Cultivons les émotions

« Histoire culturelle des émotions avant les temps modernes »

(colloque d’Umeå, 23-26 octobre 2008)

Du 23 au 26 octobre 2008, l’université suédoise d’Umeå organise un important colloque intitulé « Cultural History of Emotions in Premodernity » / « Histoire culturelle des émotions avant les temps modernes » (par « Premodernity », il faut entendre en l’occurrence « jusqu’au XIXe siècle »). Vaste programme pour un colloque qui a l’appétit d’un congrès et annonce pas moins de 49 communications, dont 6 en séances plénières et 12 ateliers thématiques de 3 ou 4 interventions chacun.

EMMA y sera représentée par Piroska Nagy qui prononcera en clôture de la première journée une conférence : « Historians and Emotions : New Theories and New Questions ».

Le titre du colloque est (volontairement ?) ambivalent : l’objet est-il l’émotion comme fait acculturé (la construction culturelle de l’émotion) ou l’émotion dans le champ culturel ? À la lecture des résumés, l’enjeu de l’acculturation du fait émotionnel apparaît moins présent -voir alors tout particulièrement les communications de J. Liliequist, K. Kanerva ou A. Nilsson – que la question de l’usage culturel des émotions dans son sens le plus large (arts, littérature, vie religieuse, etc.).

Après le congrès de Leeds de 2006 qui était consacré aux « gestes et émotions au Moyen Âge » (avec plusieurs centaines de communications qui se réclamaient de ce thème), l’ampleur de ce colloque confirme que l’émotion est actuellement en train d’imposer sa légitimité historiographique. En l’espace d’une dizaine d’années, l’histoire des émotions est ainsi passée de l’intuition à l’institution, pour reprendre le titre d’un célèbre livre de Théophile Desbonnets sur le mouvement franciscain. Cela signifie aussi que nous sommes à un tournant. À considérer la forte visibilité qu’il faut souhaiter au colloque d’Umeå – et dans le fait même qu’il se tienne – on pourrait penser la partie gagnée, les « études affectives » définitivement étiquetées sur les rayons des librairies et des bibliothèques. En réalité, on en est encore loin, particulièrement dans les milieux historiens (qui marquent un indéniable retard par rapport aux littéraires ou à l’histoire de l’art dans ce domaine). Qui envisagerait aujourd’hui d’organiser un colloque avec pour sujet un thème aussi vaste que « Histoire culturelle des femmes, de l’Antiquité à nos jours » ou « Histoire culturelle des genres » ? Il y a vingt ou trente ans, peut-être, mais aujourd’hui, on n’en est plus à réfléchir sur la validité même d’une histoire des femmes ou du genre… Pour l’émotion, si ! De plus, c’est une double conquête que nous devons mener de front : d’une part, en donnant toute leur place aux émotions dans les sciences historiques (et dans la façon d’écrire l’histoire) mais aussi en réfléchissant à l’historicité même des faits émotionnels. Non seulement les émotions font l’histoire mais elles ont une histoire.

Cependant, après avoir fondé, il faut bâtir. Au-delà d’une validation nécessaire de l’objet, il convient désormais de construire pan par pan cette histoire des émotions, mais aussi de réfléchir conjointement à la façon de l’articuler aux autres champs (social, culturel, intellectuel) de l’histoire. Dans le moment que nous vivons, celui de l’émancipation, le risque est donc double : soit de faire du sur place en se contentant d’agiter la bannière d’une histoire des émotions sans réel projet historiographique ; soit de chercher à tout prix à faire sa place en revendiquant une spécificité bien à soi, qui méritera la précieuse extension « studies » : après les gender studies, après les cultural studies, devons-nous espérer commuer l’histoire des émotions en emotional studies ?

En tout cas, par son ambitieux programme, le colloque d’Umeå semble s’être donné les moyens d’aborder ces différents enjeux. Pour la période médiévale, les arts et lettres ont la part belle mais aussi l’Europe septentrionale : à tout seigneur tout honneur.

Programme pour le Moyen Âge (voir le programme complet et les résumés:

▪ Piroska Nagy : Historians and Emotions: New Theories and New Questions

▪ Barbara H. Rosenwein : Theory and Its Limits: The Emotions of Thomas Aquinas and His Disciples

▪ Jonas Carlquist : The Use of Emotions in St Bridget’s and St Catherine’s Revelations

▪ Maureen Flynn : Head or Heart? Medieval Controversy over the Seat of the Soul

▪ Ann-Catrine Eriksson : Gestures and Expressions: The Annunciation in Medieval Sculpture from Gotland

▪ Carolyne Larrington : Brynhildr’s Laughter, Guðrún’s Weeping: Performance, Performatives and Emotion in Old Norse Heroic Poetry

▪ Ira Westergård : Adoring the Invisible: Saint Elisabeth in Altarpieces of the Visitation

▪ Frank Brandsma : Arthurian Emotions and Audience Competence

▪ Kirsi Kanerva Ógæfa : (misfortune) as an Emotion in Thirteenth- Century Iceland

▪ Christina Lutter : Preachers, Saints, and Sinners. Emotional Repertoires in High Medieval Religious Role Models

▪ Kerstin Pfeiffer : Once Seen, Never Forgotten: The Affective Dimensions of Medieval Crucifixion Plays

▪ Caroline Boucher : Playing with Emotions in Fourteenth-Century France. The Chess of Love and the Medieval Representation

▪ Ilse van der Velden : A Study of Emotions in the Practice of Disputatio

▪ Curie Virag : Music and Emotional Expression in Medieval China

▪ Auður G. Magnúsdóttir : Real Love, Unbreakable Friendship: Expressions and Understandings of Love in Laxdæla Saga

▪ Anu Korhonen : Beauty, Masculinity and Love between Men: An Elizabethan Rewrites a Medieval Affair

▪ Carin Franzén : Courtly Love as a Feminine Strategy

▪ Francesca Braida : Body and Spirit Emotions of Dreams and Visions in the Middle Ages. The Social Use of Emotions in the Christian World

▪ Maureen Flynn : Nocturnal Pollution and the Medieval Misinterpretation of Women’s Dreams


2 réflexions au sujet de « Cultivons les émotions »

  1. dear Sirs,
    we have been working on the representation of emotions in East Asia since several years. Maybe you might be interested in exchanging opinions, publications and any kind of cooperation. Please check the web. I am at disposal of any further explanations
    All the best
    Paolo Santangelo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *