Un capitalisme émotionnel est-il possible ?

La crise financière a remis sur le devant de la scène l’une des bêtes noires des économistes : l’émotion, traditionnellement annonciatrice de perturbation de la “loi des marchés” et ferment d’irrationalité dans un monde où le risque est mis en équations.

Depuis plusieurs années, la “neuroéconomie”, comme son nom l’indique branche des neurosciences, traque, non plus sous la lentille du microscope mais au travers de l’imagerie du cerveau, les motivations émotionnelles des décisions financières.

Il y a quelques jours, Constance Le Bihan pour Mediapart a interrogé le neurophysiologiste Alain Berthoz pour qui, justement, l’un des enjeux de cette neuroscience de l’émotion est de “refonder une nouvelle théorie complète du comportement économique”, un projet que le professeur au collège de France conçoit en convergence avec les sciences humaines.

A lire: “Alain Berthoz dissèque les cerveaux pour percer l’irrationalité de la finance” (interview par Constance Le Bihan, Mediapart, 19 avril 2009)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.