Pour une politique des émotions (Congrès AFSP 2015)

Source : Association Française de Science Politique

vignetteaffichecongres2015

Congrès de l’Association Française de Science Politique (22-24 juin 2015, Aix-en-Provence)

 

Section thématique:

 

Pour une politique des émotions
Toward a Politics of Emotions

Responsables

Alain FAURE (UMR Pacte, IEP Grenoble) alain.faure@sciencespo-grenoble.fr
Emmanuel NEGRIER (UMR Cepel, Université de Montpellier) negrier@univ-montp1.fr

Présentation scientifique

Dans différentes controverses académiques internationales en sciences sociales, on observe depuis une décennie une même tendance à la réévaluation de la place des émotions et des sentiments dans les travaux empiriques et dans les schémas explicatifs (en histoire avec l’hypothèse d’un affect turn mais aussi en géographie -l’émotivité de la vie socio-spatiale-, en philosophie -le désir dans la formation des idées et l’équipement politique des passions-, en neuroscience -les sources de la conscience et le libre arbitre-, en psychosociologie, en psychanalyse…). Coté science politique, Philippe Braud a exploré la voie sur les élections puis a progressivement élargi le spectre jusqu’à ses travaux récents sur la colère des foules et sur les engagements affectifs et moraux à long terme, impulsant des recherches fécondes sur des objets aussi divers que la démocratie, les violences, le pouvoir ou les identités (Sommier Crettiez 2012). La mise à l’épreuve des émotions fait dorénavant l’objet de recherches spécifiques dans le champ politique, à l’image par exemple des études menées sur les mobilisations collectives par Christophe Traïni et de George Marcus sur le citoyen sentimental, des travaux de sociologie sur la dimension passionnelle du pouvoir, des essais de psychologie sur les révoltes, des recherches historiographiques sur la violence des échanges en milieu parlementaire…
Cette effervescence questionne la façon dont les émotions influencent, orientent et parfois même structurent les comportements et les faits politiques. Au vu de la grande hétérogénéité de méthodes et de concepts mobilisés dans ces travaux, nous souhaitons ouvrir une « boite de dialogue » pour relier ces champs de connaissance spécialisés ou méconnus, pour dresser un bilan sur les différentes traditions intellectuelles en présence et pour engager un exercice prospectif sur de potentielles convergences et innovations intellectuelles. Trois pistes en constituent le fil rouge. La première, la socialisation politique des individus et les mobilisations collectives, concerne le repérage des empreintes émotives individuelles qui éclairent, a posteriori, des engagements forts dans l’action politique (qu’il s’agisse de traumatismes familiaux, d’épreuves personnelles, d’évènements marquants, de rencontres décisives, de contextes culturels saillants ou même de sentiers de dépendance aux institutions locales). La deuxième piste inscrit les passions exprimées dans la pratique du pouvoir et du leadership. Elle permet de revisiter différentes séquences qui marquent, par leur intensité émotive, le parcours et le métier des élites politiques. On pense aux ressorts personnalisés de l’éligibilité mais aussi à la dramaturgie des campagnes et des défaites électorales, aux affrontements et compromis dans les arènes politiques, aux pactes scellés au cœur des forums de politiques publiques. La troisième piste enfin porte sur l’action publique et la production des grands récits sur le bien commun. Elle concerne l’ensemble des pratiques discursives et narratives qui donnent aux émotions une place stratégique de réenchantement politique, que ce soit dans le champ plutôt sectoriel (et catégoriel) des mobilisations et des doctrines professionnelles, dans celui plus spatialisé (et identitaire) des stéréotypes territoriaux, ou encore dans celui plus idéologique (et emphatique) des discours sur la défense de l’intérêt général.
La focale des champs explorés se révèle résolument ouverte, embrassant des objets aussi divers que le personnel et les discours politiques, les controverses dans l’analyse des politiques publiques, la représentation et le comportement électoral. Elle s’intéresse également à différents moments politiques : la prise du pouvoir, la présentation de soi, les contestations, les alertes ou encore les scènes délibératives.
30 propositions ont été retenues, qui illustrent la diversité des angles d’attaque de la question, mais aussi l’intérêt que suscite la perspective d’une politique des émotions. Une dizaine de disciplines seront représentées, de la psychologie à la sociologie, en passant par l’histoire, l’anthropologie et, bien sûr, la science politique. Plusieurs pays seront représentés, selon une parité homme-femme parfaite, et avec deux tiers d’enseignants et chercheurs titulaires et un tiers de jeunes chercheurs, docteurs ou doctorants.
Ces communications posent, de façon variable selon les auteurs, la double question de l’émotion comme dimension du politique et comme ressort de politisation. La première acception pense l’émotion comme catégorie essentielle du politique, dont les sciences sociales et humaines ont insuffisamment pris la mesure. La seconde pense l’émotion dans une perspective plus instrumentale, mais aussi plus contextuelle. À cette dualité d’usage correspondent toute une série d’oppositions que nos échanges permettront d’établir et de falsifier. L’émotion est-elle de l’ordre de l’archaïsme ou de la modernité ; de l’essence ou de la manipulation ; de l’individualisation ou du bien commun ; de l’exaspération ou de la pacification des conflits ? Les interventions seront discutées sur différents objets d’études. Certains concernent les thèmes de l’honneur, des identités et de la fierté. Les émotions politiques sont ici étudiées dans la socialisation enfantine, en tant que marqueur genré, au sein des partis, au cœur de l’activité parlementaire, dans la structuration de certains groupuscules, dans les entreprises mémorielles portées par des communautés locales… D’autres concernent la politique des émotions à l’épreuve des colères, des contestations et des mobilisations. Les communications s’intéressent aux productions littéraires, à des groupes de pression, à des mobilisations sociales, à des politiques publiques contestées… D’autres encore concernent l’entrée connexe de l’émotion au cœur des processus de violence, de consensus et de contestations. Les analyses portent sur le traitement d’événements traumatiques, les récits de guerre, la défense des individus en milieu répressif, le rejet des actes de violence…
Compte tenu du nombre de participants retenus, les papiers ne seront pas présentés par leurs auteurs, mais synthétisés au sein de sessions critiques avec le concours de discutants et de « grands témoins ». Pour favoriser cette forme de mise en discussion, il a été demandé aux communicants de rédiger leur communication en détaillant un terrain puis en précisant le cadrage théorique et les passerelles rendues possibles ou souhaitables entre différentes traditions analytiques. Même si l’hypothèse d’un emotional turn est loin d’être validée dans les champs de la science politique et de la sociologie politique, la section thématique se fixe pour objectif d’amorcer un travail collectif résolument introspectif et exploratoire dans ce monde des émotions qui interfèrent avec la politique.

In the international world of the social sciences, we note a widespread trend towards a reassessment of the role of emotions and feelings both in empirical work and also in the schematic explanations and theorizations concerning their role in our varying disciplines (in history through references to a possible “emotional turn”; in geography too, through highlighting emotivity in socio-spatial life; in philosophy, through delving into the role of desire in the formation of ideas and political passions; in neuroscience, through probing the sources of conscience and free will; and in psychology or psychoanalysis as well ….). In the field of political science, Philippe Braud explored this perspective concerning elections and then gradually expanded the spectrum till his recent work on anger in crowd behaviour and its long-term effects on moral and emotional engagement, opening up fruitful research avenues on such diverse objects as democracy, violence, power and identities (Sommeiller Crettiez 2012). The thematic of emotions is now the subject of specific research in political science, with, for example, studies undertaken on collective mobilization by Christophe Traïni and on the sentimental citizen by George Marcus, or several works in sociology about the passionate dimension of power, in psychology about revolts, in historiographical research on the violence of exchanges in parliamentary settings…
This effervescent scholarly activity highlights ways in which emotions influence, guide and sometimes structure political behaviour and happenings. Given the heterogeneity of methods and concepts used in this field, our intention in proposing this theme has been to open up a “dialogue” to connect the fields of specialized and little-known knowledge, to take stock of the different intellectual traditions and to undertake the worthwhile exercise of establishing potential convergences and stimulating intellectual innovation. Three avenues for future research have been proposed, the first concerning processes of mobilization and political socialization, the second concerning passions expressed within leadership and the practice of power, and the third concerning public policy and the construction of grand narratives concerning the common good.
The focus of the fields to be explored remains deliberately open-ended and wide in scope, embracing such diverse items as personal as well as political speeches, controversies in public policy analysis, representation and voting behaviour. It also looks at different political moments: the seizure of power, types of self-presentation, ways of tackling disputes or managing discussion. 30 proposals have been selected, which illustrate the variety of perceptions of the issue but also reflect the shared interest in establishing scientific perspectives on the politics of emotion. Six countries will also be  represented, with a good parity between men and women, professors, researchers and young researchers, doctoral and post-doctoral students.
These communications address, in varying ways, the double issue of emotion as a dimension of politics and/or as an instrument of politicization. The first meaning considers emotion as an essential element of politics that the social sciences and humanities have failed to take sufficiently into account. The second considers emotion in a more instrumental, but also more contextual perspective. To this dual use corresponds a series of oppositions that our exchanges will both promote and also question: emotion as archaism or modernity; essence or instrumentalization; individualization or common good; exacerbating or reducing conflict? Given the number of selected participants, the papers will not be presented by their authors, but synthesized and discussed in critical sessions with contributions from key analysts. To promote this form of discussion, contributors of papers have been asked to write their communications by detailing their empirical case and specifying the theoretical framework and suggesting links made possible or desirable between different analytical traditions. Although the hypothesis of an « emotional turn » is far from being validated in the fields of political science and political sociology, our thematic section’s objective is to initiate a collective work resolutely introspective and exploratory into this world of emotions that forms an integral part of the world of politics.

