Archives de catégorie : Annonces

L’EMOTION DE L’ESPACE PRIVE A L’ESPACE PUBLIC XIXe-XXIe siècles

Source: Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

COLLOQUE INTERNATIONAL- UVSQ, 11-13 avril 2012

L’EMOTION DE L’ESPACE PRIVE A L’ESPACE PUBLIC XIXe-XXIe siècles

Présentation :

La valorisation de l’émotion dans la société d’aujourd’hui, l’importance qu’elle a prise dans l’espace public, son reflux de pans entiers du champ artistique – son domaine traditionnel d’expression – son identification récurrente à l’indignation, interrogent l’historien du culturel.

Les travaux récents et abondants des historiens notamment médiévistes en matière d’histoire des émotions témoignent du dynamisme de l’historiographie en la matière et du renouvellement ou de l’affinement des questionnements méthodologiques (Barbara Rosenwein,). Que les deux premiers numéros de la jeune revue Ecrire l’histoire (2008) aient été consacrés à l’émotion n’est pas non plus tout à fait sans signification, les auteurs invoquant du reste et l’actualité et la « diffusion d’une sentimentalité victimaire qui poisse notre rapport au passé ». Cet engouement, qui reprend à son compte nombre d’interrogations classiques en histoire, a été présenté avec une certaine ironie comme un « emotional turn » (Arnaud Fossier). Ironie qui a poussé Piroska Nagy et Damien Boquet à préciser qu’ils cherchaient surtout à restituer sa part sensible à l’histoire et qu’ils avaient l’ambition de proposer un nouveau paradigme de la cognition qui soit désormais pris en compte dans le champ historique. Avant eux, William Reddy avait montré déjà, à travers l’exemple de la Révolution française, de quelle manière les régimes politiques sont prescripteurs de la vie émotionnelle et de son expression.
Par ailleurs, l’ensemble des recherches récentes conteste l’opposition, ancrée dans la culture occidentale, entre émotion et raison, et une conception « hydraulique » des émotions, suivant laquelle celles-ci, telles un liquide sous pression, doivent être contenues grâce à la raison. Une conception illustrée en particulier par Norbert Elias, dont la thèse du processus de civilisation est critiquée, qui ferait évoluer progressivement la civilisation occidentale d’un état affectif, infantile, à un état de raison, un âge adulte où les émotions sont contrôlées et réfrénées.
La saisie des émotions individuelles demeure un front pionnier, ouvert au défrichement et encore largement inexploré. Elle pose une série de questions : les émotions peuvent-elles être seulement considérées comme des réactions liées à l’évaluation d’une situation vécue se traduisant par des manifestations physiques passagères ? Ne faut-il pas mettre l’accent sur la dimension socialement et culturellement construite des émotions et sur la réciprocité qui caractérise la circulation des émotions entre l’individu et le monde ?
Comment les distinguer d’autres manifestations sensibles telles que l’inclination mouvement provoqué par une tendance interne, ou le sentiment qui relève d’un état ou encore du penchant ?
Vouloir faire l’histoire des émotions, est-ce s’en tenir à celle des paroxysmes, à celle de scansions au caractère plus ou moins explosif ou est-ce tâcher de saisir les émotions dans leur durée et leur profondeur, comme éléments structurants mais historiques des affects ? Cette démarche-ci renvoie aux travaux de Philippe Ariès et Michel Vovelle sur la mort, les craintes qu’elle suscite et les représentations du deuil, mais également à tout ou partie de l’historiographie de l’enfance, de la famille, de la maternité, de l’amour et du flirt, de l’animal de compagnie, bref à tout ce qui regarde une intimité informée par le social.

Ce colloque s’inscrit dans le projet d’une histoire des sensibilités, ce vaste continent encore peu exploré par les historiens malgré les appels déjà anciens de Lucien Febvre et l’œuvre d’Alain Corbin. Il prend en compte les acquis de l’histoire des émotions politiques (William Reddy, Christophe Prochasson), mais entend néanmoins s’en démarquer en élaborant une chronologie des manifestations et des représentations des émotions non directement politiques aux XIXe et XXe siècles. Il s’agit d’observer les flux et les reflux de l’émotion tels qu’ils s’expriment et circulent de la sphère de l’intime (correspondance, littérature personnelle, etc.) à la sphère publique (manuels de savoir vivre, fictions, médias). Il s’interroge sur la possibilité de dégager un régime contemporain des émotions en relation notamment avec l’essor des médias ; sur celle, plus précisément, de repérer des variations chronologiques dans l’appréciation des différentes émotions. Il s’interroge aussi sur les apports de ces instruments conceptuels forgés par d’autres, tels que les notions de communautés émotionnelles et de refuges émotionnels. Il se demande enfin  comment les différents discours normatifs rendent compte, suscitent, mettent en forme, encadrent et utilisent les émotions ?

