Les émotions ont-elles une histoire ?

 

RENCONTRES DE L’ÉCOLE DOCTORALE D’HISTOIRE DE L’UNIVERSITÉ PARIS1 PANTHÉON-SORBONNE

Les émotions ont-elles une histoire?

Samedi 29 février 2020, Salle Marc Bloch (17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris) de 14h00 à 17h00

Coordinatrice: Sahra RAUSCH

Introduction de Laure CICCIONE, Marie GAUSSERON, Vincent LETHUMIER, Sahra RAUSCH et Emmanuelle REIMBOLD

Laure CICCIONE, Les émotions et l’automobile à la Belle Époque, un nouvel imaginaire de l’action

Dans l’introduction du troisième volume de l’Histoire des Émotions, Jean-Jacques Courtine dénombre trois types d’orientations paradigmatiques agissant à partir des années 1880: le trauma, le contrôle et l’autonomisation de l’individu. L’objectif de cette étude est de comprendre –à partir de la presse, de la littérature, des correspondances et des témoignages écrits de l’époque–comment les discours sur l’automobile à la Belle Époque orientent ou fabriquent des émotions, pour mettre en rapport contrôle et phénomènes d’autonomisation de l’individu.  Comment les émotions interviennent-elles dans la construction d’un imaginaire de l’action? L’étude, même partielle, des émotions et de l’automobile entre 1875 et 1907 permet de montrer que l’automobile, mobilisant un lourd effort en termes d’innovation technique et capitalistique, apparut au moment où se produisait un renouvellement de l’imaginaire de l’action –auquel elle participa–incluant dans l’espace industriel une série de forces culturelles, sociales et politiques.

Marie GAUSSERON, Ennui et histoire

Les récits historiques n’ont pas toujours considéré l’ennui comme objet d’étude pertinent voire même comme sujet existant. Longtemps absent des récits, il est,à partir du XVIIIe siècle, raconté par la littérature, la poésie et plus tard par la médecine. La permanence de son existence –les hommes s’ennuient à toutes les époques–contraste avec la singularité de l’expérience –l’ennui est intrinsèquement personnel et ne peut être raconté que par le «je». Le sujet ennuyé s’inscrit toujours dans un espace, un lieu, une époque et contextualise ainsi son ennui. Ce dernier peut être le symptôme d’un mal-être social ou, au contraire,en être la cause. Distinguer ce qui relève de l’expérience individuelle de ce qui relève de la pathologie sociale est sans doute impossible. En revanche, il est possible de s’extraire du caractère purement métaphysique de l’ennui pour le traiter comme objet socialement construit. Les discours d’ennui à travers l’histoire révèlent,en outre,les questions psychosociales sous-jacentes de l’ennui. La philosophie, ainsi appuyée par les récits d’histoire,peut faire le pari d’une définition des formes modernes d’ennui.

Vincent LETHUMIER, Les émotions épistolaires des princes ligueurs de la Guerre folle(1485-1488): les stratégies discursives d’une dissidence

La Guerre Folle (1485-1488) oppose les époux Beaujeu, chargés de la garde du jeune Charles VIII, et les partisans du duc d’Orléans cherchant à retrouver une proximité avec le corps du roi dont ils se disent éloignés. Ce conflit motive l’écriture de missives dans les deux camps. Nous étudierons ici les lettres des Orléanistes qui entonnent une mélodieuse rhétorique de l’émotion pour légitimer leur engagement. L’expression de l’affect sert à inverser le rapport traditionnellement dépréciatif à la sédition politique comme vectrice de désordre. Mieux, son exaltation façonne une identité collective parmi les dissidents reconstituant une unité émotionnelle symbolique ne coïncidant pas toujours avec l’exacte réalité de leur association. Les lettres parviennent, néanmoins, à contractualiser deux sentiments qui répondent aux attentes socio-politiques du temps: l’amour dû au roi comme manière de dépouiller la dissidence de sa charge subversive et l’amitié censée régner entre les princes et les villes que les Orléanistes cherchent à enjôler. Un cas particulier se dégage du registre émotionnel: la peur. Les rebelles en font le stimulus qui les pousse à agir. Ce metus principis ne serait-il qu’un expédient rhétorique propice à la victimisation?

Sahra RAUSCH, L’«amnésie coloniale» comme unordre émotionnel?

