Archives de catégorie : Colloques

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA 26th-28th June 2017 SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA

26th-28th June 2017
SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »
pour le programme, cliquez ici
Autrement dit, l’historien.ne de l’émotion a l’embarras du choix: les mêmes jours, trois colloques internationaux se tiennent autour des émotions en Europe : Umea, York, Lleida !

Powerful Emotions / Emotions & Power c. 400-1850

L’Université de York (GB) et l’ARC Centre of Excellence for the History of Emotions organise un colloque sur ce sujet les 28-29 juin 2017 à York.

capture-decran-2017-02-03-a-08-59-20

‘Emotional control is the real site of the exercise of power’ (William Reddy, 1997)

Scholars across the humanities and social sciences are increasingly turning their attention to the affective dimension of power, and the way in which emotions are implicit in the exercise of power in all its forms. The language of power has long been used to calibrate the impact of emotions – feelings ‘shake’ and ‘grip’ us; we read of and recall moments when passions convulsed communities and animated violent actions. Strategic displays of emotion have regularly been used for the exercise and negotiation of power.

This conference will draw on a broad range of disciplinary and cross-disciplinary expertise to address the relationships between two fundamental concepts in social and historical inquiry: power and emotion. How are historical forms of cultural, social, religious, political and soft power linked with the expression, performance and control of emotions? How has power been negotiated and resisted through expressions of emotions? How have emotional cultures sustained or been produced by particular structures of power? How have understandings and expressions of emotion played out within cross-cultural encounters and conflicts? What has been the relationship between intimate, personal feeling and its public, collective manifestations?

Literary and artistic works as well as objects of diverse kinds are often said to produce or to have elicited powerful emotions. Yet how has this varied across time, space, cultures and gender? What visual, verbal and gestural rhetorics have been considered to act most potently upon the emotions in different periods? How have these conventions related to ideas of the inexpressibility of powerful or traumatic emotional experience, its resistance to aesthetic articulation? What are the implications of this for the recoverability of past emotional experience? And how does the study of the power of feeling relate to more traditionally social conceptions of hierarchy, society, and power? What new understandings of the workings of power do we gain through the perspective of a history of emotions?

This interdisciplinary conference is jointly organized by the Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions and the Centres for Medieval Studies, Renaissance and Early Modern Studies and Eighteenth Century Studies at the University of York. It invites papers that address the above issues from disciplines including, but not restricted to: history, religion, literature, art, music, politics, archaeology, philosophy and anthropology.

Papers and panels might focus on the following questions and themes:

  • Emotion and political and social action: How have emotions been used by various political, religious and other groups to reinforce or to undermine social and political hierarchies? What role did gender play in these processes?
  • Dynasty, rule and emotional display.
  • The affective dimensions of war, protest, revolution and nation building
  • Diplomacy and the negotiation of cross-cultural emotions
  • Religious change, power and emotions
  • How has the relationship between emotions / passions and power been understood and theorized across time?
  • The micro-politics of intimate relationships and gendered power
  • The role of ritual, object and liturgy in managing, intensifying, or disciplining political, religious or other emotions
  • What techniques and venues have been used to construct and amplify collective emotions? Papers might consider mass meetings, crowds, congregations, theatres, assemblies and clubs.

The organisers welcome proposals for individual 20-minute papers, for panels (which may adopt a more innovative format, including round-tables, a larger number of short presentations), or for postgraduate poster presentations.

Proposals should be sent to Pam Bond, Administrative Officer at the Centre for the History of Emotions, University of Western Australia. Email: emotions@uwa.edu.au by Friday 27 January 2017.

