

15h15-16h00 Commentaire et discussion

4e session : réseaux amicaux

présidée par Jean Boutier, Directeur d’Études à l’École des hautes études en sciences sociales

16h30-17h Adeline Rege (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), Amitié, réseaux de sociabilité et voyage : les voyages de Simon-Louis Du Ry

17h-17h30 Muriel Bassou (Université Stendhal – Grenoble 3), Nouvelles sociabilités littéraires à l’école : quand les jeunes têtes veulent devenir poètes

17h30-18h15 Commentaire et discussion

MARDI 5 JUILLET

5e session : l’amitié, rempart ou moteur des passions religieuses ?

présidée par Nicolas Le Roux, Professeur à l’Université Lumière – Lyon 2

9h-9h30  Clarisse Roche (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), Les amis terribles du collège jésuite de Vienne : Usages et mises en scène de l’amitié et de sa rupture entre Paulus Florenius et Christian Francken dans les polémiques religieuses (1578-1590)

9h30-10h   Yann Rodier (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), Le combat d’Eros et d’Anteros ou la quête de l’amitié raisonnable contre les passions haineuses dans le premier xviie siècle en France (1610-1659)

10h-10h45 Commentaire et discussion

6e session : amitié et coexistence confessionnelle

présidée par François-Joseph Ruggiu, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne – Paris IV

11h15-11h45 Jérémie Foa (Université Lumière – Lyon 2), « La liaison n’est pas nouée ». Les pactes d’amitié entre protestants et catholiques au temps des guerres de religion

11h45-12h15 Aurélie Prévost (Université Nancy 2), Discours religieux, discours politique et cas pratique : l’amitié entre protestant et catholique au xviie siècle ?

12h15-13h Commentaire et discussion

7e session : amitiés féminines, princesses en amitié

présidée par Lucien Bély, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne – Paris IV

14h15-14h45 Matthieu Gellard (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), Une reine de France peut-elle avoir des amies ? La correspondance féminine de Catherine de Médicis

14h45-15h15 Oliver Mallick (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), Protectrice et amie : Anne d’Autriche d’après sa correspondance

15h15-16h00 Commentaire et discussion

MERCREDI 6 JUILLET

8e session : amitié à la cour, amitié entre les cours

présidée par Christian Kühner, Max Weber Postdoctoral Fellow à l’Institut Universitaire Européen (Florence)

9h00-9h30 Regina Schleuning (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), Freundinnen am Hof Ludwigs XIV.? oder Können Frauen Freunde sein?

9h30-10h00  Tilman Haug (Universität Bern), « Plus d’amitié et de confiance que jamais ». Dimensionen der Freundschaft in den Beziehungen Frankreichs zum Heiligen Römischen Reich zwischen den Friedensschlüssen von Westfalen und Nimwegen (1648-1679)

10h00-10h45 Commentaire et discussion

9e session : de nouvelles amitiés politiques au tournant du xxe siècle ?

présidée par Gilles Pécout, Professeur à l’École normale supérieure et Directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études

11h15-11h45 Christophe Portalez (Université d’Avignon et Centre Norbert Elias), Les usages et les expressions de l’amitié dans un réseau de clientèle politique en Vaucluse (1885-1891)

11h45-12h15 Norman Domeier (Universität Stuttgart), Auf dem Weg ins »Eiserne Zeitalter«. Die Grenzverschiebung von der Freundschaft zur Sexualität am Ende des langen 19. Jahrhunderts

12h15-13h00 Commentaire et discussion

10e session : lier les contraires

présidée par Kenneth Loiselle, Assistant professor, Trinity University, San Antonio, Texas

14h15-14h45 Silvia Richter (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg), Amitié entre Juifs et Chrétiens à l’époque des Lumières – Entre sensibilité poétique et calcul politique

14h45-15h15 Nadir Weber (Universität Bern), Gute Miene zum bösen Spiel? Freundschaftssemantiken in den französisch-preußischen Beziehungen des 18. Jahrhunderts

15h15-16h Commentaire et discussion

Conclusions

par Ronald G. Asch, Professeur à l’Albert-Ludwigs-Universität Freiburg

Shakespeare and Early Modern Emotion

Source et informations pratiques: University of Hull

An International and Interdisciplinary Conference

29 June – 1 July 2011
The Andrew Marvell Centre, The University of Hull

This conference will explore the performance and representation of emotion in the work of Shakespeare and his contemporaries. In the last decade, scholars have been increasingly interested in the cultural history of emotions, arguing that they should be regarded as ‘social phenomena’ rather than inward experiences. At the same time, we have seen a resurgence of interest in the ethical and philosophical aspects of literary texts, and a return to thinking about ideas of ‘human nature’.

How did Shakespeare and his contemporaries respond to and/or shape early modern conceptions of emotion? How do early modern plays and poems speak to current debates about emotion, culture, and what it is to be human? Do early modern texts suggest that emotions are bound up with language and culture, or can we make a case for emotions as a transhistorical or even ‘universal’ category?

Programme

Please note that this schedule remains provisional and is subject to change.

Wednesday 29th June

3:00pm: Registration and tea

4:00pm: Welcome

Plenary: Neil Rhodes, ‘The Science of the Heart: Shakespeare, Kames, and the Eighteenth-Century Invention of the Human’

5.30pm: Music recital: Christopher R. Wilson and Pam Waddington Muse (University Chapel, Middleton Hall)

6:00pm: Drinks reception (Art Gallery, Middleton Hall)

Thursday 30th June

9.30 – 11.00am

Panel A – Diagnosing Emotion: Sickness and Selfhood

Nigel Wood (Loughborough University), ‘Spleen in Shakespearean Comedies’

David Thorley (Durham University), ‘Illness and Emotion in Seventeenth-Century Autobiography’

Eleonora Oggiano (University of Verona), ‘Beyond the Body: Performing Diagnosis of Passions on the Jacobean Stage’

Panel B – Theorising Emotion: Physiology, Psychology, Philosophy

Erin Sullivan (Shakespeare Institute, University of Birmingham), ‘“No deeper wrinkles yet?”: Rethinking the Physiology of the Early Modern Passions’

R. S. White (University of Western Australia), ‘Mixed Emotions’

Richard Chamberlain (University of Northampton), ‘What’s Happiness in Hamlet?’

11:00am: Coffee

11.30 – 1:00pm

Panel A – Controlling Emotion: Manipulation and Suppression

David Bagchi (University of Hull), ‘“The Scripture moveth us in sundry places”: Controlling Emotions in the Book of Common Prayer and the First and Second Books of Homilies’

Frederika Bain (University of Hawaii), ‘Pardoning the Headsman: Affect in Early Modern Representations of Execution and Murder’

Caroline Bauer (Philipps University Marburg), ‘“We think caged birds sing, when indeed they cry”: Suppressed Emotions in Jacobean Revenge tragedies’

Panel B – Performing Emotion: Rhetoric, Gesture, Music

Cinta Zunino-Garrido (University of Jaen), ‘Pandora’s “passion of the heart”: Inward Experience in John Lyly’s The Woman in the Moon’

Farah Karim-Cooper (Shakespeare’s Globe), ‘Gestural Narratio and the Emotive Hand’

Christopher R. Wilson (University of Hull), ‘“Musicke that may fitlie expresse the passions”: Shakespeare’s Emotional Musical Imagery’

1:00pm: Lunch

2:00 – 3.30pm

Panel A – Poetic Emotion: Shakespeare, Jonson, Herbert

Maria-Eirini Panagiotidou (University of Nottingham), ‘A Cognitive Exploration of Shakespearean Sonnets and Emotion’

Akihiko Shimizu (University of St Andrews), ‘The Image of the Body in Ben Jonson’s Language’

Paul Munn (Saginaw Valley State University), ‘Poetic Artifice and the Representation of Emotion: The Case of George Herbert’

Panel B – Pity, Sympathy, and Gender

Christian Smith (University of Warwick), ‘Flavius’ Womanly Weeping: Mutual Recognition in Timon of Athens’

Toria Johnson (University of St Andrews), ‘A “Gentil Herte”: The Problem of Masculine Pity in Renaissance Courtship’

Paola Baseotto (University of Insubria), ‘Spenser’s Use of the Discourse of Emotion to Voice Disapproval of Unmerciful Treatments of Suicides’

3.30pm: Tea

4:00-5:00pm

Panel A – Historicising Grief: Mourning, Consolation, and Loss

Sonja Fielitz (Philipps University Marburg), ‘“Give Sorrow Words” (or Gestures?): Grief, Consolation, and Mourning in Early Modern Constructs of Adults and Infants’

Keverne Smith (College of West Anglia), ‘The Loss of a Child: Early Modern Perspectives’

Panel B – Interpreting Emotion: The Blush

Stephen Curtis (Lancaster University), ‘“I have thrown out words / That would have fetched warm blood upon the cheeks / Of guilty men”: Blushing, the Interrogative Gaze, and Bodily Proof in Early Modern Drama’

N. R. Helms (University of Alabama), ‘The Epistemology of a Blush: (Mis)Interpreting Emotion in Shakespeare’s Much Ado About Nothing’

5.15pm: Plenary: Andy Mousley, ‘“True Lively Knowledge”: Shakespeare, Emotion and Early Modern Culture’

8:00pm: Conference dinner

Friday 1st July

10.00-11.30am

Panel A – Contagious and Erotic Passions

Eric Langley (Royal Holloway, University of London), ‘“She blushed because he blushed”: Contagious Passions in Sidney’s Arcadia’

Marie-Christine Munoz (University of Montpellier III), ‘Shakespeare’s “fainting” Women; or, the Representation of Erotic Passions according to Jacques Ferrand’s De la maladie d’amour ou mélancolie érotique (1610)’

Panel B – Public Emotion: Satire, Politics, and the Court

Cliff Forshaw (University of Hull), ‘“Let Custards quake!”: John Marston’s Barking Satyrist as Angry, Envious Philosopher’

Paula de Pando (University of Seville), ‘“Why Sighes your Maiestie?”: Towards a Political Model of Passion in Dekker and Webster’s The Famous History of Sir Thomas Wyatt (1602)’

Imke Kimpel (Philipps University Marburg), ‘“All Is True”: Authenticity of Emotion in Shakespeare’s Troilus and Cressida and Henry VIII’

11.30am: Coffee

12.00pm: Plenary: John Lee, ‘A “trunk of humours”? Falstaff, Galen, and Friendship’

1:00pm: Lunch & close of conference

Emotions, Self, and Time

Source: Université de Genève

Université de Genève, 20-21 mai 2011

This conference forms part of the NCCR ‘Affective Dynamics’ project, the aim of which is to study the temporal dynamics of emotions. In psychology and philosophy, emotions are traditionally studied without paying much attention to the relations they bear to the passage of time. This conference hopes to remedy this lack of attention by presenting a range of philosophical papers that explore the temporal dynamics of emotion through studying various types of relations characterizing emotional life — some essentially temporal in nature, some partially so: among them explanatory, definitional, justificatory and narrative relations. We hypothesize that describing these multifarious relations will prove especially helpful for understanding the nature of single emotional episodes, as well as the underexplored connections they bear to related affective phenomena such as sentiments, moods, character traits and affective dispositions in general. Some of the themes to be covered in the conference will include:

  1. •Emotions and their (logical, temporal) parts
  2. •Relations (causal, epistemic, normative) between emotional episodes
  3. •Emotional evaluation and re-evaluation
  4. •Relations between emotions and emotional dispositions (temperaments, character traits, sentiments, cares, concerns, etc)
  5. •Emotions, emotional dispositions and the self (personality, identity)
  6. •Emotions, imagination, and mental time travel
  7. •Emotions and their place in the mental realm (including their relation to desires, intentions and judgement)
  8. •The affective life in general
  9. •Narrative and emotion: conceptions of self and self-evaluation in time; understanding emotions through narrative structure

Conference organisers:

Julien Deonna (University of Geneva): julien.deonna@unige.ch

Cain Todd (Lancaster University & University of Fribourg): c.todd@lancaster.ac.uk

Programme:

Friday, May 20

9.30 – 11          Michael Brady (University of Glasgow): “Emotion, attention and re-evaluation“

11 – 11.15        Coffee

11.15 – 12.45   Adam Morton (University of Alberta): “Emotions with multiple points of view“

12.45 – 2          Lunch

2 – 3.30            Greg Currie (University of Nottingham): “Emotions under the control of a fiction“

3.30 – 3.45       Coffee

3.45 – 5.15       Gianfranco Soldati (University of Fribourg): “Self-knowledge and rational unity“

Saturday, May 21

9.30 – 11          Nancy Sherman (Georgetown University): “Virtue and accountability for emotions“

11 – 11.15        Coffee

11.15 – 12.45   Peter Goldie (University of Manchester): “Emotion as a process: the case of grief“

12.45 – 2          Lunch

2 – 3.30            Sabine Roeser (Delft University of Technology): “Emotions and moral knowledge“

3.30 – 3.45       Coffee

3.45 – 5.15       Simon Blackburn (University of Cambridge): “Emotions: episodes, or dispositions?

MASTERING THE EMOTIONS: CONTROL, CONTAGION AND CHAOS, 1800 TO THE PRESENT DAY

Source: Centre for the History of Emotions

International Interdisciplinary Conference
16-17 June 2011, Queen Mary, University of London

Keynote Speakers:

Sally Shuttleworth (St Anne’s College, Oxford University, UK)
‘Childhood Passion in the Nineteenth Century’

Allan Young (McGill University, Montreal, Canada)
‘Out of the Shadows: Schadenfreude and Human Nature’

Full Registration: £20
Student Registration: £10
Conference Dinner, The Morgan Arms, 43 Morgan Street, London. E3 5AA: £30

Available for download:
Full Details, including venue information and provisional schedule
Abstracts of Papers.

Places are limited. To book, please visit http://eshop.qmul.ac.uk/browse/extra_info.asp?compid=1&modid=2&prodid=163&deptid=34&catid=1

For further information, contact Tiffany Watt-Smith: t.k.watt-smith@qmul.ac.uk

Colloque : “Les historiens et Michel Foucault” (Aix-en-Provence, 30 mai-1er juin 2011)

Programme du colloque : Les historiens et Michel Foucault

« A lire Foucault, on se persuade aisément que l’histoire est encore très jeune ». Cette réflexion de Jacques Léonard, faite en 1976 dans son compte rendu de Surveiller et punir[1], doit être prise au sérieux. Elle vaut pour aujourd’hui. Certes, les relations entre l’œuvre de Michel Foucault et les historiens n’ont pas toujours été sans nuages, comme en témoigne par exemple la déroutante scénarisation de la table-ronde du 20 mai 1978 entre M. Foucault et une douzaine d’historiens, fondus pour l’occasion en une unique instance d’autorité(s), l’« Historien collectif ». Michel Foucault disait alors qu’il souhaitait « événementialiser des ensembles singuliers de pratiques, pour les faire apparaître comme des régimes différents de juridiction et de véridiction »[2]. L’histoire savante qui siégeait ce jour-là face à lui n’avait-elle pas pris le masque d’un de ces régimes de véridiction ? Quoi qu’il en soit, 50 ans après la parution de l’Histoire de la folie et alors que s’achève la publication des cours au collège de France, le dialogue entre l’œuvre de Michel Foucault et les historiens se poursuit. Il n’a jamais cessé.

Cette rencontre, qui souhaite approfondir le sillon de la journée d’études organisée en mars 2010 à l’EHESS[3], ne se donne pas pour objectif d’évaluer la qualité historiographique des écrits de M. Foucault mais de mettre en lumière l’usage que les historiens font aujourd’hui de la pensée de M. Foucault dans leur pratique scientifique et leur réflexion épistémologique. Car au-delà des débats entre « l’historien et le philosophe », il convient de mesurer l’imprégnation dans l’épistémè des historiens des analyses, paradigmes ou simples intuitions proposés par M. Foucault, dans la diversité et les évolutions de sa pensée.

