Brîndușa GRIGORIU, Actes d’émotion, pactes d’initiation : le spectre des fabliaux

Source : Fabula

Brîndușa GRIGORIU, Actes d’émotion, pactes d’initiation :le spectre des fabliaux, Editura Universitaria, 2015.

262 pages

EAN13 : 9786061409129.

 

“L’initiative de se pencher sur les fabliaux érotiques et de les mettre en accord avec l’émotionologie, approche résolument moderne de la littérature médiévale, relève d’un grand courage scientifique : celui de faire le pari d’une lecture des émotions humaines et des narrations-émotions médiévales – et de le gagner.

 

S’inscrivant dans la lignée des travaux de Per Nykrog et de Gabriel Bianciotto, l’étude est novatrice pour la médiévistique roumaine. Rédigée dans un style personnel, élégant, poétique, elle propose un hymne hardi à l’appétence de l’homme médiéval pour le mariage des émotions mystiques et érotiques.

Brîndușa Grigoriu invite ses lecteurs à une promenade dans la forêt du sourire vert, des drames sublimés par la catharsis du rire, au cœur de ce Moyen Âge savant et populaire, profond et naïf, des émotions primaires, des mots silencieux, du paradoxe et du jeu universel.”

(Cătălina Gîrbea, Université de Bucarest).

 

“Avec Actes d’émotion, pactes d’initiation : le spectre des fabliaux, Brîndușa Grigoriu réussit la double performance de nous introduire dans le monde d’une littérature qui fait rire par la mise en scène des travers humains et des interdits sociétaux, et en même temps de nous faire goûter les délices d’une langue populaire qui jaillit de tous les tours de subversion des désirs. L’étude approfondie de trois thèmes (initiation, transgression et confrontation), présents dans des récits diversifiés du XIIIe siècle (six principalement), sert de cadre pour un commentaire qui se nourrit au plus près des textes.

Le test d’intelligence émotive que propose Brîndușa Grigoriu ravive nos capacités d’expression et libère des puissances d’écriture si nécessaires pour que l’humain rime avec l’humour. Le détour par les marges, l’apprentissage d’un « catéchisme de la sexualité », le parler cru et cuit, sont les mots de passe qui donnent accès à la connaissance humaine et féminine, humaine et divine, et nous transportent littéralement. Les œuvres médiévales ne demandent qu’à être jouées à nouveau…”

(Jean-Paul Deremble, Université de Lille 3).

 

“C’est en particulier grâce à une langue à la fois épurée de tout jargon scientifique et chargée d’un humanisme « raisonnable » que Brînduşa Grigoriu parvient à relire et à éclairer les jeux et les enjeux qui sont au cœur des fabliaux et de leur altérité esthétique. Son livre n’épargne pas au lecteur la différence du texte médiéval, au contraire, car cette différence est constitutive pour elle du jeu émotionnel. Il offre en même temps aux médiévistes une nouvelle compréhension du point de vue de l’auteur médiéval, pour « contempler une vérité de polichinelle ou plutôt de fableor : il y a un rapport entre le sexe, l’émotion et le récit bref, et ce rapport est des plus incitants »…

Or ces récits constituent aussi le rayonnement résiduel d’un choc des matières et des genres, la trace d’une subjectivité auctoriale qui se révèle à travers l’écart esthétique, l’altérité littéraire. Ils nous rappellent enfin que la création médiévale est souvent plurielle ou difficile à identifier, et que substance et expression du contenu et de la forme dépendent souvent des conditions particulières de production, de transmission et de circulation de ces récits.

C’est aussi en mettant en lumière cette réalité factuelle du texte médiéval que l’ouvrage de Brînduşa Grigoriu emporte la conviction du lecteur et suscite son admiration.”

(Claudio Galderisi, Université de Poitiers – CNRS).



Citer ce billet
Damien Boquet (2015, 22 novembre). Brîndușa GRIGORIU, Actes d’émotion, pactes d’initiation : le spectre des fabliaux. Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7pk