L’odeur du sang et des roses

Source : Presses universitaires du Septentrion

É. Lecuppre-Desjardin (dir.), L’Odeur du sang et des roses. Relire Johan Huizinga aujourd’hui, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019.

Pour la première fois en France, des chercheurs spécialistes de la fin du Moyen Âge se sont rassemblés pour discuter et proposer des clefs de lecture permettant de saisir l’essence d’un classique au succès international : L’Automne du Moyen Âge de Johan Huizinga. Toujours d’actualité pour son impressionnant pouvoir de suggestion, le chef-d’œuvre du grand intellectuel néerlandais, paru en 1919 et traduit en français en 1932, s’adresse à tous ceux – littéraires, philosophes, historiens et historiens de l’art – qui ont su repérer dans ce livre une autre façon de penser et d’écrire l’histoire du XVe siècle septentrional. S’attachant particulièrement aux formes de vie et de pensée, l’écriture de Huizinga peut se révéler déroutante pour un public de chercheurs attachés à une méthodologie plus rationnelle. Les réflexions rassemblées ici permettent de faire le point sur les raisons qui font de cette œuvre, si controversée soit-elle, une référence mais aussi un trésor d’inspirations et d’intuitions toujours aussi stimulantes après un siècle d’existence.

Sommaire:

L’Automne du Moyen Âge, ou la modernité d’une écriture esthétique au service de l’Histoire

Élodie Lecuppre-Desjardin

 

Le laboratoire de Huizinga : les archives de son Automne et l’édition française

Anton van der Lem

 

Johan Huizinga et les fondateurs des Annales : rencontre manquée ou opposition des paradigmes ?

Christophe de Voogd

 

Johan Huizinga et la « morphophilie » des années 1920

Jelle Koopmans

 

Un Automne impensé.

Johan Huizinga et l’histoire littéraire française aux XXe-XXIe siècles

Estelle Doudet

 

Les primitifs au prisme de Johan Huizinga : « l’art des Van Eyck est une fin »

Bertrand Cosnet

 

La cour ou le théâtre de l’esprit de Johan Huizinga

Thalia Brero, Élodie Lecuppre-Desjardin

 

« L’idée de chevalerie » : Du crépuscule de la chevalerie à l’histoire des représentations chevaleresques

Benjamin Deruelle

 

Religion, culture et communication. Les « intuitions » de Johan Huizinga

Nicole Bériou

 

L’émotion comme désir de vie

Damien Boquet, Laurent Smagghe

 

Présentation des auteurs

Remerciements

Laughter and Power in the Twelfth Century

Source : OUP

Peter J. A. Jones, Laughter and Power in the Twelfth Century, Oxford University Press, 2019

Towards the end of the twelfth century, powerful images of laughing kings and saints began to appear in texts circulating at the English royal court. At the same time, contemporaries began celebrating the wit, humour, and laughter of King Henry II (r.1154-89) and his martyred Archbishop of Canterbury, Saint Thomas Becket (d.1170). Taking a broad genealogical approach, Laughter and Power in the Twelfth Century traces the emergence of this powerful laughter through an immersive study of medieval intellectual, literary, social, religious, and political debates. Focusing on a cultural renaissance in England, the study situates laughter at the heart of the defining transformations of the second half of the 1100s. With an expansive survey of theological and literary texts, bringing a range of unedited manuscript material to light in the process, Peter J. A. Jones exposes how twelfth-century writers came to connect laughter with spiritual transcendence and justice, and how this connection gave humour a unique political and spiritual power in both text and action. Ultimately, Jones argues that England’s popular images of laughing kings and saints effectively reinstated a sublime charismatic authority, something truly rebellious at a moment in history when bureaucracy and codification were first coming to dominate European political life.