L’« histoire au présent » avec Foucault recouvre ainsi l’ensemble des champs historiographiques et des pratiques d’investigation marqués par la pensée de Michel Foucault, incluant les corrections et les inévitables métissages. Les domaines de l’enquête sont alors vastes. Ils concernent, toutes périodes historiques confondues, aussi bien des chantiers ouverts ou explorés par Foucault (folie et déraison, l’enfermement psychiatrique et carcéral, la pastorale, la sexualité, etc.) que des « outils » conceptuels et paradigmatiques (pratiques discursives, biopolitique, gouvernementalité, techniques de soi, régimes de vérité, objectivisation du sujet, etc.) ou encore des questionnements historiographiques et épistémologiques (archéologie et généalogie, césure et continuité, etc.).

Dès lors, une histoire au présent conduit à « mettre le travail historique à l’épreuve d’une transformation des cadres conceptuels et théoriques »[4]. Ce faisant, le passé devient un lieu de questionnement des problématisations du présent, non pas dans l’illusion que les leçons de l’histoire répondront aux interrogations du présent, encore moins dans l’idée qu’une permanence des structures permettrait d’établir un dialogue immédiat mais parce l’histoire singularise l’actualité. Le travail historique relève alors d’un exercice philosophique qui, en éprouvant le regard contemporain, lui donne les moyens de son propre affranchissement afin de penser autrement.

Colloque ouvert à tous dans la limite des places disponibles (Aix-en-Provence, MMSH, salle G. Duby)

Contact : damien.boquet[a]gmail.com


[1] L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle réunies par Michelle Perrot, Paris, Seuil, 1980, p. 18.

 

[2] Ibid., p. 47.

[3] « Michel Foucault à l’épreuve. Regards de médiévistes ». Journée du Groupe d’Anthropologie Scolastique organisée par Blaise Dufal et Pauline Labey, EHESS, 27 mars 2010.

[4] « A propos des faiseurs d’histoire » (entretien avec D. Eribon), Libération, 21 janvier 1983, repris dans Dits et écrits, II, Quarto Gallimard, 2001, p. 1232.

L’EMOTION DE L’ESPACE PRIVE A L’ESPACE PUBLIC XIXe-XXIe siècles

Source: Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

COLLOQUE INTERNATIONAL- UVSQ, 11-13 avril 2012

L’EMOTION DE L’ESPACE PRIVE A L’ESPACE PUBLIC XIXe-XXIe siècles

Présentation :

La valorisation de l’émotion dans la société d’aujourd’hui, l’importance qu’elle a prise dans l’espace public, son reflux de pans entiers du champ artistique – son domaine traditionnel d’expression – son identification récurrente à l’indignation, interrogent l’historien du culturel.

Les travaux récents et abondants des historiens notamment médiévistes en matière d’histoire des émotions témoignent du dynamisme de l’historiographie en la matière et du renouvellement ou de l’affinement des questionnements méthodologiques (Barbara Rosenwein,). Que les deux premiers numéros de la jeune revue Ecrire l’histoire (2008) aient été consacrés à l’émotion n’est pas non plus tout à fait sans signification, les auteurs invoquant du reste et l’actualité et la « diffusion d’une sentimentalité victimaire qui poisse notre rapport au passé ». Cet engouement, qui reprend à son compte nombre d’interrogations classiques en histoire, a été présenté avec une certaine ironie comme un « emotional turn » (Arnaud Fossier). Ironie qui a poussé Piroska Nagy et Damien Boquet à préciser qu’ils cherchaient surtout à restituer sa part sensible à l’histoire et qu’ils avaient l’ambition de proposer un nouveau paradigme de la cognition qui soit désormais pris en compte dans le champ historique. Avant eux, William Reddy avait montré déjà, à travers l’exemple de la Révolution française, de quelle manière les régimes politiques sont prescripteurs de la vie émotionnelle et de son expression.
Par ailleurs, l’ensemble des recherches récentes conteste l’opposition, ancrée dans la culture occidentale, entre émotion et raison, et une conception « hydraulique » des émotions, suivant laquelle celles-ci, telles un liquide sous pression, doivent être contenues grâce à la raison. Une conception illustrée en particulier par Norbert Elias, dont la thèse du processus de civilisation est critiquée, qui ferait évoluer progressivement la civilisation occidentale d’un état affectif, infantile, à un état de raison, un âge adulte où les émotions sont contrôlées et réfrénées.
La saisie des émotions individuelles demeure un front pionnier, ouvert au défrichement et encore largement inexploré. Elle pose une série de questions : les émotions peuvent-elles être seulement considérées comme des réactions liées à l’évaluation d’une situation vécue se traduisant par des manifestations physiques passagères ? Ne faut-il pas mettre l’accent sur la dimension socialement et culturellement construite des émotions et sur la réciprocité qui caractérise la circulation des émotions entre l’individu et le monde ?
Comment les distinguer d’autres manifestations sensibles telles que l’inclination mouvement provoqué par une tendance interne, ou le sentiment qui relève d’un état ou encore du penchant ?
Vouloir faire l’histoire des émotions, est-ce s’en tenir à celle des paroxysmes, à celle de scansions au caractère plus ou moins explosif ou est-ce tâcher de saisir les émotions dans leur durée et leur profondeur, comme éléments structurants mais historiques des affects ? Cette démarche-ci renvoie aux travaux de Philippe Ariès et Michel Vovelle sur la mort, les craintes qu’elle suscite et les représentations du deuil, mais également à tout ou partie de l’historiographie de l’enfance, de la famille, de la maternité, de l’amour et du flirt, de l’animal de compagnie, bref à tout ce qui regarde une intimité informée par le social.

