La politique à l’épreuve des émotions

Que sont et que font les émotions en politique ? Ce livre ouvre à nouveau le débat et en propose les illustrations, les limites, les orientations disciplinaires. Volontairement courtes, les vingt-deux contributions s’emparent de la banalisation des émotions en politique et en étudient les propriétés, en cernent les mécanismes à l’épreuve de plusieurs disciplines, parmi lesquelles, dans le creuset qu’est la science politique, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la musicologie, l’histoire de l’art.

Avec le soutien du CEPEL et du Pacte des universités de Montpellier et de Grenoble.

2017

Alain Faure et Emmanuel Négrier (dir.)

filet

Domaine : Sciences humaines et sociales | Politique

Collection : Res Publica

filet

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 304 p.

ISBN : 978-2-7535-5251-7

Disponibilité : en librairie
Prix : 22,00 €

Les émotions au prisme du politique

  • Émotion et politique de l’événement
  • Politiser la cause

La politique au risque des émotions

  • Reconsidérer la politique
  • Ressource manifeste, variable limitée

Carrefour disciplinaire

Facing Up to the History of Emotions – Postmedieval: a Journal of Medieval Cultural Studies, 8/1

Postmedieval: a journal of medieval cultural studies

Volume 8, Issue 1, February 2017

Facing Up to the History of Emotions

ISSN: 2040-5960 (Print) 2040-5979 (Online)

 

La langue des émotions – XVIe-XVIIIe siècles

La Langue des émotions – XVIe-XVIIIe siècle

 


S’inscrivant dans le prolongement des recherches fécondes sur l’histoire des émotions, ce livre s’interroge sur les tentatives de rénovation de la langue littéraire de la Renaissance à l’âge des Lumières à partir du critère de l’émotion, sur le double plan des spéculations théoriques et des réalisations pratiques.
Table des matières
A continuation of productive investigations into the history of emotions, this book examines attempts to rehabilitate Renaissance literary language during the Enlightenment using the criterion of emotion, both in the realm of theoretical speculation and practical implementation.
Table of contents

Titre La Langue des émotions – XVIe-XVIIIe siècle
Directeur d’ouvrage Ferrer (Véronique), Ramond (Catherine)
Collection Rencontres
N° dans la collection 287
Série Le Siècle classique
N° dans la série 6
ISBN 978-2-406-06249-3
EAN 9782406062493
Lieu d’édition Paris
Date de parution 22/03/2017
Format 15 x 22 x 2,3 cm
Nombre de pages 416 pages
Support Broché
Nombre de volumes 1 volume(s)
Poids 570 g

Prix unitaire: 49.00 € TTC

 

Le retour de la vergogne – dans Libération ! et dans le regard sur le débat politique…

Le retour de la vergogne
Par Sylvain Venayre, Historien Libération, 14 mars 2017 à 17:06
Le cadavre exquis des agitateurs

Au Moyen Age, la vergogne était une forme de «honte honorable» : l’historien Sylvain L’historien Sylvain Venayre reprend la plume laissée mercredi dernier par l’écrivaine Leïla Slimani. Semaine après semaine, un membre de l’équipe des «agitateurs» réunis par «Libération» pour suivre la présidentielle poursuivra ce texte à plusieurs mains.

«Un homme qu’on ne peut pas persuader est un homme qui fait peur.» On pourrait aussi bien dire le contraire – après tout, je ne suis pas sûr d’être très en confiance avec quelqu’un qu’on peut aisément persuader. Cependant, je suis d’accord avec Leïla Slimani. Ces jours-ci, il semble évident d’ouvrir à nouveau les livres de Camus, comme pour s’y retrancher derrière des positions sûres, éprouvées, reprendre des forces comme dans un bastion d’humanisme avant de repartir à l’offensive. Les temps sont troublés. On assure que l’extrême droite sera au second tour de l’élection présidentielle, quoi qu’il advienne. Le candidat de droite, qui devait rassurer, inquiète. La gauche s’organise pour ne pas être présente au second tour. Le centre est plutôt un trou, un maelström dans lequel s’engloutissent les navires en perdition des alentours. Joue-t-on à se faire peur ? Ou a-t-on vraiment peur ?

