Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui

Source : Fabula

Passions, affects, sentiments, sensibilité, émotions : les enjeux politiques et moraux d’un déplacement conceptuel au sein des anthropologies philosophiques du XVIe siècle à aujourd’hui

Séminaire

 

Présentation

Ce séminaire d’histoire de l’anthropologie politique et morale classique et contemporaine se propose de considérer les fonctions politiques, morales et sociales exercées par le « domaine » de l’homme désigné, selon les auteurs ou les périodes, sous le vocable des « passions », des « affects », des « sentiments », de la « sensibilité », ou encore des « émotions », du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le point de départ de notre analyse, qui mettra en avant la transformation de ces inflexions terminologiques et/ou conceptuelles, sera fait des questions suivantes : quelle place est-il effectivement accordé, en philosophie politique et morale, à ce pôle de la passivité (d’une passivité apparente, pouvant assez vite se retourner en activité) ? Pouvons-nous esquisser une évolution de ce paradigme de la passivité ? Comment et à quelle condition cet ensemble conceptuel et terminologique peut-il être ordonné par une histoire raisonnée ? Quelles déclinaisons ce paradigme a-t-il reçu dans les grandes traditions de la pensée politique et morale, moderne et contemporaine ? Est-il possible de réécrire l’histoire de la philosophie politique et morale en ordonnant les différences entre les traditions justement à partir d’une analyse de leur manière d’envisager le complexe passions / affects / sentiments / sensibilité / émotions ?

Cette opération pourrait produire notamment des effets sur l’analyse de ce qui distingue les théories libérales et républicaines autant modernes que contemporaines.

Mots-clés : affect, passion, imagination, sensation, sentiment, pitié, compassion, sympathie, sensibilité, émotion, empathie, politique, morale, homme, anthropologie, expérience, passivité, activité, action, égoïsme, intérêt, utile, amour propre, amour de soi ; sensibility, feeling, moral sense, emotion, sympathy, empathy, compassion ; Gefühl, Sensibilität, Sinnlichkeit, Leiblichkeit, Mitleid ; affectus, passio, sensus, animi motus, mens emota.

 

Lieu :
 Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

14 octobre 2014, 1ère séance (bâtiment T, salle 237)

Pierre Crétois (Université Paris Ouest, Sophiapol/Université François Rabelais de Tours) : Le statut des passions politiques chez Rousseau.

Présentation :

Les passions ont un statut politique problématique chez Rousseau. La pitié qui s’adresse à un autre soi-même est pré-politique. Quant au politique, il se constitue par une rupture avec cette passion sociale rivale qu’est l’amour-propre. Pourtant,  le rapport vertical de chacun à la volonté générale constitue une nouvelle affectivité que l’on pourrait qualifier de politique et qui ne se rapporte pas de façon première à autrui : l’amour d’un transcendance auto-instituée dans l’immanence se formulant, par exemple, dans la forme d’un amour de la patrie et d’institutions comme la religion civile.

 

Charles Ramond (Université Paris 8, Vincennes – Saint-Denis): Le « sentiment d’injustice » dans la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith.

Présentation :

Le « sentiment d’injustice » (ou, comme le nomme Rousseau dans l’Émile, le « sentiment de l’injustice ») est l’emblème des « sentiments moraux », et attesterait même, pour certains philosophes (jusqu’à Rawls et son sense of justice) d’un « sens moral » donné à tous. Or, de façon très surprenante, le « sentiment d’injustice » se révèle presque totalement absent de la Théorie des sentiments moraux. L’exposé consistera d’abord à mettre ce fait en évidence, puis à en rechercher la signification, dans une réinterprétation du sens général de l’ouvrage d’Adam Smith et dans une interrogation plus large sur le domaine de validité des « sentiments moraux ».

adresse

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, salle T237

CFP Object Emotions, Revisited

Object Emotions, Revisited: An Interdisciplinary Conference

(February 20-21, 2015, New Haven, CT)

 

Keynote speaker: Spyros Papapetros (Princeton U)

 

Organizing Committee: Padma Maitland (UC Berkeley); Christopher P. Miller (UC Berkeley); Marta Figlerowicz (Yale U); Ksenia Sidorenko (Yale U); Emma Natalya Stein (Yale U)

 

“Object Emotions” continues a critical dialogue about new directions in humanities research and theory that began at UC Berkeley in 2013. This conference is inspired by the recent heightened attention to objects and emotions as new points of entry into history, literature, art, architecture, area studies, and the social sciences. We aim to foster interdisciplinary reflections about the critical uses of thing theory, affect theory, the histories of emotions, and new materialism. We also want to study how these discourses might benefit from being set in conversation with each other.