La réflexion portera sur tous les types d’émotion, exception faites des émotions politiques collectives. On pourra s’interroger sur :

  • Les causes et les motifs de l’émotion
  • Le langage de l’émotion : des modes d’expression individuels, intimes, physiques, verbaux à leurs transcriptions dans tous les domaines (livresque, cinématographique, musical, pictural, etc.)
  • Les usages sociaux et les instrumentalisations des émotions (les sociabilités, les interdits, les tabous, les licences)

Bibliographie :

Arnaud Fossier, Un « emotional turn » en Histoire ?
http://www.nonfiction.fr/article-3832un_emotional_turn_en_histoire.htm, consulté le 21/10/210

Ecrire l’Histoire, n°1 et 2, dossier « Emotions », 2008

Piroska Nagy et Damien Boquet, Le sujet des émotions au moyen âge, (Bibliothèque Historique et Littéraire.) Paris, Beauchesne, 2009.

Barbara A. Rosenwein Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2006.

Barbara A. Rosenwein, « Thinking Historically about Medieval Emotions, » History Compass 8 (2010), 1-15.

William Reddy, The Navigation of Feeling, A Framework for the History of Emotions, Duke University, North Carolina, 2001

Comité d’organisation :
Anne-Claude Ambroise-Rendu
Claire Blandin
Anne-Emmanuelle Demartini
Hélène Eck
Nicole Edelman

Comité scientifique :
Christian Delporte
Fabrice d’Almeida
Pascal Ory

Partenaires :
CHCSC (université de Versailles St-Quentin en Yvelines),
HAR- Centre Francastel (université de Paris Ouest Nanterre la défense)
Institut Français de presse (Université de Paris II)
Centre Identités Cultures Territoires (Université Denis Diderot)

Contact :
Anne-Claude Ambroise-Rendu
Anne-Emmanuelle Demartini

Call for papers : « Mastering the Emotions: Control, Contagion and Chaos, 1800 to the Present Day »

source: Institute of Historical Research (University of London)

CFP Mastering the Emotions: Control, Contagion and Chaos, 1800 to the Present Day

Event type:  Conference Date:  16 June 2011 – 17 June 2011

What does it mean to master one’s emotions?

Since the modern category of ‘the emotions’ emerged in the early decades of the nineteenth century, much medical knowledge about and scientific research into this elusive phenomenon has been concerned with its potentially involuntary nature, and with the ability and inability of humans to exert control over their emotions.

From the nineteenth century’s preoccupation with the nature of impulse, to our own concerns about emotional literacy and regulation, the problem of constricting emotions – and producing them on demand – has troubled psychologists, physicians, philosophers, scientists, writers and artists alike.

Constructed as both irrational, yet within the bounds of rational control, separate from, yet the product of bodily processes, ‘the emotions’ have historically proved a key site of medical and cultural debate. At the same time, the exercise of too much control has also been pathologised, and both theatricalised and repressed emotions have historically called into question prevailing notions of ‘authenticity’ and emotional truth.

Papers are invited which explore the management, control or manipulation of the emotions between 1800 and the present day. Possible themes might include, but are not limited to:

  • Pathologisation (e.g. of absence and excess of emotion, emotional impulses)
  • Regulation (e.g. medical or psychological intervention, medically directed self-regulation, emotions and public policy)
  • Manipulation and Performativity (e.g. theatrical production of emotional states, malingering).
  • Trauma and Repression (e.g. emotion and the subconscious, emotional release as therapeutic, the production of emotional states through drugs and hypnosis).

Keynote Speaker: Allan Young, McGill University, Montreal, Quebec, Canada

Organiser(s):  Tiffany Watt-Smith, QMUL Event Location:  Queen Mary, University of London Mile End Road LondonUnited Kingdom

Call for Papers details

Call for papers deadline:  28 January 2011 CFP_Mastering_the_Emotions.docPlease send abstract proposals of 300 words, or panel proposals (3 or 4 abstracts, and a panel rationale of 300 words) by email to Tiffany Watt-Smith t.k.watt-smith@qmul.ac.uk by 28th January 2011. All speakers will be notified by 28th February 2011.

Contact details

Tiffany Watt-Smith t.k.watt-smith@qmul.ac.uk

Appel à contribution : « L’amitié, lien social et politique en France et en Allemagne, XIIe – milieu du XIXe siècle »

Appel à contribution adressé aux doctorants et jeunes docteurs pour une université d’été organisée du 3 au 6 juillet 2011 à l’Institut historique allemand (Paris) sur le thème : « L’amitié, lien social et politique en France et en Allemagne, XIIe – milieu du XIXe siècle ». Présentation et modalités de soumission sur Calenda.

Bourses de doctorat au « Centre for the History of the Emotions »

source: Centre for the History of the Emotions

Funding

The Queen Mary Centre for the History of the Emotions invites applications for two fully funded PhD studentships starting in September 2011.
Application deadline: 21 February 2011

Medicine, Emotion and Disease in History

This three-year studentship comprises part of a five-year Wellcome Trust Enhancement Award in the History of Medicine to fund a research project – ‘Medicine, Emotion and Disease in History’ – which investigates how theories, experiences, and expressions of passions and emotions have developed in medical contexts since the sixteenth century. The studentship is fully funded, providing a maintenance grant at the rate paid by the Wellcome Trust (starting at £21,629 during 2011-12). Fees are also covered by the Wellcome Trust, at the rate for home students. There will also be access to further funds for travel and research expenses.

