Le poids des émotions, la charge des femmes Par Camille Froidevaux-Metterie

Article repris d’AOC, publié ici
 
22.04.20

Le poids des émotions, la charge des femmes

Philosophe

L’épidémie de Covid-19 est l’occasion de mettre en évidence le « travail émotionnel » effectué au quotidien par les femmes, que ce soit professionnellement ou dans la sphère privée. C’est à elles qu’incombe presque exclusivement la gestion de ces émotions qui ont été marchandisées et standardisées à mesure que les métiers du care se sont développés. Les conséquences de la crise sanitaire sur la santé mentale de toutes celles qui supportent le poids des émotions risquent d’être incommensurables.

Dans nos débats du moment, il est question de malades et de soignants, de traitements et de souffrances, d’urgence et de mortalité, de confinement et de solitude, de courbes et de statistiques, sans que jamais ou presque ne soit évoqué ce qui forme comme la charpente paradoxale de ce drame : les émotions. Nous sommes tou·te·s plus ou moins ébranlé·e·s émotionnellement mais certain·e·s le sont plus que les autres, véritablement submergé·e·s. Il s’agit des personnes qui exercent les métiers dont nous ne pouvons pas nous passer, dans la santé ou le soin, l’entretien ou la distribution.

Il s’agit aussi de celles qui n’ont pas pour profession mais bien comme fonction assignée de s’occuper de leurs proches, sur le plan pratique de la vie domestique comme sur le plan moins immédiatement repérable des besoins émotionnels. Or il se trouve que ces personnes sont, dans leur immense majorité, des femmes.

Il va falloir y réfléchir et s’y préparer, les conséquences de la crise sanitaire sur la santé mentale de toutes celles qui supportent le poids des émotions risquent d’être incommensurables. Dans une approche de science sociale féministe, je voudrais essayer de saisir la nature de ce postulat en forme d’évidence selon lequel les femmes seraient naturellement responsables du bien-être émotionnel de leur entourage. Je le ferai en partant des travaux d’Arlie R. Hochschild, pionnière de la sociologie des émotions qui, dans The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling (Le prix des sentiments), a défini ce qu’elle appelle le « travail émotionnel » en l’envisageant sous ses deux aspects.

Il y a d’abord celui qui se déploie dans la sphère privée (emotion work) et qui consiste à déclencher ou à refouler une émotion de façon à présenter un état d’esprit adéquat à une situation donnée : être heureuse à un mariage, pleurer à un enterrement, se réjouir d’une bonne nouvelle annoncée par un·e ami·e. Ce travail sur soi pour obéir aux « règles de sentiments » se fait sur le mode d’un « jeu en profondeur » fondé sur la mémoire qui vise à faire advenir l’émotion attendue. Tous ces efforts ont pour objectif de « rendre hommage » aux personnes qui nous entourent, dans un système de don et de contre-don par lequel chacun·e ressent ou fait semblant de ressentir ce qu’il doit à l’autre et qui lui permet de tenir sa place dans le groupe.

On retrouve ce « travail émotionnel » dans la sphère sociale à la différence notable qu’il s’effectue en échange d’une rémunération (emotional labor). À partir d’une étude sur les hôtesses de l’air et les agents de recouvrement – les unes devant impérativement paraître aimables et attentives, les autres autoritaires et inflexibles – Arlie R. Hochschild interroge le passage d’un usage privé des émotions à un usage marchand. Elle repère ses conséquences en termes de « dissonance émotive », soit la tension induite par l’écart entre l’affichage d’une émotion adéquate et le fait de l’éprouver réellement qui impose à celles et ceux qui la subissent de s’obliger à devenir sincères. C’est ainsi, souligne-t-elle, que les émotions ont été marchandisées et standardisées à mesure que les métiers du service à la personne et du care se développaient.

Le fardeau des émotions est lourd à porter pour les femmes, en période de confinement, il peut devenir proprement insupportable.

La sociologue prolonge l’analyse en insistant sur la dimension genrée de la capacité à développer des ressources émotionnelles. À partir de l’exemple des domestiques et des femmes, elle montre que les personnes dont le statut social est moins élevé doivent plus que les autres souscrire aux attentes en termes d’émotions affichées (sourires encourageants, écoute attentive, commentaires approbateurs). De cela, il découle que l’on en vient à considérer ces postures émotionnelles comme naturelles.

Nous le savons depuis Simone de Beauvoir, et plus encore avec les études de genre, les mécanismes par lesquels on enferme les filles dans des aptitudes et dispositions associées à la gentillesse, au souci de l’autre et à la disponibilité, sont nombreux et pérennes. Ils perpétuent les représentations séculaires qui, au nom de leur capacité maternelle, enferment les femmes dans l’espace du foyer et les activités du soin (aux enfants, aux malades, aux personnes âgées). Voilà pourquoi elles sont considérées comme les « gestionnaires de l’émotion », selon les termes de Arlie R. Hochschild, c’est-à-dire que l’on attend d’elles qu’elles prennent en charge et assurent le bien-être émotionnel des membres de leur famille comme des personnes qu’elles côtoient professionnellement.

Dans son ouvrage Les couilles sur la table, Victoire Tuaillon développe l’hypothèse intéressante selon laquelle les hommes exploiteraient cette disposition : « La masculinité va souvent de pair avec la rétention des émotions, le refus de la vulnérabilité, une réticence aux conversations profondes et intimes. (…) Toute la manœuvre [consiste donc] pour eux à dissimuler ces demandes émotionnelles et à faire en sorte que les femmes y répondent d’elles-mêmes ». Sans que la chose soit nécessairement consciente ni volontaire, les hommes considéreraient le « travail émotionnel » comme étant inhérent à l’existence féminine, quelque chose qui leur serait en quelque sorte dû.

Ce qui est certain, c’est que le fardeau des émotions est lourd à porter pour les femmes. En période de confinement, il peut devenir proprement insupportable, s’ajoutant à la charge domestique (assumer l’essentiel de l’entretien de la maison, du linge et des repas), à la charge parentale (augmentée de la nécessité d’occuper et d’éduquer les enfants) et à la charge mentale (prévoir les besoins de tous et organiser leur satisfaction). L’autrice Emma décrit, dans le tome trois de sa série Un autre regard, cette responsabilité que les femmes s’imposent de devoir assurer le confort émotionnel de leur entourage : se priver d’une sortie pour ne pas laisser son conjoint s’occuper seul des enfants, acheter ce que les uns et les autres apprécient et y ajouter quelques surprises, accepter de n’avoir pas eu d’orgasme lors d’une relation sexuelle et qu’elle s’arrête avec celui de son partenaire, se soucier de la santé de tous les membres de la famille et veiller à maintenir le lien entre les générations… En un mot, être en permanence attentive aux besoins d’autrui, généralement sans obtenir ni aide ni remerciement.

On imagine de quel poids cet « effort émotionnel » pèse au quotidien en contexte confiné. En plus de se trouver réassignées à domicile, enjointes d’assurer la gestion pratique de cette situation, les femmes doivent affronter l’angoisse de leurs proches et s’efforcer de l’atténuer alors même qu’elles n’y échappent pas. Ce sont elles qui soutiennent, qui rassurent, qui consolent et qui caressent. Il ne s’agit pas d’essentialiser, car il va de soi que les hommes sont tout autant capables de sollicitude et de tendresse mais, pour des raisons qui ont trait à des siècles de construction sociale des stéréotypes de genre, c’est bien aux femmes que l’on demande en priorité (et en urgence) d’appliquer la « règle des sentiments » au sein de leur foyer. Ce sont donc elles plus que les autres qui risquent de subir un véritable épuisement moral et psychique.

Que dire alors de celles qui exercent les métiers de la santé, du soin et de l’aide à la personne ? Si les femmes y sont si nombreuses, on l’aura compris, c’est que l’on considère comme allant de soi qu’elles mettent leurs capacités émotionnelles aux service des autres. Dans le milieu professionnel plus encore que dans la vie privée, cette supposée aptitude innée dans le domaine de la gestion des émotions n’est ni reconnue ni valorisée.

Les auxiliaires de vie, infirmières et aides-soignantes portent déjà en temps ordinaire la charge du bien-être émotionnel des patient·e·s et de leur entourage. Quand on pardonnera aux médecins de vouloir se protéger en limitant tout investissement personnel dans la vie des malades, on attendra d’elles qu’elles fournissent les gestes et les mots qui réconfortent et qui accompagnent. Il en va d’une exigence de conformité à leur rôle professionnel. Bien évidemment, ce partage n’est pas étanche, les attitudes des unes et des autres pouvant être inverses. Reste que, du fait de leur écrasante majorité dans les métiers du care, ce sont bien les femmes qui assument, de façon invisible, l’essentiel de ce travail émotionnel.

S’il est un des aspects du drame que nous ne devrons pas oblitérer, c’est bien celui-ci : nous tenons par la force des sentiments qui nous lient.

Dans un beau texte issu d’un livre collectif, La philosophie du soin, Claire Marin fait de « l’attention à l’autre comme disponibilité sensible » la condition non seulement décisive mais préalable du soin. Cette disposition, observe-t-elle, implique une tension entre le geste souvent rude visant à traiter le mal et les mots bienveillants destinés à rassurer. Parce que la maladie produit une douloureuse dissociation intérieure entre le sujet et son corps, parce qu’elle prive le malade de celui qu’il était, les soignant·e·s s’efforcent d’atténuer ce « malheur » par « une attention personnalisée et humaine à la souffrance ». En situation d’urgence, la chose relève du défi permanent. En plus du contexte médical proprement effarant dans lequel elles/ils travaillent, s’ajoute aujourd’hui la détresse morale inouïe des patient·e·s et de leurs familles.

