Politiques des émotions

Politiques des émotions au Moyen Âge
Politiques des émotions au Moyen Âge
Sous la direction de Damien Boquet et Piroska Nagy
pp. VI-358, € 54
Collana Micrologus’ Library, 34
anno 2010
isbn 978-88-8450-374-9
Disponibilità disponibile

Ce livre est l’un des fruits d’un programme de recherches – EMMA («Les émotions au Moyen Age») – qui a été lancé en 2005 avec pour objectif d’étudier les émotions durant la période médiévale dans une perspective interdisciplinaire. Au fil d’une série de rencontres organisées à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, le programme EMMA a rassemblé plusieurs dizaines de chercheurs qui avaient pour défi d’intégrer dans leur champ propre le nouveau paradigme de l’émotion porté par la psychologie, la sociologie ou la philosophie. Politiques des émotions au Moyen Age est ainsi le troisième volet de ce projet éditorial qui s’est ouvert en 2007 par la parution d’un numéro de la revue Critique intitulé Émotions médiévales, dans lequel dix médiévistes proposaient une analyse critique de l’historiographie récente en la matière. Les deux principales réalisations du projet, Le Sujet des émotions au Moyen Age paru en 2009 et aujourd’hui Politiques des émotions au Moyen Age, ont été conçues pour former une unité, relevant de ce que Foucault appelait la «gouvernementalité» et qu’on pourrait nommer aussi, en s’inspirant de William Reddy, la «navigabilité » des émotions pour qualifier l’articulation entre la construction de la subjectivité affective et l’usage social des émotions. C’est cette navigabilité des émotions qui explique le pluriel de «politiques» dans le titre de ce livre. Après avoir réfléchi en ouverture aux conditions mêmes d’une histoire politique des émotions médiévales, nous commençons par aborder la politique dans son sens traditionnel d’art de gouverner la cité:  comment les gouvernants usent-ils de leurs émotions, qu’elles soient ressenties et/ou scénarisées? Comment aussi contrôlent-ils et pèsent-ils sur les émotions des gouvernés? La première section de ce livre fait la part belle à ces approches en montrant comment les émotions des princes – et à l’inverse l’absence de certaines émotions – peuvent concourir à une idéologie du pouvoir souverain tout en mettant en scène le plus souvent des situations politico-affectives où ce pouvoir s’exerce, y compris en dévoilant ses faiblesses. On mesure alors  toute l’étendue des registres d’application, entre élaboration d’une émotionalité publique et usage d’une palette émotionnelle de type privé à des fins politiques. Gouverner les émotions, c’est aussi évaluer et encadrer celles des populations, donc exercer un empire sur l’émotion comme finalité ou bien s’appuyer sur des émotions collectives pour viser un objectif second. Quoi qu’il en soit, dans ces actes qui nous intéressent dans la deuxième section du livre, l’émotion n’est jamais réduite à un pur moyen; elle est aussi l’agent de  transformation par lequel l’événement politique advient. Cette navigation émotionnelle relève alors du politique compris comme l’ensemble des formes organisées des rapports de pouvoir. L’important dès lors est de laisser ouvertes les possibilités d’interaction pour voir comment les émotions manifestées signifient les rapports de pouvoir tout en agissant sur eux au moment même où elles sont performées. Cette part  d’incertitude, de malléabilité propre à la communication émotionnelle prouve que l’émotion n’est pas le simple fard de l’événement mais qu’elle agit en son coeur même, en lui conférant sens, efficacité et aptitude à redéfinir les rapports de pouvoir au sein des groupes sociaux. Sous cet angle, les enquêtes de la troisième section sur les communautés d’émotions, voire sur les émotions communautaires, découlent naturellement des sources. À partir du moment où l’historien admet que l’émotion est un fait culturellement produit, intellectuellement reconstruit par la médiation écrite ou figurée et politiquement efficace, il est dans son rôle lorsqu’il articule les configurations émotionnelles visibles dans les sources et les groupes socialement constitués, plus encore lorsqu’il met au jour les modalités selon lesquelles le théâtre social des émotions participe des processus de reconnaissance et de renforcement des communautés d’intérêts.

SOMMAIRE:

– D. Boquet – P. Nagy, L’historien et les émotions en politique: entre science et citoyenneté

– É. Limousin, Les émotions de l’empereur byzantin

– B. Sère, Le roi peut-il avoir honte? Quelques réflexions à partir des chroniques de France et d’Angleterre (XIIe-XIIIe siècles)

– L. Smagghe, Sur paine d’encourir nostre indignation. Rhétorique du courroux princier dans les Pays-Bas bourguignons à la fin du Moyen Âge

– M. Guay, Les émotions du couple princier au XVe siècle: entre usages politiques et affectio conjugalis

– R. Alonso Álvarez, Ploraverunt lapides et manaverunt aquam. El planto por el rey según las crónicas de los reinos occidentales hispánicos

– C. Soussen-Max, Violence rituelle ou émotion populaire? Les explosions de violence anti-juive à l’occasion des fêtes de Pâques dans l’espace aragonais

– N. Archambeau, His Whole Heart Changed: Political Meanings of a Mercenary’s Emotional Transformation – J.-M. Mehl, L’émotion ludique au Moyen Âge

– B. H. Rosenwein, The Political Uses of an Emotional Community: Cluny and Its Neighbors, 833-965

– J. Deploige, Meurtre politique, guerre civile et catharsis littéraire au XIIe siècle. Les émotions dans l’oeuvre de Guibert de Nogent et de Galbert de Bruges

– L. Verdon, Expressions et usages des comportements affectifs dans le cadre de la seigneurie (Provence, XIIIe siècle). L’exemple de l’amour dû au seigneur

– C. Denjean, Identités et jeu des émotions devant la justice du roi d’Aragon: prêteurs juifs et courtiers chrétiens

– B. Rimé, Les émotions médiévales: réflexions psychologiques. Indici

Pour commander le livre : cliquer ici