 

Colloque « Les émotions au Moyen Âge : un objet littéraire » – 12 et 13 janvier 2017

Source: Cérédi

arton417Colloque « Les émotions au Moyen Âge : un objet littéraire »
le 12 janvier 2017, salle des Sociétés savantes, 198 rue Beauvoisine, Rouen
et
le 13 janvier 2017, Maison de l’Université, Mont-Saint-Aignan

Organisateurs
Laurence Mathey-Maille (Université du Havre),
Didier Lechat (Université de Caen),
Michèle Guéret-Laferté et l’équipe de littérature et langue médiévales (Université de Rouen)

PROGRAMME

Jeudi 12 janvier

Matin

9 h 30 : Accueil des participants et ouverture du colloque

Présidence : Elisabeth Lalou

10 h : Damien BOQUET (Université d’Aix-Marseille), « L’histoire des émotions ou le Moyen Âge mis en récit (chapitre 1) »

10 h 30 : Christiane VEYRARD-COSME (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Émotions et écriture de la sainteté : le cas de la Vita beati Alcuini (IXe siècle) »

11 h : Pause

Présidence : Jean Maurice

11 h 15 : Beate LANGENBRUCH (ENS Lyon), « La recherche sur les émotions épiques médiévales : premiers jalons »

11 h 45 : Lisa SANCHO (Université de Bourgogne), « La honte est-elle l’émotion d’un genre spécifique ? »

12 h 15 : Gabrielle GRANDCAMP (Université du Havre), « Créer, mettre en scène et susciter l’émotion : la dramaturgie des Miracles de Nostre Dame par personnages »

12 h 45 : Pause déjeuner

Après-midi

Présidence : Florence Bouchet

14 h 15 : Gioia PARADISI (Université de la Sapienza, Rome), « Remarques sur les émotions et l’affectivité dans le Breviari d’amor de Matfre Ermengaud. Le discours anti-érotique »

14 h 45 : Guillaume ORIOL (Université Bordeaux Montaigne), « Écrire l’inintelligibilité de l’amour : analyse stylistique des métaphores “émotionnelles” chez les troubadours du trobar clus »

15 h 15 : Marjolaine RAGUIN (Université de Liège), « Chansons de croisades lyriques françaises et occitanes : postures de l’amant, postures du combattant »

16 h-18 h : Visite conférence du Musée des Antiquités et de l’exposition sur le Moyen Âge « Trésors enluminés de Normandie »


Vendredi 13 janvier

Matin

Présidence : Patrick Moran

9 h : Anna LOBA (Université de Poznan, Pologne), « “Extreme doleur et lyesse ne se peuent celer”. Les émotions au service de la politique et de la morale dans l’œuvre de Philippe de Mézières »

9 h 30 : Camille CARNAILLE (Université de Genève, Suisse), « Semblant et émotion : Réflexions autour de la mise en scène émotionnelle »

10 h : Anatole-Pierre FUKSAS (Université de Cassino, Italie), « Amor et crieme dans Cligès de Chrétien de Troyes, le recueil de sentences de Publilius Sirus et une épitre ad Lucilium »

10 h 30 : Pause

Présidence : Élisabeth Mathieu

11 h : Gérard GROS (Université de Picardie), « La joie d’être guéri. L’expression de l’émotion chez les miraculés de Soissons (Gautier de Coinci, Miracles de Nostre Dame) »

11 h 30 : Claire DONNAT-ARACIL (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle), « “Trop a le cuer vain qui ne te sert par grant deduit. La joie et la douceur dans l’écriture de Gautier de Coinci »

12 h : Hélène DUPRAZ-ROCHAS (Université de Paris-Sorbonne), « Le plaisir littéraire en question dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci »

12 h 30 : Pause déjeuner

Après-midi

Présidence : Marie-Madeleine Castellani

14 h : Sandrine LEGRAND (Université de Lille), « Pleurer la mort du héros : la mort d’Hector dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure »

14 h 30 : Magaly DEL VECCHIO (Université de Lorraine), « “Grans fut li deuls, li bruis et la rançons”, la tristesse comme objet littéraire dans La Prise de Cordres et de Sebille »