Full details and information application available here

Emotions and the Home in Modern Britain

This studentship will cover fees and maintenance (at the AHRC rate, which is currently £15,590) from 2011-2014, starting in September 2011. The project will be co-supervised by staff in the School of Geography (Professor Alison Blunt or Dr Alastair Owens), School of History (Dr Thomas Dixon, Dr Rhodri Hayward, or Professor Amanda Vickery) and the Geffrye Museum (Eleanor John). An appropriate supervisory team will be appointed based on the successful candidate’s exact topic.

Full details and information application available here

Call for papers : « Shakespeare and Early Modern Emotion »

source: Andrew Marvell Centre

Shakespeare and Early Modern Emotion

An International and Interdisciplinary Conference

29 June – 1 July 2011

The Andrew Marvell Centre, The University of Hull

This conference will explore the performance and representation of emotion in the work of Shakespeare and his contemporaries. In the last decade, scholars have been increasingly interested in the cultural history of emotions, arguing that they should be regarded as ‘social phenomena’ rather than inward experiences. At the same time, we have seen a resurgence of interest in the ethical and philosophical aspects of literary texts, and a return to thinking about ideas of ‘human nature’.

How did Shakespeare and his contemporaries respond to and/or shape early modern conceptions of emotion? How do early modern plays and poems speak to current debates about emotion, culture, and what it is to be human? Do early modern texts suggest that emotions are bound up with language and culture, or can we make a case for emotions as a transhistorical or even ‘universal’ category?

A broad range of papers are invited, but possible topics might include: the history of medicine and/or the body; the language of emotion; early modern rhetorical culture; discussions of emotion in classical and/or Renaissance literary criticism; emotions on the stage; antitheatrical anxieties; emotion and disease; emotional contagion and mimicry; sympathy and empathy; the cultural significance of tears, laughter, etc.; theories of tragedy; cognitive and social neuroscientific approaches to emotion.

Confirmed keynote speakers include:

Abstracts (no more than 150 words) for 20 minute papers should be sent to Richard Meek r.meek@hull.ac.uk by 1 March 2011.

Call for Papers: ‘Emotions in the Medieval and Early Modern World’ Perth 2011

Source : ici

Des bourses destinées aux étudiants avancés, doctorants et chercheurs précaires sont proposées par les organisateurs du colloque : cliquer ici

Call for Papers – Emotions in the Medieval and Early Modern World

8-11 June, 2011, The University of Western Australia, Perth

Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions, University of Western Australia Centre for Medieval and Early Modern Studies, Perth Medieval and Renaissance Group.

This conference will explore the subject of emotions in the medieval and early modern world, c.500-1800, across a range of disciplines. Within the field, paper proposals from any relevant areas of study are welcome.

Possible approaches and themes may include: the theory of pre-modern emotions; emotions in social and political history; religion and emotion; representations in literature, theatre and the arts; scientific, philosophical and theological understandings; the public performance of emotion; gender and emotion; emotion and the body; policing and punishing emotion; disordered emotions, and other related themes.

The confirmed plenary speakers are:

Indira Ghose (Fribourg) – http://www.unifr.ch/das/fr/staff/IG

Susan Karant-Nunn (Arizona) – http://history.arizona.edu/faculty/faculty.php?id=200

Barbara Rosenwein (Loyola, Chicago) – http://luc.edu/history/faculty/rosenwein.shtml

Peter Stearns (George Mason) – http://provost.gmu.edu/stearns/

Abstracts of c. 300 words for 20 minute papers are now being called for from interested participants.

Submissions of 3 x 20 minute paper panel proposals are also welcome. Please supply abstracts, names of contributors, and contact details.

Collaborative research papers and presentation styles ­ including circulated papers with respondents, workshops, and round tables ­ are encouraged.

Email submissions to Pam Bond: pam.bond@uwa.edu.au or post to CMEMS by March 1, 2011.

Pam Bond

UWA Centre for Medieval and Early Modern Studies

Faculty of Arts, Humanities & Social Science

University of Western Australia

M208 / 35 Stirling Highway

Crawley WA 6009

Australia

Enquiries about the Conference are welcome. Please contact Pam Bond in the first instance. Further details will soon be available on the CMEMS website http://www.mems.arts.uwa.edu.au

The Conference will be preceded by a reception for participants and a public lecture with Professor Peter Stearns on the evening of Wednesday June 8th 2011.

Select refereed volumes of essays based on the work of contributors to the conference are planned.

Some assistance with expenses in attending the conference may be available to postgraduates and unwaged scholars.

Call for papers – « Norbert Elias, Emotional Styles, and Historical Change »

Norbert Elias, Emotional Styles, and Historical Change

An Interdisciplinary Collaboratory

ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, Change Program

University of Adelaide 14-15 June, 2011

Call for Papers

source

1. Conceptualization

This is an international Collaboratory on the historical development of emotional styles in

Europe and North America from medieval times to the present. The meeting will focus on the

seminal ideas of the sociologist Norbert Elias about changes in emotions and society in his

The Civilising Process (1939) and his work more generally. Contributions are sought from

historians, sociologists, cultural theorists and others working in the field of the history of

emotions, and may take the form of substantial historical essays or theoretical papers

discussing alternative models and interpretations to those of Elias.