Penser l’émotion dans les débats sur les rapatriements de restes humains en France et en Allemagne. En 2017, Emmanuel Macron s’est dit «prêt» à rapatrier les crânes des Algériens qui ont été tués lors de la bataille de Zaatchaen1849. En Allemagne, le premier rapatriement de restes humains a eu lieu en 2011. Avec le débat sur les restitutions à partir de 2018, l’attention a été attirée à nouveau sur les innombrables restes humains qui sont conservés dans les musées et les universités. Alors que les rapatriements ont fait la une dans les médias en Allemagne et mis en question la relation de la société au passé colonial, la France se distingue par son silence, notamment à l’égard de l’Algérie. Je postule que le concept d’amnésie coloniale, auquel on recourt fréquemment des deux côtés du Rhin, renvoie à un ordre émotionnel transnational, négociant ainsi la place du souvenir ou de l’oubli. Tandis qu’en France les crânes d’Algériens sont séparés de la recherche sur la «race» et donc émotionnellement placés «en dehors»de l’histoire coloniale, en Allemagne la référence à l’amnésie est un moyen pour engager la réflexion de manière volontairement provocante de la politique mémorielle actuelle. Les processus de mémorisation et d’oubli dépendent de l’attribution des émotions et des affects pour créer ou défaire leur importance dans le présent.Bien qu’elle maintienne les sociétés occidentales dans une culture affective de l’oubli, la dénomination de l’amnésie coloniale comme énonciation performative permet aussi la remise en cause de cet oubli.

 

Emmanuelle REIMBOLD, Les émotions: éléments du discours revendicatif des anciens combattants, 1919-1925

Le retour des soldats et leur réintégration dans la société, après l’armistice du 11novembre 1918, s’avèrent délicats. Tandis que les combattants pensionnés bénéficient de la reconnaissance de la nation, les autres redeviennent des civils anonymes et attendent, de la part d’une société qui leur semble amnésique, des marques de reconnaissance pour ces années passées au front. Pour justifier leurs attentes et rendre compréhensible leur frustration, les anciens combattants non pensionnés et les prisonniers de guerre développent, dans les journaux combattants, un discours revendicatif appuyé sur leurs émotions connues au cours de la guerre. Au-delà des résultats contrastés, l’expression de ces émotions constitue une démarche fédératrice assurant l’unité de leur groupe social mais également revendicative,en les rendant visibles aux yeux de la société.

Conclusion de Damien BOQUET, Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille

 

Abolir l’Histoire des émotions ? ou comment l’histoire des émotions s’intègre à l’histoire…

Voici deux livres, l’un tout récent, l’autre moins, dont les auteurs intègrent l’émotion dans leur enquête sans prétendre faire une « histoire des émotions » tout au long de leurs livres.

C’est bien le devenir que nous souhaitons à notre champs : que les enquêtes intègrent le questionnaire affectif, voire sensible – incluant donc, au-delà de l’émotion, tout le champ de l’expérience sensible, donc aussi des cinq sens…

Je renvoie ainsi – mais la liste pourrait être prolongée!!! – à

Options for Teaching Emotions in World Literature – CFP

Voici que nous transmettons ici un appel à articles :

Andreea Marculescu (Oklahoma) and myself (Charles-Louis Morand-Métivier, Vermont) are preparing an MLA volume on « Options for Teaching Emotions in World Literature. » We are interested in any language, any approach. 350–400-word abstract and a short biography (100–150 words) due by 15 April 2020 to both Andreea Marculescu (andreea.marculescu@ou.edu) and Charles-Louis Morand-Métivier (cmorandm@uvm.eduPlease share it with your friends and colleagues! The call for papers is attached (https://www.mla.org/Publications/MLA-Book-Publications/Contribute-to-a-Book-in-Development/Emotions-in-World-Literature)

Emotions in World Literature
Long limited to the social sciences, the study of emotions has gradually picked up in the humanities and in literary studies. A good instance of this focus is the special topic issue of PMLA entitled Emotions. Moreover, numerous panels devoted to emotion studies have become increasingly visible in major conferences, including the MLA convention.