Les émotions commandent nos engagements bien plus qu’on ne se l’avoue. La peur est dans la campagne : la peur de ceux qu’inquiètent l’état des rapports de force politiques et la perspective d’une victoire, sinon de l’extrême droite, du moins de son idéologie ; la peur aussi par laquelle on nomme tant d’émotions qui ne sont pourtant pas exactement de la peur, mais plutôt de la haine – sérieusement, qui veut croire, au prétexte de l’étymologie, que la xénophobie n’est que la peur de l’étranger ? que l’islamophobie n’est que la peur de l’islam ?

Cette campagne électorale s’annonçait trop tranquille. Le président sortant devait défendre son bilan, sans doute face à son prédécesseur qui, avec une obstination extraordinaire, entendait être son principal contradicteur. Mais rien ne s’est passé comme prévu – sauf l’extrême droite. A commenter l’actualité politique de ces derniers mois, on s’est retrouvés comme des spectateurs de Games of Thrones en train de se demander quels personnages allaient disparaître au prochain épisode, et de quelle façon cruelle. Le feuilleton est d’ailleurs passionnant. Les audiences des émissions politiques télévisées en témoignent.

Il est passionnant par les émotions qu’il suscite – la peur et la haine, bien sûr, mais pas seulement. La liesse aussi : celle de ces militants dont les champions triomphent. Mais cette liesse est étrange, jamais très spontanée, et ne s’accompagnant d’aucun espoir évident. Rien ne suggère qu’au lendemain du second tour de l’élection présidentielle, quel que soit le vainqueur, des foules chantantes se retrouveront pour rêver ensemble à une grande amélioration de la société. S’il y a de l’enthousiasme, celui-ci se mêle de tant de colère et d’inquiétude qu’il est difficile à analyser. La joie que l’on éprouve à sortir les sortants est comme un indice : c’est une joie mauvaise.

Il faudrait analyser ces émotions, mesurer leur effet cathartique, ne pas nécessairement les opposer aux projets politiques tels que les programmes s’efforcent de les rationaliser. Peut-être s’apercevrait-on alors qu’elles en disent plus long sur la société actuelle que bien des sondages d’opinion. Dans un beau livre récent, Sensible Moyen Age, Damien Boquet et Piroska Nagy ont mis en évidence l’historicité des émotions médiévales, soulignant notamment l’importance d’une émotion aujourd’hui disparue : la vergogne. On la connaît aujourd’hui comme une forme de honte ou, plus exactement, d’absence de honte puisque la langue française ne l’a pratiquement conservée que dans l’expression «sans vergogne». (Ce sont les bacheliers de Brassens, par exemple, qui pour offrir aux filles des fleurs se firent, «sans vergogne», un peu voleurs).

Au Moyen Age, c’était très différent. Alors, la vergogne était non seulement la honte qui suivait une action moralement condamnable, mais aussi la honte d’avant la honte, une forme de pudeur qui, pour des raisons tenant au sentiment de l’honneur, anticipait l’humiliation. Une honte honorable en quelque sorte, dont les clercs espéraient bien qu’elle pourrait préserver de la faute.

Ceux qui connaissent cette histoire n’ont pu qu’y songer au fur et à mesure que se développait l’affaire – ou les affaires – Fillon. Mélange de honte, de pudeur et d’honneur, la vergogne n’aurait-elle pas pu modifier le comportement du candidat de la droite, si prompt à se dire chrétien ? On pourrait lui poser la question. Nul n’étant plus capable aujourd’hui de ressentir la vergogne médiévale, ce serait un moyen dépassionné de poser la question de l’usage des émotions. Car, en politique, les émotions ne devraient pas être seulement le moyen d’un bon feuilleton. Elles devraient être au cœur de l’analyse. Intégrons les émotions dans le débat.

La semaine prochaine : l’économiste Alexandre Delaigue.

Sylvain Venayre Historien

Exposition : A World of Emotions Ancient Greece, 700 BC – 200 AD

Onassis Cultural Center New York, 9 March – 24 June 2017

Bringing to vivid life the emotions of the people of ancient Greece, and prompting questions about how we express, control, manipulate, or simulate feelings in our own society, the Onassis Cultural Center New York presents the path-breaking exhibition A World of Emotions: Ancient Greece, 700 BC – 200 AD.

