Archives de catégorie : séminaires

L’émergence des sciences médiévales des émotions aux XI-XIIIe siècles, ou EMMA à Genève

EMMA sera l’hôte du Séminaire des Archives Jean Piaget à Genève, mardi prochain le 26 avril, à 18h15, salle R040 à UniMail, à Genève.

Genève Piaget

L’émergence des sciences médiévales des émotions aux 11e-13e siècles: une histoire intellectuelle

Résumé de la conférence

Alors que d’après le récit, devenu habituel, du développement de la pensée occidentale à propos de l’émotion, le concept se cristallise parallèlement à la sécularisation de la société et de la pensée européenne et il est étroitement lié à la naissance de la discipline psychologique, on va tenter de montrer ici qu’une psychologie systématique de l’affectivité, dans laquelle émotion et raison sont étroitement liées, avait émergé bien plus tôt, dans le cadre de la pensée chrétienne occidentale. En effet l’anthropologie chrétienne – ie, la conception de l’être humain – est entièrement reformulée dans le contexte du renouveau culturel et intellectuel des XI-XIIIe siècles, à la fois dans le monde monastique et les milieux ‘scolastiques’. Au haut Moyen Âge les émotions étaient comprises dans la perspective morale dualiste des vices et des vertus; à partir du XIIe siècle, les émotions, positives ou négatives, attirent une attention croissante et commencent à faire partie de l’image plus complexe de la nature humaine. Alors même que la perspective chrétienne demeure le cadre d’une littérature en forte croissance, orientée vers la psychologie, les émotions sont décrites en rapport avec les puissances de l’âme et leurs dimensions sensorielles et corporelles, en même temps qu’avec leurs fonctions cognitive, rationnelle et volitive, considérées de manière intégrée. C’est cette psychologie médiévale des émotions que nous souhaitons ici présenter.

Le pouvoir des liens faibles

LE POUVOIR DES LIENS FAIBLES (2015-2016)

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.

Alexandre GEFEN (CNRS-Paris 4 Sorbonne) / Sandra LAUGIER (Paris 1 Sorbonne)

index

 

 

 

JEUDI DE 18H00 À 20H00

 

3 décembre : Camille LAURENS

L’écrivain et ses lecteurs

21 janvier : Dominique CARDON

L’attachement en réseau

 

18 février : Rémi BEAU

La question environnementale

 

24 mars : François BON

Du monde comme lien faible (injonctions autonomes de l’écriture)

 

14 avril : Hugo CLÉMOT

L’attachement aux personnages de séries télévisées

 

19 mai : Veena DAS

Violence of the everyday and against the everyday

 

9 juin : Joelle ZASK

Les relations face-à-face

 

30 juin : Alexandre GEFEN et Sandra LAUGIER

Conclusion

 

 

Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque Georges Ascoli,

Escalier C, 2e étage, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (Entrée par le 17, rue de la Sorbonne).

Séances ouvertes à tous sans réservation

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.

Les Désordres de l’âme, anthropologie et politique des passions à l’âge baroque

source : Polysémie

VENDREDI 12 JUIN (17h30-19h30) : Les Désordres de l’âme, anthropologie et politique des passions à l’âge baroque.

Salle D 223, à la Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris : plan d’accès

– Laëtitia MARCUCCI (docteur en philosophie de l’Université de Nice Sophia Antipolis): « Approche philosophique des désordres de l’âme et du corps à la Renaissance et au premier XVIIe siècle au prisme de la physiognomonie et de la pathognomonie »

– Yann RODIER (docteur en histoire de l’Université Paris-Sorbonne) : « Les traités des passions: analyser et domestiquer les désordres de l’âme au lendemain des guerres de Religion (premier XVIIe siècle) » Résumé

Les émotions médiévales, actualité éditoriale en avant-première

Le mercredi 20 mai, le séminaire « Corps » de l’UMR Telemme (Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme, salle Témime, 9h30-12h00) s’intéresse aux émotions médiévales, et plus particulièrement aux projets éditoriaux en cours :

Didier Lett (Université de Paris VII) présentera le chapitre qu’il a écrit, consacré aux émotions familiales au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), à paraître dans le volume I de l’Histoire des émotions, dirigé par G. Vigarello.

Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille) présentera le livre qu’il a co-écrit avec Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, à paraître aux éditions du Seuil cet automne.

Présentation du séminaire : cliquer ici

Qu’est-ce que l’indifférence ?

Source : Licence Sciences et humanités (Université d’Aix-Marseille)

Conférence d’Enrico Donaggio (professeur de philosophie à l’université de Turin)

Contrairement a ce que la plupart de nous aiment penser et espérer, l’indifférence constitue la passion privée et publique plus répandue face aux horreurs et aux merveilles de la vie quotidienne. Sonder ce degré zéro de la vie émotionnelle et politique, trouver une réponse à la question : « Où est-ce que je vais, lorsque j’ignore ou quitte le monde ? », semble un des enjeux fondamentaux pour mieux comprendre, critiquer ou, effectivement, oublier la réalité qui nous entoure. Tout bien en sachant que « tu peux te soustraire aux souffrances du monde, libre à toi. Mais peut-être ce retrait est-il la seule douleur que tu pourrais éviter » (Franz Kafka).

Date : le 09/04

Lieu : Campus Saint Charles, Salle 01, Bâtiment 05

Horaire : De 18h30 à 20H

 

Sensibilités et émotions: quelle histoire ?

Sensibilités et émotions : quelle histoire ?

Vendredi 3 avril de 13h30-16h – Demi journée d’étude

emotions3avril-Version4-3 copie

Lors de cet atelier collaboratif sous forme de table ronde, suscitée par l’actualité de l’histoire affective en France et à l’étranger, proposée en commun par quatre historiens de  la vie affective, deux médiévistes (Damien Boquet – Piroska Nagy) et deux contemporanéistes (Quentin Deluermoz – Hervé Mazurel), il s’agira de réfléchir ensemble sur l’identité du champ historiographie de l’histoire de la vie affective, à partir de la comparaison  des signifiés de « l’histoire des émotions » et de « l’histoire des sensibilités ». La discussion prendra la forme d’une véritable table ronde: les participants aborderont tour à tour et discuteront en commun un ensemble de questions prédéfinies, concernant  leur généalogie intellectuelle respective, la définition du champ, ses grands enjeux actuels, ainsi que les présupposés épistémologiques et les pratiques méthodologiques de chacun.

 

Lieu

EHESS
Salle Jean-Pierre Vernant
190, avenue de France
75013 Paris

Séminaire – Table-ronde : Quelle histoire des émotions ?

Le mercredi 21 janvier 2015 – Aix-en-Provence, Salle Paul-Albert Février, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 14h-17h Organisation : Anne Carol | Isabelle Renaudet
Le Corps : expériences, identités, culture du Moyen Âge à nos jours

Annonce
Cette table-ronde se propose de réfléchir,  à partir de quelques propositions de recherches en cours, à l’histoire des émotions contemporaines.
 L’histoire des émotions est un chantier récent. Dans la perspective d’une publication collective de synthèse, on se propose de confronter et de discuter, dans une table ronde entre histoire et anthropologie, quelques exemples d’émotions contemporaines avec des spécialistes du corps, du spectacle sportif et des migrations.
Programme
Anne Carol, AMU-CNRS, Telemme
Présentation
Christian Bromberger, professeur d’anthropologie (AMU-CNRS, Idemec)
Le spectacle sportif : faire le plein d’émotions
Jean-Jacques Courtine, professeur d’anthropologie (Université d’Auckland)
Vers une histoire culturelle des anxiétés
Anne Carol, professeur d’histoire (AMU-CNRS, TELEMME)
Les émotions contemporaines face au corps, à la maladie, à la mort
Michel Peraldi, CNRS, CADIS
Frontières et condition migrante : une approche au prisme des émotions
Damien Boquet, Maître de conférences d’histoire (AMU-CNRS, TELEMME), Gian Marco Vidor, chercheur (Institut Max Planck, Berlin)
Discutants

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe s. à aujourd’hui

 

Source : Fabula

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe s. à aujourd’hui — 3e séance
Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?
Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Mots-clés : affect, passion, imagination, sensation, sens, sentiment, pitié, compassion, sympathie, sensibilité, émotion, empathie, politique, morale, homme, anthropologie, expérience, passivité, activité, action, égoïsme, intérêt, utile, amour propre, amour de soi ; sensibility, feeling, moral sense, emotion, sympathy, empathy, compassion ; Gefühl, Sensibilität, Sinnlichkeit, Leiblichkeit, Mitleid ; affectus, passio, sensus, animi motus, mens emota.