Ce colloque s’inscrit dans le projet d’une histoire des sensibilités, ce vaste continent encore peu exploré par les historiens malgré les appels déjà anciens de Lucien Febvre et l’œuvre d’Alain Corbin. Il prend en compte les acquis de l’histoire des émotions politiques (William Reddy, Christophe Prochasson), mais entend néanmoins s’en démarquer en élaborant une chronologie des manifestations et des représentations des émotions non directement politiques aux XIXe et XXe siècles. Il s’agit d’observer les flux et les reflux de l’émotion tels qu’ils s’expriment et circulent de la sphère de l’intime (correspondance, littérature personnelle, etc.) à la sphère publique (manuels de savoir vivre, fictions, médias). Il s’interroge sur la possibilité de dégager un régime contemporain des émotions en relation notamment avec l’essor des médias ; sur celle, plus précisément, de repérer des variations chronologiques dans l’appréciation des différentes émotions. Il s’interroge aussi sur les apports de ces instruments conceptuels forgés par d’autres, tels que les notions de communautés émotionnelles et de refuges émotionnels. Il se demande enfin  comment les différents discours normatifs rendent compte, suscitent, mettent en forme, encadrent et utilisent les émotions ?

La réflexion portera sur tous les types d’émotion, exception faites des émotions politiques collectives. On pourra s’interroger sur :

  • Les causes et les motifs de l’émotion
  • Le langage de l’émotion : des modes d’expression individuels, intimes, physiques, verbaux à leurs transcriptions dans tous les domaines (livresque, cinématographique, musical, pictural, etc.)
  • Les usages sociaux et les instrumentalisations des émotions (les sociabilités, les interdits, les tabous, les licences)

Bibliographie :

Arnaud Fossier, Un « emotional turn » en Histoire ?
http://www.nonfiction.fr/article-3832un_emotional_turn_en_histoire.htm, consulté le 21/10/210

Ecrire l’Histoire, n°1 et 2, dossier « Emotions », 2008

Piroska Nagy et Damien Boquet, Le sujet des émotions au moyen âge, (Bibliothèque Historique et Littéraire.) Paris, Beauchesne, 2009.

Barbara A. Rosenwein Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2006.

Barbara A. Rosenwein, “Thinking Historically about Medieval Emotions,” History Compass 8 (2010), 1-15.