« La difficulté du soin, en médecine comme dans toute autre relation, tient à la peine que chacun éprouve à se vider de soi pour accueillir dans sa pleine mesure la demande d’autrui », écrit Claire Marin, ajoutant que « cet élan vers l’autre sans intentionnalité est une ascèse éreintante, puisqu’elle exige de se mettre entre parenthèses, se retirer de soi pour se laisser envahir par la douleur de l’autre ». Voilà précisément ce à quoi sont confrontées toutes celles et ceux qui accueillent les malades du Covid-19, à cet épuisant travail émotionnel visant à remettre le/la malade dans son corps humain (et non objet) et donc dans son être.

Il semblerait que nous en ayons pris conscience, même si confusément, comme l’exprime ce besoin que nous avons de les remercier chaque jour. Mais les applaudissements aux balcons ne suffiront pas. Il faudra veiller, une fois que nous serons sortis de cette séquence confinée, à ne pas oublier que les personnes hospitalisées ont non seulement reçus tous les soins qu’il était possible de leur dispenser mais qu’elles ont aussi été accueillies et soignées avec sollicitude. Les primes annoncées ne doivent pas rester ponctuelles, c’est toute la chaîne des métiers du care qu’il convient de revaloriser pour qu’enfin soit reconnue l’importance de l’implication émotionnelle de celles (et ceux) qui les assument. S’il est un des aspects du drame que nous ne devrons pas oblitérer, c’est bien celui-ci : nous tenons par la force des sentiments qui nous lient.

Il faudra donc aussi prendre au sérieux l’épuisement de celles qui auront supporté, en plus de tout le reste, la charge des émotions au sein de leurs familles. Là, c’est une véritable révolution des mentalités qui doit être initiée. Elle passera par un processus de déconstruction des stéréotypes de genre relatifs aux sentiments. L’attention à l’autre et la tendresse ne sont pas des exclusivités féminines, il n’y a pas de honte à exprimer ce que l’on ressent, y compris ce qui fait de nous des êtres vulnérables, lorsque l’on est un homme. Les émotions n’ont pas de genre, elles sont le propre de notre condition humaine. Quand nous nous retrouverons, faisons en sorte de nous débarrasser de ce mythe qui pose que nous n’avons besoin que de mobilité et d’adaptabilité pour restaurer notre sens de la proximité et de l’altérité. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons alors à nouveau nous laisser toucher, dans tous les sens que revêt ce mot.

Camille Froidevaux-Metterie

Philosophe, Professeure de science politique et chargée de mission égalité à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

« EMPORTÉ PAR LA FOULE. HISTOIRE DES ÉMOTIONS COLLECTIVES » : compte rendu de la journée d’études EMMA (Montréal, UQÀM, 7 février 2020)

par Eliott Boulate, doctorant à l’UQAM

Le 7 février 2020 s’est tenue à l’UQÀM une journée d’études consacrée aux émotions collectives et à la foule, qui s’inscrivait dans le cadre du dernier volet du programme Emma, avec le soutien du CRSH (Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada), de TELEMMe de l’ AMU (Université Aix-Marseille), enfin du GRHS et du Département d’Histoire de l’UQÀM. Prenant la suite de deux journées d’études organisées en novembre 2017 et en mars 2019 autour de la foule émotive – Histoire d’un topos de l’Antiquité à l’époque contemporaine – à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme de l’AMU, elle a continué les réflexions initiées les années précédentes à propos des phénomènes d’émotions collectives. La foule était au rendez-vous, malgré une tempête de neige pourtant dissuasive, et c’est dans une ambiance chaleureuse que les échanges ont pu commencer.

           Piroska Nagy et Daniel Boquet ont ouvert la journée en présentant l’une, un bref état des lieux de l’histoire des émotions et l’autre, une généalogie de l’histoire des émotions collectives depuis le XIXe siècle. Le constat a été posé par Piroska Nagy de l’importance de l’intérêt porté par les historiens à l’émotion comme phénomène collectif. Si d’illustres prédécesseurs comme les historiens de la première génération de l’école des Annales se sont intéressés au caractère social des émotions, puis plus récemment Peter N. Stearns, W. M. Reddy et B. H. Rosenwein ont travaillé sur les émotions, ils les ont surtout appréhendées sous le prisme de l’individu. Dans les années ‘70-80, des études importantes ont pourtant porté sur des phénomènes collectifs comme les révoltes, les « grandes peurs » ou le charivari, mais elles n’ont pas fait de l’émotion un outil analytique conceptualisé. Les organisateurs ont ainsi entrepris de mettre à jour les concepts et l’épistémologie historique de l’histoire des émotions collectives, en partant du climat de la fin du XIXe siècle dans lequel avait émergé la psychologie des foules.

À partir de là, Damien Boquet a présenté une généalogie intellectuelle des émotions collectives au XIXe siècle, en insistant sur le fait que, selon lui, la notion d’émotion présente dans la psychologie scientifique contient, dès son origine, une notion collective. En effet, sa matrice émane de la psychologie physiologique britannique qui, si elle ne pense ni les émotions de la foule, ni les émotions collectives, offre un cadre conceptuel (celui d’une émotion comme phénomène atavique contraint socialement dans son expression) qui a influencé à son tour la psychologie des foules franco-italienne. Inspirés par des savants britanniques tels qu’Alexander Bain, Charles Darwin et Herbert Spencer, des intellectuels comme Hippolyte Taine et Théodule Ribot font entrer le vocable « émotion » dans le vocabulaire français, aussi bien académique que sociétal. Damien Boquet rappelle que l’expression « émotion collective » ne se trouve pas dans la psychologie des foules, mais que cette dernière opère une première conceptualisation d’une histoire civilisatrice des émotions qui part du collectif et se focalise sur les individus. Et c’est à partir de cette histoire que, peu à peu, l’histoire des émotions se modèle tout en s’affranchissant, et assume la charge de définir les émotions et leur rôle au sein des sociétés humaines passées afin de proposer des outils analytiques pertinents et utiles à tous les historiens, quelle que soit leur spécialité.

Une fois ces clarifications historiographiques et épistémologiques présentées à l’assemblée, les intervenants ont pu exposer une série de cas pratiques. Comprenant des exemples issus de toutes les périodes et s’appuyant sur des sources très diverses, nous avons eu un aperçu de la variété des outils intellectuels qui nous étaient proposés. Les interventions portaient sur des périodes allant de la fin de la République romaine à l’actualité des Gilets Jaunes, en passant par l’Italie médiévale ou le Midi prérévolutionnaire, et se faisaient écho par le traitement méthodologique appliqué.

           Le ton a été donné par l’intervention croisée de Piroska Nagy et Ludivine Bantigny, autour de la question conjointe de l’événement et de l’émotion, à partir du phénomène des Flagellants au XIIIe siècle, et de la révolte des Gilets Jaunes commencée en novembre 2018. Piroska Nagy a ouvert en rappelant qu’en français l’émotion fait évènement (contrairement au sentiment qui est plus diffus), et qu’il faut chercher à appréhender l’émotion et l’évènement sous le régime de la rupture d’intelligibilité qui mène à une possibilité de changement. Dans ces moments où, comme le dit Hamlet, « Time is out of joints »[1], il faut percevoir la puissance performative des émotions et s’interroger sur les divers liens entre émotions partagées et évènement. Ludivine Bantigny a tenu à rappeler que dans cette démarche il convient d’éviter l’écueil qui consiste à rejeter l’émotion hors du politique et à ramener l’évènement à une simple expression émotionnelle. L’exemple des Flagellants illustre bien la force performative d’une expérience sensible et collective : les processions de clercs et laïcs qui se flagellent dans un geste rituel imitant le Christ créent une identité commune, momentanée mais forte. À travers l’étude du vocabulaire de l’émotion, présent dans les témoignages laissés par les chroniqueurs contemporains du phénomène et de la conformité de la pratique au script de la pénitence, Piroska Nagy a mis en lumière une expérience de partage et de rétribution affective dans laquelle la communauté fait corps et, par un rituel coûteux, affirme un projet politique de paix, dans le contexte de guerre endémique de l’Italie communale. La contagion du phénomène et sa réception positive, aussi bien par des autorités laïques qu’ecclésiastiques, montrent cette force performative qui, par le partage de la pratique émotionnelle, régénère un lien politique et social dégradé.

Si le mouvement des Gilets Jaunes n’est pas un mouvement eschatologique, il reste un évènement collectif en cours qui cherche une forme de régénération du lien politique et social. Afin d’étudier la performativité du régime émotionnel déployé, Ludivine Bantigny a analysé une série de slogans pris en photo sur les gilets des participants à diverses manifestations. Ce corpus peut se rapprocher des corpus de graffitis de Mai 68, un des objets d’étude de l’historienne. A partir des slogans comme « on est là », ou les expressions mâtinées de revendications ou d’humour, l’historienne observe une économie morale déployée autour de la résistance, de l’émancipation et de la recréation des liens collectifs. On assiste selon Ludivine Bantigny à ce que Jacques Rancière appelle « un partage du sensible », une mobilisation qui veut récréer un espoir en récusant la résignation et l’objectivation. Ces deux interventions ont été prolongées par une réflexion sur la place du corps dans la pratique émotionnelle collective, comme support du lien et de lieu de la performativité, qui a été développée dans les échanges avec le public.