Sessions

Les travaux de la Section Thématique se dérouleront sur les sessions suivantes :
Session 3 : mardi 23 juin 9h00– 12h00
Session 4 : mercredi 24 juin 14h00 – 17h00

Lieu : informations bientôt disponibles

Programme

Mardi 23 juin 2015

9h00-9h10 : Contexte, enjeux et défis (Alain Faure & Emmanuel Négrier)

9h10-10h30 : Axe 1. Mobilisations (2 discutants)

L’interdépendance entre carrières militante et professionnelle (Mathilde Arrigoni – CERSA CERI)
Expertise et amour dans la défense de la nature (Consuelo Biskupovic – EHESS)
Le militantisme islamique au Pakistan, une expérience émotionnelle (Amélie Blom – CEIAS)
Passions viriles, émotions féminines (Crystal Cordell – EHESS)
Les instituteurs en Résistance (Juliette Fontaine – CESSP)
Les guerilleros des FARC (Johana Gonzalez – Centre Durkheim)
Les victimes du Distilbène (Coline Salaris – Centre Durkheim)
La socialisation enfantine (Alice Simon – CEPEL)
Le prosélytisme des protecteurs des animaux (Christophe Traïni – CHERPA)
Les sensibilités des quartiers sensibles (Jean-Yves Trépos – 2L2S)

10h30-11h50 : Axe 2. Action publique (2 discutants)

Au tribunal (Janine Barbot – CERMES3)
La tempête de 1999 (Véronique Dassié – IDEMEC)
Sentiment d’appartenance et indifférence à l’Europe (Florence Delmotte – FRS, Heidi Mercenier – St Louis, Virginie Van Ingelgom – FRS)
La Cimade dans les centres de rétention administrative (Nicolas Fischer – CESDIP)
Le mémorial de l’esclavage à Nantes (Renaud Hourcade – CURAPP)
La marchandisation des affects (Fabienne Martin-Juchat – GRESEC, Thierry Ménissier – PLC)
L’homo emoticus (Thierry Paulmier – Paris Est)
Expériences parlementaires (Olivier Rozenberg – CEE)
Les larmes du Prince (Laurent Smagghe – Sorbonne)
Les ressorts affectifs du 11 septembre européen (Gérôme Truc – EHESS)

11h50-12h00 : première esquisse de synthèse

Mercredi 24 juin 2015 (14h-17h)

14h00-15h20 : Axe 3. Leadership (2 discutants)