15h : Flore VERDON (Université de Reims), « Nouvelle approche générique des lais bretons : étude de l’interrelation des émotions et de l’espace arthurien »

15 h 30 : Pause

Présidence : Véronique Dominguez

16 h : Mireille DEMAULES (Université d’Artois), « Entre plaisir et déplaisir : le récit de rêve et ses émotions »

16 h 30 : Sébastien DOUCHET (Université d’Aix-Marseille) « “Ha Ha lets laffe at this lye”. Émotion de lecture et note marginale dans l’exemplaire BnF Res. Ye 851 des Loups ravissants (Antoine Vérard, 1503) »

17 h -17 h 30 : Discussion / Conclusion

Colloque : Owning Our Emotions — Emotion, Authenticity and the Self

Source : Philosophy. News, events and more from the Open University’s Philosophy Department

International Research Conference

21–22 September 2016
Senate House, London

Registration for this conference is now open
(closing date 8 September 2016)

To register, please visit the conference registration website here and follow the links and instructions. If you have any questions, please address any inquires to arts-philosophy-events@open.ac.uk

Download the full Conference Programme

Our keynote speakers

  • Professor Monika Betzler, Ludwig-Maximilians Universität, Munich
  • Professor Kristján Kristjánsson, University of Birmingham
  • Professor Denis McManus, University of Southampton
  • Dr Carolyn Price, The Open University
  • Professor Fabrice Teroni, University of Geneva
  • Dr Jonathan Webber, University of Cardiff
  • Professor Christine Straehle, University of Ottowa*
  • Professor Justin White, Brigham Young University*
  • Mr Daniel Vanello, University of Warwick*

*selected by blind peer review

Conference themes

How do emotions relate to the self?  On one possible view, emotions stand outside the self: they reflect biological drives or cultural demands independent of – perhaps even inimical to – the subject’s own interests or values; when we act out of emotion, we are driven to act by psychological forces external to ourselves. But on another view, our emotional dispositions help to constitute who we are; words and deeds that come ‘from the heart’ are judged to have a special kind of worth, arising from their authenticity. In everyday contexts, people seem to think about emotion in both these ways, depending on the situation. But can these two views be reconciled? And if not, which view comes closer to the truth?
The purpose of this conference is to throw light on these questions, capitalising on the progress that has been made in the philosophy of emotion in recent years, as well as drawing on studies in the history of philosophy and on a range of philosophical traditions.

Directions for conference delegates

For a printable map of Senate House and nearest London underground and railway stations, please click on How to get to Senate House. Senate House is part of the University of London and helpful advice on different options for travel and transport are available here.

The conference is organized by the Philosophy Department of the Open University in conjunction with Department’s Reasons and Norms research group. It is supported by the Mind Association and by the Institute of Philosophy. For questions about the conference, please contact our conference administrator Ms Yvonne Bartley at arts-philosophy-events@open.ac.uk

 

Conférence : Between the Lines: Discerning Affect and Emotion in Pre-Modern Texts, Columbia University, NY, 29-30 September 2016

PROGRAM:

All conference events will take place in the Columbia University Faculty House Seminar Room 1 with the exception of Thursday night’s dinner, which will take place in the Faculty House dining room.  Any changes to the venue will be posted in the entry foyer of the Faculty House. For directions to Faculty House, see: http://facultyhouse.columbia.edu/files/facultyhouse/web/Faculty_House_Directions.pdf

THURSDAY, September 29th 2016:

Arrival, 3:00-3:15pm

Coffee and tea provided

Welcome, 3:15-3:30pm

Session #1: Teaching and Learning Emotion, 3:30-5:00pm

Irina Dumitrescu, Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, moderator

“Embarrassment: Losing Face in Rhetorical School Texts of the Central Middle Ages”

Monika Otter, Dartmouth College

Swiðe swete to belcettan: Affective Eruptions in the Old English Boethius”

Jennifer A. Lorden, University of California, Berkeley

“Medieval Stupor”

Thomas Prendergast, College of Wooster

Coffee Break, 5:00-5:15pm

Keynote Lecture: « Making Up People Between the Lines, » 5:15-7:00pm

Fiona Somerset, University of Connecticut

Stephanie Trigg, University of Melbourne, introduction

FRIDAY, September 30th 2016

Arrival/Breakfast, 8:15-8:45am

Welcome, 8:45-9:00am

Session #2: Empathy and Compassion, 9:00-10:30am

Patricia Dailey, Columbia University, moderator

Car je n’ay plus sens ne memoire: Feeling Other People’s Demons in Medieval French Theater”

Andreea Marculescu, University of California, Irvine

“Emotional Contagion in the Middle Ages”

Beatrice Delaurenti, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale

“Griselda’s Swoon: Historicizing Medieval Affect Alongside Emotion”

Glenn Burger, Queens College and CUNY Graduate Center

Coffee Break, 10:30-10:45am

Session #3: Images and Objects, 10:45am-12:15pm

Lauren Mancia, Brooklyn College, City University of New York, moderator

“Performing Emotion in the Sculpted Deposition”

Julia Perratore, The Metropolitan Museum of Art

“Tears for Abraham? The Sacrifice of Isaac in Anglo-Saxon Imagination”

Shu-han Luo, Yale University

“Feeling in the Margins in Fifteenth-Century Prayer Books”

Sara M. Weisweaver, University of Illinois at Urbana-Champaign

Lunch, 12:15-1:30pm

Session #4: Affections in Community, 1:30-3:00pm

Piroska Nagy, Université du Québec à Montréal, moderator

“Private Emotions and Public Display: Normative Court Community in Castile-Leon, c. 1250-1350”

Kim Bergqvist, Stockholm University

“Can Emotions Make Law?: Collective Trauma, Apostasy and Legal Responsiveness in Fifteenth Century Austrian Jewry”

Tamar Menashe, Columbia University

“Jealousy (ghayra) in Pre-Modern Islamic Constructions of Masculinity”

Marion H. Katz, New York University

Break, 3:00-3:15pm

Session #5: Affective Genres, 3:15-4:45pm

Stephanie Trigg, University of Melbourne, moderator

“The Abstemious Affect of the Couplet Genre in Early Modern South Asian Devotional Poetry”

Manpreet Kaur, Columbia University

“Negative Interiority: Unruly Feelings in Premodern Korean Fiction”

Ksenia Chizhova, Princeton University

“Moving the Soul: Exegesis and Medieval Psychology in Simone Fidati’s De Gestis Domini Salvatoris »

Xavier Biron-Ouellet, Université du Québec à Montréal

Closing Discussion, 4:45-5:30pm

Jesus Rodriguez Velasco, Columbia University

 

Emotion and Evidence in the Late Medieval and Early Modern World

indexEmotion and Evidence in the Late Medieval and Early Modern World

PROGRAMME

09:30-10:00 Registration and Welcome (Prof Chris Williams, SHARE Head of School) 10:00-11:00 Session One: Emotion and Litigation

Anna Boeles Rowland (Oxford University) – Emotional Objects: Material Culture, the Emotional Turn and Marital Litigation in Late Medieval London.

Anna Field (Cardiff University) – Emotion and crimes against the coin in late seventeenth- and early eighteenth-century England

11:00-11:30 Coffee

11:30-12:00 Keynote: Garthine Walker (Cardiff University) – Thinking, Feeling and Doing: Problematizing Emotions in the History of Early Modern Crime

12:00-13:00 Lunch
13:00-14:30 Session Two: Tracing Devotion

Kati Ihnat (Bristol University) – ‘Let no-one… be a friend to the Jews’: Searching for Christian emotions towards Jews in devotional sources

Laura Kalas Williams (Exeter University) – ‘The Birth of Fear and Loathing: the (Un)Making of Margery Kempe in Additional MS 61823’

Rachel Basch (Royal Holloway) – ‘“In the time of her adversity.” Recovering the emotions of bishops’ wives

14:30-15:00 Coffee

15:00-15:30 Keynote: Miri Rubin (Queen Mary University of London) – Emotion, Devotion and Evidence: The Work So Far

15:30-15:45 Break

15:45-17:15 Session Three: Proscription, Practice and Emotional Response

Abby Johns (Cardiff University) – Discovering Deviant Expressions of Grief in Popular Print

Emma Levitt (University of Huddersfield) – “The greater pity is!” Restoring English masculinity and pride in the reign of Edward IV

William Tullett (King’s College London) – Habituation, Emotion, and the Olfactory Archive of Eighteenth-Century England.

17:15-17:30 Closing Remarks
17:30 Drinks Reception – Room 4.45 of the John Percival Building

Appel à communication : Discerning Affect and Emotion in Pre-Modern Texts — New York, 3 septembre 2016

Call for Papers

 Between the Lines:

Discerning Affect and Emotion in Pre-Modern Texts

 Co-Sponsored by The Columbia University Seminar on Affect Studies

& the Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions (CHE)

 Columbia University Faculty House

Friday, September 30, 2016

Keynote speaker:

Fiona Somerset, Professor, Department of English, University of Connecticut

 This conference addresses multiple challenges in the study of affect and emotion in the pre-modern period.  To what extent can we assume commensurability between contemporary definitions and understandings of affect or emotion and earlier, pre-modern iterations? Can we historicize affect? How do we? One strategy is to read across the surface in pre-modern works, looking for the explicit naming of emotional states (for example, “anger” or “joy”) and the gestures and expressions associated with those states; but another might be to read between the lines and find less discursively obvious articulations of affect or emotion. How, for example, do we discern or quantify affect in a culture that might value understatement and reserve? How do we read the absence, or indeed, the extremes of emotional expression or affect in texts? How do cultural texts (artistic, literary, religious etc.) contribute to the history of emotions? And how do we account for emotional change across time?

Papers for this conference should address these themes in pre-modern texts (pre-1500) from around the world.  “Texts” can be constructed loosely, as written, oral, aural, visual, literary, political, administrative, religious, etc.

Possible ideas include, but are not limited to:

  • evaluating the representations of emotions in the past via word study
  • understanding normative associations of emotions with genders, or with specific types figures (heroes, demons, etc.) and genres.
  • exploring how to discern emotional experience that is not categorized, or categorizable
  • recognizing mixed emotions
  • exploring the role of gestures, facial expressions, movements in art and literature
  • interpreting the absence of emotional expression or affect altogether
  • reading the filiation of certain emotions with the presence of faith/obedience, or with practices of conversion and devotion and the cultivation of community
  • tracing unstated, unnamed emotions
  • making associations between emotions and visual culture
  • aligning the modern or contemporary interest in emotions and affects with the pre-modern
  • interrogating the relation between emotions and conceptions of private and public life in the pre-modern
  • reading emotions in cross-cultural encounters
  • pedagogy and pre-modern affect

 

Submission deadline for abstracts: May 1, 2016. Abstracts of 300 words accompanied by a brief biographical paragraph should be submitted to conference organizers Patricia Dailey and Lauren Mancia (Columbia University Seminar on Affect Studies) and Stephanie Trigg (University of Melbourne/ARC CHE): premodern.affect@gmail.com. Papers should be up to 20 minutes in length.

Subventions for travel or lodging will be available to graduate students giving papers. To apply for a subvention, write an additional paragraph explaining how this paper and conference fit into your larger program of graduate study, what funds you already have access to, and what approximate costs you will have in traveling to and staying near Columbia for the conference. Submit this paragraph along with your abstract and biographical paragraph by May 1, 2016.

