Sophie Wahnich émeut l’histoire

9782271067432

Sophie Wahnich, Les Émotions, la Révolution française et le présent. Exercices pratiques de conscience historique, Paris, CNRS éditions, 2009. 25 euros.

Sophie Wahnich est une historienne de la sensibilité politique (à l’époque révolutionnaire) qui poursuit un travail habité par le politique. Mais comment mener ce qu’elle appelle une « profanation », au sens d’une restitution au public, sans rien perdre de la rigueur scientifique ? Elle reconnaît que cette forme d’histoire critique exige de postuler des valeurs politiques communes qui sont alors manifestées par la dimension sensible de l’écriture historique, laquelle participe ainsi simultanément de la science historique et d’une pratique de conscience politique. Car si les émotions sont (aussi) des outils rationnels d’évaluation morale, non seulement indispensables mais indépassables à toute humanité, alors la critique historique ne saurait à son tour se décharger de son implication sensible. Ce qui vaut ici pour le projet historico-politique de Wahnich peut être généralisé à toute histoire qui n’échappe pas au sensible. Pourquoi ? Non pas parce qu’elle est histoire du sensible, histoire des choses pathétiques mais tout bonnement parce qu’elle est écrite par des êtres sensibles et parce qu’elle est lue par des lecteurs sensibles, toujours au présent. Toute histoire critique doit admettre sa part sensible, or « une histoire sensible est une histoire esthétique »[1]. On en arrive ici à la pratique scientifique de la sensibilité dans l’écriture de l’histoire qui passe par l’expérimentation littéraire. Mais une fois encore, il ne s’agit pas de chercher à produire je ne sais quel décalque stylistique de l’objet étudié, à écrire une histoire pathétique d’objets pathétiques sous prétexte justement que l’émotion serait un vecteur de connaissance pour le lecteur. Cette visée mimétique défendue il y a quelques années par Ramsay MacMullen[2] au nom d’un panculturalisme émotionnel ne tient pas scientifiquement, et inquiète politiquement.

Il faut inventer une esthétique historique de l’émotion propre à chaque sujet, à chaque corpus documentaire, ainsi qu’à chaque historien. C’est précisément ce que propose S. Wahnich dans ce recueil d’articles. On n’écrit pas de la même façon une histoire sensible du commentaire scolastique dans l’université médiévale, celle de la terreur révolutionnaire et celle de la guerre du Kosovo. La question n’est donc pas celle du beau style, de l’historien à style, mais celle du rôle de l’esthétique au cœur de la démarche scientifique, depuis l’investigation jusqu’à la démonstration.

Aujourd’hui il se trouve que les « histoires sensibles » sont simultanément des histoires du sensible parce que les historiens qui font cette histoire sont les seuls à accepter de réfléchir sur l’implication cognitive de la sensibilité. Mais cette « redondance » n’est que temporaire, souhaitons-le. Quant au « plaidoyer pour un historien sensible » de S. Wahnich, il s’accompagne de propositions concrètes – qui sont ensuite pratiquées dans les articles sélectionnés – dont certaines recoupent celles que Piroska Nagy et moi faisons[3] : revaloriser l’intuition et l’empathie (entendue comme « appréhension » cognitive de la source), faire un usage contrôlé de l’anachronisme ou encore pratiquer un « présentisme » compris comme l’interpellation du présent pour donner sens à l’investigation du passé.

Je laisse le lecteur juge de la réussite littéraire et scientifique de ces « exercices pratiques de conscience politique ». Je constate seulement que le va-et-vient entre Révolution française et le présent présuppose un certain nombre de « socles », de nature civique, politique voire anthropologique dont l’historien de la période médiévale que je suis ne peut se prévaloir. Assurément, les conditions épistémologiques du « présentisme » mériteraient d’être davantage éprouvées. Pour autant, sans réserve je salue la revendication assumée d’une esthétique des émotions dans l’écriture de l’histoire, singulière et universelle.


[1] S. Wahnich, Les Émotions…, p. 57.

[2] R. MacMullen, Les Émotions dans l’histoire, ancienne et moderne, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

[3] Voir D. Boquet et P. Nagy, « Émotions historiques, émotions historiennes », dans Écrire l’histoire, 2 (2008), p. 15-26 et « Pour une histoire des émotions. L’historien face aux questions contemporaines », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009, p. 39-43.


Une réflexion sur « Sophie Wahnich émeut l’histoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *