Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval (parution le 15 octobre)

51WeZLtpkJL._SX317_BO1,204,203,200_à paraître le 15 octobre prochain

Damien Boquet et Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015 (coll. L’Univers Historique), 480 p. + XII p. illustrations

 

Présentation de l’éditeur:

Que peut-on savoir de la vie affective au Moyen Age ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature profane et spirituelle, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices sur la place des émotions dans la vie sociale. De la colère d’un puissant à l’indignation du petit peuple, de la honte démonstrative d’une sainte à la crainte de la honte d’un grand, de l’amitié entre moines à  l’imitation souffrante du Christ, de l’enthousiasme d’un groupe de croisés à la peur d’une ville entière face à la guerre ou à la peste qui approche, les exemples sont multiples. L’émotion n’est pas l’expression d’une confusion des esprits ni d’un chaos des règles sociales. Tous ces éclats de joie et de douleur, signes d’une humanité entière, produisent du sens qui ne se comprend que dans son contexte. Tout au long du millénaire médiéval, un modèle chrétien d’affectivité, élaboré à petite échelle dans les laboratoires monastiques, se construit, se répand, pénètre la société, tout en interagissant avec d’autres modèles, déjà présents ou en voie de construction parallèle, comme celui de la culture de cour. D’où qu’on la regarde, on constate que l’émotion au Moyen Age irrigue les relations sociales, dans une diversité d’interprétations et une vitalité culturelle qui impressionnent.

 

Sommaire

Introduction

Chapitre 1. La christianisation des affects (IIIe-Ve siècle)

Théologie des émotions

     Un Dieu sensible

     
Quand la colère de Dieu prouve son existence

     Dieu est amour

     
La passion incarnée

Anthropologie des émotions

     Les passions chrétiennes


     Saint Augustin, père de l’affectivité médiévale

     La faute et le châtiment


    Un nouveau régime d’humanité

 

Chapitre 2. La cité du désir : le laboratoire monastique (Ve-VIIIe siècle)

Le désert : des soucis du corps au souci de l’âme

    Les mauvaises pensées d’Évagre le Pontique

    Cassien : de la charité à l’amitié vertueuse au fondement de la communauté

La conversion affective du monachisme occidental

     Des normes monastiques pour convertir l’affect

     Grégoire le Grand ou l’émotion sacrificielle

 

Chapitre 3. Des émotions pour une société chrétienne : Francie, Ve-Xe siècle

Le très haut Moyen Âge, une époque déchirée ?

      Le lien des émotions

     Amicitia / inimicitia

     Et les femmes dans tout cela ?

La promotion des émotions célestes

     Diffusion de la sensibilité chrétienne

     Nouveaux gestes de la dévotion laïque

     Enseignement moral

Le projet de société carolingienne : l’unité dans l’amour

 

Chapitre 4. L’apogée de l’affect monastique (XIe- XIIe siècle)

Aux origines du renouveau affectif

     Un érémitisme compassionnel


     Le privilège de l’amour : l’affection fraternelle d’une élite ascétique

     La réforme affective du monachisme et de l’Église


     L’amitié comme pratique de conversion chez Anselme de Cantorbéry

Extension du domaine de l’amour

     La charité passionnée comme nature spirituelle


     Ordonner les émotions


     Piétés sensibles


     Le monde comme horizon : amitié spirituelle et charité fraternelle au XIIe siècle

 

Chapitre 5. Éthique et esthétique des émotions aristocratiques à l’âge féodal (XIe-XIIIe siècle)


L’ordre affectif de la féodalité

     Une société du spectacle

     Les révolutions de l’amour

Le couple amoureux et son double

     La naturalisation de l’amour

     L’impossible innamoramento des amants de même sexe

Émotions littéraires et valeurs aristocratiques

     Émotions épiques

     Regard sur l’autre, regard de l’autre : la jalousie et la honte

 

Chapitre 6. La nature émotive de l’homme (XIe- XIIIe siècle)

Ouverture : la controverse sur les mouvements premiers de la sensibilité

Des accidents de l’âme et du cœur : la science médicale des émotions

     Une mécanique des affects

     Émotions et régimes de santé

     Remèdes à la mélancolie

L’anthropologie monastique au XIIe siècle : les défis d’une psychologie spiritualiste

     L’affect comme puissance de l’âme

     Pour le meilleur et pour le pire : l’union affective de l’âme et du corps

Vers une science universitaire des passions de l’âme au XIIIe siècle

      Les émotions et la personne humaine au début du XIIIe siècle, entre psychologie et morale

      Jean de la Rochelle, le tournant de l’anthropologie scolastique


     Thomas d’Aquin, une science psychologique des passions

 

Chapitre 7. Politiques des émotions princières (XIIe-XVe siècle)

L’émotion souveraine

     Du corps politique au corps princier, et retour

     Le prince au miroir de ses émotions

Sensible royauté : portrait émotionnel de saint Louis

Gouverner par les émotions

     Ira regis

     La colère comme verdict : le meurtre de Thomas Becket

     Faire et avoir honte

Négocier les émotions

     Souveraineté et transformation des affects politiques : l’exemple de l’amitié

     L’émotion comme événement politique


     « Pleurer, c’est gouverner »

 

Chapitre 8. La conquête mystique de l’émotion (XIIIe-XIVe siècle)

L’enracinement culturel de la “mystique affective”

     Le renouveau grégorien de la théologie et l’anthropologie des pratiques religieuses

     La ferveur religieuse, une émotion collective

     François d’Assise et la révolution de l’émotion incarnée

L’expérience des pieuses femmes

     Vision, imagination et incorporation : modes d’union à la souffrance du Christ

     L’émotif sacramentel ou la navigation émotionnelle efficace des mystiques

L’incarnation émotive du sacré : genres et société

Épilogue : la devotio moderna, une piété affective adoucie

 

Chapitre 9. L’émotion commune (XIIIe-XVe siècle)

Partage public des émotions performatives

     Émotion et violence : les mouvements du peuple

     Régler des conflits par le partage émotionnel

Émotions et identités sociales

     Quand les émotions disent les communautés

     Exclure par les émotions : fabriquer la haine

La pastorale des émotions

     Théorie scolastique de l’éducation émotive

     La rhétorique de l’émotion : faire rire, faire honte

      La scénarisation de la persuasion émotive

Conclusion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Damien Boquet (2015, 18 septembre). Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval (parution le 15 octobre). Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7p5