Science and Emotions after 1945

 

9780226126487

Source : The University of Chicago Press

Science and Emotions after 1945

A Transatlantic Perspective

Edited by Frank Biess and Daniel M. Gross

384 pages | 6 x 9 | © 2014
Through the first half of the twentieth century, emotions were a legitimate object of scientific study across a variety of disciplines. After 1945, however, in the wake of Nazi irrationalism, emotions became increasingly marginalized and postwar rationalism took central stage. Emotion remained on the scene of scientific and popular study but largely at the fringes as a behavioral reflex, or as a concern of the private sphere. So why, by the 1960s, had the study of emotions returned to the forefront of academic investigation?

In Science and Emotions after 1945, Frank Biess and Daniel M. Gross chronicle the curious resurgence of emotion studies and show that it was fueled by two very different sources: social movements of the 1960s and brain science. A central claim of the book is that the relatively recent neuroscientific study of emotion did not initiate – but instead consolidated – the emotional turn by clearing the ground for multidisciplinary work on the emotions. Science and Emotions after 1945 tells the story of this shift by looking closely at scientific disciplines in which the study of emotions has featured prominently, including medicine, psychiatry, neuroscience, and the social sciences, viewed in each case from a humanities perspective.

Introduction: Emotional Returns

Frank Biess and Daniel M. Gross

 

PART ONE   Neuroscience

1  Humanists and the Experimental Study of Emotion

WILLIAM M. REDDY

 

2  “Both of Us Disgusted in My Insula”: Mirror-Neuron Theory and Emotional Empathy

RUTH LEYS

 

3  Emotion Science and the Heart of a Two-Cultures Problem

DANIEL M. GROSS AND STEPHANIE D. PRESTON

 

PART TWO   Medicine

 

4  What Is an Excitement?

Otniel E. Dror

 

5  The Science of Pain and Pleasure in the Shadow of the Holocaust

CATHY GERE

 

6  Oncomotions: Experience and Debates in West Germany and the United States after 1945

Bettina Hitzer

 

PART THREE Psychiatry

 

7  The Concept of Panic: Military Psychiatry and Emotional Preparation for Nuclear War in Postwar West Germany

Frank Biess

 

8  Preventing the Inevitable: John Appel and the Problem of Psychiatric Casualties in the US Army during World War II

Rebecca Jo Plant

 

9  Feeling for the Protest Faster: How the Self-Starving Body Influences Social Movements and Global Medical Ethics

Nayan B. Shah

 

PART FOUR Social Sciences

 

10  Across Different Cultures? Emotions in Science during the Early Twentieth Century

Uffa Jensen

 

11  Decolonizing Emotions: The Management of Feeling in the New World Order

JORDANNA BAILKIN

 

12  Passions, Preferences, and Animal Spirits: How Does Homo Oeconomicus Cope with Emotions?

UTE FREVERT

 

13  The Transatlantic Element in the Sociology of Emotions

HELENA FLAM

 

14  Feminist Theories and the Science of Emotion

CATHERINE LUTZ

 

15  Affect, Trauma, and Daily Life: Transatlantic Legal and Medical Responses to Bullying and Intimidation

RODDEY REID

 

Coda: Erasures; Writing History about Holocaust Trauma

Carolyn J. Dean

 

List of Contributors

Index

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : enjeux politiques et moraux d'un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe s. à aujourd'hui

 

Source : Fabula

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : enjeux politiques et moraux d'un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe s. à aujourd'hui — 3e séance
Ce séminaire d'histoire de l'anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le "domaine" de l'homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des "passions", des "affects", des "sentiments", de la "sensibilité", ou encore des "émotions", du XVIe siècle jusqu’à aujourd'hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d'une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l'histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d'une analyse de leur manière d'envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?
Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Mots-clés : affect, passion, imagination, sensation, sens, sentiment, pitié, compassion, sympathie, sensibilité, émotion, empathie, politique, morale, homme, anthropologie, expérience, passivité, activité, action, égoïsme, intérêt, utile, amour propre, amour de soi ; sensibility, feeling, moral sense, emotion, sympathy, empathy, compassion ; Gefühl, Sensibilität, Sinnlichkeit, Leiblichkeit, Mitleid ; affectus, passio, sensus, animi motus, mens emota.