 

L’Epopée sensible – Les émotions de l’Europe médiévale et le discours épique (17-18 mars 2016, ENS Lyon)

source : CIHAM

L’Epopée sensible – Les émotions de l’Europe médiévale et le discours épique

Programme

Jeudi 17 mars (ENS de Lyon, Amphithéâtre Descartes)

13 h 30           Accueil

Session I : Introduction et généralités
Présidente de séance : Muriel Ott (Strasbourg)

14 h                 Ouverture
14 h 15           Beate Langenbruch & Pablo Justel (ENS de Lyon) :
« Introduction et état des lieux : les recherches sur l’épopée médiévale européenne et l’émotion »
14 h 45           Damien Boquet (Aix-Marseille) :
« Vers une anthropologie médiévale des émotions »
15 h 15           François Suard (Paris Ouest Nanterre) :
« Émotion et création du personnage épique (Chanson de Roland, Chanson de Guillaume, Raoul de Cambrai) »
Discussion
Pause

Session II : La Performance, ses moyens et ses réponses émotionnelles
Président de séance : François Suard (Paris Ouest Nanterre)

16 h 30           Jean Maurice (Rouen) :
« Les aspects théâtraux du texte épique et leur performance »
17 h                Hubert Heckmann (Rouen) :
« Y a-t-il des Pathosformeln dans la chanson de geste ? »
17 h 30           Antoni Rossell (Barcelone) :
« Chanson de geste romane : Une reconstruction musicale pour l’interprétation des émotions »
Discussion

Vendredi 18 mars (ENS de Lyon, Amphithéâtre Descartes)

Session III : Les Affects dans les antagonismes guerriers
Présidente de séance : Laurence Moulinier (Lyon 2)

9 h                   Alberto Montaner (Saragosse) :
« Sensibilité insensible ? Les émotions de la lutte »
9 h 30             Evamaria Freienhofer (Berlin) :
« Colère et pouvoir – une toute nouvelle conception de la Chanson de Roland au Rolandslied »
10 h                Ingvil Brügger Budal (Bergen) :
« French Feelings – the Norse way. Emotions in the translated riddarasögur »
10 h 30            Jean-Claude Vallecalle (Lyon 2) :
« La colère du héros dans l’épopée franco-italienne du xive siècle »

Discussion
Pause

Session IV : Émotions transcendantes
Président de séance : Alberto Montaner (Saragosse)

11 h 45           Francisco Bautista (Salamanque) :
« El héroe misterioso : religiosidad y maravilla en la tradición heroica castellana »
12 h 15           Diego Bejarano (Saragosse) :
« La emoción espiritual en la épica española : del Cantar de mio Cid a La Araucana »

Discussion

13 h                Déjeuner

Session V : Communautés épiques
Présidente de séance : Corinne Füg-Pierreville (Lyon 3)

14 h 15           Philippe Haugeard (Orléans) :
« Les émotions familiales dans la chanson de geste : l’exemple de Garin le Loherenc »
14 h 45           Pablo Justel (ENS de Lyon) :
« La joie du Cantar de mio Cid »
15 h 15           Carlos Heusch (ENS de Lyon) :
« De l’amitié épique à l’amitié chevaleresque »
15 h 45           Emma Goodwin (Oxford) :
« Stratégies discursives qui visent à construire une identité nationale ? Une comparaison de quelques chansons de geste »
Discussion
Conclusions

17 h                Clôture

 

Comité scientifique : Beate Langenbruch & Pablo Justel (ENS de Lyon/Saragosse, CIHAM)
Damien Boquet (Aix-Marseille, TELEMMe)

