Rire, pleurer, haïr au Moyen Âge (“L’Histoire”, mars 2015)

409Le numéro de mars du magazine L’Histoire consacre un dossier aux émotions médiévales. Bonne lecture !

Il y a un an mourait le grand médiéviste Jacques Le Goff. Ce dossier lui rend hommage, à travers un thème qu’il a été parmi les premiers à explorer en s’intéressant au rire : l’histoire des émotions.
A partir de sept émotions (la colère, les larmes, l’amour, la peur, la fureur, la honte, le rire), découvrez un univers de sentiments exacerbés. Mais également très codifiés et rationnels.
Par Jacques Berlioz, Damien Boquet, Patrick Boucheron, Boris Bove, Régine Le Jan, Jean-Marie Moeglin, Laurence Moulinier-Brogi, Piroska Nagy, Laurent Smagghe.

Émotions et expertises

1424161761

Sur le site des Presses Universitaires de Rennes http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=374

Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives

Christophe Traïni (dir.)

Avec une préface de Philippe Braud.

Longtemps considérée iconoclaste, ou réservée à la seule psychologie, la prise en compte des émotions est en passe de devenir l’un des mots d’ordre les plus pressants de l’étude des phénomènes politiques. Alors même que cette avancée est précieuse pour la connaissance, la prudence commande pourtant de ne pas envisager l’émotion comme une variable explicative suffisante en soi.

À l’encontre de tout réductionnisme, cet ouvrage prend le parti de traiter la mise à l’épreuve des émotions et la formulation d’expertise comme deux modes alternatifs de coordination des actions collectives. À la question des propriétés respectives de ces deux régimes de coordination, s’ajoutent celle de la nature variable de leurs relations, des dispositions propres aux protagonistes qui s’en emparent, ou bien encore des effets équivoques exercés sur les configurations au sein desquelles ils s’insèrent.

En pensant ensemble émotions et expertises, cet ouvrage contribue ainsi à renouveler des questionnements anciens, et trop souvent disjoints, en ce qui concerne des objets d’études tels les mobilisations protestataires, les organisations partisanes, l’élaboration des politiques publiques, les procédures dédiées à la consultation des citoyens ou bien encore la gestion des passés politiques conflictuels.

Les études rassemblées décloisonnent les approches, les domaines d’études et les disciplines. Elles offrent une mise en perspective comparative qui s’appuie aussi bien sur des cas contrastés que sur divers contextes nationaux (France, Inde, Israël, Italie, Pérou, territoires palestiniens, Turquie).

SOMMAIRE

préface - Philippe BRAUD

Introduction – Des dispositifs visant à la coordination des actions collectives

Christophe TRAÏNI

I – Inciter au ralliement, renforcer les loyautÉs

Chapitre 1 – L’occupation dans le viseur. Briser le silence sur Hébron en suscitant l’indignation

Karine LAMARCHE

Chapitre 2 – Chevaliers contre gestionnaires. Les émotions partisanes des organisations de jeunesse des droites italiennes

Stéphanie DECHEZELLES

Chapitre 3 – Sensibilisation et coercition. À propos de quelques questions relatives au façonnage institutionnel des individus

Olivier GROJEAN

II – Des rÉgimes de coordination complÉmentaires ou concurrents ?

Chapitre 4 – Judiciarisation et mobilisation des émotions : le procès d’Alberto Fujimori au Pérou

Sophie DAVIAUD

Chapitre 5 – Les audiences publiques en Inde. Mobilisation de la rue et enrôlement des experts

Stéphanie Tawa Lama-Rewal

Chapitre 6 – Entre expertises et émotions : les controverses relatives à l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa

Laura CENTEMERI

III – ProcÉdures et stratÉgies d’accrÉditation

Chapitre 7 – Promouvoir un Palestinien maître de soi et de son destin. La cause de « l’Etat d’abord » selon Salam Fayyad

Aude SIGNOLES

Chapitre 8 – Susciter un attachement à la commune. Les maires mobilisés contre la métropole

Stéphane CADIOU et Maurice OLIVE

Chapitre 9 – De l’insurrection populaire à la sélection des experts militaires. Le cas des Trois-Glorieuses (1830)

Walter BRUYÈRE-OSTELLS

 

 

Jan Plamper, The History of Emotions. An Introduction

by Jan Plamper,
Translated by Keith Tribe
368 pages | 30 black and white illustrations | 234x156mm
978-0-19-966833-5 | Hardback | 22 January 2015,  £35.00

9780199668335_140.