Dans la suite de la journée, les participants ont présenté plusieurs exemples de ce lien entre émotions collectives, foule et évènement, mettant l’accent tour à tour sur la définition de la foule et de ses émotions, sur les conséquences de ses actions, et l’usage qui en est fait par un pouvoir ou un individu. Ainsi, les interventions de Pascale Goetschel et de Sophie Abdela ont, chacune à sa manière, cherché à définir la foule de leur corpus et voir si elles contenaient des émotions collectives. Pascale Goetschel a présenté un échantillon des actualités françaises portant sur la foule et s’étalant de 1945 à 1969. Son intervention présentait les résultats préliminaires d’une étude lexicographique et filmique de ces supports audiovisuels diffusés dans les cinémas. Elle a elle-même été surprise par le fait que le mot « foule » concernait 20% des 1262 films de son corpus, et qu’il occupait de ce fait une place importante dans les actualités diffusées. En replaçant les extraits exposés dans leur contexte de production technique et économique, Pascale Goetschel avec l’appui des méthodes quantitatives et un corpus filmique a montré une foule présentée comme globalement positive dans les différents contextes. Que ce soit dans le contexte de guerre et de libération, des acclamations politiques, des activités ludiques, de conflictualité sociale ou sportif, la présence de la foule fait l’actualité, mais le sens qui lui est donné change. Ce sens n’est pas tant créé par la grammaire cinématographique, très simple à cause des contraintes techniques et de production de l’époque, que par la voix-off. Ainsi lors des manifestations publiques en France, les foules sont montrées comme plus libres, plus spontanées, tandis que dans des actualités portant sur des pays étrangers ou d’anciennes colonies la foule est montrée comme plus obéissante envers les figures d’autorités présentes à l’écran, ce qui donne une indication de la manière dont une foule est considérée comme positive selon le contexte dans lequel elle se réunit.

Dans le même registre, Sophie Abdela a tenté de voir ce qu’elle pouvait obtenir en appliquant le questionnaire des émotions collectives à son champ de recherche, le milieu carcéral parisien du XVIIIe siècle. En considérant l’émotion en lien avec l’action populaire, elle a traqué les émotions collectives dans la mise en mouvement des corps, c’est-à-dire les révoltes. Elle a insisté sur la révolte de décembre 1740 des correctionnaires de Bicêtre, car c’est un exemple où elle a trouvé la foule, les émotions, mais aucune émotion collective. Cet exemple a été l’occasion d’une réflexion passionnante sur l’application et les limites de l’outil utilisé – l’émotion historique – et a permis de remettre en question des idées reçues, comme le lien non systématique entre foule et émotion collective. Elle a pu constater que lors de cette révolte, les jeunes prisonniers ont vécu leurs émotions de façon individuelle, et aucun collectif n’a émergé de l’évènement.

Il est intéressant de comparer ces deux interventions à celle de Nathan Murray, qui s’est intéressé à une définition de la foule et de ses émotions collectives dans la Rome de la fin de la République par un contemporain : Cicéron. À travers l’analyse du Discours pour sa maison, Nathan Murray a montré ce qu’était, pour Cicéron, le rôle de la foule des citoyens romains, et l’expression correcte de ses sentiments en accord avec les valeurs romaines. Il a étudié plus particulièrement l’émergence de la pratique de l’applaudissement sur le Forum, et a nuancé la séquence d’expression du peuple romain mise en forme par Jean-Michel David (qui se déploie selon le schéma suivant : confrontation, émotion dans l’auditoire, division, violence verbale ou physique, fin de l’épisode). Il a analysé le sentiment de dignité et la majesté du populus tels qu’ils étaient conceptualisés par Cicéron. Il en a dégagé la perception de la foule, de ses émotions en tant que foule, et de leur juste place dans la société du point de vue d’un membre de l’élite qui ne rejette pas l’émotion collective mais lui accorde un rôle très particulier dans l’économie politique pour qu’elle soit jugée appropriée. Cette intervention a fait le lien avec l’autre aspect principal abordé lors de la journée, celui de l’usage de ces émotions collectives par un ou plusieurs acteurs historiques. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les interventions d’Anne-Gaëlle Weber, Lidia Zanetti-Domingues et Nicolas Vidoni.

            Anne-Gaëlle Weber nous a présenté les différents usages de la colère de la foule dans le contexte des missions carolingiennes. L’évêque est souvent présenté dans les vitae comme un phare qui guide la foule, et l’évêque missionnaire a affaire à la foule la plus dangereuse : la foule païenne. Selon que la colère soit attribuée à la foule païenne ou à la foule chrétienne, son rôle évolue. La colère de la foule païenne sert à l’abaisser par rapport à la foule chrétienne qui affronte sereinement l’adversité. À l’inverse, la colère de la foule chrétienne, lorsqu’elle est contenue, est objet d’admiration. Comme l’intégralité du corps social doit participer à la cohésion de l’Église et à son bon fonctionnement, l’affectivité devient un outil de contrôle des foules qui peut ainsi prendre sa juste place au sein de la société chrétienne qui encadre les foules.

L’émotion de la foule, lorsqu’elle est collective, est un principe de légitimité. Avec l’exemple de la commune de Montpellier à l’aube de la Révolution, Nicolas Vidoni a voulu étudier un exemple de la foule par excellence, la foule révolutionnaire, sans reprendre l’éternel exemple parisien. Il nous a montré l’évolution de la conception de la foule qui, avant la Révolution, était vue comme un assemblage d’individus qui s’agrègent autour de leurs vices personnels pour former des foules tumultueuses, mais pouvait aussi servir à certains acteurs à défendre leurs privilèges contre les réformes royales. Or en 1789, une Assemblée de représentants de la Commune se forme à partir des foules révolutionnaires et supplante le Conseil de la Ville, de sorte que la foule devient source de légitimité et non plus un simple outil de contestation. L’Assemblée met en scène les jeunes écoliers qui disent leur amour du nouveau régime, et montre ainsi la création d’une perspective commune. Cependant, Nicolas Vidoni insiste sur la brièveté de cet épisode, dès 1791 la foule est mise à distance et canalisée à travers l’idéal du patriotisme, et l’Assemblée, récupérée par le noyau des anciennes institutions, organise un retour à l’ordre dit bourgeois et se coupe d’une légitimité par la foule.

Car le pouvoir, s’il cherche à s’appuyer sur la foule et ses émotions, n’arrive pas toujours à la contrôler. L’intervention de Lidia Zanetti-Domingues sur les foules émues aux pieds de l’échafaud dans les sources italiennes aux XIIIe et XIVe siècles en est un bon exemple. Les exécutions pré-modernes ont été présentées par de nombreux chercheurs comme des rituels émotionnels de cohésion, la peur de l’exécution et l’identification à la victime ayant pour but de pacifier le corps social. Or Lidia Zanetti nous rappelle que cet argument avancé par les autorités est problématique, car il semble que souvent, le peuple s’identifie plus aux autorités qu’aux criminels. Mais l’exemple de l’émeute de Bologne de 1299 permet de voir un autre cas de figure : les condamnés s’y sont vus refuser l’eucharistie, ce qui a déclenché un mouvement de compassion de la foule empêchant l’exécution. Les chefs de l’Inquisition soupçonnent alors un des condamnés d’avoir demandé le sacrement en sachant qu’on le lui refuserait pour manipuler la foule en sa faveur. Selon Lidia Zanetti, qui a présenté plusieurs cas où des condamnés manifestent la dévotion lors des exécutions pour créer une réaction, ce n’est pas un unicum. Elle a mis à jour une stratégie émotionnelle de la part des acteurs qui cherchent à jouer sur l’identification émotionnelle de la foule pour arriver à leur but : la paix sociale ou le sursaut de l’exécution. Les émotions de la foule, par leur nature performative, sont des outils à double tranchant, la foule par son nombre peut être un appui du pouvoir ou le contester en faveur d’autres acteurs (marginaux, factions rivales, etc…).

 

La journée d’étude a permis de dégager deux constats. Le premier porte sur la pertinence de la notion d’émotion collective : souvent les sources ne permettent pas de distinguer émotions individuelles et collectives ; le second constat qui peut être résumé par une phrase de Damien Boquet lors des échanges avec le public : « il faut tuer l’histoire des émotions pour faire des outils et une méthode à partir de son cadavre. » Par cette formule provocatrice, il a résumé l’un des objectifs actuels de l’histoire des émotions : montrer la souplesse de l’outil, l’enquête sur la dimension affective de l’expérience historique, qui peut être intégrée à n’importe quelle étude lorsque les documents et le contexte le permettent voire l’imposent. La variété des interventions tant au niveau des sources mobilisées que des périodes abordées a permis d’illustrer la mise en pratique de cette méthode. Et comme l’a rappelé Sophie Wahnich dans sa conclusion, les émotions permettent de comprendre pourquoi certaines actions sont effectuées. En portant les interrogations sur l’expression collective, les historiens ont accès à de nouveaux outils explicatifs. Mais Sophie Wahnich met en garde contre une généralisation abusive du vocabulaire : tout rassemblement n’est pas une foule, et toute action n’est pas poussée par l’émotion. Il ne faut pas faire de l’histoire des émotions un champ d’études coupé et trop délimité, car elle risquerait d’en mourir. Au contraire, elle doit compléter d’autres types d’histoire où l’émotion est dissoute et où sa mobilisation apporte un surcroît de compréhension.

