Archives de catégorie : Vient de paraître

Histoire de la vergogne

“Histoire de la vergogne”, numéro thématique de la revue Rives nord-méditerranéennes, 31 (2008). 136 pages. 10 euros

(En novembre 2007, EMMA a organisé une table-ronde, en partenariat avec l’UMR TELEMME, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, sur le thème de la vergogne dans l’histoire. Ce numéro de la revue Rives en publie les fruits.)

Pourrions-nous concevoir une société qui aurait de l’amour une connaissance seulement livresque, incapable d’en ressentir l’émoi, non par sècheresse de l’âme et du cœur, mais parce que l’usage s’en serait progressivement perdu ?

La supposition paraît sortir d’une imagination retorse, pourtant c’est bien ainsi que nous vivons aujourd’hui la vergogne, dans la nostalgie de son absence. C’est pourquoi il importe de faire l’histoire de cette « passion louable » à la confluence de la honte, de l’honneur et de la pudeur, non pour combler le manque mais pour le comprendre et, qui sait, en accepter le pincement.

« Terme autrefois très noble et qui aujourd’hui est devenu familier » : ainsi débute la notice du mot « vergogne » dans le Littré, non par une définition, ni même par une qualification mais par une précaution, une mise en garde, presque un regret. Depuis, le déclassement sémantique de la vergogne dans la langue française semble s’être poursuivi puisque de nos jours le terme est considéré comme « vieilli » (Le Robert). Néanmoins, la tragédie de la vergogne qui attristait Emile Littré devrait réjouir l’historien, dans la mesure où elle lui épargne le piège tendu par d’autres émotions, telles la peur, la joie ou la colère que l’on considère aisément comme universelles. Non seulement le mot a une histoire, longue et sinueuse, mais l’émotion qu’il exprime s’avère particulièrement complexe, voire paradoxale, dans la mesure où elle dépend profondément des valeurs qu’une société revendique et impose. Rattachée par l’étymologie au champ émotionnel de la crainte (cf latin vereor), la vergogne se présente comme le fruit du mariage ombrageux de la honte et de la pudeur, deux émotions proches qui pourtant, tel Janus au double visage, paraissent chacune regarder en deux directions opposées, de part et d’autre d’une ligne imaginaire qui serait celle de la norme sociale. Ainsi comprise, la pudeur, dont l’histoire a longtemps côtoyé celle de l’honneur, qualifie de façon positive les valeurs qui préservent la dignité de la personne, donc garantissent son rang et sa position sociale, dans un rapport étroit, mais non exclusif, avec le corps intègre. Dès lors, la honte surgirait, qu’elle soit ressentie par la personne ou dénoncée sous forme d’anathème, lorsque ces mêmes valeurs sont bafouées, lorsque l’intégrité construite du corps est offensée. A partir de cette trame, ici à peine esquissée, une multitude de variations dans la combinaison des émotions comme dans leurs configurations sociales et culturelles peuvent intervenir. Ainsi, en scrutant ces diverses réalités affectives du passé à partir d’un sentiment devenu quelque peu étrange-r à notre modernité, nous souhaitons montrer toute la validité d’une anthropologie culturelle et sociale des émotions. Plusieurs pistes se dessinent. Il est intéressant de suivre le lien entre l’histoire du mot vergogne et les pratiques émotionnelles et sociales qu’il qualifie. Dans la mesure où le sens du terme (entendons ici l’original latin verecundia et ses équivalents vernaculaires) semble avoir fortement évolué à travers les siècles, on pourra tenter de mettre au jour quelques jalons de cette histoire. Chemin faisant, il faut évaluer la pertinence de l’hypothèse d’un repli sémantique sur le champ de la honte qui correspondrait simultanément à un processus de « désannoblissement » du sentiment. Mais il ne s’agit pas de s’arrêter exclusivement au mot : même en son absence, il convient de s’interroger sur le nœud d’émotions et de valeurs qu’il met en confluence. Pourquoi et comment des affects comme la pudeur, l’honneur, la honte, la gêne sont-ils culturellement et socialement interdépendants ? Selon quelles motivations et quelles modalités pratiques les normes sociales et les comportements – ceux codifiés par l’imaginaire, la morale ou bien encore par la justice – mettent-ils en relation ces sentiments ? Le corps est un acteur de premier plan dans cette scénographie. En raison de sa familiarité avec la pudeur, la vergogne se manifeste voire se construit dans un rapport presque automatique avec un corps qui se cache ou que l’on masque, qui se dévoile ou que l’on exhibe. On rougit, on pâlit, on pleure de vergogne ; à l’inverse, tout corps qui s’expose abusivement risque une accusation de dévergondage. Enfin, par cette relation étroite avec la thématique du corps dénudé  la question du genre, donc des spécificités masculines ou féminines de la vergogne – ou de sa privation -, mérite d’être explorée.

