Genre et émotions au Moyen Âge

Confusion des genres et distinction des sexes au Moyen Âge : l’anthropologie chrétienne des émotions

Séminaire EHESS « Le genre au Moyen Âge », 12 avril 2018, 13h-15h (Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 )

Emmanuel Bain (Aix-Marseille Université, UMR 7303 TELEMME)

Damien Boquet (Aix-Marseille Université, UMR 7303 TELEMME)

Présentation :

Un des arguments récurrents des clercs au Moyen Âge pour légitimer la hiérarchie entre les sexes consiste à opposer la rationalité, qui serait une qualité prioritairement masculine, et la sensibilité qui serait féminine. En bonne logique, un tel schéma devrait conduire à louer l’absence d’émotions chez les hommes et à mettre en garde contre l’émotivité féminine. Pourtant, nombreuses sont les sources à partir du XIe siècle qui font de l’émotivité une voie privilégiée d’accès au divin, pour les hommes comme pour les femmes. En outre, comment concilier cette lecture genrée de la hiérarchie entre les sexes avec cet autre constat, non moins vérifié, que dans l’anthropologie chrétienne les émotions ne sont pas ontologiquement sexuées, ni même genrées mais déterminées selon leur valeur morale et leur finalité ? En ce sens, pour peu que l’on prenne en considération la diversité des discours cléricaux dans leurs contextes d’énonciation, l’impression qui s’impose est celle d’une grande fluidité dans la construction des rapports de genre qui rend difficile les assignations figées, au risque de naturaliser un outil conceptuel (le genre) dont l’intérêt premier est de débusquer les constructions naturalisantes. C’est pourquoi, sans renoncer à dégager des tendances fortes à un niveau macrohistorique sur le long terme, nous préférons nous appuyer sur la notion de « régime de genre » qui peut être définie «  comme un agencement particulier et unique des rapports de sexe dans un contexte historique documentaire et relationnel spécifique »[1].

Pour illustrer l’intérêt d’une telle démarche, fondée sur les changements d’échelle, nous proposerons une enquête sur la honte des femmes à partir de la notion de verecundia – qui donnera « vergogne » en français – dans l’anthropologie chrétienne. Après avoir circonscrit les sens du terme, nous essayerons de voir s’il est pertinent de parler d’une conception féminine de la honte dans le discours des clercs, en mettant l’accent sur deux moments clés, l’Antiquité tardive et les XIIe-XIIIe siècles. Nous nous intéresserons ensuite au « régime de genre » de la verecundia dans deux types de discours spécifiques : l’hagiographie féminine et les commentaires exégétiques aux XIIe-XIIIe siècles .

Au travers de ce parcours, nous montrerons que c’est précisément parce que les émotions n’ont ni sexe, ni genre prédéfinis dans l’anthropologie chrétienne, qu’elles sont un champ d’observation précieux pour comprendre comment sont pensés, débattus et reconfigurés les rapports de genre et de sexe. En ce sens, nous défendrons l’idée que la fluidité dans le genre des émotions a été mise au service d’un renforcement de la distinction entre les sexes à l’intérieur de l’Eglise aux XIIe-XIIIe siècles.

[1] Voir D. Lett, « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au XVIIe siècle », Annales HSS, 67/3 (2012), p. 563-572.