On view exclusively at the Onassis Cultural Center New York, the exhibition brings together more than 130 masterpieces from some of the finest museums in the world including the Acropolis Museum, the National Archaeological Museum Athens, the Louvre, the British Museum, the Vatican Museums, among many others, to explore the ideas and attitudes of people in classical antiquity toward emotion and the ways in which the emotions were depicted, revealing how some are strikingly familiar to us and some shockingly alien. Although ancient Greece is often said to have been flooded with the light of reason, A World of Emotions lays bare the far different reality addressed in the Iliad, whose very first word is menis: wrath.

Developed by a team of distinguished guest curators over the course of more than four years, the exhibition features vase paintings, sculptures (ranging from life-size statues from the Acropolis to relief carvings from cemeteries), theatrical masks, amulets, coins, and votive offerings, among other artifacts from the early 7th century BC (the traditional date of the Iliad) to the late 2nd century AD (the beginning of the end of pagan antiquity). Many will be on view in the United States for the first time, and some will be seen for the first time outside Greece. Together, these objects provide a timely opportunity to think about the role of feelings in our own personal, social, and political lives, while helping to advance the relatively new field of the history of emotions.

Exhibition Playlist Curated by Carnegie Hall

In partnership with the Onassis Cultural Center New York, Carnegie Hall has created A World of Emotions playlist.

Listen on Spotify – full description here.

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle (Amiens)

Du 9 mars 2017 au 11 mars 2017
Pôle Universitaire Cathédrale, Salle de réunion 313, 10 placette Lafleur, Amiens

Colloque international

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle

Amiens, 9-11 mars 2017

Le siècle des Lumières apparaît à bien des égards comme celui de la vue. Le colloque «L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle» propose d’apporter un éclairage différent sur cette période. Comme celle sur la vue, la réflexion sur l’audition s’inscrit dans l’exploration systématique de la perception humaine à laquelle se livrent différentes disciplines telles que la médecine, la philosophie et la théorie des arts, alors que s’opère le tourant anthropologique, qui place l’homme dans ses dimensions physique et psychique, au centre des préoccupations. Dans le cas particulier de l’ouïe, l’étude de la perception rencontre celle du langage. Le colloque permettra de confronter différentes approches de l’expérience auditive développées en Europe au XVIIIe siècle.

Programme

Jeudi 9 mars

9h15 : Accueil des participants et ouverture du colloque

Session 1 – Théoriciens français et allemands jusqu’à Diderot. Modératrice : Marie-Françoise Montaubin

10h : Camille Guyon-Lecoq (CERCLL – Amiens) : Le « Maître de musique intérieur » : ouïe et connaissance de l’Ordre, ou les limites du rationalisme du Père André dans l’Essai sur le Beau

10h30 : Boris Previšić (Projet « Accord et polyphonie : paradigmes musicaux dans la littérature et la culture » financé par le Fonds National Suisse de la recherche scientifique – Lucerne) : Du goût à l’ouïe: La discussion sur la métaphoricité des sens chez König, Gottsched et Bodmer

Discussion

11h30 : Sylviane Albertan-Coppola (CERCLL – Amiens) : L’ouïe dans Le Neveu de Rameau

12h : Nadège Langbour (CÉRÉdI – Rouen) : Les synesthésies diderotiennes : l’étrange discours sur l’ouïe dans la critique picturale de Diderot

Discussion

13h : Déjeuner

Session 2 – Théorie et fiction. Modératrice : Catherine Grall

14h30 : Philippe Robichaud (UQTR / Paris-Sorbonne) : Le Neveu de Boerhaave

15h00 : Laure Spaltenstein (Projet « Accord et polyphonie » – Lucerne) : Du modèle épistémologique à l’expérience esthétique: La musique dans les Träume de Johann Gottlob Krüger

Discussion

16h : Emmanuelle Sempère (CELAR – Strasbourg) : Expérience auditive et scène imaginaire : le rôle de l’ouïe dans les effets de présence pour les romanciers et penseurs du 18e siècle

16h30 : Hélène Cussac (PLH-ELH – Toulouse) : L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du 18e siècle

Discussion

18h30 : Concert-lecture au Logis du Roi (organisation : Camille Guyon-Lecoq, en partenariat avec le Service des Affaires Culturelles de l’UPJV)

Vendredi 10 mars 2017

Session 3 – La surdité : handicap ou expérience ? Modératrice : Sylviane Albertan-Coppola

