“Martha Nussbaum. Emotions privées, espace public” (Raison Publique, numéro 13, octobre 2010)

Professeur à l’Université de Chicago, Martha Nussbaum est l’une des philosophes américaines les plus importantes de sa génération. Elle est l’auteur d’une œuvre de philosophie politique et morale dont l’ampleur et la portée sont tout à fait impressionnantes. Philosophie morale grecque, lien entre littérature et philosophie morale, rôle des émotions dans nos vies morales, formation de l’espace publique démocratique et discussion de la philosophie politique libérale : ce ne sont là que quelques-unes des domaines dans lesquels Martha Nussbaum a apporté une contribution à chaque fois décisive.
Ce travail, si abondamment discuté et commenté dans le monde, reste pourtant fort peu connu en France : à ce jour, d’une œuvre foisonnante, ne sont encore traduits en Français que deux articles et deux livres : Femmes et développement humain et, plus récemment, La Connaissance de l’amour. Ces deux ouvrages touchent assurément des points centraux de sa philosophie : Femmes et développement humain présente la théorie des « capabilités » par laquelle Martha Nussbaum propose une interprétation originale de la théorie politique libérale et montre sa fécondité sur la question des droits des femmes. La Connaissance de l’amour réunit un ensemble d’articles qui explorent la contribution de la littérature à la philosophie morale à travers des lectures de Proust, James, Beckett… À ce titre, il est heureux que le lecteur français puisse enfin y accéder. Pour autant, il importe de ne pas en rester là. Les thèmes qui méritent discussion sont en effet plus larges encore : la lecture croisée de la philosophie et de la tragédie grecques pour souligner la place du conflit et de la vulnérabilité dans les vies morales d’êtres humains soumis à la « fragilité de la bonté », selon la jolie expression qui fait le titre du recueil The Fragility of Goodness ; l’apport cognitif et évaluatif des émotions discuté dans Upheavals of Thought ; les zones inexplorées de la philosophie politique rawlsienne dans Frontiers of Justice ; ou encore le rôle joué par les humanités pour former nos espaces publics démocratiques (Poetic Justice, Cultivating Humanity).

Le dossier que nous présentons ici, issu d’un colloque organisé conjointement par l’Université de Picardie Jules Verne et l’École normale supérieure en juin 2009, entend ainsi prolonger les récents efforts de traduction et contribuer à faire mieux connaître cette œuvre remarquable. Présentation complète du dossier

Sommaire

Solange Chavel, Introduction (téléchargeable->doc172])

Martha Nussbaum : Egalité et amour à la fin du Mariage de Figaro : constituer les émotions démocratiques

Ruwen Ogien : Qui a besoin d’une ≪ éthique à visage humain ≫ ?

Marc Pavlopoulos : Des valeurs contextuelles ou universelles ?

Piergiorgio Donatelli : Martha Nussbaum, l’éthique et la forme de vie

Michela Marzano : Publicisation de l’espace privé et privatisation de l’espace public

Estelle Ferrarese : Emotions et politique chez Martha Nussbaum : la question du rapport a soi

Alice Crary : Ethique et littérature : Nussbaum contre Nussbaum

Gabrielle Radica : La jalousie est-elle une passion privée ?

Patrick Pharo : Fiertés et dégoûts dans l’éthique de première personne



Citer ce billet
Damien Boquet (2010, 10 novembre). “Martha Nussbaum. Emotions privées, espace public” (Raison Publique, numéro 13, octobre 2010). Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7gx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.