Bibliographie de l’histoire des émotions médiévales (1941-2014)

atturo-001Valentina Atturo

Emozioni medievali. Bibliografia degli studi 1941-2014 con un’appendice sulle risorse digitali.

Testi, studi e manuali, 30. Roma, Bagatto Libri, 2015, 88 p.

ISBN 9788878062160

 

Je n’ai pas encore eu l’occasion de consulter cet ouvrage bibliographique, qui semble s’inscrire dans la perspective d’une histoire des émotions enclenchée par l’école des Annales (la date de 1941 faisant référence à l’article de Lucien Febvre appelant à une histoire de la vie affective). Nous espérons pouvoir en faire prochainement un compte-rendu.

Sensibilités et émotions: quelle histoire ?

Sensibilités et émotions : quelle histoire ?

Vendredi 3 avril de 13h30-16h – Demi journée d’étude

emotions3avril-Version4-3 copie

Lors de cet atelier collaboratif sous forme de table ronde, suscitée par l’actualité de l’histoire affective en France et à l’étranger, proposée en commun par quatre historiens de  la vie affective, deux médiévistes (Damien Boquet – Piroska Nagy) et deux contemporanéistes (Quentin Deluermoz – Hervé Mazurel), il s’agira de réfléchir ensemble sur l’identité du champ historiographie de l’histoire de la vie affective, à partir de la comparaison  des signifiés de “l’histoire des émotions” et de “l’histoire des sensibilités”. La discussion prendra la forme d’une véritable table ronde: les participants aborderont tour à tour et discuteront en commun un ensemble de questions prédéfinies, concernant  leur généalogie intellectuelle respective, la définition du champ, ses grands enjeux actuels, ainsi que les présupposés épistémologiques et les pratiques méthodologiques de chacun.

 

Lieu

EHESS
Salle Jean-Pierre Vernant
190, avenue de France
75013 Paris

Emotional and Affective Narratives in pre-Modern Europe/ Late-Medieval and Renaissance France

Source : fabula

CfP Emotional and Affective Narratives in pre-Modern Europe/ Late-Medieval and Renaissance France

In contemporary thought, the field of emotion studies represents a very potent framework that allows anthropologists, historians, neuroscientists and philosophers to think of the possible ways in which subjects engage with their own sensory experience and with larger practices that enable them to articulate such experiences in in meaningful ways. Nevertheless, “How do I feel?” is a question that was equally quintessential in the pre-modern Western system of thought even if the contemporary significations of the word “emotion ” did not become concrete until the 17th century. In their attempt to capture pre-modern emotional modes and systems of feelings, contemporary medievalists, especially under the influence of poststructuralism, considered emotions primarily as discursive entities that shape collective and individual subjectivities.

Barbara Rosenwein’s influential notion of “emotional communities,” which inaugurates this trajectory in medieval studies, turns away from the Cartesian split between mind and body and, instead, presents emotions as discursive regimes consisting of strategies, tactics and the conscious ways in which subjects engage with these. However, while emotions are indeed discursive cultural constructs producing collective subjectivities they also possess a sensorial aspect that simultaneously escapes being captured by the social while being constitutive of it. This was the special contribution of the affective “turn” in contemporary theory: the epistemological need to distinguish between emotions as discursive constructs, and affects as flashes of sensory experience and feelings.

This volume aims at complicating Rosenwein’s existing notion of emotion as discursive practice and, at the same time, investigating how medieval subjects talked about their somatic, sensorial and affective practices. If emotions belong to the complexities of social dynamics, we ask how are they incorporated in textual artifacts and cultural productions stemming from often conflicting social events, groups and discourses? How do they act as facilitators between the author and its audience, between the period and its meaning, between the genre and its writing? The emotional and affective dimension of a text cannot be rationalized as either its objective or its point of origin. It is more a textual and factual paradigm around which the author develops her intellectual environment, creating the cultural and political dimension for the text. However, it is within this territory of the text, as a socio-cultural entity orchestrated by the auctorial persona, that a whole archive of emotions and affects is disseminated.

