Archéologies des transidentités : mondes médiévaux (Colloque, 24-26 novembre 2021)

Source : Philomel

24-26 novembre 2021

Colloque international co-organisé par Sophie Albert (Sorbonne Université, EA4349)
et Clovis Maillet (ESAD Angers/EHESS)

Lieu : Sorbonne Université, Paris

 

Partenariat entre Sorbonne Université (Philomel et mission Egalité), la MSH Ange Guépin (projet
TRANS) avec le soutien du laboratoire TEMOS (UMR CNRS 9016) et l’ESAD TALM avec le
soutien du Ministère de la Culture (DGCA) et la fondation Khôra-Institut de France

 

Argumentaire

 

Nous connaissons une trentaine de textes hagiographiques de l’Antiquité tardive au XVe siècle évoquant des saint·es ayant passé partie ou totalité de leur vie sous une apparence et une identité qui n’était pas congruente avec leur genre assigné à la naissance. Les sources judiciaires révèlent plusieurs cas de personnages ayant passé une partie de leur vie sous une identité masculine, et une autre féminine. Dans les textes en ancien français, ces fluctuations de genre se disent dans une plasticité du genre (grammatical) qui n’a pas d’équivalent en français moderne. Est-ce à dire que le monde médiéval était ouvert à ce que nous appelons aujourd’hui transidentités ? Est-ce jouer des anachronismes que d’importer des concepts issus de la théorie et de l’activisme contemporain pour envisager les fluidités de genre à l’époque médiévale ?
Ce projet de colloque s’inscrit dans une vision critique et historicisée des questions et des régimes de genre. Depuis les années 1990 et l’émergence de la théorie queer, sous l’impulsion de Teresa de Lauretis, des penseur·ses et des activistes se sont tourné·es vers l’histoire, et ont remis en cause de la binarité de genre exclusive dans les siècles passés (Leslie Feinberg). Mais alors que les études queer, les études trans et l’histoire du mouvement LGBTQI+ se développent, il semble nécessaire de mobiliser davantage les sources anciennes. Sam Bourcier proposait déjà en 1999 de passer au prisme queer le terme utilisé par les historien·nes de « travestissement », issu d’une terminologie pénale et psychiatrique, et de lui substituer l’expression « pratiques transgenres ». Son article fut publié au sein du numéro Femmes travesties : un mauvais genre de la revue Clio, dirigé par Christine Bard et Nicole Pellegrin, en même temps qu’un article de Frédérique Villemur sur les « saintes travesties ». Ce numéro a marqué les études francophones sur la question : nous souhaiterions lui faire écho vingt ans plus tard.
Le titre du colloque, « Archéologies des transidentités », invite à resituer le genre ou les genres (on préfèrera le pluriel, si l’on considère que le terme au singulier renvoie à un binarisme qu’il s’agit précisément de contester ou de remettre en cause) au sein d’un spectre plus large de critères définissant la personne : ordre ou classe sociale, confession, règne humain, animal, végétal. Dans une perspective inspirée par l’approche intersectionnelle, on interrogera les formes de fluidité qui remettent en question non seulement les frontières des genres, mais aussi leurs rapports avec ces autres critères. En effet, il est rare que la question du genre se pose indépendamment d’autres variables et que les transitions de genre ne s’accompagnent pas d’autres modes de dépassements.
Dans les conceptualisations modernes du genre, la distinction sexe/genre dépend de la différence nature/culture. Or à l’époque médiévale, les concepts de « nature » et de « naturel » sont polysémiques, et non superposables avec leurs équivalents actuels. La différence entre nature et culture (plutôt exprimée par le terme « norreture ») n’a pas le même sens qu’à partir des XVIIe-XVIIIe siècle, période de la « naturalisation » du monde (Donna Haraway, Bruno Latour et Philippe Descola). On pourrait défendre qu’il n’y a que du genre au Moyen âge, et pas un sexe biologique d’un côté et un genre social de l’autre.
Corollairement, avant le XVIe siècle, la plupart des langues vernaculaires ne font pas l’objet de codifications grammaticales ; la littérature ne relève pas des classifications génériques que l’époque moderne s’attachera à définir ; sauf circonstances particulières, l’image n’est pas régulée par les autorités ecclésiastiques. De ce fait, on observe une grande labilité dans l’expression et la représentation des genres.
Enfin, dans la pensée chrétienne, la répartition du masculin et du féminin n’est pas nécessairement soumise aux caractéristiques que l’on assigne aujourd’hui à chaque sexe. En effet, l’appréhension morale du sujet infléchit la pensée du genre : le masculin et le féminin sont hiérarchisés d’un point de vue axiologique, ce qui est masculin étant considéré comme plus parfait que ce qui est féminin ; mais tout individu peut performer des qualités de genre diverses. En outre, des concepts comme l’engendrement ou l’allaitement, envisagés en termes spirituels, peuvent se déplacer entre le masculin et le féminin, mais aussi entre l’humanité et l’animalité ou le terrestre et le divin.
Ce colloque vise à faire dialoguer des recherches sur des champs de la médiévistique qui ne communiquent pas suffisamment. Les pistes et hypothèses présentées dans cet appel pourront être confrontées à l’étude de textes mystiques, hagiographiques, médicaux, judiciaires, littéraires… des mondes judaïques, chrétiens et islamiques. L’examen de formulations de la transidentité dans d’autres aires culturelles sera le bienvenu. Priorité sera donnée à des dossiers inédits ainsi qu’à des approches interdisciplinaires, croisant littérature médiévale, linguistique, philosophie, histoire et histoire de l’art. Il s’agira d’échanger, de partager et de discuter sur des questions du passé qui invitent à repenser les enjeux du présent.