Besides making substantive contributions to historical knowledge, the Collaboratory will

address two important theoretical issues:

– what are the drivers of change in Western societies’ emotional regimes?

–  what is the role of collective emotions in socio-historical change?

These questions have been chosen because of their intrinsic importance and their salience for

sociologists and anthropologists, as well as historians and students of law, media, politics and

religion.

2. Date and Venue

The Collaboratory will be held at the University of Adelaide 14-15 June, 2011. It is

sponsored by the ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, Change Program.

The meeting is organized by Professor David Lemmings and Professor Ann Brooks.

3. Call for papers

Please submit an abstract of 200 words by 1 February 2011. Completed papers should be

submitted by 15 April 2011. Papers are invited on the following themes:

The history of emotions, especially relating to:

– collective emotions and historical change

– collective identity

– mass emotions and media

– violence

– the body

– crime, the administration of justice and punishment

– gender and social theory

– the state and emotional politics

Papers should not exceed 8,000 words in length. They will be pre-circulated to delegates and

uploaded onto the Collaboratory website. At the meeting abbreviated presentations will be

made by all but the keynote speakers so as to maximise time for discussion. Discussants will

be called for at a later point and further details will be circulated in January 2011.

Abstracts should be submitted to david.lemmings@adelaide.edu.au and

ann.brooks@adelaide.edu.au

4. Keynote speakers

Keynotes will include Professor Barbara Rosewein (Loyola University of Chicago),

Professor Bryan Turner (City University of New York and the University of Western

Sydney), Professor Nicole Eustace (New York University) and Professor Stephen Mennell,

(University College Dublin and the Norbert Elias Foundation).

5. Registration and Accommodation

There will be no formal Registration fee but a charge of AUS$80 will be made to cover the

costs of the Collaboratory dinner. Accommodation details will be provided in January 2011.

David Lemmings and Ann Brooks

Keynote speakers

Stephen Mennell is Professor Emeritus of Sociology at University College Dublin, retiring in 2009.

He read economics at Cambridge (1963-66), and then spent the year 1966-67 in the old Department of

Social Relations at Harvard, before teaching at the University of Exeter (1967-90) and at Monash

University, Australia (1990-93). His books include All Manners of Food: Eating and Taste in

England and France from the Middle Ages to the Present (1985), Norbert Elias: Civilization and the

Human Self-Image (1989, paperback Norbert Elias: An Introduction, 1992, 1998), and The American

Civilizing Process (2007). He holds the degrees of Doctor in de Sociale Wetenschappen (Amsterdam)

and Doctor of Letters (Cambridge). He is a member of the Royal Netherlands Academy of Arts and

Sciences, of the Royal Irish Academy, and of the Board of the Norbert Elias Foundation, Amsterdam.

Barbara H. Rosenwein is Professor of History at Loyola University Chicago and visiting professor

at the University of Utrecht (2005), the École Normale Supérieure (2004), and the École des Hautes

Etudes en Sciences Sociales (1992), She received her Ph.D. degree in History from the University of

Chicago. She is author of many articles and has written several books on Cluny, including To Be the

Neighbor of Saint Peter: The Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049 (1989) and Negotiating

Space: Power, Restraint, and Privileges of Immunity in Early Medieval. Europe (1999). On the

subject of emotions, she is (among other things) editor of Anger’s Past: The Social Uses of an

Emotion in the Middle Ages (1998) and author of Emotional Communities in the Early Middle Ages

(2006). She is currently working on a book tentatively entitled Emotions Past: A History, which

argues that the history of emotions is best seen as a succession of “emotional communities”– groups

whose members share standards and norms of emotional expression–some of which recede and others

of which come to the fore (for various reasons) over time.

Nicole Eustace is Associate Professor of History at New York University. She received her B.A.

from Yale University and her Ph.D. from the University of Pennsylvania. She is the author of

Passion Is the Gale: Emotion, Power, and the Coming of the American Revolution (UNC Press,

2008). She is currently at work on a study of emotion and political change during the outbreak of the

first declared war in the constitutional United States: American Ardor: The Politics of Passion and

Population in the War of 1812.

Bryan S. Turner is the Presidential Professor of Sociology at the Graduate Center, The City

University of New York , where he is Director of the Committee on Religion, and concurrently the

Director of the Centre for the Study of Contemporary Muslim Societies at the University of Western

Sydney. He was previously the Alona Evans Distinguished Visiting Professor at Wellesley College

USA (2009-2010) and has held professorships at Flinders University, Essex University, Deakin

University, the State University of Utrecht, and at the National University of Singapore. He was also a

professorial fellow at Fitzwilliam College and professor of sociology at the University of Cambridge

(1998-2005). He was an Alexander von Humboldt Professorial Fellow at Bielefeld University in

1987. Weber and Islam established his reputation in the sociology of Islam in 1974. More recently he

edited The New Blackwell Companion to the Sociology of Religion (2010) and the four volume

Secularization (Sage, 2010). Vulnerability and Human Rights came out in 2006 and Can we live

forever? in 2009.The third edition of The Body and Society came out in 2008 and Religion and

Modern Society; citizenship, secularisation and the state (Cambridge University Press) will appear in

2011. He was the founding editor of Citizenship Studies, Body & Society (with Mike Featherstone)

and Journal of Classical Sociology (with John O’Neill). He is the series editor of Key Issues in

Modern Sociology and Tracts for the Times with Anthem Press, and with Gabriele Marranci he edits

the new series on Muslims in Global Societies for Springer. Professor Turner is a Fellow of the

Australian Academy of the Social Sciences, a member of the American Sociological Research

Association, and was awarded a Doctor of Letters by Cambridge University in 2009.

Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours

Double Colloque international (Rennes 1er-2 décembre 2011- Toulouse mars 2012)

Organisé par le CERHIO (UMR 6258 Rennes 2) et le FRAMESPA (UMR 5136 Toulouse Le Mirail)

Appel à contribution à consulter sur Calenda

Une thématique du colloque porte sur le lien affectif :

« La fratrie comme lien affectif

L’intensité des sentiments noués au sein de la fratrie, de la haine à l’amour incestueux, a nourri abondamment l’imaginaire au fil des temps. Mais quelles traces ces liens affectifs ont-ils laissées dans les sources à la disposition des historiens ? Comment ont-ils affecté le respect de normes de comportement fraternel ? Ce questionnement renvoie  à l’expression des sentiments fraternels : par quels gestes, quelles paroles, quels écrits se manifestent-ils ? Dans quelles situations ? Il conduit aussi à s’intéresser à la nature de ces sentiments, tendresse, admiration, jalousies, indifférence, à appréhender en fonction des configurations familiales. Enfin, les formes extrêmes de l’amour fusionnel, notamment entre frère et sœur, pouvant déboucher sur l’inceste seront interrogés, ainsi que le regard porté sur ces cas limites brisant un tabou fondamental. »

Les émotions théâtrales : réflexions autour de Ben Jonson

La deuxième séance du séminaire « Les émotions : performativité, pratiques, mises en scène » aura lieu le 13 décembre à l’université de Provence (salle B150, 17h-19h), elle sera consacrée aux émotions théâtrales autour de Ben Jonson :

Présidente de séance : Laurence Lux-Sterritt

–  « Ben Jonson and envy: emotions and the poetic imagination »
Lynn S. Meskill (Université Paris Diderot)

–  « Le Triomphe de la vertu sur les émotions dans les masques de Ben Jonson »
Ladan Niayesh (Université Paris Diderot)

Laurent Smagghe, « Représentations, usages et pouvoirs de l’émotion dans le discours politique des ducs de Bourgogne (XIVe – XVe siècles) » – Position de thèse

Nous l’annoncions dans un précédent billet, Laurent Smagghe, qui a collaboré au dernier volume publié par EMMA « Politiques des émotions au Moyen Âge, a soutenu sa thèse « Représentations, usages et pouvoirs de l’émotion dans le discours politique des ducs de Bourgogne (XIVe – XVe siècles) » le 13 novembre dernier. La thèse a obtenu les félicitations du jury à l’unanimité, auxquelles nous nous permettons d’ajouter les nôtres (dans la mesure où il est possible d’augmenter une unanimité…). Nous remercions Laurent Smagghe de nous autoriser à publier ci-dessous l’argumentaire ou « position de thèse », en espérant qu’il s’attèlera prestement à la publication.

Représentations, usages et pouvoirs de l’émotion dans le discours politique des ducs de Bourgogne (XIVe – XVe siècles)

Le corps du prince médiéval est l’objet d’une focalisation particulière dans les sources. Les caractères de sa morphologie, de sa physionomie et de sa complexion y apparaissent comme les vecteurs privilégiés d’une affectivité souhaitée mise au service de sa légitimité et de son autorité. Comme tout un chacun, le gouvernant fait l’expérience de l’intime et participe de la dimension universelle des émotions, celles-ci constituant autant de chocs en retour qui disent les pertubations dans l’économie intérieure du corps. Pourtant, les injonctions qui pèsent sur sa fonction lui font obligation d’exceller dans la maîtrise de ses comportements. Il lui est ainsi déconseillé de se laisser submerger par des pulsions propices à une gesticulation considérée comme transgressive en ce qu’elle peut conduire à des actes préjudiciables. C’est de cette dichotomie entre l’émotion-vraie ou supposée telle et l’émotion-représentée qui établit la légitimité et l’efficacité du pouvoir qu’est née la réflexion menée dans cette thèse. Il s’agit en particulier de montrer pourquoi et en quoi une émotion particulière évoquée à un moment précis du récit vient servir ou desservir l’exercice du pouvoir en introduisant une rupture dans le fil narratif ainsi que dans l’enchaînement des événements.

L’étude porte sur les Pays-Bas bourguignons dominés aux XIVe et XVe siècles par les ducs Valois-Bourgogne (Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon, Charles le Téméraire). Acteurs essentiels des conflits qui marquent leur temps, ceux-ci s’inscrivent souvent en rivalié avec la cour de France et œuvrent à l’édification d’un état centralisé qui se heurte aux particularismes des communes flamandes. Ce contexte particulier rend plus aigu le besoin d’actualisation des fondements théoriques et symboliques du pouvoir, dans lesquels le discours de l’émotion joue un rôle de premier plan lorsqu’il s’agit de convaincre, composer, châtier ou pardonner. En outre, les fondements idéologiques du pouvoir bourguignon puisent largement à un passé chevaleresque en partie réinventé qui fournit aux auteurs un univers mental particulier ainsi qu’une grammaire de l’émotion qui font également la spécificité de l’espace choisi.