We are interested in essays that investigate the constituency of such “archives of feelings” (Cvetkovich) through the study of the affectivity and emotionality of both literary and non-literary texts, such as political and theological treatises, mystical texts, medical works, scientific tracts and pamphlets, hagiographies and encyclopedic compendiums. While we welcome submissions of articles dealing with such topics in different geographic areas, we are particularly interested in late-medieval and Renaissance French texts.

Articles may examine, but are not limited to questions related to:
– Discourses and practices of emotions and affect
– Somatization of the emotional act
– Affect and emotions in poetry
– Emotions, affect and gender
– Queer emotions and affects
– Emotions, affect and race
– Psychogeographies of emotions and affect
– Rhetorics of affect or emotions
– Emotional rewritings of historical events

Please send 300-word abstracts in English, as well as a short biography with university affiliation and email address, to Andreea Marculescu (marculescu.andreea@gmail.com or amarcule@uci.edu) and Charles-Louis Morand Métivier (cmorandm@uvm.edu) before June 1st. Selected abstracts will be notified on July 1st, and the complete papers will be due on November 1st.

Émouvoir la Cité, un examen des émotions en politique

Émouvoir la Cité. Un examen des émotions en politique.Une conférence de Nicole Hochner, Professeure à l’Université hébraïque de Jérusalem
imgFull Intervenant(s) : Didier Vrancken, Grégory Cormann, Jeremy Hamers, Jonathan Dumont
Dates-Horaires : Le 17 mars 2015 à 18h30
Lieu : Salle des Professeurs, Place du XX Août 7-9 – Bât. A1, 4000 Liège
Thématique(s) : Conférence
Prix : Entrée libre

Aujourd’hui, en temps de crises, la place accordée aux émotions redevient centrale. Leurs vertus sont largement redécouvertes, parfois vantées. Par exemple, lorsqu’on parle d’intelligence émotionnelle. En cela, nos « démocraties contemporaines fragilisées » se distinguent nettement des « démocraties modernes » fondées sur la pensée rationnelle des Lumières.

À l’époque de la Renaissance, chacun se devait de maîtriser ses passions, absolument ! De la résistance appliquée par le citoyen face aux tentatives d’instrumentalisation de ses passions dépendait la réussite (ou l’échec) de la construction démocratique. Vision ô combien positiviste et challenge ô combien monunental.

Ainsi, le défi actuel ne serait-il pas, précisément, de ré-imaginer une vie citoyenne qui embrasserait les émotions sans pour autant renoncer aux acquis de l’émancipation et des droits ? Autrement dit, comment exercer sa citoyenneté en articulant clairvoyance, raison, sentiments et passions ? Est-ce possible ? Et ne s’agit-il pas du moteur, de l’alchimie, propre à tout engagement citoyen ? Que nous apprend l’histoire à ce sujet ? Que disent ses penseurs (Machiavel et Aristote, entre autres) ? Que nous apprennent les grands événements politiques ? Ceci devrait nous permettre de mieux appréhender le pouvoir de construction et de dissolution que l’émotion porte en elle.

Plus exactement, le propos qui sera développé dans le cadre de cette conférence par Nicole Hochner s’articule en deux temps. Dans un premier temps, Nicole Hochner nous expliquera pourquoi les sciences sociales (surtout positivistes) se sont éloignées des émotions comme de la peste, et pourquoi notre société est fondée sur l’idée d’un homme raisonnable (et donc a priori non émotionnel). Dans un deuxième temps, elle montrera comment une relecture de la philosophie politique sous cet angle prouve que les émotions avaient une place dans la réflexion des auteurs passés, et qu’il est instructif de s’en inspirer pour tenter de refonder nos réflexions académiques et politiques sur la place et le rôle des émotions dans la vie d’une cité et d’un État.

Renseignements : jonathan.dumont@ulg.ac.be | http://web.philo.ulg.ac.be/transitions

Ici, le lien vers l’article dans Culture, le magazine de culturel de l’Université de Liège.

Rire, pleurer, haïr au Moyen Âge (“L’Histoire”, mars 2015)

409Le numéro de mars du magazine L’Histoire consacre un dossier aux émotions médiévales. Bonne lecture !