3e séance

Mercredi 17 décembre 2014, bâtiment A, salle 304, 14h-18h00

Intervenants :

Miryam Giargia (Sophiapol / Università degli Studi di Milano) : « La honte à l’âge moderne : construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique aux XVIIe et XVIIIe siècles ».
Si l’on évoque le débat moderne sur les passions, la particularité de la honte est qu’elle occupe tout simplement une place privilégiée. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècles, en effet, nombre d’auteurs en soulignent la fonction décisive dans la dimension morale et politique de l’existence humaine. Une présentation des thèses de Hobbes, Rousseau et Kant à ce propos, nous permettra dès lors d’esquisser une histoire conceptuelle de la honte à l’âge moderne. En soulignant des éléments de continuité marqués entre ces trois penseurs quant à leurs conceptions de la honte, notre travail visera également à montrer que ces trois conceptions constituent rien de moins que trois étapes fondamentales d’un même parcours théorique au sein de la réflexion moderne sur la construction de l’intersubjectivité et de l’espace politique.

 

Nestor Capdevila (Sophiapol) : « Raison et passion dans l'analyse de la démocratie par Tocqueville ».
Tocqueville montre comment l'égalité des conditions modifie l'affectivité des individus (passion de l'égalité, développement de l'envie, etc.). Il prétend faire une analyse impartiale, mais son étude écrite sous l'effet d'une sorte de terreur religieuse devant l'avènement de la démocratie est elle-même travaillée par les passions.

Responsable :

R. Chappé, M. Giargia

adresse

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Le passé des émotions

 

2014-Capdevila-Langue

Source : EHESS, Mondes Américains

Le passé des émotions d'une histoire à vif, Amérique latine et Espagne

Luc Capdevila , Frédérique Langue (dir)
Rennes,  Presses Universitaires de Rennes, Des Amériques,  [2014], 206 p.

Fréquemment convoquée par l’histoire sociale et culturelle de la dernière décennie, l’étude des émotions tend à réhabiliter l’événement comme paradigme explicatif des extrêmes, voire des paroxysmes de l’histoire. Or, l’objet émotion ne manque pas d’éclairer l’appréhension des usages politiques du passé dans un temps présent prêtant à controverses. Tel est le cas dans le contexte des «sociétés de mémoire» d’Amérique latine et d’Espagne marquées du sceau des passions politiques.

D’où notre choix d’une approche située en amont afin d’éclairer l’indispensable confrontation histoire-mémoire, la réactivation de mythes héroïques y compris à une échelle globalisée, le rappel de « passés qui ne passent pas » ou encore du « plus jamais cela » lié à la fin des dictatures. Tel est le sens de l’histoire des représentations et sensibilités, qui autorise précisément cette  interprétation dans la longue durée, essentielle à la compréhension du fonctionnement de ces «histoires officielles» œuvrant en contrepoint à des imaginaires démocratiques désormais explicitement revendiqués.
Cet ouvrage vise à mettre en lumière des régimes d’historicité spécifiques et à décrypter les régimes émotionnels qui fondent l’instrumentalisation des émotions par divers acteurs de l’histoire. L’ensemble des contributions invite ainsi à repenser non seulement l’histoire incarnée de sociétés en mouvement, mais également le statut de l’historien dans la cité du temps présent.

♦ Lire l'introduction

Table des matières

Les auteurs :
Gilles Brégain, Luc Capdevila, Moira Cristiá, Rosalina Estrada Urroz, Manuel Gárate Château, Sandra Gayol, Alejandro E. Gómez, Maud Joly, Frédérique Langue, Sophie Milquet, Javier Moscovo, María Laura Reali.

 

Avec le soutien de l’Institut des Amériques de Rennes, du centre de recherches historiques de l’Ouest (UMR 6258) et de Mondes Américains UMR 8168-CNRS.

ISBN : 978-2-7535-3505-3
Fiche éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3667

Lukarde d'Oberweimar à Sydney, le 18 novembre...

... ou la fin des aventures d'EMMA en Australie  !