Cette introduction magistrale à notre champ historique en croissance rapide retrace autant son histoire que ses acquis et ses questionnements, problèmes méthodologiques et perspectives. La table de matières et le premier chapitre sont également accessibles sur le site d’Oxford University Press.

 

Affects, émotions, convictions: l’intime et l’historien

C’est ainsi que s’intitule le dossier (2014 /5), consacré à l’histoire des émotions, de la revue Source(s), Cahiers de l’équipe de recherche ARCHE, Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe de l’Université de Strasbourg, également accessible en ligne, téléchargeable en intégralité ou par article .

En voici la table des matières ici :

Sommaire 

I. DOSSIER. AFFECTS, ÉMOTIONS, CONVICTIONS : L’INTIME ET L’HISTORIEN

Présentation
Anne Corneloup

Les émotions dans le monde régulier au Moyen Âge : quelques pistes de recherche (XIIe-début XIIIe siècle)
Benoît-Michel Tock

“Sculpter les mouvements de l’âme” : traduction des affects et émotions dans la sculpture du XIIIe siècle
Denise Borlée

Autour d’une “Jeune femme au nourrisson” de Cranach : traces de l’intime conjugal dans le portrait
Anne Corneloup

“Dextrarum junctio” ou le sceau des âmes unies : usages d’un geste dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles
Temenuzhka Dimova

Exposer ou voiler ? Les représentations de la douleur au XVIIIe siècle
Barbara Stentz

Écrire la Catastrophe : l’historien-témoin et le génocide juif en Pologne, 1945-1950
Audrey Kichelewski

II. AUTOUR D’UNE SOURCE

Louis de Beer : part de l’intime dans la correspondance familiale d’un jeune administrateur au temps de Napoléon
Juliette Deloye

Correspondance de Louis de Beer. Extraits choisis, 1791-1813
Édition annotée

Les émotions byzantines en visite à Paris !

Dans le cadre du séminaire de Paolo Odorico, M. Martin Hinterberger, Professeur à l’Université de Chypre, tiendra quatre séminaires portant sur Les émotions à Byzance. Les séminaires ont lieu au 105, Boulevard Raspail, en salle 3
les lundis 26 janvier, 2, 16 et 23 février, de 11.00 à 13.00 h.

Martin Hinterberger travaille sur les émotions byzantines depuis plusieurs années; il est l’auteur de nombreux articles (cf. sa page Academia ) et d’un ouvrage sur l’envie byzantine, en allemand.

 

Séminaire – Table-ronde : Quelle histoire des émotions ?

Le mercredi 21 janvier 2015 – Aix-en-Provence, Salle Paul-Albert Février, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 14h-17h Organisation : Anne Carol | Isabelle Renaudet
Le Corps : expériences, identités, culture du Moyen Âge à nos jours

Annonce
Cette table-ronde se propose de réfléchir,  à partir de quelques propositions de recherches en cours, à l’histoire des émotions contemporaines.
 L’histoire des émotions est un chantier récent. Dans la perspective d’une publication collective de synthèse, on se propose de confronter et de discuter, dans une table ronde entre histoire et anthropologie, quelques exemples d’émotions contemporaines avec des spécialistes du corps, du spectacle sportif et des migrations.
Programme
Anne Carol, AMU-CNRS, Telemme
Présentation
Christian Bromberger, professeur d’anthropologie (AMU-CNRS, Idemec)
Le spectacle sportif : faire le plein d’émotions
Jean-Jacques Courtine, professeur d’anthropologie (Université d’Auckland)
Vers une histoire culturelle des anxiétés
Anne Carol, professeur d’histoire (AMU-CNRS, TELEMME)
Les émotions contemporaines face au corps, à la maladie, à la mort
Michel Peraldi, CNRS, CADIS
Frontières et condition migrante : une approche au prisme des émotions
Damien Boquet, Maître de conférences d’histoire (AMU-CNRS, TELEMME), Gian Marco Vidor, chercheur (Institut Max Planck, Berlin)
Discutants

Passions of War:Cross-Disciplinary Perspectives on Gender, Sexuality and Conflict, 1550-1945

Passions of War is the name of a new international research network, funded by the Arts & Humanities Research Council (AHRC).

