Morale et cognition : les émotions

JOURNEE D’ETUDE

MORALE ET COGNITION : LES EMOTIONS

25 novembre 2011

Université Paris X – Nanterre

MAE, 3e étage, salle 308

Organisateurs LESC: Monica Heintz et Isabelle Rivoal

 

9 :00 Café

9 :15- 9 :45 Présentation du projet

09 :45- 10 :45 Victor Stoichita (CREM-LESC)- « Comme un boyard dans son hélicoptère ». Orgueil, morale et ironie dans les musiques de fête en Roumanie 

10:45-11 :45 Florian Cova (Université de Genève)- Emotions et domaines moraux : la question de la classification des émotions morales

11 :45- 12 :00 Pause-café

12 :00-13 :00 Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille/IUF)– La valeur morale des émotions dans le christianisme médiéval. L’historien à l’épreuve des sources

13-14 Déjeuner

14-15 François Berthomé (LAS)- Les techniques d’humiliation : inventaire comparatif et description ethnographique

15-16 Olivier Morin (Central European University) et Guillaume Dezecache – Ce qui manque aux émotions contagieuses pour être morales, et aux émotions morales pour être contagieuses

16-16h30 Pause-café

16 :30- 17h30 Discussion générale

Les valeurs morales sont intrinsèquement liées à l’action et sont par conséquent difficiles à identifier, à décrire, à comprendre ou à expliquer. Le défi est de pouvoir ethnographier et analyser ce qui n’est pas toujours dit, mais appartient souvent à la connaissance tacite, implicite ou cachée. L’épreuve du terrain pose un défi méthodologique constant aux anthropologues et sociologues se penchant sur cet aspect social, dont l’observation est souvent indirecte (il n’y a pas d’institutions de la morale au même titre qu’il y a des institutions du politique ou du religieux), éthiquement problématique (les questions morales sont souvent sensibles) et difficilement objective (les cadres moraux des chercheurs ne sont pas suffisamment explicites pour éviter les biais ethnocentriques).

 

Afin de renouveler le débat entre universalisme et relativisme culturel, l’anthropologie sociale a besoin de s’appuyer sur les recherches récentes en sciences cognitives et en économie comportementale pour affiner ses méthodes d’observation de la réalité sociale. De leur côté, les chercheurs en sciences cognitives que les méthodes de recherches restreignent souvent au laboratoire, s’efforcent de sensibiliser la communauté des sciences sociales à la nécessité de tester leurs hypothèses sur le terrain et à fortiori sur des terrains culturellement différents. Les différences entre les procédures ou cheminements scientifiques et les langages différents employés font que la demande reste le plus souvent lettre morte. Mettre ces langages au diapason et rendre les procédures d’une approche disciplinaire moins opaque donc moins contestable à l’autre est un travail de longue haleine, mais que ce programme de recherche « Morale et cognition » ambitionne  de réaliser

Le but de cette rencontre inaugurale est de confronter les hypothèses et méthodes de travail développées par des chercheurs issus de traditions disciplinaires différentes dans le souci d’ouvrir la voie pour une collaboration des équipes interdisciplinaires enquêtant sur les valeurs morales comme concepts clés dans la compréhension de la réalité sociale. Les recherches sur la coopération, la responsabilité, l’envie sont quelques-uns des sous-domaines permettant le développement des recherches sur les valeurs morales. Les recherches transversales dont les résultats sont pertinents pour la recherche sur la morale, telles que les recherches sur l’affect et l’émotion, sont d’autres domaines à renouveler, renouvellement qui ne peut pas être réalisé exclusivement par une seule de ces deux communautés scientifiques.

Pendant la période 2011-13 nous nous proposons d’organiser plusieurs journées d’étude portant sur ces sous-thèmes, pour faciliter la rencontre des chercheurs en sciences sociales et en sciences cognitives, journées qui seront suivies par un colloque de plus grande ampleur en septembre 2013.  La première rencontre de cette série porte sur les émotions.