Sommaire:

Dossier thématique “Histoire de la vergogne”

• Damien Boquet (Université de Provence – IUF), “Introduction. La vergogne historique : éthique d’une émotion sociale”, p. 7-16. [texte intégral en ligne / full text on line]

• Guillemette Bolens (Université de Genève), “La vergogne dans la légende de Lucrèce de l’Antiquité à la Renaissance”, p. 17-39. [résumé / abstract]

• Nira Pancer (Université de Haïfa), “Les hontes mérovingiennes: essai de méthodologie et cas de figure”, p. 41-56. [résumé / abstract]

• Laure Verdon (Université de Provence), “La course des amants adultères. Honte, pudeur et justice dans l’Europe méridionale du XIIIe siècle”, p. 57-72. [résumé / abstract]

• Damien Boquet (Université de Provence – IUF), “Christus dilexit verecundiam. La honte admirable d’Angèle de Foligno et la cause des franciscains spirituels”, p. 73-88. [résumé / abstract]

• Christine Orobitg (Université de Provence), “Les ambiguïtés de la vergüenza dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles”, p. 89-113. [résumé / abstract]

Pages “jeunes chercheurs”

• Svenja Gröne (programme intégré Universités de Tübingen / Provence), “Le premier écrit scientifique cistercien: le De nature corporis de Guillaume de Saint-Thierry (†1148)”, p. 115-130. [résumé / abstract]

Pour commander : adresser un chèque de 13 euros (port compris) accompagné de vos coordonnées à l’ordre de “agent comptable de l’université de Provence” à :

Rives
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
5, rue du Château de l’Horloge – BP 647
13094 Aix-en-Provence Cedex 2

“Ecrire l’histoire” n°2 : dossier émotions

Le deuxième numéro de la revue Écrire l’histoire est consacré – comme le premier déjà – à la question des émotions dans l’histoire, et aux enjeux d’une histoire des émotions.

Le Moyen Âge tient une place importante avec un article de Gerd Althoff, mais également une contribution d’EMMA.

Voir donc ci-dessous le sommaire de ce numéro 2.

Sommaire des numéros 1 et 2 – Bon de commande de la revue : “Ecrire l’histoire” : Emotions 1 et 2

Écrire l’histoire, “Émotions” n°2, Automne 2008

• Entretien Alain Corbin (avec Paule Petitier et Sylvain Venayre)
• Présentation par Paule Petitier
Damien Boquet & Piroska Nagy: “Émotions historiques, émotions historiennes”
Chantal Liaroutzos: “Émotions d’antiquaires”
Florence Dumora: “L’émotion anachronique”
Frank Biess:  “Anxiété d’après-guerre : peurs et fantasmes de représailles de l’Allemagne”
Janine Altounian: “De l’émotion à la contrainte d’écrire”
Sylvain Dreyer: “Montages d’archives et organisation des affects. À propos de Pelechian et Gianikian-Ricci Lucchi
Pierre Pachet: “Émotions cathodiques”.
Gerd Althoff: “Du rire et des larmes : Pourquoi les émotions intéressent-elles les médiévistes ?” Traduit par Agnès Graceffa

Lectures
• Hélène Monsacré, “Les larmes d’Achille : Le héros, la femme et la souffrance dans la poésie d’Homère”, Albin Michel, 2000, par Florence Dupont.
• Anne Vincent-Buffaut, “Histoire des larmes, XVIIIe-XIXe siècle”, Petite Bibliothèque Payot, 2001, par Florence Alazard.
• Sophie Wahnich, “La Liberté ou la mort, Essai sur la terreur et le terrorisme”, La Fabrique, 2007, par Georges Benrekassa
• Stéphane Audoin-Rouzeau, “Combattre : une anthropologie historique de la violence”, Le Seuil, 2008, par Carine Trévisan

Le choc des émotions: la fin de la raison dans l’histoire?

Dominique Moïsi, La Géopolitique de l’émotion. Comment les cultures de peur, d’humiliation et d’espoir façonnent le monde, Paris, Flammarion, 2008. Traduit de l’anglais par François Boisivon. 269 pages – 20 €

Sur la quatrième de couverture, l’essai de Dominique Moïsi paru il y a quelques jours en traduction – pour cause d’élection américaine, la version originale paraîtra après la traduction française – est présenté comme le « premier livre à explorer la dimension émotionnelle de la mondialisation ». Ambitieux programme qui conduit l’auteur à dresser une géopolitique émotionnelle à l’échelle planétaire. La « carte des émotions » qu’il propose alors fait apparaître trois grandes aires :

▪ l’espoir pour l’Asie (Inde, Chine, ASEAN),

▪ l’humiliation pour le monde arabe et musulman,

▪ la peur pour l’Europe et l’Amérique du Nord.

S’ajoutent les espaces dits « inclassables » (Russie, Afrique, Israël, Amérique du Sud) qui se caractérisent par une combinaison de plusieurs émotions. On pourra ne pas être convaincu par une telle théorie des grands ensembles qui se présente comme une alternative aux visions simplifiées du monde de Fukuyama[1] ou de Huntington[2] mais qui active finalement les mêmes schématismes. Je laisse à plus compétent que moi le soin d’évaluer scientifiquement la pertinence de la thèse, pour me limiter ici à quelques ressentis. Ainsi, le chapitre central consacré à la culture d’humiliation dans les pays arabes et musulmans m’a paru de loin le plus convaincant, notamment parce qu’il fait écho aujourd’hui à une solide érudition sur le plan historique et sociologique. En revanche, les peurs attribuées à l’Occident me semblent relever d’un agrégat qui mêle des réalités très différentes (peur du terrorisme, peur du chômage, peur de l’Autre…) et parfois rapidement évaluées : dans le dossier du terrorisme islamiste, doit-on mettre sur le même plan les rhétoriques de la peur qui ont servi de support à la politique répressive de certains gouvernements et les ressentis supposés des populations elles-mêmes ? Ne peut-on pas penser à l’inverse que les populations des pays touchés par le terrorisme, notamment en Europe, ont fait preuve d’un remarquable sang-froid, sans se laisser prendre au piège de la peur ? De façon moins dramatique, à propos des manifestations de l’année 2006 en France contre le Contrat Première Embauche (CPE), doit-on se satisfaire comme le fait l’auteur du souvenir de quelques interviews et conclure que les manifestants n’étaient pas mus par un sentiment de révolte contre une injustice sociale mais par la « peur d’être laissé sur le carreau par les plus dynamiques des économies asiatiques » (160) ? N’est-ce pas ici un cliché quelque peu paternaliste, hâtivement validé par des « récents sondages [qui] ont montré que presque 75 % des jeunes rêvaient de devenir fonctionnaires afin d’avoir un emploi garanti leur vie durant » (159) ? En tout cas, pour avoir assisté à la mobilisation étudiante depuis l’université d’Aix-en-Provence, pour côtoyer quotidiennement cette jeunesse qui, autre cliché, ne voudrait « plus changer le monde mais s’en protéger » (160), j’observe en son sein un ressenti bien plus complexe qu’un camaïeu de peurs. Enfin, j’avoue ne pas avoir vu dans le tableau concernant la culture d’espoir qui caractériserait l’Inde ou la Chine autre chose qu’un vague, et finalement bien peu émotionnel, optimisme économique. L’espoir ici invoqué me paraît surtout celui des analystes, davantage que des populations dont les contours, et plus encore les émotions, sont très flous et lointains. Mais ce ne sont là que mes propres émotions : doivent-elles valoir pour des jugements ?

