Emotions in the History of Witchcraft

Emotions in the History of Witchcraft

Editors: Kounine, Laura, Ostling, Michael (Eds.)

  • Contributes to the growing scholarship in the history of the emotions, as well as the history of witchcraft and magic

see more benefits

Bringing together leading historians, anthropologists, and religionists, this volume examines the unbridled passions of witchcraft from the Middle Ages to the present. Witchcraft is an intensely emotional crime, rooted in the belief that envy and spite can cause illness or even death. Witch-trials in turn are emotionally driven by the grief of alleged victims and by the fears of magistrates and demonologists.
With examples ranging from Russia to New England, Germany to Cameroon, chapters cover the representation of emotional witches in demonology and art; the gendering of witchcraft as female envy or male rage; witchcraft as a form of bullying and witchcraft accusation as a form of therapy; love magic and demon-lovers; and the affective memorialization of the “Burning Times” among contemporary Pagan feminists. Wide-ranging and methodologically diverse, the book is appropriate for scholars of witchcraft, gender, and emotions; for graduate or undergraduate courses, and for the interested general reader.

Table of contents (15 chapters)

  • Fear and Devotion in the Writings of Heinrich Institoris

    Herzig, Tamar Pages 19-35

  • The Cruelty of Witchcraft: The Drawings of Jacques de Gheyn the Younger

    Zika, Charles Pages 37-56

  • Satanic Fury: Depictions of the Devil’s Rage in Nicolas Remy’s Daemonolatria

    Kounine, Laura Pages 57-76

  • Tyrannical Beasts: Male Witchcraft in Early Modern English Culture

    Kent, E. J. Pages 77-94

  • The Witch in the Courtroom: Torture and the Representations of Emotion

    Voltmer, Rita Pages 97-116

  • ‘So They Will Love Me and Pine for Me’: Intimacy and Distance in Early Modern Russian Magic

    Kivelson, Valerie A. Pages 117-135

  • Emotion and Affect in Lorraine Witchcraft Trials

    Briggs, Robin Pages 137-153

  • Speaking of Love in the Polish Witch Trials

    Ostling, Michael Pages 155-171

  • Over-Familiar Spirits: The Bonds between English Witches and Their Devils

    Millar, Charlotte-Rose Pages 173-189

  • Bullying, the Neurobiology of Emotional Aggression, and the Experience of Witchcraft

    Bever, Edward Pages 193-212

  • Witchcraft and the Dangers of Intimacy: Africa and Europe

    Geschiere, Peter Pages 213-229

  • Psychotic Reactions? Witchcraft, the Devil and Mental Illness

    Ferber, Sarah Pages 231-245

  • In Memorium Maleficarum: Feminist and Pagan Mobilizations of the Burning Times

    Zwissler, Laurel Pages 249-268

  • Afterword: Passions in Perspective

    Gaskill, Malcolm

Colloque : La nostalgie dans tous ses états – Nancy, 30 novembre – 1e décembre 2017

