Émotions et démocratie

Émotions et démocratie
 «Les moments où « l’Histoire sort de ses gonds » (Michelet)
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789


(Jacques-Louis David : 1791-1792 /Musée national du Château de Versailles)
Le rôle politique des émotions et leurs effets d’ébranlement dans la culture démocratique nous intéresseront tout au long du cycle conjoint de cette année académique 2018-19. Nous scruterons les moments décisifs quand les autorités en place prennent peur et qu’elles transforment cet effroi en le projetant vers leurs ennemis, intérieurs ou extérieurs. Ce qui implique tout autant le passage par les représentations que leur transcription en termes d’actions politiques, de revendications populaires, de luttes de groupes.
On se demandera comment ces phénomènes qui traversent l’Histoire et qui accompagnent les révolutions, de l’Antiquité à la Modernité, relèvent également des combats d’opinion, des rivalités de l’imaginaire, et aussi de leurs déclinaisons concrètes dans des émotions et autres passions, qu’elles soient canalisées par des rites, du décorum, des discours, des manifestations, des massacres, des exécutions ou des fêtes collectives de l’unité rêvée.
 Automne 2018 Jeudi 27 septembre : Jean-Claude Simard (Cegep de Rimouski), Typologie de la vie affective, émotions et politique. Avocat du diable : Luc Faucher (Philosophie-UQAM). Jeudi 11 octobre : Alexis Richard (Institut Grammata), Les émotions chez Démosthène : Le serment sur les morts dans le Discours sur la Couronne. Avocat du diable : Vanessa Molina (Institut Grammata). Jeudi 8 novembre : Ida Giugnatico (U de Calabre-UQAM), La circularité de l’expérience esthétique et extatique chez Simone Weil. Avocat du diable : Marie-Josée Lavallée (U. de Montréal).
Jeudi 6 décembre : Pascal Bastien (Histoire, UQAM), Les émeutes Réveillon, 27-28 avril 1789. Avocat du diable : Geneviève Lafrance (Études littéraires, UQAM)