Béatrice Delaurenti, La Contagion des émotions. Compassio, une énigme médiévale

Capture d’écran 2016-02-06 à 13.18.30

Broché, ISBN 978-2-8124-5056-3, 39 €

Relié, ISBN 978-2-8124-5057-0, 78 €

Dans le latin médiéval, le terme compassio désigne une contagion, au sens d’une réaction psychique ou corporelle involontaire qui reflète le comportement d’autrui comme par imitation. L’énigme de la compassio constitue le fil conducteur d’une  enquête dans les sources universitaires du Moyen Âge.

Emotions and Christian Missions

Emotions and Christian Missions

Historical Perspectives

Editors: Vallgårda, Karen, McLisky, Claire, Midena, Daniel (Eds.)

This book explores the ways in which emotions were conceptualised and practised in Christian mission contexts from the 17th-20th centuries. The authors show how emotional practices such as prayer, tears, and Methodist ‘shouting’, and feelings such as pity, joy and frustration, shaped relationships between missionaries and prospective converts.

Passions, Sympathy and Print Culture

Passions, Sympathy and Print Culture

Public Opinion and Emotional Authenticity in Eighteenth-Century Britain

Editors: Lemmings, David, Kerr, Heather, Phiddian, Robert (Eds.)

This book explores ways in which passions came to be conceived, performed and authenticated in the eighteenth-century marketplace of print. It considers satire and sympathy in various environments, ranging from popular novels and journalism, through philosophical studies of the Scottish Enlightenment, to last words, aesthetics, and plastic surgery.

Le dégoût. Histoire, langage, esthétique et politique d’une émotion plurielle

27000100732510MSource : Le comptoir des presses d’universités

Le dégoût

Histoire, langage, esthétique et politique d’une émotion plurielle

Editeurs du volume Michel Delville, Andrew Norris, Viktoria von Hoffmann

Édition Première édition
Volume 3
Éditeur Presses universitaires de Liège
Support Livre broché
Nb de pages 184 p. Bibliographie .
ISBN-10 2875620673
ISBN-13 9782875620675

Pourritures, cadavres, corruptions, insectes et vermines, puanteurs, horreurs visuelles, matières et saveurs repoussantes, ordures, secrétions et déchets corporels… Nombreux sont les objets qui, du plus lointain de nos histoires et de nos cultures, suscitent le dégoût et agressent notre système perceptif; les sens sont touchés avec une immédiateté qui les entraîne irrésistiblement à l’écart de cet objet qui nous fait détourner le regard, nous boucher les narines, nous éloigner physiquement afin d’éviter contact et proximité avec ce qui répugne. Pourtant, le dégoût fascine. Les artistes s’en emparent qui, dans la littérature, la peinture, l’art performatif ou le cinéma, prennent pied et appui sur le dégoût, exaltant les motifs et la monstration de ce qui au départ révulse.

Comment définir le dégoût, malgré la multiplicité de ses objets? Qu’en est-il de son histoire, tant du mot « dégoût » que du sentiment lui-même? Quelles sont les relations qui unissent goût et dégoût? Qu’en est-il du dégoût de soi? Que dire, enfin, de la dimension éthique, politique et sociale d’une émotion qui pèse inévitablement dans les interactions humaines?

L’étude du dégoût est difficile. En effet, cette « émotion plurielle » est dotée d’une connotation très négative et a souvent été laissée aux marges du savoir. Depuis quelques décennies, cependant, les disgust studies se multiplient. Douze chercheurs en sciences humaines, provenant des disciplines les plus variées, proposent ici une réflexion théorique commune, explorant l’histoire, le langage, la philosophie, la psychologie, l’éthique et l’esthétique du dégoût, convaincus que les réflexions les plus riches sur le sensible, les émotions, les affects ou les sentiments se fondent sur le dialogue entre disciplines, en confrontant les méthodes, les approches et les objets. Les figures multiples du dégoût explorées dans cet ouvrage révèlent une émotion-limite, qui échappe aux partages clairement institués, tant elle se caractérise par la profusion et l’indétermination, expliquant le trouble, l’ambivalence, et la fascination du dégoûtant.

