Mark Amsler, Affective Literacies: Writing and multilingualism in the later Middle Ages. Turnhout, Brepols, 2012.

Compte rendu de Xavier Biron-Ouellet

Récemment, les historiens de l’émotion ont pu remarquer la parution d’un nouvel ouvrage au titre attractif : Affective literacies : Writing and multilingualism in the later Middle Ages. L’auteur, Mark Amsler, est senior lecturer au département d’Anglais de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Dans ce livre, il adopte les concepts et approches des New Literacy Studies et de la sociolinguistique historique afin d’analyser la manière dont l’écriture et la lecture « créent » des sujets littéraires et des cultures textuelles dans les écrits multilingues. L’auteur cherche à analyser comment les différents modes d’accès aux textes et de construction d’identité sociale fonctionnent selon des stratégies métacognitives et des pratiques linguistiques, afin de comprendre comment les luttes discursives, les différentes communautés linguistiques et les pratiques littéraires changeantes informent les cultures textuelles et les formations sociales dans le nord de l’Europe entre 1150-1510.

Malgré ce programme stimulant, l’historien des émotions ne peut qu’être déçu de constater que le concept de littéracie affective n’est qu’une notion secondaire dont il n’est question que dans un seul chapitre du livre. Dans le cadre de cet unique chapitre, le terme est utilisé pour décrire comment le sujet développe des relations physiques et somatiques avec les textes dans le cadre de ses expériences de lecture. La notion de littéracie affective sert donc à dénoter un champ de réponses émotionnelles, spirituelles, physiologiques et somatiques qu’un lecteur peut produire pendant l’acte de lecture. De fait, ce concept doit être compris en fonction de ce que les médiévistes, surtout anglo-saxons, nomment la piété affective du bas Moyen Âge. La lecture affective liée à la dévotion – soit le fait de baiser les images, pleurer, s’évanouir en lisant, etc. – transgresse la frontière entre le lecteur et le divin et construit un type personnel d’expérience et d’expression religieuses. Toutefois, M. Amsler veut élargir la sphère d’application de ce concept en affirmant que la lecture affective n’était pas entièrement délimitée par l’expérience dévotionnelle ou religieuse et qu’elle est à l’œuvre dans l’acte de lecture laïc. L’auteur argumente alors que la lecture affective chez les laïcs défie les idéologies traditionnelles de lecture. L’attitude affective face à un texte rend la relation texte-lecteur dynamique et confère un « literate power » à ces lecteurs laïcs, leur permettant de transgresser et de déranger les cadres traditionnels et orthodoxes de la littéracie, organisés autour de l’exégèse cléricale et de l’autorité ecclésiale.

Malheureusement pour l’historien de l’émotion, Amsler ne reprend pas ce concept pour analyser les textes de Chaucer, Christine de Pizan, Dante, Margery Kempe, Érasme et le Juif converti Hermann de Scheda; il préfère plutôt la notion de « retexting ». Inspiré du vocable latin retexere, Amsler définit ce terme clé en tant que geste d’écriture et de lecture against the grain, hétérodoxe aux usages traditionnels. Ainsi, l’attitude affective du sujet face à son objet textuel n’est qu’une facette potentiellement subversive parmi d’autres et elle n’est jamais clairement définie et/ou analysée pour elle-même. L’auteur reconnaît d’ailleurs cette situation dans sa conclusion et affirme explicitement que, sans la préférence éditoriale, il aurait nommé son livre Retext plutôt que Affective literacies. Ce qui exprime bien mieux le contenu de l’ouvrage.



Citer ce billet
Piroska Nagy (2013, 16 décembre). Mark Amsler, Affective Literacies: Writing and multilingualism in the later Middle Ages. Turnhout, Brepols, 2012. Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7lw