Literature, film, media, and languages play a crucial role in the dissemination and representation of emotions. The depiction of emotions cannot be dissociated from the cultural grammars and narrative frameworks disseminated by cultural works. The emotion known as love, for instance, presents the advantage of being a concept that is largely understood throughout languages, cultures, and centuries, as everybody can approximate its meaning. Its interpretation and representation, however, vary widely across culture and centuries and offer various multilayered narratives that can be the loci of scholarly focus. Love in an eighteenth-century romance, in a twentieth-century Urdu tragedy, or from the point of view of an ASL practitioner may carry the same input yet would not share the same emotional charge. Indeed, emotions cannot be separated from social, historical, cultural, and linguistic practices. How an emotion is performed at a linguistic and cultural level is contingent upon a network of societal conventions that allow for individual and collective modes of adherence or, on the contrary, contestation of such norms.

Although it can be argued that the study of emotions in cultural works can be traced back to antiquity (for instance, the works of Aristotle), recent pathbreaking theorizations of emotions by historians and cultural critics enable us to conceptualize emotion studies as a distinctive field of knowledge. Historians such as Barbara Rosenwein and William Reddy have referred to emotions as speech acts that follow particular social scripts and translate personal or group reactions to a wide range of external stimuli. Therefore, emotions are real identity makers that allow divergent socioeconomic categories to perform their identity by belonging to what Rosenwein calls “emotional communities.” Literary historians, in turn, complicated this model while retaining the idea that emotions are performed through social scripts. The latter, as Sarah McNamer has recently pointed out, lead to a “performance of feelings.” At the core of this performance is the existence of what McNamer calls an “affective stylistics,” a set of formal textual features that generate a certain range of emotions in the audience. Cultural theorists such as Sianne Ngai and Sara Ahmed have linked emotions to everyday modes of production, circulation, and consumption. Emotions, underscores Ahmed, are circumscribed on the surface of the bodies, and they “stick,” They circulate between the bodies and, thus, produce subjectivities that disrupt or reconfigure a certain status quo. Moreover, as Ngai underlines, such circulation of emotions is symptomatic of social dynamics and of modes of personal and collective forms of vulnerability and agency.  

Building on the signposts of scholarship on emotions mentioned above, this volume invites contributions that look at emotions in their literariness, as identity makers, or as embedded in different affective circuits of productions and consumption. Because emotions are experienced corporeally and performed culturally, their study allows bridging traditionally disparate fields and domains of study ranging from neurosciences and social sciences to the humanities. Moreover, the ingrained interdisciplinarity of emotion studies calls for approaches than can make teaching and research accessible to an audience that might not have been otherwise aware of how their own pedagogic and scholarly interests could properly be housed in traditional humanistic disciplines. As of late, diverse fields such as natural sciences, business, and engineering have become places that have welcomed new fields of studies for the humanities and, particularly, languages, where disciplines like professional languages have garnered a diversity of approaches.

Such heuristic flexibility makes emotion studies potent pedagogic tools adaptable to a curriculum that must be academically rigorous and, at the same time, ethically compatible to the needs of a diverse student population. The aim of this volume is, therefore, to translate the theoretical and interdisciplinary perspectives enumerated above to the space of an inclusive classroom.

We invite papers that engage one or several of the suggested approaches:


• Different emotional vocabularies that lead to the formation of “emotional communities” in an upper-division literature class, for instance, as opposed to an instructional class in the target language or a composition class designed for first-year students.
• Possible pedagogical techniques and sources that allow students to identify and analyze a certain “affective stylistics” embedded in a canonic or lesser-known text.
• Sources that expose students to transhistorical and diachronic definitions of emotions: from the Stoic passio and Christian affectus to modern emotions.
• Case studies of analyzing particular emotions or emotional conglomerates (hate, fear, joy, compassion, happiness, etc.) in lower- and upper-division and graduate classes taught in English or the target language.
• Types of methodological approaches in the study of emotions and modalities of tackling them in different types of classes ranging from graduate seminars and upper-division classes in the field of literary, visual, or media studies to TESOL and second language acquisition and expository writing classes.
• Emotional lexicons that allow students and instructors from diverse socioeconomic, sexual, and racial backgrounds to articulate certain identity questions and to influence the teaching of particular emotional practices. How can the study of emotions help students gain a sense of community? How can these activities develop a stronger bond between students and faculty members and their environment and type of institutional affiliation?
• Emotional scripts in nonwritten languages such as ASL.
• Presentation of interdisciplinary projects and digital archives for the study of emotions. 

Please submit a 350–400-word abstract and a short biography (100–150 words) to both Andreea Marculescu (andreea.marculescu@ou.edu) and Charles-Louis Morand-Métivier (cmorandm@uvm.edu) by 15 April 2020.
 
Thank you for sharing!
CL