 

Programme provisoire

 

Comité scientifique :


Pauline Boivineau (UCO Angers)
Didier Lett (Université de Paris)
Hyacinthe Ravet (Sorbonne Université)
Jean-Claude Schmitt (EHESS)
Anne Tomiche (Sorbonne Université)
Jean-René Valette (Sorbonne Université)
Maaike van der Lugt (Université Versailles-Saint-Quentin)
Sylvain Villaret (Le Mans Université)

Comité d’organisation :

Sophie Albert & Clovis Maillet
Lee Rozada (Museum d’histoire naturelle)
Hannah Johnson (Sorbonne Université)
Sarah Mariez (Sorbonne Université)
Sarah Waroquet (Sorbonne Université)

 

Mercredi 24 Novembre

 

Salle des Actes – Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e

14h

Allocutions d’ouverture par Hyacinthe Ravet (Mission Egalité – lutte contre les discriminations de Sorbonne Université), Anne Tomiche et Frédéric Regard (groupe PHILOMEL de Sorbonne Université), Sylvain Villaret (Le Mans Université)

14h30

Introduction au colloque par Sophie Albert et Clovis Maillet

Conférence introductive de Maud-Yeuse Thomas (Observatoire des Transidentités), « Qu’est-ce qu’un corps ? »

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.

15h30


Session 1 – Le sujet en question

Blake Gutt (University of Michigan) et Alicia Spencer Hall (Institute of Advanced Studies), « Trans and genderqueer saints : holy subjects, medieval and modern »
Sarah Waroquet (Sorbonne Université), « L’orgasme comme expérience de transidentité dans Erec et Enide et Floire et Blanchefleur »

17h30-21h

Atelier d’écriture créative, animé par Sophie Albert, Maud-Yeuse Thomas, Clovis Maillet
Sur réservation

 

Jeudi 25 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 2 – Hagiographies byzantines

Georges Sideris (Sorbonne Université – INSPE), « La Vie de Matrôna de Pergé et le monde des eunuques à Byzance : pour une reconsidération épistémologique historique Queer »
Nathalie Delierneux (UMR Orient et Méditerranée), « Le travestissement féminin au Xe siècle, quelques remarques sur les réécritures de Syméon Metaphraste »

Héctor González Palacios (Université de Málaga/EHESS), « “Saintes travesties” byzantines et “vierges jurées” albanaises : une étude comparative sur les changements de genre au
Méditerranée Orientale »

11h

Pause

11h15

Session 3 – Voir et reconnaître 1

Robert Mills (University College London), « Recognising Wilgefortis »
Diane Château Alaberdina (Sorbonne Université), « La femme guerrière dans l’archéologie et l’iconographie Viking »

14h30

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


15h

Session 4 – Genre et parenté


Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), « Erémitisme et sainteté : un réservoir d’identités mouvantes dans les continuations du Roman des Sept Sages de Rome »
Virginie Picot (Université Littoral Côte d’Opale), « Le lys en virginité : la transfiguration de Galaad dans la Queste del Saint Graal (XIIIe siècle) »

Sophie Albert (Sorbonne Université), « Dire la parenté divine par les frontières du genre. Le Roman de saint Fanuel (fin du XIIIe siècle) »

17h

Pause

18h

Performance de l’atelier théâtre coordonné par Emanuele Arioli à partir des Miracles de Nostre Dame par personnages (XIVe siècle)

 

Vendredi 26 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 5 – Mondes islamisés

Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), « Culture visuelle et indétermination du genre du XIIe au XVIe siècle dans les mondes islamisés d’Orient ».

Nina Soleymani (Université de Grenoble-Alpes), « Travestissement et représentation des transidentités dans l’épopée byzantine et persane : la Digénide et le Livre des Rois de Ferdowsi »

10h30

Pause

10h45

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


Session 6 – Voir et reconnaître 2

Emanuele Arioli (Université de Valenciennes), « Transgenres par miracles : les Miracles de Nostre Dame par personnages du ms. BnF, fr. 819-820 (XIVe siècle) »
Jessy Simonini (Université de Nantes, Laboratoire L’Amo), « Venise, 1354 : le procès à Rolandin.e ou le récit d’un corps »

14h

Session 7 – Voix et voies poétiques

Frédérique Le Nan (Université d’Angers), « Voix singulières, voix plurielles et porosité
identitaire dans un fragment attribué à Na Tibors en Occitanie médiévale, XIIIe s. »
Hannah Johnson (Sorbonne Université), « Dieu est (dame) amor : la transidentité de Dieu dans la mystique de Hadewijch von Antwerp »

Fabienne Pomel (Université Rennes 2), « Les jeux et brouillages de genre dans les textes
allégoriques des XIIIe-XVe siècles »

 



Citer ce billet
Damien Boquet (2021, 29 septembre). Archéologies des transidentités : mondes médiévaux (Colloque, 24-26 novembre 2021). Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7wc