The Network brings together EU and international participants, representing a range of academic disciplines and professional backgrounds, to investigate the influence of war, from the early modern period to the end of the Second World War, on constructions of gender and sexual practices, and how these constructions and practices have, in turn, conditioned the ways in which wars are waged, mediated, felt and understood.

A distinguishing feature of the Network will be the re-examination of standard accounts of war, gender and sexuality in the light of alternative, emergent and marginalised histories, with a particular emphasis on histories of emotions.

Four workshops will take place between June 2015 and October 2116, focussing on ‘Identities’ (Museum Dr. Guislain, Ghent), ‘Intimacies’ and ‘Spaces’ (University of Leicester) and ‘Resistances’ (National Army Museum, London).

Research findings from the four workshops will be discussed with museum practitioners from the Dr. Guislain Museum and the National Army Museum. It is one of the project’s objectives to engage and inform audiences beyond academia through input into museum displays, as well as through a weekly blog and educational resources.

The Network is a co-operation between the English Department at the Leicester University, the Group for Early Modern Studies at Ghent University, the National Army Museum in London and the Museum Dr. Guislain (Ghent). The AHRC awarded the network grant to Prof. Philip Shaw (Principal Investigator, University of Leicester) and Dr. Cornelis van der Haven (Co-Investigator, Ghent University).

For further information about the Network please contact Prof. Philip Shaw: ps14@le.ac.uk.

Une thèse de doctorat sur le don des larmes au XIIIe siècle dans l’hagiographie: Kimberley-Joy Knight

Kimberley-Joy Knight, désormais post-doctoral fellow à l’Université de Sydney, dans le cadre du CHE, Centre of Excellence for the History of Emotions, a soutenu en 2014, en Histoire, sa thèse de doctorat à l’Université de Saint-Andrews (Écosse), sur le don des larmes dans l’hagiographie du XIIIe siècle dont voici le résumé:

Blessed are those who weep: Gratia lacrymarum in thirteenth-century hagiographies

Hagiographies and canonisation processes from the thirteenth century are frequently saturated with descriptions of tears. The tears of holy men and women were both the means to, and apex of, spiritual perfection. Using hagiographical sources from the new Mendicant Orders emerging in Italy, France and the Low Countries, but drawing on other important examples when appropriate, this thesis demonstrates the complexity and importance of tears in thirteenth-century religious life. It makes significant contributions to understanding the construction of sainthood and the history of emotions during this critical period. Case studies of the beguine Marie d’Oignies (d.1213), and the founder of the preaching friars Dominic of Caleruega (d.1221), developed in chapters one and two allow for the meaning of tears to be explored fully and contextualised within the broader themes of devotional piety, gender, medicine and physiology, and the cult of saints. The hypotheses raised in these case studies are tested in chapter three using an extensive sample of vitae to demonstrate the importance of tears. In order to navigate the sea of tears, the study offers a bipartite conceptual framework that takes into account both a charismatic experience of tears (often known as gratia lacrymarum) and a progressive, transformative journey through tears. Building on Piroska Nagy’s seminal work Le Don des Larmes, this thesis presents a comprehensive analysis of tears in thirteenth-century hagiographies. It argues that they were not devalued in light of other forms of bodily piety nor did they become mere virtues in light of their proliferation; on the contrary, tears were highly valued and saturated religious life, traversing boundaries of what was to be imitated and admired.