Il y a un an mourait le grand médiéviste Jacques Le Goff. Ce dossier lui rend hommage, à travers un thème qu’il a été parmi les premiers à explorer en s’intéressant au rire : l’histoire des émotions.
A partir de sept émotions (la colère, les larmes, l’amour, la peur, la fureur, la honte, le rire), découvrez un univers de sentiments exacerbés. Mais également très codifiés et rationnels.
Par Jacques Berlioz, Damien Boquet, Patrick Boucheron, Boris Bove, Régine Le Jan, Jean-Marie Moeglin, Laurence Moulinier-Brogi, Piroska Nagy, Laurent Smagghe.

En complément, vous pouvez écouter Piroska Nagy dans la Fabrique de l’Histoire, invitée par Emmanuel Laurentin, une émission autour de Jacques Le Goff et l’histoire des émotions, passée sur les ondes le 27 février pour promouvoir le numéro.

 

Émotions et expertises

1424161761

Sur le site des Presses Universitaires de Rennes http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=374

Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives

Christophe Traïni (dir.)

Avec une préface de Philippe Braud.

Longtemps considérée iconoclaste, ou réservée à la seule psychologie, la prise en compte des émotions est en passe de devenir l’un des mots d’ordre les plus pressants de l’étude des phénomènes politiques. Alors même que cette avancée est précieuse pour la connaissance, la prudence commande pourtant de ne pas envisager l’émotion comme une variable explicative suffisante en soi.

À l’encontre de tout réductionnisme, cet ouvrage prend le parti de traiter la mise à l’épreuve des émotions et la formulation d’expertise comme deux modes alternatifs de coordination des actions collectives. À la question des propriétés respectives de ces deux régimes de coordination, s’ajoutent celle de la nature variable de leurs relations, des dispositions propres aux protagonistes qui s’en emparent, ou bien encore des effets équivoques exercés sur les configurations au sein desquelles ils s’insèrent.

En pensant ensemble émotions et expertises, cet ouvrage contribue ainsi à renouveler des questionnements anciens, et trop souvent disjoints, en ce qui concerne des objets d’études tels les mobilisations protestataires, les organisations partisanes, l’élaboration des politiques publiques, les procédures dédiées à la consultation des citoyens ou bien encore la gestion des passés politiques conflictuels.

Les études rassemblées décloisonnent les approches, les domaines d’études et les disciplines. Elles offrent une mise en perspective comparative qui s’appuie aussi bien sur des cas contrastés que sur divers contextes nationaux (France, Inde, Israël, Italie, Pérou, territoires palestiniens, Turquie).

SOMMAIRE

préface - Philippe BRAUD

Introduction – Des dispositifs visant à la coordination des actions collectives

Christophe TRAÏNI

I – Inciter au ralliement, renforcer les loyautÉs

Chapitre 1 – L’occupation dans le viseur. Briser le silence sur Hébron en suscitant l’indignation

Karine LAMARCHE

Chapitre 2 – Chevaliers contre gestionnaires. Les émotions partisanes des organisations de jeunesse des droites italiennes

Stéphanie DECHEZELLES

Chapitre 3 – Sensibilisation et coercition. À propos de quelques questions relatives au façonnage institutionnel des individus

Olivier GROJEAN

II – Des rÉgimes de coordination complÉmentaires ou concurrents ?

Chapitre 4 – Judiciarisation et mobilisation des émotions : le procès d’Alberto Fujimori au Pérou

Sophie DAVIAUD

Chapitre 5 – Les audiences publiques en Inde. Mobilisation de la rue et enrôlement des experts

Stéphanie Tawa Lama-Rewal

Chapitre 6 – Entre expertises et émotions : les controverses relatives à l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa

Laura CENTEMERI

III – ProcÉdures et stratÉgies d’accrÉditation

Chapitre 7 – Promouvoir un Palestinien maître de soi et de son destin. La cause de « l’Etat d’abord » selon Salam Fayyad

Aude SIGNOLES

Chapitre 8 – Susciter un attachement à la commune. Les maires mobilisés contre la métropole

Stéphane CADIOU et Maurice OLIVE

Chapitre 9 – De l’insurrection populaire à la sélection des experts militaires. Le cas des Trois-Glorieuses (1830)

Walter BRUYÈRE-OSTELLS

 

 

Jan Plamper, The History of Emotions. An Introduction

by Jan Plamper,
Translated by Keith Tribe
368 pages | 30 black and white illustrations | 234x156mm
978-0-19-966833-5 | Hardback | 22 January 2015,  £35.00

9780199668335_140.