En revanche, pour l’historien des émotions, le projet lui-même de D.M. est une petite révolution, ou du moins peut-on dire qu’il fait révolution : en pénétrant l’univers ô combien analytique et « rationnel » de la géopolitique, il semble bien que l’émotion soit en train d’achever sa mue scientifique et médiatique. Le confirment ainsi les circonstances d’écriture de l’ouvrage telles que les rapporte l’auteur. A l’origine, D.M. avait écrit un article en 2006 intitulé « The Emotional Clash of Civilisations » dans une publication à faible diffusion, repris sous le titre « The Clash of Emotions » dans Foreign Affairs en janvier 2007. L’article aux échos huntingtoniens éveilla l’intérêt des médias américains puis d’un auditeur-éditeur qui proposa à l’auteur d’en faire un livre, déjà annoncé comme devant être traduit en une dizaine de langues. La réactivité médiatique s’explique assurément par la fascination pour la « théorie globale » (à monde globalisé, concepts globalisants) mais très probablement aussi parce qu’il s’agit d’émotion. Il y a une dizaine d’années l’essor des cultural studies avait permis et accompagné le succès d’une géopolitique culturelle (qui a donné notamment Le Choc des civilisations) ; aujourd’hui il semble bien que l’émotion soit appelée à jouer le même rôle paradigmatique. Et il faut s’en réjouir. En ce sens, D.M. bouscule avec bonheur les expertises ronronnantes en introduisant l’émotion au cœur de l’analyse des grands équilibres géopolitiques mondiaux. Quoi de plus sérieux et analytique que les relations internationales qui ont pour objet d’étude privilégié les États et les gouvernements, émanations a priori on ne peut plus rationnelles des sociétés humaines ? On accueille alors avec reconnaissance la revigorante rectification : « si nous n’intégrons pas les émotions à notre analyse du monde, nous risquons d’ignorer un aspect fondamental de la vie politique » (37). L’initiative de D.M. est tout à fait novatrice ; elle ouvre sans doute une nouvelle ère des études géopolitiques, même si celles-ci n’étaient pas totalement démunies dans la prise en compte du facteur émotionnel (qu’il suffise de rappeler le fameux « équilibre de la peur » de la dissuasion nucléaire durant la Guerre Froide). Ainsi que le souligne l’auteur, on a assisté depuis 1989, avec la délégitimation des idéologies (du moins dans le registre de la rhétorique politique), à un formidable succès de l’émotion dans le champ politique, qu’elle serve de slogan, de support à la communication politique, voire de programme. C’est pourquoi il importe doublement de prendre aujourd’hui en considération l’émotion politique, à l’échelle des individus comme des nations : de façon essentielle parce que les émotions sont une composante fondamentale de la vie humaine et dans une perspective plus conjoncturelle en raison du fort pli émotionnel du registre politique depuis une quinzaine d’années. L’essai de D.M. répond assurément à une nouvelle demande en la matière : demande scientifique, demande médiatique, demande sociale. D’où son succès éditorial annoncé.

Damien Boquet


[1] Francis Fukuyama, La Fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992.

[2] Samuel Huntington, Le Choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1996.

“Il n’existe aucune expérience émotionnelle asociale”

Anna Tcherkassof, Les Émotions et leurs expressions, Presses universitaires de Grenoble, 2008. 144 pages – 14 €