Voici l'événement:

A Woman of Passion, or the Powerful Emotions of Lukardis of Oberweimar (d.1309)

bannerDate: Tuesday November 18,
Time:12-2pm
Venue: Rogers Room, Woolley Building,The University of Sydney All welcome

Abstract: According to her vita, Lukardis of Oberweimar began her career as a young Cistercian nun suffering from various ailments. Her passions make her a stigmatized holy woman, who undergoes a spiritual pregnancy and visible stigmata, and eventually shares her charisma with the sisters of her convent of Oberweimar. In this paper I propose reading her life as a text in which the transformative power of emotions is central, both in her own life and in that of the convent. Her transformation is an emotional transformation, happening through the bodily performance of passions, a word which merits comment; her sanctity and emotional sharing transform the convent into an emotional community which, most probably, does not last.
Exploring the power of emotions as represented in the vita offers an opportunity to reflect, first, on the importance of emotions in late-medieval anthropology, and secondly on the problems a (medievalist) historian meets while working on emotions in history.

Image: Christ on the Cross, Schnütgen Museum, Cologne. Devotional image attributed to a female monastic designer, Germany in the 14th century. Discovered and published by J. Hamburger, in Nuns as Artists: The Visual Culture of a Medieval Convent Berkeley: University of California Press, 1997

 

Emotions at Work in Historical Past: Workshop, University of Melbourne, 13 Nov. 2014

La suite des aventures d'EMMA aux antipodes  !

Après deux conférences, sur Angèle de Foligno à Yarra Theological Union et sur les incorporations émotives à Greccio à l'Université de Melbourne, ce workshop,  organisée par l'ARC Centre of Excellence for the History of Emotions réunit chercheurs et étudiants de l'émotion autour de la grande question de la manière dont l'émotion participe au "travail" de l'Histoire.

Date: Thursday 13 November, 2014
Time: 9:30am-4.00pm
Venue: University House, Upper East Dining Room, The University of Melbourne

Schedule

9.30–11.00am Piroska Nagy: Medieval Emotions and Historical Change: the cases of Angela of Foligno and Lukardis of Oberweimar

This lecture will reflect on emotions in medieval texts by considering three major questions. It will address how emotions are related to changes in historiography in recent decades. By exploring several medieval cultural constellations it will argue that emotions, and not only their representation, change through time.  It will then use the example of two female mystics who died in 1309, Angela of Foligno and Lukardis of Oberweimar, to show how embodied emotions in the later Middle Ages had a transformative power with respect to the self and community.

 

11.00am: Morning Tea

11.30am–1.00pm
Hannah Kilpatrick: Emotional contagion and strong leadership in the chanson de geste: Henry II as epic prince

Aleksondra Hultquist: Genre: The Emotional Practice of Amatory Fiction

Charles Zika: Exploring Emotional Community in Witches’ Dances of the Seventeenth Century

1.00–1.45pm: Lunch

1.45–3.15pm
Bronwyn Reddan: Emotions as Practice: Scripts, maps and landscapes

Fincina Hopgood: The Empathy ‘Revolution’: an overview of current research on the emotion of empathy

Grace Moore: On (ab)using Brian Massumi

3.15–3.35pm: Afternoon tea

3.35–4.00pm: Concluding Discussion

Histoire de l'amitié à la "Fabrique de l'histoire" : textes lus

Plusieurs auditeurs m'ont demandé les références des textes lus lors de l'émission de la "Fabrique de l'histoire" consacrée à l'amitié médiévale le 22 octobre dernier sur France Culture.

Les voici ci-dessous :

— L’amitié dans la Bible

 

« Une parole agréable multiplie les amis, / une langue affable attire maintes réponses aimables. / Que soient nombreuses tes relations, / mais pour les conseillers prends-en un entre mille. / Si tu veux te faire un ami, commence par l’éprouver et ne te hâte pas de te confier à lui. / Car tel lie amitié comme ça lui chante, qui ne restera pas fidèle au jour de ton épreuve. / Tel est l’ami qui se change en ennemi / et qui va dévoiler votre querelle pour ta confusion. / Tel est l’ami et s’assied à ta table, / qui ne restera pas fidèle au jour de l’épreuve. / Dans ta prospérité il sera un autre toi-même, / parlant librement à tes serviteurs, / mais dans ton abaissement il se retournera contre toi / et évitera ton regard. / Eloigne-toi de tes ennemis / et garde-toi de tes amis. / Un ami fidèle est un baume de vie, / le trouveront ceux qui craignent le Seigneur. / Qui craint le Seigneur se fait de vrais amis, / car tel on est, tel est l’ami qu’on a. » (L’Ecclésiastique, 6, 5-17)

 

 

— Poème à un ami absent : Alcuin (v. 730-804)

 

 

Mon tendre amour pleure un ami absent,

Qu’une vaste étendue de terre dérobe à ma vue.