Introduction: Laughter and Power in Medieval Europe
1: The Making of Powerful Laughter, c.1100-1200
2: Powerful Laughter in Twelfth-Century Narrative
3: Laughter and Power at Henry II’s Court
4: Thomas Becket, The Laughing Saint
5: Henry II, The Laughing King
Conclusion: Between Laughing Saint & Laughing King
Appendix: Henry’s Courtiers
Bibliography

 

Honte et Vertu dans l’Antiquité (appel à communication)

Source : Centre Gilles Gaston Granger (UMR 7304), Centre Paul-Albert Février (CPAF-TDMAM UMR 7297), Aix Marseille Université, CNRS.

Appel à communication : colloque international “Honte et Vertu dans l’Antiquité”

15-17 juin 2020, Aix-en-Provence, France

Institutions organisatrices : Centre Gilles Gaston Granger (UMR 7304), Centre Paul-Albert Février (CPAF-TDMAM UMR 7297), Aix Marseille Université, CNRS.

La philosophie morale est aujourdʼhui marquée par un intérêt pour les questions de psychologie et dʼanthropologie des comportements, et pour lʼéthique des vertus plutôt que pour lʼéthique des devoirs. Ce contexte a mis au premier plan la question des émotions : le paradigme dominant nʼest plus celui dʼune opposition entre raison et désirs ou passions, mais celui dʼune interaction complexe entre les principes normatifs et rationnels de lʼagir et les émotions quʼéprouve lʼagent moral, non en tant quʼelles seraient seulement des entraves ou des perturbations de la moralité des comportements, mais en tant quʼelles jouent aussi un rôle positif et moteur à cet égard. Dans la philosophie antique, ce tournant sʼatteste dans lʼessor des études consacrées aux émotions, sentiments, passions relevant du registre éthico-social. On citera, parmi les travaux majeurs dans ce domaine, ceux de Douglas Cairns (1993) et de Bernard Williams (1994) sur la honte, de William Harris (2004) sur la colère, de David Konstan sur la peur, la pitié ou la haine (2006). Tous ces sentiments ont une dimension morale manifeste, qui sʼélabore au sein dʼune anthropologie dont le sujet central est un individu social, membre dʼune communauté constituée par un partage de valeurs et de croyances, source à la fois de normes et dʼattentes. De ce fait, ces états émotionnels entretiennent un rapport ambivalent avec le comportement moralement droit ou vertu.Le colloque Honte et vertu dans lʼAntiquité a pour but de questionner cette ambivalence en prenant pour objet la honte, émotion particulièrement riche à cet égard. La honte est une émotion sociale fondamentale dans les cultures méditerranéennes, qui (encore aujourdʼhui) accordent une valeur forte et structurante à lʼhonneur, et la littérature antique en porte lʼempreinte. Elle est aussi dès le départ une émotion ambivalente, aux visages contrastés, comme en témoignant les écarts et les recouvrements sémantiques du doublet αἰδώς/αἰ σχύνη. Le champ historique visé est large, là où les études existantes sʼattachent de façon préférentielle aux textes poétiques archaïques (Homère, les tragiques) et aux auteurs classiques (Platon et surtout Aristote). Le colloque Honte et vertu se propose, à partir et au-delà de cette période, dʼélargir lʼenquête aux écoles hellénistiques, au monde romain et au christianisme ancien. Dans ce champ qui articule divers types de pluralisme (historique, politique, linguistique, religieux), les travaux présentés contribueront à explorer la relation ambivalente entre honte et vertu.

Conférenciers invités :

Douglas Cairns (University of Edinburgh)

Christopher Gill (University of Exeter)

Carlos Lévy (Université Paris-Sorbonne)

Les projets de communication, de 500 mots maximum, peuvent être rédigés en français ou anglais. Ils seront adressés, accompagnés dʼune courte bio-bibliographie, au plus tard le 31 décembre 2019, à isabelle.koch@univ-amu.fr et anne.balansard@univ-amu.fr

Lʼacceptation de la proposition sera communiquée par le comité scientifique le 31 janvier 2020. Informations complémentaires : Durée des communications : 30 minutes, dont 10 minutes de discussion. Frais dʼinscription : 30 €. Les frais dʼinscription ouvrent droit aux pauses café, au déjeuner et aux dîners. Les frais de déplacement et dʼhébergement des participants ne pourront pas être pris en charge.