“Il n’y a pas de cerveau des émotions” (Louis Quéré)

Source : PUF

Résumé

Les émotions humaines sont non seulement des phénomènes organiques, dotés d’un « avantage adaptatif », mais aussi des phénomènes biologiques transformés par un environnement social et culturel. Les recherches actuelles en neurosciences des émotions expliquent bien la composante biologique, mais prennent peu en considération la façon dont un milieu socio-culturel peut l’imprégner. Elles s’inspirent de la théorie de Darwin, tout en prêtant peu d’attention à l’un des principes auxquels celui-ci rapportait l’expression des émotions chez l’homme et les animaux : « l’association d’habitudes utiles ».

Cet ouvrage présente et discute les principales approches actuelles en neurosciences des émotions. Il tente de définir précisément les limites de ce qu’elles peuvent nous apprendre. Il pointe le caractère problématique de certains de leurs présupposés, en particulier leur propension à amalgamer le vocabulaire psychologique ordinaire, dont relève la notion d’émotion, et celui des sciences naturelles. Il s’applique enfin à penser à nouveaux frais l’« avantage adaptatif » des émotions humaines, et à expliquer, à l’aide d’une théorie des habitudes émotionnelles, la capacité d’un environnement culturel à pénétrer la dimension organique de ces émotions.

Critique dans “Non fiction” : https://www.nonfiction.fr/article-11713-non-le-cerveau-na-pas-demotion.htm

 



Citer ce billet
Damien Boquet (2023, 23 mai). “Il n’y a pas de cerveau des émotions” (Louis Quéré). Les émotions au Moyen Âge, carnet d'EMMA. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7y5