 

M. Delville, A. Norris et V. von Hoffmann – Introduction : Figures du dégoût

Première partie : histoire, langage et théorisation du dégoût

Théories

D. O’Shiel – Kolnai’s Disgust as Violation of Value;
C. Forth – Fat and Disgust, or, the Problem of “Life in the Wrong Place”.

Histoire

A. Delli Pizzi – Le dégoût de l’autre dans la Grèce antique
M. Ferrières – De (de)gustibus non est disputendum ?

Deuxième Partie : Du dégoût de soi au dégoût de l’autre

Psychologies

I. Meuret – Dégoût alimentaire : de la sainte inédie à l’anorexie mentale ;
A. Lussier – Freud et la morsure du dégoût.

Éthique et esthétique

S. Al-Matary – Le culte de la charogne. Autopsie de l’œuvre barrésienne :
V. Glansdorff – Taxidermie : la mort dans l’art.

Épilogue

W. Miller – Do I disgust you? (or, rather, you me?) – Mes frères, mes sœurs, mes semblables ?

Bibliographie séléctive

Notices bio-bibliographiques

Illustrations

Mobilizing Emotions in South Asian Politics

source : CEIAS

	Mobilizing Emotions  in South Asian Politics

Mobilizing Emotions  in South Asian Politics

EMOPOLIS Concluding International Conference

8-9 February 2016 | 9:15 – 18:00

Venue : Rooms 638-641 – 190 avenue de France 75013 Paris

 

This conference concludes the research program “Emotions and Political Mobilizations in the Indian Subcontinent” (EMOPOLIS), jointly sponsored by Emergence(s)-Mairie de Paris and the Centre for South Asian Studies-CNRS/EHESS. It is organized with the support of the Center for the History of Emotions-Max Planck Institute for Human Development (Berlin) and of the Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

 

Contentious politics in South Asia, in its many forms, has been studied through a variety of theoretical angles: class- and status-based patterns of domination, organizational base, political contexts and opportunities, ideological frames, etc.  Its emotional dynamics, however, is yet to be exploreddespite the pervasiveness of the language of outrage, hurt, anger, humiliation, revenge, pride, despair, nostalgia, hope, enthusiasm or love in such protests. Conversely, although the “emotional turn”(D. Gould) in social movements studies since the late 1990s has offered important correctives to the robotic picture of the protestors of the past, it has largely neglected non-Western contexts, especially the Indian sub-continent, both as a field of application and as a field of elaboration of new analyses of the mutual constitution of emotions and mobilizations.

The identification of this double research gap, the shared conviction that integrating emotions will improve our understanding of political mobilizations in South Asia, as much as focusing on this region will retool our thinking about the emotional dynamics of mobilization, led a group of scholars from France, Germany, the United States, India, Pakistan and Bangladesh to embark, in 2012, into an exploratory research program on “Emotions and Political Mobilizations in the Indian Subcontinent-EMOPOLIS”, funded by Paris City’s support program to fundamental research, Emergence(s). In this concluding conference of the program these researchers, coming from diverse disciplinary traditions (democratic studies, social movements analysis, sociology and history of emotions, political and religious anthropology, cultural and literature studies), will present their main findings and propositions for further inquiries on the role that emotions play in shaping different cases of political protests in India, Pakistan and Bangladesh.