 

Last year, these questions inspired papers on, among many other topics, forms of animism in fourteenth-century England, the role of tiles in Taiwanese architecture, representations of churches in Willa Cather, oral accounts of labor in factories in India, and the songs of Kylie Minogue. This coming conference seeks to be similarly diverse and experimental in the kinds of approaches it brings together. By exploring emotions and objects in conjunction with each other we hope to bring out the shared stakes of these scopes of critical inquiry, as well as the divergences among the ways feelings and things are studied in particular disciplines.

 

Questions we want to ask include, but are not limited to, the following: How is the task of describing emotions within the context of a poem different from describing them within the context of a painting, a cathedral, or temple? How do the current fields of affect theory, thing theory, and the history of emotions participate in the much longer history of debates about the subjective and the objective? How do emotions and the bodies experiencing them relate to each other? Are there cultural differences in the way objects and emotions are defined and assessed? What does it mean to attribute feelings to an inanimate object, or even to describe this object as the cause or inspiration of a feeling? Do feelings have an animating force? How does the critical framing of scale—the microscopic, the individual, the human, the social, the global—change the way we pursue questions about objects and emotions?

 

The conference will take place at Yale on February 20th and 21st, 2015. Participants will include both graduate students and faculty members. We welcome papers that address any of the questions described above, or related ones, with reference to the bodies of theory shared across disciplines or to individual works of literature, art, or architecture. Please submit 250-word abstracts to Padma Maitland at padmamaitland@berkeley.edu by November 15, 2014.

L’introduction à “Le Sujet des émotions au Moyen Âge” accessible en ligne !

Notre introduction à Le Sujet des émotions au Moyen Âge est désormais accessible gratuitement en ligne sur la page de présentation de l’ouvrage, ici :

- D. Boquet et P. Nagy, “Pour une histoire des émotions. L’historien face aux questions contemporaines”, dans Le sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009, p. 15-51.

Carolyn Pedwell, Affective Relations. The Transnational Politics of Empathy

Affective Relations: The Transnational Politics of Empathy

image-service

explores the power dynamics underlying the contemporary affective injunction to ‘be empathetic’, and their complex social and geopolitical implications. Through analysis of a range of popular and scholarly sites and texts – including Obama’s speeches and memoirs, best-selling business books, international development literatures, popular science tracts, postcolonial literature and feminist, anti-racist and queer theory – this book investigates the possibilities, risks and contradictions of figuring empathy as an affective tool for engendering transnational social justice. Opening up new ways of thinking and feeling empathetic politics beyond universalist calls to ‘put oneself in the others’ shoes’, it examines empathy’s dynamic links to processes of location, translation, imagination and attunement. Affective Relations is interested in how empathy might be translated differently – how dominant liberal, neoliberal and neocolonial visions and practices of empathy can be reinterpreted in the context of transnationality to activate alternative affective connections, solidarities and potentialities.

ISBN 9781137275257
Publication Date September 2014
Formats Hardcover Ebook (EPUB) Ebook (PDF)
Publisher Palgrave Macmillan
Series Thinking Gender in Transnational Times

L’Unique change de scène. Écritures spirituelles et discours amoureux (XIIe-XVIIe siècle)

Affiche colloque Cracovie (9-10 oct.14)

Le colloque “L’Unique change de scène”. Écritures spirituelles et discours amoureux (XIIe-XVIIe siècle) est organisé par les Universités de Cracovie, de Bordeaux Montaigne et de Paris Ouest Nanterre. Il se tiendra à Cracovie les 9 et 10 octobre. Voici le programme   : Programme colloque Cracovie (9-10 oct.14)

 

Conférence de Jacques Berlioz, “L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?”