Le choix problématique suppose de mettre au jour des tensions perceptibles entre un habitus idéal et les signes d’une expressivité plus « vivante » spécifique au contexte et à la personnalité des princes. La démarche implique en conséquence l’établissement d’un corpus de sources suffisamment diversifié pour rendre compte de cet écart et des stratégies narratives utilisées par les auteurs. Trois ensemble de sources ont ainsi été retenus. Chroniques, mémoires et récits de type historiographique constituent la base documentaire initiale. De ces textes ont été dégagées des lignes structurantes qui président au discours de l’émotion. Celles-ci ont été confortées par l’étude d’exemples jugés topiques et suffisamment développés dans les récits pour être analysés comme des « séquences émotionnelles ». Les observations peuvent ensuite être mises à l’épreuve d’une deuxième catégorie de textes qui sous-tendent l’écriture historiographique. De nature politique, philosophique, morale et médicale, ceux-ci font partie du bagage culturel des auteurs de la fin du Moyen Âge. Enfin, il faut tenter de cerner l’univers imaginé qui imprègne l’entourage curial, et pour cela de nombreuses incursions peuvent être faites dans la littérature de fiction, au sein de laquelle on a privilégié ici les récits épiques et les œuvres compilées ou rédigées sous le mécénat des ducs de Bourgogne, dont la présence est attesté dans leur bibliothèque ou dans celle des grands mécènes de la cour.

Le corps est le lieu de l’émotion et il est en ce sens un objet ambivalent. Sa porosité, assuré par l’existence de perthuis, en fait un lieu de transgression et de péché, mais il est également l’instrument du rachat et une surface sociale sur laquelle se peignent des états d’âme qui permettent de nouer un dialogue avec les autres. Celui du prince possède la capacité de se hisser au dessus des autres et d’altérer plus profondément et plus durablement son environnement. Il rayonne sur un espace caractérisé par une vision particulière et dominante des manifestations et des pratiques de l’émotion. En adoptant dans l’exhibition de ses propres états d’âme, réels ou supposés, les règles de cette grammaire émotionnelle, le prince pose l’efficacité de son pouvoir et édifie autour de son corps naturel un « espace de l’émotion ». Les manifestations émotives du prince ne peuvent en effet se concevoir en dehors des effets qu’elle produisent sur leurs « récepteurs », que ceux-ci prennent la forme d’une cour abîmée de larmes, d’une ville sidérée d’amour, d’un adversaire pétrifié de peur ou écumant de rage. En ce sens, l’émotion du prince n’isole pas, elle permet un dialogue intégrateur, pacifique ou conflictuel. Pour en évaluer la portée, il est nécessaire d’observer des « séquences émotionnelles » bornées en amont par des déclencheurs particuliers et en aval par des effets attendus ou réalisés, qu’il faut parfois traquer entre les lignes, les sources faisant preuve de certaines réticences à les dévoiler.

Le corps du prince octroie ainsi à son discours son expressivité. Son statut exceptionnel, ainsi que l’évidence d’une dialectique entre intérieur et extérieur, rendent nécessaire une mise en perspective de sa personne physique, d’autant que les métaphores anthropomorphiques du corps politique convoquent un lexique moral, médical et émotionnel entretenant des similitudes avec le corps naturel, et que l’un et l’autre apparaissent dotés dans les sources d’une vie émotionnelle. Corps naturel du prince et corps politique peuvent ainsi agir l’un sur l’autre sous l’effet de commotions. La complexion du prince idéal doit annoncer sa propension a exercer l’autorité en faisant usage de manifestations émotionnelles spécifiques et raisonnables. L’harmonie de ses proportions, sa stature élevée et son torse développé, ainsi qu’une pilosité particulière, constituent les signes extérieurs d’un tempérament propice à l’irascibilité et aux démonstrations de force qui s’affranchissent des simples considérations esthétiques. L’ambiguïté et la plasticité du corps, ainsi que les vicissitudes du temps, expliquent la dichotomie observée entre une vision idéale du corps princier publicisé et les caractères plus saillants de son tempérament.

L’ira principis occupe une place essentielle dans les sources, avec ses corollaires, la haine et l’amour. Cette émotion sert le portrait du prince idéal et garde vivantes les grandes figures du passé réel ou imaginé, convoquées en renfort du sentiment « national » bourguignon. Bien que le Moyen Âge ait établi son bien-fondé pour l’exercice du pouvoir et de la justice, il vaut mieux pour le prince être « dur à courrousser » et ne céder à la colère qu’après avoir épuisé tous les moyens de l’éteindre, par l’exercice de la menace, le recours au conseil ou à l’intercession. Les manifestations ostentatoires et prolongées de la colère fondent en effet la haine, sentiment très préjudiciable pour l’image du gouvernant car il porte à la violence irraisonnée et au désir de vengeance. Il existe cependant un « bon courroux » qui établit ou conforte l’autorité et donne toute sa valeur à la clémence du prince, à son attachement pour le Bien Public ainsi qu’à son l’amour manifesté pour le peuple. Ce faisceau d’émotions est donc incontestablement un outil de gouvernement mais il est d’un usage difficile car il peut mener à des comportements jugés outranciers par l’opinion commune. Les sources manifestent des embarras à décrire l’ire du prince et recourent fréquemment à un appareil de métaphores et de biais lexicaux. Au stade où l’émotion atteint son apex, la convocation du macrocosme dit son intensité lorsque celle-ci ne peut s’incarner, sous peine de menacer durablement la majesté sereine.