9h30 : Marion Chottin (IHRIM – Lyon) : Ce que la surdité donne à penser. L’histoire du sourd de Chartres et l’empirisme des Lumières

10h : Yuji Sakakura (Université Waseda – Tokyo) : Le sens philosophique du discours sur l’éducabilité des «sourds-muets» au siècle des Lumières en France

Discussion

11h : Sabine Arnaud (Centre Alexandre-Koyré – Paris) : Écrire avec la bouche, entendre avec les yeux. Vicariance et transmutation au 18e siècle français

11h30 : Yann Cantin (LSG – Paris 8) : Pierre Desloges, le regard sourd du 18e siècle, une analyse de ses écrits (1779-1780)

12h : Charline Lambert (doctorante Université catholique de Louvain) : L’expérience de la surdité : faire naître une sensibilité dans le sens de l’ouïe

Discussion

13h : Déjeuner

Session 4 – Autour de J. G. Herder. Modératrice : Herta-Luise Ott

14h30 : Lina Vidauskytė (Université technologique de Kaunas / Lituanie) : Verba volant, scripta manent: Immanuel Kant and Johann Gottfried Herder

15h : Tanvi Solanki (post-doctorante Cornell University – Ithaca / New York) : « Der Ton soll ewig bleiben! » : Enculturating the Congregation in 18th Century Germany

Discussion

16h30 : Alexandre Chèvremont (IHRIM – Lyon) : Entendre la langue : l’otocentrisme de Herder et l’unité de l’homme

17h00 : Clémence Couturier-Heinrich (CERCLL – Amiens) : Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder

Discussion

 

Samedi 11 mars 2017

Session 5 – Esthétique et linguistique allemandes autour de 1800. Modérateur : Ludolf Pelizaeus

9h30 : Sylvie Le Moël (CAECE – UPEC) : « Une jouissance revigorante qui pénètre toutes nos fibres ». Les enjeux esthétiques de la valorisation de l’ouïe chez W. Heinse

10h : Friederike Spitzl-Dupic (LRL – Université Clermont Auvergne) : L’importance de l’ouïe pour la grammaticographie allemande (2e moitié du 18e siècle – début du 19e siècle)

Discussion

Session 6 – Horizons lointains : entendre l’altérité. Modérateur : Ludolf Pelizaeus

11h : Constance Naji (Montpellier) : L’oreille sauvage : les remarques sur l’ouïe dans les relations de voyage des 17e et 18e siècles

11h30 : Erik Stout (étudiant en master – Université de Montréal) : Transmission des concerts polynésiens lors du deuxième voyage de Cook

Discussion et clôture du colloque

 

Ce colloque est est rendu possible grâce à la participation de l’Université de Picardie Jules-Verne, du CERCLL, d’Amiens Métropole et de la Société française d’études du dix-huitième siècle (SFEDS).

adresse

Pôle Universitaire Cathédrale, Salle de réunion 313, 10 placette Lafleur, Amiens

Raisons politiques : Émotions politiques

Présentation

La politique est dominée par les émotions. Les émotions sont responsables des maux qui avilissent la qualité des débats publics, dit-on. Mais que sont exactement les émotions en politique ? Y a-t-il une grammaire des émotions politiques que l’on pourrait mettre au jour grâce à la théorie politique ? C’est le pari de ce numéro.

Les émotions structurent les positions politiques, individuelles et collectives : elles s’expliquent, en amont, par les processus de socialisation et de moralisation des acteurs ; elles contribuent, en aval, à comprendre les positionnements idéologiques et stratégiques des acteurs de la vie politique. L’intelligibilité des phénomènes politiques dépend de la prise en compte de la dimension émotive de la motivation des acteurs politiques.

Éditorial : Émotions entre théories et pratiques, Page 5 à 13

Christophe Traïni Registres émotionnels et processus politiques, Page 15 à 29
Gil Delannoi, Connaissance et passion : penser la causalité et la « bonne cause » à partir des Lumières, Page 31 à 48
Félix Blanc, La publicité des débats parlementaires : un triomphe pour l’argumentation ? Page 49 à 66
Crystal Cordell, L’indignation entre pitié et dégoût : les ambiguïtés d’une émotion morale, Page 67 à 90

Paula Vásquez Lezama, La tension entre l’autoritarisme et la compassion : le cas de Franklin Brito au Venezuela, Page 91 à 105

Benjamin Brice, Égalité ou supériorité ? La reconnaissance dans les relations internationales, Page 107 à 125

Emotions in the History of Witchcraft

Emotions in the History of Witchcraft

Editors: Kounine, Laura, Ostling, Michael (Eds.)

