PASSION(S) : TRANSPORTS, SUBLIMATION (colloque doctoral)

source : école doctorale 58

ÉCOLE DOCTORALE 58 (Université Montpellier 3)

 COLLOQUE ORGANISÉ PAR LES DOCTORANTS DE TROISIÈME ANNÉE

PASSION(S) : TRANSPORTS, SUBLIMATION

Dans le cadre de leur formation au sein de l’École Doctorale 58 et de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier, les jeunes chercheurs organisent un colloque de doctorants pluridisciplinaire sur le thème des Passions, qui s’intéressera à la culture méditerranéenne ou plus largement à ses interactions avec le reste du monde. Celui-ci fait suite à l’organisation de plusieurs séminaires sur le même thème durant l’année universitaire 2010-2011.

Le colloque se tiendra les 14 et 15 juin 2012 à Montpellier, site Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry.

 

Des passions de l’âme

Dans son acception triviale, la philosophie est souvent présentée comme la recherche de la juste mesure, l’aspiration à une sagesse conçue comme libérée des turbulences du monde. Il s’agit donc de s’affranchir des contingences, et d’abord des passions, fardeaux de l’âme et égarements de l’esprit. Cette conception restera dominante dans la philosophie occidentale jusqu’au XXe siècle et toutes les sciences de l’homme accepteront le paradigme. Dans le système psychanalytique, les pulsions seront les nouveaux avatars des passions, dont elles conservent les caractères perturbateurs et chaotiques. Pourtant, d’autres pistes commencèrent à s’ouvrir dans le dernier quart du siècle : l’exploration scientifique des émotions, les considérations sur le rôle des affects dans la constitution de l’expérience humaine, l’étude des éléments non verbaux de la communication, les apports des neurosciences, etc. Finalement, « l’erreur de Descartes » apparut comme manifeste : les émotions, dont les passions sont une expression particulière, ne sont pas des parasites ou des aberrations du comportement et du raisonnement. Elles sont consubstantielles à l’humanité même, et les sciences humaines ont donc là un vaste champ d’exploration et de recherche.

Guerre et Paix

La discipline historique étudie le rapport au temps des sociétés et l’écriture de l’histoire met souvent en exergue l’usage des passions par les acteurs historiques. En effet, l’histoire ne s’inscrit pas en dehors des enjeux sociaux qui marquent les époques ; et les passions définies comme inclinations, représentations ou raison déréglée sont autant d’expressions de la subjectivité qui œuvrent dans l’histoire. Il importe alors de voir en quoi les passions justifient l’action historique et cautionnent la mémoire des groupes sociaux, et de s’interroger sur leurs utilisations politiques et sociales. Le système politique dans lequel les passions se trouvent mises en œuvre fournit les critères de leur appréciation. En temps de crise, de désordres sociaux ou de guerre, en temps de paix, au sein des systèmes autoritaires ou démocratiques, les passions comme manifestation et/ou sublimation des valeurs, normes et représentations reflètent la frontière entre l’imaginaire et le réel qu’il convient d’analyser à travers l’écriture de l’histoire par les acteurs politiques et par les historiens.

Sur l’expression des passions

Par la simple représentation, la recherche de contrôle ou par la sublimation, les arts et la littérature reflètent les évolutions des « Passions » et des discours qui les prennent pour objet au fil des siècles. Le caractère passif, l’opposition à la « raison » et la valeur étymologique de la passion antique, son élargissement sémantique à la souffrance morale dès le XIIIe siècle et l’influence de la pensée chrétienne trouvent leurs échos dans les expressions artistiques contemporaines, visant la catharsis ou la ferveur religieuse. Le tournant qui s’opère sous la plume de Pétrarque puis de Ronsard liant intimement amour et passion, puis l’ouverture du terme à toute affection vive se répercutent dans la production artistique, qui sert de support à une recherche de catégorisation. Au XVIIIe siècle, l’apogée de la musique baroque, et le libertinage littéraire évoquent la mise en péril de la liberté du sujet par ses transports. Les passions sont aussi considérées comme une expérience fondatrice, indispensable tant au point de vue spirituel, esthétique, qu’affectif. L’effacement progressif de la notion de passion au profit des affects et émotions, l’ouverture du questionnement à d’autres champs disciplinaires (psychanalyse, psychologie, sociologie entre autres), et le lien manifeste aux grands évènements politiques des XIXe et XXe siècles sont miroités par les courants artistiques tels que le romantisme, l’expressionnisme ou le surréalisme.

 

Remarques :

Les axes ne sont en aucun cas limitatifs et ce colloque, par son caractère interdisciplinaire, s’ouvre à tous les champs des sciences humaines.

 

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions de communication (1500 signes maximum, espaces compris) doivent comporter un titre, un résumé, des mots-clés, et quelques références bibliographiques. L’axe d’étude choisi ainsi que des renseignements pratiques (nom, institution de rattachement, coordonnées personnelles) seront également précisés.

La date limite pour la réception des propositions de communication est fixée au 23 mars 2012. Elles devront parvenir par courrier électronique en format Word et PDF à l’adresse suivante : ed58colloque.passions@gmail.com.

La sélection des propositions aura lieu fin mars. Le colloque sera suivi d’une publication en ligne des communications sélectionnées en 2013.

 

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE

 

Le comité scientifique est composé de doctorants organisateurs du colloque Niaz Pernon, Gerard Saez et Anna Thirion et Tiziano Anzuini, sous la présidence du Directeur de l’École Doctorale, Monsieur le Professeur Ganteau. Il examinera les propositions selon les critères suivants : adéquation avec le thème du colloque, pertinence de la démarche scientifique dans le cadre de l’axe choisi.

 

 



Citer ce billet
Damien Boquet (2012, 16 janvier). PASSION(S) : TRANSPORTS, SUBLIMATION (colloque doctoral). Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7in