What does it take for citizenship to be felt during public hearings? Which “sensitizing devices” (C. Traïni) help transform a millennial movement into a political mobilization? What kind of “emotion work” (A. Hochschild) is required for feminists to bring about change in legislation? Why does the historicization of communal riots have so much to gain from bringing emotions – and emotion knowledge – back in? How is the poetic language of protest historically shaped by the language of emotions? When doeshurt become an attribute of collectives thusconstructed as “being through feelings” (S. Ahmed)? In which conditions does the opposition between ideological opponentsbecome a source of greater, and deadly, political despair? How can cinematic anger be mobilized in electoral politics? What is the mobilizing potential of humor and does it generate community feelings or block them? How is the “emotional commitment” (L. Mitchell) to an armed struggle altered by its life cycle? Should Jihadism be considered as an emotional experience and if so, what are the analytical and methodological implications? And finally, is social constructionism the best theoretical tool to explore what emotions do to political mobilization?These are some of the questions that the EMOPOLIS team members will address during this conference.

Employing dense and wide-ranged empirical data (first person narratives, participatory observation, archival material, poetry, movies, video-captures, etc.), the mobilizing potential of emotions in South Asia will be examined from three particular angles:

–          a methodological discussion on how emotions (and which aspects of emotions) can be accessed;

–          a theoretical interest in the dialectic relationship between mobilized emotions and mobilizing emotions;

–          an effort to contextualize the norms and rules governing the public expression of emotions, to address the “emotionality of [various] institutional settings” (H. Flam), and to  explore vernacular emotion terms.

Amélie Blom (Sciences Po) and Stéphanie Tawa Lama-Rewal (CNRS-CEIAS)


 

MONDAY 8TH FEBRUARY 2016

 

9:15 | Welcome coffee

 

9:30 – 11:00 | Session 1       

Opening Session

 

Welcome address by the CEIAS directorial board

 

Introduction

Amélie Blom (Sciences Po Le Havre)

Stéphanie Tawa Lama-Rewal(CNRS-CEIAS)

 

Keynote addresses

Christophe Traïni (IEP Aix-CHERPA)

Lisa Mitchell (University of Pennsylvania)

 

11:00 – 12:30 | Session 2

Political Affects: Two Social Movements in Focus

Chair: Virginie Dutoya (CNRS-Centre Emile Durkheim)

 

Paradoxes of the Popular: Despair and Democracy in Bangladesh

Nusrat S. Chowdhury (Amherst College)

 

When Emotions Become Fuel: The Passage of the Anti-Sexual Harassment Legislation in Pakistan

Sadaf Ahmad (Lahore University of Management Sciences)

 

Discussion

Joel Cabalion (Université de Tours)

 

14:00 – 15:30 | Session 3

Sensitizing Devices

Chair: Amélie Blom (Sciences Po Le Havre)

 

It’s Effective because it’s Affective: The Dynamics and Significance of Emotions in a Delhi Public Hearing

Stéphanie Tawa Lama-Rewal (CNRS-CEIAS)

 

 

Nostalgia and Hope: Mobilizing through the Longing for Netaji in a Contemporary Millennial Movement in West Bengal

 

Raphaël Voix (CNRS-CEIAS)

 

Discussion

Lisa Mitchell (University of Pennsylvania)

 

Coffee break

 

15:50 – 17:20 | Session 4

Directing Political Emotions in Spaces of Popular Culture

Chair: Julien Levesque (EHESS-CEIAS)

 

Mobilizing Anger in Andhra Pradesh: The Politics of the Angry Young Man and Popular Telugu Cinema

Imke  Rajamani (Center for the History of Emotions-Max Planck Institute for Human Development Berlin)

 

Dialectic Dynamics of (De)Mobilization: Humour and Bengali wa’z mahfils

Max Stille (University of Heidelberg)

 

Discussion

Denis-Constant Martin (LAM, IEP Bordeaux)

 

TUESDAY 9TH FEBRUARY 2016

 

9:30 – 11:00 | Session 5 

Mobilizing Emotions for Violence

Chair: Raphaël Voix (CNRS-CEIAS)

 

Hurt and Enthusiasm: Mobilizing for Violence in India, 1870-1920

Margrit Pernau (Center for the History of Emotions-Max Planck Institute for Human Development Berlin)