Rare est la fidélité parmi les hommes qui en fait des amis chers.

Dans le tumulte des occupations, lui seul est présent à mon cœur.

Supérieur à l’argent, plus précieux que l’or rougeoyant,

Il brille avec plus d’éclat que tous les trésors,

Lui que toute ma force d’âme désire et cherche

A posséder, à garder, à aimer et à honorer.

Tu es celui-là, uni (conjunctus) à moi dans un grand amour,

Tu es la paix de mon esprit, un doux amour pour moi.

Que Dieu veille sur toi pour toute l’éternité,

Puisses-tu te souvenir d’Albinus en tout temps et en tout lieu. Adieu.

(...)

Porte donc avec toi ces modestes vers, mon frère, mon ami,

Garde pour toujours, je te le demande, le souvenir de moi comme de ton ami,

Lorsque tu iras à travers les champs, les collines, les forêts et les rivières,

Puisse le Christ veiller toujours sur ton chemin.

Puisses-tu être privilégié dans les prières des saints toujours et sans fin,

Maintenant et à jamais, doux ami, adieu.

 

Alcuin, Carmen 55, MGH Poet. Lat. Aevi Carol. I, p. 266-267. Trad. D. Boquet

 

 

— Ami et Amile, chanson de geste (XIIe s.)

 

( Le comte Ami ) n’avait pas encore parcouru une demi-lieue qu’un pré s’offrit à ses regards, un pré couvert de fleur comme aux plus beaux jours ; et au milieu de celui-ci, il vit le comte Amile, debout. Il ne l’avait jamais vu, mais les descriptions qu’on lui en avait faites et les bonnes armes dont il était équipé lui permirent de le reconnaître parfaitement.  Pressant son cheval de ses éperons dorés, Ami se dirigea rapidement vers Amile qui, l’ayant à son tour reconnu au premier regard, s’avança vers lui. Ils se jettent dans les bras l’un de l’autre, s’embrassent avec une telle fougue, se serrent avec une telle tendresse qu’ils sont bien près de s’étouffer l’un l’autre.

 

Ami et Amile. Chanson de geste, publié par P.F. Dembowski, Paris, Champion, 1987, p. 6-7 ; trad. Joël Blanchard et Michel Quereuil, Paris, Champion, 1985, p. 20.

 

 

— Aelred de Rievaulx (moine cistercien), 1110-1167

 

« Vous vous étonnez que je pleure ? Étonnez-vous plutôt que je vive. Qui, en effet, ne s’étonnerait qu’Aelred vive sans Simon, à moins d’ignorer combien il fut doux de vivre ensemble, combien il eût été doux de retourner ensemble à la patrie ? Supportez donc patiemment mes larmes, mon gémissement, le rugissement de mon cœur. [...] Où t’en es-tu allé, ô modèle de ma vie, harmonisation de mes habitudes de vie ? Où t’en es-tu allé ? Où es-tu parti ? Que vais-je faire ? Vers qui vais-je me tourner ? Qui vais-je suivre ? Comment as-tu été arraché à mes embrassements, soustrait à mes baisers, dérobé à mes regards ? Car je t’étreignais, frère bien-aimé, non de corps mais de cœur. Je t’embrassais non par contact des lèvres mais par un affect de l’âme. »

 

Aelred de Rievaulx, Le Miroir de la charité, traduction par Charles Dumont et Gaëtane de Briey, Abbaye de Bellefontaine (Vie monastique, n°27), 1992, I, 98, pp. 107 et 113-114.

 

 

 

—Lettre d’Anselme de Cantorbéry (†1109) au moine Gondulphe

 

« Lorsque je me dispose à t’écrire, ô âme très chère à mon âme, lorsque je me dispose à t’écrire, j’hésite sur la meilleure façon de commencer ce que j’ai à te dire. En effet, tout ce que je ressens à ton sujet est doux et agréable à mon cœur : tout ce que je désire pour toi est ce que mon esprit peut concevoir de mieux. En effet, je t’ai vu tel que je t’ai aimé, comme tu le sais ; j’entends que tu es tel que je t’ai désiré, comme Dieu le sait. Par suite, où que tu ailles, mon amour t’accompagne, et où que je demeure, mon désir t’embrasse.