La nostalgie dans tous ses etats : appel à communication

« La nostalgie est, elle aussi [comme Ulysse],
rusée et polytrope, aux milles tours. » (B. Cassin)
Bien que le mot lui-même soit assez tardif (1688), il semble bien que le sentiment nostalgique ait déjà imprégné sociétés et cultures depuis l’Antiquité. Ainsi la nostalgie, « virtualité anthropologique
fondamentale » (J. Starobinski), est-elle une attitude humaine abondamment exploitée par la littérature avant d’être qualifiée par un nom savant, passé ensuite dans la langue commune.
La nostalgie dans tous ses états
Colloque international
30 novembre, 1er et 2 décembre 2017
Université de Lorraine – Nancy
LIS (EA 7305)
Littératures, Imaginaire Sociétés 2
Origine de la nostalgie entre médecine et littérature
La diachronie nostalgique fait apparaître deux moments, deux orientations liées à deux champs
sémantiques. D’une part, quelques grands textes épiques qui, en fondant une poétique de la nostalgie
dont se nourrissent très vite la mémoire littéraire et la tradition intellectuelle occidentales, délimitent et
organisent un usage littéraire et connotatif de la nostalgie. D’autre part, avec la naissance du mot par le
médecin mulhousien Johannes Hofer (1688), le sentiment nostalgique devient une attitude pathologique, une maladie de l’imagination naissant d’un « dérèglement de l’imagination » (Hofer) —
la douleur dont souffraient les soldats suisses lorsqu’ils avaient « perdu la douceur de leur patrie […]
depuis longtemps dénommée Heimweh dans leur langue » (Hofer), et que les Français appelaient le
« mal du pays » — et étudiée de façon descriptive.
La tradition médicale a entretenu un temps cette démarche descriptive fondée sur la recherche des
causes morales d’un mal physique — à l’origine d’une abondante biographie — avant que la
psychiatrie ne s’en empare pour décrire, après 1945, les conditions des réfugiés et des exilés.
La tradition artistique, une fois que l’état affectif a été nommé, s’est enrichie de certaines
correspondances, superpositions que la phénoménologie médicale avait suggérées. Aussi le mot
nouveau devient-il concept réévaluant les contours définitoires et drainant avec lui tout ce qui était
resté diffus dans un « surcroît de définition » (Starobinski) et entre dans le champ des sentiments pour
devenir un terme de la littérature et de moins en moins un terme scientifique. L’accélération de sa
diffusion littéraire, nous le savons, eut lieu à l’époque romantique. Soumise au traitement des poètes et
des écrivains, « la nostalgie s’ouvre dans un éventail de sentiments […] se contamine avec toutes les
formes d’une sensibilité qui connaît l’abandon à la rêverie et la blanche torpeur du spleen, elle devient
en somme le rivage sensible, dentelé et irrésolu de la mémoire » (A. Prete).
Une affection de l’ailleurs et du jadis
La nostalgie est étymologiquement et littérairement évoquée comme une émotion du retour, de la
remontée vers les origines.
Kant — dans son Anthropologie du point de vue pragmatique (1798) — fut parmi les premiers à
souligner que le désir nostalgique ne veut pas retourner à un lieu mais à un temps où il y a de la place
pour la reconstruction d’un passé personnel. Le « mal du pays », la « douleur du retour » s’imposent
comme le regret du pays perdu se combinant avec l’idée d’un retour possible vers ce pays et donc
aussi d’un retour dans le temps. Associant patrie, retour, avenir, l’arc temporel se dialectise entre le
passé-éden, la complainte du présent et le chant de l’avenir.
La dimension spatiale s’enrichit d’une dimension temporelle : la nostalgie est donc une maladie de
l’espace et du temps qui concerne le jadis et l’ailleurs. Il y aurait la nostalgie du temps, d’un temps
révolu, irréversible, qui plus jamais ne sera celui qui a été vécu, et celle du lieu qui serait a priori un
mal plus curable, une nostalgie plus guérissable dès lors que le retour est un horizon (V. Jankélévitch).
On passe alors d’une pathologie objective (mal du pays – affection du corps) à une métaphore qui
densifie et alourdit le présent du regret de ce qu’il n’est pas, ce qu’il n’est plus ou ce qu’il ne sera
jamais.
Ainsi trois dimensions temporelles alimentent-elles la nostalgie : le regret du passé, l’insatisfaction du
présent, et le désespoir de l’avenir. La nostalgie se situe à la croisée entre passé et futur, entre regret du
pays et du temps perdus et désespoir d’être dans un autre pays et un autre temps (P. Dandrey). C’est en
cela et pour cela que la nostalgie est décentrement, spatial et temporel.
Nostalgie, imagination et mémoire
Dans la représentation nostalgique de la vie antérieure, la conscience imageante prend toute sa place et
se projette vers le lieu et surtout le moment du passé pour se les présentifier dans une déformation
rétrospective du présent disparu qui participe amplement de la souffrance nostalgique.
L’imagination créatrice est fille de la mémoire ; aussi parler de la nostalgie est-ce parler de mémoire,
de temps et de narration (C. Mirabelli).
3
Nostalgie et exil, souffrance et bonheur