La peur de la mort politique (Marc Abélès – LAIOS)
Une ressource masculine (Clément Arambourou – Centre Durkheim)
Au sommet des partis (Carole Bachelot – Université Lorraine)
Les imaginaires polynésiens (Rudy Bessard – Centre Montesquieu)
Le fils préféré? (Marie Brossier – CIRAM)
Une campagne municipale (Laurent Godmer – Université Paris Est)
L’identité catalane (Jordi Gomez – Paris 2)
La musique marketing (Thibault Jeandemange – Triangle)
Des maires contre une réforme (Maurice Olive – CHERPA)

15h20-15h40 : Premier bilan avec les 6 discutants

15h40-17h00 : Axe 4. Table ronde prospective

Avec la participation de Marc Abélès (LAIOS), Paul Bacot (Triangle), Laurent Bègue (MSH), Damien Boquet (TELEME), Philippe Braud (CEVIPOF), Xavier Crettiez (CESDIP), Sarah Gensburger (ISP), George E. Marcus (Williams), Jean-Louis Marie (Triangle), Christophe Traïni (CHERPA), Yves Schemeil (PACTE) et Sophie Wahnich (IIAC)

Qu’est-ce que l’indifférence ?

Source : Licence Sciences et humanités (Université d’Aix-Marseille)

Conférence d’Enrico Donaggio (professeur de philosophie à l’université de Turin)

Contrairement a ce que la plupart de nous aiment penser et espérer, l’indifférence constitue la passion privée et publique plus répandue face aux horreurs et aux merveilles de la vie quotidienne. Sonder ce degré zéro de la vie émotionnelle et politique, trouver une réponse à la question : « Où est-ce que je vais, lorsque j’ignore ou quitte le monde ? », semble un des enjeux fondamentaux pour mieux comprendre, critiquer ou, effectivement, oublier la réalité qui nous entoure. Tout bien en sachant que « tu peux te soustraire aux souffrances du monde, libre à toi. Mais peut-être ce retrait est-il la seule douleur que tu pourrais éviter » (Franz Kafka).

Date : le 09/04

Lieu : Campus Saint Charles, Salle 01, Bâtiment 05

Horaire : De 18h30 à 20H

 

Bibliographie de l’histoire des émotions médiévales (1941-2014)

atturo-001Valentina Atturo

Emozioni medievali. Bibliografia degli studi 1941-2014 con un’appendice sulle risorse digitali.

Testi, studi e manuali, 30. Roma, Bagatto Libri, 2015, 88 p.

ISBN 9788878062160

 

Je n’ai pas encore eu l’occasion de consulter cet ouvrage bibliographique, qui semble s’inscrire dans la perspective d’une histoire des émotions enclenchée par l’école des Annales (la date de 1941 faisant référence à l’article de Lucien Febvre appelant à une histoire de la vie affective). Nous espérons pouvoir en faire prochainement un compte-rendu.

Sensibilités et émotions: quelle histoire ?

Sensibilités et émotions : quelle histoire ?

Vendredi 3 avril de 13h30-16h – Demi journée d’étude

emotions3avril-Version4-3 copie

Lors de cet atelier collaboratif sous forme de table ronde, suscitée par l’actualité de l’histoire affective en France et à l’étranger, proposée en commun par quatre historiens de  la vie affective, deux médiévistes (Damien Boquet – Piroska Nagy) et deux contemporanéistes (Quentin Deluermoz – Hervé Mazurel), il s’agira de réfléchir ensemble sur l’identité du champ historiographie de l’histoire de la vie affective, à partir de la comparaison  des signifiés de “l’histoire des émotions” et de “l’histoire des sensibilités”. La discussion prendra la forme d’une véritable table ronde: les participants aborderont tour à tour et discuteront en commun un ensemble de questions prédéfinies, concernant  leur généalogie intellectuelle respective, la définition du champ, ses grands enjeux actuels, ainsi que les présupposés épistémologiques et les pratiques méthodologiques de chacun.