Cette introduction magistrale à notre champ historique en croissance rapide retrace autant son histoire que ses acquis et ses questionnements, problèmes méthodologiques et perspectives. La table de matières et le premier chapitre sont également accessibles sur le site d’Oxford University Press.

 

Affects, émotions, convictions: l’intime et l’historien

C’est ainsi que s’intitule le dossier (2014 /5), consacré à l’histoire des émotions, de la revue Source(s), Cahiers de l’équipe de recherche ARCHE, Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe de l’Université de Strasbourg, également accessible en ligne, téléchargeable en intégralité ou par article .

En voici la table des matières ici :

Sommaire 

I. DOSSIER. AFFECTS, ÉMOTIONS, CONVICTIONS : L’INTIME ET L’HISTORIEN

Présentation
Anne Corneloup

Les émotions dans le monde régulier au Moyen Âge : quelques pistes de recherche (XIIe-début XIIIe siècle)
Benoît-Michel Tock

“Sculpter les mouvements de l’âme” : traduction des affects et émotions dans la sculpture du XIIIe siècle
Denise Borlée

Autour d’une “Jeune femme au nourrisson” de Cranach : traces de l’intime conjugal dans le portrait
Anne Corneloup

“Dextrarum junctio” ou le sceau des âmes unies : usages d’un geste dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles
Temenuzhka Dimova

Exposer ou voiler ? Les représentations de la douleur au XVIIIe siècle
Barbara Stentz

Écrire la Catastrophe : l’historien-témoin et le génocide juif en Pologne, 1945-1950
Audrey Kichelewski

II. AUTOUR D’UNE SOURCE

Louis de Beer : part de l’intime dans la correspondance familiale d’un jeune administrateur au temps de Napoléon
Juliette Deloye

Correspondance de Louis de Beer. Extraits choisis, 1791-1813
Édition annotée

Les émotions byzantines en visite à Paris !

Dans le cadre du séminaire de Paolo Odorico, M. Martin Hinterberger, Professeur à l’Université de Chypre, tiendra quatre séminaires portant sur Les émotions à Byzance. Les séminaires ont lieu au 105, Boulevard Raspail, en salle 3
les lundis 26 janvier, 2, 16 et 23 février, de 11.00 à 13.00 h.

Martin Hinterberger travaille sur les émotions byzantines depuis plusieurs années; il est l’auteur de nombreux articles (cf. sa page Academia ) et d’un ouvrage sur l’envie byzantine, en allemand.

 

Séminaire – Table-ronde : Quelle histoire des émotions ?

Le mercredi 21 janvier 2015 – Aix-en-Provence, Salle Paul-Albert Février, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 14h-17h Organisation : Anne Carol | Isabelle Renaudet
Le Corps : expériences, identités, culture du Moyen Âge à nos jours

Annonce
Cette table-ronde se propose de réfléchir,  à partir de quelques propositions de recherches en cours, à l’histoire des émotions contemporaines.
 L’histoire des émotions est un chantier récent. Dans la perspective d’une publication collective de synthèse, on se propose de confronter et de discuter, dans une table ronde entre histoire et anthropologie, quelques exemples d’émotions contemporaines avec des spécialistes du corps, du spectacle sportif et des migrations.
Programme
Anne Carol, AMU-CNRS, Telemme
Présentation
Christian Bromberger, professeur d’anthropologie (AMU-CNRS, Idemec)
Le spectacle sportif : faire le plein d’émotions
Jean-Jacques Courtine, professeur d’anthropologie (Université d’Auckland)
Vers une histoire culturelle des anxiétés
Anne Carol, professeur d’histoire (AMU-CNRS, TELEMME)
Les émotions contemporaines face au corps, à la maladie, à la mort
Michel Peraldi, CNRS, CADIS
Frontières et condition migrante : une approche au prisme des émotions
Damien Boquet, Maître de conférences d’histoire (AMU-CNRS, TELEMME), Gian Marco Vidor, chercheur (Institut Max Planck, Berlin)
Discutants