3e séance

Mercredi 17 décembre 2014, bâtiment A, salle 304, 14h-18h00

Intervenants :

Miryam Giargia (Sophiapol / Università degli Studi di Milano) : « La honte à l’âge moderne : construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique aux XVIIe et XVIIIe siècles ».
Si l’on évoque le débat moderne sur les passions, la particularité de la honte est qu’elle occupe tout simplement une place privilégiée. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècles, en effet, nombre d’auteurs en soulignent la fonction décisive dans la dimension morale et politique de l’existence humaine. Une présentation des thèses de Hobbes, Rousseau et Kant à ce propos, nous permettra dès lors d’esquisser une histoire conceptuelle de la honte à l’âge moderne. En soulignant des éléments de continuité marqués entre ces trois penseurs quant à leurs conceptions de la honte, notre travail visera également à montrer que ces trois conceptions constituent rien de moins que trois étapes fondamentales d’un même parcours théorique au sein de la réflexion moderne sur la construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique.

 

Nestor Capdevila (Sophiapol) : « Raison et passion dans l’analyse de la démocratie par Tocqueville ».
Tocqueville montre comment l’égalité des conditions modifie l’affectivité des individus (passion de l’égalité, développement de l’envie, etc.). Il prétend faire une analyse impartiale, mais son étude écrite sous l’effet d’une sorte de terreur religieuse devant l’avènement de la démocratie est elle-même travaillée par les passions.

Responsable :

R. Chappé, M. Giargia

adresse

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Penser les affects, des scolastiques aux neurosciences

Source : ENS Lyon

TR Affects2Table ronde
Dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance »
le 26 novembre 2014
18-20 h

Lieu(x) :

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes Amphithéâtre Descartes

Table ronde organisée dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance », organisé par Carlos Heusch (ENS de Lyon, UMR 5648 – CIHAM), avec la collaboration de Jimena Gamba (U. Salamanca), Mélanie Juste (ENS de Lyon – CIHAM) et Irene Salvo García (CNRS – CIHAM).Pour beaucoup, au Moyen Âge, l’amour était une question « scientifique ». Qu’en est-il aujourd’hui ? Que dit la science au sujet des affects ? C’est ainsi qu’est née l’idée de réunir autour d’une table des neuroscientifiques dont les recherches concernent l’activité cérébrale liée aux affects (émotions, regard, plaisir, amour…) et des médiévistes fins connaisseurs des écrits théoriques médiévaux sur ces mêmes questions.

Le but de la rencontre n’est pas tant celui d’une mise en regard de la « fable scientifique » médiévale avec la « vérité scientifique » de l’ère de l’électrode, mais celui, certes intellectuellement plus risqué, de la recherche de convergences dans la démarche intellectuelle, dans les conceptions de l’homme que sous-tendent les questions que les chercheurs d’avant et ceux d’aujourd’hui se posent dès lors qu’ils se mettent à « penser » les affects. Au-delà des déterminations épistémologiques de chaque période historique, que nous apprend sur l’être humain le questionnement sur la façon dont son corps et son esprit réagissent face au monde qui l’entoure ?

Table ronde modérée par Carlos Heusch, avec la participation de :

  • Nathalie George, neuroscientifique (CNRS, UPR640 Cogimage)
  • Stéphanie Dubal, neuroscientifique (CNRS, USR3246 Centre Émotion)
  • Damien Boquet, médiéviste (U. d’Aix-Marseille, UMR TELEMME)
  • et Jesús Rodríguez Velasco, médiéviste (Columbia U., New York).

EMMA en Australie, premier pas : Perth

Pendant que Damien se promène sur les ondes parisiennes, Piroska est (je suis!) aux antipodes, pour visiter le Centre d’Excellence pour l’Histoire des Émotions, en y donnant une série de conférences et séminaires, dont la première eut lieu ce soir,   à l’Université de Western Australia, avec un titre et résumé légèrement « électoraliste », comme dirait Rafael Mandressi, il s’y est agi essentiellement de s’interroger sur le pouvoir des émotions vécues collectivement, créant un événement, un « corps émotionnel » — dans la continuité de ce qui a pu se discuter au colloque Emotional Bodies à Genève. Est-ce qu’une communauté émotionnelle, telle que l’a définie Barbara Rosenwein, peut être éphémère?