Et toi tu me demandes par tes courriers, tu m’exhortes par tes lettres, tu me pousses par tes cadeaux à me souvenir de toi ? ‘Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens plus de toi’ (Ps 136, 6), si je ne place pas ‘Gondulphe’ parmi les premiers ‘de mes amis’. (…) En effet, comment pourrais-je t’oublier ? Celui dont mon cœur garde l’empreinte comme la cire celle d’un sceau, comment pourrait-il être effacé de mon souvenir ? Pourquoi dès lors te plains-tu avec tant de tristesse, comme je l’apprends, que jamais tu ne reçois de lettres de ma part, et cherches-tu avec un désir si vif à en recevoir souvent, alors que tu possèdes toujours avec toi la claire connaissance que tu as de moi. Toi sans que tu dises un mot, je sais que tu m’aimes ; et moi sans que je prononce une parole, tu sais que je t’aime (Jn 21, 16). »

 

Anselme de Cantorbéry, « Epître 4 », traduction J.-F. Cottier « Saint Anselme et la conversion des émotions. L’épisode de la mort d’Osberne », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, p. 292-293.

 

 

 

 

A Cultural History of the Senses

Une série dont voici le volume médiéval du plus haut intérêt :

A Cultural History of the Senses in the Middle Ages, ed. Newhauser, Richard G., $165.00

9780857853400_MED

  • ISBN: 9780857853400
  • Author: Newhauser, Richard G.
  • Publ Date: 2014-10-09
  • Edition:
  • Binding: HardBack
  • Pages: 288
  • Imprint: BLOOMSBURY REF
  • Publisher: Bloomsbury Publishing PLC
  • Country of Publication: United Kingdom
  • ID - 441141
TOC Senses MA
Illustrations General Editor's Preface Introduction 1. The Social Life of the Senses 2. Urban & Rural Sensations 3. Consumption and the Senses 4. The Senses in Religion 5. The Senses in Philosophy and Science 6. Medicine and the Senses 7. The Senses in Literature 8. Art and the Senses 9. Sensory Media Notes Bibliography Contributors Index
Description: Understanding the senses is indispensable for comprehending the Middle Ages because both a theoretical and a practical involvement with the senses played a central role in the development of ideology and cultural practice in this period. For the long medieval millennium, the senses were not limited to the five we think of: speech, for example, was categorized among the senses of the mouth. And sight and hearing were not always the dominant senses: for the medical profession, taste was more decisive. Nor were the senses only passive receptors: they were understood to play an active role in the process of perception and were also a vital element in the formation of each individual's moral identity. From the development of specifically urban or commercial sensations to the sensory regimes of holiness, from the senses as indicators of social status revealed in food to the Scholastic analysis of perception, this volume demonstrates the importance of sensory experience and its manifold interpretations in the Middle Ages. The Cultural History of the Senses set delves into the sensory foundations of Western civilization, taking a comprehensive period-by-period approach which provides a broad understanding of the life of the senses from antiquity to the modern day. Each of the volumes explores the following topics: The Social Life of the Senses; Urban Sensations; The Senses in the Marketplace; The Senses in Religion; The Senses in Philosophy and Science; Medicine and the Senses; The Senses in Literature; The Senses in Art; and Sensory Media. Superbly illustrated, this six-volume set is the most authoritative and comprehensive historical survey of the senses available.
Author Biography: Richard G. Newhauser is Professor of English and Medieval Studies at Arizona State University, Tempe, USA. He is the author of, among other works, The Early History of Greed (2000); Sin: Essays on the Moral Tradition in the Western Middle Ages (2007); and co-editor of Sin in Medieval and Early Modern Culture (2012). He recently co-edited "Pleasure and Danger in Perception: The Five Senses in the Middle Ages and the Renaissance," a special issue of The Senses & Society (2010).