William Reddy, The Navigation of Feeling, A Framework for the History of Emotions, Duke University, North Carolina, 2001

Comité d’organisation :
Anne-Claude Ambroise-Rendu
Claire Blandin
Anne-Emmanuelle Demartini
Hélène Eck
Nicole Edelman

Comité scientifique :
Christian Delporte
Fabrice d’Almeida
Pascal Ory

Partenaires :
CHCSC (université de Versailles St-Quentin en Yvelines),
HAR- Centre Francastel (université de Paris Ouest Nanterre la défense)
Institut Français de presse (Université de Paris II)
Centre Identités Cultures Territoires (Université Denis Diderot)

Contact :
Anne-Claude Ambroise-Rendu
Anne-Emmanuelle Demartini

Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours

Double Colloque international (Rennes 1er-2 décembre 2011- Toulouse mars 2012)

Organisé par le CERHIO (UMR 6258 Rennes 2) et le FRAMESPA (UMR 5136 Toulouse Le Mirail)

Appel à contribution à consulter sur Calenda

Une thématique du colloque porte sur le lien affectif :

“La fratrie comme lien affectif

L’intensité des sentiments noués au sein de la fratrie, de la haine à l’amour incestueux, a nourri abondamment l’imaginaire au fil des temps. Mais quelles traces ces liens affectifs ont-ils laissées dans les sources à la disposition des historiens ? Comment ont-ils affecté le respect de normes de comportement fraternel ? Ce questionnement renvoie  à l’expression des sentiments fraternels : par quels gestes, quelles paroles, quels écrits se manifestent-ils ? Dans quelles situations ? Il conduit aussi à s’intéresser à la nature de ces sentiments, tendresse, admiration, jalousies, indifférence, à appréhender en fonction des configurations familiales. Enfin, les formes extrêmes de l’amour fusionnel, notamment entre frère et sœur, pouvant déboucher sur l’inceste seront interrogés, ainsi que le regard porté sur ces cas limites brisant un tabou fondamental.”

Die Bildung der Gefühle / L’éducation des émotions

Du 2 au 4 décembre 2010, un colloque interdisciplinaire consacré à l’éducation des émotions est organisé à Berlin en partenariat entre le Max-Planck-Institut (Centre for the History of Emotions) et le programme “Languages of emotion” de l’Université Libre de Berlin. La conférence d’introduction sera prononcée par la sociologue israëlienne Eva Illouz (“Reflections on Sentimental Education”) dont nous avons déjà commenté le travail dans le carnet d’EMMA (ici). Pour consulter le programme du colloque : cliquer ici.

Coeur de pierres : un colloque consacré à l’Architecture Emotionnelle (Genève, 20-22 janvier 2011)

En lisant les nouvelles sur le blog “Le Cresson veille”, j’apprends l’organisation prochaine d’un colloque sur le thème de l’Architecture Émotionnelle. Pour en savoir davantage sur cette appréhension affective des lieux de vie et le programme du colloque, voir le blog “Architecture émotionnelle”.

BSECS 40th Annual Conference : “Emotions”

Source: British Society for Eighteenth-Century Studies

The annual meeting of the British Society for Eighteenth-Century Studies is Europe’s largest and most prestigious annual conference dealing with all aspects of the history, literature, and culture of the long eighteenth century.

We invite proposals for papers and sessions dealing with any aspect of the long eighteenth century, not only in Britain, but also throughout Europe, North America, and the wider world. Proposals are invited for fully comprised panels of three or four papers, for roundtable sessions of up to five speakers, for individual papers, and for ‘alternative format’ sessions of your devising.

While proposals on all and any eighteenth-century topics are very welcome, this year the conference theme will be Emotions. We would thus particularly welcome proposals for panels and papers that address eighteenth-century understandings, and consequences, of the emotions, broadly conceived, and the role of the passions, feelings, and sentiment throughout the long eighteenth century, at all levels of society, and in any part of the world. These might include, but will not be confined to: the meanings and significance given to the emotions and feelings of all kinds, from affection to xenophobia, including fear, hatred, love and sensibility, and in all fields from history, politics and religion, to the arts, literature, and philosophy; gender and the emotions; ‘affect’; the relationship between reason, thought and feeling; and controlling emotions.

Enquiries

All enquiries regarding the academic programme of the conference should be addressed to the academic programme co-ordinator, Dr Jeremy Gregory academic@bsecs.org.uk.

To submit a proposal, please visit our website at www.bsecs.org.uk

The deadline for submission of papers and panel proposals is Thursday 30th September 2010. You will be notified whether your proposal has been accepted by Sunday 31st October 2010. If you are travelling from outside the UK and need an earlier decision, please mention this in your proposal and we shall endeavour to reach a decision earlier in order to facilitate your travel arrangements.