 

 

Deux articles affectifs dans Hortulus

Hortulus, la revue en ligne des étudiants-médiévistes (The Online Graduate Journal of Medieval Studies), vient de consacrer dans son nouveau numéro deux articles à l’affectivité et aux émotions :

Marital Affection and Expectations in a 14th-Century Parisian Court–by Kristi DiClemente

et

Gifting Emotions: Gregory the Great and His Gift-giving to Aristocratic Females—By Paul A. Brazinski

Bonne lecture !

 

Science and Emotions after 1945

 

9780226126487

Source : The University of Chicago Press

Science and Emotions after 1945

A Transatlantic Perspective

Edited by Frank Biess and Daniel M. Gross

384 pages | 6 x 9 | © 2014
Through the first half of the twentieth century, emotions were a legitimate object of scientific study across a variety of disciplines. After 1945, however, in the wake of Nazi irrationalism, emotions became increasingly marginalized and postwar rationalism took central stage. Emotion remained on the scene of scientific and popular study but largely at the fringes as a behavioral reflex, or as a concern of the private sphere. So why, by the 1960s, had the study of emotions returned to the forefront of academic investigation?

In Science and Emotions after 1945, Frank Biess and Daniel M. Gross chronicle the curious resurgence of emotion studies and show that it was fueled by two very different sources: social movements of the 1960s and brain science. A central claim of the book is that the relatively recent neuroscientific study of emotion did not initiate – but instead consolidated – the emotional turn by clearing the ground for multidisciplinary work on the emotions. Science and Emotions after 1945 tells the story of this shift by looking closely at scientific disciplines in which the study of emotions has featured prominently, including medicine, psychiatry, neuroscience, and the social sciences, viewed in each case from a humanities perspective.

Introduction: Emotional Returns

Frank Biess and Daniel M. Gross

 

PART ONE   Neuroscience

1  Humanists and the Experimental Study of Emotion

WILLIAM M. REDDY

 

2  “Both of Us Disgusted in My Insula”: Mirror-Neuron Theory and Emotional Empathy

RUTH LEYS

 

3  Emotion Science and the Heart of a Two-Cultures Problem

DANIEL M. GROSS AND STEPHANIE D. PRESTON

 

PART TWO   Medicine

 

4  What Is an Excitement?

Otniel E. Dror

 

5  The Science of Pain and Pleasure in the Shadow of the Holocaust

CATHY GERE

 

6  Oncomotions: Experience and Debates in West Germany and the United States after 1945

Bettina Hitzer

 

PART THREE Psychiatry

 

7  The Concept of Panic: Military Psychiatry and Emotional Preparation for Nuclear War in Postwar West Germany

Frank Biess

 

8  Preventing the Inevitable: John Appel and the Problem of Psychiatric Casualties in the US Army during World War II

Rebecca Jo Plant

 

9  Feeling for the Protest Faster: How the Self-Starving Body Influences Social Movements and Global Medical Ethics

Nayan B. Shah

 

PART FOUR Social Sciences

 

10  Across Different Cultures? Emotions in Science during the Early Twentieth Century

Uffa Jensen

 

11  Decolonizing Emotions: The Management of Feeling in the New World Order

JORDANNA BAILKIN

 

12  Passions, Preferences, and Animal Spirits: How Does Homo Oeconomicus Cope with Emotions?

UTE FREVERT

 

13  The Transatlantic Element in the Sociology of Emotions

HELENA FLAM

 

14  Feminist Theories and the Science of Emotion

CATHERINE LUTZ

 

15  Affect, Trauma, and Daily Life: Transatlantic Legal and Medical Responses to Bullying and Intimidation

RODDEY REID

 

Coda: Erasures; Writing History about Holocaust Trauma

Carolyn J. Dean

 

List of Contributors

Index

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe s. à aujourd’hui

 

Source : Fabula

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe s. à aujourd’hui — 3e séance
Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le “domaine” de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des “passions”, des “affects”, des “sentiments”, de la “sensibilité”, ou encore des “émotions”, du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?
Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Mots-clés : affect, passion, imagination, sensation, sens, sentiment, pitié, compassion, sympathie, sensibilité, émotion, empathie, politique, morale, homme, anthropologie, expérience, passivité, activité, action, égoïsme, intérêt, utile, amour propre, amour de soi ; sensibility, feeling, moral sense, emotion, sympathy, empathy, compassion ; Gefühl, Sensibilität, Sinnlichkeit, Leiblichkeit, Mitleid ; affectus, passio, sensus, animi motus, mens emota.