Penser les affects, des scolastiques aux neurosciences

Source : ENS Lyon

TR Affects2Table ronde
Dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l'amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance »
le 26 novembre 2014
18-20 h

Lieu(x) :

Site René Descartes - 15 parvis René Descartes Amphithéâtre Descartes

Table ronde organisée dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l'amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance », organisé par Carlos Heusch (ENS de Lyon, UMR 5648 – CIHAM), avec la collaboration de Jimena Gamba (U. Salamanca), Mélanie Juste (ENS de Lyon - CIHAM) et Irene Salvo García (CNRS – CIHAM).Pour beaucoup, au Moyen Âge, l’amour était une question « scientifique ». Qu’en est-il aujourd’hui ? Que dit la science au sujet des affects ? C’est ainsi qu’est née l’idée de réunir autour d’une table des neuroscientifiques dont les recherches concernent l’activité cérébrale liée aux affects (émotions, regard, plaisir, amour…) et des médiévistes fins connaisseurs des écrits théoriques médiévaux sur ces mêmes questions.

Le but de la rencontre n’est pas tant celui d’une mise en regard de la « fable scientifique » médiévale avec la « vérité scientifique » de l’ère de l’électrode, mais celui, certes intellectuellement plus risqué, de la recherche de convergences dans la démarche intellectuelle, dans les conceptions de l’homme que sous-tendent les questions que les chercheurs d’avant et ceux d’aujourd’hui se posent dès lors qu’ils se mettent à « penser » les affects. Au-delà des déterminations épistémologiques de chaque période historique, que nous apprend sur l’être humain le questionnement sur la façon dont son corps et son esprit réagissent face au monde qui l’entoure ?

Table ronde modérée par Carlos Heusch, avec la participation de :

  • Nathalie George, neuroscientifique (CNRS, UPR640 Cogimage)
  • Stéphanie Dubal, neuroscientifique (CNRS, USR3246 Centre Émotion)
  • Damien Boquet, médiéviste (U. d'Aix-Marseille, UMR TELEMME)
  • et Jesús Rodríguez Velasco, médiéviste (Columbia U., New York).

Penser l'amour au Moyen Âge (Lyon, 26-27 novembre)

Source : CIHAM

Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance

3e volet du programme « Theorica » consacré à l’amour. La vision médiévale de l’amour est indissociable de sa théorisation dans des traités relevant de différents champs du savoir : médecine, philosophie, astrologie, droit, théorie littéraire… Ce colloque explore cette théorisation de l’amour avec, également, une table ronde ouverte à tous, alliant sciences et humanités : « La pensée des affects, des scolastiques aux neurosciences » avec la participation de neuroscientistes et de médiévistes.

comité scientifique:Carlos Heusch (ENSL), Laurence Moulinier (Lyon2), Marilyn Nicoud (U. Avignon), Denis Menjot (Lyon2), Pedro Cátedra (U. Salamanca), Francisco Bautista (U. Salamanca), Jesús Rodríguez Velasco (Columbia U., NYC), Irene Salvo (CNRS CIHAM), Mélanie Juste (ENS CIHAM), Jimena Gamba (U. Salamanca)

comité d'organisation: Carlos Heusch (ENSL), Irene Salvo (CNRS CIHAM), Mélanie Juste (ENS CIHAM), Jimena Gamba (U. Salamanca)

Pré programme scientifique

Mercredi 26 novembre

13h30. Accueil des participants

14h00. Discours officiels d’ouverture du colloque

14h30. Georges Martin (Paris 4 Sorbonne – CLEA), « Polysémie de l’amor. La dynamique amoureuse de la société médiévale (exemples historiographiques et documentaires castillano-léonais des xie-xiiie siècles).

15h00. Eukene Lacarra (Universidad del País Vasco), « Teoría del amor : fisiología y género ».

15h30. Questions

16h00. Pause

16h30. José Carlos Miranda (U. Porto – SMELPS), « Amores ibéricos en la primera mitad del siglo xiii ».

17h00. Maria do Rosário Ferreira (U. Coimbra – SMELPS), « Amour et nature dans la “cantiga de amigo” »

17h30. Questions

18h00. TABLE RONDE INTERDISCIPLINAIRE

PENSER LES AFFECTS, DES SCOLASTIQUES AUX NEUROSCIENCES.

Modérateur : Carlos Heusch (ENSL). Avec la participation de : Nathalie George, neuroscientiste (CNRS, UPR640 Cogimage), Stéphanie Dubal, neuroscientiste (CNRS, USR3246 Centre Émotion), Damien Boquet, historien médiéviste (U. de Provence, UMR TELEMME) et Jesús Rodríguez Velasco, médiéviste (Columbia University, New York).