Conférence – Jacques Berlioz, “L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?”

Posted: 28 Sep 2014 01:00 AM PDT

L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?

Conférence donnée par Jacques Berlioz, historien (GAHOM-CRH), dans le cadre de l’exposition « L’amour au Moyen Âge » (Tour Jean sans Peur). Réservation conseillée : tjsp@wanadoo.fr

Date : le mercredi 1er octobre 2014 à 19h
Contact : Tour Jean sans Peur (tjsp@wanadoo.fr)

L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du Moyen Age à 1914

Couverture1-206x300

Source : Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises

Maurice Daumas (dir.), L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du Moyen Age à 1914, Pau, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, 2014.

La querelle de l’amitié et de l’amour est un vieux débat, dont Charles Perrault a donné une interprétation d’une grande finesse, qu’on ne saurait trop conseiller à celles et ceux qui hésitent entre l’un et l’autre. Aujourd’hui, où l’amour a tous les droits, on peine à imaginer que jusqu’au XVIIIe siècle on a voué un culte à l’amitié, parée des vertus les plus élevées. C’était un devoir de la cultiver sous toutes ses formes, depuis la philia antique, sur laquelle repose le groupe social, jusqu’à l’amitié « véritable », dont la qualité est telle que les femmes, dit Montaigne, ne peuvent y accéder. Le colloque de Pau s’est penché sur la pratique de l’amitié, à travers les mémoires, les journaux intimes et les correspondances, du XVIe au XIXe siècle. Une première partie (« Évocations de l’amitié parfaite ») est consacrée à ce modèle idéal, qui s’est épanoui à la Renaissance, mais que Montaigne et La Boétie n’ont commencé à incarner qu’à partir des Lumières. La deuxième partie (« Au cœur des relations sociales ») s’intéresse aux diverses formes de liens sociaux que génère l’amitié, depuis l’amitié duelle jusqu’aux associations fraternelles. La troisième partie (« Le sentiment et le sacré ») se penche sur les relations d’une grande diversité qu’entretient l’amitié, ce « feu sacré », avec le divin. Enfin, la dernière partie (« Amitié et écriture ») concerne ce vecteur essentiel de l’amitié que sont les correspondances, en examinant notamment celles de quelques grands écrivains.

SOMMAIRE

Maurice Daumas, Présentation

Première partie : Evocation de l’amitié parfaite

Anne-Marie Cocula-Vaillières (Université de Bordeaux 3 – Michel de Montaigne), Retour aux sources d’une amitié : Montaigne, La Boétie et le Discours de la Servitude volontaire (DSV)

Concetta Cavallini (Université de Bari Aldo Moro), Amitié conjugale et amitié parfaite à la Renaissance chez Pierre de Brach

Cécile Beuzelin (C. E. S. R., Tours), Le double portrait de vrais amis, de Jacopo Pontormo à Hans Holbein : un autre point de vue sur Les Ambassadeurs

Sylvie Mouysset (Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès, « L’Amitié reste et jamais ne s’efface ». Les alba amicorum : de la marque d’amitié au réseau d’amis (France-Suisse, XVIe-XIXe siècle)

Deuxième partie : Au cœur des relations sociales

Philip Rieder (Université de Genève), Le médecin, mon ami ? Jalons pour une histoire de la relation thérapeutique à l’époque moderne

Monika Kulesza (Université de Varsovie), Quand les érudits sont amis : exemple de la correspondance de Jean Chapelain avec Nicolas Heinsius

Christian Kühner (Université de Fribourg-en-Brisgau), Amis et ennemis politiques à la cour du Grand Siècle

Kenneth Loiselle (Trinity University, San Antonio), De l’honnête homme à l’homme sensible : l’évolution de l’amitié maçonnique au siècle des Lumières

Troisième partie : Le sentiment et le sacré

Nicole Pellegrin (CNRS-ENS), Des amitiés « particulières » ? Nonnes et pensionnaires, entre normes et souvenirs (XVIIIe-XIXe siècles)

Emmanuelle Chaze (Université de Bayreuth), L’amitié dans les correspondances familiales du Refuge des Îles Britanniques au XVIIIe siècle