  • Contributes to the growing scholarship in the history of the emotions, as well as the history of witchcraft and magic

see more benefits

Bringing together leading historians, anthropologists, and religionists, this volume examines the unbridled passions of witchcraft from the Middle Ages to the present. Witchcraft is an intensely emotional crime, rooted in the belief that envy and spite can cause illness or even death. Witch-trials in turn are emotionally driven by the grief of alleged victims and by the fears of magistrates and demonologists.
With examples ranging from Russia to New England, Germany to Cameroon, chapters cover the representation of emotional witches in demonology and art; the gendering of witchcraft as female envy or male rage; witchcraft as a form of bullying and witchcraft accusation as a form of therapy; love magic and demon-lovers; and the affective memorialization of the “Burning Times” among contemporary Pagan feminists. Wide-ranging and methodologically diverse, the book is appropriate for scholars of witchcraft, gender, and emotions; for graduate or undergraduate courses, and for the interested general reader.

Table of contents (15 chapters)

  • Fear and Devotion in the Writings of Heinrich Institoris

    Herzig, Tamar Pages 19-35

  • The Cruelty of Witchcraft: The Drawings of Jacques de Gheyn the Younger

    Zika, Charles Pages 37-56

  • Satanic Fury: Depictions of the Devil’s Rage in Nicolas Remy’s Daemonolatria

    Kounine, Laura Pages 57-76

  • Tyrannical Beasts: Male Witchcraft in Early Modern English Culture

    Kent, E. J. Pages 77-94

  • The Witch in the Courtroom: Torture and the Representations of Emotion

    Voltmer, Rita Pages 97-116

  • ‘So They Will Love Me and Pine for Me’: Intimacy and Distance in Early Modern Russian Magic

    Kivelson, Valerie A. Pages 117-135

  • Emotion and Affect in Lorraine Witchcraft Trials

    Briggs, Robin Pages 137-153

  • Speaking of Love in the Polish Witch Trials

    Ostling, Michael Pages 155-171

  • Over-Familiar Spirits: The Bonds between English Witches and Their Devils

    Millar, Charlotte-Rose Pages 173-189

  • Bullying, the Neurobiology of Emotional Aggression, and the Experience of Witchcraft

    Bever, Edward Pages 193-212

  • Witchcraft and the Dangers of Intimacy: Africa and Europe

    Geschiere, Peter Pages 213-229

  • Psychotic Reactions? Witchcraft, the Devil and Mental Illness

    Ferber, Sarah Pages 231-245

  • In Memorium Maleficarum: Feminist and Pagan Mobilizations of the Burning Times

    Zwissler, Laurel Pages 249-268

  • Afterword: Passions in Perspective

    Gaskill, Malcolm

Colloque : La nostalgie dans tous ses états – Nancy, 30 novembre – 1e décembre 2017