[1] Le temps sort de ses gonds.

Piroska Nagy : « Que le virus de l’émotion nous aide maintenant à rompre nos chaînes ! »

https://www.franceculture.fr/societe/piroska-nagy-que-le-virus-de-lemotion-nous-aide-maintenant-a-rompre-nos-chaines

Coronavirus, une conversation mondiale | Depuis Montréal où elle est professeure d’Histoire du Moyen Âge à l’université du Québec (UQÀM), la franco-hongroise Piroska Nagy nous invite à laisser muter le virus de la peur. Colère, indignation et espoir peuvent nous aider à changer le monde : si rien ne va plus, tout est possible !

Le pont Jacques-Cartier illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel en signe d'espoir , Montréal, le 11 avril 2020
Le pont Jacques-Cartier illuminé aux couleurs de l’arc-en-ciel en signe d’espoir , Montréal, le 11 avril 2020 Crédits : Eric Thomas AFP

Face à la pandémie de coronavirus, Le Temps du Débat avait prévu une série d’émissions spéciales « Coronavirus : une conversation  mondiale » pour réfléchir aux enjeux de cette épidémie, en convoquant les savoirs et les créations des intellectuels, artistes et écrivains du monde entier. Cette série a dû prendre fin malheureusement après le premier épisode : « Qu’est-ce-que nous fait l’enfermement ? ».  Nous avons donc décidé de continuer cette conversation mondiale en ligne en vous proposant chaque jour sur le site de France Culture le regard inédit d’un intellectuel étranger sur la crise que nous traversons.

Aujourd’hui, l’historienne Piroska Nagy, spécialiste du sensible au Moyen Âge nous propose une lecture de la contagion des émotions en temps de pandémie. 

Décidément, le temps est aux émotions. Cette pandémie – tout aussi attendue qu’inattendue – n’est pas arrivée seule à Montréal, comme dans d’autres villes du monde. Avant même de débarquer, le  Covid-19 dont on parlait déjà d’abondance, avait déclenché un autre virus, largement aussi contagieux : celui de la peur. La peur est une émotion, et les émotions émergent, se déploient et se transmettent dans un cadre social, dont elles demeurent indissociables. Les émotions qui nous touchent, qui nous éveillent, nous incommodent et nous font bouger, font partie de la communication. Elles peuvent s’intensifier ou s’apaiser, voire, comme les virus, muter.   

Ainsi, le virus émotif accompagnant la pandémie a d’abord saisi chacune et chacun par un petit fond d’anxiété, dont témoignait le regard se dérobant au lieu de s’arrêter sur le passant … Liée aux voyages, aux transports, aux grands magasins et autres situations de foule, la peur s’est rapidement installée. En état sévère, elle est devenue une angoisse paralysante, touchant la couleur même du jour. Avec le Covid, le temps est sorti de ses gonds pour devenir un temps hors du temps, où tous les jours se ressemblent. Car l’arrêt soudain des activités –  grande relaxation, ce n’est pas qu’un dimanche ! – a ébranlé toutes les bases de la vie sociale. Plus de café du coin, de discussion au marché, de flânage au parc ou de soirée entre amis. Les routines, trajets et gestes quotidiens qui nous ancrent dans la société ont peu à peu perdu leur terreau solide.  

Le Temps de l’Inconnu étend alors son empire comme le brouillard tombant sur la campagne, le contour des choses s’estompe en même temps qu’on perd la visibilité. Dans un monde sans axe ni horizon, blanc et flou, ne restent que les angoisses, les projections et les rêves fous. 

Alors que présent et avenir se conjuguent à l’aveugle, le passé n’est plus : travail et revenus sont mis à l’arrêt pour une partie importante de la population. L’angoisse se transforme en indignation lorsqu’on découvre que la carte de crédit, elle, ne connaît pas de pause : des frais d’intérêts de 20% s’ajoutent aux impayés ! Voici l’une des vérités crues de ce monde, où tout un chacun est esclave des banques qui encaissent même nos salaires. Nous reviennent alors en mémoire ces prédicateurs médiévaux qui dénonçaient le gain contre-nature : plus que jamais, les banquiers font de l’argent avec le temps qui appartient à Dieu, comme aimait le rappeler Jacques Le Goff.  Les banques s’enrichissent pendant que le commun s’appauvrit et craint de tout perdre. « À l’impossible nul n’est tenu », voici ce qui devrait être la devise des banques en temps de pandémie. D’où le mouvement  montréalais, lancé à la fin du mois de mars :  Grève des loyers ! 

Monte alors la colère sociale … cette colère du juste, qui repose sur l’idée ancestrale de la possibilité, de l’existence immanente d’un ordre moral du monde qui ne se tient, on le sait, que parce qu’on se soucie les uns  des autres. Nul horizon social sans bien et utilité communs. Or le monde du début du XXIe siècle ne connaît pas le commun ; pire, il le combat de toutes ses forces. Pourtant c’est la seule réponse possible à cette pandémie, qui révèle les inégalités en les accroissant. Le scandale planétaire éclate comme le virus, le scandale qui frappe aussi bien le pays le plus puissant de la Terre que l’Inde ou le Brésil, autrement plus désolants et pourtant si ressemblants dans leur délestage du commun et du pauvre. Un système mondial radicalement fou, fou dès la racine, se dévoile ainsi plus clairement que jamais dans l’atmosphère enfin non polluée. Ici, au Québec, son absurdité nous explose au visage, semblablement à la France : pour une province suffisamment agricole, l’absurde d’une absence de souveraineté alimentaire à 33% des besoins, pendant qu’on produit à l’exportation ! Mon fermier de voisin  n’a pas le droit de me vendre du lait. Nous dépendons, ici comme ailleurs, en médicaments et en produits manufacturés, de l’autre bout du monde. Ce système fou et immoral, en ce temps de crise, fait des grands États des pirates … 

À l’origine de la crise actuelle, on le sait maintenant, la mondialisation et ce qu’elle a créé  d’inégalités sociales insoutenables et planétaires, étroitement liées à la destruction des écosystèmes et du monde : car pourquoi diable, sinon par misère, mangerait-on en Asie des pangolins ?! Le virus qui a envahi le monde par le chemin des voyages des choses et des gens –  autant de marchandises, si l’on regarde bien ! – révèle la folie du monde. Cette folie qui, partiellement du moins, s’est enfin arrêtée ; à laquelle nous avons, nous aussi, contribué de mille façons, à laquelle  nous sommes tous enchaînés. Regardons-nous bien en face, et nous aussi…  arrêtons.  

La médiéviste en moi se souvient alors de la Grande Peste, qu’on aime regarder encore de loin comme un des phénomènes générant la Renaissance. Après la Peste – comme après la Covid – le monde ne sera plus jamais comme avant. 

Suspendons donc notre souffle, puisqu’ enfin, même en ville, on entend les oiseaux. L’impensable est advenu : le monde, dans sa course folle, s’est arrêté –  et ceci, miracle : par volonté politique. On peut donc trouver des manières collectives et solidaires de réagir aux grands fléaux. La volonté politique, pour changer de direction, est possible, et la direction est claire. Avec le désespoir que cet arrêt fait surgir, affleure ainsi l’espoir, un espoir impérieux, violent, sauvage. Que le virus de l’émotion nous aide maintenant à rompre nos chaînes ! Face à la réalité insoutenable de l’horizon sans avenir, de l’autophagie de notre civilisation : nous autres humains, soyons enfin capables de penser et faire  ensemble le changement de direction ! Que cet arrêt nous serve à le penser et à le faire. Si rien ne va plus, tout est possible !   

Laissons donc muter le virus de la peur ! Colère, indignation et espoir peuvent nous être collectivement bénéfiques, pour modeler le monde qui vient.

Puisqu’ils appellent tout à coup à se soucier de nos aînés à cause du virus,  dont ils sont les premières victimes, nos politiciens -– et les magnats  qui les gouvernent -– appelleront-ils à se soucier de nos enfants – de leurs enfants, petits-enfants aussi ?!? Saisiront-ils enfin que c’est là, le sens des responsabilités , le courage politique : il faut maintenant faire face, à la faveur de l’urgence sanitaire, à l’urgence planétaire, un danger encore plus grand pour les humains. Saisiront-ils que l’on ne peut se sauver que tous ensemble – en pensant la justice sociale aussi sur le plan planétaire ?   

Par amour pour celles et ceux à qui nous léguerons cette planète, que nos émotions les plus fortes, justes et impérieuses, nourries par la raison et l’amour du monde, s’éveillent ! Œuvrons à cette véritable Résurrection

Emmanuel Laurentin avec l’équipe du « Temps du débat »

Retrouvez ici toutes les chroniques de notre série Coronavirus, une conversation mondiale.

The Gender of Emotions

The English edition of the review « Clio. Women, Gender, History », issue 47 (2018),  devoted to « The gender of emotions » has just been published. It is available online via Cairn International.
Our introduction is in open access here :

Damien Boquet and Didier Lett, « Emotions and the concept of gender »

French version : here

Emotions and the concept of gender

Damien Boquet and Didier Lett

translated by Siân Reynolds

Emotions are often considered to be a strong marker for gender, playing a central role in the cultural and social demarcations between masculine and feminine. Starting with the ancient theory of temperaments, the hot and dry emotions – anger, rage, audacity and hate – were seen as masculine, while the cold and wet emotions – modesty, sweetness, fear, shyness, compassion, languor – were feminine. In the western world, it was also thought that emotions in general were more feminine, while reason was more masculine. Women, reputed to be irrational and closer to nature, would by the same token display greater sensitivity than men; would be readier to express their feelings (to the point of being overwhelmed by them); and would pass more quickly from one emotion to another, becoming insane or hysterical. Men, the repository of culture and reason, would exert greater self-control, and be better able to master the expression of their feelings, veering less often between them. In the way in which they have been, or are, judged, expected, and sometimes demanded, emotions – whether manly or womanly – have therefore been gendered.

Although influential in western culture over the long term, this reading of the emotions has become excessively polarized by historiography into two radical oppositions, presumed to structure society: man-masculine versus woman-feminine, and emotion versus reason. Yet these antitheses, especially when expressed in the extreme and rigid forms that we have witnessed in recent times, have not always existed: they date essentially from the eighteenth century. Before that, in western society, as is demonstrated in this issue of Clio by Jean-Noël Allard and Pascal Montlahuc’s article on Antiquity, and Emmanuel Bain’s article on biblical exegesis in the twelfth and thirteenth centuries, sex difference was only one method, and often a marginal one, of classifying people. We therefore need to shake off a conception that has come to seem “natural” to us. In the consilia, the collections of studies of clinical cases dating from the end of the thirteenth century, when doctors speak of the symptoms and treatment of melancholy, for example, they pay little attention to the gender of the patient, since they were focusing more on the theory of bodily humours, or of the different parts of the body. [1] And the antinomy between reason and emotion is also relatively recent. [2] It depends on certain forceful and persistent presuppositions – the product of an evolutionist view of history, bolstered in the twentieth century by Norbert Elias’s theory of the process of civilization [3]   – as well as on an absolute antagonism (retrospectively attributed to Descartes) between affectivity and reason, to be found also in other social sciences (whether Durkheimian or Weberian sociology, Freudian psychoanalysis, etc.). Yet since Aristotle, and throughout an intellectual tradition running from the teachers of the medieval university to Spinoza and Rousseau, it has been abundantly clear that emotions, transcending all schools of thought, have engaged in a constant dialogue with reason, even if they can be unreasonable. In the way in which emotions were socially perceived, the point was not to suppress them, but to apply them in a measured way, adapted to circumstances, and to make proper use of them, according to the principles of virtue and justice. Anne Carol has shown in her study of the accounts of capital executions in nineteenth-century France, for example, that representatives of the public authorities, often marked by their Christian background, were not opposed to a display of emotion by the condemned person. [4] If the man or woman facing death trembled and wept, these were signs testifying to the due and proper process of the judicial ritual, serving to inspire horror for the crime and rightful fear of the punishment. But there was a risk that the scenario might get out of hand, if the condemned person did not express the expected emotions, or indulged in them to excess – collapsing and begging for mercy, or shouting words of hate. A watershed was reached in about the 1870s, no doubt because the Christian model was in decline in France. Displays of emotion by the offender facing capital punishment became progressively unacceptable. Losing its function of exemplarity and edification through emotion, the ritual itself was slowly becoming less coherent, preparing the way for the ending of public executions in France in 1939, and the eventual abolition of capital punishment there in 1981. [5]

De-naturalizing emotions through gender

In seeking to move away from these a priori ideas about the nature of emotion and its gendered constructions, this issue of Clio sets out to revisit the articulation between emotion and the difference between the sexes by historicizing these concepts; by contextualizing and identifying the relevant actors socially; by taking into account the whole gamut of emotions; by questioning both the masculine and the feminine at the same time; by scrutinizing the documentary context that produces emotions and renders them visible; and lastly by observing what gender does to emotions and what emotions do to gender. In these two fields of study, there is a new willingness to deny their “natural” character, an associated refusal to accept universal categories, and a similar openness to the social sciences.

Despite Lucien Febvre’s much-quoted pioneering article, or Marcel Mauss’s work on “the techniques of the body”, [6]  sociologists, anthropologists and historians have long regarded emotions as lying outside their remit, leaving them to psychologists, or these days to neuro-scientists. [7] Only in the 1990s did studies of emotions begin to be developed in the humanities and social sciences as a whole, but since then they have become widespread (some people have spoken of an “emotional turn” or an “affective turn”), as can be seen by looking at the way the field has been institutionalized in many countries. [8]  In historical studies, the study of emotions has made it possible to revisit something previously seen as the domain of historical anthropology, namely men’s and women’s bodies, in order to demonstrate their central role in social life, to the extent that emotions are seen as revealing an internal state through a bodily manifestation. [9]  Does history, as an academic discipline and a method of posing questions, have a specific role to play in this re-evaluation of the social uses of emotions? As was the case in the early days of gender studies, the history of emotions today is able to benefit from a dialogue with the humanities and social sciences, if only to dislodge the prejudice long current among historians (of both sexes) concerning the irrationality and spontaneity of emotions. But it would be naive to think that historians have a unified approach to this new field of research. Unlike gender, which was from the start conceptualized as a heuristic tool, emotion is above all a territory where the very landscape needs to be invented. While nobody would now deny that emotions have a cultural character, there is a considerable range of approaches concerning the depth and extent of the constructed component. Are emotions intangible facts of human nature, or are they attached to a psychology or biology that governs their existence and to some extent their expression? If the latter, the historian would need, as a preliminary step, to find some basis in a “scientific” theory of emotions (derived from cognitive psychology, psychoanalysis or the neurosciences). In that case, historical analysis would remain dependent on other disciplines. There is another way to approach it, the one we have chosen in this dossier, opting for the historicity of the emotional phenomenon, and therefore not starting from any pre-existing category, but basing the analysis on the affective anthropologies of the particular cultures and social groups under observation. [10]   The very word “emotion”, used to delimit the territory of inquiry, is the product of an empirical consensus, and also of the internationalization of research, as was once the case for the notion of “mentality”, which had the advantage of being easy to translate into the languages in use in the academic community. In the western sphere, but also in many other cultures, it makes sense to question the feelings, the affects, the whole complex of joys and sorrows, disgust and attraction. All the same, there is such diversity of conception and usage that it would be risky to attach the historical exercise to any theory of emotion taken from the present day. Emotions exist, are of value, and operate according to how they exist, have value and operate for the relevant agents in their socio-cultural environment, whether temporal or spatial.

Feminine, masculine: the fluid nature of emotions

What can gender contribute to the historical study of emotions? In the first place, it makes it possible to revisit fields of research and events previously considered to be well known. Thus we can ask how Christian thinkers, over time, have evaluated the two first emotions of Adam and Eve, following on original sin: concupiscence and shame. The “vertical reorientation of affectivity” [11]   to be witnessed in the early Middle Ages seems to be identical for both sexes, with the axis flesh-spirit (vice-virtue) taking precedence over the male-female distinction. So Augustine of Hippo in The City of God (early fifth century), explains that the first man and the first woman both felt the same degree of shame: shame on account of their nakedness and shame from realizing the sin they had committed. [12]  But later representations of this scene show an evolution. The celebrated fresco by Masaccio representing Adam and Eve (The Expulsion from the Garden of Eden), painted in the early fifteenth century in the church of Santa Maria del Carmine in Florence, gives a clearly gendered form of shame to each sex: Adam, without masking his naked body, is hiding his face, while Eve conceals her breasts and private parts with her hands, allowing her face to be seen twisted with the pain of remorse. The man is shown with moral shame, the woman with bodily modesty, in a differentiation of types of shame, thus establishing a de facto hierarchy between the sexes. Does this evolution reveal changes in the history of emotions, or a modification peculiar to the history of gender in the late Middle Ages, an era which seems readier than previous ones to assume sexual difference? [13]   Taking this into account makes us aware of the need to consider the interplay of reconfigurations between gender and emotion over the long term. That is why this issue of Clio questions the norms and representations of stereotypes across a series of different periods, and seeks to identify change and evolution. In Antiquity and most of the Middle Ages, for example, friendship, which was not only a question of alliances but of affection, was a social connection seen as manly and proper to men. Then progressively it becomes more neutral and open to both sexes from about the thirteenth century, notably in Christian literature, before returning to “masculine territory” during the Renaissance, only to explore once more the delights of mixed-sex friendship at the time of the Enlightenment. [14]