 

Conflicting Passions: The Civil War in Chhattisgarh

Nandini Sundar (Delhi University)

 

Discussion

Laurent Gayer (CNRS-CERI)

 

Coffee break

 

11:20 – 12:50 | Session 6

The Art of Protest

Chair: Caterina Guenzi (EHESS-CEIAS)

 

From Court to Public Sphere: How Urdu Poetry’s Language of Romance Shaped the Language of Protest

Carla Petievich (University of Texas)

 

Hurt and Censorship in India Today: On Communities of Sentiments, Competing Vulnerabilities and Cultural Wars

Laetitia Zecchini (CNRS- THALIM)

 

Discussion

Denis Matringe (CNRS- CEIAS)

 

 

14:20 – 15:50 | Session 7

Theoretical and Methodological Challenges

Chair: Stéphanie Tawa Lama-Rewal (CNRS-CEIAS)

 

Enlarging Classical Social Constructionism

Martin Aranguren (CNRS-URMIS Paris)

 

Talking Emotions with Young Activists of the ‘Islamic cause’ in Pakistan

Amélie Blom (Sciences Po Le Havre)

 

Discussion

Philippe Braud (Sciences Po Paris, Princeton University)

 

Coffee break

 

16:00 – 17:00 | Session 8

Concluding Remarks

 

Srirupa Roy (University of Goettingen)

 


Contacts :

Amélie Blom : amelie.blomkhan@gmail.com

Stéphanie Tawa Lama-Rewal : stephanie.tawa-lama-rewal@ehess.fr

Sensible Moyen Âge à la Une du Devoir !

IMG_0291

et le texte : http://www.ledevoir.com/culture/livres/460742/livres-l-age-de-l-emotion?utm_source=infolettre-&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Notre livre, plongé   au coeur du discours sur la société, met ainsi en rapport direct Moyen Âge et temps actuels. Aurait-on jamais cru cela, se retrouver à la Une d’un quotidien national ?!!!

… même si l’on regardait pleins de confiance  vers l’avenir…

photo auteurs SMA 7

 

Compte rendu de lecture de “Sensible Moyen Âge” dans “Le Monde”

Source : Le Monde

par Etienne Anheim

 

Sensible Moyen Age. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, de Damien Boquet et Piroska Nagy, Seuil, « L’Univers historique », 480 p., 25 €.

En 1919, dans L’Automne du Moyen Age (Payot, 2002), l’historien néerlandais ­Johan Huizinga (1872-1945) soulignait «la facilité d’émotions» des médiévaux, hommes et femmes. Quelques années plus tard, le sociologue allemand Norbert Elias (1897-1990) proposait l’idée de «procès de civilisation» pour décrire l’évolution par laquelle ­l’Occident de l’époque moderne aurait ensuite rationalisé cette émotivité. Au cœur de cet entre-deux-guerres qui pouvait pourtant faire douter d’une Europe maîtresse d’elle-même, les émotions devenaient un trait marquant de la société médiévale, considérée comme un miroir ­inversé du XXe  siècle. Malgré les incitations de Lucien Febvre (1878-1956) puis l’histoire des mentalités, cette attention aux émotions du passé n’a vraiment repris vigueur qu’à la fin du siècle dernier, sous l’influence de l’historiographie américaine. L’histoire des émotions est alors devenue un champ d’études international, au croisement entre les études culturelles et les sciences cognitives.

Sensible Moyen Age, qui présente le résultat de dix années de recherches, en constitue un jalon essentiel. Il propose une interprétation globale de la place des émotions et des affects dans les sociétés médiévales, mais aussi une double prise de position méthodologique. Face au sentiment que le Moyen Age serait, de manière cohérente, une société de l’émotion exacerbée, radicalement différente de la nôtre, Piroska Nagy et Damien Boquet dépeignent des formes sociales et intellectuelles de l’émotion en perpétuelle transformation, entre le IIIesiècle et la Renaissance. Et contre l’idée inverse que les émotions pourraient être identiques à travers le temps et l’espace, car purement déterminées par des mécanismes biologiques, ils montrent qu’elles sont d’abord le fruit de constructions historiques, dont ils décrivent deux étapes majeures.