 

Lieu

EHESS
Salle Jean-Pierre Vernant
190, avenue de France
75013 Paris

Emotional and Affective Narratives in pre-Modern Europe/ Late-Medieval and Renaissance France

Source : fabula

CfP Emotional and Affective Narratives in pre-Modern Europe/ Late-Medieval and Renaissance France

In contemporary thought, the field of emotion studies represents a very potent framework that allows anthropologists, historians, neuroscientists and philosophers to think of the possible ways in which subjects engage with their own sensory experience and with larger practices that enable them to articulate such experiences in in meaningful ways. Nevertheless, “How do I feel?” is a question that was equally quintessential in the pre-modern Western system of thought even if the contemporary significations of the word “emotion ” did not become concrete until the 17th century. In their attempt to capture pre-modern emotional modes and systems of feelings, contemporary medievalists, especially under the influence of poststructuralism, considered emotions primarily as discursive entities that shape collective and individual subjectivities.

Barbara Rosenwein’s influential notion of “emotional communities,” which inaugurates this trajectory in medieval studies, turns away from the Cartesian split between mind and body and, instead, presents emotions as discursive regimes consisting of strategies, tactics and the conscious ways in which subjects engage with these. However, while emotions are indeed discursive cultural constructs producing collective subjectivities they also possess a sensorial aspect that simultaneously escapes being captured by the social while being constitutive of it. This was the special contribution of the affective “turn” in contemporary theory: the epistemological need to distinguish between emotions as discursive constructs, and affects as flashes of sensory experience and feelings.

This volume aims at complicating Rosenwein’s existing notion of emotion as discursive practice and, at the same time, investigating how medieval subjects talked about their somatic, sensorial and affective practices. If emotions belong to the complexities of social dynamics, we ask how are they incorporated in textual artifacts and cultural productions stemming from often conflicting social events, groups and discourses? How do they act as facilitators between the author and its audience, between the period and its meaning, between the genre and its writing? The emotional and affective dimension of a text cannot be rationalized as either its objective or its point of origin. It is more a textual and factual paradigm around which the author develops her intellectual environment, creating the cultural and political dimension for the text. However, it is within this territory of the text, as a socio-cultural entity orchestrated by the auctorial persona, that a whole archive of emotions and affects is disseminated.

We are interested in essays that investigate the constituency of such “archives of feelings” (Cvetkovich) through the study of the affectivity and emotionality of both literary and non-literary texts, such as political and theological treatises, mystical texts, medical works, scientific tracts and pamphlets, hagiographies and encyclopedic compendiums. While we welcome submissions of articles dealing with such topics in different geographic areas, we are particularly interested in late-medieval and Renaissance French texts.

Articles may examine, but are not limited to questions related to:
– Discourses and practices of emotions and affect
– Somatization of the emotional act
– Affect and emotions in poetry
– Emotions, affect and gender
– Queer emotions and affects
– Emotions, affect and race
– Psychogeographies of emotions and affect
– Rhetorics of affect or emotions
– Emotional rewritings of historical events

Please send 300-word abstracts in English, as well as a short biography with university affiliation and email address, to Andreea Marculescu (marculescu.andreea@gmail.com or amarcule@uci.edu) and Charles-Louis Morand Métivier (cmorandm@uvm.edu) before June 1st. Selected abstracts will be notified on July 1st, and the complete papers will be due on November 1st.

Émouvoir la Cité, un examen des émotions en politique

Émouvoir la Cité. Un examen des émotions en politique.Une conférence de Nicole Hochner, Professeure à l’Université hébraïque de Jérusalem
imgFull Intervenant(s) : Didier Vrancken, Grégory Cormann, Jeremy Hamers, Jonathan Dumont
Dates-Horaires : Le 17 mars 2015 à 18h30
Lieu : Salle des Professeurs, Place du XX Août 7-9 – Bât. A1, 4000 Liège
Thématique(s) : Conférence
Prix : Entrée libre

Aujourd’hui, en temps de crises, la place accordée aux émotions redevient centrale. Leurs vertus sont largement redécouvertes, parfois vantées. Par exemple, lorsqu’on parle d’intelligence émotionnelle. En cela, nos « démocraties contemporaines fragilisées » se distinguent nettement des « démocraties modernes » fondées sur la pensée rationnelle des Lumières.

À l’époque de la Renaissance, chacun se devait de maîtriser ses passions, absolument ! De la résistance appliquée par le citoyen face aux tentatives d’instrumentalisation de ses passions dépendait la réussite (ou l’échec) de la construction démocratique. Vision ô combien positiviste et challenge ô combien monunental.