Ofelia Rey-Castelao (Université de Saint-Jacques de Compostelle), Famille et amitié : la correspondance du père Isla, S. J. (1755-1781)

Marianne Charrier-Vozel (Université de Rennes 1), L’amitié dans les lettres de Mme du Deffand, Mme de Choiseul et l’abbé Barthélemy : des lieux communs à la poétique du sentiment

Tatiana Sirotchouk (PLIDAM, INALCO), Former un élève ou un ami : la notion d’amitié dans la correspondance sentimentale de Hryhori Skovoroda (1722-1794)

Laure Hennequin-Lecomte (Université de Strasbourg), « Veiller au feu sacré de l’amitié », de Schoppenwihr au groupe de Coppet, au tournant du XVIIIe siècle.

Quatrième partie : Amitié et écriture

Muriel Bassou (Université Stendhal Grenoble 3), Stendhal portraitiste de ses amis : entre politisation et idéalisation

Andrea Micke-Serin (Université catholique de l’Ouest, Angers), « Ma chère amie… » Une amitié épistolaire au XIXe siècle entre le prince Hermann de Pückler-Muskau (1785-1870) et Sophie Gay (1776-1852)

Hélène Lanusse-Cazalé (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Écrits de soi, amitié et souvenirs d’une vie : la correspondance d’Eugène Casalis à Joseph Nogaret (1830-1888)

Thierry Poyet (Université Baise Pascal, Clermont-Ferrand), Amitié et réseau littéraire dans la correspondance de Flaubert. Entre recherche de l’identique et opposition à l’Autre

Juliette Carré (Université Paris 4), Une amitié adolescente au début du XXe siècle : la correspondance entre Jacques Rivière et Alain Fournier

Epilogue

Maurice Daumas (Université de Pau et des Pays de l’Adour), La Discrète. L’amitié dans les arts, de la Renaissance aux Lumières

Emotional Bodies : a Workshop on the Historical Performativity of Emotions

Le workshop qui envisage la question de la performativité des émotions et de la corporéité dans la longue durée et dans une perspective interdisciplinaire a lieu à Genève, les 20-22 octobre 2014. EmotionalBodies_A3_V2_low2

 
 
 20, October
14:00 Welcome and Introduction Dolores Martín Moruno, Sophie Milquet & Beatriz Pichel
 
Emotional Bodies in the Sciences 
Chair: Andrea Carlino, (iEH2, University of Geneva)
Keynote lecture: Otniel Dror (Hebrew University of Jerusalem, IS), The Adrenaline Paradigm of Emotions 
Paul White (Cambridge University, UK) The Blush of Love
Coffee Break
Damien Boquet (Université d’Aix en Provence, FR) Saintes humeurs. Émotions et fluides corporels dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle
Marc Ratcliff (Faculty of Psychology, University of Geneva) Flournoy et Théodore : entre maîtrise du corps et émotions de l’esprit
 
 
21, October
9.30 Emotions as sites for social exchange and political change
Chair: Dolores Martín Moruno (iEH2, University of Geneva) 
Piroska Nagy (Université de Quebec, CA) Faire corps d’émotion. La mise en scène de la crèche par François d’Assise à Greccio, ou la création d’une communauté émotionnelle évangélique 
Sophie Wahnich (CNRS, IIAC, Paris, FR) Les émotions dans la Révolution française 
Coffee Break
Bertrand Taithe (University of Manchester, UK) Emotion and Humanitarian Aid 
Jon Arrizabalaga (IMF-CSIC, ES) Performing population’s humanitarian emotions in wartime: narratives of relief action in front of the Spanish civil wars in the 1870s 
 
14. 00 Artistic and Literary Bodies 
Chair: Sophie Milquet (Université de Lausanne, CH) 
Antonio Rodríguez (Université de Lausanne, CH) Le corps du lecteur est-il chaud ou froid? L’empathie en littérature aujourd’hui face à la physiologie d’Aristote
Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré, FR) Les passions sur scène: médecine, théologie et physiognomonie dans la représentation des passions dans le théâtre européen aux XVIIe et XVIIIe siècles
Rob Boddice (Max Planck Institute, DE) Hysteria or Tetanus? Ambivalent Embodiments and the Authenticity of Pain 
Coffee Break
Guillermo de Eugenio (Universidad Carlos III, ES) Sentimentalism, Masochism and Politics: The Anarchist as Possessed, Demonic Body  
Patrizia Lombardo (Faculty of Humanities, University of Geneva) Le cinema de David Lynch : trouble, douleur et désespoir 
 
 
22, October
9.00 The Affective Power of Visual Culture
Chair: Beatriz Pichel (De Montfort University, UK)
François Delaporte (Université d’Amiens, FR) La fabrique de la physionomie
Leticia Fernández (University of Greenwich, UK) Crying children: Photographic approaches to pain in childhood at the turn of the 19th Century
Coffee Break
Pilar León Sanz (Universidad de Pamplona, ES) Body Image and Cancer from a Psychosomatic Perspective (1950-9) 
Miriam Ronca (iEH2, University of Geneva) Le corps performatif, un prodige de la technologie
13.00 Closing remarks
 

Pour une politique des émotions (appel à contributions)

Source : Alain Faure

Congrès de l’Association Française de Science Politiques – Aix en Provence 2015 (http://www.afsp.msh-paris.fr/)

Section Thématique n°8 – Pour une politique des émotions (http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/200/files/2014/06/appel-AFSP-Aix-ST8.pdf)

Dans différentes controverses académiques internationales en sciences sociales, on observe depuis une décennie une même tendance à la réévaluation de la place des émotions et des sentiments dans les travaux empiriques et dans les schémas explicatifs (en histoire avec l’hypothèse d’un affect turn mais aussi en géographie -l’émotivité de la vie socio-spatiale-, en philosophie -le désir dans la formation des idées et l’équipement politique des passions-, en neuroscience -les sources de la conscience et le libre arbitre-, en psychosociologie, en psychanalyse…). Coté science politique, Philippe Braud a exploré la voie sur les élections puis a progressivement élargi le spectre jusqu’à ses travaux récents sur la colère des foules et sur les engagements affectifs et moraux à long terme, impulsant des recherches fécondes sur des objets aussi divers que la démocratie, les violences, le pouvoir ou les identités (Sommeiller Crettiez 2012). La mise à l’épreuve des émotions fait dorénavant l’objet de recherches spécifiques dans le champ politique, à l’image par exemple des études menées sur les mobilisations collectives par Christophe Traïni et de George Marcus sur le citoyen sentimental, des travaux de sociologie sur la dimension passionnelle du pouvoir, des essais de psychologie sur les révoltes, des recherches historiographiques sur la violence des échanges en milieu parlementaire…

Cette effervescence nous semble particulièrement propice à la tenue d’une section thématique de l’AFSP questionnant la façon dont les émotions influent, orientent et parfois même structurent les comportements et les faits politiques. Au vu de la grande hétérogénéité de méthodes et de concepts mobilisés dans ces travaux, nous souhaitons ouvrir une « boite de dialogue » pour relier ces champs de connaissance spécialisés ou méconnus, pour dresser un bilan sur les différentes traditions intellectuelles en présence et pour engager un exercice prospectif sur de potentielles convergences et innovations intellectuelles. A titre indicatif, trois pistes sont suggérées. La première, la socialisation politique des individus, concerne le repérage des empreintes émotives individuelles qui éclairent, a posteriori, des engagements forts dans l’action politique (qu’il s’agisse de traumatismes familiaux, d’épreuves personnelles, d’évènements marquants, de rencontres décisives, de contextes culturels saillants ou même de sentiers de dépendance aux institutions locales). Une deuxième piste, les passions exprimées dans la pratique du pouvoir, permet de revisiter différentes séquences qui marquent, par leur intensité émotive, le parcours et le métier des élites politiques. On pense aux ressorts personnalisés de l’éligibilité mais aussi à la dramaturgie des campagnes et des défaites électorales, aux affrontements et compromis dans les arènes politiques, aux pactes scellés au cœur des forums de politiques publiques. Une troisième piste enfin, la production des grands récits sur le bien commun, concerne l’ensemble des pratiques discursives et narratives qui donnent aux émotions une place stratégique de réenchantement politique, que ce soit dans le champ plutôt sectoriel (et catégoriel) des mobilisations et des doctrines professionnelles, dans celui plus spatialisé (et identitaire) des stéréotypes territoriaux, ou encore dans celui plus idéologique (et emphatique) des discours sur la défense de l’intérêt général. La focale des champs explorés se veut résolument ouverte (le personnel et les discours politiques, les controverses dans l’analyse des politiques publiques, la représentation et le comportement électoral…) et la section thématique s’intéressera indistinctement à différents moments politiques (la prise du pouvoir, la présentation de soi, les contestations, les alertes, les scènes délibératives…). La seule consigne adressée aux communicants concerne l’exposé du cadrage théorique et des passerelles rendues possibles ou souhaitables entre différentes traditions analytiques. Même si l’hypothèse d’un emotional turn est loin d’être validée dans les champs de la science politique et de la sociologie politique, la section thématique se fixe pour objectif d’amorcer un travail collectif à la fois introspectif et exploratoire dans le monde des émotions qui interfèrent avec la politique.

