Les émotions collectives. En quête d’un «objet» impossible – Raisons pratiques 29

Dirigé par Laurence Kaufmann et Louis Quéré, ce volume paraitra dans trois semaines.

La plupart des recherches en sciences sociales reconnaissent à présent que les émotions, loin d’être des impulsions irrationnelles ou des réactions instinctives indésirables, sont au contraire des médiations cognitives et des appuis pratiques dont aucune action ne saurait se passer. Formidablement heuristique, cette réhabilitation des émotions s’est vue toutefois reprocher son absence d’intérêt pour les sentiments diffus, les ambiances en sourdine et la résonance parfois indisciplinée des corps. Or, ce sont précisément ces échappées affectives que l’on retrouve de façon particulièrement vive dans les émotions collectives. Ces dernières, sans corps propre, semblent disparaître ou s’évaporer dès que l’on s’en approche de trop près. Comment alors saisir et iden-tifier avec certitude les émotions souvent « liquides » ou « gazeuses » qui sous-tendent et animent les conduites publiques ? Et comment les mettre en mots analytiques ?À ces problèmes épistémologiques et méthodologiques s’ajoute un problème ontologique : si l’émotion exige par définition un point d’ancrage corporel, et donc singulier, comment peut-elle devenir collective et impersonnelle ? Pendant longtemps, une des manières de résoudre cette question a consisté à associer les émotions collectives aux moments d’effervescence et de rassemblement qui leur confèrent une réalité tangible, aussi observable qu’incontestable. Mais il y a des modalités moins visibles de « partager » les émotions, y compris à distance, notamment par l’intermédiaire des médias ou des réseaux sociaux, qui infléchissent tout autant les comportements.C’est dire si les émotions collectives ravivent certaines questions fondamentales des sciences sociales, notamment celles concernant les liens entre l’expérience individuelle et l’appartenance collective, l’évé-nement éphémère et les sensibilités au long cours, la co-présence des corps et les liens à distance, l’imprévisibilité et l’intensité du ressenti

Table des matières

Du partage de l’intelligible au partage du sensible

Mikko Salmela, Les émotions peuvent-elles être collectives ?

Anita Konzelmann-Ziv, La sémantique de l’émotion partagée

Gérôme Truc, Tous concernés ? La dimension collective des émotions en situation d’attentats

Marika Moisseeff et Michael Houseman, L’orchestration rituelle du partage des émotions et ses ressorts interactionnels

Jean-Louis Genard, Une sociologie des émotions « modo aesthetico » ?

Politiques émotionnelles et émotions politiques

Laurence Kaufmann, Ces émotions auxquelles nous sommes attachés. Vers une phénoménologie politique de l’espace public

Piroska Nagy,  Mobilisation populaire et émotions collectives : le moment patarin à Milan  (1056-1075)

Christophe Traïni, Les émotions collectives dans les mouvements sociaux.  La mobilisation des soutiens et des adversaires de la protection animale

Eva Illouz, Foules, groupes, climats. Une typologie des émotions collectives

Ambiances affectives et espaces publics

Joan Stavo-Debauge, L’expression publique des embarras de la parole religieuse. De bavardages prosélytes en inhibition de la critique, l’invention d’une inédite « méthode de fixation des croyances »

Mathieu Berger, Locked together screaming. Une assemblée municipale américaine enfermée dans l’offense