Les émotions à Umeå

Cultural History of Emotions in Premodernity (23-26 Octobre 2008, Umeå, Suède)

C’est dans le nord de la Suède que nous nous sommes réunis à l’invitation de l’équipe organisatrice qui se nomme Interdisciplinary Network for the Cultural History of Emotions in Premodernity at Umeå University. Comme son titre l’indique, l’entreprise était ambitieuse, acceptant des études depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle, avec un centre de gravité toutefois entre Moyen Âge et époque moderne. La rencontre qui -malgré le nombre élevé de participants (plus de 60) et une organisation, par demi-journée, en sessions parallèles – s’intitulait  modestement workshop, « atelier », en soulignant par là son but, à savoir discuter les travaux en cours, plutôt que la présentation de résultats, a donné une excellente occasion de parcourir les directions de recherche actuelle en histoire des émotions.
Bien que dans le Grand Nord normalement le temps soit (fût jadis !) à cette époque hivernal, nous avons bénéficié de températures clémentes pour la saison et de beaucoup de soleil (roulant bien bas au-dessus de l’horizon, comme s’il avait, à cette saison tardive de l’année, du mal à se lever plus que cela ; il nous faisait de longues ombres même à la mi-journée…) sur cette petite ville qui nous accueillait à bras ouverts.

 Il est midi au bord du fleuve.
Il est midi au bord du fleuve.

Avant les sessions, les conférences plénières donnaient le ton pour chaque demi-journée ; leur ordonnancement lors des trois jours du colloque allait du plus théorique – avec votre humble servante sur les théories des émotions, puis Barbara Rosenwein sur Thomas d’Aquin face aux émotions : de la théorie de Thomas à sa communauté émotionnelle –  vers le plus sensible.  Ainsi, Anne Vila a parlé du XVIIIe siècle, habituellement vu comme l’âge de la raison, comme un âge du raffinement, préparant alors la voie au sentimentalisme. Kristine Steenbergh, du Vrije Universiteit d’Amsterdam nous entretint ensuite de la colère sexuée  dans les tragédies anglaises des XVIe-XVIIe siècles, avec des textes poétiques qui, tout en disant la colère, la mettent aussi en scène par le choix même des mots.

Des textes, audibles et lisibles, sur l’émotion dont je jalousais la beauté, les dernières conférences se démarquaient, par l’implication de plus en plus de sens, en emportant toujours plus loin les sens de l’auditoire. Walter Andrews nous parlait de l’âge des bienaimés, Age of Beloveds, titre de son ouvrage sur l’époque ottomane (2005) : sa conférence nous exposait l’ambiance de l’époque par des images dont la sensualité et l’esthétique enchantaient tout un chacun. Enfin Wendy Heller nous introduisait aux différences de genre dans le sens et la mise en scène des lamentations dans les opéras de Monteverdi en nous faisant non seulement écouter mais aussi voir des extraits d’opéras filmés. L’émotion qui s’est à la fois donnée à voir et à sentir allait donc crescendo, tout au long de la conférence, de la voix et la mise en scène de soi en passant par le fait de donner à voir et à entendre des textes, jusqu’à la vue simultanée de poèmes et d’images puis, pour finir, à l’expérience multi-sensorielle des images sonores et mouvantes. De quoi réfléchir sur la manière d’aborder l’émotion comme objet d’histoire ! Car lire l’émotion d’un texte, qu’on ne peut parfois faire sans s’émouvoir soi-même, permet d’y faire participer déjà, mais l’accès par les autres sens – l’émotion montrée, l’émotion en mouvement, l’émotion audible – émeut d’autant plus. Cela, même les médiévaux le savaient : c’est pour cela qu’ils mettaient en scène les pièces liturgiques, d’après Kerstin Pfeiffer. Il n’en reste pas moins que l’enjeu est de taille ; car lorsqu’on sent, peut-être comprend-on mieux, mais pas de la même manière ; il y va alors de la façon de conjuguer explication rationnelle et l’art de « faire sentir » qui aide à saisir.

Que retenir de ce colloque très riche, dont nous avons tenté de résumer les interventions ici ? D’abord que, à l’aveu même des organisateurs, l’émotion attire de nos jours les historiens, prêts à s’exiler dans le grand Nord pour en discuter. Les directions de recherche, ainsi que les disciplines intéressées sont nombreuses, de la musicologie à la littérature, en passant par l’histoire de l’art et l’histoire. Il n’y a pas eu en revanche de consensus majeur qui se serait dégagé sur la direction à adopter,(les directions restent multiples) ; ou encore sur les approches les plus propices. Ceci peut-être d’autant moins que les frontières disciplinaires, autour de l’émotion, s’effacent avec bonheur : chacun cherche son chemin, et les savants des émotions discutent bien plus ouvertement et de manière plus coopérative que ce n’est habituel dans les cercles universitaires, en cherchant peut-être plus à contribuer à une histoire commune qu’à  convaincre les autres qu’ils ont raison. Néanmoins, si les approches foisonnent et les catégories d’analyses ne manquent guère, à ce moment d’histoire, les fils directeurs chronologiques ne sont pas bien clairs.

le colloque péripatéticien

La raison en est simple : pour ceux qui s’occupent d’émotion, une fois Elias déboulonné, que reste-t-il de nos anciennes certitudes ? L’histoire des émotions met en émoi, mais elle reste à faire, et les projets d’avenir sont nombreux.

Piroska Nagy


Le colloque péripatéticien


Citer ce billet
Piroska Nagy (2008, 11 novembre). Les émotions à Umeå. Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7e8