La prochaine, mercredi à 11h, présentera les idées de notre livre à venir, avec Damien…

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui

Source : Fabula

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui

Séminaire

 

Présentation

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?

Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Mots-clés : affect, passion, imagination, sensation, sentiment, pitié, compassion, sympathie, sensibilité, émotion, empathie, politique, morale, homme, anthropologie, expérience, passivité, activité, action, égoïsme, intérêt, utile, amour propre, amour de soi ; sensibility, feeling, moral sense, emotion, sympathy, empathy, compassion ; Gefühl, Sensibilität, Sinnlichkeit, Leiblichkeit, Mitleid ; affectus, passio, sensus, animi motus, mens emota.

 

Lieu :
 Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

14 octobre 2014, 1ère séance (bâtiment T, salle 237)

Pierre Crétois (Université Paris Ouest, Sophiapol/Université François Rabelais de Tours) : Le statut des passions politiques chez Rousseau.

Présentation :

Les passions ont un statut politique problématique chez Rousseau. La pitié qui s’adresse à un autre soi-même est pré-politique. Quant au politique, il se constitue par une rupture avec cette passion sociale rivale qu’est l’amour-propre. Pourtant,  le rapport vertical de chacun à la volonté générale constitue une nouvelle affectivité que l’on pourrait qualifier de politique et qui ne se rapporte pas de façon première à autrui : l’amour d’un transcendance auto-instituée dans l’immanence se formulant, par exemple, dans la forme d’un amour de la patrie et d’institutions comme la religion civile.

 

Charles Ramond (Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis): Le « sentiment d’injustice » dans la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith.

Présentation :

Le « sentiment d’injustice » (ou, comme le nomme Rousseau dans l’Émile, le « sentiment de l’injustice ») est l’emblème des « sentiments moraux », et attesterait même, pour certains philosophes (jusqu’à Rawls et son sense of justice) d’un « sens moral » donné à tous. Or, de façon très surprenante, le « sentiment d’injustice » se révèle presque totalement absent de la Théorie des sentiments moraux. L’exposé consistera d’abord à mettre ce fait en évidence, puis à en rechercher la signification, dans une réinterprétation du sens général de l’ouvrage d’Adam Smith et dans une interrogation plus large sur le domaine de validité des « sentiments moraux ».

adresse

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, salle T237

Pouvoir de l’imagination et action à distance au Moyen Âge : lectures d’Avicenne en Occident

Source : Groupe d’Anthropologie Scolastique (EHESS)

Béatrice Delaurenti, maître de conférences à l’EHESS

1er et 3e vendredis du mois de 13 h à 15 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2013 au 6 juin 2014. Séance supplémentaire le 28 mars (même heure, même salle). Pas de séance le 2 mai. La séance du 4 avril est reportée au 11 avril (salle 4, même adresse)

Le séminaire poursuit l’analyse des réflexions philosophiques et médicales de l’époque médiévale sur l’action à distance, en s’attachant au thème du pouvoir de l’imagination sur le corps d’autrui. Cette question est étroitement liée, dans l’optique médiévale, au traité De Anima d’Avicenne, traduit en latin dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Avicenne soutient que l’homme peut agir sur les choses extérieures en vertu du pouvoir de son âme, par la force de son regard. Cette célèbre interprétation de la fascination a circulé en Occident, riche en suggestions pour ceux qui cherchaient à penser les phénomènes d’influence dans un cadre dominé par l’aristotélisme chrétien. Nous étudierons la réception de la doctrine d’Avicenne sur l’action à distance à partir d’écrits philosophiques et médicaux rédigés dans le monde latin entre la fin du XIIe siècle et la fin du XVe siècle. L’enquête permettra de préciser jusqu’à quel point la théorie avicennienne du pouvoir de l’âme est connectée avec la thématique spécifique du pouvoir de l’imagination, et quels en sont les enjeux pour la scolastique chrétienne.