L’historien(ne) des émotions accueille toujours avec intérêt la parution d’un nouveau manuel universitaire dans le domaine de la psychologie des émotions. De bons outils existent déjà : en français, les synthèses de Jacques Cosnier[1] ou de Véronique Christophe[2], même si elles ont pris un peu d’âge, rendent des services précieux pour s’y retrouver dans la forêt des théories et des écoles. A ce titre, le court livre d’Anna Tcherkassof sur Les Émotions et leurs expressions, paru cet été, remplit parfaitement son rôle d’outil de travail actualisé. Mais sa portée va bien au-delà de cette fonction utilitaire puisqu’A.T. donne un aperçu particulièrement clair des enjeux intersubjectifs de la psychologie des émotions. Chemin faisant, les méthodes des uns et des autres sont évaluées ; des ouvertures vers des propositions neuves sont faites. « Sans émotions, pas de communication et sans communication, pas de société » écrivait Jacques Cosnier, cité en exergue de l’ouvrage. A.T expose simplement et de façon très limpide les implications de cette assertion. Le livre, qui n’est pas plus long qu’un volume de la collection Que sais-je ?, est ainsi divisé en quatre chapitres. Les deux premiers sont attendus : le premier est consacré aux difficultés de définition de la notion elle-même et le deuxième prend la forme d’un tour d’horizon des principales approches. De cette façon, A.T. revalide le consensus des SHS : les émotions en tant que ressenti sont des entités psychologiques universelles dont le processus relève quant à lui intrinsèquement des systèmes culturels de sens et de valeurs. Il y a là la confirmation indirecte que les émotions ne sont pas seulement dans l’histoire (comme des petits cailloux peints qu’on déplacerait de siècle en siècle) mais qu’elles possèdent une histoire, et donc qu’elles la font… Ce sont plus encore les troisième et quatrième chapitres qui seront précieux pour l’historien. A.T est spécialiste de l’expression faciale de l’émotion, question à laquelle elle consacre son chapitre 3. C’est là historiquement une spécialité à part entière à l’intérieur des sciences psychologiques de l’émotion (lointaine héritière de l’antique physiognomonie…[3]) qui apparaît aujourd’hui en plein renouveau sous l’effet justement des approches culturalistes. A.T. met au jour avec bon sens (et mesure) les failles des approches strictement quantitatives et biométriques. Peut-on ainsi aisément décomposer les expressions faciales en Action Unit ou unité d’action pour ensuite stipuler que la joie se manifeste ‘facialement’ par la contraction simultanée du grand zygomatique vers le haut (AU 12) et de l’orbiculaire externe des yeux (AU 6) ? Va-t-on bien loin en dressant selon le même principe une nomenclature des émotions digne d’un sketch de Raymond Devos ? En revanche, les observations expérimentales, dont parle A.T, qui tentent de prendre en compte les règles d’expressivité (display rules) d’origine culturelle des émotions sont autrement plus intéressantes. Avec des interrogations toutes simples : l’homme joyeux exprime-t-il physiquement son contentement de la même façon quand il est seul, sans témoin, et en société ? Pourquoi sautons-nous de joie plutôt en public, et nettement moins seul(e), à l’annonce d’une bonne nouvelle ? Les perspectives d’enquête sont immenses qui devront appréhender l’impact des règles culturelles, pour admettre puis concevoir l’absence d’univocité des expressions faciales (que ce soit pour l’émetteur et pour le récepteur).

Les émotions sont serties dans des expériences de vie : elles sont dynamiques, polysémiques, contextualisées. Il semble bien que la psychologie des émotions soit en train de remiser ses tableaux taxonomiques pour passer derrière l’écran, là où les histoires se racontent en mouvement. Le dernier chapitre du livre, consacré aux échanges émotionnels, ouvre alors vers les perspectives les plus actuelles des études sur la communication émotionnelle ou encore sur le partage social de l’émotion cher à Bernard Rimé[4].

Voici donc une belle introduction générale sur le sujet qui conduit tout droit à l’évidence de l’historicité des émotions, donc à la nécessité de les prendre en compte, psychologiquement et socialement, dans toute étude des sociétés passées, à conseiller vivement à ceux qui sont déjà engagés dans cette voie, et plus encore à ceux qui seraient toujours dubitatifs quant à l’intérêt de l’aventure.


[1] Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz-Nathan, 1994.

[2] Véronique Christophe, Les Émotions. Tour d’horizon des principales théories, Presses universitaires du Septentrion, 1998.

[3] Voir Jean-Jacques Courtine et Claudine Haroche, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions (XVIe-début XIXe siècle), Paris, Payot, 2007 (1988).

[4] Bernard Rimé, Le Partage social des émotions, Paris, PUF, 2005.

La logique des émotions

Je n’ai pas encore eu l’occasion de consulter le volume mais la revue polonaise (et francophone) Organon vient de publier un numéro consacré à “La logique des émotions” (n°36, 2007). Le numéro est daté de 2007 mais la parution a été annoncée fin septembre 2008.

La période médiévale ne paraît pas spécialement à l’honneur dans ce dossier qui néanmoins offre des angles d’approche assez ouverts (musicologie, ethnologie) autour de l’axe philosophique.

Table des matières (avec deux articles en ligne) : “La logique des émotions”

Le numéro est déposé dans les librairies parisiennes Vrin et Compagnie. Prix: 10 euros.