La nostalgie dans tous ses etats : appel à communication

« La nostalgie est, elle aussi [comme Ulysse],
rusée et polytrope, aux milles tours. » (B. Cassin)
Bien que le mot lui-même soit assez tardif (1688), il semble bien que le sentiment nostalgique ait déjà imprégné sociétés et cultures depuis l’Antiquité. Ainsi la nostalgie, « virtualité anthropologique
fondamentale » (J. Starobinski), est-elle une attitude humaine abondamment exploitée par la littérature avant d’être qualifiée par un nom savant, passé ensuite dans la langue commune.
La nostalgie dans tous ses états
Colloque international
30 novembre, 1er et 2 décembre 2017
Université de Lorraine – Nancy
LIS (EA 7305)
Littératures, Imaginaire Sociétés 2
Origine de la nostalgie entre médecine et littérature
La diachronie nostalgique fait apparaître deux moments, deux orientations liées à deux champs
sémantiques. D’une part, quelques grands textes épiques qui, en fondant une poétique de la nostalgie
dont se nourrissent très vite la mémoire littéraire et la tradition intellectuelle occidentales, délimitent et
organisent un usage littéraire et connotatif de la nostalgie. D’autre part, avec la naissance du mot par le
médecin mulhousien Johannes Hofer (1688), le sentiment nostalgique devient une attitude pathologique, une maladie de l’imagination naissant d’un « dérèglement de l’imagination » (Hofer) —
la douleur dont souffraient les soldats suisses lorsqu’ils avaient « perdu la douceur de leur patrie […]
depuis longtemps dénommée Heimweh dans leur langue » (Hofer), et que les Français appelaient le
« mal du pays » — et étudiée de façon descriptive.
La tradition médicale a entretenu un temps cette démarche descriptive fondée sur la recherche des
causes morales d’un mal physique — à l’origine d’une abondante biographie — avant que la
psychiatrie ne s’en empare pour décrire, après 1945, les conditions des réfugiés et des exilés.
La tradition artistique, une fois que l’état affectif a été nommé, s’est enrichie de certaines
correspondances, superpositions que la phénoménologie médicale avait suggérées. Aussi le mot
nouveau devient-il concept réévaluant les contours définitoires et drainant avec lui tout ce qui était
resté diffus dans un « surcroît de définition » (Starobinski) et entre dans le champ des sentiments pour
devenir un terme de la littérature et de moins en moins un terme scientifique. L’accélération de sa
diffusion littéraire, nous le savons, eut lieu à l’époque romantique. Soumise au traitement des poètes et
des écrivains, « la nostalgie s’ouvre dans un éventail de sentiments […] se contamine avec toutes les
formes d’une sensibilité qui connaît l’abandon à la rêverie et la blanche torpeur du spleen, elle devient
en somme le rivage sensible, dentelé et irrésolu de la mémoire » (A. Prete).
Une affection de l’ailleurs et du jadis
La nostalgie est étymologiquement et littérairement évoquée comme une émotion du retour, de la
remontée vers les origines.
Kant — dans son Anthropologie du point de vue pragmatique (1798) — fut parmi les premiers à
souligner que le désir nostalgique ne veut pas retourner à un lieu mais à un temps où il y a de la place
pour la reconstruction d’un passé personnel. Le « mal du pays », la « douleur du retour » s’imposent
comme le regret du pays perdu se combinant avec l’idée d’un retour possible vers ce pays et donc
aussi d’un retour dans le temps. Associant patrie, retour, avenir, l’arc temporel se dialectise entre le
passé-éden, la complainte du présent et le chant de l’avenir.
La dimension spatiale s’enrichit d’une dimension temporelle : la nostalgie est donc une maladie de
l’espace et du temps qui concerne le jadis et l’ailleurs. Il y aurait la nostalgie du temps, d’un temps
révolu, irréversible, qui plus jamais ne sera celui qui a été vécu, et celle du lieu qui serait a priori un
mal plus curable, une nostalgie plus guérissable dès lors que le retour est un horizon (V. Jankélévitch).
On passe alors d’une pathologie objective (mal du pays – affection du corps) à une métaphore qui
densifie et alourdit le présent du regret de ce qu’il n’est pas, ce qu’il n’est plus ou ce qu’il ne sera
jamais.
Ainsi trois dimensions temporelles alimentent-elles la nostalgie : le regret du passé, l’insatisfaction du
présent, et le désespoir de l’avenir. La nostalgie se situe à la croisée entre passé et futur, entre regret du
pays et du temps perdus et désespoir d’être dans un autre pays et un autre temps (P. Dandrey). C’est en
cela et pour cela que la nostalgie est décentrement, spatial et temporel.
Nostalgie, imagination et mémoire
Dans la représentation nostalgique de la vie antérieure, la conscience imageante prend toute sa place et
se projette vers le lieu et surtout le moment du passé pour se les présentifier dans une déformation
rétrospective du présent disparu qui participe amplement de la souffrance nostalgique.
L’imagination créatrice est fille de la mémoire ; aussi parler de la nostalgie est-ce parler de mémoire,
de temps et de narration (C. Mirabelli).
3
Nostalgie et exil, souffrance et bonheur