The supposed inability of women to control their emotions did not always relegate them to an inferior role, and could sometimes confer on them a specific form of authority, as is proved throughout history by the role played by female mystics, who attain the same status as “men of God”, thanks precisely to their excess of emotion. [15]Such women had/have visions, go into spasms, weep, fast, or seek rapturously to have ever-closer union with God, go into ecstasy, levitate, and experience a loving fusion with God. In their accounts, they describe these extreme experiences with delight, sensuality and enjoyment. The fusion with God gave them ascendancy over men and institutions: one example is Juliana of Cornillon who in mid-thirteenth century successfully established a Feast of the Eucharist which soon spread throughout Christendom. But are we right to attribute a “sexual identity” to this affective feminine spirituality, when it developed within male clerical milieus? The vitae of these women were written down by men who were often their confessors. As for the writings of the mystics themselves, which are few in number, they appear much less emotional and psychosomatic: while the hagiographers insist on the intensity of physical suffering, women mystics say more about their union with the divine lover. [16]  The idea that the body was the privileged site of female piety was no doubt exaggerated by the hagiographical male-authored sources, and corresponds to a slow evolution starting essentially in the thirteenth century, in which the feminine aspect of spirituality gradually became a matter for women. [17]   Consequently, as Barbara H. Rosenwein reminds us in this issue, a propos the confessional narratives in Puritan milieux in the seventeenth century, we need to establish a distinction between forms of female spirituality and the gendered expectations of society, paying attention to the gap between religious experience and the way it has been recounted. This can be observed elsewhere in the articles we have included here, in both Western and Eastern societies, in the poems and correspondence expressing love between a man and a woman. Love is indeed often a domain in which gendered differences are most visible. As Monica Balda-Tillier points out, in medieval Arabic literature, it is only women who declare that they would not wish to survive the death of their beloved, and the expression of their last emotion is codified in rules more strict than those imposed on men. Sylvain Piron shows that in their exchange of letters, Abelard and Heloise offer quite distinct philosophies of love. Abelard presents himself as the victim of the blind forces of love, and seeks in the beloved gentleness, rest and consolation, while Heloise associates her amor to the dilectio based on the virtues embodied by her lover.

Over the course of history, man appears to be a creature of emotions too, which must be accounted a good thing, since it means men can weep or show embarrassment in a virile way. For example, in the late fourth century, St Ambrose, bishop of Milan, made of modesty (verecundia) a major virtue of churchmen, while at the same time urging his clerics to be manly in their way of walking and singing. “The voice, too, should not be languid, nor feeble, nor womanish in its tone […] It should preserve a certain manly quality, rhythm, and vigour.” [18]  Tears may well tend to be more closely associated with women and the female sex, but it is clear from a multiplicity of sources, across the centuries, that men, from Achilles to Obama, have wept just as much as women, and that they have wept in a manly fashion. [19]  Emotions – and the bodily signs revealing them – have played a key role in history in the construction of gendered stereotypes, while at the same time being a privileged instrument in reconfigurations and fluidities between the sexes.

“Emotional communities” and “gender regimes”

Setting out to identify the principal factors of change in the history of the emotions, in the modern, and particularly in the contemporary period, William Reddy has proposed the concepts of the “emotional regime”, “emotional suffering” and the “emotional refuge”, the first term referring to the dominant norms of a given society, the second to the manner in which groups or individuals are obliged to adopt imposed emotional codes, and the third to the release from suffering that allows people to escape from over-rigid norms. [20]  He explains consequently that the France of Louis XIV was subjected to a code of aristocratic honour which imposed strict control over the public expression of emotion. In reaction, during the eighteenth century, a culture of sentiment was progressively developed in places of emotional refuge: salons or private correspondence. Sentimentalism then soon spread through literate circles, bringing with it a new vision of society which the Revolution attempted to apply. Thus the emotional culture of a minority, originally an “emotional refuge” for the educated elite, had in course of a few decades become a new “emotional regime” in post-revolutionary France. [21] 

Although the schema suggested by Reddy allows us to historicize emotions, he proposed a top-down model, in terms both of state domination and of resistance or accommodation to it on the part of the individual, putting forward a reading of society as a whole at the macro-historical level; it seems to us that this is a more operative view for modern societies, where the State is very present. In order to decipher what was going on in societies over the longue durée, we prefer the idea of “emotional communities” suggested by Barbara H. Rosenwein, defined as “groups in which people adhere to the same norms of emotional expression and value – or devalue – the same or related emotions.” [22] 

This concept, which makes it possible to observe men and women on various scales, has been used by several contributors to this issue, since the list of emotional communities and situations could be extended indefinitely: from Church and State to the conjugal couple, by way of monasteries, fellowships, guilds, businesses, clubs, sports, the family, etc. In that sense, “emotional communities” fit very well with the notion of “gender regime” which we have elsewhere defined as “a particular and unique configuration of relations between the sexes in a given historical, documentary and relational context”, [23]   since this concept also allows us to observe in dynamic form, sex distinctions within social relations and in close contact with the sources, thus departing both from an identity approach to gender and from the macro-historical study of societies. This approach will enable us, in this issue of Clio, better to perceive the “multitude and diversity of styles of affective communication existing within a given society”. [24] 

It is therefore essential to consider carefully the differentiated expressions of emotions according to social status: emotions in peasant, worker, bourgeois or aristocratic society, at the same time keeping our distance from the system suggested by Elias, which posited a hierarchy of emotions and a top-down model of their diffusion, with emotions trickling down to the lower reaches of society. In Athens and Rome, as Jean-Noël Allard and Pascal Montlahuc show here, an individual’s social status mattered at least as much as his or her sex, when it came to determining the social legitimacy of expressing a given emotion.

The value of a sociological approach, stressing situations rather than states of mind, identifying the expression of emotion in the process of interaction, allows us to underscore the plasticity and fluidity of the way emotions are distributed between the sexes. The pioneering work of Arlie Russell Hochschild has opened the way towards a “sociology of the emotions” [25]   which is always concerned to demonstrate (and to criticize) the persistence of gender stereotypes in the world of work. Not only are social relations marked by a “competition of sentiments” as between men and women [26] (authority is masculine, mediation feminine), in contemporary commercial societies, where the manipulation of emotion itself is a major economic issue, [27] but women are also assigned a sexed identity in their professional lives, based on their supposedly “innate” qualities. That is why it represents a risk for the historian to embark on a linear grand narrative of the civilizing process, seen in the tradition of Weber and Elias as a movement towards rationalization in western consciousness and society. Rather than this teleological grand narrative, we have preferred the complexities of several time-frames and changes of scale. In the Sudanese press of the 1950s, as Elena Vezzadini explains in this issue, a new emotional regime emerged, aiming to break with the past and create a “modern woman”, who would be capable, like a man, of controlling her emotions. A given emotion to which a feminine value is conventionally attached may, in a specific context, shape virility: men’s grief can display all the stereotypes of women’s grief without any loss of virility, as Didier Lett shows in his analysis of a thirteenth-century miracle narrative portraying the reactions of a man and a woman, in their role as father and mother, on the death of their three-year-old son. Even if certain emotions are expected from one or the other, the expression of parental grief to be found in this kind of source, which gives much space to pathos, ending in this case in an emotional cataclysm, tends to homogenize the reactions of parents, of either sex.

In many contexts, women may become more masculine and men more feminine by the attribution of an emotion not habitually assigned them: a man who does not demonstrate aggressivity during a fight may be seen as feminized, whereas a fearless woman is masculinized, as can be seen in the case of the famous Merovingian queens Fredegunda and Brunhilda, depicted by Gregory of Tours as furies, whereas they were merely displaying princely anger in order to govern. The tears of Francis of Assisi have never been an obstacle to the construction of his authority, on the contrary they helped to cement it in early thirteenth-century society, which was marked by a feminization of religious feelings. [28]   However, these “transgressions » are not given any a priori value. The man who is “unmanned” by emotion may well suffer by being down-graded or even become a pariah to his gender and sex community.

Lastly, men and women, in most cases, share the same emotional communities, but without occupying the same position within them. The study of emotions during “major events” (wars, revolutions, etc.) has confirmed that reconfigurations of gender do not disturb the way both men and women may cling to the same emotional codes and age-old assumptions. Clémentine Vidal-Naquet’s article on the expression of feelings in letters exchanged between spouses during the First World War, and Sophie Wahnich’s discussion of revolutionary emotions, both show that exceptional situations may shake the emotional order of the sexes, without necessarily destroying its foundations. The soldier at the front describes his tears to his beloved, whereas she restrains her own: but the tears he refers to are not of fear in battle but tears of joy or melancholy, arising when he thinks of life outside the war zone, of the child soon to be born, or the absent wife. But even if the emotional order of the sexes is not seriously challenged, extraordinary events may lead to a better knowledge of the others, and an awareness of his/her subjectivity. Similarly, during the early years of the French Revolution, the fatherland (patrie) became an emotional community in which emotions no longer seemed to have a sex. Yet women citizens remained above all wives and mothers who, within the shared love of the homeland, had to praise fathers and husbands, helping to construct the masculine image of the revolutionary hero. Women, even during the most profound historical upheavals, have shown themselves to be the most fervent gatekeepers of gendered emotions: even Théroigne de Méricourt found it hard to imagine that men could be capable of gentleness.

Certain emotions can appear to be shared, while still varying by sex. In traditional societies until well into the twentieth century, both men and women might be equally exposed to shame, but women’s shame is above all attached to the preservation of their sexual innocence, whereas men’s shame relates to the defence of their social prerogatives. Here, it is the social object of the emotion that is sexed or gendered, rather than the emotion itself. [29] And yet the persistent attribution of emotions to one or other sex may lead to the emergence of a gender identity of an emotion: the very term pudeur, (modesty) which appears in France in mid-sixteenth century, [30]  gradually comes to absorb the whole field of social constraints imposed on women, relating to the covering of their bodies, the basis of social honour in Christian culture, as Emmanuel Bain explains. When in 1791, the French National Assembly defined in a decree the notion of “attentat à la pudeur”, this was assumed unquestioningly to refer to “outrages against the modesty of women”. From the moral diversity of honourable forms of shame in ancient and medieval societies, a legal category emerges which is specifically attached to women. The public authorities would from then on assume responsibility for protecting women’s honour: by taking the place of male domination, they turned woman’s gendered body into an object in law. [31] 

 

There is still only a fairly limited body of literature using the concept of gender to explore the recent history of emotions, and existing research is no doubt rather too exclusively concerned with the construction of stereotypes, thus paying scant attention to the porosity of gender frontiers and the fluidity of exchanges. The history of emotions has, in recent years, provided unity to a subject essential for understanding the organization of societies, but which has hitherto been dispersed across several historiographical fields (the history of the body, of sensibility, of the family, of thought systems, etc.) and often considered of secondary interest. By naming that subject “emotion” or “the emotions”, whereas the meanings we give these terms do not appear before the nineteenth century, that approach has opted to problematize the present, with which one may disagree, but which immediately obliges the historian to question his or her own concepts, and then re-configure them, through contact with the sources and cultural and social environments of the past. This critical approach is no doubt an advantage, but it can also become a weakness, precisely because there is a risk of being trapped into seeing emotions as “natural”. Today, even if historians of the emotions do stress their fundamentally cultural and socially constructed aspect, most writers nevertheless still see them as based in some kind of universality, forgetting the tautology represented by this presupposition, which remains the basis of contemporary views of emotion. The answer is not to give up on the attempt, but on the contrary to make strenuous efforts to denaturalize emotions while never losing sight of the overall unity of the subject. Faced with this challenge, gender, an excellent critical tool of analysis, which is well used to unpicking the cultural and social processes that have affected the naturalization of sexed identities, can be a valuable ally in the work of historicizing emotion. In return, the replacing in context of emotional concepts and practices can question the logics of gender, revealing their complexity and malleability, confirming frontiers over the long term in some cases, but elsewhere pointing out discontinuities and variations from one milieu to another. By questioning gender about its frontiers, the history of emotions is working towards its own scientific legitimacy.


Bibliography

  • Ambroise (saint) 1984, Les Devoirs, vol. I, ed. Maurice Testard. Paris: Les Belles Lettres. [Cf. English versions of St Ambrose’s text: On the Duties of the Clergy].
  • Baschet, Jérôme. 2007. La distinction des sexes dans l’au-delà médiéval. Clio, Histoire, Femmes et Sociétés 26 [Clôtures]:16-36.
  • Bernard, Julien. 2017. La Concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions. Paris: Métailié.
  • Boquet, Damien. 2014. Corps et genre des émotions dans l’hagiographie féminine au xiiie siècle. Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires 13 [http://journals.openedition.org/cerri/1335].
  • Boquet, Damien & Piroska Nagy. 2009. Pour une histoire des émotions. L’historien face aux questions contemporaines. In Le Sujet des émotions au Moyen Âge, ed. Piroska Nagy & Damien Boquet, 15-51. Paris: Beauchesne.
  •  2011. Une histoire des émotions incarnées. Médiévales 61: 5-24.
  • — 2015. Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval. Paris: Seuil. [English translation 2018: Medieval Sensibilities. A History of Emotions in the Middle Ages. Cambridge: Polity.]
  • — 2016. Una storia diversa delle emozioni. Rivista storica italiana 128(2): 481-520.
  • Brancher, Dominique. 2015. Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance. Geneva: Droz.
  • Bray, Alan. 2003. The Friend. Chicago & London: University of Chicago Press.
  • Bynum, Caroline W. 1987. Holy Feast and Holy Fast: the religious signifiance of food to medieval women. Berkeley: The University of California Press.
  • Carol, Anne. 2017. Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution. Paris: Belin.
  • Coakley, John W. 2006. Women, Men, and Spiritual Power. Female saints and their male collaborators. New York: Columbia University Press.
  • Cohen-Hanegbi, Naama. 2008. The emotional body of women: medical practice between the 13th and the 15th Century. In Le Sujet des émotions au Moyen Âge, ed. Piroska Nagy & Damien Boquet, 465-482. Paris: Beauchesne.
  • Dalarun, Jacques. 2009. Dieu changea de sexe, pour ainsi dire. La religion faite femme, xiexve siècle. Paris: Fayard.
  • Daumas, Maurice. 2011. Des Trésors d’amitié. De la Renaissance aux Lumières. Paris: Armand Colin.
  • Dixon, Thomas. 2003. From Passions to Emotions. The creation of a secular psychological category. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Elias, Norbert. 1973, 1975 [1939]. Über den Prozess der Zivilisation soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, Band 1: Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlandes. Band 2: Wandlungen der Gesellschaft. Entwurf zu einer Theorie der Zivilisation Basel: Hauszum Falken. [English translation: On the Process of Civilisation, 2012, ed. Stephen Mennell et al., 2 vols. Dublin: UCD Press. NB: previous editions give the title as The Civilizing Process].
  • Febvre, Lucien. 1941. La sensibilité et l’histoire : comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? Annales d’histoire sociale 3: 221-238.
  • Fraeters, Veerle & Imke de Gier (eds). 2014. Mulieres religiosae. Shaping Female Spiritual Authority in the Medieval and Early Modern Period. Turnhout: Brepols.
  • Frevert, Ute. 2017. Die Politik der Demütigung. Schauplätze von Macht und Ohnmacht. Frankfurt am Main: S. Fischer Verlag.
  • Hochschild, Arlie R. 2012 [1983]. The Managed Heart: commercialization of human feeling, Berkeley: University of California Press.
  • Hollywood, Amy. 2001. Sensible Ecstasy: mysticism, sexual difference, and the demands of history. Chicago: University of Chicago Press.
  • Illouz, Eva. 2006. Les Sentiments du capitalisme. Paris: Seuil [translated from German Gefühle in Zeiten des Kapitalismus. Frankfurt am Main, 2006].
  • Labrusse-Riou, Catherine. 1992, La pudeur à l’ombre du droit. In La Pudeur. La réserve et le trouble, ed. Claude Habib, 29-50. Paris: Autrement.
  • Lett, Didier. 2012. Introduction. Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au xviie siècle. Annales HSS 67(3): 563-572.
  • — 2013. Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre, xiiexvsiècle. Paris: Armand Colin.
  • Mandressi, Rafael. 2011. Le temps profond et le temps perdu. Usages des neurosciences et des sciences cognitives en histoire. Revue d’histoire des sciences humaines 25: 165-202.
  • Mauss, Marcel. 2004 [1936]. Les techniques du corps. In Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, 362-386. Paris: Presses universitaires de France.
  • Monsacré, Hélène. 1984. Les Larmes d’Achille. Le héros, la femme et la souffrance dans la poésie d’Homère. Paris: Albin Michel.
  • Nagy, Piroska. 2000. Le Don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (vexiiisiècle). Paris: Albin Michel.
  • Nagy, Piroska & Damien Boquet (eds). 2009. Le Sujet des émotions au Moyen Âge. Paris: Beauchesne.
  • Newman, Barbara. 1995. From Virile Woman to Woman Christ. Studies in medieval religion and literature. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.
  • Plamper, Jan. 2012. Geschichte und Gefühl. Grundlagen der Emotionsgeschichte. Munich: Siedler.
  • Pitt-Rivers, Julian. 1977. The Fate of Schechem or The Politics of Sex. Essays in the anthropology of the Mediterranean. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Reddy, William M. 2001. The Navigation of Feeling: a framework for the history of emotions. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Rey, Sarah. 2015. Les larmes romaines et leur portée : une question de genre ? Clio. Femmes, Genre, Histoire 41: 243-263.
  • — 2017. Les Larmes de Rome. Le pouvoir de pleurer dans l’Antiquité. Paris: Anamosa.
  • Rosenwein, Barbara H. 2002. Worrying about emotions in history. The American Historical Review 107: 821-845.
  • — 2006. Emotional Communities in the Early Middle Ages. Ithaca & London: Cornell University Press.
  • Solomon, Robert C. 1993. The Passions: emotions and the meaning of life. Indianapolis: Hackett.
  • Vincent-Buffault, Anne. 1986. Histoire des larmes (xviiiexixsiècle). Marseille: Rivages.
  • Wu, Tianyue. 2007. Shame in the context of sin: Augustine on the feeling of shame in De civitate Dei. Recherches de Théologie et Philosophie Médiévales 74(1): 1-31.

Notes

[1] Cohen-Hanegbi 2008.

[2] Solomon 1993; Dixon 2003.

[3] In Elias’s analysis, the control of instincts, the capacity to tame one’s desire and to repress feelings, emotions and bodily signs of the same, were the result of a very slow process, hastened in particular by the extension of the practices of the French court (essentially Louis XIV’s Versailles) before eventually trickling down to the rest of society. See Elias 2012 [1973-1975]. For a critical evaluation of this theory, see Rosenwein 2002.

[4] Carol 2017.

[5] Ibid.: 235.

[6] Febvre 1941 and Mauss 2004 [1936].

[7] Mandressi 2011.

[8] In Germany, the Max Planck Institute for Human Development has a research programme on the history of emotions: http://www.mpib-berlin.mpg.de/en/research/histpry-of-emotions; In the UK, there is the Queen Mary Centre for the History of Emotions: http://emotionsblog.history.qmul.ac.uk; in France there is the EMMA programme “Emotions au MoyenÂge” directed by Piroska Nagy and Damien Boquet: http://emma.hypotheses.org; in Australia, the Centre of Excellence for the History of Emotions, specializing in research on Europe 1100-1800: http://www.historyofemotions.org.au

[9] Rosenwein 2006; Boquet & Nagy 2011 and 2015.

[10] Boquet & Nagy 2016.

[11] Boquet & Nagy 2015: 66.

[12] Wu 2007.

[13] Baschet 2007 and Lett 2013: 213.

[14] Bray 2003; Daumas 2011.

[15] Fraeters & de Gier 2014; Bynum 1994 [1987]; Hollywood 2001; Coakley 2006; Newman 1995.

[16] Boquet & Nagy 2015: 287-297.

[17] Hollywood 2001; Boquet 2014.

[18] St Ambrose On the Duties of the Clergy, chapter 19.

[19] Monsacré 1984; Vincent-Buffault 1986; Nagy 2000; Rey 2015 and 2017.

[20] Reddy 2001: 129.

[21] Ibid.: 141-333 and Plamper 2012: 307-309.

[22] Rosenwein 2006: 2.

[23] Lett 2012: 565-566.

[24] Nagy & Boquet (eds) 2009: 39.

[25] Hochschild 2017 [1983].

[26] Bernard 2017.

[27] Illouz 2006.

[28] Dalarun 2009.

[29] Pitt-Rivers 1977; Frevert 2017.

[30] Brancher 2015.

[31] Labrusse-Riou 1992.

Compte rendu : « Entre le coeur et le diaphragme. (D)écrire les émotions dans la littérature narrative et scientifique du Moyen Âge »

Source : Francia Recensio (2020/1)

 
version pdf : ici
 

Ce volume collectif, qui réunit douze contributions introduites par une brève présentation des éditeurs, est le fruit d’un colloque qui s’est tenu les 8 et 9 novembre 2016 à l’université catholique de Louvain. Le projet tel qu’il se présente – mettre en lumière »les interactions entre l’écriture narrative et l’écriture scientifique« (p. IX) des émotions au Moyen Âge – répond à un enjeu important de l’histoire des émotions. Celle-ci semble désormais avoir atteint l’âge de la maturité. Elle délaisse heureusement les interminables débats sur la »nature réelle« de l’émotion, qui constituaient il y a quelques années encore un passage obligé, pour se concentrer sur l’utile et l’essentiel: expliciter la complexité des anthropologies affectives des médiévaux eux-mêmes et la mise en situation de celles-ci dans les pratiques sociales.

Pour cela, il est en effet nécessaire de décloisonner les discours et donc de faire travailler ensemble les spécialités qui les étudient. Comme le soulignent les éditeurs: »Au Moyen Âge, la science et la littérature parlent la même langue, abordent les mêmes sujets et recourent aux mêmes concepts« (p. IX). Cet énoncé est particulièrement vrai à partir du XIIe siècle qui voit naître un processus de convergence des savoirs, parfois dans une visée encyclopédique. Il reste que tous ces discours ne parlent pas, au sens propre, la même langue. Dès lors, il est indispensable de dégager aussi bien les effets de convergence, voire d’intégration, que les effets de singularité, comment les langues infléchissent les concepts ou comment les savoirs orientent les représentations.

Ainsi le couple »honte«/»vergogne« en français entraîne-t-il une construction originale de cette émotion que ne connaissent ni le latin, ni les autres langues romanes, comme le laisse envisager l’article d’Amandine Mussou sur les figures allégoriques de Honte et de Peur dans le »Roman de la Rose« et ses épigones. De même, le concept médical d’»accident de l’âme«, qui implique une emprise directe du corps sur l’émotion, n’est pas interchangeable avec celui de »mouvement de l’âme« des philosophes et des théologiens. C’est donc un travail méticuleux de reconnaissance conjointe des traditions spécifiques et des rencontres entre les différents savoirs et genres discursifs qu’il convient d’entreprendre. Une mission que ce volume remplit avec un réel succès.

Les éditeurs ont conçu le recueil selon un triple mouvement. Le premier est le plus ample, il englobe la moitié des articles du volume et se donne pour objectif de percevoir »l’entrelacement parfois subtil des traditions médicale et littéraire« (p. X). Cette perspective – explorée déjà par Naama Cohen Hanegbi dans »Caring for the Living Soul. Emotions, Medicine and Penance in the Late Medieval Mediterranean« (2017) – donne des résultats très probants que l’on doit notamment à Jean-Marie Fritz qui s’intéresse aux portraits de sanguins dans les textes latins et vernaculaires de diverses natures.

Le sanguin s’y révèle l’incarnation d’un tempérament jovial, tantôt compagnon idéal, tantôt figure un peu niaise qui souffre de n’être qu’un »mélancolique inversé« (p. 13). Par l’amplitude des sources qu’il convoque et par sa démarche comparatiste, l’article de J.-M. Fritz pourrait aisément servir de base à une étude générale des tempéraments émotionnels dans la culture lettrée. Dans la même veine mais centrée sur une source unique, la contribution de Claire Donnat-Aracil questionne la place de la théorie des humeurs dans la spiritualité de la première »Vie des Pères«, un recueil de contes pieux rédigés à partir de 1215, en particulier les relations entre la mélancolie et l’acédie.

On se délectera également des enquêtes d’Isabelle Draelants et de Béatrice Delaurenti sur la physiologie du rire de chatouilles, à la croisée de la médecine, de la philosophie naturelle et de la littérature (chez Albert le Grand, Nicole Oresme et Évrart de Conty), et plus spécialement sur le rôle du diaphragme, cette fine membrane qui fait office d’interface entre les deux organes des émotions, le cœur et le foie. C’est le mouvement du diaphragme, associé à l’échauffement ainsi produit dans le corps, qui explique que l’on rie sous l’effet des chatouilles.

L’article de Mattia Cipriani sur le »Liber de natura rerum« de Thomas de Cantimpré permet d’aborder le genre encyclopédique. Même si les émotions ne font pas l’objet d’un traitement spécifique dans le »Liber de natura rerum«, M. Cipriani démêle méticuleusement les fils des savoirs que Thomas de Cantimpré noue, entre théologie, médecine et psychologie aristotélicienne. Dans l’esprit du projet qui guide le recueil, il aurait été intéressant alors de confronter ce texte avec les autres écrits de Thomas, ses récits hagiographiques ou son recueil d’exempla, le »Livre des abeilles«, afin de percevoir chez un même auteur cette circulation des savoirs dans des genres variés.

Le deuxième volet du volume traite des émotions dans les traditions épique et romanesque. Les articles d’Anatole Pierre Fuksas, portant sur le rôle narratif des émotions pour signifier l’authenticité du sentiment amoureux, et de Giovanna Perrotta, traitant de la physiologie de l’amour dans les monologues nocturnes de »Cligès« et de »Jaufre«, tout en mettant l’accent sur l’incorporation de l’émotion, offrent moins de prise à la question de la convergence des savoirs, sans doute parce que celle-ci est moins présente dans ces œuvres.

Camille Carnaille, qui se concentre sur l’éthique de la colère, dégage quant à elle l’étendue et les limites des convergences entre la littérature encyclopédique à vocation didactique ou médicale, qui légitime un usage modéré et contrôlé de la colère, et la littérature romanesque qui, par défense des valeurs chevaleresques, exalte parfois une colère héroïque.

Le dernier volet compte seulement deux articles mais il n’en est pas moins essentiel à l’équilibre de l’ensemble dans la mesure où il décale la perspective. Dans l’article de Gioia Paradisi sur les émotions de l’éros dans les réécritures françaises de l’»Ars amatoria« d’Ovide et dans celui de Guillaume Oriol sur la palette émotionnelle des troubadours dans les citations du »Breviari d’amor« de Matfre Ermengaud, ce sont les émotions elles-mêmes qui servent de matière à l’élaboration d’une casuistique amoureuse. G. Oriol montre ainsi avec beaucoup de subtilité comment les recompositions dans les chaînes émotionnelles, les jeux d’oppositions et les glissements, non seulement font dialoguer les 266 citations de troubadours que rassemble le »Breviari d’amor« mais élaborent les règles d’une dialectique de l’amour qui confère une »une dignité philosophique à la culture qui avait engendré cet amour«, capable de »guérir la société méridionale par une thérapie« (p. 206–207).

Même si l’on peut regretter l’absence d’une véritable introduction et d’une conclusion, lesquelles auraient conféré au volume une armature épistémologique et méthodologique plus solide, les éditeurs ont ouvert une voie féconde pour l’histoire des discours sur les émotions. Les contributeurs et les contributrices de ce volume ont relevé le défi, laissant espérer d’autres enquêtes à venir tant le territoire à explorer est immense.

Damien Boquet, Rezension von/compte rendu de: Craig Baker, Mattia Cavagna, Grégory Clesse (dir.), Entre le cœur et le diaphragme. (D)écrire les émotions dans la littérature narrative et scientifique du Moyen Âge, Turnhout (Brepols) 2019, XIV–214 p. (Textes, études, congrès, 30), ISBN 978-2-39037-001-7, EUR 35,00., in: Francia-Recensio 2020/1, Mittelalter – Moyen Âge (500–1500), DOI: https://doi.org/10.11588/frrec.2020.1.71409