Notre manifestation s’inscrit dans l’histoire des émotions en étudiant les manifestations de ces dernières dans les discours épiques de l’Europe médiévale. Depuis longtemps, les recherches sur la chanson de geste, les épopées franco-italiennes, espagnoles, allemandes ou norroises du Moyen Âge se sont intéressées à la construction du personnage épique, parfois avec des apports intéressants sur le plan théorique et pratique, mais sans toujours réussir à éviter l’écueil du psychologisme ou celui d’une vision somme toute descriptive.
Dans le contexte des recherches naissantes et des publications récentes qui renouvellent notre connaissance du monde intime et sensible du Moyen Âge, tant du côté des historiens que de celui des littéraires* , il paraît nécessaire d’échanger sur les acquis et les méthodes et de faire se rencontrer des spécialistes représentatifs de différents pays européens et de leurs littératures épiques respectives. Naturellement, les questions d’anthropologie historique et de comparatisme se conjugueront à celles qu’on peut formuler à propos du genre littéraire, afin de mesurer la spécificité de l’expression, de la représentation et de la réponse émotionnelle que produit et suscite le discours épique médiéval.
Après avoir posé les bases de notre réflexion collective, qui montrera la particulière pertinence de la question des émotions pour l’épopée médiévale et ses héros (Session I : Introduction et généralités), nous nous intéresserons à la question de la performance. Comment les procédés formels, spectaculaires et/ou musicaux, puis les aspects de théâtralité font-ils surgir rire et pathos, douleur et colère (Session II : La Performance, ses moyens et ses réponses émotionnelles) ?
Quelles sont ensuite les émotions complexes qui se font jour dans l’opposition des forces belligérantes et leur représentation manichéenne ? Comment comprendre l’intrication des émotions individuelles et collectives, dès lors que la colère ou la haine peuvent prendre une place au moins aussi importante que l’amitié ou l’amour, comme dans le Cycle de Guillaume d’Orange, le Cantar de mio Cid ou le Ruotlandes liet (Session III : Les Affects dans les antagonismes guerriers) ? Dans quelle mesure le sentiment religieux et le lien à la transcendance intègrent-ils les codes du genre, perceptibles par exemple dans la prière du plus grand péril, ou les évidentes affinités que l’épopée entretient avec le discours hagiographique (Session IV : Émotions transcendantes) ? Comment les sociétés de l’Europe médiévale se construisent-elles grâce aux liens émotionnels qui les resserrent dans et par l’épopée (Session V : Communautés épiques) ?

Les communications et débats de cette manifestation se verront publiés dans des actes.

Ce colloque international organisé par le CIHAM (UMR 5648) a bénéficié de l’aide du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon et du programme de recherche espagnol Formas de la Épica Hispánica: Tradiciones y Contextos Históricos II (FEHTYCH II) dirigé par Alberto Montaner, que nous remercions pour leur généreux soutien. Nous sommes également reconnaissants à l’agence Lyon Gerland Debourg de la BNP Paribas pour l’impression des supports de communication, puis au TNP de Villeurbanne et à Julien Tiphaine pour la mise en espace de sa Chanson de Roland lors d’une séance spéciale à l’ENS de Lyon.

* Damien Boquet et Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015 (L’Univers historique) ; La Chair des émotions, sous la dir. de Damien Boquet, Laurence Moulinier-Brogi et Piroska Nagy,  Médiévales, 61, 2011 ; Barbara H. Rosenwein, Emotional communities in the Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2007 ; idem, Generations of feelings. A History of Emotions, 600-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2015 ; Rache – Zorn – Neid. Zur Faszination negativer Emotionen in der Kultur und Literatur des Mittelalters, sous la dir. de Martin Baisch, Evamaria Freienhofer et Eva Lieberich, Göttingen, V+R Unipress, 2014 ; Blandine Longhi, La Peur dans les chansons de geste (1100-1250) : Poétique et anthropologie, thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne sous la direction de Dominique Boutet, 2011.
Colloque international
Jeudi 17 Mars 2016Vendredi 18 Mars 2016

CFP Entre le cœur et le diaphragme. (D)écrire les émotions dans la littérature narrative et scientifique du Moyen Age