Le travail de construction mémorielle fantasmée se heurte irrémédiablement et irrévocablement à la
marque du temps : il y a une souffrance inconsolable de prendre conscience que le paradis, l’éden
reconstruits par le souvenir recèlent en eux la promesse de leur évolution, de s’apercevoir que, comme
tout a changé, le pays n’est pas aussi beau qu’on l’imaginait dans sa mémoire et que la tristesse de la
perte était inutile. Au centre de la nostalgie point l’idée métaphysique que le retour ne préservera pas
du fait que, même dans les lieux qui sont les lieux du passé et figés par la mémoire, le temps a
continué d’exister.
Le nostalgique est un étranger, un exilé, « [il] est en même temps ici et là-bas, ni ici ni là-bas, présent
et absent, deux fois présent et deux fois absent » (V. Jankélévitch), distrait au monde, « envoûté par
l’alibi du passé », dans une espèce d’ubiquité construite, absente et présente.
Se pose donc la question de l’état du retour qui est une confrontation avec l’espace et l’écoulement du
temps : comment retourner là-bas après avoir été ici ? Comment vivre ici après avoir été là-bas ? Si les
exilés qui retournent dans leur pays souvent le perdent deux fois, pour certains — exilés politiques,
particulièrement — l’exil est libérateur.
Nostalgie héroïque/ les héros nostalgiques
La tradition littéraire a consacré Ulysse comme le héros du nostos et l’Odyssée comme « l’épopée
fondatrice de la nostalgie » (M. Kundera). Chez Ulysse, se concentrent à la fois le regret d’Ithaque,
l’insatisfaction de ne pas pouvoir y revenir et le désespoir de ne jamais y parvenir. Mais le retour n’est
pas sans mal ; c’est pourquoi Jankélévitch considère que Ulysse a certes eu la nostalgie d’Ithaque mais
aussi peut-être la nostalgie de la nostalgie une fois revenu à Ithaque, la nostalgie du voyage, de
l’aventure, de « l’exploration passionnée de l’inconnu » (M. Kundera). Et Barbara Cassin, repérant
« les deux faces » de la nostalgie, celle de l’« enracinement » et celle de « l’errance », reconnait en
Ulysse « l’aventurier, le nomade, citoyen du monde jusqu’en ses confins, chez lui partout et nulle
part ». Que reste-t-il de la nostalgie une fois que l’on a retrouvé l’endroit dont on avait la nostalgie ?
Par ailleurs, le mythe d’Orphée et celui d’Aristophane dans le Banquet renvoyant tous deux à la
séparation, à la déchirure et à une souffrance ontologique (surtout pour le mythe d’Aristophane) ne
seraient-ils pas par excellence le mythe de la nostalgie ?
Axes de recherche
Il importera tout d’abord de mieux cerner l’ontologie nostalgique qui ne trouve de réalité et
d’existence linguistique qu’avec la construction néologique de Johannes Hofer (1688).
Cette question philosophique — savoir si l’on peut dire qu’un sentiment existe dans sa nuance tant
qu’il n’est pas nommé — permettra, d’une part, de préciser les proximités et les différences entre le
nostos, et d’autres notions et d’autres sentiments auxquels il est associé.
D’autre part, il sera opportun de s’attacher à préciser les liens thématiques et conceptuels qui associent
la nostalgie à la mélancolie, à l’exil, à la déchirure et au décentrement, au voyage et à la migration.
Enfin, il restera à prendre en considération les modalités de la rhétorique et de l’esthétique
nostalgiques qui témoignent du passage de la pathologie objective à la métaphore de celle-ci.
Liens thématiques
Nostalgie, déchirure, douleur, exil, imagination, langue, mémoire, mélancolie, origine, original,
ostalgie, retour, trace, vestige(s).
4
Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les
objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, musique,
philosophie, phénomènes sociaux, médicaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques.
Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être
clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.
Responsables scientifiques : Estelle Zunino et Patrizia Gasparini
Équipe de Recherche : LIS (EA 7305) — Littératures, Imaginaire, Sociétés
Modalités de soumission des propositions de communication :
Date limite de réception des propositions : 30/04/2017
Notification d’acceptation aux auteurs après examen par le comité scientifique : 31/05/2017
Fiche d’inscription : voir le formulaire à la page 5
Format des propositions :
· 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la
communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle,
adresse électronique et téléphone)
· Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12,
interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les
conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être
mentionnés.
Langue du colloque : français. Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de
questions. Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation.
Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse. Les propositions de communication
seront adressées à : colloque.nostalgie.nancy.2017@gmail.com
Frais d’inscription pour les intervenants : 20 €. Les versements seront à effectuer sur place.
Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.
Les déjeuners seront offerts aux intervenants.