Ainsi, le défi actuel ne serait-il pas, précisément, de ré-imaginer une vie citoyenne qui embrasserait les émotions sans pour autant renoncer aux acquis de l’émancipation et des droits ? Autrement dit, comment exercer sa citoyenneté en articulant clairvoyance, raison, sentiments et passions ? Est-ce possible ? Et ne s’agit-il pas du moteur, de l’alchimie, propre à tout engagement citoyen ? Que nous apprend l’histoire à ce sujet ? Que disent ses penseurs (Machiavel et Aristote, entre autres) ? Que nous apprennent les grands événements politiques ? Ceci devrait nous permettre de mieux appréhender le pouvoir de construction et de dissolution que l’émotion porte en elle.

Plus exactement, le propos qui sera développé dans le cadre de cette conférence par Nicole Hochner s’articule en deux temps. Dans un premier temps, Nicole Hochner nous expliquera pourquoi les sciences sociales (surtout positivistes) se sont éloignées des émotions comme de la peste, et pourquoi notre société est fondée sur l’idée d’un homme raisonnable (et donc a priori non émotionnel). Dans un deuxième temps, elle montrera comment une relecture de la philosophie politique sous cet angle prouve que les émotions avaient une place dans la réflexion des auteurs passés, et qu’il est instructif de s’en inspirer pour tenter de refonder nos réflexions académiques et politiques sur la place et le rôle des émotions dans la vie d’une cité et d’un État.

Renseignements : jonathan.dumont@ulg.ac.be | http://web.philo.ulg.ac.be/transitions

Ici, le lien vers l’article dans Culture, le magazine de culturel de l’Université de Liège.

Rire, pleurer, haïr au Moyen Âge (“L’Histoire”, mars 2015)

409Le numéro de mars du magazine L’Histoire consacre un dossier aux émotions médiévales. Bonne lecture !

Il y a un an mourait le grand médiéviste Jacques Le Goff. Ce dossier lui rend hommage, à travers un thème qu’il a été parmi les premiers à explorer en s’intéressant au rire : l’histoire des émotions.
A partir de sept émotions (la colère, les larmes, l’amour, la peur, la fureur, la honte, le rire), découvrez un univers de sentiments exacerbés. Mais également très codifiés et rationnels.
Par Jacques Berlioz, Damien Boquet, Patrick Boucheron, Boris Bove, Régine Le Jan, Jean-Marie Moeglin, Laurence Moulinier-Brogi, Piroska Nagy, Laurent Smagghe.

En complément, vous pouvez écouter Piroska Nagy dans la Fabrique de l’Histoire, invitée par Emmanuel Laurentin, une émission autour de Jacques Le Goff et l’histoire des émotions, passée sur les ondes le 27 février pour promouvoir le numéro.

 

Émotions et expertises

1424161761

Sur le site des Presses Universitaires de Rennes http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=374

Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives

Christophe Traïni (dir.)

Avec une préface de Philippe Braud.

Longtemps considérée iconoclaste, ou réservée à la seule psychologie, la prise en compte des émotions est en passe de devenir l’un des mots d’ordre les plus pressants de l’étude des phénomènes politiques. Alors même que cette avancée est précieuse pour la connaissance, la prudence commande pourtant de ne pas envisager l’émotion comme une variable explicative suffisante en soi.

À l’encontre de tout réductionnisme, cet ouvrage prend le parti de traiter la mise à l’épreuve des émotions et la formulation d’expertise comme deux modes alternatifs de coordination des actions collectives. À la question des propriétés respectives de ces deux régimes de coordination, s’ajoutent celle de la nature variable de leurs relations, des dispositions propres aux protagonistes qui s’en emparent, ou bien encore des effets équivoques exercés sur les configurations au sein desquelles ils s’insèrent.

En pensant ensemble émotions et expertises, cet ouvrage contribue ainsi à renouveler des questionnements anciens, et trop souvent disjoints, en ce qui concerne des objets d’études tels les mobilisations protestataires, les organisations partisanes, l’élaboration des politiques publiques, les procédures dédiées à la consultation des citoyens ou bien encore la gestion des passés politiques conflictuels.