3e séance

Mercredi 17 décembre 2014, bâtiment A, salle 304, 14h-18h00

Intervenants :

Miryam Giargia (Sophiapol / Università degli Studi di Milano) : « La honte à l’âge moderne : construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique aux XVIIe et XVIIIe siècles ».
Si l’on évoque le débat moderne sur les passions, la particularité de la honte est qu’elle occupe tout simplement une place privilégiée. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècles, en effet, nombre d’auteurs en soulignent la fonction décisive dans la dimension morale et politique de l’existence humaine. Une présentation des thèses de Hobbes, Rousseau et Kant à ce propos, nous permettra dès lors d’esquisser une histoire conceptuelle de la honte à l’âge moderne. En soulignant des éléments de continuité marqués entre ces trois penseurs quant à leurs conceptions de la honte, notre travail visera également à montrer que ces trois conceptions constituent rien de moins que trois étapes fondamentales d’un même parcours théorique au sein de la réflexion moderne sur la construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique.

 

Nestor Capdevila (Sophiapol) : « Raison et passion dans l’analyse de la démocratie par Tocqueville ».
Tocqueville montre comment l’égalité des conditions modifie l’affectivité des individus (passion de l’égalité, développement de l’envie, etc.). Il prétend faire une analyse impartiale, mais son étude écrite sous l’effet d’une sorte de terreur religieuse devant l’avènement de la démocratie est elle-même travaillée par les passions.

Responsable :

R. Chappé, M. Giargia

adresse

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Le passé des émotions

 

2014-Capdevila-Langue

Source : EHESS, Mondes Américains

Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique latine et Espagne

Luc Capdevila , Frédérique Langue (dir)
Rennes,  Presses Universitaires de Rennes, Des Amériques,  [2014], 206 p.

Fréquemment convoquée par l’histoire sociale et culturelle de la dernière décennie, l’étude des émotions tend à réhabiliter l’événement comme paradigme explicatif des extrêmes, voire des paroxysmes de l’histoire. Or, l’objet émotion ne manque pas d’éclairer l’appréhension des usages politiques du passé dans un temps présent prêtant à controverses. Tel est le cas dans le contexte des «sociétés de mémoire» d’Amérique latine et d’Espagne marquées du sceau des passions politiques.

D’où notre choix d’une approche située en amont afin d’éclairer l’indispensable confrontation histoire-mémoire, la réactivation de mythes héroïques y compris à une échelle globalisée, le rappel de « passés qui ne passent pas » ou encore du « plus jamais cela » lié à la fin des dictatures. Tel est le sens de l’histoire des représentations et sensibilités, qui autorise précisément cette  interprétation dans la longue durée, essentielle à la compréhension du fonctionnement de ces «histoires officielles» œuvrant en contrepoint à des imaginaires démocratiques désormais explicitement revendiqués.
Cet ouvrage vise à mettre en lumière des régimes d’historicité spécifiques et à décrypter les régimes émotionnels qui fondent l’instrumentalisation des émotions par divers acteurs de l’histoire. L’ensemble des contributions invite ainsi à repenser non seulement l’histoire incarnée de sociétés en mouvement, mais également le statut de l’historien dans la cité du temps présent.

♦ Lire l’introduction

Table des matières

Les auteurs :
Gilles Brégain, Luc Capdevila, Moira Cristiá, Rosalina Estrada Urroz, Manuel Gárate Château, Sandra Gayol, Alejandro E. Gómez, Maud Joly, Frédérique Langue, Sophie Milquet, Javier Moscovo, María Laura Reali.

 

Avec le soutien de l’Institut des Amériques de Rennes, du centre de recherches historiques de l’Ouest (UMR 6258) et de Mondes Américains UMR 8168-CNRS.

ISBN : 978-2-7535-3505-3
Fiche éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3667