Entre rires et larmes, les travaux et les jours des princes sont difficilement réductibles aux catégories modernes de l’émotion, et le lexique utilisé aujourd’hui pour les nommer est source d’anachronismes pour l’interprétation. La souffrance est omniprésente dans les récits et laisse penser qu’elle est consubstantielle au métier de gouverner. Elle peut toutefois revêtir un caractère « héroïque » lorsqu’elle est motivée par des déclencheurs considérés comme légitimes et qu’elle chemine selon un protocole qui permet au prince d’y valoriser sa dignité et sa capacité à triompher d’un état dont il est souhaitable qu’il ne se prolonge pas. La joie du prince ne se laisse pas davantage réduire à la conception contemporaine qui la considère comme un négatif du malheur. La polysémie des larmes illustre bien l’ambivalence de ces deux émotions et la porosité de la limite entre celles-ci. Tout se passe comme si la vérité de l’émotion devait être saisie au plus près par l’exposition de son contraire, l’une ou l’autre n’ayant de sens que dans la présence d’un tiers pour se réjouir ou s’affliger.

Le dialogue symbolique des émotions forge donc la relation du prince avec ses entourages, mais leur ambiguïté et les multiples modalités expressives qu’elles permettent rendent ce lien plus complexe. Il est cependant fructueux d’interroger les subtilités de cette communication particulière, pour faire émerger l’émotion du pouvoir et le pouvoir de l’émotion.

Laurent Smagghe

Die Bildung der Gefühle / L’éducation des émotions

Du 2 au 4 décembre 2010, un colloque interdisciplinaire consacré à l’éducation des émotions est organisé à Berlin en partenariat entre le Max-Planck-Institut (Centre for the History of Emotions) et le programme « Languages of emotion » de l’Université Libre de Berlin. La conférence d’introduction sera prononcée par la sociologue israëlienne Eva Illouz (« Reflections on Sentimental Education ») dont nous avons déjà commenté le travail dans le carnet d’EMMA (ici). Pour consulter le programme du colloque : cliquer ici.

Les émotions politiques dans l’oeuvre de Don Juan Manuel (1282-1348)