Source : Fabula

Colloque international à l’Université catholique de Louvain (8-10 décembre 2016)

Entre le cœur et le diaphragme. (D)écrire les émotions dans la littérature narrative et scientifique du Moyen Âge 

 

La codification écrite des émotions a toujours reposé sur une sorte d’aporie qui, de nos jours, est loin d’être résolue, même si la technologie numérique semble avoir trouvé une ‘solution’ dans les emoji ou emotikons (selon qu’on choisisse l’étymologie japonaise ou grecque). En 2015, l’Oxford Dictionnary a decerné le titre de « Word of the year » au ‘petit visage avec larmes de joie’ (Face with Tears of Joy emoji : ). Au-delà de l’anecdote, la pratique qui nous pousse à utiliser un double système, voire un code sémiotique hybride, confirme qu’il existe un hiatus entre la parole écrite et les réactions, sentiments, émotions qu’elle est censée refléter ou décrire.

L’histoire des émotions a connu un essor très important dans les dernières années comme en témoignent les nombreuses publications récentes ainsi que les projets de recherche en cours dans différentes universités d’Europe et des Etats-Unis – publications et projets embrassant l’histoire, la linguistique, l’anthropologie, la littérature. L’année 2015 a vu la publication de quatre importants ouvrages consacrés à l’histoire et l’écriture des émotions dans la tradition médiévale, notamment les volumes collectifs Emotions in Medieval Arthurian Literature et La expresión de las emociones en la lírica románica medieval, ainsi que les monographies Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval et Fisiologia della passione. Poesia d’amore e medicina da Cavalcanti a Boccaccio.

Notre colloque a l’ambition de contribuer à la réflexion en lançant le pari de croiser les approches de l’écriture scientifique et de l’écriture narrative autour de cette grande problématique. Nous sommes surtout intéressés de comprendre dans quelle mesure la littérature médicale et la littérature narrative ont pu avoir des influences réciproques dans le traitement, la description, voire l’analyse des émotions.

Voici quelques possibles pistes de recherche :

  • Les notions de mélancolie, ire, colère etc. entre tradition romanesque / allégorique et théorie des quatre humeurs
  • Les auteurs qui se situent au carrefour entre écriture narrative et écriture scientifique, comme Evrart de Conty, Matfre Ermengaud, Dante Alighieri et bien d’autres, jusqu’à l’aube de la Renaissance.
  • Les traductions qui contribuent à enrichir le vocabulaire – de l’arabe ou du grec vers le latin et ensuite vers les langues vernaculaires – et à diffuser un savoir qui sera différemment assimilé par les écrivains, d’où la place que nous accordons au mot « diaphragme » dans notre intitulé (emprunté au grec par l’intermédiaire du latin, il est attesté pour la première fois dans le Commencement de la sapience des signes, traité didactique du juif andalou Abraham ibn Ezra, traduit en 1273 ou 1274 par Hagin le Juif ; ensuite dans la traduction de la Chirurgia d’Henri de Mondeville. D’après le Speculum naturale, XXVIII, 6, qui reprend le Pantegni traduit en latin par Constantin l’Africain, le diaphragme fait partie, comme le cœur, des membra spiritalia et joue un rôle déterminant dans la gestion de la chaleur naturelle du corps).

Les communications pourront embrasser à la fois les langues romanes, le latin et la tradition gréco-arabe. L’un des principaux objectifs de cette rencontre est de stimuler le dialogue entre les romanistes et les spécialistes de l’histoire des sciences, notamment de la médicine.

 

Les communications auront une durée d’environ 20-30 minutes.

Les propositions de communication, contenant le nom et l’affiliation institutionnelle du conférencier, accompagnées d’un résumé d’une dizaine de lignes, sont à envoyer à Grégory Clesse (gregory.clesse@uclouvain.be) avant le 15 avril 2016