Les émotions collectives. En quête d’un «objet» impossible – Raisons pratiques 29

Dirigé par Laurence Kaufmann et Louis Quéré, ce volume paraitra dans trois semaines.

La plupart des recherches en sciences sociales reconnaissent à présent que les émotions, loin d’être des impulsions irrationnelles ou des réactions instinctives indésirables, sont au contraire des médiations cognitives et des appuis pratiques dont aucune action ne saurait se passer. Formidablement heuristique, cette réhabilitation des émotions s’est vue toutefois reprocher son absence d’intérêt pour les sentiments diffus, les ambiances en sourdine et la résonance parfois indisciplinée des corps. Or, ce sont précisément ces échappées affectives que l’on retrouve de façon particulièrement vive dans les émotions collectives. Ces dernières, sans corps propre, semblent disparaître ou s’évaporer dès que l’on s’en approche de trop près. Comment alors saisir et iden-tifier avec certitude les émotions souvent « liquides » ou « gazeuses » qui sous-tendent et animent les conduites publiques ? Et comment les mettre en mots analytiques ?À ces problèmes épistémologiques et méthodologiques s’ajoute un problème ontologique : si l’émotion exige par définition un point d’ancrage corporel, et donc singulier, comment peut-elle devenir collective et impersonnelle ? Pendant longtemps, une des manières de résoudre cette question a consisté à associer les émotions collectives aux moments d’effervescence et de rassemblement qui leur confèrent une réalité tangible, aussi observable qu’incontestable. Mais il y a des modalités moins visibles de « partager » les émotions, y compris à distance, notamment par l’intermédiaire des médias ou des réseaux sociaux, qui infléchissent tout autant les comportements.C’est dire si les émotions collectives ravivent certaines questions fondamentales des sciences sociales, notamment celles concernant les liens entre l’expérience individuelle et l’appartenance collective, l’évé-nement éphémère et les sensibilités au long cours, la co-présence des corps et les liens à distance, l’imprévisibilité et l’intensité du ressenti

Table des matières

Du partage de l’intelligible au partage du sensible

Mikko Salmela, Les émotions peuvent-elles être collectives ?

Anita Konzelmann-Ziv, La sémantique de l’émotion partagée

Gérôme Truc, Tous concernés ? La dimension collective des émotions en situation d’attentats

Marika Moisseeff et Michael Houseman, L’orchestration rituelle du partage des émotions et ses ressorts interactionnels

Jean-Louis Genard, Une sociologie des émotions « modo aesthetico » ?

Politiques émotionnelles et émotions politiques

Laurence Kaufmann, Ces émotions auxquelles nous sommes attachés. Vers une phénoménologie politique de l’espace public

Piroska Nagy,  Mobilisation populaire et émotions collectives : le moment patarin à Milan  (1056-1075)

Christophe Traïni, Les émotions collectives dans les mouvements sociaux.  La mobilisation des soutiens et des adversaires de la protection animale

Eva Illouz, Foules, groupes, climats. Une typologie des émotions collectives

Ambiances affectives et espaces publics

Joan Stavo-Debauge, L’expression publique des embarras de la parole religieuse. De bavardages prosélytes en inhibition de la critique, l’invention d’une inédite « méthode de fixation des croyances »

Mathieu Berger, Locked together screaming. Une assemblée municipale américaine enfermée dans l’offense

Soutenance de thèse : Anne-Gaëlle Weber, « Les émotions en mission. La fabrique d’une identité affective chrétienne au miroir de l’hagiographie missionnaire carolingienne »

Nous avons le plaisir de vous convier à la soutenance virtuelle de thèse, à l’UQAM,  d’Anne-Gaëlle Weber,  « Les émotions en mission. La fabrique d’une identité affective chrétienne au miroir de l’hagiographie missionnaire carolingienne »,
menée sous la direction de   Piroska Nagy (UQÀM – GRHS) et de Geneviève Bührer-Thierry (Paris I-Panthéon Sorbonne – LAMOP)
 le 29 octobre prochain à 9h30 (heure du Québec),
 
devant un jury composé de
Geneviève Bührer-Thierry (Paris I-Panthéon Sorbonne)
Alban Gautier (Université de Caen – Normandie)
Barbara Rosenwein (Loyola university Chicago)
Richard M. Pollard (UQÀM)
Piroska Nagy (UQÀM)
 
Le lien Zoom pour la soutenance :
ID de réunion : 894 9158 7466
Vous aurez besoin d’un code secret pour y accéder –> SVP confirmez votre participation en écrivant à Piroska pour l’obtenir !
 
Au plaisir de vous y voir nombreux ! 

Rob Boddice – Mark Smith, Emotion, Sense, Experience, Cambridge, 2020

Voici le dernier petit opus de Rob Boddice, co-écrit avec Mark Smith,
un historien des sens bien connu, où les deux auteurs lancent un véritable manifeste pour l’étude de l’expérience, qui doit inclure à la fois les émotions, les sens et les expériences cognitives, pour en finir avec les études compartimentées de ces trois domaines, autant de composantes de l’expérience humaine au quotidien.

Emotion, Sense, Experience calls on historians of emotions and the senses to come together in serious and sustained dialogue. The Element outlines the deep if largely unacknowledged genealogy of historical writing insisting on a braided history of emotions and the senses; explains why recent historical treatments have sometimes profitably but nonetheless unhelpfully segregated the emotions from the senses; and makes a compelling case for the heuristic and interpretive dividends of bringing emotions and sensory history into conversation. Ultimately, we envisage a new way of understanding historical lived experience generally, as a mutable product of a situated world-brain-body dynamic. Such a project necessarily points us towards new interdisciplinary engagement and collaboration, especially with social neuroscience. Unpicking some commonly held assumptions about affective and sensory experience, we re-imagine the human being as both biocultural and historical, reclaiming the analysis of human experience from biology and psychology and seeking new collaborative efforts.

 

Séminaire de recherche en ligne : pour une histoire de l’EXPérience. Le laboratoire médiéval

Le domaine de l’expérience couvre tout ce qui touche au vécu humain, au singulier comme au collectif, au-delà et en deçà des grands champs d’analyse traditionnels du monde social. L’émotion et les sens, l’apprentissage et la mémoire, les représentations et le corps offrent de multiples angles pour approcher les manières dont les gens éprouvent leur existence en société. Autant de questions labourées par les historien.ne.s du dernier demi-siècle, pour qui l’interrogation de l’expérience sensible a permis de s’intéresser aux pratiques et aux vécus par leurs traces les plus variées. Du côté de l’épistémologie de l’histoire, après Michel de Certeau, Joan W. Scott a souligné que l’expérience, tant celle des acteurs historiques que celle des historien.ne.s, est socialement et culturellement située, construite et jamais donnée d’emblée : elle devient dès lors à la fois objet d’histoire et outil de l’enquête historique. Une telle remise en question implique nécessairement l’approche des traces du passé, leur contexte de production et leur matérialité même. L’exploitation des documents-sources fut ainsi remplacée par une soigneuse analyse de leurs conditions et processus de production, d’usage et de transmission. Dans ce contexte, réfléchir sur les possibilités, tant épistémologiques que pragmatiques, d’une histoire de l’expérience devient urgent: que signifie, et comment peut-on faire l’histoire de l’expérience?

Approchant ces questions du point de vue des médiévistes, ce séminaire propose de croiser deux démarches :

1) aborder la question épistémologique débattue en faisant dialoguer nos approches et expérimentations avec celles d’autres mondes, et d’autres sciences sociales;

2) réfléchir aux usages médiévaux des termes désignant l’expérience et, à partir d’études de cas, proposer des analyses historiques concrètes de questions et de matériaux, autour de divers angles d’approche possibles de l’expérience au Moyen Âge (11-14e s.).

L’imbrication du questionnement épistémologique et de l’analyse historique contextualisée permettra de réfléchir sur les articulations des diverses facettes de l’activité humaine, en prenant en compte l’agentivité individuelle et collective des acteurs, les parcours comme les relations socio-culturelles dans lesquelles ils se meuvent, enfin les tensions et dynamiques qui traversent chaque configuration.

Le séminaire se tiendra un vendredi par mois sur Zoom (9h30h-12h30h  à Montréal — 15h30-18h30 en Europe).

Après la lecture et la discussion de quelques textes théoriques, nous proposons des séances doubles (2x1h30) pour discuter de travaux en cours, de sources, ou de lectures proposées par les participant.e.s.

L’adresse Zoom pour se joindre au séminaire : https://uqam.zoom.us/j/3945224840  (sans mot de passe).

 PROGRAMME

25 septembre – Séance introductive : 

Piroska Nagy (UQAM) : Histoire de l’expérience, expérience de l’Histoire, pourquoi ce séminaire?  

Xavier Biron-Ouellet (Univ. Ca’Foscari, Venise) : Experientia et experimentum : le laboratoire médiéval

 

9 octobre

Rob Boddice (HEX, University of Tampere) : Emotion, Sense, Experience – présentation du livre ;

Discussion de Walter Benjamin, “Expérience et pauvreté », disponible en ligne.

 

30 octobre

Lauren Mancia (Brooklyn College, CUNY) : The Experience of Monastic Meditation in the Eleventh and Twelfth Centuries

Piroska Nagy (UQAM) : L’expérience mystique médiévale existe-t-elle? Autour d’un débat.

 

20 novembre

Sari Katajala-Peltomaa (Université de Tampere – HEX Academy of Finland Centre of Excellence in the History of Experiences) : From « lived reality » to cultural script: punishment miracles as experience

John Drendel (UQAM) : L’expérience « hors-champs » des paysans du Languedoc

 

11 décembre

Michele Lodone (Université Ca’ Foscari de Venise) : Apocalyptic Preaching and Collective Emotion in Renaissance Florence

Eliott Boulate (UQAM) : De l’expérience à l’expertise : Héthoum de Korykos, un Arménien au secours de la Chrétienté

 

 

Cher-e-s lectrices, lecteurs,

tant les collègues que les étudiant.e.s des cycles supérieurs (ou pas) sont bienvenu.e.s pour présenter leurs travaux, lectures, réflexions et participer aux discussions !