Passions et pulsions à la cour (XIIIe – XVIIIe siècle)

SourceUniversité d’Avignon

Colloque, 8 et 9 décembre 2011

Passions et pulsions à la cour (XIIIe – XVIIIe siècle)

Université d’Avignon

Salle 0W33 à 9h
Campus centre-ville – Site Ste-Marthe

Argumentaire

Depuis les travaux de Norbert Elias, les cours sont souvent présentées comme des lieux structurants, disciplinant les comportements individuels et collectifs, réfrénant autant que possible l’expression des passions, voire des pulsions. Si ce modèle a été depuis revisité, la cour demeure un espace de contraintes multiples, de contrôle des gestes et des affects : en favorisant l’expression de certaines émotions au détriment d’autres, refrénées, cachées, voire censurées, la cour apparaît toujours comme un des lieux de codification des sens. Elle intègre de ce fait des formes de violence ritualisées ou strictement définies, joutes oratoires, luttes physiques, punitions des crimes, etc., qui se veulent des moments positifs de célébration d’une violence, qui a alors de fortes valeurs didactiques. Mais la cour est aussi une « configuration sociale », dans laquelle certains sont amenés à exposer ou à se poser comme fauteur d’actes violents. Pour marquer une prise d’autorité, la violence est parfois nécessaire ; elle doit alors it être publique.

L’objectif de cette rencontre est d’abord de s’interroger sur cette véritable Disziplinierung des passions. A partir des sources, on s’efforcera d’appréhender les formes, les lieux et les préméditations, autant que les réparations envisagées au cours de ces deux journées qui rassembleront des spécialistes de l’histoire des cours d’Europe, du XIIIe au XVIIIe siècle.

Programme : cliquer ici



Citer ce billet
Damien Boquet (2011, 1 décembre). Passions et pulsions à la cour (XIIIe – XVIIIe siècle). Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7if