Sur le plan pratique, il est demandé aux auteurs d’envoyer une proposition de 3 000 signes maximum (espaces compris) avant le 15 octobre 2014 présentant le projet de communication et un bref CV. Les thèses en cours, les projets à plusieurs voix, les essais pluridisciplinaires et les contributions de collègues étrangers (en anglais ou en français) seront particulièrement bienvenus.

Johanna Scheel, Das altniederländische Stifterbild : Emotionsstrategien des Sehens und der Selbsterkenntnis, Berlin, 2014

 

Das altniederländische Stifterbild

Emotionsstrategien des Sehens und der Selbsterkenntnis

Neue Frankfurter Forschungen zur Kunst
Band 14
Herausgegeben von Kunstgeschichtliches Institut der Goethe-Universität 978-3-7861-2695-9

Die altniederländische Malerei hat das Stifterbild neu erfunden. In seiner Funktion für den betenden Bildbetrachter wird es als Phänomen einer einmaligen kulturhistorischen Konstellation erkennbar und steht im Bedeutungszusammenhang von Gebet und Emotion, Spiegelung und Selbsterkenntnis.

Das Bildgebet prinzipiell als affizierendes Geschehen verstehend, wäre ein im Bild dargestellter Stifter als Identifikationsfigur für den zeitgenössischen Betrachter in vorbildhafter Emotionalität dargestellt zu erwarten. Doch in der altniederländischen Malerei bleibt das Gesicht der Stifterfigur, die sonst in der Darstellungsweise dem heiligen Bildpersonal angenähert ist, überraschenderweise unbewegt, mimisch reglos. Der sich aufdrängenden Frage nach der emotionsvermittelnden und gebetsfördernden Funktion des Stifterbildes für den betenden Betrachter geht Johanna Scheel erstmals vertiefend nach. Durch Vergleiche mit Texten, Theorien und Darstellungen des Gebets eröffnet sie neue Deutungen. Auch darüber, wie dem Stifter sein eigenes Bildnis im Gebetsprozess hilfreich zu sein vermag, geben zeitgenössische Quellen Aufschluss. Tatsächlich wird das Sehen des eigenen Gesichts dort funktionalisiert – vieles weist darauf hin, dass auch reale Spiegel im Spätmittelalter als Hilfsmittel der Andacht genutzt wurden.

Die Autorin
Johanna Scheel, geb. 1982, studierte Geschichte und Kunstgeschichte in Frankfurt am Main. 2007–09 Mitarbeiterin im DFG-Projekt »Kognitive Funktionen der Darstellung von Emotionen in der mittelalterlichen Kunst«. 2013 Promotion. Derzeit wissenschaftliche Mitarbeiterin am Kunstgeschichtlichen Institut der Goethe-Universität. Forschungsinteressen: Mittelalterliche Kunst und Ideengeschichte, Bilder und Vorstellungen der Apokalypse im Mittelalter.

et la table des matières: http://www.reimer-mann-verlag.de/pdfs/302695_1.pdf

 

 


Carnets de recherche