 

Jeudi 27 novembre

09h00. Accueil des participants

09h30. Irene Salvo García (CNRS – CIHAM), « Historiografía y cartas de amor: la recepción medieval de las Heroidas de Ovidio en Francia y en España ».

10h00. Vicente Cristobal (U. Complutense Madrid), « Orfeo y otros mitos eróticos en la General estoria ».

10h30. Questions

11h00. Pause

11h30. Mélanie Juste, « “Un feu caché au fond des entrailles” : la théorisation de l’amour par Alfonso de Madrigal, dit “El Tostado” »

12h00. Pedro Cátedra (U. Salamanca), « Amor simulado en el marco de la tratadística universitaria castellana del siglo xv ».

12h30. Questions

 

14h30. Jimena Gamba (U. Salamanca), « Los límites entre filosofía y literatura: del tratado amoroso a la literatura bucólica ».

15h00. Nieves Baranda (UNED, Madrid), « Lenguaje del cuerpo para sentidos del alma. Expresión amorosa y devoción femenina entre la Edad Media y la Moderna ».

15h30. Questions

16h00. Pause

16h30. Marina Mestre (ENS L – CERPHI), Titre à préciser.

17h00. Pierre Civil (U. Paris 3 - LECEMO), Titre à préciser.

17h30. Questions

18h00. Clôture du colloque

Colloque
Mercredi 26 Novembre 2014 - Jeudi 27 Novembre 2014
Lyon

EMMA en Australie, premier pas : Perth

Pendant que Damien se promène sur les ondes parisiennes, Piroska est (je suis!) aux antipodes, pour visiter le Centre d'Excellence pour l'Histoire des Émotions, en y donnant une série de conférences et séminaires, dont la première eut lieu ce soir,   à l'Université de Western Australia, avec un titre et résumé légèrement "électoraliste", comme dirait Rafael Mandressi, il s'y est agi essentiellement de s'interroger sur le pouvoir des émotions vécues collectivement, créant un événement, un "corps émotionnel" -- dans la continuité de ce qui a pu se discuter au colloque Emotional Bodies à Genève. Est-ce qu'une communauté émotionnelle, telle que l'a définie Barbara Rosenwein, peut être éphémère?

La prochaine, mercredi à 11h, présentera les idées de notre livre à venir, avec Damien...

Émotions contemporaines - XIXe-XXIe siècles (à paraître)

 

Source : Armand Colin

Émotions contemporaines - XIXe-XXIe siècles

L'émotion occupe une place grandissante dans l'espace public : cet ouvrage permet de penser ce phénomène frappant de nos sociétés en même temps qu'il le valorise, voire le réhabilite; il permet également une mise en perspective historique de ce thème et de cerner l'évolution des mises en scène de l'émotion sur plus de deux siècles. Il fait aussi réfléchir à la question : comment faire l'histoire de l'émotion ou des émotions? Y a-t-il une spécificité du "régime contemporain des émotions"?

Le sujet est abordé par le biais de chercheurs internationaux et sous l'angle pluridisciplinaire (sociologie, politique, culturel) : mise en scène des émotions dans les médias, mobilisation des affects, instrumentalisation des expressions émotionnelles, etc.

9782200287733-VAuteur(s) :
Anne-Claude Ambroise-Rendu, Anne-Emmanuelle Demartini, Hélène Eck, Nicole Edelman


Collection :
Armand Colin/Recherches
Format :
Brochée - 352 pages
Dimension (en cm) :
15,3 x 23,5
EAN13 :
9782200287733
Public :
Chercheurs, Cycles M et D, Enseignants, GRAND PUBLIC
Domaines :
Histoire contemporaine
Date de parution :
05/11/2014

Histoire de l'amitié au Moyen Âge ("La Fabrique de l'histoire")

Aujourd'hui, je suis intervenu avec Bénédicte Sère pour parler de l'amitié au Moyen Âge à "La Fabrique de l'histoire", émission animée par Emmanuel Laurentin et Perrine Kervran sur France culture. A écouter en podcast.

Un grand merci à l'équipe de La Fabrique, tout particulièrement à E. Laurentin qui a eu la délicatesse de mettre à l'honneur "l'histoire des émotions".