Le travail de construction mémorielle fantasmée se heurte irrémédiablement et irrévocablement à la
marque du temps : il y a une souffrance inconsolable de prendre conscience que le paradis, l’éden
reconstruits par le souvenir recèlent en eux la promesse de leur évolution, de s’apercevoir que, comme
tout a changé, le pays n’est pas aussi beau qu’on l’imaginait dans sa mémoire et que la tristesse de la
perte était inutile. Au centre de la nostalgie point l’idée métaphysique que le retour ne préservera pas
du fait que, même dans les lieux qui sont les lieux du passé et figés par la mémoire, le temps a
continué d’exister.
Le nostalgique est un étranger, un exilé, « [il] est en même temps ici et là-bas, ni ici ni là-bas, présent
et absent, deux fois présent et deux fois absent » (V. Jankélévitch), distrait au monde, « envoûté par
l’alibi du passé », dans une espèce d’ubiquité construite, absente et présente.
Se pose donc la question de l’état du retour qui est une confrontation avec l’espace et l’écoulement du
temps : comment retourner là-bas après avoir été ici ? Comment vivre ici après avoir été là-bas ? Si les
exilés qui retournent dans leur pays souvent le perdent deux fois, pour certains — exilés politiques,
particulièrement — l’exil est libérateur.
Nostalgie héroïque/ les héros nostalgiques
La tradition littéraire a consacré Ulysse comme le héros du nostos et l’Odyssée comme « l’épopée
fondatrice de la nostalgie » (M. Kundera). Chez Ulysse, se concentrent à la fois le regret d’Ithaque,
l’insatisfaction de ne pas pouvoir y revenir et le désespoir de ne jamais y parvenir. Mais le retour n’est
pas sans mal ; c’est pourquoi Jankélévitch considère que Ulysse a certes eu la nostalgie d’Ithaque mais
aussi peut-être la nostalgie de la nostalgie une fois revenu à Ithaque, la nostalgie du voyage, de
l’aventure, de « l’exploration passionnée de l’inconnu » (M. Kundera). Et Barbara Cassin, repérant
« les deux faces » de la nostalgie, celle de l’« enracinement » et celle de « l’errance », reconnait en
Ulysse « l’aventurier, le nomade, citoyen du monde jusqu’en ses confins, chez lui partout et nulle
part ». Que reste-t-il de la nostalgie une fois que l’on a retrouvé l’endroit dont on avait la nostalgie ?
Par ailleurs, le mythe d’Orphée et celui d’Aristophane dans le Banquet renvoyant tous deux à la
séparation, à la déchirure et à une souffrance ontologique (surtout pour le mythe d’Aristophane) ne
seraient-ils pas par excellence le mythe de la nostalgie ?
Axes de recherche
Il importera tout d’abord de mieux cerner l’ontologie nostalgique qui ne trouve de réalité et
d’existence linguistique qu’avec la construction néologique de Johannes Hofer (1688).
Cette question philosophique — savoir si l’on peut dire qu’un sentiment existe dans sa nuance tant
qu’il n’est pas nommé — permettra, d’une part, de préciser les proximités et les différences entre le
nostos, et d’autres notions et d’autres sentiments auxquels il est associé.
D’autre part, il sera opportun de s’attacher à préciser les liens thématiques et conceptuels qui associent
la nostalgie à la mélancolie, à l’exil, à la déchirure et au décentrement, au voyage et à la migration.
Enfin, il restera à prendre en considération les modalités de la rhétorique et de l’esthétique
nostalgiques qui témoignent du passage de la pathologie objective à la métaphore de celle-ci.
Liens thématiques
Nostalgie, déchirure, douleur, exil, imagination, langue, mémoire, mélancolie, origine, original,
ostalgie, retour, trace, vestige(s).
4
Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les
objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, musique,
philosophie, phénomènes sociaux, médicaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques.
Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être
clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.
Responsables scientifiques : Estelle Zunino et Patrizia Gasparini
Équipe de Recherche : LIS (EA 7305) — Littératures, Imaginaire, Sociétés
Modalités de soumission des propositions de communication :
Date limite de réception des propositions : 30/04/2017
Notification d’acceptation aux auteurs après examen par le comité scientifique : 31/05/2017
Fiche d’inscription : voir le formulaire à la page 5
Format des propositions :
· 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la
communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle,
adresse électronique et téléphone)
· Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12,
interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les
conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être
mentionnés.
Langue du colloque : français. Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de
questions. Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation.
Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse. Les propositions de communication
seront adressées à : colloque.nostalgie.nancy.2017@gmail.com
Frais d’inscription pour les intervenants : 20 €. Les versements seront à effectuer sur place.
Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.
Les déjeuners seront offerts aux intervenants.