Tears, Sighs and Laughter. Expressions of Emotions in the Middle Ages

Tears, Sighs and Laughter

Expressions of Emotions in the Middle Ages

By Per Förnegård (red.), Erika Kihlman (red.), Mia Åkestam (red.), Gunnel Engwall (red.)

Konferenser, 92
ISBN: 9789174024470
Soft cover: 330 pages
Published: 2017
Language: eng

SEK 235

In the 1990s a new interest for research on emotions and affectivity in the humanities and the social sciences began to develop. This movement, later referred to as “the affective turn”, has been a most productive and vigorous field of research in the past decades as it opens up for new interpretations of historical source materials and enables studies of the relationship between states of mind and materiality. In addition, it prompts questions of, for example, gender, power and religiosity, thus being conducive to a fuller understanding of historical events, places and persons.

This anthology is the result of a Marcus Wallenberg symposium held at The Royal Swedish Academy of Letters, History and Antiquities, focused on interpretations of emotions as expressed in medieval art and literature. The contributing scholars represent a wide variety of disciplines as can be seen in the range of topics and materials in the articles. Emotional expressions within the religious as well as the secular spheres are analyzed, drawing on hagiographical and biblical texts, monastic writings and sermons, early modern novels and comic tales, crusader stories, historical chronicles and even runes.

The Authors: Roger Andersson, Alexander Andrée, Martha Bayless, Kim Bergqvist, Tomas Ekenberg, Olle Ferm, Carin Franzén, Claes Gejrot, Wojtek Jezierski, Magnus Källström, Sofia Lodén, Piroska Nagy, Corinne Péneau, Claire L. Sahlin, Jean-Claude Schmitt, Wim Verbaal, Kurt Villads Jensen, Elisabeth Wåghäll Nivre & Mia Åkestam.

 

 

Loi, science et émotions dans l’Europe moderne (appel à contributions)

Evidence of Feeling: Law, Science and Emotions in Modern Europe

 

Call for Papers

 

Date:  April 10, 2017 to April 11, 2017
Location:  Germany
Organizer: Daphne Rozenblatt
The power to prove or disprove a feeling is nowhere more strongly exhibited than in the courts of law, where emotions can determine the motives (and therefore culpability) of a defendant accused of a crime; affirm, discredit, or cast doubt upon the validity of a witness’s testimony; or determine the damages and compensation owed to the offended party. But what constitutes evidence of feeling? As a legal concept, evidence is both mutable and case specific. A court can reject and deny the admittance of evidence, can produce evidence through testimony and interrogation, and can rely upon extra-legal systems of knowledge, often times including scientific expertise. The challenges of legal evidence are further complicated by the emotions both implicit and explicit to juridical processes. Despite these ambiguities, emotions are often crucial to detecting and determining motive, intent, mens rea, etc. and affecting not only the verdict of a trial, but its broader social and political meaning.
This workshop aims to bring together research on the history of emotions in law and science in order to examine emotions together with the relationship between systems of knowledge and social practices in the scientific-legal setting. It builds on recent research on law and emotions that has examined both the way that emotions are addressed, arbitrated, defended, and prohibited by legal code as well as the emotional practices of various persons within the court, included judges, jurors, lawyers, and spectators. Furthermore, it builds on research into the history of science and the emotions, which has explored emotions as scientific objects and as part of scientific practice. By focusing on evidence as a crux between theory and practice, it not only aims to contribute to the legal and scientific history of emotions, but emotional epistemology through historical examine.
The workshop will be held on 10th and 11th April 2017 at the Max Planck Institute for Human Development in Berlin. Travel and accomodation costs will be covered. The organizers welcome contributions with a strong historical impetus from all social and cultural sciences. Please send proposals (a short CV and sketch of max. 500 words) by 19th February 2017 to: cfp-emotions@mpib-berlin.mpg.de.
Contact Info: 
Max Planck Institute for Human Development
Center for the History of Emotions
Daphne Rozenblatt
Lentzeallee 94
14195 Berlin
Germany
Contact Email:
URL:

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA 26th-28th June 2017 SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA

26th-28th June 2017
SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »
pour le programme, cliquez ici
Autrement dit, l’historien.ne de l’émotion a l’embarras du choix: les mêmes jours, trois colloques internationaux se tiennent autour des émotions en Europe : Umea, York, Lleida !