Les études rassemblées décloisonnent les approches, les domaines d’études et les disciplines. Elles offrent une mise en perspective comparative qui s’appuie aussi bien sur des cas contrastés que sur divers contextes nationaux (France, Inde, Israël, Italie, Pérou, territoires palestiniens, Turquie).

SOMMAIRE

préface - Philippe BRAUD

Introduction – Des dispositifs visant à la coordination des actions collectives

Christophe TRAÏNI

I – Inciter au ralliement, renforcer les loyautÉs

Chapitre 1 – L’occupation dans le viseur. Briser le silence sur Hébron en suscitant l’indignation

Karine LAMARCHE

Chapitre 2 – Chevaliers contre gestionnaires. Les émotions partisanes des organisations de jeunesse des droites italiennes

Stéphanie DECHEZELLES

Chapitre 3 – Sensibilisation et coercition. À propos de quelques questions relatives au façonnage institutionnel des individus

Olivier GROJEAN

II – Des rÉgimes de coordination complÉmentaires ou concurrents ?

Chapitre 4 – Judiciarisation et mobilisation des émotions : le procès d’Alberto Fujimori au Pérou

Sophie DAVIAUD

Chapitre 5 – Les audiences publiques en Inde. Mobilisation de la rue et enrôlement des experts

Stéphanie Tawa Lama-Rewal

Chapitre 6 – Entre expertises et émotions : les controverses relatives à l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa

Laura CENTEMERI

III – ProcÉdures et stratÉgies d’accrÉditation

Chapitre 7 – Promouvoir un Palestinien maître de soi et de son destin. La cause de « l’Etat d’abord » selon Salam Fayyad

Aude SIGNOLES

Chapitre 8 – Susciter un attachement à la commune. Les maires mobilisés contre la métropole

Stéphane CADIOU et Maurice OLIVE

Chapitre 9 – De l’insurrection populaire à la sélection des experts militaires. Le cas des Trois-Glorieuses (1830)

Walter BRUYÈRE-OSTELLS

 

 

Jan Plamper, The History of Emotions. An Introduction

by Jan Plamper,
Translated by Keith Tribe
368 pages | 30 black and white illustrations | 234x156mm
978-0-19-966833-5 | Hardback | 22 January 2015,  £35.00

9780199668335_140.

Cette introduction magistrale à notre champ historique en croissance rapide retrace autant son histoire que ses acquis et ses questionnements, problèmes méthodologiques et perspectives. La table de matières et le premier chapitre sont également accessibles sur le site d’Oxford University Press.

 

Affects, émotions, convictions: l’intime et l’historien

C’est ainsi que s’intitule le dossier (2014 /5), consacré à l’histoire des émotions, de la revue Source(s), Cahiers de l’équipe de recherche ARCHE, Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe de l’Université de Strasbourg, également accessible en ligne, téléchargeable en intégralité ou par article .

En voici la table des matières ici :

Sommaire 

I. DOSSIER. AFFECTS, ÉMOTIONS, CONVICTIONS : L’INTIME ET L’HISTORIEN

Présentation
Anne Corneloup

Les émotions dans le monde régulier au Moyen Âge : quelques pistes de recherche (XIIe-début XIIIe siècle)
Benoît-Michel Tock

“Sculpter les mouvements de l’âme” : traduction des affects et émotions dans la sculpture du XIIIe siècle
Denise Borlée

Autour d’une “Jeune femme au nourrisson” de Cranach : traces de l’intime conjugal dans le portrait
Anne Corneloup

“Dextrarum junctio” ou le sceau des âmes unies : usages d’un geste dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles
Temenuzhka Dimova

Exposer ou voiler ? Les représentations de la douleur au XVIIIe siècle
Barbara Stentz

Écrire la Catastrophe : l’historien-témoin et le génocide juif en Pologne, 1945-1950
Audrey Kichelewski

II. AUTOUR D’UNE SOURCE

Louis de Beer : part de l’intime dans la correspondance familiale d’un jeune administrateur au temps de Napoléon
Juliette Deloye

Correspondance de Louis de Beer. Extraits choisis, 1791-1813
Édition annotée