Source: laboratoire FRAMESPA

PROJET DE THESE d’Héloïse VIAN – HASSENFORDER
Les émotions politiques dans l’oeuvre de Don Juan Manuel (1282-1348)
Sous la direction de Mme La Professeure Amaia ARIZALETA.
Octobre 2010
Le travail de mon mémoire de Master II, « Dire les émotions de la noblesse : l’exemple du Conde Lucanor de Don Juan Manuel », a consisté à élaborer, à travers l’étude des cinquante-et-un exempla de ce recueil rédigé entre 1325 et 1335, une grille d’analyse historique et littéraire de la représentation des affects.
Longtemps l’apanage exclusif des psychologues cognitifs, l’étude des émotions a récemment attiré l’attention des spécialistes d’autres disciplines, tels les historiens qui ont démontré l’utilité d’une appréhension historique de la sensibilité (1). L’élargissement de cette démarche à une perspective littéraire était inévitable, et se devait de procéder à un retour attentif à la lettre, exploitant tous les recours que celle-ci offre, sans toutefois négliger l’apport des grandes notions des autres disciplines. En effet, de par leur qualité de témoignage de contextes et valeurs, les textes littéraires sont et font histoire. Il convient donc, au-delà d’une simple application de grille, de savoir prendre en compte les spécificités du texte et celles de son auteur mais aussi les différents contextes historique, social, culturel, religieux et idéologique. Mon mémoire s’est donc efforcé de jeter quelques pistes explorant ces directions. Je me suis ainsi demandée comment Don Juan Manuel se servait des émotions, à la fois dans la construction des récits et la transmission d’un message didactique et dans l’élaboration d’un discours politique, au sein duquel les émotions sont utilisées pour faire l’éloge ou la critique de ses contemporains. Une autre grande ligne de ce travail portait sur l’association des affects à des vices ou à des vertus, au corps, à l’esprit ou à l’âme.
Par ailleurs, il est apparu que la position de Don Juan Manuel quant à la colère peut être mise en relation avec celle de Saint Thomas d’Aquin. En effet, la colère n’est pas condamnée mais reconnue comme partiellement bénéfique, ce qui s’oppose au point de vue dominant. Le fait que Don Juan Manuel ne puisse pas être rangé dans la catégorie des intellectuels et la faible distance temporelle les séparant (Thomas meurt en 1274, et Manuel naît en 1282) rendent cette similitude particulièrement intéressante et génèrent une foule de questions : le Castillan a-t-il pu être réellement en contact avec la pensée thomiste ? Cela s’est-il produit par le biais de l’ordre des dominicains, que Manuel fréquentait (2) ? S’agit-il de l’un des premiers échos de Saint Thomas dans la littérature castillane ? Un autre auteur l’a-t-il précédé ou suivi ?
Dans le cadre de l’approfondissement de notre sujet en thèse, nous aborderons à nouveau ces différentes questions, mais en élargissant le corpus et les perspectives. Nous travaillerons cette fois sur les oeuvres complètes de Don Juan Manuel. Bien évidemment, une telle étude ne pourrait fonctionner sans l’apport secondaire d’autres sources présentant des similitudes ou au contraire des disparités significatives avec nos textes de départ. Il conviendra donc d’inclure quand nécessaire des oeuvres telles que le Sendebar, les Bocados de Oro, tous deux d’origine arabe, ou la Estoria de España, chronique élaborée dans les ateliers d’Alfonso X, c’est-à-dire les sources d’inspiration potentielles ou avérées du Conde Lucanor et des autres écrits de Don Juan Manuel qui ont été conservés : la Crónica Abreviada (datée d’avant 1325), le Libro de la Caça (rédigée entre 1325 et 1326), le Libro del Cavallero et del Escudero (incomplet et difficile à dater), le Libro Enfenido (rédigé entre 1334 et 1337), le Libro de las armas o de las tres razones (1337, adressé à un dominicain) et le Tratado de la Asunción de la Virgen María (entre 1340 et 1346). Une confrontation avec des oeuvres qui ne semblent pas l’avoir inspiré sera également nécessaire : Don Juan Manuel, très tôt orphelin de père, a été protégé par son cousin le roi Sancho IV. S’est-il intéressé aux Castigos de ce dernier ? Pourquoi ne s’en est-il pas inspiré ?
Dans cette étude, j’accorderai une attention particulière à la singularité de Don Juan Manuel en tant qu’auteur et en tant qu’individu, c’est-à-dire à son rapport étroit avec les deux groupes sociaux qu’il décrit le plus, noblesse et royauté, étant lui-même membre de la noblesse mais lié par le sang à la royauté au pouvoir ; à ses ambitions politiques (il tentera notamment de devenir régent de son parent Alfonso XI, mais devra partager ce poste) ; à son positionnement personnel dans de nombreux conflits (dont certains, l’opposant à Alfonso XI, dans lesquels il sera un acteur de premier plan(3)). Quels sont les buts et les destinataires recherchés ? Dans quelle mesure l’influence de la prédication et des dominicains s’exprime-t-elle dans la vision manuelienne des émotions et dans la construction des discours ? Peut-on parler de rhétorique du movere dans l’ensemble de ses textes ? Comment la personnalité de Don Juan Manuel se manifeste-t-elle dans les différentes oeuvres ? Sa vision des émotions s’inscrit-elle dans la lignée d’un ou plusieurs courants de pensée ou présente-t-elle des singularités ? Sa sensibilité à lui s’exprime-t-elle ? Reste-t-il fidèle à l’esprit des sources qu’il compile ? Cherche-t-il à écrire comme un historien ?
Il conviendra également de continuer à développer l’étude individuelle des différentes émotions présentes dans les textes (peur, honte / vergogne, colère, tristesse, joie), d’en confronter les valeurs, les modes de représentation, et le lexique employé.
Ces diverses pistes me permettront, j’espère, de construire une thèse de doctorat qui cernera la globalité du rapport aux émotions et de la représentation de celles-ci dans l’oeuvre de Don Juan Manuel.

1 Pour un état de la question sur l’histoire des émotions en général et plus précisément au Moyen Âge, voir BOQUET, Damien & Piroska NAGY (eds.), Le Sujet des Émotions au Moyen Âge, Paris : Beauchesne, 2009, et le site de leur programme EMMA (Pour une histoire des EMotions au Moyen Âge, « Les carnets d’EMMA », http://emma.hypotheses.org)

2 Sur ce point, voir LIDA DE MALKIEL, Maria Rosa, « Tres notas sobre Don Juan Manuel », dans Estudios de literatura española y comparada, Buenos Aires : Editorial Universitaria, 1966, p. 92-133. Voir aussi DEYERMOND, Alan, Estudio preliminar al Libro del Conde Lucanor, Madrid : Alhambra, 1985 et leurs bibliographies.

3 Sur ces points, voir notamment LACARRA, María Jesús, Don Juan Manuel, Madrid : Síntesis, 2006 et GIMÉNEZ SOLER, Andrés, Don Juan Manuel : bibliografía y estudio crítico, Saragosse : Academia Española, 1932.

Coeur de pierres : un colloque consacré à l’Architecture Emotionnelle (Genève, 20-22 janvier 2011)

En lisant les nouvelles sur le blog « Le Cresson veille », j’apprends l’organisation prochaine d’un colloque sur le thème de l’Architecture Émotionnelle. Pour en savoir davantage sur cette appréhension affective des lieux de vie et le programme du colloque, voir le blog « Architecture émotionnelle ».