Le propre de l’homme

La fin de l’Antiquité est le moment de la christianisation des émotions, qui rompt avec les traditions antiques marquées par le stoïcisme et l’épicurisme. L’œuvre de saint Augustin, comme les ­premières expériences monastiques, lie le souci du corps et celui de l’âme. Ainsi que Michel ­Foucault (1926-1984) l’avait déjà suggéré, le christianisme stimule et contraint à la fois les émotions, qui constituent un puissant ­ciment de la communauté. Jusqu’au XIIesiècle, elles restent ­toutefois une marque non de la création mais du péché originel – une manifestation de la faiblesse humaine.

C’est alors que survient, avec les écoles et les universités, le tournant naturaliste. Les émotions, désormais tenues pour le propre de l’homme et valorisées, deviennent un objet de connaissance rationnelle. Dans le même temps, elles pénètrent au plus profond de la grammaire sociale et politique de l’Occident, participant pleinement à son économie générale. La dévotion de la fin du Moyen Age est placée sous l’égide de l’affectivité ; le pouvoir, de son exercice par le roi à sa contestation par la foule, sollicite sans trêve les émotions au sein des rapports de force. Elles ne sont donc pas une force aveugle que la raison moderne aurait fini par maîtriser.

Si les sociétés médiévales sont des mécaniques désirantes nourries par le modèle du Christ incarné, elles sont aussi des espaces de réflexion critique sur cette nouvelle puissance sociale des affects. Plutôt que d’opposer Moyen Age et modernité, ce livre permet de reconnaître la continuité dialectique à l’œuvre dans des sociétés européennes qui valorisent les émotions, en même temps qu’elles les disciplinent par un système de normes explicites. Il offre surtout d’en repérer l’inscription dans notre temps  : une subjectivité instable, un tissu social et institutionnel traversé par des passions, une conception naturaliste des affects, autant de figures médiévales qui n’ont cessé de travailler les sociétés et les savoirs modernes, de la psychanalyse à la science politique en passant par la biologie.

E. Anheim, dans Le Monde, 25 décembre 2015

Le pouvoir des liens faibles

LE POUVOIR DES LIENS FAIBLES (2015-2016)

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.

Alexandre GEFEN (CNRS-Paris 4 Sorbonne) / Sandra LAUGIER (Paris 1 Sorbonne)

index

 

 

 

JEUDI DE 18H00 À 20H00

 

3 décembre : Camille LAURENS

L’écrivain et ses lecteurs

21 janvier : Dominique CARDON

L’attachement en réseau

 

18 février : Rémi BEAU

La question environnementale

 

24 mars : François BON

Du monde comme lien faible (injonctions autonomes de l’écriture)

 

14 avril : Hugo CLÉMOT

L’attachement aux personnages de séries télévisées

 

19 mai : Veena DAS

Violence of the everyday and against the everyday

 

9 juin : Joelle ZASK

Les relations face-à-face

 

30 juin : Alexandre GEFEN et Sandra LAUGIER

Conclusion

 

 

Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque Georges Ascoli,

Escalier C, 2e étage, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (Entrée par le 17, rue de la Sorbonne).

Séances ouvertes à tous sans réservation

La thèse centrale de l’article désormais classique de M. Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage, etc.) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles. Ecartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur de nos formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de notre vie culturelle, dans l’espace de nos formes de présence à l’autre, visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir », lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les situations de longue durée, les identifications directes et les affects massifs. C’est la richesse et l’importance de ce tissu sensible, de ces échos et de ses reconnaissances puissantes autant qu’inattendues, que nous voudrions commencer à décrire.