Histoire de l’amitié à la “Fabrique de l’histoire” : textes lus

Plusieurs auditeurs m’ont demandé les références des textes lus lors de l’émission de la “Fabrique de l’histoire” consacrée à l’amitié médiévale le 22 octobre dernier sur France Culture.

Les voici ci-dessous :

— L’amitié dans la Bible

 

« Une parole agréable multiplie les amis, / une langue affable attire maintes réponses aimables. / Que soient nombreuses tes relations, / mais pour les conseillers prends-en un entre mille. / Si tu veux te faire un ami, commence par l’éprouver et ne te hâte pas de te confier à lui. / Car tel lie amitié comme ça lui chante, qui ne restera pas fidèle au jour de ton épreuve. / Tel est l’ami qui se change en ennemi / et qui va dévoiler votre querelle pour ta confusion. / Tel est l’ami et s’assied à ta table, / qui ne restera pas fidèle au jour de l’épreuve. / Dans ta prospérité il sera un autre toi-même, / parlant librement à tes serviteurs, / mais dans ton abaissement il se retournera contre toi / et évitera ton regard. / Eloigne-toi de tes ennemis / et garde-toi de tes amis. / Un ami fidèle est un baume de vie, / le trouveront ceux qui craignent le Seigneur. / Qui craint le Seigneur se fait de vrais amis, / car tel on est, tel est l’ami qu’on a. » (L’Ecclésiastique, 6, 5-17)

 

 

— Poème à un ami absent : Alcuin (v. 730-804)

 

 

Mon tendre amour pleure un ami absent,

Qu’une vaste étendue de terre dérobe à ma vue.

Rare est la fidélité parmi les hommes qui en fait des amis chers.

Dans le tumulte des occupations, lui seul est présent à mon cœur.

Supérieur à l’argent, plus précieux que l’or rougeoyant,

Il brille avec plus d’éclat que tous les trésors,

Lui que toute ma force d’âme désire et cherche

A posséder, à garder, à aimer et à honorer.

Tu es celui-là, uni (conjunctus) à moi dans un grand amour,

Tu es la paix de mon esprit, un doux amour pour moi.

Que Dieu veille sur toi pour toute l’éternité,

Puisses-tu te souvenir d’Albinus en tout temps et en tout lieu. Adieu.

(…)

Porte donc avec toi ces modestes vers, mon frère, mon ami,

Garde pour toujours, je te le demande, le souvenir de moi comme de ton ami,

Lorsque tu iras à travers les champs, les collines, les forêts et les rivières,

Puisse le Christ veiller toujours sur ton chemin.

Puisses-tu être privilégié dans les prières des saints toujours et sans fin,

Maintenant et à jamais, doux ami, adieu.

 

Alcuin, Carmen 55, MGH Poet. Lat. Aevi Carol. I, p. 266-267. Trad. D. Boquet

 

 

— Ami et Amile, chanson de geste (XIIe s.)

 

( Le comte Ami ) n’avait pas encore parcouru une demi-lieue qu’un pré s’offrit à ses regards, un pré couvert de fleur comme aux plus beaux jours ; et au milieu de celui-ci, il vit le comte Amile, debout. Il ne l’avait jamais vu, mais les descriptions qu’on lui en avait faites et les bonnes armes dont il était équipé lui permirent de le reconnaître parfaitement.  Pressant son cheval de ses éperons dorés, Ami se dirigea rapidement vers Amile qui, l’ayant à son tour reconnu au premier regard, s’avança vers lui. Ils se jettent dans les bras l’un de l’autre, s’embrassent avec une telle fougue, se serrent avec une telle tendresse qu’ils sont bien près de s’étouffer l’un l’autre.

 

Ami et Amile. Chanson de geste, publié par P.F. Dembowski, Paris, Champion, 1987, p. 6-7 ; trad. Joël Blanchard et Michel Quereuil, Paris, Champion, 1985, p. 20.

 

 

— Aelred de Rievaulx (moine cistercien), 1110-1167

 

« Vous vous étonnez que je pleure ? Étonnez-vous plutôt que je vive. Qui, en effet, ne s’étonnerait qu’Aelred vive sans Simon, à moins d’ignorer combien il fut doux de vivre ensemble, combien il eût été doux de retourner ensemble à la patrie ? Supportez donc patiemment mes larmes, mon gémissement, le rugissement de mon cœur. […] Où t’en es-tu allé, ô modèle de ma vie, harmonisation de mes habitudes de vie ? Où t’en es-tu allé ? Où es-tu parti ? Que vais-je faire ? Vers qui vais-je me tourner ? Qui vais-je suivre ? Comment as-tu été arraché à mes embrassements, soustrait à mes baisers, dérobé à mes regards ? Car je t’étreignais, frère bien-aimé, non de corps mais de cœur. Je t’embrassais non par contact des lèvres mais par un affect de l’âme. »

 

Aelred de Rievaulx, Le Miroir de la charité, traduction par Charles Dumont et Gaëtane de Briey, Abbaye de Bellefontaine (Vie monastique, n°27), 1992, I, 98, pp. 107 et 113-114.

 

 

 

—Lettre d’Anselme de Cantorbéry (†1109) au moine Gondulphe

 

« Lorsque je me dispose à t’écrire, ô âme très chère à mon âme, lorsque je me dispose à t’écrire, j’hésite sur la meilleure façon de commencer ce que j’ai à te dire. En effet, tout ce que je ressens à ton sujet est doux et agréable à mon cœur : tout ce que je désire pour toi est ce que mon esprit peut concevoir de mieux. En effet, je t’ai vu tel que je t’ai aimé, comme tu le sais ; j’entends que tu es tel que je t’ai désiré, comme Dieu le sait. Par suite, où que tu ailles, mon amour t’accompagne, et où que je demeure, mon désir t’embrasse.

Et toi tu me demandes par tes courriers, tu m’exhortes par tes lettres, tu me pousses par tes cadeaux à me souvenir de toi ? ‘Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens plus de toi’ (Ps 136, 6), si je ne place pas ‘Gondulphe’ parmi les premiers ‘de mes amis’. (…) En effet, comment pourrais-je t’oublier ? Celui dont mon cœur garde l’empreinte comme la cire celle d’un sceau, comment pourrait-il être effacé de mon souvenir ? Pourquoi dès lors te plains-tu avec tant de tristesse, comme je l’apprends, que jamais tu ne reçois de lettres de ma part, et cherches-tu avec un désir si vif à en recevoir souvent, alors que tu possèdes toujours avec toi la claire connaissance que tu as de moi. Toi sans que tu dises un mot, je sais que tu m’aimes ; et moi sans que je prononce une parole, tu sais que je t’aime (Jn 21, 16). »

 

Anselme de Cantorbéry, « Epître 4 », traduction J.-F. Cottier « Saint Anselme et la conversion des émotions. L’épisode de la mort d’Osberne », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, p. 292-293.

 

 

 

 



Citer ce billet
Damien Boquet (2014, 31 octobre). Histoire de l’amitié à la “Fabrique de l’histoire” : textes lus. Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7nw